Catégories
microlearning

10 bonnes raisons d’adopter le Microlearning !

Cliquez sur la photo pour en savoir plus !

Le Microlearning est une façon de concevoir la formation.  Elle se base sur des modules courts, concentrés sur un seul sujet à la fois.  Voici 10 bonnes raisons d’adopter le Microlearning pour vos formations.

Dans un article précédent, je vous parlais du livre que nous venons de rédiger avec mes complices Pierre Mongin et Félix Lévious.

Pourquoi adopter le Microlearning ?

Il y a de nombreuses (bonnes) raison d’adopter le Microlearning dans vos propres formations.

En voici 10 que je crois importantes.

Que j’ai regroupées en plusieurs catégories.

Les voici aussi sous forme de Mind Map  que vous pouvez télécharger gratuitement au format XMind sur Biggerplate :

10 bonnes raisons d’adopter le Microlearning

Flexibilité du Microlearning

Le Microlearning est une forme de conception de la formation particulièrement flexible.

1. Une méthode rapide

Le Microlearning vous permet de créer très rapidement des parcours d’apprentissage très complets, comprenant des modules courts et des contenus multimédias.

Si vous disposez de tous les éléments (texte, image, vidéos et/ou autres supports multimédias) et avec un peu de pratique, cela prend moins d’une heure pour créer un module.

2. Une méthode simple

Un enfant de huit ans pourrait confectionner un module de Microlearning avec les outils appropriés.

Vous choisissez entre différents types de cartes et vous y ajoutez du contenu.

Vous testez, vous réajustez si nécessaire.

C’est prêt !

Les concepteurs du Microlearning ne croient pas qu’il faut souffrir pendant de longues heures pour créer des formations de qualité.  Retrouvez le plaisir de la créativité en vous concentrant sur les contenus et les objectifs pédagogiques.

Et oubliez les outils de torture que sont certains éditeurs de cours en ligne !

Barre de progression en microlearning

Employé seul ou en complément

Le microlearning peut être employé seul ou en complément d’un autre type de formation.

3. Le microlearning peut être employé seul

Le microlearning est particulièrement adapté aux programmes qui visent le changement d’attitude, d’habitude ou de perception.  C’est le moyen idéal de créer des campagnes du type « 30 jours pour…« .

En effet, durant ces 30 jours, vous pourrez envoyez des modules et/ou des notifications à vos apprenants, en leur proposant des défis, des missions, etc.

4. Le microlearning comme complément d’autres modalités de formation

Le microlearning peut aussi être utilisé comme une technique complémentaire

  • d’une formation en présentiel : vous utilisez le microlearning pour rassembler des informations sur vos participants (leur identité, mais aussi leurs besoins en formation, leur niveau en informatique, en langue, etc.) afin de personnaliser au  mieux leur expérience d’apprentissage ; vous leur envoyez des piqûres de rappel sur certaines matières particulièrement ardues ou importantes
  • d’une formation en ligne : vos apprenants consultent des contenus à leur rythme ou selon un parcours imposé mais vous leur envoyez des notifications ou des compléments d’information via le système de microlearning (par exemple, des caractéristiques de produits ou des rappels sur l’écoute active pour vos vendeurs)
  • d’une formation hybride : vous utilisez des outils comme Kahoot  lors de vos séances hybrides, peut-être même un LMS, mais vous pouvez aussi envoyer à vos apprenants des capsules spécifiques via un système de microlearning (du vocabulaire ou des éléments de structure grammaticale, dans un cours de langue, par exemple).

Si vous utilisez un système comme InTeach, vous pouvez inciter vos apprenants à se défier dans des « battles » où le vainqueur remporte 25 points supplémentaires.

5. Différents modes de diffusion

Le microlearning permet de diffuser vos contenus selon différents modes :

Diffusion en mode non-linéaire

Vous mettez tout le contenu de votre formation à disposition des apprenants.  Ils peuvent consulter n’importe quel module dans l’ordre qu’ils souhaitent.

C’est particulièrement intéressant si vous voulez mettre à disposition de votre personnel une sorte de base de connaissance pour utiliser les « outils maisons » ou pour accueillir les nouveaux dans le cadre d’une action de type « on boarding« .

Conception de modules

Diffusion au fil de l’eau

Vous diffusez vos modules à des moments prédéterminés : tous les jours, ou deux fois par semaine, par exemple.

C’est aussi une bonne façon de « ritualiser » vos parcours : les apprenants s’attendent à recevoir leur « dose » habituelle de contenus par exemple le mardi et le jeudi.

Le rituel est un outil puissant de motivation dans toutes les modalités de la formation.

Diffusion en séquences

Lorsqu’un de vos apprenants a terminé un module de son parcours, vous lui ouvrez automatiquement l’accès au module suivant.

Vous pouvez aussi jouer avec les « conditionnalités » : obliger vos apprenants à obtenir au moins 70 % des points à un quiz précis, par exemple.

Diffusion en « adaptive learning »

La plupart des outils de microlearning ne sont pas encore très performants dans ce domaine – ni les LMS, d’ailleurs.

Il s’agit de personnaliser au maximum l’apprentissage de vos apprenants en vous appuyant sur le « big data » : plus votre base de données est importante, plus vous pouvez cerner les besoins de vos apprenants et y répondre de manière ciblée.

Le Microlearning est bon marché

Le Microlearning est sans doute l’une des méthodes les moins coûteuses du marché.  Et ce, pour plusieurs raisons.

6. Le microlearning : bon marché à produire

Pour créer un module de microlearning, vous n’avez pas besoin d’une énorme machine de guerre.

L’éditeur est souvent une application en ligne à laquelle vous vous connectez via un login et un mot de passe.  L’accès à la plateforme est généralement gratuit ou peu coûteux.  Vous paierez ensuite à la diffusion, selon le nombre d’apprenants à qui vous destinez votre production.

Comme la création est rapide, vous gagnez aussi sur la main d’oeuvre : plus besoin de travailler pendant des semaines pour créer votre formation.

7. Le microlearning : bon marché à adapter

Nous l’avons dit, les techniques évoluent rapidement, le monde change à un rythme inouï.  Tout cela entraîne l’obligation d’adapter constamment vos formations au risque qu’elles soient rapidement obsolètes.

Avec le microlearning, une modification peut-être réalisée en un temps record, avec peu d’effort.   Modifier une carte dans un module prend quelques minutes.

8. Le microlearning : bon marché à modifier

Vous vendez des cours sur étagères ?  Des cours prêts à vendre à vos clients ?  En marque blanche ?

Vous pouvez modifier vos parcours très rapidement et les personnaliser selon la charte graphique ou les besoins pédagogiques spécifiques de vos clients en très peu de temps.  La traduction elle aussi exige moins de temps puisque le volume de texte est réduit à l’essentiel.  Vous pouvez donc toucher des publics internationaux à moindre coût.

9. Le microlearning : bon marché pour les apprenants

Le microlearning n’exige pas d’ordinateurs puissants, de connexions chères à la bande passante élevée.

Le microlearning, bon marché pour vos apprenants

Un smartphone de gamme moyenne avec une connexion basique suffit amplement pour recevoir les modules et les consulter, même en déplacement.

10. Le Microlearning est un fabuleux outil de Learning Marketing

Toutes ces caractéristiques :

  • faible coût
  • flexibilité
  • simplicité
  • adaptation aisée
  • etc.

font du Microlearning un outil idéal de Learning Marketing.

Qu’entend-t-on par « Learning Marketing » ?

