Catégories
CV Internet Logiciels Recherche d'emploi Stratégie

Le CV et les mots-clés : votre passeport électronique pour l’emploi

Des mots-clés pour un CV ?  Et pourquoi faire ?  Et comment savoir si les mots-clés de mon CV sont lisibles par les logiciels ds recruteurs ?

Bon nombre de personnes rédigent encore le CV uniquement dans une optique « papier » : c’est-à-dire en supposant qu’une personne recevra votre lettre de motivation avec votre CV et les lira tous les deux avec attention.

Le seul problème, c’est que dans une majorité croissante de cas, ce n’est plus vrai !

CV Word ?

L’ère des robots a commencé

Il y a peut-être un cas de figure qu‘Isaac Asimov – le père de la robotique – n’avait pas envisagé : celui de la lecture des CV.

En effet, lorsque vous expédiez votre CV par e-mail à un recruteur professionnel ou au responsable Ressources Humaines d’une grande entreprise, il (elle) ne passe pas sont temps à les lire tous.

On estime qu’un recruteur moyen reçoit environ 300 CV par jour.   Vous croyez vraiment qu’il lira ces 300 CV + 300 lettres de motivation dans la journée ?

Soyons sérieux !  Dans la réalité, ce sont des robots, des logiciels spécialisés, qui opéreront le premier tri.  Et sélectionneront votre CV.  Ou pas !

La lecture des mots-clés par un logiciel

Votre CV est sous format électronique – une ou deux page(s) en Word ou PDF – annexé à l’e-mail que vous avez adressé à la personne responsable du recrutement.

Celle-ci – son assistante, plus probablement, va soumettre votre CV et tous les autres, à un logiciel spécialisé.  Ce programme va rechercher des mots-clés dans votre CV.

Attention : les logiciels des recruteurs ne sont pas toujours capables de lire les mots-clés de votre CV s’ils sont au format PDF.  Réfléchissez-donc bien à ce que vous voulez : le PDF vous assure que la mise en page sera uniforme sur toutes les imprimantes.  Mais le format Word est commun dans la majorité des entreprises et les mots-clés contenus dans votre CV sont lisibles par les robots…

Pour en savoir plus, lisez mon article sur les CV au format Word , Open Office ou PDF.

Quels mots-clés utiliser sur mon CV ?

Ceux que le responsable du recrutement estime importants pour définir le poste pour lequel vous postulez.  Ceux qui correspondent à la pratique du métier, à l’expertise requise pour exercer votre profession, ceux qui démontrent que vous correspondez au moins à 70% aux exigences du poste…

Pour un comptable : comptable, comptabilité, bilan, crédit, débit, analyse, financière, financier, etc.

Pour un cadre de haut niveau : management, responsabilité, équipe, leadership, team, etc.

Vous voyez le principe ?

Où trouver les mots-clés dont j’ai besoin ?

Si vous connaissez votre métier, si vous avez complété un bilan de compétences, vous pouvez puiser dans le vocabulaire de base de votre spécialité mais aussi dans celui qui définit vos compétences.

Un bon truc pour trouver à la fois les compétences de votre métier et des mots-clés qui y correspondent : les fiches-emploi de Pôle Emploi.  Vous pouvez les consulter dans toutes les agences de Pôle-Emploi en France.  Et en Belgique ?  Dans toutes les Maisons de l’Emploi et de nombreux services du Forem.

Vous pouvez également les consulter en ligne : c’est ici.

Ces fiches vous offrent une description de métier d’une richesse et d’une rigueur professionnelles.  Il faut parfois chercher un peu pour « tomber » sur le bon métier, mais cela en vaut la peine.

Comment savoir si mon CV est lisible par la plupart des logiciels des recruteurs ?

Je ne peux pas vous garantir une certitude absolue, mais un bon moyen de savoir si votre CV est lisible est de le tester.

Vous pouvez le faire ici, sur le site Jobetic.net qui a eu la bonne idée de mettre gratuitement ce test à la disposition des personnes qui le souhaitent.

Il suffit d’uploader votre CV en format Word ou PDF et quelques secondes plus tard, vous obtenez le résultat.

C’est parfois un peu décourageant…

Faites donc revoir votre CV par un professionnel !

Vous avez aimé cet article ?  Inscrivez-vous à ma newsletter et ne ratez plus aucun article ou événément !

Catégories
Chomage CV Jeunes Recherche d'emploi Stratégie

Quel type de CV pour quelles circonstances ?

Vous avez entendu parler de plusieurs types de CV ?  Chronologique, par compétences ou mixte…  Et vous ne savez pas trop lequel adopter ?  Voici quelques explications qui vous permettront de choisir le bon type de CV selon les circonstances !

Les spécialistes parlent de CV chronologiques ou antichronologiques, de CV par compétences ou de CV mixtes ?  Qu’est-ce que c’est que ça ?  Voici quelques explications pour vous aider à y voir plus clair.

Trois grands types de CV

Il faut savoir qu’il y a trois grands types de CV classiques :

  1. le chronologique
  2. par compétences
  3. mixte

1. Le CV chronologique ou antichronologique

C’est le plus connu : le CV classique présentant votre parcours professionnel par rubriques.  A l’intérieur de chaque rubrique – Formation, Expérience professionnelle, etc. – les items sont classés par ordre antichronologique (on dit aussi antéchronologique), c’est-à-dire du plus récent au plus ancien.

