SPRL-Starter : le pour et le contre (2)

Quelle crédibilité pour la SPRL-S ?

Parmi les problèmes que les professionnels de l’accompagnement des entreprises entrevoient d’ores et déjà dans la nouvelle forme de société proposée par le législateur belge, se pose celui de la crédibilité.  En effet, lorsqu’on crée une société, ce n’est pas seulement pour se protéger des risques inhérents au statut d’indépendant, mais surtout pour rassurer les banquiers et les fournisseurs sur la solvabilité de l’entreprise.

En clair, les banquiers veulent être sûrs d’être remboursés et les fournisseurs veulent être certains d’être payés.   Ils veulent donc prendre des risques mesurés.  Quant aux clients, ils voudraient être rassurés sur le fait que l’entreprise ne sera pas en faillite avant d’avoir livré le produit commandé ou presté le service attendu (si vous croyez que c’est de la science-fiction, interrogez les personnes autour de vous et demandez-leur si elles connnaissent quelqu’un qui a versé un acompte à une entreprise de construction qui a fait faillite avant les travaux.  Vous serez surpris !).

Quel banquier octroiera un crédit à une entreprise qui déclare un capital d’un euro ?  Quel fournisseur accordera un délai de paiement à une société sans argent ?  Or, sans crédit et sans délai de paiement, aucune entreprise n’est viable à long terme…

Frais de fonctionnement et économies d’impôts

Outre les frais de constitution dont nous avons déjà parlé, la SPRL-S, comme toute société, engendrera des coûts de fonctionnement.  Contrairement aux indépendants en personne physique, elle devra tenir une comptabilité en partie double, quel que soit son chiffre d’affaire.  Elle devra faire publier ses comptes annuels, comptes établis par un professionnel, ce qui engendre également un coût.

Un des arguments en faveur de la constitution d’une société, est l’économie d’impôts, les personnes physiques étant taxées de 25 % à 50 % selon les bénéfices et les sociétés selon un forfait de 33 %.

Mais encore faut-il qu’il y ait un bénéfice, ce qui est loin d’être certain la première année…

Maintenir les entreprises en Belgique

Dans le numéro du 12 décembre de Mon argent (supplément gratuit du samedi du journal économique L’Echo), l’avocat fiscaliste Marc Quaghebeur attribue à la SPRL-S le « mérite d’empêcher le chef d’entreprise débutant de commettre l’erreur de fonder une Limited… » (entendez : une entreprise de droit anglais).   Mais, à ce stade, rien ne prouve que les jeunes entrepreneurs ne continueront pas à chercher ailleurs l’opportunité de créer une entreprise à bon compte.

Ce qui empêche bon nombre de jeunes d’ouvrir une entreprise belge, c’est surtout la politique menée par les autorités.  Une politique de pression sociale et fiscale difficile pour les jeunes entrepreneurs.  Et ça, ce n’est pas près de changer…

Dans un prochain article, je vous livrerai une comparaison entre les coûts de la SPRL-S et de l’installation en personne physique.

Pour lire l’article suivant de cette série, cliquez ici.

Pour lire le premier article de cette série, cliquez ici.

Envie de Créer votre entreprise ?  Cliquez ici pour booster la création de votre business !


Publicités


Catégories :creation d'entreprise, Droit, Droit des entreprises, indépendant, Société

Tags:, , , , , , , , , , ,

3 réponses

  1. Bonsoir/bonjour,

    Je viens de lire les quelques articles concernant la sprl s et je trouve cela très intéressant mais je souhaiterais poser quelques questions concernant mon cas et de ce fait avoir vos avis.

    Ayant le souhait de reprendre une agence de Paris sportifs (Ladbrokes) en tant que gérant commissionnaire, je dois devenir indépendant. Mais je ne peux pas être en personne physique car j’ ai déjà été employé de cette société même (Ladbrokes refuse que leur ancien employé devienne indépendant en personne physique). Il me reste donc la solution de la sprl. Donc je voudrais savoir si c’est intéressant de choisir la sprl s dans ce genre de cas sachant qu’il n’y a aucun frais ( pas de loyer, pas de charges pour le local) à faire hormis les frais notariales et plan tarifaire etc. qui ne me dérangent pas. Je ne souhaite pas commencer la société avec 1€ mais bien 1000-2000€ afin de payer le premier mois les dûs du comptable et les frais de la cotisation sociale. Et puis-je mettre de côté les 18 600 euro petit à petit durant les 5 premières années ?

    En attente de vos avis,

    Merci

    J'aime

Rétroliens

  1. La SPRL Starter : le pour et le contre ! (1) « Trouve ta voie !
  2. La SPRL-S : le pour et le contre (suite et fin) « Trouve ta voie !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :