Catégories
Comparatif Outils

Image interactive : quels outils utiliser ?

L’image interactive est un média très apprécié tant des élèves que des enseignants. Mais avec quels outils la réaliser et la diffuser auprès de vos apprenants ? Voici quelques conseils et quelques propositions d’outils pour vous aider.

L’image interactive est un support pédagogique aussi simple qu’efficace : une image de fond présente des points ou des zones sur lesquelles l’apprenant clique pour :

  • afficher une information textuelle
  • faire surgir une autre image
  • faire jouer un enregistrement audio ou un podcast
  • déclencher le démarrage d’une vidéo
  • ouvrir une visite virtuelle à 360°
  • donner accès à un dispositif immersif (vidéo 3D, réalité virtuelle ou augmentée)
  • etc.

Et donc, à partir d’une image de fond, on peut explorer d’autres médias liés à la même thématique. Vous pouvez également intégrer ce type d’image dans un parcours en ligne (plateforme d’apprentissage virtuel ou escape game, par exemple).

3 outils pour créer une image interactive

Je vous propose d’explorer ici 4 outils différents pour créer une image interactive :

  • Thinglink
  • Genially
  • Interactiv-img

Comparatif d’outils de création d’image interactive

L’image suivante reprend les caractéristiques des 3 applications :

Un comparatif pour tout saisir d’un coup d’œil

Thinglink

À tout seigneur tout honneur : Thinglink est l’un des premiers, sinon le premier à avoir proposé un outil de création d’image interactive.

Thinglink s’associe désormais à Canva pour créer directement des images interactives à partir des outils Canva intégrés dans l’interface :

Canva intégré dans Thinglink

Et voici une image interactive, très simple, créée avec Thinglink et Canva. Cliquez sur le bouton Play au milieu de l’image pour entendre le commentaire audio :

Si vous êtes enseignant, le compte Éducation gratuit de Thinglink vous permet de partager vos ressources. Sinon, vous devrez passer à la version payante pour pouvoir diffuser vos productions.

Lien vers Thinglink.

Genially

Genially est un site web qui propose des dizaines de modèles utiles pour créer des supports pédagogiques.

Dans ces modèles, vous trouverez aussi des exemples d’image interactive. Ici aussi, vous pouvez intégrer facilement des médias externes ou des étiquettes de texte à l’aide de boutons ou de zones cliquables.

Voici un exemple que j’ai créé pour expliquer les menus et commandes Zoom pour ma formation Concevez et animez votre classe virtuelle.

Lien vers Genially.

Interactiv-img

Contrairement aux autres sites présentés dans cet article, Interactiv-img ne fait que cela : créer des images interactives. Mais il le fait plutôt bien. La prise en main est très intuitive. La version gratuite permet de créer jusqu’à 5 images gratuites. La version payante vous coûtera 4 dollars par mois.

L’image ci-dessous présente l’équipe fictive d’une startup tout aussi imaginaire :

Dans la troisième étiquette, j’ai pu intégrer une vidéo Viméo (sur l’utilisation du code iFrame, si vous n’êtes pas familier, jetez-y un coup d’œil).

L’image, quant à elle, a été créée avec Canva for Work, la version payante de l’appli de design.

Lien vers interacti-img.

Quel outil allez-vous privilégier ?

Ces trois outils sont des freemiums. Aucun n’est libre ou open source.

Ils offrent des degrés divers de sophistication. Le tandem Canva-Thinglink est le plus riche en possibilités. Si vous utilisez Canva for Education, vous serez sans doute tenté d’utiliser cette combinaison.

Genially offre également une application intuitive, qui permet de réaliser assez rapidement (avec un peu de pratique) des images enrichies très utiles pour vos cours.

Interactiv-img me paraît l’application la plus limitée, surtout dans sa version gratuite.

Je vous laisse vous faire votre propre opinion : n’hésitez pas à nous en faire part dans les commentaires 😉

Vous avez apprécié cet article ? Abonnez-vous à notre lettre d’information pour ne manquer aucun article ou événement.

Catégories
Comparatif Outils

Vidéo interactive : 4 outils pour vos supports pédagogiques

La vidéo interactive est un support pédagogique de grande valeur : il ajoute au plaisir de la vidéo les bénéfices pédagogiques de l’interactivité. Mais quel outil gratuit offre le plus de fonctionnalités et de convivialité ? Cet article compare H5P, EdPuzzle, LearningApps et Thinglink. Quatre outils pour créer vos propres vidéos interactives.

La vidéo interactive : tous bénéfices pour vos apprenants

Le problème de la vidéo, c’est que c’est un support pédagogique largement passif. Les apprenants regardent, écoutent, mais ils ne sont pas vraiment actifs.

La vidéo interactive apporte à la vidéo l’interactivité qui permet aux apprenants :

  • de vérifier leur compréhension et la mémorisation des nouvelles notions
  • de maintenir un niveau élevé d’attention pendant un temps plus long
  • d’interagir avec la nouvelle matière et donc de se l’approprier vraiment

Mais comment créer votre vidéo interactive ?

Mais comment créer vos propres vidéos interactives ? Surtout, si votre niveau d’informatique ou de connaissances en codage est peu élevé ?

Quatre outils (presque) gratuits s’offrent à vous :

  • H5P
  • EdPuzzle
  • LearningApps
  • Thinglink

Un tableau comparatif pour choisir votre outil de vidéo interactive

Vous êtes pressé ?

Voici un tableau comparatif qui vous permettra de sélectionner l’outil de vidéo interactive qui convient à vos besoins.

Un tableau comparatif de quatre outils de vidéo interactive

H5P – l’outil communautaire de création de supports pédagogiques multimédias

H5P est un site communautaire. Créé par le développeur norvégien Joubel (pseudo de Svein Tore-Griff), il fait largement appel à des développeurs bénévoles. Le site présente à ce jour 46 types de supports pédagogiques multimédias, dont la vidéo interactive.

Voici un exemple que j’ai créé à partir d’une vidéo trouvée sur YouTube :

Vous pouvez en voir d’autres exemples dans la section Vidéo interactive de notre MOOC DIMPA.

L’un des avantages de H5P, ce sont ses « plugins » ou extensions. Si vous utilisez Moodle, WordPress ou Drupal, vous pouvez intégrer ces extensions à votre plateforme. Ensuite, vous pourrez créer de nouvelles vidéos interactives directement dans votre LMS. Si vous ne disposez pas de ces plateformes, vous pouvez intégrer vos applications via un code iFrame ou une clé LTI (payante).

Un petit bonus pour les utilisateurs de WordPress : vous pouvez également intégrer une application H5P dans une page ou un article en utilisant un code cours du type



[h5p id="X"]

X étant le numéro de l’application dans votre bibliothèque. C’est d’ailleurs de cette façon que j’ai intégré ma vidéo dans cet article.

La Digitale propose un outil gratuit, Logiquiz, dont je reparlerai, qui vous permet de créer ces contenus H5P sans disposer d’une plateforme extérieure.

L’équipe de HP travaille actuellement sur un « Hub » qui permettra bientôt de réutiiser les contenus créés par les autres utilisateurs. Ces contenus seront disponibles via une fonctionnalité « Get shared content » (obtenez du contenu partagé » qui s’affichera dans le menu général :

Nouvelle fonctionnalité dans le menu du haut

Vers le site de H5P.

EdPuzzle – l’outil propriétaire de création de vidéos interactives pour la classe

EdPuzzle s’adresse clairement aux enseignants, bien qu’il ne demande aucune preuve de ce statut. Il se finance à travers certaines publicités qui s’affichent sur l’espace d’édition vidéo pendant l’édition. Son modèle économique est le « freemium » : une version gratuite et des options payantes. Vous pouvez créer ou récupérer jusqu’à 20 vidéos interactives gratuitement.

Voici un exemple que j’ai réalisé autour d’une vidéo de National Geographic :

J’ai pu y insérer des questions ouvertes et à choix multiple. Par contre, je n’ai pas pu y intégrer de commentaire audio en raison des paramètres de la vidéo YouTube…

Un éditeur très simple vous permet d’insérer les éléments interactifs :

L’éditeur d’Edpuzzle

Une vidéo interactive Edpuzzle peut s’intégrer à toute page Web via un code iFrame. Elle s’intègre également à divers LMS, comme Google Classroom, Blackboard, Canvas, etc. Vous pouvez consulter la liste des plateformes compatibles. Dans ce cas, les notes obtenues par vos élèves via Edpuzzle sont automatiquement ajoutées à votre système habituel. Un gain de temps appréciable.

Vous pouvez également réutiliser des vidéos produites par les autres utilisateurs. Les vidéos existent dans de nombreuses langues sur des sujets illimités. Enfin, un éditeur de vidéo intégré vous permet de procéder à des coupures et à des montages simples.

Essayez le site d’Edpuzzle.

LearningApps : une application de vidéo interactive complète

LearningApps est un site de création et de partage d’applications pédagogiques très apprécié des enseignants. À juste titre : il propose des tonnes d’applications variées, faciles à créer ou à réutiliser, ainsi qu’un système de gestion de classes avec statistiques et rapports d’activité. Et tout cela gratuitement !

En outre, les applications LearningApps peuvent être partagées via code QR, lien plein écran ou réduit et peuvent être intégrées dans une page web avec un code de type iFrame. Cerise sur le gâteau : LearningApps passe très bien sur smartphone : les élèves peu équipés peuvent donc suivre facilement les cours proposés sous cette forme, exactement comme avec Wooflash.

Par contre, l’éditeur de LearningApps n’est pas le plus convivial. Contrairement aux autres solutions, il faut y indiquer le début de chaque insertion. Et surtout, il faut créer les applications à l’avance. Mais cela permet d’intégrer des applications complètes, variées et réellement multimédias.

L’éditeur de vidéo interactive de LearningApps

J’aurais pu intégrer des questions audio ou plus d’images dans la vidéo. En fait, toutes les applications LearningApps peuvent être intégrées dans une vidéo interactive.

LearningApps ne peut pas être intégré dans votre LMS, par contre, il vous permet de créer des groupes d’apprenants – les classes – qui mémoriseront les performances de vos élèves ainsi que les statistiques (fréquentations, notes obtenues, etc.).

Visitez le site LearningApps.

Thinglink

Thinglink a été la première application (à ma connaissance) à proposer des images interactives. Aujourd’hui, elle se dirige vers l’utilisation des technologies immersives comme la visite virtuelle, la réalité virtuelle ou encore la vidéo interactive.

Thinglink exploite son expérience passée et propose de nombreuses intégrations :

  • image
  • vidéo
  • son
  • formulaires Google Form
  • Google Maps
  • etc.

Vous pouvez importer des vidéos YouTube ou une vidéo de votre PC, de votre compte Google Drive ou OneDrive ou encore des photos directement depuis Unsplash.

Attention : Seuls les comptes de type « Éducation » permettent de partager les réalisations avec un compte gratuit.

Vous pouvez intégrer facilement une production Thinkglink dans votre site Web ou LMS via un code iFrame. Si votre établissement souscrit un abonnement du type « School », vous pouvez également intégrer Thinglink via une clé LTI. Cette clé fonctionne notamment sur Moodle, Canvas ou Blackboard.

