Catégories
Logiciels Mind Mapping Outils Pensée positive Test Uncategorized

Framindmap : du proto-mindmapping libre et accessible à tous

Framasoft propose du « mindmapping » en ligne et ouvert à tous, selon la philosophie open source du site.

Si le principe est prometteur, l’application elle-même l’est nettement moins.

A ce stade, on peut à peine parler de proto-mindmapping.

Framasoft est connu de nombreux internautes francophones comme LE site où trouver des applications et des logiciels libres, gratuits et de qualité.

Le portail offre aussi souvent de la documentation d’un bon niveau.

Nous nous attendions donc à ce que la nouvelle application en ligne qu’il propose soit de qualité.

Hélas, il nous faut déchanter.

Une application rudimentaire

Dans sa page de description de Framindmap, Framasoft nous dit que « l’interface est franchement fluide et intuitive » : c’est tout à fait vrai.

Mais une note de bas de page ajoute : « Mais plutôt rudimentaire si on le compare à un traditionnel logiciel de mind mapping en dur sur votre ordinateur comme Freeplane. »

C’est – malheureusement – encore plus vrai !  Pas de comparaison possible entre Freeplane, logiciel gratuit mais présentant de nombreuses fonctions de très haut niveau et cette application extrêmement basique proposée par Framasoft.

Mais, conclut, l’auteur de cette page : « Nous savons où aller pour de futures améliorations 🙂 ».  Connaissant la qualité du site, nous n’avons pas trop de doute que l’application évoluera dans un futur relativement proche.

Mais pour l’instant, « peut mieux faire ».

Une interface intuitive

L’interface de Framindmap est très intuitive.  Sur le fond blanc quadrillé de l’application, le sujet central est repérable immédiatement, le tout est très lisible.  Le « contrôleur » à droite de l’écran permet de changer la taille et la couleur de la police, la couleur des branches, etc. (Cliquez sur l’image pour l’agrandir).

L’écran de Framindmap avec ses menus interactifs

Des bulles d’informations – refermables d’un simple clic – vous donnent aussi des indications sur les outils et la façon de les utiliser.

La création des nouvelles branches est extrêmement intuitive : elle rappelle celle du logiciel de Tony Buzan, iMindmap.  Un point rouge apparaît à la fin de chaque branche et il faut le sélectionner en cliquant-maintenant pour ajouter une branche, la redimensionner et/ou la déplacer.

C’est effectivement très intuitif.

Création d’une branche

Avec le contrôleur, c’est très facile de changer les attributs des polices et des branches.   Le navigateur, à droite de l’écran, permet de repérer à tout moment où l’on se trouve dans la carte.

Par contre, nous déplorons l’absence totale d’images ou même de marqueurs, qui font partie de la définition même du mindmapping…

De même que l’absence de toute autre façon de visualiser les liens secondaires entre les concepts, comme les flèches, les accolades ou encore les limites – appelées « nuages » dans certains logiciels.

Tout un arsenal qui permet de compléter et de préciser l’information manque donc à l’appel.

Voici le résultat final de notre essai (Cliquez sur l’image pour l’agrandir).

Mindmap finale

Les branches sont élégantes, les couleurs sont bien visibles et concourrent à distinguer les concepts les uns des autres.

Mais l’absence totale d’éléments graphiques et de visualisation des liens secondaires entre les concepts nous font dire qu’il ne s’agit pas de mindmapping, mais plutôt, pour reprendre l’expression de Tony Buzan, de « proto-mindmapping ».

Dans sa page d’accueil de l’application, Framasoft précise tout ce que l’on peut faire avec le mindmapping (Cliquez sur l’image pour l’agrandir).

Ecran d’accueil de Framindmap

C’est clair que l’utilisation en ligne sans installation, ni incription est un concept séduisant.  Le logiciel est gratuit et accessible à tous, inutile d’insister sur cet aspect.  Nous n’avons aucun doute sur l’éthique de Framasoft et nous les croyons volontiers lorsqu’ils affirment ne conserver aucune donnée.  Ce que nous ne dirions pas de tous les logiciels en ligne…

Par contre, pour un brainstorming, je n’hésiterais pas une seconde et j’utiliserais le module Brainstorming de XMind.  Pour concevoir une leçon, je lui préférerai sans peine iMindmap, ses branches fluides et réellement organiques, ses images colorées et ses innombrables enrichissements graphiques.  Pour présenter un projet, j’utiliserais le Presenter de Novamind, qui reste pour moi le sommet de la présentation mindmapping.  Et si vous voulez travaillez gratuitement, préférez de loin Freeplane, avec ses fonctions nombreuses et de haute qualité !

Pour l’instant, Framindmap reste une curiosité, un projet appelé à se développer pour devenir une véritable application utilisable dans un contexte professionnel.  Et connaissant les animateurs de Framasoft, nous ne doutons pas un instant qu’ils savent quels chemins prendre pour y parvenir.

Vous avez aimé cet article ?  Inscrivez-vous à ma newsletter et ne ratez plus aucun article ou événément !

50.9686775.824968
Catégories
Apprendre à apprendre Ateliers Coaching Coaching scolaire Etudier efficacement formation Jeunes Pensée positive

Le stress : comment s’en faire un allié !

Beaucoup d’étudiants sont paralysés par le stress avant une interrogation ou un examen.  Pourtant, le stress est un phénomène naturel, lié à la survie de l’espèce.  Et nous pouvons même nous en faire un allié pour étudier de manière plus performante.