C’est le plus utilisé, celui que tout le monde utilise ou presque.  Peut-être parce que c’est le plus simple à mettre en oeuvre.

Attention : si vous optez pour le format antichronologique – du plus récent au plus ancien – gardez-le pour TOUTES les rubriques de votre CV ! J’ai vu trop de candidats qui présentaient leur expérience professionnelle sous ce format et qui listaient leurs études et formations dans l’autre sens…

Soyez cohérent ! N’obligez pas le recruteur à faire des va-et-vient à travers les différentes rubriques de votre CV : il n’en a pas le temps !  Votre CV sera jeté à la poubelle sans pitié à la moindre ambigüité !!!

Est-ce le plus efficace ?

Avantages :

  • Clair, simple et facilement compréhensible
  • Rassurant, car c’est le type de CV le plus connu de tous, candidats et recruteurs
  • Correspond bien aux carrières linéaires (20 ans dans la même entreprise, par exemple)

Inconvénients :

  • C’est LE CV de Monsieur ou Madame Tout le Monde : difficile de se distinguer vraiment avec ce type de document passe-partout…
  • Il attire immédiatement l’attention sur les « trous » de votre CV : interruption de carrière pour grossesse, maladie, accident ou éducation des enfants
  • Il ne convient pas du tout aux personnes qui ont changé d’emploi ou d’orientation au cours de leur carrière.  Or, cette situation est de plus en plus fréquente, même si beaucoup de recruteurs ne l’ont pas compris et restent terriblement conservateurs dans leurs perception des candidats

2. Le CV par compétences

Contrairement au précédent, il ne contient aucune date, aucune référence à votre parcours en tant que tel.  Il détaille vos compétences et donne – souvent – la liste des entreprises pour lesquelles vous avez travaillé.

C’est le moins utilisé, probablement pour deux raisons :

  • on ne sait pas trop comment le présenter
  • il est difficile à structurer de manière efficace sans se perdre dans des généralités ou sans écrire trois pages

Il ne suffit pas de lister vos compétences : encore faut-il leur donner de la crédibilité en les décrivant de façon claire et en leur apportant de la consistance par des informations concrètes – nom de l’entreprise, type de poste, mission, réalisations, résultats, etc.  Tout ce qui peut aider le recruteur à visionner le film de votre expérience professionnelle doit être mobilisé.    D’autres part, les recruteurs ne sont pas tenus de vous croire sur parole…

Avantages :

  • C’est celui qui met le mieux en avant vos compétences – forcément
  • C’est donc celui qui vous permettra de vous distinguer des autres candidats sur les compétences-clés du CV : si on demande un comptable familier de la consolidation des comptes et que c’est votre spécialité, cela figurera en avant-plan de votre CV et si les autres concurrents ne peuvent pas faire la même chose, vous marquez des points…
  • C’est le plus facile à adapter en fonction du poste : vous mettez à l’avant-plan les compétences qui correspondent le plus à ce qui est demandé dans l’annonce
  • C’est l’idéal si vous avez une ou plusieurs interruptions assez longues dans votre carrière : maladie, accident, période de chômage assez importante…  Autant de points noirs susceptibles de détourner les recruteurs de votre candidature

Inconvénients :

  • l’inconvénient majeur : la plupart des recruteurs n’aiment pas ce type de CV.  Plus par manque de temps que pour autre chose : quand vous avez moins d’une minute pour lire chaque CV, vous ne pouvez pas vous offrir le luxe de déchiffrer des documents longs et dont la structure ne vous est pas familière…
  • Il est difficile à structurer efficacement : par où commencer ? Où s’arrêter ? Faut-il classer par domaines de compétences ?  Par secteur ?
  • Il a tendance à allonger le CV, ce que les recruteurs détestent.  Car la plupart des candidats veulent tout dire et donc ne ciblent pas suffisamment les compétences requises pour le poste.  Un conseil : ciblez les compétences vraiment cruciales pour le poste et laissez le reste pour la lettre de candidature et l’entretien d’embauche

Cliquez sur la carte pour la visionner et/ou la télécharger en format PDF.

3. Le CV mixte

C’est mon préféré !  Ça tombe bien, c’est aussi le préféré de nombreux recruteurs !

Pourquoi ?  Parce qu’il présente l’avantage de nous donner immédiatement vos compétences-clés pour le poste souhaité et donc qu’il facilite le travail !  Vous n’aimez pas qu’on vous facilite la vie, vous ?

En réalité, il allie les qualités des deux précédents : une très bonne visibilité des compétences-clés et une très bonne lisibilité de votre parcours.

On peut donc décider très vite si vous êtes un candidat à inviter pour un entretienou pas !

Comment fonctionne le CV mixte ?

Le principe est simple : en début de CV – le premier tiers – vous présentez vos compétences-clés par rapport au poste souhaité.  Ensuite, vous continuez votre CV sous forme antichronologique et vous gardez les compétences secondaires pour les rubriques habituelles et pour la lettre de candidature.

