Catégories
Logiciels Mind Mapping Outils Test

WiseMapping : du mindmapping collaboratif, gratuit et open source

Je continue mon exploration des applications de mindmapping collaboratif.  Aujourd’hui, je teste WiseMapping : une application en ligne, gratuite, open source qui propose du travail collaboratif.

Je continue mon exploration des applications de mindmapping collaboratif : après Mind42, voici WiseMapping !

C’est Franck Maintenay, l’animateur de l’excellent blog Freemind par l’exemple, qui m’a signalé cette application lors d’une discussion dans un groupe Linked In consacré au mindmapping.

Contrairement à Mind42, Wisemapping est open source : ses auteurs donnent non seulement accès au code source, mais permettent aux entreprises de télécharger gratuitement le logiciel sur leurs serveurs.

WiseMapping est argentin.  Mais il peut s’afficher en plusieurs langues : espagnol, anglais, français, chinois simplifié, chinois traditionnel, allemand, italien, portugais et catalan !

Un parti pris esthétique affirmé

Par rapport à Mind42, la qualité graphique de WiseMapping saute immédiatement aux yeux : les branches sont flexibles, élégantes, même.  Les couleurs sont bien visibles.  Les icones sont largement plus nombreuses.

Carte mentale réalisée avec WiseMapping

Par contre, il est impossible d’y insérer des images, que ce soit en provenance d’Internet ou de vos propres fichiers.

Mais vous pouvez modifier la forme, la couleur de vos sujets ainsi que la taille, la police et la couleur du texte.  Il est facile de créer des sujets flottants.

Au niveau graphique, il est également possible d’intégrer des relations entre les concepts (flèches) ce qui n’est pas possible avec Mind42.

Interface et système d’exploitation

L’interface, elle, est claire et complète : on y trouve tout à portée de main sous forme d’icones claires et très visibles.

Comme Mind42, WiseMapping est une application en ligne : elle est donc tout à fait indépendante de votre système d’exploitation.  Elle est basée sur du Web Java 2 et peut donc être lue par la plupart des navigateurs :

  • Chrome
  • Firefox 14 (et plus récent)
  • Explorer 8 (ou supérieur)
  • Safari
  • Opera

Intégration de notes, liens, documents externes

Comme dans la plupart des logiciels de mindmapping, il est possible d’intégrer des éléments dans les cartes Wisemapping.

Par contre, dans les deux logiciels, il est impossible d’intégrer des documents en attachement (comme c’est le cas pour Mindmeister ou Mindomo, par exemple).  Ce qui est dommage, car si on peut travailler à distance, il est encore plus intéressant de pouvoir partager directement des documents dans la carte elle-même…

1. Editions de notes 

Il est possible d’intégrer des notes dans WiseMapping.  Mais ici aussi, l’éditeur est plus que rudimentaire : un simple cadre dans lequel on peut insérer du texte.  Mais un texte brut, sans possibilité d’enrichissement graphique (donc pas d’italique, de gras, de souligné ou de barré), encore moins de listes, qu’elles soient à puces ou numérales :

Editeur de notes

2. Intégration d’hyperliens

Il est possible d’intégrer des hyperliens dans une carte réalisée avec WiseMapping : mais uniquement des URL pour l’instant, donc des liens qui renvoient vers des sites web.

Mais, bonne surprise : à côté du champ où vous pouvez insérer votre hyperlien, se trouve un petit bouton « Open link » qui vous permet de vous assurer que votre lien n’est pas cassé ou mal rédigé.  En cliquant sur le bouton Open link, vous ouvrez en fait une nouvelle fenêtre dans laquelle apparaît le site web correspondant au lien.

Voici un exemple avec Formation 3.0 :

Editeur de liens de Wisemapping

3. Lier des cartes entre elles (cartes secondaires)

S’il est possible d’insérer des hyperliens vers des sites web, il doit être possible de lier des cartes mentales entre elles et créer des cartes secondaire.