Plutôt que dépenser des millions à essayer de convaincre vos clients que vous êtes bon dans votre domaine, investissez quelques milliers d’euros dans un parcours de Microlearning et démontrez votre expertise.

Conception d’un module avec Pangone

Après avoir appris des choses utiles via le microlearning sur votre domaine d’expertise, vos prospects vous seront reconnaissants.  Ils auront expérimenté, de manière interactive et dans la durée, vos connaissances et la qualité du conseil que vous pouvez leur apporter.

Comme dans l’exemple ci-dessus, qui traite des assurances obligatoires pour une entreprise en Belgique, vous pouvez rapidement faire la démonstration de vos connaissances  et votre savoir faire d’expert auprès de clients potentiels pour une fraction de ce qu’une campagne publicitaire traditionnelle vous coûterait !

Conclusion

Comme nous l’expliquons dans notre ouvrage sur le Microlearning, celui-ci deviendra rapidement une méthode incontournable de conception, de création et de diffusion de parcours de formation.

Au-delà de l’utilisation de périphériques mobiles, le microlearning force les concepteurs pédagogiques à la concision et à l’efficacité.

La granularité requise dans la conception d’un parcours en microlearning est transposable dans les autres modalités de formation.  Y compris, celles qui arriveront bientôt et remplaceront nos chers smartphones.

Mais ça, c’est l’objet d’un autre article 😉

 

 

Catégories
microlearning

Formez avec le Microlearning !

Qu’est-ce que le Microlearning ?  Quand et pourquoi s’en servir ?  C’est ce que Pierre Mongin, Felix Levious et moi-même vous expliquons dans Formez avec le Microlearning,  livre publié par Dunod.

Le Microlearning, qu’est-ce que c’est ?

Formez avec le Microlearning chez Dunod

J’ai l’habitude de vous présenter des ouvrages écrits par des confrères.  Aujourd’hui, c’est un peu particulier.  Je vais vous parler d’un livre que j’ai co-écrit avec mes collègues et amis Pierre Mongin et Félix Levious : Formez avec le Microlearning, à paraître chez Dunod, le 22 août prochain.

Ce livre, nous l’avons écrit parce que nous sommes convaincus que le Microlearning va devenir un mode de diffusion de la formation incontournable dans les prochaines années.

Mais nous avons voulu aussi mettre les choses au point et expliquer ce qu’est réellement le Microlearning, une discipline trop souvent confondue avec le « mobile learning »…

Le Microlearning, une philosophie de la formation avant tout

En réalité, le microlearning ne se confond pas avec l’utilisation d’un smartphone en formation.  On peut faire du microlearning sans smartphone.  On peut utiliser un smartphone en formation sans faire de microlearning.

C’est ce que nous expliquons en détail dans ce livre : le microlearning, c’est d’abord une philosophie de la formation.  Une méthode de conception de la formation qui s’appuie sur différents constats :

  • nous ne consommons plus l’information comme nous le faisions encore il y a quelques années.  Surtout chez les publics jeunes qui balaient l’information d’un regard rapide sur les réseaux sociaux ;
  • notre capacité d’attention est sans cesse mobilisée par de multiples sollicitations : réseaux sociaux, notifications de messages de type email, messagerie instantanée, rappels de rendez-vous ou de webinaires, etc.
  • nos vies trépidantes ne nous laissent plus le loisir de participer à d’interminables sessions de formation et donc nous devons concevoir des séquences d’apprentissage plus courtes;
  • le monde autour de nous évolue à une vitesse inédite : il faut donc pouvoir adapter les formations de plus en plus rapidement.  Le microlearning permet de modifier une formation en un temps record !
  • les budgets formation ne sont pas extensibles à l’infini et le microlearning offre une solution à la fois simple, efficace et bon marché pour toucher un maximum de personnes;
  • par sa flexibilité, le microlearning est une solution qui s’adapte à tous les schémas de formation : il peut s’utiliser seul ou en complément de formations en présentiel ou en ligne.
Un exemple de sollicitation de notre attention

Une méthode qui se concentre sur une chose à la fois

La véritable force du microlearning, ce n’est pas tant de faire appel aux périphériques mobiles.  C’est surtout de concentrer chaque module sur une sujet à la fois.

Ce sujet cela peut être :

  • une nouvelle connaissance : quelles sont les caractéristiques du nouveau produit X que vend mon entreprise ?
  • une nouvelle compétence :  comment reformuler la réponse du client pour m’assurer que j’ai bien compris sa demande ?
  • une nouvelle attitude : comment rester calme face aux critiques manifestement injustes de ce client ?

Idéalement, chaque module de votre formation doit correspondre à un sujet précis à maîtriser.  Une réponse à une question.

Ca a l’air simple.  En réalité, cela demande une discipline de fer.  Comme disait Pascal  » : je vous écris une longue lettre car je n’ai pas le temps d’en faire une courte ».  Aller à l’essentiel, être concis, précis tout en restant efficace : le défi est loin d’être simple…

Un livre pratique pour concevoir vos propres modules de Microlearning

Mais ce livre est avant tout pratique.

Il vous propose un parcours complet, depuis la conception jusqu’à la diffusion, depuis la conception jusqu’à la réalisation de vos contenus multimédias.

Vous y trouverez aussi les modèles pédagogiques qui fonctionnent le mieux en microlearning, comme les répétitions espacées, l’alternance de texte, image, vidéo, contenus interactifs, etc.

Nous y comparons aussi différentes solutions de microlearning avec leurs spécificités de manière à vous aider dans le choix des outils qui vous conviennent.

Conception d’un module avec Pangone

Le livre paraîtra le 22 août chez Dunod, mais vous pouvez d’ores et déjà le commander sur Amazon.

50.85034634.3517211
Catégories
formation

SPOC : Créez des présentations captivantes avec le storytelling visuel

Je vous propose sur Spoc en Stock une formation interactive et collaborative en ligne sur le storytelling et en particulier sur le storytelling visuel.  En cinq semaines, vous allez maîtriser tous les principes de la narration.  Et vous aurez conçu une présentation captivante, pour n’importe quel support.  En ligne ou pas.

Comme beaucoup d’entre nous, vous devez prendre la parole en public.  Vous devez utiliser un support visuel pour animer une réunion, faire un rapport ou pour ouvrir l’assemblée générale de votre association.

Prendre la parole en public : bonjour l’angoisse !

Peur de prendre la parole en public ?

Et, comme la majorité des gens, vous avez les mains moites rien qu’à l’idée d’être seule face à tout le monde.  Vous tremblez rien qu’à penser que vos présentations ne seront pas à la hauteur. Vous vous dites :

  • ce sera ennuyeux
  • mes collègues vont rire de moi
  • je n’arrive pas à structurer mes présentations
  • mon patron va m’en vouloir si je n’y arrive pas
  • et une foule d’autres idées plus stressantes les unes que les autres

Vous n’êtes pas tout(e) seul(e) : selon une étude citée par Dan Roam, 74 % des Américains préféreraient mourir que de prendre la parole en public !

Avec les techniques du storytelling, prenez la parole avec plaisir

Pourtant, parler en public, délivrer une présentation efficace : non seulement, ça s’apprend, mais en plus, c’est très gai !