Article mis à jour le 22 avril 2021.

Contrairement à ce qu’on pourrait croire, le stress n’est pas forcément négatif.  C’est une réaction ancienne, liée à l’instinct de survie.  Il y a quelques dizaines de milliers d’années, le stress nous faisait réagir au danger : face à un animal inconnu, le cerveau envoie une bonne dose d’adrénaline qui accélère les battements du cœur.  Les muscles irrigués par cet afflux de sang neuf sont plus performants : l’homme court plus vite.  Cela peut sauver sa vie !

Quelque 10.000 ans plus tard, notre environnement a bien changé.  Mais pas notre cerveau !

Devant l’épreuve que constitue un examen ou une interrogation, le cerveau envoie une bonne dose d’adrénaline…  Malheureusement, nous ne devons pas courir plus vite, mais nous concentrer et comprendre ce que le professeur demande, nous rappeler ce qui est écrit dans nos notes, répondre aux questions le plus précisément possible…

Le stress exagéré et continu est extrêmement dangereux, même pour la santé physique.  Mais il est aussi extrêmement dommageable pour notre estime de soi : le stress entraîne des blocages, qui à leur tour produisent des échecs.  Et à force de rater, on se sent nul.  Ce qui engendre de nouvelles peurs, de nouvelles pensées négatives.  De quoi stresser encore plus.  Ca y est :  le cercle vicieux est installé !

Et cet échec permanent finit par me convaincre que je suis vraiment nul ; que de toute façon, je rate tout ce que j’entreprends.  Donc : à quoi bon ?

Le cercle vicieux du stress

Le bon stress

Comme je le disais au début de cet article, le stress n’est pas forcément négatif !

Lorsqu’on est un peu stressé, le cerveau envoie un peu d’adrénaline, on ressent un petit pincement au cœur et un surcroît d’énergie.  Cette énergie supplémentaire est la bienvenue, elle nous aide à être performant, à aller au bout de notre tâche.

Mais trop de stress nous paralyse.  Notre cerveau est incapable de penser, de se concentrer.  Notre mémoire ne fonctionne plus.  C’est comme si on avait effacé notre disque dur interne !

Réagir avant qu’il soit trop tard…

 

Des techniques pour dompter le stress

Pour éviter cette installation permanente du stress, cette paralysie, et finalement, cette image négative de nous-même, il existe plusieurs techniques.  Pour les cas les plus graves, il y a la méthode de l’ancrage.  C’est une technique issue de la PNL (programmation neuro-linguistique) qui « ancre » un souvenir positif et qui l’associe à l’idée d’examen, d’épreuve.  Cela diminue l’angoisse et le stress.  J’y reviendrai dans un autre article consacré à cette technique et à ses nombreux usages.

Dans la plupart des cas, quelques exercices suffisent.

Les points positifs

Il faut se concentrer sur une situation dans laquelle on veut être plus positif.  Par exemple, comprendre cette satanée leçon de maths sur laquelle je coince depuis deux semaines…  Se visualiser en train de réussir, tout en massant légèrement, du bout des doigts, les points situés au-dessus des yeux – ce qu’on appelle les proéminences frontales.  Répéter l’exercice plusieurs fois.  Cela renforce les pensées positives, la visualisation de la réussite et une sorte d’ancrage léger.

Les points d’équilibre

Placer une main sur le nombril, et avec les trois doigts de l’autre main, toucher le point d’équilibre situé juste où le crâne repose sur le cou.  Masser la vertèbre pendant trente secondes.  Et puis changer de mains.  Cela aide à la concentration et à la relaxation.

Massage des proéminences frontales

Visualisation du point X

Mentalement, on imagine un X en face de soi ou flottant au-dessus de soi.  On peut l’imaginer d’une taille ou d’une couleur particulière.  On ferme les yeux et on le visualise mentalement.  C’est une façon de concentrer sa pensée, de la focaliser sur un point.  D’évacuer tout ce qui n’est pas le X.  Et donc aussi les pensées négatives et le stress.  C’est aussi un entraînement à la concentration.

Le roulement du cou

Laisser tomber la tête en avant et la faire rouler à gauche, puis à droite, lentement, sans forcer.  Imaginer qu’on a une craie sur le bout du nez et qu’on dessine un grand sourire au tableau.  Recommencer, toujours de manière décontractée.  Cet exercice relâche les muscles du cou que l’on a tendance à contracter au maximum quand on est stressé.  Ce qui engendre crispation, maux de tête, difficultés de concentration… et nouveau stress.

Vous voilà paré(e) pour votre interrogation ou votre examen. 

Dans cet autre article, découvrez comment écrire sans vous stresser.

Vous avez aimé cet article ?  Inscrivez-vous à ma newsletter et ne ratez plus aucun article ou événément !

Catégories
Apprendre à apprendre Ateliers Coaching scolaire concept map Connaissance Jeunes Jeux Jeux-cadres Mind Mapping Modèles Outils Pédagogie Pensée positive

Ateliers Triple A : Apprendre A Apprendre

Apprendre à apprendre ?  Oui, en un atelier d’une journée plus un mois d’e-coaching.