C’est ce que j’ai essayé.  Et ça fonctionne.  Avec un bémol, toutefois : il faut ouvrir la nouvelle carte dans une nouvelle fenêtre avec le bouton Open ou la carte secondaire  ne s’ouvre pas et on revient sur la carte principale.

Ouverture d’une carte secondaire

Donc, pour ouvrir une carte secondaire, ne cliquez pas sur le bouton « Accepter » comme sur l’image ci-dessus, mais bien sur le bouton « Open Link » pour ouvrir votre carte dans une nouvelle fenêtre.

Cela peut se révéler fastidieux de passer d’une fenêtre à l’autre plutôt que de sauter d’un onglet de la même fenêtre à l’autre, mais c’est la seule façon de lier les cartes entre elles que j’ai trouvée sur WiseMapping…

Collaboration

La collaboration sur la même carte se fait sur invitation.  En cliquant sur l’icone en forme de globe terrestre sur l’interface, on ouvre une fenêtre de dialogue :

Invitation à partager votre carte

Comme dans la plupart des logiciels qui permettent un certain degré de collaboration, vous pouvez inviter vos partenaire soit à regarder la carte, soit à l’éditer.  Dans ce cas, ils bénéficient des mêmes droits que vous.

J’ai essayé.  Il ne s’agit pas d’un mode de collaboration en temps réel comme sur MindMeister où on voit littéralement l’autre personne agir.   Lorsque la personne invitée agit sur la carte mentale en ligne, un texte apparaît qui vous prévient que la mindmap est éditée par une autre personne et que la carte est momentanément en mode « lecture seule » (read only mode).

Carte en lecture seule

Il faut donc attendre et rafraîchir la page pour voir les modifications.

Mais pour un logiciel gratuit, ce n’est déjà pas mal !

Exportations vers différents formats

En principe, WiseMapping peut exporter vos cartes vers divers formats :

  • PDF (graphisme un peu approximatif)
  • Open Office Writer (le traitement de texte libre)
  • Excel, le tableur de Microsoft
  • carte mentale Freemind (qui s’impose de plus en plus comme le standard d’échange entre de nombreux logiciels de mindmapping)
  • MindJet 8 (en version beta)
  • SVG (format graphique vectoriel)
  • plan texte

Mes essais n’ont pas été très concluants…  En tout cas, pour ce qui concerne certains formats.

1. Exportation vers Open Office Writer

L’exportation vers Open Office Writer m’a vraiment déçu : je m’attendais à avoir au moins un texte propre.  Eh bien non : voici ce que j’ai découvert après avoir exporté ma carte :

Export vers Open Office Writer

Une série de lignes de codes…

Je m’y suis repris à deux fois pour vérifier que je n’avais commis aucune erreur…

L’exportation au format PDF est sensiblement meilleure, même si le graphisme est plus qu’approximatif : le texte du titre dépasse largement l’encadrement, les traits sont baveux…  Bref, pas très net !

L’exportation au format PNG, par contre, est assez propre (la première image de cet article résulte de l’exportation de la carte mentale WiseMapping en PNG).

2. Excellente exportation vers Excel

L‘exportation au format Excel, par contre, est excellente, comme illustré ci-dessous :

Exportation vers Excel

3. Qualité exceptionnelle de l’exportation vers Freemind

Quant à l‘exportation vers le logiciel de mindmapping gratuit Freemind, elle est tout simplement exceptionnelle : toutes les couleurs et les icones sont respectées (ou presque).

La carte résultant de l’exportation est quasi-identique à l’original de WiseMapping !

Exportation vers Freemind

L’importation de et l’exportation vers Freemind peut constituer une bonne solution pour les personnes qui utilisent ce logiciel gratuit et désirent travailler en ligne.

