Catégories
Applications Apprendre à apprendre Etudier efficacement Logiciels Tutoriel

Comment mémoriser tous vos cours avec Cerego

Comment mémoriser le contenu de tous mes cours ?  Rapidement et pour longtemps ?  Essayez Cerego.  Cette application de flashcards se base sur les répétitions espacées.

J’ai déjà évoqué la théorie des répétitions espacées dans plusieurs billets de ce blog : notamment un article sur la mémorisation avec les répétitions espacées.

Cerego est une application en ligne basée sur les mêmes principes. C’est une application en ligne de flashcards : des cartes dont une face pose une question et l’autre donne la réponse.  J’ai expliqué les principes de ce type d’outil d’apprentissage dans mon article sur les flashcards pour étudier du vocabulaire.

Cerego  présente de nombreuses fonctionnalités intéressantes et agréables.   L’efficacité du dispositif et son caractère attrayant, voire ludique, en font l’outil idéal pour apprendre avec plaisir !

Une application tellement riche que je vais vous la présenter en plusieurs articles, dont celui-ci est le premier.

Une interface conviviale et attrayante pour apprendre avec plaisir

Dans son intervention sur TED – l’école tue la créativité – Ken Robinson affirme que les enfants sont des étudiants naturels.  Pour eux, l’apprentissage est un plaisir intense !

Ce plaisir s’émousse et disparaît chez la plupart des adolescents, puis des adultes.  Une des raisons de ce désintérêt est l’inadéquation des méthodes d’études.  Dans mes formations pour étudiants, la majorité des participants n’a pas de réel problème de compréhension, ni d’intelligence.  Simplement, les méthodes proposées à l’école ne leur conviennent pas !  Et donc, le plaisir d’apprendre n’est plus au rendez-vous…  La démotivation, le découragement se sont installés.  Parfois, de manière durable.

Cerego semble avoir compris que l’esthétique d’une application, son dynamisme, sa navigabilité, en un mot son « attractivité » peuvent jouer un grand rôle dans le plaisir d’apprendre.

Cerego propose donc une interface à la fois conviviale et attractive.

Interface de Cerego
  • En 1, le bouton « Learn » vous donne accès aux éléments que vous êtes en train de réviser : tous les jeux de flashcards en cours.
  • En 2, le bouton « Create » vous permet de créer vos propre jeux de flashcards, un élément sur lequel je reviendrai en détail dans un autre article.
  • En 3, le champ « What will you learn today ? » – qu’allez-vous apprendre aujourd’hui ? – est un champ « moteur de recherche » pour trouver de nouveaux jeux de flashcards à mémoriser
  • En 4, « Browse » vous permet de naviguer dans toute la bibliothèque de flashcards et de trouver les jeux qui vous conviennent
  • En 5, « How it works » constitue une collection de documents explicatifs (en anglais uniquement) sur le mode de fonctionnement de Cerego
  • En 6, « About » vous donne accès à des pages sur l’application, l’équipe, l’entreprise, les emplois vacants, etc.
  • En 7, « Me » vous permet de gérer votre compte Cerego
  • En 8, la « Memory Bank » est le principal outil de gestion de votre mémorisation à long terme
  • En 9, « Next Up« , sont les jeux de flashcards en cours, ceux que vous êtes occupés à mémoriser à long terme

 Comment utiliser Cerego pour mémoriser plus vite et à long terme ?

Comment utiliser l’application en ligne de flashcards Cerego pour mémoriser des choses à long terme et sans trop d’effort ?

Je détaille ci-après la marche à suivre.   C’est très simple.

1. Trouvez le jeu de flashcards que vous voulez étudier

Pour trouver le jeu de flashards que vous voulez mémoriser, cliquez sur le lien « Browse » en 4 : Cerego affiche alors la bibliothèque de flashcards disponibles.

La bibliothèque de Cerego

Pour affiner votre sélection, cliquez sur une des catégories ou sous-catégories à gauche de l’écran.

Vous pouvez également filtrer les flashcards selon que vous vouliez des « Sets » ou des « Séries ».

Un « Set » est un jeu de flashcards sur un thème ; une « Série » est une collection de « Sets » sur le même thème.