Parce qu’être étudiant aujourd’hui suppose un degré élevé d’autonomie : c’est l’objectif de ces ateliers.  Que le participant dispose de tous les outils pour construire le meilleur parcours d’apprentissage.  Celui qui lui convient selon ses besoins, sa personnalité, ses goûts, ses canaux sensoriels privilégiés, etc.

Atelier Apprendre A Apprendre : le 23 août Liège.

Un atelier pour :

  1. Apprendre à maîtriser son temps, son énergie, sa charge de travail.
  2. Pour définir et respecter ses objectifs à court, moyen et long terme.
  3. Pour évaluer sa progression tout au long de l’année et des études.
  4. Pour maîtriser les techniques de base du mindmapping.  Mais aussi des techniques de mémorisation comme la localisation.  Des techniques de réactivation de la mémoire.  Des principes d’exploration et d’interrogation de la matière.

Bref, un atelier qui vise à l’autonomie du participant.  Celui-ci devient donc l’acteur principal de son parcours d’apprentissage.

Une formation en deux parties : 

  • Une journée d’atelier en groupe
  • Un mois d’e-coaching

Lors de l’atelier nous allons :

Programme de la journée d’atelier

  1. Voir ensemble le programme et les objectifs de la formation
  2. Faire connaissance avec un jeu et une interview basée sur la technique du mindmapping
  3. Approfondir notre connaissance du mindmapping
  4. Découvrir ensemble ce que veulent dire les mots « apprendre », « comprendre », « mémoriser », « retenir », « réactiver », « mobiliser », « restituer », « utiliser », « liens », « construire son savoir », etc.
  5. Maîtriser certains principes de la méthode « Etudier efficacement en 5 étapes« .

Le mois d’e-coaching permet d’individualiser la formation selon le profil d’étudiant de chacun des participants, ses préférences sensorielles, etc.

Des possibilités de se former aux principes suivants : reconnaître et gérer mon stress, gérer mon temps, mes points forts et mes faiblesses, mémoriser vite et pour longtemps, etc.

Plus d’infos sur notre page « Ateler Triple A : Apprendre A Apprendre » !

Catégories
Apprendre à apprendre Coaching Coaching scolaire Connaissance Jeunes Pédagogie Pensée positive

Etudier efficacement : se mettre en projet

Pourquoi j’étudie ?  Comment me motiver ?  Comment gérer mon temps ?  Comment venir à bout de cette charge de travail ?  Pourquoi me poser des questions ?  Et surtout : quelles questions ?

Cela fait beaucoup de questions ?  Tant mieux !

Dans vos études comme dans beaucoup de situations, pour avancer, vous devez vous poser les bonnes questions.

Première étape de notre étude efficace : se mettre en projet

Qu’est-ce que ça veut dire ?

(Cliquez sur la carte pour l’agrandir.  Cliquer ici pour la télécharger depuis Biggerplate)

Première étape de la méthode : se mettre en projet

Cela veut dire que vous allez poser quelques balises avant d’aller plus loin.

Avant de partir en voyage, vous choisissez une destination, une date, le moyen d’arriver à bon port, de quoi ramener quelques souvenirs – photos, caméra vidéo, objets typiques, etc.

Subitement, tout vous rappelle votre désir de partir : vous devenez attentif à tout ce qui se rapporte à votre voyage.  Reportages, affiches, musiques, visages.  Vous percevez autour de vous des choses dont vous n’étiez pas conscient auparavant.  Elles étaient là, mais vous ne les perceviez pas.  Maintenant, si.  Parce que vous êtes en projet de voyage !

Faites la même chose pour vos études.  C’est un long voyage.  Mettez-vous en projet d’études !

1. L’envie d’étudier… et de réussir

Jamais vous ne réussirez vos études si vous n’en avez pas envie…  Il faut donc vous motiver…  Qu’est-ce qui me motive ?  Qu’est-ce qui me donne envie d’étudier ?

Le psychologue Victor Vroom a défini la motivation comme ceci : « je suis motivé quand mon objectif est important pour moi, que j’ai confiance dans ma capacité à l’atteindre et que je m’en donne les moyens« .

Chacun des termes est importants : si l’un manque, l’équation n’est plus juste et je perds ma motivation.  Il faut un objectif.  Cet objectif doit être important pour moi : pas pour mon prof, mes parents ou ma copine (ou mon copain) !  Il faut que j’ai confiance en ma capacité à atteindre cet objectif.  Et il faut encore que je m’en donne les moyens.

On n’est pas motivé pour tout.  On est motivé par certaines choses.  A l’intérieur et à l’extérieur des études.  C’est cela qu’il faut trouver.  Ce qui ME motive MOI.

Car la motivation est source d’énergie.  Elle améliore l’attention – je deviens subitement attentif à tout ce qui peut m’aider dans mes études.  Elle favorise une meilleure compréhension, car quand je suis motivé, je suis plus actif.  Et elle augmente mes facultés de mémorisation, car quand je suis actif et attentif, mon cerveau fonctionne mieux.

2. Me connaître – Savoir ce que je veux

Qu’est-ce que la réussite pour moi ?  Si je n’ai pas de définition de la réussite, je risque de ne jamais réussir…

  Est-ce que je veux :

C’est la réponse à ces questions qui m’aidera à définir ma stratégie d’apprentissage et les méthodes les plus adaptées pour moi !