Le plus difficile dans la rédaction de ce CV est :

  • de déterminer les compétences-clés requises pour le poste
  • se limiter dans la présentation du haut de CV à ces compétences

Avantages :

  • A la fois clair et axé sur les compétences-clés du poste souhaité
  • Donne en même temps une bonne lisibilité de votre parcours
  • Facilite donc le travail des recruteurs en distinguant plus facilement les candidats correspondant au poste
  • Pour les postes à responsabilités, les profils polyvalents ou d’experts, il permet de donner tout de suite l’éventail de vos compétences dans différents domaines ou – au contraire – de mettre l’accent sur vos savoir-faire très spécifiques

Inconvénients :

  • Difficile pour certains candidats d’identifier les compétences-clés pour le poste
  • Demande un esprit de synthèse particulièrement développé pour ne pas écrire des CV de 3 à 5 pages
  • Difficile à structurer : il faut garder un bon équilibre entre les compétences-clés du haut du CV, les rubriques habituelles du CV et la lettre de candidature

Mais le jeu en vaut la chandelle : si vous avez bien préparé votre recherche d’emploi par une bonne analyse de vos compétences, vous disposerez d’un éventail de vos savoir-faire et vous pourrez ainsi sélectionner ceux qui correspondent au mieux au poste recherché.

Petit rappel :

si vous ne savez plus très bien la différence entre qualités et compétences, visitez cette page où je fais la distinction.

Vous avez aimé cet article ?  Inscrivez-vous à ma newsletter et ne ratez plus aucun article ou événément !

Catégories
Europe Jeunes Orientation professionnelle Recherche d'emploi Stratégie

Pour votre recherche d’emploi : ne négligez pas les PME !

Vous sortez tout droit d’une école prestigieuse ?  Votre diplôme tout neuf sent encore l’encre d’imprimerie ?  Et vous vous voyez déjà travailler au siège central d’une multinationale ?

N’allons pas trop vite !

Les sirènes des grandes entreprises attirent souvent de nombreux candidats : plusieurs centaines, voire plusieurs milliers de candidat pour un même poste.

Vers une multinationale ? Ou une PME ?

Pourquoi postuler dans une PME plutôt que dans une grande entreprise ?

Si ce sont les grandes entreprises qui font la une des médias – le plus souvent quand elles se portent mal, d’ailleurs – ce sont les PME qui sont les plus dynamiques en termes de création d’emploi !  Ce sont les PME qui, globablement, créent le plus d’emploi en France, comme partout ailleurs en Europe.

Avant d’envoyer votre CV à une entreprise du CAC40, explorez le tissu des Petites et Moyennes Entreprises autour de vous.  Elles sont sûrement très nombreuses dans un périmètre pas très éloigné de chez vous.

Des avantages non négligeables dans les PME

  • la proximité : elles ne sont pas toutes concentrées dans ou autour de la capitale, mais disséminée à travers tout le pays et il y a gros à parier qu’il y en a tout près de chez vous
  • un milieu souvent plus convivial, des rapports plus proches entre collaborateurs
  • une hiérarchie moins verticale, souvent moins lourde que dans de grandes entreprises
  • la possibilité d’y acquérir une expérience utile à valoriser sur votre CV
Des relations plus conviviales dans les PME

Quelques inconvénients du travail dans les PME

  • le risque de paternalisme – surtout dans les plus petites entreprises : une PME cela peut-être une entreprise moyenne de moins de 250 personnes !  Le patron – ou la patronne – risque de vous traiter comme un membre de la famille.  La limite entre vie professionnelle et vie privée peut alors devenir très floue.  Votre supérieur risque d’être plus intrusif dans votre vie privée qu’un supérieur dans une multinationale, plus anonyme.
  • les possibilités moindres d’évolution de carrière à long terme : les PME ayant une structure moins verticale que les grandes entreprises, il est plus difficile d’y grimper les échelons, moins nombreux.  Une PME, c’est souvent un patron qui met la main à la pâte et quelques travailleurs.  Vous n’allez pas remplacer votre patron demain…

Une PME pourrait bien vous offrir votre prochain job !

Pourtant – comme l’explique un article de RH Tribune – depuis 2005, les PME belges ont créé plus de 10 % des nouveaux emplois.

Et qui est en tête du classement ?  La Wallonie !  Avec 11,5 % de croissance entre 2005 et 2010 !

Alors, pour votre prochaine recherche d’emploi, ne négligez pas les PME de votre Région : elles méritent mieux que la méconnaissance générale qui est souvent leur lot…

et elles pourraient bien vous offrir votre prochain job !

Vous avez aimé cet article ?  Inscrivez-vous à ma newsletter et ne ratez plus aucun article ou événément !

50.9686775.824968
Catégories
Recherche d'emploi Stratégie

La recherche d’emploi : une lettre de motivation pas trop classique…

Vous êtes à la recherche d’un emploi ?  Vous n’êtes pas tout seul !

Cela vous le saviez, mais connaissez-vous la méthode Sellig pour chercher du travail ?

Non ?  Alors, jetez un coup d’oeil sur cette vidéo…  Résultats non garantis !

Catégories
CV Entreprise Entretien d'embauche Recherche d'emploi Salon de l'emploi Stratégie

SOS Emploi 2011 : c’est reparti !

Vous êtes demandeur d’emploi ?  Et vous voulez donner un petit coup de turbo à votre recherche ?

SOS Emploi peut être l’opportunité de vous ouvrir de nouvelles perspectives.

En effet, tout comme le 28 septembre dernier, References.be, Bel-RTL, RTL-Info.be et le journal Le Soir vous proposent nonseulement de dialoguer avec des spécialistes de la recherche d’emploi, mais aussi :

  • de découvrir de réelles offres d’emploi (plus de 200 lors de l’édition de septembre 2010)
  • de visiter des sites spécialisés en recherche ou en informations sur l’emploi
  • de déposer votre CV en ligne sur le site de Références.be pour le rendre visible aux employeurs
  • Etc.