2. Lisez la description des flashcards et commencez à étudier

Par exemple, la Série « Habla Espagnol » – Parlez l’espagnol – comporte 10 « Sets » de 100 mots chacun, soit un total de 1000 mots.

Détail d’une série Cerego

Pour obtenir la description complète de cette série, cliquez d’abord sur « Detail ».  Cerego vous donne une description détaillée du contenu de la série et des bénéfices que vous pouvez en tirer.

Si vous êtes décidé, vous pouvez commencer à étudier tout de suite en cliquant sur le bouton « Learn » en bas à droite de la description.

3. Ajoutez des flashcards à votre calendrier ou à votre bibliothèque ou partagez-les avec vos amis

Vous pouvez aussi utiliser les autres options à partir du menu « More » sur la couverture du Set ou de la Série.

Cerego vous offre alors trois options supplémentaires :

Autres options de Cerego
  • En 1, l’option « Add to Schedule » ajoute la série au calendrier de Cerego : l’application me rappellera donc d’étudier cette série à intervalles réguliers
  • En 2, l’option « Add to Library » me permet d’ajouter la série à ma collection personnelle de flashcards, sans pour autant en programmer l’étude
  • En 3, l’option « Share » me permet de partager la série avec des amis via e-mail, les médias sociaux ou de l’intégrer dans un site web : pratique pour les écoles, l’enseignement en ligne, du type MOOC, par exemple…

4. Ouvrez le set ou la série de flashcards et commencez à étudier

Lorsque vous avez appuyé sur « Learn » Cerego affiche l’écran suivant : c’est le premier écran d’accueil de votre set (votre jeu de flashcards) pour apprendre l’espagnol.

Ecran d’accueil du set Apprendre l’espagnol

L’écran vous demande combien d’articles (de flashcards) vous souhaitez étudier ?

Laissons-le à 10 pour commencer.

Ensuite, Cerego vous propose la première flashcard.  D’abord le mot en espagnol, que vous entendez prononcer par un locuteur hispanique pendant que vous le lisez.  Ensuite, la définition.  Et enfin, les deux.  Le tout s’affiche pendant quelques secondes afin que vous puissiez bien mémoriser l’ensemble.

Flashcard d’espagnol dans Cerego

5. Utilisez les phrases-types pour vous aider à contextualiser le nouveau mot

Pour vous aider à comprendre le mot, Cerego vous propose des phrases-types, écrites, prononcées à haute voix et illustrées : c’est un excellent moyen de contextualiser le nouveau mot et :

  • d’aider à la compréhension
  • d’ancrer la nouvelle notion en la replaçant dans un contexte particulier
Phrases-types dans Cerego

Vous accédez à ces phrases-types en cliquant sur « Sentences » en haut de la fiche.

Lorsque vous avez retenu le nouveau mot, cliquez sur « Got it » (j’ai compris) et Cerego vous propose soit de mémoriser un nouveau mot, soit de répondre à une première question.

6. Tapez les mots dans les cases prévues pour maîtriser l’orthographe espagnole

Cerego vous propose certaines flashcards avec des « trous » dans les phrases-types : vous devez compléter ces phrases en tapant le mot en espagnol.  Une bonne façon d’apprendre à maîtriser l’orthographe !

Mot à remplacer

Apprendre avec les répétitions espacées et la Memory Bank

Vous avez demandé à étudier 10 nouveaux mots : Cerego va donc vous proposer ces dix nouveaux mots de façon régulière : si vous les avez retenus rapidement, sans vous tromper, il ne vous les représentera plus avant un moment.  Sinon, vous devrez les revoir rapidement.  C’est l’application de la théorie des répétitions espacées.

Nous verrons dans un prochain article comment Cerego gère ces répétitions espacées à l’aide de la Memory Bank.  Et ensuite, nous verrons comment créer vos propres fiches dans Cerego.

Lien vers l’application Cerego.

Bon travail !

 Vous avez aimé cet article ?  Inscrivez-vous à ma newsletter et ne ratez plus aucun article ou événément !

Catégories
Logiciels Mind Mapping Outils Test

WiseMapping : du mindmapping collaboratif, gratuit et open source

Je continue mon exploration des applications de mindmapping collaboratif.  Aujourd’hui, je teste WiseMapping : une application en ligne, gratuite, open source qui propose du travail collaboratif.