3. Me donner des défis

Si mes études ne constituent pas un challenge, quelque chose qui me résiste, ma motivation retombera très vite.  Mais « réussir mes études« , ce n’est pas un objectif.  C’est un voeu pieux…

Découpez vos études en tranches.  En objectifs.  Prenez comme but à long terme le métier, la profession, le statut que vous visez : je veux être comédien, ingénieur, plombier, pilote d’hélicoptère, comptable, femme d’affaires…

Voyez-vous dans ce rôle.  Caressez votre rêve, chouchoutez-le.

Et puis ensuite, donnez-vous des étapes réalistes.  Donnez-vous des objectifs par cours, par trimestres, etc.  Des objectifs Smaart, comme ici !

Vous avez réussi ?  Vous avez cartonné dans vos interros au-delà de toute espérance ?  Récompensez-vous !  Faites-vous plaisir.  Vous l’avez bien mérité, non ?

Pratiquez aussi la pensée positive : nous sommes ce que nous pensons.  La pensée positive entretient une vision positive et donc votre motivation à aller plus loin…

4. Etre responsable de mes études

a. Assumer mes réussites

J’ai réussi : j’en suis fier !  J’ai mis les choses en place pour réussir.  J’ai entretenu ma motivation, j’ai investi du temps, de l’énergie, j’ai employé des méthodes adéquates.  Et ça a payé !

Ne vous endormez pas trop vite sur vos lauriers.  Mais assumez fièrement votre réussite !

b. Analyser et assumer mes erreurs

: j’ai raté quelque chose.  Pourquoi ?  Je n’ai pas bien compris la question ?  Je n’ai pas suffisamment étudié ?  J’ai répondu à côté de la plaque ?

Reconnaître ses erreurs, les assumer, les analyser permet de ne pas les reproduire.  Une erreur n’est pas une « faute » !  C’est une étape cruciale et naturelle du processus d’apprentissage.  Donc pas de complexe !  Encore moins de culpabilité !

c. Gérer ma charge de travail

Etre reponsable de mes études, cela signifie aussi gérer intelligemment ma charge de travail : être réaliste par rapport à mes ressources.  Etre réaliste par rapport au temps disponible.

La méthode Getting Things Done peut aider, de même que la méthode Pomodoro et l’application Focus Booster, par exemple.

d. Prendre soin de moi et de ma santé

Cela veut dire aussi prendre soin de soi :  de sa santé.  De son alimentation aussi.

Alcool, drogue, junk food, manque de sommeil : ce sont les pires ennemis de votre cerveau !

Chouchoutez votre cerveau :  c’est un cadeau des dieux, l’organe le plus complexe de l’univers.  Prenez-en soin comme de votre meilleur ami : donnez-lui la meilleure nourriture, l’oxygène le plus pur, l’exercice le plus stimulant.

e. Comprendre et gérer mon stress

Je ne vais pas m’étendre ici sur le stress : je parle du stress et de sa gestion dans un autre billet.  Le stress n’est pas une mauvaise chose en soi.  Nous avons besoin d’une certaine dose d’adrénaline pour avancer.  Ce qui est mauvais, c’est un stress paralysant lors d’une épreuve.  Ou un stress prolongé, qui détériore notre santé physique et mentale.

Je vois trop d’étudiants complètement démolis par le stress.  Leur stress, mais aussi celui des parents qui, avec les meilleures intentions du monde, ajoutent un fardeau inutile sur les épaules de leurs rejetons…

Gérer son stress, ses émotions, cela s’apprend.  Vous pouvez aussi faire appel à un coach si vous sentez que vous perdez pied, que vous êtes trop loin pour vous en sortir seul.  Une oreille attentive et quelques séances peuvent débloquer une situation qui vous empoisonne la vie depuis un certain temps…

5. Me poser des questions

Encore ?  Oui.  Gaston Bachelard avait coutume de dire : toute connaissance est une réponse à une question.

Mais surtout, rester en questionnement vous permet d’entretenir la machine en mouvement : cela entretient votre motivation.  Les nouvelles questions que vous vous posez vous apporteront de nouvelles réponses, mais aussi de nouvelles questions.

Cela vous incitera aussi à ne pas trouver que LA bonne réponse.  Mais aussi à chercher des solutions alternatives.

Cela changera inévitablement votre regard sur vous-même, sur les autres et sur le monde.  C’est LA condition essentielle pour progresser.  Pour que vos études fassent de vous autre chose qu’un chasseur de diplôme : un étudiant heureux !

C’est tout le mal que je vous souhaite 😉

Vous avez aimé cet article ?  Inscrivez-vous à ma newsletter et ne ratez plus aucun article ou événément !

Catégories
Coaching Coaching emploi CV Entretien d'embauche Pensée positive Recherche d'emploi Stratégie

Entretien d’embauche : LA question qui fait la différence

Que dire lors d’un entretien d’embauche pour faire LA différence entre VOUS et les AUTRES candidats ?  Il y a une seule question qui doit vous préoccuper une fois que vous avez choisi de postuler pour une entreprise.  Y répondre avant qu’on vous la pose fera de vous LE candidat idéal.  Alors qu’est-ce que vous attendez ?

Article mis à jour le 18 juillet 2021.

Je suis toujours un peu énervé quand je lis sur des sites : les « 10 questions-pièges des recruteurs » !  Ou encore :  « Entretiens d’embauche : comment répondre aux questions-pièges« , etc.  Comme si l’entretien d’embauche était une épreuve du genre « preux chevalier contre vilain dragon« .