Lien vers Thinglink.

Conclusion : quatre applis différentes selon vos besoins

Les quatre applications de vidéo interactive présentées ci-dessus présentent des caractéristiques et des modes d’inscription différents.

Les quatre applications permettent de réaliser du contenu réalisé par d’autres utilisateurs (dans la mesure où ceux-ci ont publiés leurs productions avec l’autorisation de reproduction).

Utilisez mon tableau comparatif et la description de chaque technologie pour choisir celle qui convient le mieux aux besoins de vos apprenants.

Bonne découverte et bon travail 😉

Si vous avez apprécié cet article, abonnez-vous à notre lettre d’information pour ne rater aucun article ou podcast 😉

Catégories
cartes argumentaires Outils

Créer des cartes argumentaires gratuites avec Reasons

Créer des cartes argumentaires peut coûter assez cher, surtout pour un établissement scolaire ou une institution académique. Heureusement, Dave Kinkead, professeur à l’Université de Queensland en Australie a développé « Reasons » : une application gratuite en ligne.

J’ai écrit dans un article déjà ancien que les cartes argumentaires étaient peu connues et peu utilisées en francophonie. Peut-être cela tient-il à l’absence d’offre – de nombreuses applications de cartes argumentaires ayant simplement disparu. Peut-être aussi le prix de certaines applications décourage-t-il les écoles d’y avoir recours.

Créer des cartes argumentaires en ligne gratuitement

Heureusement, Dave Kinkead, professeur à l’Université de Queensland a développé une application en ligne gratuite pour créer des cartes argumentaires : Reasons.

Cette application gratuite en ligne est très simple à utiliser. Et elle permet de créer des cartes aussi élégantes qu’efficaces :

Une carte argumentaire créée avec Reasons

Une application très simple pour créer des cartes argumentaires en ligne

Lorsque vous vous connectez à Reasons, voici l’écran d’accueil qui s’affiche :

Page d’accueil de Reasons

Pour démarrer avec Reasons, c’est très simple : d’abord, cliquez sur un des carrés pour créer :

  • une carte vierge,
  • une carte avec deux branches indépendantes
  • une carte avec deux branches liées
  • une carte avec quatre branches liées deux par deux
  • une carte avec quatre branches liées entre elles

Reasons est en anglais, mais on peut se débrouiller très facilement même sans parler la langue.

Méthodologie pour créer des cartes argumentaires avec Reasons

Tout d’abord, sélectionnez le sujet que vous voulez explorer.

Choisir la carte argumentaire vierge

Nous allons prendre un exemple avec une page vierge.

Cliquez donc sur le carré tout à gauche de la page d’accueil.

Entrer les données de ma thèse centrale

Ensuite, entrez les données de votre thèse centrale.

Cliquez sur le trait continu et sauvegardez.

Entrer votre premier argument pour ou contre

Tapez ensuite votre premier argument dans l’autre case qui s’offre à vous.

Si c’est un argument en faveur de votre thèse centrale, laissez le cadre en trait continu.

Sinon, choisissez le trait discontinu (pointillé) pour montrer qu’il s’agit d’une objection.

Double-cliquez sur l’étiquette de la branche pour introduire le nouveau texte (frein, soutient, objection, etc.).

Entrez un autre argument

Pour entrer un nouvel argument (pour ou contre) dans votre carte argumentaire, double-cliquez sur le fond. L’éditeur apparaît alors et il vous suffit de le remplir, de choisir le type de contour de votre cadre et de sauvegarder en cliquant sur OK.

Pour lier cet argument à la thèse centrale, il suffit de le glisser sur le cadre de la thèse.

Liez deux arguments entre eux

Pour montrer que deux arguments, voire davantage, se conjuguent pour soutenir ou réfuter la thèse, il suffit de glisser d’abord l’argument sur la thèse, pour créer un premier lien. Ensuite, glissez le deuxième argument (et les suivants s’il y en a) sur le premier argument.

Deux arguments « pour » liés entre eux

Leurs flèches se rejoignent et ils partagent la même étiquette – soutient ou réfute la thèse.

Effacer un argument ou une flèche

Vous pouvez facilement effacer un argument, une flèche ou une étiquette.

Pour cela, double-cliquez sur l’élément que vous souhaitez éliminer et cliquez sur Delete dans l’éditeur.

Imprimer votre carte argumentaire

Rien de plus facile que d’imprimer votre carte argumentaire.

Pour cela, cliquez sur l’icône en forme d’imprimante en haut de l’écran.

Ensuite, tapez CTRL P pour déclencher votre imprimante. Vous pouvez également imprimer au format PDF. Vous pouvez aussi enregistrer cette carte au format image.

Sauvegardez votre carte Reasons

Pour cela, cliquez sur l’icône en forme de disquette de votre page et attribuez un nom à votre carte.
Elle sera sauvegardée dans votre répertoire.

Dupliquez votre carte argumentaire

Pour obtenir une copie de votre carte argumentaire, cliquez sur l’icône Fork de la page. Elle générera une copie conforme de votre carte que vous pourrez modifier à votre guise.

Une fonctionnalité appréciable si vous créez souvent des cartes argumentaires du même type ou si vous voulez montrer plusieurs versions plus ou moins acceptables d’un même raisonnement.

Conclusion

Il n’a jamais été si simple ni si bon marché de créer des cartes argumentaires.

Grâce à cette application gratuite en ligne, vous pouvez facilement proposer à vos étudiants de s’exercer à la pensée logique et critique.

Un exercice salutaire quand on sait combien les adolescents sont sensibles aux discours qui circulent sur le web en général et sur les réseaux sociaux en particulier.

Vous avez apprécié cet article ? Abonnez-vous à notre lettre d’information et ne manquez aucun article ou podcast 😉

Catégories
Critique livre Escape games Jeux

Apprendre en jouant – critique de livre

Dans ce livre tonique, Eric Sanchez et Margarida Romero, explorent les liaisons pas si dangereuses entre jeu et apprentissage. Apprendre en jouant démonte 9 mythes et idées reçues en autant de chapitres accessibles et bien documentés.

Apprendre en jouant – Mythes et réalités

La collection « Mythes et réalités » – dirigée par André Tricot – résume parfaitement l’objectif de cet ouvrage co-signé Eric Sanchez et Margarida Romero avec la contribution de Thierry Vieville.

Le livre se compose de 9 chapitres qui sont autant d’entreprises de démolition d’idées reçues sur le jeu et l’apprentissage.

Chapitre 1 : Le jeu est une idée nouvelle

Couverture du livre Apprendre en jouant – Mythes et réalités

Une idée nouvelle, le jeu ?

Les auteurs démontrent que loin d’être une innovation pédagogique, le mot « jeu » tant en grec qu’en latin, renvoie à notre conception d’activité récréative, mais aussi à celle d’école, de temps et d’espace réservé à l’apprentissage…

Érasme, au tournant des 15e et 16e siècle, préconisait le jeu comme moyen de rendre plaisant les matières ingrates ou peu populaires.

Et dans d’autres civilisations, comme la Chine, le jeu était une activité pratiquée tant par les adultes que par les enfants.

Il semble bien que le christianisme et certaines conceptions telle que l’apprentissage par l’effort soient à l’origine du déclin du jeu dans les apprentissages scolaires.


Chapitre 2 : Le jeu est une ruse pédagogique


C’était la conception d’Érasme : le jeu aide les enfants à apprendre en jouant puisqu’il enrobe de sucre des matières réputées ingrates ou difficiles.C’est l’argument du « chocolat sur le brocoli », de la « ruse pédagogique » censé tromper les enfants et leur faire prendre les mathématiques pour un jeu d’enfant.

Malheureusement, l’expérience montre que ce type de ruse ne fonctionne pas longtemps et que l’amertume du brocoli reprend vite le dessus sur la douceur de la friandise.

Apprendre par le jeu

Chapitre 3 : Le jeu, c’est surtout pour les enfants

Eh bien non : les adultes aussi se prennent au jeu ! (Je n’ai pas pu résister…).

Si de nombreux pédagogues s’accordent pour affirmer que le #jeu est crucial pour le #développement #cognitif, #émotionnel et #social des enfants, il n’en reste pas moins que les jeux peuvent constituer un support de #formation tout au long de la vie.

Des jeux de psychomotricité ou de reconnaissance des chiffres

Qu’on pense aux jeux d’évasion, aux jeux de simulation dans les formations à la santé ou encore l’entrainement militaire, le jeu offre un espace de simulation sécurisé et sans conséquences réelles hors de ses limites.


Chapitre 4 : La ludicisation permet d’améliorer les apprentissages

Ce n’est pas évident. Et contrairement à un discours asséné par une pléthore de consultants, ce ne sont pas les mécaniques du jeu qui font qu’on apprend dans un environnement ludicisé (ou gamifié) mais bien la pertinence des actions, la conscience de la situation dans laquelle le joueur-apprenant se trouve, les interactions qu’il noue avec les autres.

Certaines expériences de gamification montrent un apprentissage amélioré alors que d’autres suggèrent une baisse des performances.

La #gamification n’est donc pas une recette magique applicable partout, mais un ensemble de #stratégies à mettre en œuvre avec prudence et transparence.

Sans compter les possibles dérives dont j’ai déjà parlé dans cet article.


Chapitre 5 : Le jeu est une activité solitaire qui privilégie la compétition

Ici aussi, la réalité est plus complexe que nos représentations. Oui, le jeu peut être solitaire et lié à la compétition : Roger Caillois avait déjà démontré dans Les Jeux et les Hommes, que la dimension agonale (ou compétitive) n’était pas la seule présente dans le jeu. Bien sûr, certains jeux promeuvent la compétition et il n’est qu’à voir comment les jeunes apprécient les défis dans Kahoot, par exemple. Mais on trouve également des jeux coopératifs ou encore « coopétitifs », qui proposent un subtil équilibre entre coopération au sein d’une équipe et compétition à l’égard des autres joueurs.

Et pour ce qui est de la solitude, les MMOOG, les jeux en ligne massivement multijoueurs peuvent rassembler des centaines de milliers de joueurs…

Les MMOOG – jeux massivement multijoueurs

Chapitre 6 : On apprend surtout des connaissances procédurales en jouant

« Le jeu permet juste de s’exercer à ce qu’on a appris par ailleurs. C’est un excellent exerciseur, mais on ne peut rien apprendre de neuf en jouant. » Si le jeu peut être un excellent simulateur – comme America’s Army pour les nouvelles recrues américaines ou encore Shuttle to Mars pour les apprentis astronautes – le cantonner à ce seul rôle serait pour le moins réducteur.

Certains jeux peuvent inciter les joueurs à développer des connaissances d’un domaine, comme Bankeji pour la finance. D’autres jeux offrent aux participants l’opportunité d’exercer une pensée complexe comme Clim@ction, dans lequel les joueurs doivent élaborer un plan d’action pour la reconversion du territoire où ils vivent. Ces jeux visent à développer la capacité des participants « à comprendre la nature des connaissances scientifiques (les liens qui unissent les concepts et le caractère évolutif de ces concepts) et la manière dont elles sont produites (leur mode de production et de validation« .