Une présentation agréable pour tout le monde

C’est très gai dès que :

  • vous maîtrisez les principes du storytelling (l’art de raconter les histoires)
  • vous savez de quoi vous allez parler
  • vous avez bien défini votre message
  • vous avez structuré votre présentation pour donner un impact maximum à votre message
  • vous prenez plaisir à converser, à échanger avec votre audience

C’est pour ça que j’ai créé ce SPOC : après avoir formé, pendant des années, des personnes à la prise de parole en public.  Après avoir constaté que, quel que soit le niveau académique ou professionnel, tout le monde peut :

  • définir un message efficace
  • s’adresser à un public de manière professionnelle
  • créer une présentation agréable avec un maximum d’impact
  • obtenir du succès pendant et après une prise de parole en public
  • transformer son stress en énergie positive
  • prendre plaisir à s’exprimer et à expliquer son projet à d’autres personnes

Regardez cette vidéo : j’y résume ce que je vous propose dans cette formation.  Ensuite, vous pouvez en lire le programme complet ci-dessous.

Une formation interactive et collaborative en ligne de 5 semaines

Cette formation intégralement en ligne se déroule sur cinq semaines.   Même si je vous fournis un certain bagage théorique, ce spoc se veut essentiellement pratique.   Mon objectif est de faire de vous des professionnels de la présentation et de la prise de parole en public, à l’aide des principes du storytelling.

Cette formation est multimédia : vous y trouverez :

  • de nombreuses vidéos,
  • des éléments sonores,
  • des images,
  • des infographies interactives,
  • des cartes mentales,
  • du texte
  • des quiz
  • des références bibliographiques et sitographiques
  • etc.

Comme les autres SPOC, celui-ci comprend des activités individuelles et de groupe, des échanges sur le forum et les médias sociaux, des classes virtuelles et du tutorat.  Un certificat vous est remis en fin de formation si vous avez satisfait à au moins 75 % des épreuves.

Programme de la formation Storytelling visuel et présentations

Cette formation se déroule du 28 septembre au 1er novembre 2015.  Mais vous avez accès à la plateforme pendant les deux semaines suivantes, soit jusqu’au 15 novembre inclus.

Semaine 1 : Introduction – histoires et principes du storytelling – votre projet de présentation

 Cette première semaine vous permet d’explorer l’histoire et les principes de la narration occidentale, depuis Platon, Aristote et Cicéron jusqu’aux modernes.

Ensuite, vous découvrirez les différentes modalités du storytelling et comment elles peuvent s’appliquer à la création de présentations efficaces :

  • Storytelling
    • visuel
    • interactif
    • digital
    • data-storytelling
    • cross et transmédia
    • appliqué à l’art de créer des présentations en ligne et hors ligne
  • le storytelling contemporain ou comment l’entreprise se met en scène

Votre projet de présentation :

  • Quelques principes de présentation
    • Définissez votre message
    • Déterminez vos objectifs
    • Identifiez votre public (carte d’empathie)

Semaine 2 : Présentations et structure du récit

 Vous apprendrez comment différents théoriciens ont tenté de modéliser les types de narration et d’histoires.

Comment ces modélisations s’appliquent aux types de présentations : pitch, présentations-rapports, drame, etc.

Vous déterminerez ensuite quelle structure de présentation correspond le mieux à vos objectifs.

Vous travaillerez ensuite sur le séquençage de votre présentation : c’est une phase délicate et très importante de votre préparation.  Une structure inadéquate ou un mauvais séquençage peuvent réduire à néant toute la force de votre message.

En effet, le séquençage de votre présentation permet de conserver l’attention de votre public à son maximum pendant toute la présentation.

Le fait de bien placer les différents élément de votre présentation lui confère un impact incomparable.

Semaine 3 : le storytelling visuel au service de votre présentation

Pourquoi utiliser des visuels dans votre présentation ?

Découvrez la puissance des images.  Découvrez comment le storytelling synchronise le cerveau de l’orateur et des auditeurs.  Comment les images renforcent cette synchronisation et s’adressent directement aux émotions de votre auditoire.

Vous allez apprendre aussi à utiliser ces images selon deux grands modes : la congruence et la dissonance, pour un impact maximum sur votre public.

Vous apprendrez aussi :

  • où trouver ces images
  • comment les retoucher
  • comment les calibrer
  • comment y ajouter du texte
  • les codes-couleur
  • la vidéo : attention, à manier avec prudence
  • la typographie :
    • quelques principes de base
    • où trouver les polices de caractères
    • les accords entre polices de caractères
    • comment marier texte et images

Semaine 4 : Data-storytelling et présentation

Nous sommes submergés par les données au point que l’on a créé le terme infobésité et que le nombre de données produite par an est à présent calculé en brontobytes (1 suivi de 27 zéros).

Les présentations n’échappent pas à cette invasion et de nombreux Powerpoint sont encombrés de chiffres.

J’ai établi un partenariat avec Infogram et vous allez bénéficier d’un compte Pro pendant un mois.  Nous allons travailler ensemble sur vos graphiques et infographies et apprendre à les intégrer dans vos présentations.

Vous allez donc apprendre à ;

  • visualiser vos données chiffrées sous forme de graphiques et diagrammes appropriés
  • humaniser vos données grâce au storytelling
  • réduire les nombres abstraits à l’échelle humaine
  • impliquer votre public dans le récit tiré de vos données
  • utiliser des infographies interactives en présentation
  • etc.

Semaine 5 : délivrez votre présentation

Vous avez tous les éléments de votre présentation.  Vous devez à présent choisir le meilleur support pour cette présentation.

Allez-vous présenter en face-à-face ?  Ou en ligne ?  Ou cette présentation est-elle autonome et sera-t-elle distribuée sur Slideshare et les réseaux sociaux ?  Allez-vous l’intégrer à un blog ou à un site web ?

Nous allons passer en revue les différents types de logiciels et de supports en fonction de vos objectifs et de la nature de votre présentation :

  • présentation en face à face ou en ligne
  • logiciels séquentiels ou  non
  • supports connectés ou non
  • interactivité : SlideDog
  • objets, démonstrations
  • spécificités des présentations en ligne en live
  • spécificités des présentation en ligne en différé
  • etc.

Parler en public :

  • Le langage :
    • verbal
    • non verbal
      • l’attitude corporelle
      • le langage du corps
      • le ton de la voix
      • la respiration
      • l’articulation
      • le regard
      • les questions
        • de votre public
        • à votre public
    • le stress
      • négatif
      • positif
      • transformer le stress négatif en énergie positive
      • techniques de relaxation
  • l’importance des répétitions
    • maîtriser sa présentation (exemple des orateurs TED.com)
    • pouvoir improviser
    • conversez avec votre public

Comme pour les autres SPOC, vous bénéficiez aussi d’une heure de consultance gratuite pour vous aider à finaliser votre présentation.

Cliquez ici pour en savoir plus et vous inscrire

Vous avez aimé cet article ?  Inscrivez-vous à ma newsletter et ne ratez plus aucun article ou événément !.

Catégories
formation

Sondage : quelles formations pour cet été ?

Je voudrais savoir quelles formations vous intéressent pour cet été.  J’ai donc créé un petit sondage qui ne vous prendra que quelques minutes.

Avez-vous choisi votre formation ?

Source photo : Jeshu John – Designers Pics.

L’été, ce n’est pas seulement la période des vacances, des séjours à la plage ou des randonnées à la montagne.  C’est aussi une période propice à la découverte, à l’expérimentation, loin de la cohue et de la précipitation des jours de travail.

C’est donc le moment rêvé pour se former à de nouvelles pratiques, à de nouveaux outils, à de nouveaux modes de pensée.

Des formations et des ateliers pour juillet, août et septembre

Je vais organiser des formations pendant les mois de juillet et août ainsi qu’à la rentrée de septembre.  Mais avant de lancer les opérations – réservation de salles, création de cours en ligne, etc. – j’aimerais avoir votre avis.