Pourtant, il y a une question que le candidat lui-même DOIT SE POSER AVANT tout entretien d’embauche.  Une question à 50 millions d’euros (au moins !) qui vous guidera tout au long de l’entretien et fera LA différence entre vous et les autres candidats.

Cette question, vous devez vous la poser et y répondre avant que le recruteur vous la pose.  Bon, assez fait durer le suspense, cette question, c’est :

LA question !

Qu’est-ce que je peux apporter à votre entreprise ?

C’est la seule question qui intéresse vraiment le recruteur et c’est celle qu’une écrasante majorité de candidats négligent.  Pire : ils l’ignorent…

Et pourtant : pourquoi le recruteur vous embauchera-t-il VOUS et pas un autre ?  Parce que vous lui apportez ce qu’il recherche :  de la jeunesse ou de l’expérience, de l’enthousiasme, des compétences techniques inédites, une faculté d’intégration immédiate dans une entreprise, une maîtrise d’une ou plusieurs langues étrangères, une curiosité à toute épreuve, un goût inné pour les nouvelles technologies, la connaissance du marché, un réseau de clients ou de partenaires possibles, une bonne santé, le goût des voyages ou du travail à l’extérieur, etc.

D’abord, connaissez-vous vous-même !

C’est vous qui vous connaissez.  Ou en tout cas qui devriez…  Pour cela, il existe plusieurs techniques.  En France, le bilan de compétences est généralisé et un rendez-vous avec votre conseiller Pôle-Emploi peut faciliter les choses.  En Belgique, le Forem offre aussi un panel de services aux demandeurs d’emploi.

Vous pouvez aussi vous faire coacher.

Mais l’essentiel est de bien vous connaître.  De savoir où vous en êtes, là, maintenant.  Quelle est votre expérience ?  Quelles sont vos compétences ?  Quels sont vos points forts et vos points faibles ?  Que valez-vous aujourd’hui sur le marché de l’emploi ?

L’expérience me dit qu’environ un candidat sur quatre sait  quel salaire il désire.  Une proportion encore inférieure souhaite un salaire réaliste par rapport au marché de l’emploi actuel dans la région qu’il vise…

Ensuite, connaissez à fond l’entreprise où vous voulez travailler !

Je sais, je me répète.  Et ce n’est pas fini.  Mais trop de candidats postulent pour un emploi dans une entreprise qu’ils ne connaissent pas du tout.

D’où, deux problèmes fondamentaux :

  • ils ne connaissent pas du tout les conditions de travail de cette entreprise
  • ils n’ont aucune idée de ce qu’ils peuvent offrir à cette entreprise en particulier
Vous avez envie de travailler dans une boîte à l’ambiance détestable ? Qui paie mal et systématiquement en retard ? Qui tolère que ses cadres méprisent, voire harcèlent leurs employés ? Qui a une réputation tellement déplorable que son nom fera comme une tache sur votre CV ?
Pas moi !  Il y a des patrons qui ne vous méritent pas.  Un petit tour sur Internet, quelques coups de fils, quelques contacts bien choisis au sein de l’entreprise pourront vous en apprendre davantage.

Adoptez la stratégie adéquate

Votre récolte d’informations sur Internet et vos contacts sont positifs ?  Vous avez vraiment envie de travailler pour cette entreprise ?  Vous voulez vraiment ce job ?
Posez-vous alors LA question : qu’est-ce que je peux apporter à cette entreprise ?
Moi, Jean Dupont ou Thibault Albert Marie de La Marque de la Roche Tordoir ?  Qu’est-ce qui dans mon profil correspond à la demande de cette entreprise ?  Qu’est-ce que j’ai que les autres n’ont pas ?  Dans mon expérience.  Dans ma formation.  Dans mon parcours.  Dans mes hobbies.  Dans mes relations.  Dans mes traits de caractères.  Etc.
Tous ces éléments vont vous aider à déterminer votre stratégie de séduction de cette entreprise : quel type de lettre de candidature allez-vous envoyer ?  Quel type de CV ?  Qu’allez-vous écrire dans ces deux documents qui constituent l’artillerie lourde de votre campagne de marketing ?

Un fil conducteur pour un entretien d’embauche positif

Cette question constituera  aussi le fil conducteur de votre entretien d’embauche.  Lorsque le recruteur vous demande « parlez-moi de vous » ou quelque chose de ce style.  Généralement une des premières sinon la première question qu’il posera.  Au lieu de vous lancer sur l’habituelle – et très ennuyeuse –  liste de vos études et de vos entreprises précédentes.
Dites-lui plutôt quelque chose comme : « j’ai postulé chez vous car votre entreprise…. (ressortez-lui les éléments positifs que votre recherche a dégagé; montrez-lui que vous êtes séduit par l’entreprise.  Que vous avez vraiment envie de travailler ici et pas ailleurs).  Et ensuite, dites-lui quelque chose du genre : « Je pense que je pourrait apporter à votre entreprise… »  Et là, redonnez-lui les apports uniques que VOUS pouvez offrir à cette entreprise unique.
Parions que vous serez l’un des rares, sinon le seul candidat à opérer de cette façon-là.
Dans 90 % des entretiens – et je suis gentil – les candidats pensent à eux-mêmes.  Ils en oublient totalement l’entreprise et ce qu’elle recherche.
Soyez parmi les 10 %  de gagnants qui raflent le poste à tous les coups.  Ou presque.
Vous avez aimé cet article ?  Inscrivez-vous à ma newsletter et ne ratez plus aucun article, podcast ou événement !
50.9686775.824968
Catégories
Apprendre à apprendre Apprentissage des langues Apprentissage précoce Ateliers Chomage creation d'entreprise Entreprise Entretien d'embauche Est-Ouest Europe Femmes formation Humour indépendant Internet Jeunes Langues Le travail en Europe Mind Mapping Orientation professionnelle Outils Pédagogie Pensée positive Projets Recherche d'emploi Salon de l'emploi Société Stratégie Travailler en Europe