Les jeux de persuasion tentent d’influer sur les comportements des élèves, tout comme Classcraft. Tandis que d’autres jeux visent le développement de compétences transversales (ou soft skills en jargon managérial). Les jeux de « bac à sable » comme Minecraft ou Minetest proposé par Framasoft en font partie.

Apprendre les compétences transversables avec Minecraft

Enfin, faire produire des jeux numériques par les apprenants est aussi une modalité intéressante d’utilisation du jeu en formation. Vous trouverez difficilement une activité plus interdisciplinaire que celle-ci à proposer à vos élèves…

Chapitre 7 : Les jeux, c’est pour apprendre ou enseigner, pas pour évaluer

Alors que le jeu est de plus en plus utilisé pour les apprentissages, son rôle dans les évaluations est totalement négligé. Or, avec son cadre ludique et rassurant, ses rétroactions et les traces des activités, le jeu peut se révéler un excellent support d’évaluation. Ces traces d’activités d’apprentissages peuvent être recueillies dans des tableaux de bords. Ceux-ci serviront de base à une évaluation formative utile tant à l’apprenant qu’au formateur.

Consultation des tableaux de bord

Certains jeux, comme Math Games sont conçus pour fournir une évaluation diagnostique des connaissances mathématiques. Des plateformes comme LearningApps, H5P, Kahoot ou encore Wooflash permettent d’évaluer les élèves à travers des quiz variés.

D’autres jeux peuvent évaluer la capacité à prendre des décisions complexes. C’est le cas d’Operate Now Hospital Surgeon Walkthrough dans lequel les joueurs doivent prendre des décisions chirurgicales et reçoivent un retour immédiat.


Chapitre 8 : L’intelligence artificielle va permettre de remplacer les enseignants par des jeux

Encore faut-il savoir de quoi on parle ! L’Intelligence artificielle « forte » suppose un degré d’intelligence suffisant pour avoir une conscience, prendre des décisions et comprendre les émotions comme le ferait un humain. Cette IA relève du mythe et probablement pour longtemps… L’IA dite « faible » consiste en réalité en « algorithmes », c’est-à-dire à ces suites d’instructions qui miment les raisonnements humains.

Ces algorithmes peuvent aider les enseignants : ils peuvent par exemple, être intégrés dans des jeux pour en adapter le niveau aux performances des joueurs. « Certains d’entre eux, comme l’algorithme Computerized Adaptive Practice incluent l’évaluation furtive et la reconnaissance des émotions ». D’autres sont spécialisés dans le traitement du langage naturel.

Mais ces jeux ne remplaceront pas les enseignants dès demain ! Par contre, ces derniers devront acquérir une culture numérique suffisante pour leur permettre de reconnaître ce qui dans les jeux proposés relèvent de la pertinence pédagogique et ce qui n’est que du pur marketing…


Chapitre 9 : On apprend (mieux) en jouant

Dernier mythe à la vie dure cassé par Apprendre en jouant : on apprend mieux en jouant.

Alors qu’il y a seulement quelques décennies, le jeu était snobé par le monde de l’enseignement, aujourd’hui, il serait devenu une espèce de panacée. Il pourrait pallier tous les défauts de l’enseignement, remotiver les élèves, décupler la mémorisation, etc.

En fait, la réalité est plus complexe. D’abord, toutes les compétences acquises à travers le jeu ne sont pas transférables dans d’autres domaines. Ensuite, certains jeux ne sont pas exempts d’idéologie. Ils peuvent même véhiculer des messages contraires aux données scientifiques.

Les échecs, archétype du jeu dont les compétences sont peu transférables

Le paradoxe apparent, c’est qu’il n’est pas possible de démontrer la supériorité d’une technologie par rapport à une autre. Car ce qui fait vraiment la différence, une fois de plus, ce ne sont pas les outils, mais bien les usages que les enseignants en font. Et l’enseignement est un phénomène complexe, qui fait intervenir des éléments matériels, mais aussi cognitifs, affectifs et sociaux. La technologie ne constitue donc qu’un seul de ces facteurs.

Conclusion : Apprendre en jouant, ce n’est pas automatique

Rien n’est mécanique dans le jeu : c’est la perception de la situation de jeu qui est importante. Dans les « escape games », les jeux sérieux ou encore la ludicisation, ce n’est pas l’outillage, les badges ou les tableaux marquoirs qui font la différence.

C’est la conscience d’apprendre quelque chose et le retour offert par l’enseignant (la présentation du jeu, les feedbacks offerts en cours de partie ou en fin de jeu, etc.) qui vont faire la distinction entre un moment plus ou moins agréable et une situation d’apprentissage expérientiel, au sens de John Dewey.

Quelque part, c’est rassurant de réaliser que ce sont les échanges humains qui font la différence, que la relation pédagogique constitue le nœud des apprentissages, quel que soit le support utilisé.

Un livre à mettre sur toutes les tables de chevet des formateurs et des enseignants.

Apprendre en jouant, Eric Sanchez, Margarida Romero avec la contribution de Thierry Vieville, Paris, Les Éditions Retz, 2020, accessible sur le site des éditions Retz.

Vous avez apprécié cet article ? Inscrivez-vous à notre lettre d’information pour ne rater aucun article ou podcast 😉

Catégories
Escape games Jeux podcast

Escape Games – Faire de ce temps de formation à distance, quelque chose de magique

Cette phrase, c’est celle qui m’a le plus marqué dans l’épisode 3 du Podcast Formation 3.0. Dans cet épisode, je reçois Adeline Isach qui nous parle des Escape Games ou Jeux d’évasion. Des jeux qui, pour elle, réenchantent la formation. Mais écoutez plutôt !

Pour ce troisième épisode du Podcast de Formation 3.0, mon invitée est Adeline Isach. Formatrice au Conservatoire National des Arts et Métiers (CNAM), elle développe des pratiques pédagogiques réellement innovantes, comme ces jeux d’évasion ou escape games, combinés à une classe virtuelle.

Ecoutez-le ici : Faire de ce moment quelque chose de magique !

Un épisode passionnant sur les escape games pour réenchanter la formation !

Un escape game ou jeu d’évasion, c’est un jeu dans lequel on est enfermé dans une pièce et dans lequel on doit résoudre des énigmes pour pouvoir sortir. Depuis quelques années, des éditeurs proposent des escape games en ligne basés sur le même principe. A la différence près que vous n’êtes pas enfermé dans un local physique, mais perdu dans les pixels d’un jeu virtuel…

Voyez, par exemple, le site https://scape.enepe.fr/ que recommande Adeline Isach.

Classe virtuelle et escape games : une pratique pédagogique vraiment innovante

Adeline nous parle de son projet d’une voix douce et posée, sans jamais se vanter ni se mettre inutilement en avant. Elle n’hésite pas à parler de ses périodes de doute ou de découragement. De sa recherche d’outils simples pour pallier son manque de compétences techniques.

Pourtant, ses pratiques pédagogiques sont parmi les plus innovantes qu’il m’ait été donné de voir. C’est que, loin de se focaliser sur la technologie, elle se concentre sur les besoins de ses apprenants. Et sur les meilleures méthodes pour « réenchanter la formation ».

Pour faire de ce temps de formation à distance, un moment magique ».

Ses apprenants sont les étudiants d’une UE de marketing. Son cours porte sur la veille documentaire. Le jeu est une mise en situation des techniques de veille.

Les escape games par Adeline Isach

L’importance du storytelling

Au cours de cet épisode, Adeline souligne l’importance du storytelling :

Il faut une histoire.

L’histoire et les personnages sont extrêmement importants pour la réussite du jeu. Et, surtout, pour la réussite pédagogique, pour qu’il y ait réellement apprentissage.

Tout le monde entre dans le jeu.

Mais, pour atteindre ces résultats, il faut une histoire qui entraîne les participants. De préférence, pas trop éloignée de la réalité que vivent les apprenants. Et aussi, liée à l’actualité.

Cartographie du jeu

Et puis, les personnages doivent être crédibles. Ils doivent être suffisamment réalistes pour que les participants puissent s’y projeter. Et donc, il faut un « gentil », un personnage qui mène la quête. Qui soit le fil conducteur du jeu.

Akwaba, la sorcière qui ensorcelle les apprenants

Pour Adeline, le jeu, c’est d’abord un moyen de redonner de la magie aux apprentissages. Des apprenants qui se prennent littéralement au jeu : la sorcière du jeu les ensorcelle au point qu’ils oublient de rechercher les mots-clés qui leur fourniront la clé de sortie…

A leur décharge, Akwaba est réellement séduisante, non ?

Des outils à la portée de tous

L’aspect technique pourrait décourager certains formateurs ou enseignants.

Pourtant, Adeline le souligne, des outils existent qui sont à la portée de tous.

Zoom : l’outil de classe virtuelle

Le jeu se déroule pendant une classe virtuelle. Pour animer cette classe à distance en temps réel, Adeline Isach utilise Zoom, une application de classe virtuelle légère et flexible. C’est d’ailleurs celle que j’utilise pour mes propres classe virtuelles.

Cette application, peu coûteuse et peu gourmande en ressources permet de travailler en grand groupe et en sous-groupes, une fonctionnalité intéressante pour une activité de ce type.

Genially : la suite créative la plus intuitive

Pour son premier jeu d’évasion, Adeline a utilisé Genially, une suite sur le Web que j’utilise aussi quotidiennement pour créer mes supports pédagogiques.

Genially – qui porte bien son nom – propose des centaines de modèles de présentations, d’infographies, de visuels pour la formation et les réseaux sociaux et… des modèles d’escape games.

Le menu de Genially avec les différentes catégories de ressources

Adeline avait utilisé le modèle « Industrial Escape Game » pour ce premier jeu.

VTS de Serious Factory : la solution la plus complète

Et enfin, pour son jeu HdeP2030, Adeline a utilisé VTS de Serious Factory, une solution professionnelle qui permet de créer des jeux complexes d’une qualité professionnelle.

Même si cette solution est plus complète, elle reste d’un abord accessible et intuitif.

Evaluation de l’escape game par les participants

Essayez le jeu d’évasion HdeP2030 !

Adeline Isach vous permet de tester gratuitement son escape game HdeP2030 jusqu’au 29 février 2020 !

Pour cela :

  • Téléchargez la solution VTS Player
  • Lancez le logiciel téléchargé
  • Connectez-vous avec ces identifiants :
  • login cnm/lecnam/skgame 
  • M de Passe hdep2030
  • Découvrez l’univers de ce jeu !

Vous pouvez également rejoindre Adeline Isach sur son blog pour découvrir ses expérimentations.

Escape games : le facteur-clé, c’est le temps

Un aspect à ne surtout pas négliger dans la création des jeux d’évasion ou escape games : le temps.

Adeline le dit sans ambages : il lui a fallu plusieurs mois de travail acharné, plusieurs séances de tests – et parfois, des périodes de découragement – avant de parvenir à un produit fini qu’elle a pu proposer à ses apprenants.

Mais, transformer la formation à distance en quelque chose de magique, est-ce que cela ne vaut pas un peu de notre temps ?

Où écouter le podcast avec Adeline Isach sur les Escape Games ?

Vous pouvez écouter (et vous abonner à) notre podcast sur ces plateformes :

Ne manquez aucun épisode !