Ne ratez pas ces opportunités et rendez-vous sur la page web SOS Emploi !

Catégories
CV Outils Recherche d'emploi Stratégie

Faut-il envoyer son CV sous forme de Mindmap ?

Il ya quelques mois, j’avais rédigé un billet intitulé « Construisez un CV gagnant avec le Mindmapping ! »

L’objectif de ce billet n’était pas de rédiger un CV sous la forme d’une mindmap (ou carte heuristique), mais bien de donner quelques conseils sur « comment structurer un CV en utilisant le Mindmapping... »

Ajourd’hui, je voudrais répondre à une autre question qui m’est souvent posée :

– « Faut-il envoyer son CV sous forme de mindmap ? »

Normalement, vous connaissez la réponse mieux que moi !

Quoi ?  Je connais la réponse ?

Si vous êtes un habitué de ce blog, vous savez que pour moi :

  1. Le CV est un outil de communication qui fait partie d’une stratégie de recherche d’emploi
  2. Il est le résultat d’un travail préalable de connaissance de soi et du marché du travail
  3. Il est ciblé sur une fonction précise dans une entreprise particulière
  4. Pour être efficace dans la rédaction de votre CV, vous devez connaître l’entreprise à laquelle vous l’envoyez

Si vous maîtrisez ce dernier point, vous savez si vous avez affaire à une entreprise innovante, plutôt ouverte aux nouveaux outils et aux méthodes inédites.  Ou à une entreprise plutôt traditionnelle, où on s’en tient aux bonnes vieilles méthodes : « on a toujours fait comme ça ! »

Une mindmap pour l’entreprise innovante

Dans le cas d’une entreprise innovante, moderne : je vous dirais, oui, envoyez votre CV sous forme de mindmap en plus de votre CV traditionnel !  Cela apportera une touche supplémentaire qui démontrera que vous êtes en phase avec la tendance novatrice de la maison.

Pourquoi en plus ?

Parce que si vous le faites uniquement sous forme de mindmap, votre CV risque de ne pas convenir à une personne ou plusieurs.  Il risque aussi de ne pas être lu par les logiciels qui trient les CV en première lecture dans la plupart des cabinets de recrutement ou des sites d’emploi…  Ceux-ci effectuent une recherche par mots-clés, et je ne suis pas convaincu que votre CV-mindmap soit lisible par la plupart des logiciels de recrutement du marché (je suis même certain du contraire…).  Dans tous les cas, faites dans la simplicité : que votre carte soit réellement lisible sur une page A4.  Envoyez-la sous format PDF ou Word, toutes les entreprises ne possèdent pas de logiciel de mindmapping.  Et de toute façon, ces logiciels sont tellement nombreux en ce moment, que l’entreprise en question risque bien d’en avoir un qui ne soit pas compatible avec le vôtre.  Utilisez aussi les rubriques classiques, dans un ordre normal.  Le même que votre CV classique : soyez cohérent !

Un CV classique pour une entreprise plus traditionnelle

Dans une entreprise plus classique, plus traditionnaliste : mettez votre passion pour le mindmapping en veilleuse et envoyez un CV classique.  Lorsque vous serez engagé, il sera encore temps de faire la démonstration à vos collègues des vertus de cette méthode qui a maintenant 40 ans (eh oui !) mais que les entreprises francophones ne découvrent qu’aujourd’hui !

Dans tous les cas : n’envoyez jamais un document sous forme de mindmap sans explication à une personne qui ne maîtrise pas le concept.  Joignez un mot d’explication et/ou ajoutez une légence à votre carte.  C’est une bonne habitude, de toute façon, de légender vos cartes.

Et pour ceux qui seraient en manque d’inspiration, voici un petit exemple de  :

CV sous forme de mindmap

Cliquez sur la carte pour l’agrandir :

Votre CV-Mindmap

Envie d’essayer ?

Nous avons développé pour vous deux modèles de CV sous forme de mindmap :

un modèle de CV pour employé expérimenté, disposant de quelques années d’expérience.
– un modèle de CV pour employé débutant qui ne dispose pas de beaucoup d’expérience.

Besoin d’un coup de pouce ?  Visitez notre page Coaching emploi !

Vous avez aimé cet article ?  Inscrivez-vous à ma newsletter et ne ratez plus aucun article ou événément !

50.9686775.824968
Catégories
Apprendre à apprendre Apprentissage des langues Apprentissage précoce Ateliers Chomage creation d'entreprise Entreprise Entretien d'embauche Est-Ouest Europe Femmes formation Humour indépendant Internet Jeunes Langues Le travail en Europe Mind Mapping Orientation professionnelle Outils Pédagogie Pensée positive Projets Recherche d'emploi Salon de l'emploi Société Stratégie Travailler en Europe

Deux chiffres-clés pour la Lingua Franca Foundation : 1 et 20.000

Pourquoi deux chiffres (ou plus précisément un chiffre et un nombre) aussi éloignés dans un même titre ?  Et pour la même institution, de surcroît ?

Le premier, le chiffre 1, est pour notre premier anniversaire : le 22 octobre 2009, en effet, nous sortions de chez le notaire avec les statuts signés – et promptements enregistrés –  de la Lingua Franca Foundation.