Quelles formations souhaitez-vous pour les prochains mois, voire les prochaines semaines ?

J’ai rédigé une liste de formations et d’ateliers susceptibles d’être programmés en juillet, août et septembre.  Je la reprends dans le questionnaire ci-dessous.

Pouvez-vous répondre au questionnaire ?  Cela ne vous prendra que quelques minutes.  Mais de cette façon, je pourrai vous proposer des formations qui vous intéressent vraiment.

Merci d’avance pour votre collaboration,

Marco.

 Vous avez aimé cet article ?  Inscrivez-vous à ma newsletter et ne ratez plus aucun article ou événément !

Catégories
formation mindmapping

Formation hybride : mindmapping pour formateurs et enseignants

J’ai entièrement revu notre formation Mindmapping pour formateurs et enseignants.  C’est devenu une formation hybride à part entière avec un atelier en présentiel et un SPOC réparti sur plusieurs semaines.

J’ai déjà écrit deux articles sur la formation mindmapping pour formateurs et enseignants : l’une sous forme d’atelier et l’autre sous forme de formation intra-entreprise.

Cette formation est très appréciée et demandée en Belgique, en France et en Suisse.  Mais sa répartition sur deux journées entières plus une partie de formation en ligne constituait un obstacle pour certaines institutions.  Difficile de se passer des enseignants ou des formateurs pendant deux jours consécutifs.  Difficile pour moi d’espacer les deux jours de formation en présentiel lorsque la formation se déroulait très loin de chez moi : les coûts de transport devenant prohibitifs…

J’ai résolu le problème en tirant les leçons de mon expérience lors du MOOC ITyPA (dont je publierai bientôt le bilan dans un autre article).

Une formation hybride de mindmapping collaboratif

Les formations précédentes contenaient déjà des éléments hybrides : elles consistaient en deux journées de formation en présentiel et de l’e-learning.   Depuis l’apparition de l’interface School de Mindomo, j’ai intégré cette dernière dans la formation.

Et puis l’utilisation intensive de la vidéo et d’autres éléments dynamiques, des webinaires et des forums dans ITyPA3 m’ont convaincu qu’on pouvait aller plus loin dans l’hybridation.

C’est pourquoi j’ai restructuré cette formation et distribué les parties présentielles et en ligne de façon différente.  Finalement, cette nouvelle répartition permet de donner plus d’éléments avancés que la division en deux jours de présentiel.

Formation hybride de mindmapping

Un atelier en présentiel d’un jour

Cette formation d’un jour en présentiel se déroule sous forme d’atelier d’initiation au mindmapping et à la  pensée visuelle.

Cet atelier comprendra la construction d’un projet de formation en utilisant les techniques du mindmapping numérique avec le logiciel Mindomo.

Chaque participant peut donc soit venir avec son propre projet, soit s’approprier le projet cas d’école proposé par le formateur.  La suite de la formation, en ligne, portera sur l’achèvement et le perfectionnement de ce projet individuel.

Un SPOC avec beaucoup d’interactions

Un SPOC, c’est un Small Private Online Course : un petit cours en ligne privé.  Il se distingue du cours en ligne traditionnel par de forts éléments d’échange tels que le forum, le webinaire, le tutorat en ligne. Il est proche du MOOC en termes de méthodologie, mais s’en distingue par le fait de ne pas être massif et qu’il n’est pas ouvert à tout le monde.

1. Des modules d’autoformation

Cette autoformation se présente sous forme de modules multimédias :

  • une vidéo ou une présentation avec une bande son introduit le sujet (par exemple, les principes généraux d’une mindmap)
  • ensuite, le module est divisé en plusieurs chapitres contenant :
    • du texte, des images, une animation, une présentation, etc.
    • des quiz intermédiaires : qui vérifient surtout si on a bien assimilé les nouvelles notions
    • un quiz final pour mesurer le degré de rétention des éléments précédents

Ces modules d’autoformation sont disponibles pour les apprenants 24 heures sur 24 : ils y ont accès quand bon leur semble.  Ils les visionnent et passent les quizzes et les tests autant de fois qu’ils le souhaitent.  Les évaluations ne sont pas sommatives mais bien formatives : leur objectif est de faire progresser l’apprenant et non pas de lui attribuer une note.

2. Des échanges via le chat et le forum

Ce qui distingue ce SPOC de l’e-learning « traditionnel », c’est l’accent mis sur les échanges entre les participants et avec le(s) formateur(s).

Pendant toute la durée de la formation, les participants peuvent poser des questions à tout moment, faire des suggestions, poster des commentaires, demander de l’aide, etc.

3. Des webinaires, du tutorat et des ateliers en ligne

Pendant la formation en ligne, nous proposerons des webinaires – séminaire en ligne – pendant lesquels les participants pourront également poser leurs questions.

L’un des points forts de cette formation consiste en deux ateliers en ligne, en synchrone : les participants auront alors l’occasion de travailler ensemble sur une carte commune.  Ils s’initieront en live à l’utilisation du mindmapping collaboratif en ligne.

Le second atelier consistera en co-construction d’une carte-projet en ligne, en temps réel.  Cette carte-projet portera sur un thème lié à l’enseignement ou à la formation.

Ces ateliers seront réalisés avec l’interface School de Mindomo.

Vous avez aimé cet article ?  Inscrivez-vous à ma newsletter et ne ratez plus aucun article ou événément !

50.850344.35171
Catégories
formation

Organisez une Formation Mindmapping pour Formateurs et Enseignants

Vous êtes responsable du personnel dans une école, une université, un centre de formation ?  Et vous voulez organiser une formation en mindmapping pour vos formateurs ou vos enseignants ?  Ne cherchez plus ! J’organise une formation de Mindmapping pour Formateurs et Enseignants adaptable à vos besoins !

De plus en plus d’écoles, d’universités ou de centres de formation souhaitent former leur personnel au mindmapping.  Pourquoi ?  Parce que cette méthode de pensée, formalisée au début des années 1970 par le psychologue anglais Tony Buzan, a montré son efficacité.

Le mindmapping, une méthode de pensée qui a fait ses preuves

Le mindmapping est de plus en plus reconnu comme une méthode d’organisation de pensée particulièrement efficace.  Sa pertinence comme outil d’étude n’est plus à démontrer.  Tout formateur, enseignant ou coach scolaire qui a utilisé le mindmapping comme support pédagogique peut témoigner de l’efficacité de cette méthode.

Le mindmapping est aussi un outil d’organisation de projet très prisé dans le monde de l’entreprise : qu’il s’agisse de prévoir les différentes étapes d’un événement.  Ou de concevoir et d’animer un projet à long terme avec différents partenaires.

Et les logiciels de mindmapping de nouvelle génération assurent à présent un flux continu avec les outils de bureautique ainsi qu’une intégration quasi-totale dans les outils du cloud comme  Google Drive ou Dropbox.  Et en outre, certains d’entre eux permettent le travail collaboratif en temps réel (synchrone).

Une formation de mindmapping spécifique pour formateurs et enseignants

La formation en mindmapping pour les formateurs et les enseignants n’est pas une formation comme les autres.

Pourquoi ?

Parce qu’on attend des formateurs et enseignants non seulement qu’ils assimilent et appliquent les principes du mindmapping.  Mais on attend surtout d’eux qu’ils soient capables de transmettre ces principes à leurs apprenants.  Ou qu’ils puissent assurer le transfert de connaissances ou de compétences (savoir, savoir-faire, savoir-être et savoir-devenir) en utilisant le mindmapping et autres outils issus de la pensée visuelle.