Cliquez sur le nom d’une de ces plateformes pour vous y abonner 😉

Prochain épisode du Podcast Formation 3.0

Prochain épisode du Podcast Formation 3.0 : je recevrai Razane Rakha, une orthopédagogue spécialisée dans l’accompagnement des enfants atypiques. Elle nous expliquera comment elle accompagne les jeunes souffrant de troubles du langage et de l’apprentissage ainsi que leur famille.

Catégories
blended learning

Kahoot : Mobilisez vos apprenants !

Comment mobiliser vos apprenants alors que les smartphones et la démotivation ont envahi non seulement les écoles mais aussi les centres de formation ? Les applications ludiques comme Kahoot peuvent apporter un élément de réponse à cette « crise de l’attention » qui sévit dans de nombreux milieux…

  • Les apprenants sont de plus en plus dissipés.
  • Il est de plus en plus difficile de capter leur attention.
  • Les smartphones prennent toute la place.
  • Il n’y a plus moyen de garder un groupe d’apprenants une journée complète
  • etc.

Vous avez déjà entendu toutes ces plaintes ?

Manque de motivation

Stimulez l’engagement avec Kahoot

Kahoot est un système de test ludique et dynamique.

J’ai utilisé ce système avec des groupes de FLE (Français Langue Etrangère). Lorsque vous parlez à ces apprenants d’interrogation ou d’examen, subitement l’atmosphère se charge, les visages s’allongent et la dynamique de groupe retombe comme un soufflé mal cuit…

Pas si vous leur dites : on se fait un Kahoot ?

Là, la magie opère !

Kahoot est un moyen de les interroger, de vérifier leurs connaissances acquises, de tester leur niveau de compréhension d’une nouvelle matière. Exactement comme la traditionnelle interrogation sur une page blanche.

Sauf que :

Kahoot est ludique et dynamique

Kahoot se présente comme un jeu, avec animation, musique et compétition. Et ça fait toute la différence. Soudain, le groupe apathique après la pause de midi retrouve du dynamisme et de l’enthousiasme.

Page d’accueil d’un test de conjugaison française

L’élaboration et la création d’un Kahoot sont extrêmement simple : l’application vous propose plusieurs modèles. Il suffit ensuite de remplir les différentes pages du formulaire avec :

  • une question
  • de deux à quatre réponses dont au moins une est bonne
  • une illustration

Ensuite, lorsque le test est complet, vous pouvez commencer à jouer 😉

Configuration simple et complète

Lorsque vous lancez le jeu, une page de configuration apparaît. Vous pouvez dès lors paramétrer la partie :

Page de configuration de jeu

Vous pouvez choisir entre deux modes de jeu :

  • Classic : chaque joueur joue pour lui-même
  • Team : deux équipes s’affrontent

Normalement, Kahoot se joue avec des smartphones et utilise le wi-fi. Dans l’établissement où je donnais ces formations de FLE, le Wi-fi n’était pas disponible aux stagiaires. Nous utilisions donc la classe d’informatique. J’utilisais l’ordinateur du formateur pour lancer et contrôler le jeu. Chacun des apprenant était derrière son ordinateur et nous utilisions le réseau Internet cablé.

Ca ne diminue en rien la jouabilité ni le plaisir des participants…

Cette page permet de gérer :

  • le nom des participants
  • leur accès à un apprentissage personnel après la session de test (révision des questions difficiles)
  • la musique
  • la distribution aléatoire des questions et des réponses (très important pour éviter les effets d’accoutumance : la bonne réponse, c’est la 4, je me souviens de la dernière fois…)
  • certains modes de connexion

Connexion à Kahoot via smartphone

Pour jouer, il faut se connecter : rien de plus facile. Les participants peuvent utiliser leur smartphone. Voici un exemple en vidéo :

  • D’abord, avec votre navigateur Web habituel, rendez-vous sur Kahoot.it.
  • Entrez le code qui s’affiche sur l’écran de l’animateur du jeu.
  • Tapez Enter
  • Entrez un surnom ou votre nom (si votre animateur possède la version académique).
  • Cliquez sur Enter.
  • Le tour est joué : vous êtes dans le jeu !

Comment se passe une session Kahoot ?

Le formateur est l’animateur du jeu. Il contrôle l’affichage des questions.

Selon le paramétrage, la durée des questions, leur défilement peut être automatique ou réglé manuellement par l’animateur.

Les apprenants répondent aux questions en cliquant sur ce qu’ils croient être la bonne réponse (entre 2, 3 ou 4 propositions).

Le jeu s’accompagne d’une musique entraînante qui participe au côté ludique de l’expérience.

Les résultats des apprenants

L’intérêt d’une version payante de Kahoot, qu’elle soit Académique ou Business, c’est le fait de pouvoir récolter des résultats intéressants sur les participants et leur progression.

Les versions payantes de Kahott permettent de récolter une foule de résultats sous forme de feuilles Google Sheets que le formateur ou le professeur peuvent consulter, conserver, imprimer, distribuer, etc.

Résultats – Résumé des questions sur Kahoot

Ces feuilles Google Sheets peuvent également constituer des preuves de participation et/ou de réussite académiques pour les adaministrations et les pouvoirs subsidiants…

Conclusion : Kahoot, un excellent outil de blended learning

Kahoot est vraiment un outil énergisant pour les groupes d’apprenants : les tests ne sont plus perçus comme des punitions, mais comme des moments de récréation. Ce sont les apprenants eux-mêmes qui réclament : M’sieur, on fait un Kahoot ?

Des apprenants qui en redemandent

Et donc, l’évaluation continue s’impose d’elle-même.

Le piège, c’est évidemment de ne plus faire que ça. Et d’oublier qu’une formation efficace, c’est un parcours varié, qui permet aux apprenants de s’essayer à diverses pratiques. C’est vrai pour l’apprentissage des langues comme pour d’autres disciplines.

Mais avec Kahoot aussi, vous pouvez pratiquez d’autres disciplines qu’un simple test.

Dans un autre article de ce blog, je vous propose un autre niveau de participation avec Kahoot : l’organisation d’un tournoi inter-équipe avec collaboration, co-création et compétition.

Catégories
Outils outils d'écriture

Omnibook Pro : écrivez un livre à plusieurs et à distance

Comment écrire à plusieurs lorsque les auteurs sont distants ?  Essayez Omnibook Pro.  Nous l’avons utilisé pour rédiger notre livre sur le Microlearning.  Voici l’histoire et une présentation de l’application.

Comment écrire un livre à plusieurs lorsque :

  • l’un des auteurs habite Bruxelles,
  • le deuxième à Lille
  • le troisième fait chaque semaine la navette entre Paris et Lyon ?

Le seul point commun était Paris, ville où nous travaillons tous les trois, mais pas aux mêmes dates ?

C’est l’équation que nous avons dû résoudre pour la rédaction de notre livre Former avec le Microlearning.  Et voici la solution que nous avons trouvée.

Omnibook Pro : une application d’écriture collaborative

Omnibool Pro est une application d’écriture collaborative.  Elle permet de créer la structure d’un livre en ligne et d’y travailler à plusieurs à distance.

Organisation de votre livre avec Omnibook

Omnibook Pro vous permet d’organiser votre livre en deux niveaux :

  • les sections
  • les chapitres

Les sections : les grandes subdivisions de votre livre

Une section, dans Omnibook Pro, c’est une grande subdivision de votre livre.  Par exemple, dans notre livre Former avec le Microlearning, il y a six grandes sections, depuis la Section 0 Introduction jusqu’à la Section 5 : les cas d’usage.

Chaque section comprend plusieurs chapitres.

Organisation en sections et chapitres

Les chapitres : focus sur un point précis

Dans chaque section, vous ajoutez plusieurs chapitres : chacun d’eux traite d’un point précis.

Par exemple, dans notre section sur les outils du Microlearning, vous trouverez des chapitres sur les outils auteurs, sur la vidéo, le texte, l’image, les infographies, etc.

Chaque chapitre correspond à une catégorie d’outils en particulier.

Cette façon d’organiser vos documents vous facilite la vie.

La possibilité de tout modifier

D’autant plus qu’Omnibook vous permet de modifier cette organisation et de déplacer facilement chaque section et chaque chapitre.

Il arrive fréquemment que, pendant la rédaction, l’organisation évolue parce qu’une partie prend plus d’importance que prévu ou parce que vous réalisez qu’une section gagnerait en clarté en étant divisé en deux nouvelles sections.

La bonne nouvelle : tout peut être modifié à tout moment !  Vous pouvez déplacer vos sections et vos chapitres d’un simple glisser-déposer.  Rien de plus facile, dès lors, que de réorganiser les différentes parties de votre ouvrage.

Omnibook et les groupes

Il y a plusieurs façons de collaborer  :

Invitation de collaborateurs dans Omnibook

Vous pouvez inviter individuellement des collaborateurs à éditer votre livre et définir des droits différents pour chacun d’eux (lecteur, co-éditeur ou éditeur-principal ;

Définition des rôles dans Omnibook

 

Groupes dans Omnibook

Vous pouvez également créer des groupes.  Ces groupes seront associés à un ou plusieurs livres.

Ces groupes sont publics : vous pouvez en voir la liste sur Omnibook et demander à les rejoindre.

Les groupes sont un moyen idéal de travailler en classe, en entreprise, etc.

Visibilité de votre livre dans Omnibook

Vous décidez de la visibilité de votre livre.

Il peut être entièrement privé (et donc partagé avec seulement les personnes de votre choix.

Ou il peut être vu par l’ensemble du Web…  Cela vous paraît saugrenu ?  C’est un excellent moyen de faire de l’écriture collaborative.

Format d’exportation d’Omnibook

C’est un des points forts de l’application : Omnibook vous propose pas moins de 8 formats d’exportation, dont InDesign très apprécié des  imprimeurs et aussi les formats ePub 2 et 3 ainsi que mobi (pour les livres électroniques).

8 formats d’exportation

Conclusion

Omnibook est une application entièrement gratuite et de grande qualité.

Je vous reparlerai de cette appli et de certaines de ses autres fonctions dans un autre article.  Elle nous a vraiment facilité la vie pendant l’écriture de ce livre.  Elle nous a évité de nombreux déplacements, nous a permis d’interagir de manière dynamique et aussi, un bon point pour les éditeurs, de rendre notre manuscrit à temps…

Une application que je ne saurais trop vous recommander si vous avez un projet d’écriture à plusieurs.

Lien vers Omnibook Pro.

 

Catégories
formation en ligne Outils

Les outils de la formation numérique : carte mentale interactive

Quels outils utiliser pour la formation en ligne ?  A quoi peuvent-ils servir ?  Voici une mindmap interactive Mindomo qui rassemble une série d’outils indispensables pour produire vos cours en ligne.

Quels outils utiliser pour la formation en ligne ?

J’ai rassemblé dans cette carte mentale interactive Mindomo, une liste d’outils que vous pouvez utiliser pour créer vos cours en ligne.  Cette liste ne prétend pas à l’exhaustivité.  Elle reprend des applications et des logiciels que j’aime bien et que j’utilise notamment dans ma formation Créez votre cours en ligne, destinée aux formateurs qui veulent passer à l’e-learning.