Nos objectifs étaient de promouvoir les échanges internationaux, la compréhension entre les cultures, la promotion de méthodes pédagogiques innovantes

Nous voulions apporter notre savoir-faire en termes de recherche d’emploi, de création d’entreprise et d’apprentissage des langues.

Aujourd’hui, un an plus tard, nous pouvons tirer les premières leçons de notre expérience : nous avons effectivement aidé des personnes en difficultés à trouver de l’aide, un abri, à défendre leurs droits dans un pays étranger…  Nous participons au réseau Say No to Violence against Women des Nations Unies.

Nous avons animé quatre groupes de recherche d’emploi avec des résultats positifs et encourageants pour la suite.  Ceux-ci s’adressaient à des demandeurs d’emploi de Charleroi, de Pont-à-Celles et de Gembloux et un groupe est toujours en cours à Verviers.

Nous avons donné des conférences et animés des ateliers et séminaires sur le mindmapping, les jeux-cadres, la pensée visuelle... d’Aiseau à Bruxelles en passant par Kuala Lumpur

Et nous avons entamé, depuis un peu plus d’un mois maintenant, des cours de langues dans la région de Maastricht…  Nous avons traduit plusieurs conférences de TED.com et avons participé à la traduction en français du logiciel de Mindmapping XMind 3.2.0.

Nous ne nous arrêterons pas là et nos cartons (nos disques durs, en fait) regorgent déjà de projets pour les prochaines années.

Mais aussi, nous avons publié deux blogs sur l’emploi, la création d’entreprise et l’apprentissage des langues.

C’est l’un de ces blogs qui est concerné par le nombre 20.000.

Car, depuis la mi-décembre 2009, période de sa création, vous avez été plus de 20.000 à fréquenter Trouve ta Voie !



Ceci nous indique que nous sommes… sur la bonne voie !  Et nous encourage à poursuivre nos efforts et à vous proposer davantage encore d’articles, d’interviews et de résultats de recherches.

MAIS SURTOUT : MERCI A VOUS TOUS POUR VOTRE FIDELITE QUI EST LE PLUS BEAU DES CADEAUX !

Catégories
Humour Recherche d'emploi Stratégie

Comment ne jamais décrocher un emploi (2) : ne pas se poser de questions !

Lors de notre première leçon, nous avons vu comment écarter d’emblée toute tentation de nous offrir un emploi.  Mais, même si comme je vous l’ai dit le « n’importe quel job !  » est une arme redoutable, elle est loin de suffire à tous vos besoins.

Nous allons donc compléter notre arsenal aujourd’hui avec une autre parade imparable :  Ne jamais se poser de questions !

En effet, rien de plus naturel que de se poser des questions.  Certains d’entre nous entretiennent d’ailleurs des angoisses irrépréssibles et interminables tout au long de leur existence en se posant mille questions par jour, auxquelles personne ne répondra jamais et qui n’intéressent… personne !!!

Rien de plus naturel… et rien de plus dangereux ! Nous devons résister à tout prix, ne pas céder à cette pente naturelle qui nous amène à nous interroger sur nos motivations, par exemple :

  • pourquoi travailler ?
  • Qu’est-ce que j’y gagnerai ?
  • Qu’est-ce que j’y perdrai ?
  • Qu’est-ce que j’aime faire ?
  • Qu’est-ce que je n’aime pas faire ?
  • Qu’est-ce qui m’attire ?
  • Qu’est-ce que je fais bien ?
  • Qu’est-ce que j’aurais aimé faire ?
  • Etc.

Ca y est : vous avez déjà mis le doigt dans l’engrenage !  Vous avez vu ?  L’esprit humain est pétri de contradictions et il suffit de s’interdire de penser à quelque chose pour ne plus penser qu’à ça !  Si on vous dit : « Ne pensez pas à un chien ! »  vous ne pouvez plus penser à autre chose.  L’image du chien s’impose à vous, s’interpose entre vous et le reste du monde…

Les questions sur nous-même et sur l’emploi n’échappent pas à cette règle…

Comment faire donc pour ne pas se poser ces questions qui nous obsèdent si rapidement dès qu’on y pense ?


Une stratégie classique : la diversion !

L’encyclopédie Wikipedia, à la page « diversion » nous informe que :

« En psychologie sociale et en stratégie, la diversion est une forme de manipulation destinée à détourner l’adversaire du point où on veut l’attaquer.

La stratégie de la diversion vise à empêcher le public de s’intéresser aux connaissances essentielles dans tous les domaines, en le mettant dans une situation de confusion, de désorganisation, de désorientation.

Concrètement, cette stratégie peut se manifester par des rumeurs, des désinformations, de la propagande… qui conduisent à un déluge de distractions et d’informations insignifiantes et mal structurées, alors que les problèmes essentiels sont traités avec un minimum d’informations. »

Nous n’allons pas aborder toutes ces techniques aujourd’hui : c’est trop pour une seule leçon !