C’est pourquoi cette formation de deux jours en présentiel – avec un suivi post-formation en ligne –  est divisée en 5 phases différentes (double-cliquez sur la carte mentale ci-dessous pour l’agrandir ou sur le lien ci-après pour accéder à la présentation en ligne Mindomo) :

Formation mindmapping pour formateurs et enseignants

1) Initiation aux principes du Mindmapping

Le matin, nous commençons par le programme des deux journées : une présentation avec le logiciel de mindmapping Mindomo dont nous allons nous servir pendant les deux jours de formation.

Ensuite, nous faisons connaissance avec un brise-glace, un jeu qui met en avant la communication non-verbale et certains principes du mindmapping.

Nous prolongeons cette découverte des bases du mindmapping avec une présentation Prezi.  Les participants participent ensuite à un exercice de prise de notes sous forme de mindmap ou carte mentale.

Enfin, ils sont invités à créer, individuellement ou en petits groupes, une mindmap sur un thème donné : le scénario pédagogique, le business plan, etc.   Ce thème dépend de la nature de l’enseignement ou des formations dispensés par les participants et des besoins de l’institution.

2) Préparer ses cours et formations

L’après-midi de la première journée est consacré à la préparation des cours et formations.

Cela commence avec un brainstorming : une mise en commun des cartes mentales réalisées de manière individuelle ou en petits groupes en session plénière.   Cette carte collective peut être  le scénario pédagogique d’une séquence de cours ou de formation.  Ou l’organisation d’un business plan.

Cette mindmap collective est ensuite traduite en une carte numérique : elle servira de base pour la suite de la formation.  Les participants apprennent progressivement à y intégrer des documents de type Word, Excel, PDF, etc.  Ils créent des cartes secondaires ou ouvrent des programmes (Word, Excel, PowerPoint, vidéo, etc.) à partir de cette carte centrale.

Les participants approfondissent leurs démarches avec la technique CQQCOQP (une carte qui pose 7 questions fondamentales) : ils peuvent alors créer des lignes du temps, des organigrammes ou des cartes conceptuelles.  Tous ces outils permettent aux formateurs et enseignants d’exprimer des concepts très différents à leurs apprenants.

3) Gérer l’information avec le mindmapping

La seconde journée en présentiel démarre avec un quiz : un tour de table des participants afin de contrôler ce qui a été compris, mais aussi afin de rafraîchir la mémoire et préciser les notions mal maîtrisées.

Les participants testeront alors la veille sur Internet avec les liens de Mindomo : une façon d’organiser ses trouvailles sur Internet dans une mindmap.  Cette mindmap rassemble l’information, les liens, les textes et/ou les images des sites trouvés sur le Net.  Ces cartes peuvent aussi être intégrées dans Google Drive : elles peuvent être créées à partir de cette suite en ligne ou bien y être sauvegardées.

Pour un formateur ou un enseignant, la présentation de données et importante : elle constitue une partie non-négligeable du travail quotidien.  Les participants à cette formation apprendront donc à organiser leur carte mentale sous forme de présentation dynamique Mindomo.

4) Mindmapping collaboratif et classe virtuelle avec Mindomo

Une des dimensions les plus intéressantes des logiciels tels Mindomo, est leur capacité à travailler à distance, en temps réel, en mode collaboratif.

Une personne qui se trouve à Paris peut donc collaborer en ligne, en temps réel avec un collaborateur à la Réunion, par exemple.  Chacun des deux formateurs ou enseignants verra donc en direct les actions de l’autre sur la mindmap partagée.  Un système de chat leur permet de dialoguer en temps réel sans recourir à un autre outil en ligne.

Mais la grande spécificité de Mindomo, c’est l’interface School qui permet de créer des « classes virtuelles » et de les rassembler en une même école en ligne.  De cette façons, on peut inviter les apprenants et les regrouper dans un cours précis.  Mais on peut également distribuer les cours aux enseignants et formateurs.  Ces derniers pourront alors partager des ressources avec leurs apprenants, leur assigner des travaux, leur montrer des mindmaps, etc.

Enfin, cette partie de la formation se termine sur une démonstration des « smartmaps, ces « mindmaps intelligentes » qui indiquent à l’étudiant les étapes à suivre pour la compléter.  Un bon outil pour familiariser les étudiants avec des méthodes spécifiques à chaque cours.

5) Le suivi post-formation : des échanges et des ressources en ligne

Mais la formation ne s’arrête pas aux deux jours de présentiel : après la formation, les formateurs et enseignants participants bénéficieront d’un accès à des ressources en ligne.  Et ils pourront continuer leurs échanges avec le formateur via l’interface School de Mindomo pendant plusieurs semaines.

Une formule de coaching individuel en ligne est également possible sur demande.

Conclusion

La conclusion est simple : c’est une formation de mindmapping pour formateurs et enseignants conçues par un formateur-enseignant conscient des besoins spécifiques à sa profession : l’assimilation d’outils simples, pratiques, efficaces.  Et leur mise au service du transfert des compétences souhaitées vers les apprenants.  Cette formation, je l’ai testée, je l’ai donnée à plusieurs reprises en Belgique : elle fonctionne !

Elle est adaptable selon les besoins de VOTRE institution !  Nous pouvons l’animer en français et en anglais à travers toute l’Europe, l’Asie et l’Afrique, en fonction de nos disponibilités.

Convaincu(e) ?

Vous avez aimé cet article ?  Inscrivez-vous à ma newsletter et ne ratez plus aucun article ou événément !

50.629253.057256
Catégories
Critique livre formation

Construire et animer une session de formation : suivez le guide !

Avec son livre « Construire et animer une session de formation », Bernard Lamailloux signe un ouvrage essentiel, pour les formateurs débutants comme pour les vieux routards de l’éducation.  Un véritable guide pratique nourri par l’expérience et l’humour un brin désabusé d’un formateur hors pair.

Mise à jour : version e-book accessible sur Kobo et Amazon, 21-08-2014.

« Construire et animer une session de formation » est le premier livre de Bernard Lamailloux et en refermant ses pages, on espère juste qu’il y en aura beaucoup d’autres.  Car pour un coup d’essai, c’est un coup de maître.

Un livre nourri de l’expérience et de l’humour de l’auteur

Le livre de Bernard Lamailloux

Bernard Lamailloux est formateur depuis de longues années.  Concepteur de ressources pédagogiques, formateur de formateurs, il se définit avant tout comme «formateur-baroudeur tout-terrain » (voir la vidéo de l’entretien au bas de l’article).

C’est-à-dire quelqu’un qui a une pratique et une connaissance hors pair du terrain pédagogique, des réalités des formateurs.  Quelqu’un qui a aussi longuement réfléchi sur ses pratiques, leurs fondements théoriques, leurs applicabilité dans le travail quotidien, l’avenir des pratiques pédagogiques, etc.

Avec ce lourd bagage sur ses (frêles) épaules, Bernard Lamailloux aurait pu nous pondre un de ces pavés pédagogiques indigestes, un de ces interminables pensums aussi prodigieusement ennuyeux que rigoureusement incompréhensibles dont certaines institutions éducatives raffolent.

Ce serait mal connaître le bonhomme !

 Bernard Lamailloux nous livre au contraire un petit bijou d’humour parfois décalé, parfois un brin désabusé (surtout par rapport aux dites institutions de formations qui ressemblent plus à des usines à gaz qu’à des dispositifs éducatifs).