J’ai rassemblé ces outils selon diverses catégories : texte, image, vidéo, cartes mentales, etc.

Une carte mentale interactive

Pour chaque outil sur la carte, j’ai ajouté :

  • le nom de l’outil
  • un bref descriptif
  • un lien vers le site web de ce logiciel ou application
  • un article vers mon blog quand j’ai écrit un article sur un logiciel ou une application utilisable dans la formation en ligne

Vous pouvez consulter cette carte mentale interactive en ligne.

Boîte à outil du formateur numérique

Logiciels et application pour le traitement du texte

Le texte peut être tapé directement soit dans un outil auteur comme OpenCrea, un outil-auteur qui permet de créer des cours pour la suite Tree Learning Suite.

Soit, il peut être tapé directement dans un LMS comme Moodle. Moodle Cloud est une version SAAS (Software As A Service).   Elle est hébergée dans le Cloud : vous ne devez donc rien installer sur un serveur, ce qui peut s’avérer très confortable si vous n’êtes pas un expert en serveurs et en bases de données.   Le nombre de participants est limité à 50 et l’espace de stockage ne peut dépasser 200 mégas.

Mais c’est une bonne solution si vous souhaitez démarrer un cours sur Moodle sans vous préoccuper trop de l’administration.  Ensuite, vous pouvez évoluer vers une solution payante du type MoodleSchool qui reste très abordable et propose des options supplémentaires (plugins, thèmes).   Ou vous pouvez louer un serveur chez un hébergeur et télécharger Moodle gratuitement.  Cela demande un peu plus de connaissances techniques…

Le texte peut également être importé.

Traitement de texte

Word

Vous pouvez importer du texte Word dans un LMS comme Moodle, par exemple.   Les mises en page ne sont pas toujours respectées : il vaut donc mieux taper votre texte au kilomètre et le mettre en forme dans Moodle qui propose un éditeur assez complet.

Studio d’écriture

Scrivener

Scrivener est un studio d’écriture qui vous permet d’écrire des documents longs (thèses, rapports, mémoires, etc.).   Il peut exporter sous un nombre incroyable de formats différents : Word, RTF, PDF, ePub, Mobi, etc.   Ce qui en fait un outil extraordinaire de publication.   Personnellement, c’est ce que j’utilise quand je dois taper un texte assez long.  L’export en html vers un site web est très propre également…

Partage sur le Web et dans le Cloud

Slideshare

Slideshare est un site de partage de présentation PowerPoint.   Depuis son rachat par Linkedin, il permet aussi de publier des documents au format PDF et des infographies.   Vous pouvez aisément intégrer des présentations PowerPoint, des infographies et des documents PDF dans votre LMS en intégrant le code iFrame de SlideShare.   Slideshare peut également donner beaucoup de visibilité à vos contenus.  Et donc, renforce votre présence sur le Web.   Depuis qu’il est lié à Linkedin, vous pouvez ajouter du contenu à votre profil Linkedin d’un seul clic de souris.  Ne négligez surtout pas cette fonctionnalité, elle peut vraiment vous aider à faire décoller votre profil…

Calameo

Calameo est un créateur de magazines en ligne.   Vous pouvez gérer la visibilité de vos contenus et leur donner un aspect très professionnel.  Vos documents PDF sont consultables comme un magazine en ligne, dont on peut tourner les pages, les intégrer dans un site web, etc.

Issuu

Issuu est Outil de partage de documents PDF et de magazine en ligne, très semblable à Calameo.   Plus de contenus en anglais.

Scribd

Scribd est aussi un outil de partage de documents PDF et de magazine en ligne, très semblable à Calameo.   Plus de contenus en anglais.

Partage dans le Cloud

Google Drive

Suite de productivité en ligne.   Permet de créer et de partager des documents en ligne sous différents formats.   Un stockage gratuit vous est proposé.  Si vous mettez à jour vos éléments de sécurité (compte Google) chaque année, Google vous offre du stockage gratuit supplémentaire…   La qualité Google, mais la surveillance constante est le prix à payer pour ces outils partagés…

OwnCloud

OwnCloud est une solution Open Source, non surveillée de Cloud personnel.   Il existe plusieurs fournisseurs de Cloud open en France, rassemblés dans le réseau « Chatons » que vous trouverez sur le site Framasoft.

L’e-learning de plus en plus mobile

Logiciels et application de traitement de l’image

Photo

Ces sites web proposent des images de haute qualité en licence Creative Commons 4.0.   Vous pouvez donc les utiliser sans problème pour vos sites, vos cours, etc.   L’article associé vous présente une douzaine de sites de photos et de graphiques.

J’ai également rédigé un article qui propose une douzaine de sites-ressources en photos libres de droits.

En voici trois que je vous recommande particulièrement

Pexels

Gratisography

Pixabay

Applications de dessin

Cacoo

Cacoo est un site collaboratif de dessin et d’utilisation de graphiques.   Très simple d’utilisation, il propose une série de modèles très bien faits pour illustrer vos cours en ligne.

Visuels – Graphiques

Infogr.am

Infogram est une excellente application de création d’infographies et de graphiques interactifs.  Les graphiques sont très clairs et les couleurs très agréables, ce qui rend le tout extrêmement lisible.  Le caractère interactif ajoute une dimension intéressante pour vos apprenants.   Une fois terminés, ces objets sont intégrables dans votre LMS avec un simple code de type iFrame.

Infographies

Piktochart

Piktochart est l’un des meilleurs outils de création d’infographies.   Malheureusement, la version gratuite est très limitée et vous serez très vite frustré sans abonnement payant…   Vous voilà prévenu !

Canva

Canva est un outil que j’utilise presque quotidiennement : une application gratuite avec options payantes.   Avec Canva, vous pouvez réaliser non seulement des infographies de qualité, mais aussi des visuels pour vos sites Web, pour vos cours, pour vos réseaux sociaux, etc.   Vous pouvez aussi consulter cet article sur Canva.

Cartes mentales

XMind

XMind est un freemium, un logiciel gratuit avec des options payantes.   J’aime sa simplicité d’utilisation et le fait qu’il offre non seulement des structures de cartes mentales, mais aussi d’organigrammes, de ligne du temps, etc.   Fonctionne aussi avec Lighten sur iPad.

Cartes conceptuelles

CMapTools

CMapTools est non seulement gratuit (en ligne et sur PC, il coûte environ 3 euros sur iPad) mais il permet de créer des cartes conceptuelles très élaborées, de les publier en ligne, des les exporter sous forme d’images, de PDF, de dessin vectoriel.  Mais il propose son propre module de présentation de type PowerPoint.

Cartes argumentaires

Rationale

Rationale est, pour moi, le meilleur logiciel de cartes argumentaires.   Ces cartes permettent d’enseigner la pensée logique et critique.   Les étudiants apprennent à lier des blocs de texte entre eux avec des opérateurs logiques.   Le texte résultant peut être exporté sous différents formats.  Vous pouvez également lire cet article qui décrit l’utilisation des cartes argumentaires.

Carte argumentaire sur les bio-carburants

Création et édition vidéo

Animation

Ces trois applications en ligne suivantes sont assez semblables.   Elles vous permettent de créer de manière assez simple des présentations de niveau professionnel.   Ne négligez surtout pas ces applications : des études très sérieuses montrent que ces animations sont un des moyens les plus efficaces de former des personnes en ligne.

Powtoon

Goanimate

Moovly

Talking Heads ou vidéos de type « journal télévisé »

Fuse

Fuse est une application gratuite pour iPad.  Elle fonctionne en lien avec Camtasia.   Fuse vous permet de filmer des scènes très simplement avec votre iPad.  Ensuite, vous les transférez sur votre ordinateur, dans Camtasia, avec le Wifi.   Vous pouvez ensuite monter et éditer vos prises de vue avec Camtasia.

Présentation filmée

Camtasia

Outre ses outils d’édition, Camtasia propose un « plugin », un petit programme qui s’ajoute à votre logiciel PowerPoint pour filmer automatiquement vos présentation.   Une bonne façon de créer des vidéos de présentation pour vos cours.   Attention, toutefois, de varier les diapositives et de ne pas rester sur une seule image durant toute la présentation.   Sinon, endormissement de votre public garanti…

Capture d’écran

Screencastomatic 

Pour démarrer dans la capture d’écran.  Screencastomatic est un freemium.  La version gratuite vous permet de filmer des captures d’écran sans prise de son et d’une durée limitée.   La version payante est sonore et illimitée.  Le prix est abordable, mais la qualité n’est pas la meilleure du marché.   Un outil  pour commencer en douceur du point de vue financier.

Edition de vidéo et montage

Camtasia

Le meilleur éditeur vidéo pour Windows, un peu moins bon sur les ordinateurs Mac.   Malheureusement, un prix pas très abordable pour les débutants.   Une interface professionnelle, des fonctionnalités nombreuses et des tutoriels vidéo bien fait (mais tous en anglais).

Wevideo

Wevideo est un site d’édition vidéo.   La version gratuite est limitée mais permet de faire ses premier pas en édition sans rien débourser.   Si vous voulez progresser et publier vos vidéos en haute définition, vous allez devoir prendre un abonnement mais ils sont progressifs et raisonnables.   Wevideo permet l’édition collaborative de vos vidéo ce qui se révélera très intéressant si vous travaillez à plusieurs dans des établissements distants.

OpenShot Video Editor [link]

Une nouvelle version entièrement revue de cet éditeur vidéo Open Source.   L’interface d’OpenShot Video Editor est très soignée, très proche de celle d’un outil payant comme Camtasia.   Sans doute une très bonne solution pour démarrer en édition vidéo.

Transcription du texte d’une vidéo

o Transcribe

oTranscribe vous permet de créer des transcriptions de vos vidéos.   Importez une vidéo de Youtube et commencez à  en transcrire le texte grâce à l’éditeur en ligne.

Sous-titrage professionnel de vos vidéos

Amara

Amara est une fondation américaine.   Son premier objectif était de sous-titrer des vidéos pour les personnes sourdes.   Depuis, Amara a produit un des meilleurs outils de sous-titrage utilisé aussi bien pour les conférences de TED.com que pour des musées américains ou de grandes entreprises.   Ces sous-titres peuvent être exportés sous différents formats standards pour les traducteurs.

Hébergement de vidéo

Vimeo

Vimeo est le site d’hébergement des professionnels du film et de la vidéo.   Dany De Vito y a récemment produit un merveilleux court métrage sur l’amour au troisième âge.   Viméo héberge vos vidéos et vous propose des fonctionnalités très intéressantes pour vos cours :   l’incorporation exclusive sur des noms de domaine de votre choix (réduit les risques de piratage) les options d’intégration (largeur, longueur, affichage et couleurs du lecteur, etc.) la vente de vos vidéos à l’unité ou à la série (une autre façon de monétiser votre travail)

Youtube

Youtube n’est pas seulement le plus grand hébergeur de vidéos. C’est aussi un moteur de recherche extrêmement puissant.   Il offre aussi des fonctions comme l’intégration de liens, de vignettes dans vos vidéos.   De quoi augmenter votre audience et affirmer votre présence sur le web.