Deux chiffres-clés pour la Lingua Franca Foundation : 1 et 20.000

Pourquoi deux chiffres (ou plus précisément un chiffre et un nombre) aussi éloignés dans un même titre ?  Et pour la même institution, de surcroît ?

Le premier, le chiffre 1, est pour notre premier anniversaire : le 22 octobre 2009, en effet, nous sortions de chez le notaire avec les statuts signés – et promptements enregistrés –  de la Lingua Franca Foundation.

Nos objectifs étaient de promouvoir les échanges internationaux, la compréhension entre les cultures, la promotion de méthodes pédagogiques innovantes

Nous voulions apporter notre savoir-faire en termes de recherche d’emploi, de création d’entreprise et d’apprentissage des langues.

Aujourd’hui, un an plus tard, nous pouvons tirer les premières leçons de notre expérience : nous avons effectivement aidé des personnes en difficultés à trouver de l’aide, un abri, à défendre leurs droits dans un pays étranger…  Nous participons au réseau Say No to Violence against Women des Nations Unies.

Nous avons animé quatre groupes de recherche d’emploi avec des résultats positifs et encourageants pour la suite.  Ceux-ci s’adressaient à des demandeurs d’emploi de Charleroi, de Pont-à-Celles et de Gembloux et un groupe est toujours en cours à Verviers.

Nous avons donné des conférences et animés des ateliers et séminaires sur le mindmapping, les jeux-cadres, la pensée visuelle... d’Aiseau à Bruxelles en passant par Kuala Lumpur

Et nous avons entamé, depuis un peu plus d’un mois maintenant, des cours de langues dans la région de Maastricht…  Nous avons traduit plusieurs conférences de TED.com et avons participé à la traduction en français du logiciel de Mindmapping XMind 3.2.0.

Nous ne nous arrêterons pas là et nos cartons (nos disques durs, en fait) regorgent déjà de projets pour les prochaines années.

Mais aussi, nous avons publié deux blogs sur l’emploi, la création d’entreprise et l’apprentissage des langues.

C’est l’un de ces blogs qui est concerné par le nombre 20.000.

Car, depuis la mi-décembre 2009, période de sa création, vous avez été plus de 20.000 à fréquenter Trouve ta Voie !



Ceci nous indique que nous sommes… sur la bonne voie !  Et nous encourage à poursuivre nos efforts et à vous proposer davantage encore d’articles, d’interviews et de résultats de recherches.

MAIS SURTOUT : MERCI A VOUS TOUS POUR VOTRE FIDELITE QUI EST LE PLUS BEAU DES CADEAUX !

Catégories
creation d'entreprise creativité formation indépendant Mind Mapping Outils Pensée positive Projets

Boostez la création de votre entreprise avec le Mind Mapping et les outils de créativité

Vous avez envie de créer votre entreprise…  Mais vous ne savez pas par où commencer ? Vous avez une idée…  Mais vous ne savez pas comment la mettre en pratique ?

Alors, cet atelier est fait pour vous !

Cet atelier sera bientôt disponible en ligne : cliquez ici pour recevoir les informations pour vous inscrire !

Fini de tourner en rond ! Notre méthode unique, basée sur le mind mapping et des outils de créativité va :

  • vous faire gagner du temps
  • vous aider à définir votre projet avec précision

Se poser les bonnes questions

En une journée, posez les bases de votre future entreprise :

 

1. Passez d’une simple idée à un véritable projet d’entreprise :

Quelques questions d’abord…  pour préciser notre vocabulaire.  Il faut s’entendre sur les termes pour bien nous comprendre.

  • qu’est-ce qu’une idée ?
  • qu’est-ce qu’une idée d’affaire ?
  • qu’est-ce qu’un projet ?
  • Qu’est-ce qu’un projet d’entreprise ?
  • Comment passer de l’idée au projet ?
  • Comment passer de l’idée d’affaire au projet d’entreprise ?
  • Combien de temps cela va-t-il prendre ?
  • Quels sont les étapes nécessaires ?
  • Quels sont les outils qui vont me faire gagner du temps ?

Ces questions, et bien d’autres, vous allez y répondre à l’aide des outils que nous vous proposons.

2. Définissez votre « Core Business », le cœur de votre entreprise, grâce à la technique du Tiercé gagnant :

Tous les experts vous le diront.   Les entrepreneurs qui réussissent s’appuient sur trois dimensions :

  1. La passion
  2. L’excellence ou expertise
  3. La rentabilité

Découvrez quelles sont ces trois dimensions pour vous et votre projet.   Et définissez le cœur de votre future activité.

Peut-être faudra-t-il recadrer votre projet par rapport à votre idée de départ.  Ou élargir le champ de vos activités…   Dans tous les cas, les outils visuels que nous vous proposons vous aideront à « voir » littéralement les différentes dimensions de votre projet.