N’allez pas croire pour autant qu’il ne s’agit que de rire, que toute notion de sérieux est exclue de cet opus !

En réalité, Bernard Lamailloux use de ce cocktail détonnant d’humour, de métaphores si propice à la vulgarisation de qualité qui font tout le suc de son blog Former plus haut.

Des grands courants pédagogiques aux situations spécifiques de formation

Dans son livre, Bernard Lamailloux brosse le panorama de la formation d’aujourd’hui.  En quatre parties, il passe en revue tout ce qui doit intéresser le formateur professionnel, qu’il soit débutant ou confirmé.

J’ai particulièrement aimé dans cette partie le « Petit lexique impertinent« , petit mélange de lexique et de critique humoristique des réalités du métier qui remettent souvent les pendules à l’heure entre les grandes théories et les (toutes petites) pratiques de certaines grandes entreprises de formation.

Beaucoup aimé aussi ce schémas en « U » qui montre avec la force de l’évidence que si formateur et apprenants se rencontrent dans un même lieu pour une session de formation, il existe en réalité une pléthore d’intermédiaires dont l’influence plus ou moins directe oriente le jeu pour le meilleur ou pour le pire.

1. Les grands courants pédagogiques et les pédagogies décalées

Où nous découvrons que nous sommes pour la plupart des « Monsieur Jourdain » de la pédagogie, car nous instillons dans nos formations, des concepts, des exercices et des objectifs issus de ces différents courants que sont :

a) Les grands courants pédagogiques

  •  le behaviorisme
  • le constructivisme
  • le socio-constructivisme
  • le connectivisme

Un chapitre qui se conclut sur la pertinence de ces théories et des ouvrages qui en traitent dans le quotidien du formateur…

b) Les pédagogies décalées

Mais outre les courants « mainstream » prônés par les institutions académiques, il existe une multitudes de chemins de traverse : les pédagogies décalées.  C’est-à-dire des pratiques et des conceptions pédagogiques qui ne se revendiquent pas nécessairement des courants ci-dessus, mais qui explorent des potentiels que l’école ou la formation classique négligent.

C’est le cas de l’accelerative learning, mieux connu dans les pays francophone sous le terme générique mieux apprendre que l’on doit à Bruno Hourst, précurseur en la matière.  Un ensemble de principes qui permettent d’apprendre mieux en un temps réduit comme je l’écrivais dans mon article sur le livre de Xavier Delengaigne, Apprendre à toute vitesse.

Bernard Lamailloux parle aussi brièvement du mindmapping (avec un renvoi amical vers ce blog) et traite plus en profondeur l’impact des croyances limitantes sur la mémorisation.  Nous avons tous une mémoire extraordinaire, mais il faut en connaître les principes pour en mobiliser toute la puissance.

Il passe ensuite en revue les jeux de Thiagi et les serious games et l’influence du jeu sur le mieux apprendre.

2. Conception et préparation

Dans cette partie du livre, Bernard Lamailloux envisage les outils réutilisables du formateur : des séquences ou des outils de formations qui peuvent faire partie d’un « kit réutilisable ».

Les objectifs de votre formation doivent vous donner les grandes lignes du canevas que vous allez utiliser.  Il met aussi l’accent sur les types d’acquisition désirés (savoir-faire, savoir-être, savoir et savoir-devenir ou capacité à se projeter dans l’avenir).  Et enfin, sur les niveaux de maîtrise que les apprenants atteindront à la fin de votre formation.

Il aborde aussi la question des supports de formation, qui sont importants :

  • quels sont les paramètres à prendre en compte dans le choix d’un support ?
  • quels supports pour les apprenants
  • quels supports pour le formateur ?

Bernard Lamailloux décortique aussi l’art de structurer un scénario pédagogique et propose enfin une checklist pour s’assurer de ne rien avoir oublié.

 3. Animation – Face à face pédagogique

Cette partie aborde l’animation d’une session de formation : comment aborder le face-à-face pédagogique avec un groupe de personnes que vous ne connaissez pas ?  Sur lesquelles vous n’avez eu aucune information préalable ?

Une fois de plus, Bernard Lamailloux nous donne les clés d’une façon unique, mêlant humour et conseils pratiques.

D’abord, arrivez en avance et assurez-vous que tout est prêt et fonctionnel.

Ensuite, appliquer quelques règles simples pour une « gestion saine des ressources dont on dispose ».  Les règles claires, explicites dès le début pour vos apprenants, traceront les grandes lignes de votre intervention… et vous faciliteront la vie tout au long de cette session.

Les questions posées par les participants peuvent être à double tranchant : répondez-y avec sincérité, ou le retour de flammes ne se fera pas attendre !  Par contre, si vous y répondez avec humilité et professionnalisme, vous contribuerez à une atmosphère vraiment propice à l’apprentissage.

La clôture de la session de formation est au moins aussi importante que le début : soyez vigilant.  Une évaluation à chaud peut se rater ou se réussir.  Mettez tous les atouts de votre côté en suivant les conseils de l’auteur !

4. Quelques cas particuliers

L’ouvrage se termine sur l’analyse de quelques cas particuliers auxquels le formateur se trouvera un jour confronté.

Notamment, la formation de formateurs, à la fois plus exigeante mais plus gratifiante, puisque ce sont vos pairs que vous formez : des gens qui maîtrisent au moins une partie des concepts et des outils que vous utilisez, avec qui vous pouvez connaître des échanges très riches sur vos propres pratiques pédagogiques…

Bernard Lamailloux évoque ensuite la façon de « reformater une formation » pour l’adapter à un nouveau public ou à des circonstances nouvelles.

Il aborde ensuite l’apprentissage à distance et ses différentes modalités, ainsi que l’usage possible des mondes virtuels dans la formation, avec leur richesse et leurs limitations – notamment les connaissances techniques minimales requises pour « entrer » dans ces mondes virtuels.

J’ai beaucoup aimé la partie qui compare les formations en bureautique et les formations techniques : en tant que formateur en mindmapping et autres méthodes issues de la pensée visuelle, je suis confronté à ce type de décalage entre ce que j’offre réellement et les attentes de certaines institutions de formation.  C’est particulièrement vrai en formation de formateurs où la capacité de transmettre connaissances et compétences via le mindmapping me paraissent bien plus intéressantes pour ce public que la maîtrise de chaque commande d’un logiciel donné…

Ce chapitre se clôture sur le cas particulier des étudiants surdoués.

Conclusion

En conclusion : un ouvrage indispensable à toute personne qui se destine au métier de formateur, mais aussi aux formateurs déjà en fonction.

En effet, tant le débutant que le formateur chevronné trouveront ici des tuyaux pratiques mais aussi des réflexions sur leur profession, sur ses conditions d’exercices, pas toujours idéales.

Un ouvrage comme on aimerait en lire plus souvent, alliant humour et conseils applicables immédiatement, outils concrets et recul par rapport à certaines pratiques du secteur.

Je vous fais une confidence pour terminer : c’est un livre que j’aurais aimé écrire moi-même 😉

Construire et animer une session de formation : Tranfert de compétences, les clés du succès, Bernard Lamailloux, Paris, Dunod, 2014, 179 p.

Egalement accessible en version e-book sur Kobo et Amazon.

Vous avez aimé cet article ?  Inscrivez-vous à ma newsletter et ne ratez plus aucun article ou événément !

Catégories
Apprendre à apprendre Ateliers formation

Formations Apprendre à apprendre pour étudiants de tous âges

Je lance à la fin des mois de juillet et d’août, de nouveaux ateliers du type « Apprendre à Apprendre« .  Ils concernent tous les âges : depuis l’école primaire jusqu’à l’université.

Cela fait plusieurs années maintenant que j’anime des ateliers-formations du type « Apprendre à apprendre« .  Les premiers étaient destinés aux étudiants du secondaire, de 13 à 18 ans.

Formation J’étudie plus efficacement pour les étudiants de 13 – 18 ans en secondaire

Je maintiens un atelier pour cette tranche d’âge.  Je l’ai intitulé « J’étudie plus efficacement« .  Il est basé sur :

C’est ce que j’ai fait notamment dans cette carte conceptuelle (cliquez sur l’image pour ouvrir la carte conceptuelle en ligne).

Carte conceptuelle Mindomo

J’ai résumé une vidéo de cours issue du MOOC « Les Clés pour devenir Community Manager« .  Cette vidéo est intitulée Qu’est-ce que le webmarketing et constitue la première partie de la première semaine.  La carte conceptuelle ci-dessus illustre bien la façon d’étudier avec ce type d’outils : on synthétise un cours sous forme visuelle, en illustrant les différentes étapes et en montrant les liens entre les diverses parties du cours.

Les participants apprendront également des techniques de mémorisation telles que les flashcards ou la méthode des loci (ou palais de mémoire).

Tout au long de l’atelier, les participants seront sensibilisés à l’utilisation du kanban personnel pour les aider à la gestion de leur travail.

Informations et inscriptions :

A Bruxelles, dans les locaux de FIL SPRL, place de la Minoterie, 10 à 1080, Bruxelles.

Informations et inscription pour la formation J’étudie plus efficacement le 29 juillet.

Informations et inscription pour la formation J’étudie plus efficacement le 26 août.

Formation J’apprends à apprendre pour les élèves de l’école primaire (de 6-12 ans)

« J’apprends à apprendre » est une formation destinée aux élèves de l’enseignement primaire de 6 à 12 ans, accompagnés de leurs parents ou non.

Ici aussi, on démarre la journée par un jeu et ensuite les bases du mindmapping manuel.

Les enfants apprennent à dessiner une carte mentale et à résumer un texte simple.  Ils travaillent ensuite sur la méthode CQQCOQP, comme leurs aînés.

Mais au lieu de travailler avec les cartes conceptuelles, ils apprennent à utiliser certains organisateurs graphiques, telle la carte double-bulle : une façon très efficace de les amener à établir des comparaisons raisonnées.  Ils doivent remplir la colonne de droite, laissée vide, à l’aide des éléments de la colonne du centre – les catégories générales – et ceux de la colonne de gauche – ici, les caractéristiques des araignées, qu’ils doivent comparer avec celles des insectes.  (Double-cliquez sur la carte pour l’agrandir : vous pouvez aussi la télécharger gratuitement sur ma page personnelle Biggerplate).

Comparer avec une carte double-bulle

Nous terminons la journée de formation par une série d’exercices mnémotechniques : des flashcards pour apprendre à mémoriser du vocabulaire, par exemple.

Pour les 6-9 ans, je recommande vraiment la présence d’au moins un des parents : de cette façon, ils pourront non seulement participer et aider leur enfant pendant l’atelier, mais surtout, ils pourront le soutenir lors de la préparation des devoirs à la maison.

 Informations et inscriptions :

A Bruxelles, dans les locaux de FIL SPRL, place de la Minoterie, 10 à 1080, Bruxelles.

Informations et inscription pour la formation J’apprends à apprendre du 28 juillet.

Informations et inscription pour la formation J’apprends à apprendre du 25 août.

Formation J’étudie à l’université avec le mindmapping

Et enfin, pour les étudiants d’université ou de l’enseignement supérieur, je propose un nouvel atelier intitulé J’étudie à l’université avec le mindmapping.

Cet formation sous forme d’atelier aura lieu à Bruxelles le 1er août.

Il consiste en une approche très dynamique du mindmapping collaboratif.

Formation J’étudie à l’université avec le mindmapping

En effet, après avoir appris les bases du mindmapping manuel et numérique, les participants seront invités à co-construire des mindmaps en ligne, en collaboration synchrone (en temps réel).

Ils auront aussi l’occasion de pratiquer la veille sur Internet avec les outils proposés par le logiciel de mindmapping Mindomo : ils apprendront ainsi à classer dans une carte des liens et références dont ils auront besoin pour leur travaux.  Et ils pourront effectuer une série d’exercice en ligne.

Pendant tout l’atelier, ils seront sensibilisés à la gestion du temps et du volume de travail avec la méthode du kanban personnel.

Informations et inscriptions :

A Bruxelles, dans les locaux de FIL SPRL, place de la Minoterie, 10 à 1080, Bruxelles.

Informations et inscription pour la formation J’étudie à l’université avec le mindmapping du 1er août.

Vous avez aimé cet article ?  Inscrivez-vous à ma newsletter et ne ratez plus aucun article ou événément !

Catégories
concept map formation Logiciels Mind Mapping Mindomo Outils

Formation Mindmapping pour formateurs et enseignants

 Je lance en juillet prochain une formation de Mindmapping spécialement destinées aux (futurs) formateurs et enseignants : un atelier de deux jours entièrement dédié à la transmission des savoirs par la pensée visuelle.

  • Comment faire passer vos savoirs et vos compétences à des jeunes installés devant leurs écrans toute la journée ?
  • Comment visualiser des informations complexes pour les rendre intelligibles ?
  • Comment organiser vos idées lorsque vous concevez un cours ou une séance de formation ?
  • Comment présenter vos cours de façon attrayante pour capter l’attention de vos apprenants ?

Le mindmapping, avec ses dimensions à la fois ludiques et structurantes, apporte des réponses à toutes ces questions.

(Cliquez sur l’image pour ouvrir la carte interactive en ligne).

Formation de formateurs et enseignants

Une formation mindmapping spécifique pour les formateurs et enseignants

Je vous propose donc une formation spécifique de Mindmapping pour formateurs et enseignants, à Bruxelles, les 24 et 25 juillet prochains.  Cette formation se déroule dans nos locaux, Place de la Minoterie, 10 à 1.080, Bruxelles.

Cette formation en présentiel sera prolongée par un suivi en ligne avec l’interface ClassRoom de Mindomo, le logiciel que j’utiliserai pour cette formation.

La formation mettra surtout l’accent sur la transmission : comment transmettre vos savoirs, compétences et attitudes (savoir, savoir-faire et savoir-être) à vos apprenants de manière efficace avec les outils visuels.  Le second jour, nous verrons aussi comment tirer parti du mindmapping collaboratif.

Deux jours de formation pour maîtriser le mindmapping collaboratif

Pendant ces deux jours, vous allez apprendre les techniques de base du mindmapping manuel, mais aussi celles du mindmapping numérique et enfin, du mindmapping collaboratif : ce dernier se base sur les échanges en ligne en temps réel (synchrone).

