Clay Shirky parle des institutions et de la collaboration

Comment parvient-on à accomplir les choses en groupe  ?

Clay Shirky, dans ce brillant exposé –  publié par TED en 2005 et que je viens de traduire en français sous la supervision d’Anna Cristiana Minoli – Clay Shirky développe les deux réponses possibles :

  • la réponse classique : l’institution, mais qui présente deux inconvénients majeurs : des coûts de production élevés et une impossibililé structurelle de se procurer 100% de la productivité d’un groupe
  • la réponse alternative, rendue possible par l’émergence d’Internet et du Web 2.0 : la coopération : celle-ci permet d’acquérir 100% de la production d’un groupe avec des coûts de coordination réduit.

La coopération n’en est qu’à ces débuts et Shirky prévoit 50 ans de « chaos » avant que de nouvelles formes stables apparaissent, de même que la presse d’imprimerie, lors de son apparition, a contribué à 200 ans de trouble, « en passant d’un monde où l’Eglise catholique était une force politique organisatrice au Traité de Westphalie, où nous savions finalement ce qu’était la nouvelle unité : l’Etat-nation. »

Un exposé visionnaire qui n’a pas pris une ride en cinq ans, mais, au contraire, nous ouvre des perspectives inédites en matière d’organisation des groupes et des projets.

Advertisements


Catégories :Projets, Société

Tags:, , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

2 réponses

  1. Bonjour Marco,

    Ce que tu dis là me fait penser au « dispersed knowledge problem » de Friedrich Hayek: « Everyone knows something that others do not. No one persone is able to know all the many things that are necessary for making good decisions »

    Jusqu’ici, on n’a trouvé que deux solutions.

    La dictature, qui fait remonter une infomation – biaisée par la crainte de déplaire – vers un centre de décision submergé par ce trop plein de données tendancieuses.
    C’est la paralysie.

    La démocratie, où chacun expose librement ce qu’il sait mais où personne n’ose faire la synthèse par crainte de blesser un électeur dont l’appui viendrait à manquer.
    C’est la chaos.

    Il n’y a pas de voie médiane, mais Il reste à tenter, au sein de la démocratie, l’expérience de la coopération. Sacré défi, car j’ai peur que nous n’ayons pas
    encore trouvé le mode d’emploi ! Il y faudra sans doute un subtil dosage de respect
    de l’autre et d’affirmation de soi. Manque de bol, on ne nous a pas appris ça à l’école ….

    Bonne chance, le monde !!!

    J'aime

    • Bonjour Alain,

      Je ne te savais pas disciiple de Von Hayek et du Mont Pélerin 😉

      La voie médiane – ou peut-être une tout autre voie, tout aussi imprévisible que l’était la démocratie avant que les Athéniens se rassemblent sur l’Agora – est en train de se dessiner.

      La collaboration – au sens où Clay Shirky l’emploie, avec l’utilisation des nouvelles technologies – utilise de nouvelles voies de l’action collective. Ce qui compte le plus dans ces actions, c’est – comme le développe Shirky dans une autre conférence TED – que tu trouveras ici : http://www.ted.com/talks/clay_shirky_how_cellphones_twitter_facebook_can_make_history.html – c’est davantage le capital social que le capital technologique.

      C’est aussi pourquoi il parle de 50 ans de chaos : c’est parce qu’on ignore encore quelles formes sociales et politiques émergeront de ces nouvelles pratiques collectives…

      Soyons optimistes…

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :