Catégories
Apprendre à apprendre Ateliers Coaching scolaire enseignement secondaire Etudier efficacement Jeunes Mind Mapping Outils Pédagogie

Préparation d’interrogation pour Noa : Tsahal

Etudier avec les cartes heuristiques ?

Oui.  C’est possible. C’est efficace !

Un exemple de plus avec la préparation à une interrogation.  Noa a réalisé une carte sur Tsahal, l’armée israélienne.

Le mindmapping ou cartographie heuristique permet de comprendre et de mémoriser plus facilement que la prise de notes classiques.

En distinguant les concepts par les différentes branches, les mots-clés, les couleurs.  En créant du lien et en associant les différents éléments qui composent la carte.

Un nouvel exemple de ce qui est possible avec Noa, participante à l’atelier Apprendre A Apprendre de Bruxelles.

Voici le premier jet que m’a envoyé Noa :

Premier jet

Rien à redire sur la structure : c’est complet, très bien pensé, remarquablement structuré.

Un seul point faible : la lisibilité.

J’ai donc proposé à Noa de retoucher sa carte et voici ce que cela donne :

  • j’ai ajouté des rectangles blancs aux sujets et sous-sujets pour qu’ils ressortent davantage sur l’image du fond
  • j’ai modifié quelque peu la couleur des branches pour la même raison
  • j’ai ajouté des images pour renforcer la compréhension et la mémorisation de l’ensemble

Voici le résultat final :

Le résultat final

Noa dispose de toute l’information dont elle a besoin sur une seule page.

Les couleurs l’aident à distinguer les différents concepts, ainsi que les positions différentes sur les branches.

L’association mot-clé – image permet un renforcement de la mémorisation.

Pour réactiver sa mémoire, le mieux est de relire sa carte une heure après l’avoir réalisée, de préférence en suivant les branches avec les doigts pour activer également la mémoire kynétique – celle du mouvement – en modifiant éventuellement certains points de sa carte.  Et puis, de revisiter régulièrement sa carte avant l’interrogation : la mémoire a besoin de répétition.  On ne le répétera jamais assez !

Essayez vous aussi : vous pouvez télécharger la version gratuite d’XMind.  Et vous pouvez vous aussi vous inscrire à l’atelier Apprendre à Apprendre que nous organisons à Liège le 23 août prochain !  Ou vous pouvez bénéficier de nos formules de soutien scolaire individuel !

Bon travail et bonne chance à tous les étudiants qui sont en bloque en ce moment 😉

Vous avez aimé cet article ?  Inscrivez-vous à ma newsletter et ne ratez plus aucun article ou événément !

Catégories
Apprendre à apprendre Ateliers Coaching Coaching scolaire Jeunes Logiciels Mind Mapping Outils

Etudier les sciences sociales avec le mindmapping

Deuxième série de mindmaps réalisées par une étudiante du secondaire.  Comment étudier son cours de sciences sociales en s’aidant du mindmapping ?

Deux exemples : l’Organisation Mondiale du Commerce (OMC) et le Commerce du Coton.

Comment bien comprendre et mémoriser son cours de sciences sociales en vue des examens ?

Ces deux mindmaps ont été réalisées par une étudiante qui participe au prograppe « e-coaching étudiant » de la Lingua Franca Academy.  Nous enseignons également ces techniques lors de nos ateliers Triple A : Apprendre A Apprendre.

Une des motivations principales d’A. pour suivre ce programme était un problème de structuration : « je n’arrive pas à structurer mes idées.  Je ne sais pas comment créer des liens entre les parties du cours et entre les cours » me déclare-t-elle lors de notre premier contact.

Un mois et demi plus tard, elle m’envoyait par mail ces deux cartes heuristiques.  Le moins qu’on puisse dire est qu’A. a appris à créer du lien.  Quant à la structuration de la pensée, je vous laisse juge.   Je n’ai rien changé à l’expression.  J’ai juste ajouté un peu de couleurs et d’images.  La structure de base et le choix des mots-clés, des branches, etc. sont ceux d’A.

(Cliquez sur l’image pour l’agrandir ou cliquez sur ce lien pour voir l‘Organisation Mondiale du Commerce sur Biggerplate).