Déroulement du premier jour de formation

  • Accueil : dès 8h30
  • Programme de la formation : Présentation avec support visuel Mindomo
  • Brise-glace :  Jeu pour faire connaissance autrement et introduction à la communication non-verbale
  • Le mindmapping pour former et enseigner :  Présentation Prezi
  • Interview : exercice de prise de notes rapide et efficace selon les techniques du Mindmapping
  • Carte d’empathie 1 : exercice de Mindmapping manuel individuel
  • Carte d’empathie 2 : exercice de Brainstorming, élaboration d’une carte collective
  • Scénario pédagogique : première carte numérique Mindomo

Scénario pédagogique

Déroulement du deuxième jour de formation

  •  Accueil : dès 8h30
  • Quiz : Révision des notions apprises la veille
  • Cartes conceptuelles : Expliquez les flux, les procédures et les procès de manière visuelle
  • Gestion de l’information : trouvez l’info sur Internet, gérez les marques-page et les liens avec Mindomo
  • Présentez l’information : présentez l’information recueillie et classée avec le module de présentation de  Mindomo
  • Collaboration : exercice de Mindmapping collaboratif; co-édition à distance en temps réel avec vos collègues, vos apprenants, vos clients
  • Mindomo Classrooom : avec l’interface de classe virtuelle, invitez vos apprenants et assignez-leur des travaux à distance

 Suivi post-formation

Le logiciel de mindmapping Mindomo propose une interface spécifique pour les formations, appelée ClassRoom (salle de classe) que nous apprendrons à utiliser lors de la deuxième journée de formation.  Elle nous servira ensuite pour le suivi post-formation : nous continuerons en effet à échanger des mindmaps, des ressources et des commentaires pendant plusieurs semaines après la formation en présentiel.

Organisez cette formation dans votre institution !

Vous êtes une école, une université ou un centre de formation ?  Nous pouvons organiser une session de ce type pour vous.  Nous formons vos formateurs ou enseignants en fonction de vos besoins.  Nous pouvons mettre l’accent sur tel outil ou méthode.  Nous pouvons adapter le contenu des ateliers aux spécificités de votre institution : université, centre de formation des enseignants, incubateur ou agence d’accompagnement en création d’entreprise, association d’éducation permanente, etc.

Nous organisons cette formation en français ou en anglais. Nous nous déplaçons partout en Europe, Afrique et Asie.

Demandez-nous une offre en utilisant le formulaire ci-dessous et nous reprendrons rapidement contact avec vous afin de vous faire une proposition sur mesure.

Vous avez aimé cet article ?  Inscrivez-vous à ma newsletter et ne ratez plus aucun article ou événément !

50.850344.35171
Catégories
Ecriture Etudier efficacement formation Logiciels Scrivener

Rédigez votre thèse ou votre mémoire (TFE) avec Scrivener

De nombreux étudiants éprouvent des difficultés pour terminer leur mémoire (TFE) ou leur thèse de doctorat.  Leurs écrits prennent rapidement des proportions énormes.  Et avec un traitement de texte, cela devient vite ingérable.  Je vous propose une formation avec Scrivener, pour retrouver la maîtrise de vos travaux académiques. 

De nombreux étudiants éprouvent des difficultés énormes pour terminer leur thèse de doctorat ou leur travail de fin d’études (TFE) que ce soit pour un baccalauréat ou un master.

Les recherches s’accumulent ; les tonnes de papiers et de références web s’empilent ; les pages rédigées s’ajoutent les unes aux autres ;  le tout prend des proportions impressionnantes.  Mais rapidement, c’est le sentiment d’angoisse qui domine, propulsé à des hauteurs stratosphériques par des questions du type :

  • où est-ce que j’en suis ?
  • comment terminer ?
  • par quel bout reprendre le monstre ?
  • comment remettre de l’ordre dans cet amoncellement de données ?
  • où est ma structure d’origine qui me paraissait si judicieuse au début ?
  • vais-je pouvoir terminer à temps ?

Scrivener : un logiciel adapté aux documents longs

Si vous ou quelqu’un de votre entourage, vous posez ces questions, il est peut-être temps d’envisager une solution aussi peu chère qu’élégante : Scrivener !

Scrivener est un studio d’écriture complet, proposant de nombreuses options pratiques pour reprendre le contrôle de vos documents longs.  Et, cerise sur le gâteau, Scrivener est très bon marché. Et encore plus intéressant pour les étudiants puisqu’il propose également une licence « éducation » (pour étudiants et enseignants) qui coûte  28,18 euros (prix avec le taux de change du 9 juin 2014).

En quoi Scrivener est-il différent d’un logiciel de traitement de texte comme Word ou celui d’OpenOffice ?

Scrivener est un studio d’écriture, il propose donc un environnement complet pour les écrivains, les rédacteurs, les journalistes, les avocats et les juristes, les enseignants, les étudiants, etc.  Toute personne confrontée un jour ou l’autre à la rédaction d’un document long…

Scrivener : un studio d’écriture complet et bon marché

Les différentes parties de l’écran de Scrivener

Scrivener vous offre une batterie d’outils pour gérer vos documents longs de A à Z.  Sur cet écran, par exemple, Scrivener déploie :

  • la barre d’outils: tout en haut.  Une véritable panoplie d’outils personnalisables, que vous décidez d’afficher ou non et qui vous facilitent la vie ;
  • le classeur : à gauche, permet de savoir à tout moment où vous vous trouvez par rapport à la structure globale.  En déplaçant un titre dans le classeur, vous déplacez aussi le texte et tous les éléments qui l’acompagnent (notes, index, etc.);
  • l’éditeur : au centre, c’est là où vous tapez votre texte.  Vous pouvez choisir d’afficher tous les éléments autour ou bien de ne voir que votre texte en plein écran pour vous concentrer uniquement sur la rédaction ;
  • la barre de format : en bas, vous indique le nombre de mots, de signes, si vous atteignez vos objectifs d’écriture ou non, etc.
  • enfin, l’inspecteur : à droite, vous donne des indications précieuses comme les synopsis, ces petits résumés de chaque partie du texte, pour garder à l’esprit non seulement le contenu, mais l’état d’avancement de chaque morceau de votre document : premier jet, brouillon, texte revu, prêt à imprimer, etc.

La vision des parties de votre document comme autant de cartes indexées sur un tableau de liège facilite aussi le voyage au sein de votre structure.  Il suffit de déplacer une carte pour que tout le contenu correspondant soit disposé au même point de votre structure

Vos chapitres vus comme des cartes indexées

Une formation d’un jour pour maîtriser tous les aspects de votre thèse ou mémoire

Il ne suffit pas d’avoir un outil de travail : encore faut-il une méthode pour l’exploîter pleinement !  C’est ce que je vous propose de faire lors de la formation que j’organise le 23 octobre prochain à Bruxelles, de 9 à 17 heures.

Au cours de cette journée de formation Scrivener, vous apprendrez :

  • à redéfinir votre question de recherche et vos objectifs avec précision
  • à dessiner la structure de votre thèse ou mémoire avec une mindmap
  • à importer cette structure dans Scrivener
  • à ajouter du texte dans Scrivener
  • à importer du texte depuis Word ou tout autre traitement ou éditeur de texte
  • à séquencer votre travail pour correspondre aux normes académiques
  • à organiser et déplacer du texte dans Scrivener
  • à utiliser les différents outils : modèles (templates), classeur, inspecteur, vision sous forme de tableau de liège, etc.
  • à réviser votre texte avec les commentaires, les correcteurs, etc.
  • à partager votre texte
  • à compiler votre texte pour l’impression, l’exportation, etc.

 Vous avez déjà commencé à rédiger votre mémoire ou votre thèse avec un autre logiciel ?  Pas de panique : Scrivener importe les textes issus de la plupart des standards du marché.

Une formation destinée à tous les étudiants de l’université et de l’enseignement supérieur confrontés aux écrits académiques : mémoires, papers, travaux de fin d’études, thèses de doctorat, etc.

A Bruxelles, le 11 juillet 2014, de 9 à 17 heures.

Vous avez aimé cet article ?  Inscrivez-vous à ma newsletter et ne ratez plus aucun article ou événément !