Retenons pour l’instant deux parties de cette définition :

  1. La distraction : eh oui, merveilleuse télévision, qui vous permet de vous concentrer sur les réponses vraiment idiotes de ce candidat malheureux à votre jeu préféré.  Sublime Derrick !  Le seul qui mette 8 minutes, montre en main, pour traverser l’écran de gauche à droite !  8 minutes pendant lesquelles vous ne penserez pas à vos compétences ou à vos motivations : c’est toujours ça de gagné !
  2. Des informations insignifiantes, des rumeurs : que fait votre voisin en ce moment ?  Est-ce qu’il profite toujours de la promenade du chien pour faire  du rentre-dedans à la voisine d’en face ?  Est-ce que la tante de votre beau-frère a vraiment gagné au lotto ou bien est-ce qu’elle fait courir ce bruit pour rendre la famille verte de jalousie ?

Pendant que vous vous plongerez avec délices dans les aventures germano-policières ou que vous passerez deux heures au téléphone pour interroger votre famille sur la tante de votre beau-frère, vous n’aurez vraiment plus la tête à ces satanées questions.  Avec un peu de bonne volonté, vous n’aurez même plus le temps ni l’énergie de vous les poser !

Elle est pas belle la vie ?

Catégories
Humour Recherche d'emploi Stratégie

Comment ne jamais décrocher un emploi ! (1)

Envie de rester à la maison ?  De ne plus jamais louper un épisode de Derrick ?  De battre votre crétin de beau-frère à la Playstation ?

Oui, mais la pression se fait de plus en plus forte : vous devez trouver un job !

Pas de panique !  En suivant nos conseils, vous devriez éviter n’importe quel job pour les 20 prochaines années… Nous ne pouvons vous garantir 100 % de réussite : on est jamais à l’abri d’un coup de chance !  Mais en suivant scrupuleusement notre méthode, nous pouvons vous assurer au moins 98 % de chances… de ne jamais trouver de boulot !  de ne jamais vous voir offrir le job de vos rêves…  de ne jamais devoir vous lever le matin pour aller gagner votre croute…

Notre garantie

Au cours des prochaines semaines , nous allons distiller de précieux conseils pour passer entre les mailles du filet, des tuyaux (quasi)infaillibles pour être invisible face aux recruteurs, des recettes-miracle pour ne jamais être invité à un entretien d’embauche !

Et si, malgré tout, un employeur inconscient vous conviait à une interview pour un job, ne vous inquiêtez pas : nous avons aussi des stratégies d’évitement qui vous assureront de sortir de son bureau… sans avoir signé de contrat.   Nous nous y engageons !

Leçon numéro 1 : je prends n’importe quel job !

Cette petite phrase n’a l’air de rien, elle parait tout à fait anodine, suprêmement inoffensive…  Il n’en est rien ! 

En réalité, c’est quasiment une arme de destruction massive !

Tous les spécialistes du recrutement, tous les experts en développement personnel vous le confirmeront à longueur de pages ou de débats télévisés : pour réussir, il faut se concentrer sur un objectif, savoir exactement ce que l’on veut, focaliser toute son énergie sur un seul point…

En visant un job précis, qui vous correspond exactement, vous maximalisez vos chances de l’obtenir…  Ca ne va pas, non ?  Donc, vous savez ce qu’il vous reste à faire : claironnez partout, à qui est prêt à vous entendre :

– « Moi, je prends n’importe quel boulot !  N’importe quoi, c’est bon ! »

 De cette façon, vous donnerez vraiment l’impression que vous n’êtes bon à rien; que rien ne vous intéresse;  qu’on peut vous traiter comme une carpette puisque vous n’avez aucune considération pour vous-même.  Si vous ne vous intéressez pas sufisamment à vous-même pour choisir un job qui vous convient, pourquoi un patron ou un recruteur devrait-il s’intéresser à vous ?

Croyez-nous : c’est une arme redoutable !!!

Et si tout de même, on vous prenait au mot ?  Si, malgré tout, un patron vous proposait n’importe quoi ?

Entre nous, le risque est vraiment minime, mais soyons honnête : il existe.  Le risque, c’est qu’on vous confie un boulot merdouilleux, dont personne ne veut, qui ne présente vraiment aucun intérêt et mal payé par-dessus le marché…  C’est vrai.  Mais notre expérience nous dit que :

  1. Il y a vraiment peu de chances pour que cela vous arrive
  2. Si cela vous arrive, cela ne durera pas longtemps : personne ne reste longtemps dans un boulot pareil, vous pas plus qu’un autre

Donc, premier instrument dans notre stratégie d’évitement de l’emploi :

« N’importe quoi, pour moi, un boulot, c’est bon ! »

Répétez cette phrase devant un miroir, dans le bus, sous la douche…  En peu de temps, elle va vous coller au corps, faire partie de vous, devenir une seconde nature.   Vous en serez tellement convaincu que vous oublierez qu’il  s’agissait d’une simple stratégie, au départ…  Et vous éviterez à peu près tout ce qui existe en matière d’emploi…

Elle est pas belle, la vie ?

Prochaine leçon : surtout ne pas se poser de questions !

Catégories
Jeunes Recherche d'emploi Salon de l'emploi Stratégie

Salon de l’Emploi Virtuel : Monster repart en septembre !

Si vous êtes de ceux qui rêvent de voyager sans quitter leur chambre, ce salon est fait pour vous !

Le slogan de ce salon de l’emploi virtuel unique en Belgique est d’ailleurs : Monster Virtual Job Fair – Le seul salon emploi et carrière que vous pouvez visiter en pyjama‏.   Tout un programme !   

  

Des offres d'emploi ce matin ?