L'organisation Mondiale du Commerce

La notion de libre-échange, qui se retrouve sur trois branches différentes – est au coeur de l’OMC.  L’étudiante le signale donc en sujet flottant en rouge en bas à gauche.  L’étudiante a également daté sa carte en bas à droite.  Une bonne habitude lorsqu’on pratique intensément le mindmapping…

Les petites icones en forme de post-it représentent des notes : A.  complète sa mindmap de notes écrites qui précisent et commentent les points importants de sa carte mentale.

L’autre mindmap concerne le commerce du coton.

(Cliquez sur la mindmap pour l’agrandir ou cliquez pour voir le Commerce du coton sur Biggerplate où vous pouvez la télécharger gratuitement).

Ici aussi, la carte est datée et comporte des notes.

Ces cartes ont été réalisées lors de la seconde et la troisième étapes de notre méthodes « Etudier efficacement en 5 étapes » : la prise de contact avec le cours et la réactivation de la mémoire.  Un premier bref résumé sous forme de mindmap a été ensuite complété avec davantage de détails et de commentaires.

C’est le type de techniques vues avec les participants de nos ateliers Triple A : Apprendre A Apprendre : après avoir passé en revue les bases du mindmapping, nous leur donnons des exercices pratiques de résumé de texte, d’interrogation de la matière, de mémorisation, etc.

La semaine prochaine, je vous donnerai quelques exemples de mindmaps à utiliser en classe pour les écoles primaires.

Catégories
Apprendre à apprendre Connaissance Mind Mapping Outils Pédagogie

Couleurs et images en mindmapping : la puissance de la synesthésie

Pourquoi utiliser des couleurs et des images en mindmapping ?  Juste pour faire joli ?  Pour attirer le regard ?  En réalité, cet usage des couleurs et des images fait appel à une des facultés les plus puissantes du cerveau humain : l’association.  Et surtout, la synesthésie, c’est-à-dire l’association de plusieurs perceptions sensorielles différentes.  Explications.

Passionné d’outils visuels en général et de mindmapping en particulier, je surfe sans fin à la recherche de nouvelles cartes, de nouveaux exemples, de sources d’inspiration renouvelée.

Et souvent, je « trébuche » sur des cartes sans relief, sans couleur, sans image.  Parfois même, ces images ternes font l’objet de revendications, d’affirmations du genre : « je ne veux pas des conneries hippies à la Tony Buzan ! »

Avant la mise en forme XMind

Or, si l’aspect « starisation » du personnage Tony Buzan me paraît aussi excessive qu’à la plupart des lecteurs francophones, il faut quand même rendre justice à celui qui a inventé le concept de « mindmapping« .

Une technique héritée de la Grèce antique

Tony Buzan a raison.  L’utilisation de plusieurs canaux sensoriels en même temps afin de renforcer la compréhension et la mémorisation est utilisée depuis plus de 2.000 ans.   Elle fait même partie du fonctionnement de base de notre mémoire.

Dans son livre « Aventures au coeur de la mémoire« , Joshua Foer nous raconte comment les participants au championnat du monde de la mémoire arrivent à mémoriser des quantités d’informations par de simples associations : association d’une image bizarre, grotesque avec un mot ou un nombre.  Placé dans un endroit particulier, bien connu du champion, selon la technique millénaire du « Palais de mémoire« .

Ca  ne vous rappelle rien ?  Regardez la carte ci-dessus : les différents mots-clés sont placés selon une disposition spatiale particulière.  Cela reflète bien la structure des trois types d’attention : sélective, exécutive et soutenue (j’y reviendrai dans un autre billet).  C’est déjà une utilisation de l’espace qui rappelle le principe des palais de mémoire : chaque mot se trouve à un endroit précis de la carte.

Les trois branches dans trois zones différentes et la hiérarchisation des mots-clés selon leur distance relative par rapport à l’idée centrale facilitent déjà la compréhension.  Et donc, à la mémorisation, car on retient mieux ce que l’on comprend.

Les branches forment des « liens » entre les mots : c’est une autre façon de comprendre et de mémoriser les concepts.