3. Définissez vos  objectifs personnels grâce à la technique de la Liste de 100

Pour cerner de plus près encore votre projet, pour concentrer votre énergie sur vos objectifs et vos valeurs, utilisez cette puissante technique de créativité, alliée au mind mapping dans une nouvelle formule originale.

Cela vous donnera une direction pour les prochaines années, un cap qui vous évitera de vous disperser dans des activités stériles ou sans lien avec vos propres aspirations.

4. Explorez toutes les facettes de votre projet avec la Preuve par 9

Analyser et concevoir un projet, c’est d’abord se poser les bonnes questions.  J’ai rassemblé pour vous 9 questions fondamentales et je les ai organisées en arborescence par le mind mapping pour vous donner une matrice d’analyse de projet puissante et complexe.

Grâce à cette matrice, vous allez :

  • identifier les points connus de votre projet
  • traquer les questions qui attendent encore une réponse
  • vous donner des objectifs et des échéances réalistes
  • visualiser l’état d’avancement de votre projet

En route vers le succès !

5. Créez la structure de votre Business Plan

  • Qu’est-ce qu’un Business Plan ?
  • A quoi sert le Business Plan ?
  • En quoi est-ce différent d’un plan financier ?
  • A qui sert le Business Plan ?

Nous répondrons ensemble à ce questions et je vous donnerai ensuite des pistes et des modèles pour élaborer vous-même VOTRE Business Plan, celui qui vous correspond et qui présente votre projet sous son meilleur jour.  Celui qui constituera le meilleur outil de communication et de contrôle pour vous et ceux qui vous accompagneront tout au long de votre vie d’entrepreneur.

Voici par exemple, un modèle simple de business plan pour une petite entreprise.  Double-cliquez dessus pour l’agrandir ou téléchargez-là gratuitement sur ma page Biggerplate.

Modèle de business plan

 

Et au terme de la journée, vous réaliserez vous aussi, comme tant d’autres avant vous, que : « bien comprendre son projet d’entreprise, c’est surtout bien se comprendre soi-même. »

Bien comprendre :

  • vos buts
  • vos valeurs
  • vos aspirations

Et les mobiliser dans un projet que vous allez porter et qui va vous porter pendant plusieurs années, voire pour le reste de votre vie…

Après la formation, vous disposerez :

  • de tous les documents produits pendant la session
  • d’une séance d’e-coaching pour valider votre pratique (au moins une semaine après la session)
  • d’un syllabus reprenant l’ensemble des enseignements de la journée
  • d’outils et de modèles personnels pour continuer à travailler sur votre projet

 Cet atelier d’une journée a été transformé en cours en ligne.  Cliquez sur le lien ci-dessous pour recevoir les informations et pouvoir vous inscrire.

Vous avez aimé cet article ?  Inscrivez-vous à ma newsletter et ne ratez plus aucun article ou événément !


Catégories
creativité formation Jeunes Mind Mapping Outils Pédagogie Pensée positive Projets

Mind Mapping Basics : reconnectez-vous avec votre propre créativité !

 Maîtrisez les bases de la carte mentale : prenez des notes efficaces, structurez vos documents sans peine, gérez votre temps de manière intuitive… Partez à la découverte de vous-même.  

Oui, le mind mapping permet tout cela et bien plus encore...  

   

Prendre des notes en mind mapping

  

Je vous propose un atelier d’une journée pour vous initier aux techniques de base du mind mapping sur papier : avec une feuille blanche et quelques crayons, reconnectez-vous avec votre propre créativité, retrouvez le goût du texte et de l’image, réconciliez vos deux cerveaux tout en vous amusant et en augmentant votre productivité de manière intuitive, sans avoir l’impression d’y toucher…  

A la fin de la formation vous serez capables de :  

– dessiner vos propres cartes mentales (mind maps);
– prendre des notes efficaces (fini, le linéaire gris, vive le rayonnement en couleur !)
– résumer un texte écrit et oral, et le mémoriser facilement
– structurer un document ou une présentation
– mettre en place un outil simple de gestion du temps…  

Le plaisir de la création

  

A la fin de la journée, vous disposerez :

– d’un syllabus reprenant l’essentiel de ce que vous avez appris:
– tous les documents produits pendant l’atelier;
– des modèles de cartes mentales qui vous aideront dans votre vie de tous les jours et dans votre activité professionnelle…  

Concentration

  

Date :

Le 6 juillet 2010 de 9 à 17 heures

  

Lieu :  

    

The Hub Brussels

Rue du Prince Royal 37   

1050 Ixelles   

Métro : vers Porte de Namur   

Bus 71 ou 54 vers Quartier Saint-Boniface   

Tram : 92, 94 ou 97 vers Stéphanie   

     

Tarif : – Membres du Hub : 120 euros
– Non-membres : 150 euros
 Infos : 0489/02 49 83 ou  marco.bertolini@linguafrancaacademy.org   

     

Réservez vos place ici (attention, seulement 20 places disponibles !)    

En savoir plus sur le Mind Mapping : cliquez ici.    

Créer votre entreprise avec le Mind Mapping : cliquez ici.    

    

Catégories
Apprentissage des langues Apprentissage précoce creativité formation Jeunes Langues Mind Mapping Outils Pédagogie Pensée positive

Brain Booster Program Manifesto : une éducation pour le 21e siècle

Un nouveau blog pour une nouvelle éducation !