 Monster porte bien son nom puisque le site est le numéro un mondial des Job Boards – ces sites spécialisés dans la recherche d’emploi où vous pouvez laisser un CV –  avec des sites déclinés selon le pays du visiteur.      

Le Virtual Job Fair – Salon Virtuel de l’Emploi vous permet donc, depuis votre fauteuil:   

  •   de visiter des stands virtuels,
  • de découvrir des informations détaillées sur les entreprises présentes et les jobs qu’elles proposent,
  • de chatter avec des employeurs ou des recruteurs professionnels,
  • de laisser votre CV au « stand » de l’entreprise qui vous intéresse,
  • de postuler en ligne pour une fonction qui vous attire.

Tout cela gratuitement et pendant trois jours, du 27 au 29 septembre prochain !   

En cliquant ici, vous pouvez non seulement visionner une démo (un peu lente à mon goût) mais vous inscrire à cet évènement unique en son genre ! 

Bonne chance, je croise les doigts pour vous…

  

Catégories
Jeunes Recherche d'emploi Stratégie

Construisez un CV gagnant avec le Mind Mapping – Phase 3

A présent, vous avez mentionné toutes les compétences professionnelles correspondant à celles de l’emploi que vous visez.  Il est temps maintenant de dire comment vous avez acquis ces compétences.  Nous abordons à présent la rubrique : Expérience professionnelle.

Une fois de plus, posons-nous la question : qu’est-ce qui intéresse le recruteur ou le future employeur  ?

Il sait qui vous êtes (du moins comment vous vous appelez, où vous habitez et comment vous joindre) et il sait que vous possédez au moins plusieurs des compétences dont il a besoin, si pas toutes.

Comment avez-vous acquis vos compétences ?

Il veut à présent savoir où et comment vous avez acquis ces compétences : si vous postulez dans une multinationale et que, jusqu’ici vous n’avez travaillé que dans une PME, vous diminuez vos chances de décrocher cet emploi.

Pourquoi ?  Parce qu’un emploi, ce n’est pas qu’une question de compétences techniques, mais aussi de contexte, de conditions de travail, de relations avec vos collègues et votre hiérarchie.

Dans une PME de type familial, vous connaissez tout le monde, il y a de fortes chances pour que tout le monde se tutoie et que vous appeliez le patron par son prénom.  Dans une multinationale, vous connaissez sans doute moins de 1 % du personnel et les relations hiérarchiques sont très marquées.

Ces différences changent tout le contexte et aussi le type de relations que vous entretenez avec les personnes qui vous entourent (huit heures par jour, voire plus…).

L’employeur veut vérifier si vos compétences sont récentes ou si elles ont été utilisées récemment : si vous ne parlez plus anglais depuis 12 ans ou si vous n’avez plus touché un clavier d’ordinateur depuis 10 ans, il y a de fortes chances que ces compétences soit un peu dépassées, vous ne croyez pas ?  L’employeur, lui, n’en doutera pas une seconde !

Même si vous avez 12 ans d’expérience mais que vous n’avez plus pratiqué depuis 5 ans, vous avez moins de chances d’avoir ce poste que quelqu’un qui n’a que 5 ans d’expérience, mais qui a pratiqué jusqu’à la semaine dernière (j’exagère, mais c’est pour l’exemple…).

Ce qui l’intéresse aussi, (et peut-être surtout), c’est de savoir ce que vous avez vraiment fait : soyez donc le plus précis possible.  Ne dites pas : j’ai été soudeur chez X.  Mais plutôt : soudeur, chez X, j’ai réalisé des soudures à l’arc avec électrodes non fusibles en atelier, j’ai effectué du soudage oxyacétylénique lors de réparation d’installations techniques à Y, etc.  Il faut que la personne qui lit votre CV puisse visionner, dans sa tête, le film de vos expériences professionnelles.

Parlez aussi de vos résultats 

si vous étiez vendeur ou si on vous avait assigné des objectifs dans votre emploi précédent – et que vous les avez atteints, voire dépassés : dites-le !  C’est important de savoir que vous étiez le meilleur vendeur, l’assistante la mieux organisée, le programmeur le plus rapide ou celui à qui on confiait les tâches les plus complexes !

Votre rubrique Expérience professionnelle doit donc comporter les éléments suivants :

Votre expérience professionnelle

Le titre de la rubrique

Si vous optez pour « Expérience professionnelle« , laissez l’expression au singulier.  Cela donne une impression d’unité, de cohésion.  Si vous le mettez au pluriel « Expériences professionnelles« , cela peut laisser penser que vous avez vécu des expériences disparates, sans lien entre elles.  Même si nous vivons dans un monde en perpétuel changement, avec des réajustements de carrière permanents, de nombreux recruteurs conservent des préjugés tenaces contre les carrières « éclatées ».  De trop nombreuses expériences dans des domaines divers sont souvent interprétées comme de l’instabilité.