DailyMotion

DailyMotion est l’hébergeur de vidéo qui compte le plus de vidéos francophones.   Être présent sur ce site vous procure une visibilité à destination des publics francophones.

Traitement de vos fichiers Audio – Son

Enregistrement de fichier audio et de podcasts

Audacity

Un logiciel open source et gratuit, Audacity est un des meilleurs outils d’enregistrement sonore.   Vous pouvez l’utiliser pour enregistrer des cours, des séquences sonores pour vos films d’animation, des podcasts, etc.   Avec un bon micro et Audacity, vous disposez d’un véritable studio d’enregistrement multipistes et d’un outil de montage audio de qualité professionnelle.  Elle est pas belle, la vie ?

Hébergement / Diffusion de vos fichiers audio et podcast

Soundcloud

Soundcloud est un réseau social de partage de fichiers sonores.   Vous pouvez y stocker vos fichiers audio, podcasts, etc.   Une façon économique non seulement de stocker vos fichiers audio, mais surtout de les distribuer et de les faire connaître à une communauté très active.

Podcast

Lybsin

Une solution d’hébergement très professionnelle de vos podcasts.   Lybsin propose de l’hébergement à partir de 6 euros par mois, environ.  Vos podcasts sont distribués sur le site de Lybsin, mais aussi sur votre site web via un plugin WordPress ou sur iTunes si vous respectez les normes de qualité de cette plateforme.

Podbean 

Podbean est un site d’hébergement très abordable pour vos podcasts.   Un abonnement très accessible vous permet aussi de distribuer vos productions sur iTunes.

Outils collaboratifs

Tableaux

Padlet

Padlet est une application de tableau très ouverte.   On peut l’utiliser comme support de travail collaboratif mais aussi pour construire des portfolios d’étudiants, par exemple.   Très facile d’accès et très intuitif, on peut y ajouter des documents téléchargés depuis l’ordinateur ou des liens vers des sites web, de la vidéo, des documents texte, etc.

Tuzzit

Un site qui propose différents formats de tableaux : business canva, carte d’empathie de David Gray, etc.   La version gratuite de Tuzzit permet de créer des tableaux et de les partager facilement.

Wiki

Framapad

Framasoft a encore frappé.   Framapad est un wiki : vous pouvez y écrire à plusieurs.   Chaque auteur est identifié par une couleur d’écriture différente.  Un historique vous permet de visualiser l’évolution du texte et les apports de chacun depuis sa création jusqu’à la dernière étape.

Cartes mentales collaboratives

J’ai rédigé un comparatif des applications de cartes mentales collaboratives sur ce blog.

Framindmap

Une application en ligne de mindmapping collaboratif, mais en temps différé.   Open source et gratuit, Framindmap est un clone français du logiciel Wisemapping développé par une entreprise argentine.

Mindomo

Mindomo est le logiciel de mindmapping via lequel cette carte a été développée et distribuée.   Permet la création de cartes interactives et du vrai travail collaboratif en ligne et en temps réel.   Son interface Mindomo School est particulièrement bien adaptée aux apprentissages en ligne du fait de son intégration dans la plupart des plateformes LMS.

Une interface très complète

Mindmeister

Une application de mindmapping en ligne.  Mêmes caractéristiques que Mindomo, mais Mindmeister a surtout développé la gestion de projet avec son interface complémentaire Meister Task.

Mindmup

MindMup est une application de mindmapping en ligne qui a bien évolué. Permet de la collaboration en temps différé uniquement.

Forums et fils de discussion

Les forums sont importants dans un  parcours de formation en ligne car ils sont les carrefours d’échange entre les participants.

Réseaux sociaux

Les réseaux sociaux constituent une alternative ou un complément intéressants des LMS.   Un réseau social bien animé peut contribuer puissamment au succès d’une formation en ligne.

Zoom

Zoom est une application de classe virtuelle.   C’est celui que j’utilise pour les classes virtuelles de formations Spoc en Stock.   Peu gourmand en ressources, il est très stable et très intuitif.   Il est aussi très complet : partage d’écran partage de contenu sur iPad tableau blanc possibilités d’échanges audio et vidéo de tous les participants   La version gratuite offre la possibilité d’un échange vidéo illimité entre deux personnes.  La version payante, 14 $ par mois, accueille jusqu’à 100 participants en illimité, enregistrement audiovisuel compris.   Un outil flexible et complet que je recommande sans hésitation.

Exerciseurs et autres éditeurs de Quiz

LMS – Learning Management Systems – plateformes d’apprentissage

Moodle

Moodle propose ses propres outils de création de quiz sous forme de plugins (programmes complémentaires que vous trouverez sur Moodle.org et que vous ajoutez pour enrichir votre plateforme).   Moodle accueille aussi des exerciseurs provenant d’autres sites, souvent intégrés sous forme d’un code de type iFrame.

Outils externes

LearningApps

LearningApps est un site allemand qui propose de nombreux exerciseurs sympathiques et facile à construire.   Ils s’intègrent aussi dans votre plateforme LMS avec un code de type iFrame.

H5P

Un nouveau venu qui propose des dizaines de tests, d’exercices et de supports multimédias.   C’est gratuit et open source et maintenu à jour avec une belle constance.   Pour Moodle, WordPress et Drupal, H5P offre un plugin qui permet de créer les contenus directement dans la plateforme.   Pour les autres systèmes, la plupart des supports peuvent être incorporés grâce à un code de type iFrame.

Bac à sable – Espace d’expérimentation

Minecraft

Minecraft est un jeu extrêmement populaire auprès des enfants et adolescents.   Il peut être utilisé en classe ou en formation hybride pour créer des espaces de type bac à sable ou pour construire des objets selon des consignes.   Depuis son rachat par Microsoft, il est payant.

Framinetest

Framinetest Edu est un clone éducatif et open source de Minecraft distribué par Framasoft.

Logiciels et application de présentation

L’intérêt de ces logiciels c’est qu’ils peuvent être incorporés à vos cours en ligne, généralement avec un code de type iFrame.  Ils peuvent également servir de support à une vidéo avec voix off.

Prezi

Prezi est une application en ligne de présentation dynamique.   Avec Prezi, vous pouvez zoomer et vous déplacer dans la présentation pour créer des effets dynamiques pour renforcer la navigation.   Attention aux excès toutefois…   Les versions payantes de Prezi permettent de travailler hors-ligne.   Le nouveau venu, Prezi Next, propose des fonctionnalités graphiques encore plus impressionnantes.  Découvrez le potentiel de Prezi dans cet article.

Haiku Deck

Haiku Deck est une application de présentation en ligne qui ressemble un peu à Powerpoint.   La version payante intègre à présent un moteur d’intelligence artificielle qui vous aide dans la construction et l’illustration de votre présentation.

PowerPoint

Le logiciel de présentation classique et généralement très mal utilisé.   La succession de diapositive donne l’impression qu’on travaille de manière logique et signifiante.  La réalité est souvent qu’on travaille de manière purement séquentielle et peut motivante pour votre public.

Partage de vos présentations

Slideshare

Slideshare est un média social de partage de présentations.   Lié à votre profil Linkedin, il vous permet de donner de la visibilité à vos projets, d’intégrer des infographies, des présentations ou des documents pdf à vos cours et sites web.   Il enrichit votre profil Linkedin d’un simple clic, une fonctionnalité à utiliser sans modération.

Conclusion : une richesse inédite mais dangereuse

Nous n’avons jamais eu autant d’outils, ni d’outils d’une telle qualité.  La formation en ligne se démocratise avec ces outils et applications dont certains sont même gratuits.

Mais il ne faut pas pour autant perdre de vue notre objectif de formateur, d’enseignant ou de pédagogue : nous devons d’abord former des personnes.  Et donc, c’est la pédagogie qui doit primer sur la technologie.

Avant de se focaliser sur un outil, il faut se poser les bonnes questions.  Ce sera l’objet d’un prochain article de ce blog.

Catégories
Serious games

Datak : un jeu sérieux pour protéger vos données sur Internet

Comment protéger ses données personnelles sur Internet ?  Et être sûr de ne pas être espionné par des autorités publiques ou des entreprises privées ?  La télévision suisse romande vient de publier Datak : un jeu sérieux pour maîtriser la protection de vos données sur le Net.

En général, je ne raffole pas des jeux sérieux : trop nombreux sont ceux qui mettent surtout l’accent sur l’aspect sérieux et oublient complètement la dimension de « plaisir », de « plaisir » du jeu.  Un focus borgne qui, trop souvent, forme une « soupe didactique » indigeste.

Datak : un jeu sérieux qui n’oublie pas l’impact de l’humour et du plaisir

Datak constitue une heureuse exception : jeu sérieux produit par la télévision suisse romande, il allie humour, dynamisme et information pertinente.

Même la vidéo de présentation, ci-dessous, est un petit chef d’oeuvre d’humour et de pertinence.

Votre mission : assister le maire de Dataville

Pour réussir le jeu Datak, vous devenez l’assistant du maire de Dataville.  Ne vous réjouissez pas trop vite : il s’agit d’un stage et non d’un emploi rémunéré !

Votre bureau d’assistant du maire

Votre mission : assister le maire dans toutes ses tâches administratives dont beaucoup comportent une dimension numérique :

  • répondre à des e-mails
  • assurer le suivi d’une commande de smartphones
  • etc.

Rassurez-vous, vous n’êtes pas seul : votre « maman poule » vous bombarde de messages sur post-it, par SMS, email, etc.

Vous devez accumuler trois ressources importantes pendant le jeu :

  • de l’argent
  • de l’expertise
  • du temps

Si l’une de ces trois ressources vient à manquer, vous avez perdu.

Un jeu riche de ressources informatives sur la gestion de vos données numériques

Outre son graphisme agréable et son dynamisme, Datak est aussi une mine d’or en ressources informatives sur la gestion de vos données :

  • sites web de référence
  • dossiers à télécharger
  • vidéos à visionner
  • etc.

De nombreux liens renvoient vers de contenus de la Radio Télévision Suisse romande, mais c’est de bonne guerre : ils sont d’excellente qualité.

En bref, un jeu à mettre entre toutes les mains (à partir de 14 ans) pour prendre conscience des risques liés au partage des données personnelles.  Mais surtout, pour apprendre, tout en s’amusant, à se protéger contre les intrusions intempestives.

Lien vers le site du jeu.

Téléchargez le dossier de présentation.

Vous avez aimé cet article ?  Inscrivez-vous à ma newsletter et ne ratez plus aucun article ou événement !

Catégories
formation en ligne Mind Mapping

Devenez un pro du mindmapping avec notre formation Je maîtrise XMind

XMind reste un des logiciels de mindmapping les plus populaires au monde.  Avec notre formation en ligne, maîtrisez la version gratuite de XMind comme un pro !

Une nouvelle version du cours sur XMind

Une formation enrichie et améliorée

Nous avions déjà proposé une première version de cette formation XMind en partenariat.

Nous en avons développé une nouvelle version, enrichie de :

  • vidéos interactives sur l’utilisation de XMind
  • nouveaux quiz (questions à choix multiples, textes à compléter, etc.)
  • une galerie de mindmaps : pour exposer vos propres mindmaps, liker ou commenter celles des autres participants
  • un forum amélioré avec des propositions de discussion tout au long du cours
  • une rubrique « pour aller plus loin » qui propose des ressources gratuites (articles, livres, sites web, tutos, logiciels libres ou en version d’essai, etc.)