L’exportation au format Plan texte donne une liste numérotée du contenu des sujets dans le bloc-notes de Windows.  Pas très attrayant non plus…  Mais récupérable très facilement dans Word, où vous pouvez retravailler le tout avec vos styles habituels, pour gagner du temps lors de la structuration d’un document.   Mais si vous travaillez avec un logiciel comme Scrivener, il vaut mieux passer par l’exportation Freemind et importer le tout dans Scrivener…

Le format SVG n’a pas non plus fourni de dessin vectoriel, mais bien un empilement de données issues des sujets de la cartes… 🙁

Bref, au niveau des exportations, WiseMapping a encore du pain sur la planche…

Conclusion

Un logiciel en ligne, vraiment gratuit – même si quelques publicités, moins envahissantes que sur Mind42 – et qui offre un graphisme attrayant.

Malheureusement encore de nombreux bugs malgré le dynamisme de l’équipe qui réagit très vite aux alertes et suggestions des membres de la communauté.

Parions sur l’avenir et l’amélioration d’un outil à surveiller pour les écoles, les entreprises qui veulent travailler avec du logiciel libre, etc.

Le lien vers Wisemapping.

Vous avez aimé cet article ?  Inscrivez-vous à 

Catégories
Logiciels Mind Mapping Outils XMind

Gérer l’information : les cartes secondaires et les hyperliens

Comment gérer l’information dans les grandes cartes heuristiques ou mindmaps ?

Lorsque les cartes contiennent des milliers d’informations, de dizaines de branches distinctes, elles deviennent rapidement illisibles.

Aujourd’hui, j’explore avec vous deux moyens de gérer ce flux d’informations : les cartes secondaires et les hyperliens.

Quand on dessine une mindmap sur papier, la limite physique du support s’impose à nous.  Difficile, voire impossible, de sortir du format imposé.

Avec les cartes numériques produites avec des logiciels, la limite est celle de la mémoire de l’ordinateur.  Et avec la puissance de calcul des ordinateurs actuels, the sky is the limit !  Vous pouvez vous retrouver avec une carte pléthorique, proprement illisible ou impossible à imprimer du fait de sa taille !

Dans l’article d’hier sur Comment gérer la quantité d’information dans une mindmap, je vous ai présenté différentes façons de modifier l’affichage d’une carte pour trier ou filtrer l’information.

Aujourd’hui, je vous propose de découvrir deux moyens permanents de gérer l’information sur une carte : les cartes secondaires et les hyperliens

Les cartes secondaires ou filles

XMind – comme la plupart des logiciels de mindmapping – vous donne la possibilité de créer des cartes filles ou secondaires à partir d’un sujet d’une carte principale.

Reprenons notre carte Description de fonction, que nous avons utilisée pour notre démonstration d’hier.  De cette manière, vous pourrez comparer les différentes façons de gérer l’information dans une même carte.   (Cliquez sur l’image pour l’agrandir).

Description de fonction : coordinatrices d’activités parascolaires

C’est une carte qui présente un nombre important d’informations.  Nous pourrions réduire cette information en modifiant l’affichage, de manière temporaire.

Nous pouvons aussi décider de gérer l’information en la répartissant sur une carte principale et une ou plusieurs cartes « fille » ou « secondaire ».

Les sujets « Conférence » et Concours« , par exemple, sont particulièrement denses.  Je vais donc les répartir différemment.

Créer une carte secondaire

Pour les besoins de la démonstration, je vais d’abord transformer le sujet « Conférence » en carte secondaire.  Pour ce faire, j’active le sujet « Conférence » en cliquant une seule fois dessus.  Ensuite, j’utilise mon clic droit, et je choisis la commande « Insérer » et puis « Une feuille à partir du sujet« .

Un petit mot d’explication : lorsque vous ouvrez XMind, votre espace de travail est un « classeur » comme dans Excel.

Au bas de ce classeur, vous avez des onglets.  Chaque onglet correpond à une feuille de votre classeur.  C’est exactement pareil pour XMind.