Je continue mon exploration des applications de mindmapping collaboratif : après Mind42, voici WiseMapping !

C’est Franck Maintenay, l’animateur de l’excellent blog Freemind par l’exemple, qui m’a signalé cette application lors d’une discussion dans un groupe Linked In consacré au mindmapping.

Contrairement à Mind42, Wisemapping est open source : ses auteurs donnent non seulement accès au code source, mais permettent aux entreprises de télécharger gratuitement le logiciel sur leurs serveurs.

WiseMapping est argentin.  Mais il peut s’afficher en plusieurs langues : espagnol, anglais, français, chinois simplifié, chinois traditionnel, allemand, italien, portugais et catalan !

Un parti pris esthétique affirmé

Par rapport à Mind42, la qualité graphique de WiseMapping saute immédiatement aux yeux : les branches sont flexibles, élégantes, même.  Les couleurs sont bien visibles.  Les icones sont largement plus nombreuses.

Carte mentale réalisée avec WiseMapping

Par contre, il est impossible d’y insérer des images, que ce soit en provenance d’Internet ou de vos propres fichiers.

Mais vous pouvez modifier la forme, la couleur de vos sujets ainsi que la taille, la police et la couleur du texte.  Il est facile de créer des sujets flottants.

Au niveau graphique, il est également possible d’intégrer des relations entre les concepts (flèches) ce qui n’est pas possible avec Mind42.

Interface et système d’exploitation

L’interface, elle, est claire et complète : on y trouve tout à portée de main sous forme d’icones claires et très visibles.

Comme Mind42, WiseMapping est une application en ligne : elle est donc tout à fait indépendante de votre système d’exploitation.  Elle est basée sur du Web Java 2 et peut donc être lue par la plupart des navigateurs :

  • Chrome
  • Firefox 14 (et plus récent)
  • Explorer 8 (ou supérieur)
  • Safari
  • Opera

Intégration de notes, liens, documents externes

Comme dans la plupart des logiciels de mindmapping, il est possible d’intégrer des éléments dans les cartes Wisemapping.

Par contre, dans les deux logiciels, il est impossible d’intégrer des documents en attachement (comme c’est le cas pour Mindmeister ou Mindomo, par exemple).  Ce qui est dommage, car si on peut travailler à distance, il est encore plus intéressant de pouvoir partager directement des documents dans la carte elle-même…

1. Editions de notes 

Il est possible d’intégrer des notes dans WiseMapping.  Mais ici aussi, l’éditeur est plus que rudimentaire : un simple cadre dans lequel on peut insérer du texte.  Mais un texte brut, sans possibilité d’enrichissement graphique (donc pas d’italique, de gras, de souligné ou de barré), encore moins de listes, qu’elles soient à puces ou numérales :

Editeur de notes

2. Intégration d’hyperliens

Il est possible d’intégrer des hyperliens dans une carte réalisée avec WiseMapping : mais uniquement des URL pour l’instant, donc des liens qui renvoient vers des sites web.

Mais, bonne surprise : à côté du champ où vous pouvez insérer votre hyperlien, se trouve un petit bouton « Open link » qui vous permet de vous assurer que votre lien n’est pas cassé ou mal rédigé.  En cliquant sur le bouton Open link, vous ouvrez en fait une nouvelle fenêtre dans laquelle apparaît le site web correspondant au lien.

Voici un exemple avec Formation 3.0 :

Editeur de liens de Wisemapping

3. Lier des cartes entre elles (cartes secondaires)

S’il est possible d’insérer des hyperliens vers des sites web, il doit être possible de lier des cartes mentales entre elles et créer des cartes secondaire.

C’est ce que j’ai essayé.  Et ça fonctionne.  Avec un bémol, toutefois : il faut ouvrir la nouvelle carte dans une nouvelle fenêtre avec le bouton Open ou la carte secondaire  ne s’ouvre pas et on revient sur la carte principale.

Ouverture d’une carte secondaire

Donc, pour ouvrir une carte secondaire, ne cliquez pas sur le bouton « Accepter » comme sur l’image ci-dessus, mais bien sur le bouton « Open Link » pour ouvrir votre carte dans une nouvelle fenêtre.