Dans un billet précédent, je vous annonçais une série d’ateliers d’été au Hub de Bruxelles.

Dans ceux-ci, figure un programme au nom un peu surprenant : le Brain Booster Program.  Celui-ci est un programme de cinq jours qui offre aux participants des techniques d’étude différenciées selon leur type d’intelligence dominant, leurs styles d’apprentissage, etc.  Il comprend du mind mapping, bien entendu, mais aussi des jeux-cadres, des techniques de mémorisation et de relaxation bienvenues lors des examens si proches…

brain booster

Mais Brain Booster, depuis aujourd’hui, c’est aussi un nouveau blog, bilingue, sur l’éducation du 21e siècle et sur les techniques d’apprentissage qui conviennent aux enfants et aux adultes d’un monde globalisé, informatisé, médiasocialisé…

On apprend pas comme en 1930 quand on est né après l’invention du PC et qu’Internet a accompagné chaque moment de votre vie depuis vos premiers pas…

Donc, rendez-vous sur Brain Booster Program pour découvrir ce que le 21e siècle nous offre en matière d’éducation et de formation !

Catégories
Bien-être creation d'entreprise creativité formation Jeunes Mind Mapping Outils Pédagogie Pensée positive

Ateliers d’été au Hub : au menu, mind mapping et apprentissage rapide

Envie de profiter des vacances pour apprendre de nouvelles choses ?

Comment mieux me débrouiller dans ma vie personnelle ?

Créer ma propre entreprise, oui, mais par où commencer ?

Réussir mes études en me donnant des outils d’apprentissage performants ?

Ce sont les thèmes de la conférence et des ateliers d’été que j’animerai au Hub de Bruxelles en juin, juillet et août prochains.


Demandez le programme !

Voyez la mind map ci-dessous pour un panorama complet de ces événements (cliquez sur l’image pour l’agrandir).


 

Ateliers d'été au Hub de Bruxelles

J’ai déjà parlé de la conférence « Mind Mapping : le couteau suisse de la pensée » dans un précédent billet.  Vous pouvez le retrouver à cette adresse : http://format30.com/2010/06/03/mind-mapping-le-couteau-suisse-de-la-pensee/ Le 23 juin 2010 à 19 heuresRéservez ici.  

Catégories
Internet Pensée positive Société

Howard Rheingold : sur la collaboration

C’est Marion Chapsal qui avait signalé cet entretien sur son site Geronimo (http://geronimo.typepad.fr/ – une bonne adresse du web si vous vous intéressez à la communication, aux présentations en publics et aux business women).

Cela m’avait tellement emballé que j’ai tout de suite décidé de le traduire.  Cétait en janvier de cette année…  Et personne ne voulait réviser ce texte.  Jusqu’à ce que Pascal Delamaire, un autre complice de TED.com ne prenne les choses en main et nous livre cette superbe révision : des termes et des expressions fluides et fidèles qui rendent bien le ton convivial de Rheingold.

Vous avez dit collaboration ?

Howard Rheingold

C’est justement le thème de cet exposé de Howard Rheingold.   Rheingold est un personnage : pas seulement par le choix de ses costumes et de  ses chemises qui passent sûrement mieux en Californie que dans la vieille Europe, mais par son flair incroyable pour détecter les nouvelles tendances sociales et technologiques.

Il ne se contente pas de les détecter, il les vulgarise aussi avec un rare talent.  Son dernier livre, Smart Mobs, traite de l’intelligence collective et des nouvelles formes de collaboration qui émergent grâce aux nouvelles technologies.

Par la théorie des jeux – qu’il rend accessible au commun des mortels dans un langage d’une rare clarté – il explique comment nous passons  actuellement d’un monde de la compétition à celui de nouvelles formes collectives.  Wikipedia en est un bon exemple, mais il y en a d’autres que Rheingold cite dans cet exposé.

Comme d’habitude, cliquez sur View subtitles et choisissez French (France) pour avoir les sous-titres en français.  (Ou sur Polish si vous désirez rafraichir votre connaissance du polonais.   Après, tout profitez-en pour acquérir de nouvelles langues…).

Merci à Howard Rheingold pour son message amical sur Twitter à propos de cette traduction… http://twitter.com/hrheingold

Catégories
Pensée positive

Nancy Etcoff et l’étonnante science du bonheur

Vous vous souvenez ?  Il y a quelques semaines, je vous parlais du bonheur tout relatif des enfants belges selon une enquête de l’Unicef.  Et je vous promettais de revenir sur cette notion de bonheur.

Et c’est chose faite avec cet exposé de Nancy Etcoff sur l’étonnante science du bonheur dont je viens de revoir la traduction pour TED.com, le site de l’organisation qui publie ces extraordinaires conférences sur une impressionnante variété de sujets.

Nancy Etcoff y évoque le pessimisme de Freud, le fondateur de la psychanalyse, pour qui la poursuite du bonheur n’était qu’une preuve d’infantilisme.  Mais aussi, les nouvelles pistes que la psychologie, s’appuyant sur les neurosciences, découvre et expérimente… pour notre plus grand bonheur !

Un exposé plein d’humour et de bonne humeur par une grande dame de la science d’aujourd’hui.

(Pour les sous-titres en français, cliquez sur « view subtitles » et choisissez « French (France)).