Nous avons conservé le meilleur de la version précédente :

  • près de 50 tutoriels vidéo
  • une progression pédagogique mesurée
  • des explications et cas pratiques (création d’un site web)

Comme dans la version précédente, nous nous sommes concentrés sur la version gratuite du logiciel XMind : pas de surprise ni de coûts cachés !

Les fonctions du nouvel XMind 7.5

Le nouveau programme de Je maîtrise XMind 7

Accueil de la formation Je maîtrise XMind 7

  • Bienvenue
  • Forum des nouvelles
  • Comment naviguer sur cette plateforme (Nouveau)

Introduction

  • Pourquoi XMind 7 (vidéo interactive) (Nouveau)
  • Les principes du Mindmapping (Nouveau)
  • Quiz (Nouveau)
  • Télécharger XMind pour Windows
  • Menu et commandes XMind (Vidéo interactive)  (Nouveau)
  • Modifier la langue de votre logiciel XMind

Oui, pourquoi XMind 7 ?

Ma Première mindmap

1. Créer la structure de votre mindmap (Vidéo interactive)  (Nouveau)
2. Discussion : Quelle type de structure allez-vous créer ? (Nouveau)
3. Sauvegarder votre carte mentale (Nouveau)
4. Quiz : comment sauvegarder ma carte mentale
5. Ajouter un sujet flottant
6. Discussion : que pourriez-vous faire d’autre avec un sujet flottant ? (Nouveau)
7. Modifier le fond de votre carte mentale
8. Personnaliser les sujets de votre carte mentale
9. Personnaliser les branches de votre carte mentale
10. Modifier des éléments de la structure
11. Insérer des images dans votre carte mentale
12. Quiz final de la section : avez-vous bien tout mémorisé ? (Nouveau)

La première mindmap : élaborer la structure d’un site web.

 

Insérer des éléments dans votre mindmap

1. Insérer les marqueurs
2. Insérer la légende
3. Insérer des relations
4. Insérer des limites
5. Attacher des documents
6. Lier des documents
7. Attacher un dossier – définir le chemin relatif ou absolu
8. Insérer un hyperlien vers un site web ou une adresse email
9. Insérer des accolades
10. Insérer des notes écrites
11. Discussion : quels usages pour les notes écrites ? (Nouveau)
12. Insérer des bulles
13. Insérer des commentaires
Vidéo Bonus : peaufiner votre mise en page

L’insertion de marqueur dans une carte XMind

Gestion de l’information dans votre carte mentale

1. Le zoom
2. Créer une carte secondaire à partir d’un sujet
3. Créer une nouvelle feuille
4. Créer une nouvelle carte à partir d’un modèle
5. Insertion d’un hyperlien vers une carte d’un autre classeur
6. Gérer les feuilles dans un classeur
Bonus :
* sélectionner un thème
* écrire sur plusieurs lignes dans un sujet

Insertion d’une nouvelle feuille dans un classeur XMind

Créer différentes structures avec XMind

1. Visualisez votre site web avec un organigramme
2. Suivez les étapes de votre site web avec une ligne du temps
3. Créez un tableau avec les étiquettes
4. Rédigez une table des matières avec un logigramme droit
5. Créez un sommaire avec un arbre logique droit
6. Retrouver les causes d’un problème avec l’Ishikawa (arête de poisson)
7. Créez une carte conceptuelle avec XMind

Ishikawa – recherche de causes

Exportez et partagez votre mindmap

1. Exports au format image (PNG,  JPG et BMP)
2. Exports au format texte
3. Exports au format HTML
4. Partage de votre carte sur un réseau local
Bonus : imprimer votre carte sur PDF

Galerie de Mindmaps (Nouveau)

  • Exposez vos cartes mentales dans votre galeries
  • Likez les cartes mentales des autres participants
  • Commentez les galeries et mindmaps des autres participants

Pour aller plus loin (Nouveau)

  • Une sélection de ressources gratuites, enrichie régulièrement,  pour progresser dans votre maîtrise de la pensée visuelle :Articles
  • Livres de référence
  • Site web
  • Logiciels et outils

Une formation 100 % en ligne sur notre plateforme Spoc en Stock.

Informations pratiques sur la formation « Je maîtrise XMind 7 »

Accès à la formation

Dès le mercredi 5 octobre 2016 à 10 heures du matin.

Dès votre inscription vous avez accès à la formation de manière illimitée : 24 heures sur 24, 7 jours sur 7, sans limite de temps.

Prérequis

Il n’y a pas de prérequis : cette formation s’adresse à toute personne qui désire maîtriser la version gratuite du logiciel de mindmapping XMind.

Prix : 59 € tout compris.

Attention : 

Pour les personnes qui se sont inscrites à la version précédente via le site Spoc en Stock, l’accès à cette nouvelle version est gratuit.  Vous recevrez un message dans les prochains jours avec vos nouveaux identifiants.

 

Catégories
formation en ligne Mind Mapping

20 activités de mindmapping en formation

Que faire avec le mindmapping en formation ?  Voici une liste de 20 suggestions et des liens qui renvoient vers des exemples, ainsi que des cartes mentales en licence libre à télécharger gratuitement.

Le Mind mapping en formation : le couteau suisse de votre pédagogie

Ce qu’on peut faire avec le mindmapping en classe ou en salle de formation n’est pas toujours clair pour tout le monde.  Pourtant, cette discipline de la pensée visuelle permet d’accomplir énormément de choses.

J’ai donc rassemblé dans une carte mentale Mindomo une série d’activités et de liens renvoyant vers des articles ou d’autres ressources en ligne.  Ces activités peuvent être réalisées avec différents logiciels de mindmapping.

Les activités de formation avec le mind mapping

A. Etudier avec le Mindmapping

Le mindmapping ou cartes mentales est un excellent outil de synthèse.  Mais les logiciels de mind mapping vont encore plus loin en offrant des outils complémentaires, notamment pour la récolte des informations, par exemple.

Résumer un texte

1. Résumer un cours

Faire le plan ou le résumé d’un cours est souvent une épreuve pour beaucoup d’étudiants.  Avec une mindmap (et XMind, par exemple), cela devient un jeu d’enfant.

2. Résumer un article

Un article de journal ou d’un site web est souvent structuré d’une façon un peu particulière.  Voici un exemple de plan d’article réalisé lui aussi avec XMind.

Résumé sour forme de carte mentale

3. Collecter automatiquement des mots-clés d’un texte

Web Summarizer est un petit plugin que vous pouvez ajouter à votre XMind pour collecter automatiquement les mots-clés de n’importe quel texte sur Internet.   Ces mots-clés sont organisés dans une mindmap qui se crée automatiquement.

Interroger un texte

5. La méthode CQQCOQP

Pour étudier la matière en profondeur, rien de tel que de poser des questions.  La méthode CQQCOQP (les initiales de 7 questions de Quintilien) offre sept portes pour entrer dans la matière à étudier selon votre logique.

Comprendre, mémoriser, synthétiser

6. Mindmapping et apprendre à apprendre

Dans cet article, je compare les bénéfices du Mindmapping avec ceux de la méthode Apprendre à Apprendre du MOOC Learning to Learn sur Coursera.

Et, bien entendu, il n’y a pas de mystère : ma méthode pour apprendre efficacement en 5 étapes  montre bien des points communs avec celles illustrées dans ce MOOC.

7. Comparer avec les cartes double-bulle

Les cartes double-bulle permettent de visualiser de manière très concrète les différents éléments d’une comparaison.  Par exemple, quelles sont les différences entre les insectes et les araignées ?

Comparer avec une carte double-bulle

B. Concevoir avec une carte mentale

Le mindmapping est aussi une excellente méthode si vous devez concevoir quelque chose, qu’il s’agisse d’un projet individuel, de groupe ou bien encore d’un scénario pédagogique.

Concevoir

8. Concevoir un scénario pédagogique

Vous devez concevoir une séquence de formation ?  Ou préparer une leçon ?  Le mindmapping est une méthode idéale pour tout structurer et ne rien oublier.

Avec une mindmap, vous aurez l’ensemble de votre scénario pédagogique sous les yeux, y compris les ressources matérielles, la documentation, etc.

Structurer

9. Structurer un document ou un article

Comment structurer un document pour l’université ou un article pour votre blog ?  Utilisez une mindmap pour bien organiser vos idées.  Faites-le avec la méthode Pomodoro pour booster votre productivité et votre créativité.

Structurez votre écrit avec une mindmap

10. Exporter votre document vers un outil d’écriture

Vous pouvez aussi exporter votre mindmap ou votre brainstorming sur Scapple vers le studio d’écriture Scrivener, par exemple.  Cela vous assure une structure évolutive de votre texte.

Vous pouvez aussi exporter vos cartes mentales aux formats Word, PDF, PowerPoint, Excel ou MS Project avec la plupart des (bons) logiciels de mindmapping…

11. Rédiger un essai universitaire avec le mindmapping

Les cartes mentales vous donnent des outils uniques pour l’organisation et la structuration de vos écrits pour l’université.  La carte mentale droite est idéale pour la représentation d’un sommaire.

Voici un exemple d’essai universitaire écrit avec l’aide de ces fabuleux outils.

Présentation

12. Concevoir une présentation à partir d’une mindmap

Une carte mentale vous permettra d’organiser les différentes parties de votre présentation beaucoup plus simplement qu’une préparation de type linéaire.

Mais la plupart des logiciels de mindmapping actuels vous proposent aussi des modules de présentation qui vous permettent d’informer votre public sans passer par un outil comme PowerPoint ou Prezi.  Les présentations de cartes mentales Mindomo ressemblent d’ailleurs beaucoup à Prezi par leur faculté de zoom sur une partie de carte à la fois…

13. Exporter votre carte vers PowerPoint

Mais si vous êtes un accro de PowerPoint, pas de panique : vous allez pouvoir exporter votre carte mentale vers votre logiciel de présentation préféré.

C. Animer avec des mindmaps

Brainstorming

Le mindmapping est un outil idéal pour réaliser un brainstorming efficace.  Car il permet de structurer rapidement dans un ensemble cohérent les idées qui ont été exprimées en vrac.

14. Focus sur une dimension de projet avec le « Drill Down »

Mais en outre, des logiciels de XMind ou Mindomo permettent de se focaliser sur une seule partie de la carte et donc de l’atelier, du projet en cours, etc.

Cette fonction s’appelle le Drill Down chez XMind.

Expliquer

15. Expliquer des procédures avec une carte conceptuelle XMind

XMind, Mindjet ou Mindomo permettent la création de cartes conceptuelles en plus des cartes mentales.

Vous pouvez par exemple expliquer les procédures de gestion de votre association en passant par une carte conceptuelle.

D. Collaborer avec le mindmapping

16. Gérer des cartes collectives

Avec les logiciels de mindmapping collaboratif comme Mindomo, Mindmeister, Mindmup, Wisemapping ou Mind42, vous pouvez collaborer à distance et en temps réel sur la même mindmap.