L’apport du cerveau droit et de la synesthésie

Regardez maintenant la carte ci-dessous.  C’est la même.  Mais j’y ai appliqué les principes énoncés par  Tony Buzan.  A l’utilisation de branches et de mots-clés, j’ai ajouté celle des couleurs, des images et d’un lien supplémentaire sous forme de flèche. (Cliquez sur la carte pour la visionner et la télécharger depuis le groupe « Mindmaps francophones » sur Biggerplate).

Après la mise en forme XMind

Grâce à la couleur, la distinction entre les concept est plus aisée : en rouge, tout ce qui se rapporte à l’attention sélective.  En bleu, tout ce qui concerne l’attention exécutive et en vert tout ce qui est relatif à l’attention soutenue.

La flèche en bleu foncé à la droite montre clairement le lien supplémentaire entre certains processus mentaux de l’attention exécutive associés à la sélection des informations sensorielles.  Dans certains cas, nos processus mentaux sont directement liés à ce que nous percevons du monde autour de nous.  Dans d’autres non : si nous rêvons de vacances à la plage pendant le cours de mathématiques, ce processus mental ne dépend en rien de la voix du professeurs qui aborde les équations à deux inconnues du premier degré…

Enfin, les images viennent renforcer la compréhension.   Et la mémorisation.  Si vous réactivez votre carte – en la relisant, en la recréant, en suivant les branches avec vos doigts, en réfléchissant à la signification de chaque mot-clé et à son association, vous aurez plus de chances d’en mémoriser le contenu à long terme.

Solliciter différentes zones du cerveau

Aussi bien les champions de la mémoire – les actuels comme ceux de l’Antiquité – que les neurosciences nous montrent qu’il vaut mieux solliciter plusieurs canaux sensoriels afin de comprendre et de mémoriser.

Lorsque nous associons couleurs, images, mots-clé et positions dans l’espace, nous sollicitons des types de neurones différents, établis dans des zones différentes de notre cerveau.  De ce fait, nous créons de nouveaux liens entre ces différents neurones.  Cela renforce notre mémorisation.  Nous nous approprions mieux et pour plus lontemps une expérience qui a sollicité plusieurs sens.

Les images « hippies » de Tony Buzan remplissent la même fonction : plus elles sont grotesques, plus nous avons de chances de les retenir.  Car nous ne nous souvenons bien que de ce qui ressort du flux quotidien de nos expériences.

Un exemple ?  Entre 1905 et 2012, il a gelé suffisamment 15 fois pour organiser la plus célèbre course en patins à glace hollandaise : la Elfstedentocht.   Mais tous les Néerlandais de plus de 65 ans vous diront qu’à leur époque, les hivers étaient très rigoureux, il neigeait et gelait en permanence.  Oui.  15 fois en 107 ans !  Mais ce sont ces 15 fois-là que les vieux ont retenues.  Pas les 92 autres hivers sans gel profond…

Faites en sorte que vos mindmaps soient aussi mémorables que des hivers rigoureux ou des étés torrides : mettez-y de la couleur et des images !

Vous avez aimé cet article ?  Inscrivez-vous à ma newsletter et ne ratez plus aucun article ou événément !

50.9686775.824968
Catégories
creativité Mind Mapping Outils

iMindMap pour iPhone : application fonctionnelle ou gadget publicitaire ?

L‘application iMindMap pour iPhone est-elle vraiment efficace ? Est-t-elle comparable au logiciel mis au point par Tony Buzan et Chris Griffiths ? Ou est-ce juste un gadget publicitaire pour attirer le gogo ?

J’ai voulu la tester et me faire ma propre opinion avant de vous en parler. (Cliquez sur l’image pour l’agrandir).
iMindMap sur iPhone

Les nombreux bouchons des autoroutes belges de ces derniers jours m’ont donné l’opportunité de vérifier la portabilité du tandem iPhone – iMindMap : dessiner une mind map du bout des doigts est déjà une expérience excitante en soi.  On redécouvre un plaisir tactile qui renoue avec les sensations de l’enfance…  Dans ce registre, l’iPad doit constituer un degré encore plus élevé d’intégration des deux cerveaux dans une même tâche.

Passé ce plaisir de la sensation tactile et ludique, le software répond-t-il aux attentes d’un mindmappeur professionnel ou, tout au moins d’un utilisateur averti ?