Si vous ne voulez pas employer cette expression qui vous parait trop banale, essayez de rester simple.  J’ai vu dernièrement un CV dans lequel le candidat avait pris pour titre « Synthèse de carrière« .  Si vous n’avez pas au moins quinze ans de boutique à un niveau de cadre supérieur, laissez ce genre d’expression à d’autres…  A moins que vous ne vouliez trimballer une réputation de prétentieux pour le reste de votre carrière, avec ou sans synthèse…

Les dates

Comme pour le reste du CV, présentez votre expérience professionnelle de manière antichronologique, c’est-à-dire de la plus récente à la plus ancienne Il n’est pas nécessaire de détailler la date au jour près, surtout si vous avez une longue expérience, vous pouvez avoir oublié certaines dates… Mais dans la mesure du possible, mentionnez le mois et l’année.  Sauf si vous n’avez pas envie d’insister sur une période de travail très courte (surtout pour les jeunes qui n’ont pas beaucoup d’expérience).  Mais sachez qu’une période imprécise peut attirer l’attention et vous valoir des questions un peu délicates lors de l’entretien d’embauche…

Faites attention de ne pas mentir sur vos années d’expérience : les employeurs utilisent de plus en plus l’email et le téléphone pour s’informer auprès de leur collègues.  Vous risquez d’en faire les frais.

Attention aussi de ne pas avoir de périodes qui se recouvrent : travaillé chez Tartempion jusqu’au 15 juillet et commencé chez Dupuis le 15 juin de la même année, c’est suspect, sauf si vous travailliez à temps partiel…

Pour plus de sûreté, faites relire votre CV par quelqu’un qui ne le connaît pas…

La fonction

Spécifiez votre fonction exacte : aide-comptable, assistante de direction, ouvrier mécanicien, plombier-chauffagiste, prothésiste dentaire, etc.  Encore une fois, la précision aidera votre interlocuteur à se faire une idée précise de ce que vous avez réalisé.

L’entreprise

Ici aussi, soyez précis et complet  : si vous avez été vendeuse dans une grande surface franchisée, il vaut mieux donner le nom du distributeur (par exemple, Traffic ou Aldi ou Champion) et le nom de la société ou de l’employeur franchisé : SPRL Neveu ou SARL Dupond.  Si vous avez sufisamment d’espace, mentionnez l’adresse complète, mais donnez au minimum la ville où vous travailliez.  Cela donne une idée du type d’environnement (grande ville, métropole, petite ville de province, milieu rural, etc.).

La description des tâches et des responsabilités

Ici aussi, il faut être très clair et très complet.  Imaginez que la personne qui lira votre CV ne connaît rien à votre métier ni au poste que vous occupiez.  Il faut donc tout lui dire… en peu de mots !

Décrivez les tâches essentielles : aidez-vous du mind mapping pour décomposer ce que vous faisiez.  Par exemple, notre aide-comptable a travaillé dernièrement dans le service du personnel d’une entreprise moyenne.  Voici ce que cela donne : (cliquez sur l’image pour accéder au PDF).

Détails du CV de comptable – expérience professionnelle

Faites la même chose pour toutes vos expériences passées.  Au besoin, faites une nouvelle mind map avec pour centre le titre de la rubrique : Expérience professionnelle et prenez une nouvelle branche pour chacune des expériences.  (Cliquez sur l’image pour accéder au PDF).

Experience professionnelle

Vous pouvez télécharger le PDF en cliquant sur l’image.  Vous pouvez ensuite le compléter à la main.  Vous pouvez aussi vous en inspirer pour créer votre propre mind map manuelle ou sur un logiciel de mind mapping.

Les résultats

Peu de candidats utilisent cette rubrique, et pourtant, Dieu sait si elle intéresse un employeur potentiel : vous avez été aide-comptable dans une entreprise moyenne de Charleroi.  OK.  Mais étiez-vous bon ?  Etiez-vous vraiment à la hauteur de ce qu’on vous demandait ?  Qu’avez-vous accompli ?

Ici, j’ai ajouté deux résultats qu’il me paraissait intéressant de signaler :

  • implémentation d’un nouveau système d’encodage des données : cela prouve que vous avez le sens de l’initative, que vous pouvez proposer des innovations intéressantes pour votre entreprise
  • 150 dossiers d’employés traités par mois : le volume de travail que vous êtes capable d’effectuer est aussi un indicateur important pour un employeur.  Vous pouvez être comme certains employés : extrêmement méticuleux et donc très lent dans votre travail.  Ou au contraire, être très rapide, mais plutôt négligeant et vite content du résultat.

Encore une fois, tout est dans la manière de présenter les choses.   Mais mieux vous vous connaissez, plus vous avez réfléchi sur vos expériences passées, plus vous vous donnez de chances de décrocher un nouveau job qui vous correspond.   C’est pour cela que vous êtes là, non ?

A ce stade, votre CV devrait ressembler à ceci :

Votre CV !

Vous voulez essayer ?  Téléchargez gratuitement une version d’essai du logiciel en cliquant sur le logo ci-dessous :

A suivre…

Vous avez aimé cet article ?  Inscrivez-vous à ma newsletter et ne ratez plus aucun article ou événément !

50.9686775.824968
Catégories
CV Recherche d'emploi Stratégie

Construisez un CV gagnant avec le Mind Mapping – Phase 2

Mon CV avec DropMind

Suite de mon article d’hier sur la construction d’un CV avec le mind mapping et le logiciel DropMind en particulier…

Cliquez sur l’image ci-contre pour lire le premier article de cette série…

Nous avons terminé la partie « fiche signalétique », qui est l’équivalent d’une poignée de main suivie d’une courte présentation, ce que nous ferions en nous présentant à une personne que nous ne connaissons pas, dans un cadre un peu formel ou officiel…

Posons-nous de nouveau la question : à ce stade, qu’est-ce qui intéresse l’employeur ou le recruteur ?  Que désire-t-il savoir ?

50.9686775.824968