En utilisant la commande « Insérer une nouvelle feuille à partir du sujet« , je crée une nouvelle feuille dans mon classeur.  C’est cette feuille qui contient la nouvelle carte fille ou secondaire, créée à partir du sujet « Conférence« .  (Cliquez sur l’image pour l’agrandir).

Description de fonction – Coordo – carte secondaire créée à partir du sujet « Conférence » de la carte principale.

 Une lettre « T » apparaît dans le sujet central de la nouvelle carte : c’est un hyperlien que le logiciel XMind a inséré automatiquement dans ma carte secondaire.  En cliquant dessus, je reviens directement dans ma carte principale.

A présent, je peux effacer de ma carte principale, les données dont je n’ai pas besoin, afin que ma mindmap soit plus lisible.  Pour aller vers ma carte secondaire, il suffit de cliquer sur l’hyperlien représenté dans le sujet « Conférence » par un petit « c ».  (Cliquez sur l’image pour l’agrandir).

Sujet Conference avec un hyperlien renvoyant vers la carte secondaire

Pour le sujet « Concours« , faisons un petit effort d’imagination et supposons qu’il n’a jamais été développé dans cette carte.  J’ai simplement écris le mot « Concours » dans cette carte principale et j’ai créé une autre carte « Concours » dans une autre feuille.  Il n’y a donc aucun lien entre mes deux cartes.  (Cliquez sur l’image pour l’agrandir).

Sujet Concours – carte independante sans lien avec la carte principale

Je vais inclure un hyperlien dans mon sujet central : pour cela, je clique une fois dessus pour l’activer.  Je clique droit et j’active la commande « H Hyperlien » – ou je clique sur l’icone en forme de terre dans le menu du dessus ou encore sur Ctrl H.  Une fenêtre de dialogue s’ouvre.  Je choisis la rubrique « Sujet » ou « Topic » en anglais, comme ici.   Et je clique sur « Concours » dans la carte principale « Description« .  (Cliquez sur l’image pour l’agrandir).

Fenetre hyperlien – choix du sujet Concours

A présent, il y a un hyperlien sous forme de lettre « T » dans le sujet central de ma carte secondaire « Concours » qui renvoie vers le sujet principal « Concours » dans ma carte principale.   Vous suivez toujours ?

Voici un aperçu de cet hyperlien.  (Cliquez sur l’image pour l’agrandir).

Sujet Concours – carte independante avec hyperlien vers la carte principale

Lorsque je clique sur cet hyperlien, le programme me renvoie vers le sujet « Concours » de la carte principale.  Mais contrairement à ce qui se passe lorsqu’on insère une nouvelle feuille à partir d’un sujet, il n’y a pas d’intégration automatique d’un hyperlien dans la carte principale qui renvoie vers la carte secondaire.  Si je veux un hyperlien de ce type, je dois le créer.  Je me place donc dans la carte principale sur le sujet « Concours » et je répète toute la manoeuvre…

Attention : contrairement à ce qui se passe dans iMindMap, par exemple, toute modification de la carte secondaire ou de la carte liée par un hyperlien n’aura aucune incidence sur la carte principale !  Si je veux ajouter quelque chose sur ma carte secondaire et que je veux que ce nouvel objet apparaisse dans la carte principale, je dois le copier depuis la carte secondaire et le coller dans la carte principale.

Il faut donc bien réfléchir à ce qu’on veut faire de la carte principale :

  • est-ce une carte complète dont on filtre ou trie l’information à certains moments – pour les besoins d’une présentation ou d’une séance de brainstorming, par exemple ?
  • ou bien ai-je besoin d’une carte principale et d’information permanente mais organisée différemment ?

Cela nécessite quelque réflexion préalable pour ne pas regretter par la suite d’avoir choisi la mauvaise option.

Bon travail.

Et vous ?

Vous avez aimé cet article ?  Inscrivez-vous à ma newsletter et ne ratez plus aucun article ou événément !