Cela peut se révéler fastidieux de passer d’une fenêtre à l’autre plutôt que de sauter d’un onglet de la même fenêtre à l’autre, mais c’est la seule façon de lier les cartes entre elles que j’ai trouvée sur WiseMapping…

Collaboration

La collaboration sur la même carte se fait sur invitation.  En cliquant sur l’icone en forme de globe terrestre sur l’interface, on ouvre une fenêtre de dialogue :

Invitation à partager votre carte

Comme dans la plupart des logiciels qui permettent un certain degré de collaboration, vous pouvez inviter vos partenaire soit à regarder la carte, soit à l’éditer.  Dans ce cas, ils bénéficient des mêmes droits que vous.

J’ai essayé.  Il ne s’agit pas d’un mode de collaboration en temps réel comme sur MindMeister où on voit littéralement l’autre personne agir.   Lorsque la personne invitée agit sur la carte mentale en ligne, un texte apparaît qui vous prévient que la mindmap est éditée par une autre personne et que la carte est momentanément en mode « lecture seule » (read only mode).

Carte en lecture seule

Il faut donc attendre et rafraîchir la page pour voir les modifications.

Mais pour un logiciel gratuit, ce n’est déjà pas mal !

Exportations vers différents formats

En principe, WiseMapping peut exporter vos cartes vers divers formats :

  • PDF (graphisme un peu approximatif)
  • Open Office Writer (le traitement de texte libre)
  • Excel, le tableur de Microsoft
  • carte mentale Freemind (qui s’impose de plus en plus comme le standard d’échange entre de nombreux logiciels de mindmapping)
  • MindJet 8 (en version beta)
  • SVG (format graphique vectoriel)
  • plan texte

Mes essais n’ont pas été très concluants…  En tout cas, pour ce qui concerne certains formats.

1. Exportation vers Open Office Writer

L’exportation vers Open Office Writer m’a vraiment déçu : je m’attendais à avoir au moins un texte propre.  Eh bien non : voici ce que j’ai découvert après avoir exporté ma carte :

Export vers Open Office Writer

Une série de lignes de codes…

Je m’y suis repris à deux fois pour vérifier que je n’avais commis aucune erreur…

L’exportation au format PDF est sensiblement meilleure, même si le graphisme est plus qu’approximatif : le texte du titre dépasse largement l’encadrement, les traits sont baveux…  Bref, pas très net !

L’exportation au format PNG, par contre, est assez propre (la première image de cet article résulte de l’exportation de la carte mentale WiseMapping en PNG).

2. Excellente exportation vers Excel

L‘exportation au format Excel, par contre, est excellente, comme illustré ci-dessous :

Exportation vers Excel

3. Qualité exceptionnelle de l’exportation vers Freemind

Quant à l‘exportation vers le logiciel de mindmapping gratuit Freemind, elle est tout simplement exceptionnelle : toutes les couleurs et les icones sont respectées (ou presque).

La carte résultant de l’exportation est quasi-identique à l’original de WiseMapping !

Exportation vers Freemind

L’importation de et l’exportation vers Freemind peut constituer une bonne solution pour les personnes qui utilisent ce logiciel gratuit et désirent travailler en ligne.

L’exportation au format Plan texte donne une liste numérotée du contenu des sujets dans le bloc-notes de Windows.  Pas très attrayant non plus…  Mais récupérable très facilement dans Word, où vous pouvez retravailler le tout avec vos styles habituels, pour gagner du temps lors de la structuration d’un document.   Mais si vous travaillez avec un logiciel comme Scrivener, il vaut mieux passer par l’exportation Freemind et importer le tout dans Scrivener…

Le format SVG n’a pas non plus fourni de dessin vectoriel, mais bien un empilement de données issues des sujets de la cartes… 🙁

Bref, au niveau des exportations, WiseMapping a encore du pain sur la planche…

Conclusion

Un logiciel en ligne, vraiment gratuit – même si quelques publicités, moins envahissantes que sur Mind42 – et qui offre un graphisme attrayant.

Malheureusement encore de nombreux bugs malgré le dynamisme de l’équipe qui réagit très vite aux alertes et suggestions des membres de la communauté.

Parions sur l’avenir et l’amélioration d’un outil à surveiller pour les écoles, les entreprises qui veulent travailler avec du logiciel libre, etc.

Le lien vers Wisemapping.

Vous avez aimé cet article ?  Inscrivez-vous à