Ces cartes peuvent servir de support pour la gestion de projet, mais aussi pour la co-construction d’éléments de la formation, pour la résolution collective de problèmes, etc.

Informer

Vous pouvez informer vos participants ou futurs apprenants avec une mindmap.  Par le biais d’une présentation comme nous l’avons déjà vu plus haut.

17. Communiquer le programme de votre formation

Mais aussi en leur communiquant le programme par une carte en ligne, par exemple.  Chaque branche peut porter un hyperlien cliquable qui renvoie vers une ressource externe.

Vous pouvez aussi mettre en ligne une carte sous forme de présentation comportant des hyperliens : c’est ce que j’ai fait pour le programme du MOOC ITyPA3 par exemple.

Partager

Avec les logiciels de mindmapping collaboratif, il devient très facile de partager des ressources dans le cloud.

18. Partager des ressources dans le cloud avec vos participants

Vous pouvez commenter et organiser des ressources dans le cloud pour les partager avec vos apprenants via une carte mentale.  C’est ce que j’ai fait avec cette carte mentale Mindomo sur les outils réalisées dans le cadre du MOOC ITyPA3.

19. Intégrer vos cartes mentales dans un LMS

Les LMS ou plateformes d’apprentissage en ligne permettent aujourd’hui d’intégrer des outils externes pour les partager avec vos apprenants.  C’est le cas de Google ClassRoom ou de Itslearning qui intègrent Mindomo tout comme Moodle ou encore Course Networking sur laquelle nous publions nos propres formations, comme le MOOC Dys ou le MOOC DIMPA.

E. Evaluer avec le mindmapping en formation

L’évaluation est souvent vue comme une sanction ou comme une corvée dont il faut se débarrasser aussi vite que possible.  Lorsqu’on demande aux participants d’évaluer la formation, les résultats sont souvent décevants.

20. Remplacer le formulaire d’évaluation par une mindmap

Un participant à une de mes formations de mindmapping a fait une expérience : il a remplacé le formulaire d’évaluation de formation par les apprenants par une mindmap.  Le résultat est sans appel : un taux de participants de plus de 90 % et un taux de remplissage qui avoisine les 100 % !  Qui dit mieux ?

Conclusion : le mindmapping en formation, une méthode incontournable

La conclusion de cet article est que la pensée visuelle en général et le mindmapping en particulier, offrent une panoplie d’outils très efficaces qui peuvent intervenir à toutes les phases de la formation : depuis la conception jusqu’à l’évaluation finale en passant par l’animation, l’information, la collaboration, etc.

Un ensemble de méthodes et de techniques qui devraient figurer dans la boîte à outils de tout professeur ou formateur…

Vous avez aimé cet article ?  Inscrivez-vous à notre newsletter et ne ratez plus aucun article ou événément !

Catégories
Outils outils d'écriture

Hemingway 2 pour Windows : écrivez en anglais comme un pro

Hemingway, c’est le nom d’un assistant d’écriture.  Il vous aide à écrire un anglais aussi épuré que celui du célèbre écrivain américain.  

Si comme moi vous devez rédiger des articles ou des travaux en anglais alors que ce n’est pas votre langue maternelle, vous allez adorer Hemingway 2 pour Windows.

Et même si vous êtes un native English speaker, Hemingway va vous aider.  Après tout, à la base,  il a d’abord été conçu pour aider les anglophones.

Pourquoi le nom Hemingway pour un assistant d’écriture ?

Ernest Hemingway au travail

Parce que ses éditeurs, les frères Ben et Adam Long, ont l’ambition de vous faire écrire comme le plus célèbre représentant de la génération perdue.  C’est à dire dans un anglais fluide, épuré, dénué de toute lourdeur inutile.

Vous ne serez pas obligé de réécrire Pour qui sonne le glas ou les Neiges du Kilimandjaro, mais vous n’aurez plus d’excuse pour rédiger in English comme un barbare…

Hemingway est un assistant d’écriture.  C’est une application qui existait en ligne en version beta.  Et qui vient de publier une nouvelle version pour Windows, d’où le nom de Hemingway 2 pour Windows.

Que fait Hemingway, exactement ?

Il ne s’agit pas d’un simple correcteur orthographique, même si, au passage, il souligne vos erreurs orthographiques.  L’ambition de Hemingway, c’est de vous faire écrire un anglais fluide et, surtout, lisible.  Entendez par là une prose qui passe brillament les tests de lisibilité.  L’algorithme interne du programme analyse vos phrases de manière statistique : nombre de mots par phrase, de syllabes par mots, etc.

Deux modes : écriture et édition

Je l’ai déjà dit dans cet article sur comment rédiger sans stress : l’écriture et l’édition sont deux phases essentielles de la rédaction d’un texte.  Mais elles obéissent à des règles et à des objectifs différents.  Dès lors, elles devraient être séparées.

Les créateurs de Hemingway l’ont bien compris et ont séparé ces deux phases en deux écrans distincts.

Le mode écriture de Hemingway : un écran sobre et dépouillé

J’aime beaucoup les logiciels d’écriture qui vous proposent un écran dénué de tout ce qui peut vous distraire, comme celui de ForceDraft, par exemple, ou encore l’écran d’édition de Scrivener.

L’écran d’écriture de Hemingway est de la même facture : un écran sobre et dépouillé, où seules figurent les commandes essentielles.

L’écran d’écriture de Hemingway 2 pour Windows

L’équipe dinfogr.am, lapplication de création d’infographies, m’a fait le plaisir de me nommer ambassadeur de leur conception de la visualisation des données, qui est la même que la mienne.  (Je vous reparlerai bientôt de ce que ça va me permettre de vous offrir).  L’équipe d’Infogram m’a demandé de rédiger un article en anglais pour son blog sur l’utilisation des infographies dans les présentations.

Cela m’a donné l’occasion de tester cette nouvelle version de Hemingway pour un projet réel.

En haut, à gauche de l’écran, le nom du fichier (que je n’ai pas encore sauvegardé, d’où le mot « Untitled« ).

Et puis, juste en-dessous, le menu avec les commandes :

  • File : ouvrir, fermer, sauvegarder, renommer, importer, exporter, etc. les commandes habituelles des fichiers
  • Edit : limité à trois commandes : copier, couper, coller, c’est tout !
  • Tools : choix du mode (écriture ou édition), choix de la langue (ne vous énervez pas, il s’agit des variantes de l’anglais américain, britannique, canadien ou australien)
  • Help : aide et crédits (frères Ben et Adam Long)

Vous pouvez aussi déconnecter le vérificateur orthographique pendant que vous écrivez ce qui vous fait encore une occasion de distraction en moins…  Et utiliser les raccourcis-clavier pour éviter de recourir au menu.

Sous ce menu, figurent quelques icônes en flat design pour l’italique, le gras, le retrait de paragraphe, etc.

Remarquez les balises H1, H2, H3 : Hemingway sauvegarde votre fichier au format HTML (pratique pour rédiger pour un site web) et vous permet effectivement d’exporter votre texte au format Markdown et donc de l’utiliser dans une plateforme d’e-learning comme Moodle, par exemple…

Vous pouvez aussi importer du texte de Word.

L’écran d’édition : le test de lisibilité

Lorsque votre texte est terminé, vous pouvez le passer au test de lisibilité en passant au mode édition de Hemingway.

Voici l’écran du mode édition :

Ecran d’édition de Hemingway 2

Les résultats de mon test sont un peu faussés, car j’ai soumis un texte vraiment très court (en fait, l’intro de mon article) à l’algorithme de Hemingway.  Mais c’est pour la bonne cause : pour illustrer simplement le fonctionnement de ce logiciel.

Examinons les résultats de plus près.

J’obtiens un 7 comme cote générale de lisibilité, ce qui est bon.  Une cote jusque 10 est considérée comme très lisible.  De 10 à 17, votre texte est juste lisible.  Au-dessus de 17, il faut commencer à vous inquiéter car le niveau de lisibilité dégringole…

Comment ce résultat global de lisibilité est-il calculé ?

D’abord, l’algorithme calcule le nombre de paragraphes de votre texte.   Ensuite, le nombre de paragraphes, celui des phrases, des mots dans la phrase, du nombre de lettres par mots.

Il calcule aussi le nombre de caractères et de signes (y compris les blancs) de votre texte (utile pour les rédacteurs et les traducteurs).  Enfin, il affiche le temps moyen de lecture de votre texte.  Utile si vous écrivez pour le net, vous pouvez même indiquer à vos futurs lecteurs le temps qu’ils passeront à lire votre production.

Hemingway ne s’arrête pas là.  Il vous signale aussi les phrases difficiles à lire en les surlignant en « pêche ».  L’encadré de la même couleur à droite de la page vous donne le nombre de phrases difficiles à lire sur le total.

Les phrases  dans lesquelles figurent des mots ou expressions qui pourraient être remplacées par des alternatives plus simples sont signalées en mauve.  En outre, Hemingway vous fait des suggestions de remplacement.

Les adverbes – ces mots souvent compliqués qui alourdissent terriblement la phrase – sont signalés en bleu.  Et enfin, Hemingway vous signale les occurences de voix passive en vert.  Il vous conseille de ne conserver que deux verbes à la voix passive par texte.

Il ne faut sans doute pas tout prendre au pied de la lettre : certains contenus exigent une écriture un tant soit peu différente des normes de Hemingway, mais dans l’ensemble ses suggestions sont judicieuses et vous aideront à mieux rédiger tant dans la langue de Shakespeare que dans celle de l’Oncle Sam.

Ironie du sort, certaines phrases d’Ernest Hemingway ne passent pas le test de lisibilité, comme le montre cet article amusant (et en anglais of course) du New Yorker.

Et en français ?

Je me suis amusé à passer le script d’une animation vidéo sur les SPOCs que je suis en train de réaliser au crible de Hemingway et en voici le résultat :

Analyse d’un texte en français

J’obtiens le même résultat global : 7.

Ce qui me fait dire que je conserve le même niveau de lisibilité quelque soit la langue.  Encore que ce texte soit destiné à être lu dans un clip  : c’est donc du langage parlé.

Mais pour l’ensemble de mon article pour Infogram, j’ai obtenu une cote globale de 8.  Alors que ce n’est pas du langage parlé, mais du texte destiné à un blog.

Conclusion : une véritable aide à la rédaction en anglais

Encore une fois, Hemingway ne comprend pas votre texte : il en tire une analyse strictement statistique.  Et ça marche.

Le fait d’attirer votre attention sur des formulations parfois gauches ou lourdes, sur des excès d’adverbes ou de voix passive, vous fait reconsidérer votre texte.

Et vous encourage à le corriger, à l’améliorer.

Il y a des cas où les suggestions de Hémingway tombent un peu à plat (comme dans la suggestion de mots alternatifs, par exemple).  Et puis, il ya des documents qui exigent un niveau de langage professionnel spécifique, les documents techniques, par exemple.

Mais dans l’ensemble, Hemingway se révèle une aide précieuse, un investissement très vite amorti.  Il coûte 9,99 $.

Et vous pouvez le télécharger ici, pour Mac ou Windows.

Vous avez aimé cet article ?  Inscrivez-vous à ma newsletter et ne ratez plus aucun article ou événément !