Catégories
Uncategorized

Agrégateurs et veille en ligne : de Google Reader à Feedly

La disparition annoncée de Google Reader n’a pas fini de faire des vagues.  Quel outil de veille utiliser ?

J’ai testé Feedly et je dois dire que je suis plutôt séduit.

Comme tous les utilisateurs de Google Reader, j’ai eu des sueurs froides en lisant le message de l’entreprise de Mountain View : « Google Reader RSS feed agregator to be retired« .  Google Reader sera retiré des outils Google au 1er juillet prochain !

En tant que blogueur et journaliste, Google Reader était devenu un élément aussi important de mon petit-déjeuner que le café ou les corn flakes.  Un des premiers gestes du matin, avec la vérification des e-mails.  Google Reader constituait aussi une des portes d’entrée des articles de presse en ligne : comment les lecteurs vont-ils désormais lire les feeds de la presse ?

500.000 utilisateurs de Google Reader ont déjà choisi Feedly

S’agit-il d’un de ces effets de mode dont le Net est coutumier ?  Ou d’une réelle tendance lourde ?  Seul l’avenir nous le dira.

Mais un demi-million d’utilisateurs ont déjà migré de Google Reader à Feedly, si on en croit un article du site engadget.com à ce sujet ! Une augmentation qui a obligé Feedly à élargir sa bande passante, selon un article du Los Angeles Times.

Il faut dire que Feedly propose de nombreux avantages non-négligeables pour l’utilisateur Google Reader : tout d’abord, on peut s’inscrire sur Feedly à l’aide de son compte Google.  Et l’ensemble des flux RSS de Google Reader passe immédiatement dans Feedly !  Cela prend quelques dizaines de secondes pour migrer vers de l’ancien agrégateur vers le nouveau.  Il suffit de cliquer sur « Join » en haut à droite de l’écran et ensuite de sélectionner votre  compte Google pour effectuer l’opération.

Et pour ceux qui aiment les interfaces graphiques, Feedly offre quelques bonnes surprises.  L’écran d’accueil est plutôt agréable à regarder.

Ecran d’accueil Actualité

Mais Feedly offre bien d’autres options.  Un plug in vous permet de l’activer depuis votre navigateur Firefox.  Pour cela, rendez-vous dans la partie « Add on » de Firefox.

Feedly permet aussi de trier l’information et de la classer.

Tout d’abord, la rubrique Latest vous permet d’afficher les derniers newsfeeds.  Vous pouvez choisir le mode d’affichage.  Au lieu de ces listes interminables qui vous fatiguent les yeux, vous pouvez opter pour une vue en magazine ou en mosaïque.

Voici la vue en mosaïque de mon fil Latest :

Vue du fil Latest en mosaïque

Les principales commandes de Feedly sont rassemblées dans un menu à gauche de votre écran.  Vous pouvez choisir entre plusieurs thèmes qui modifieront les couleurs de votre agrégateur : c’est ce que j’ai fait.  J’ai opté pour le thème « Pianist », ce qui explique le fond bleu de mon menu.

Menu de Feedly

Les commandes sont clairement lisibles.

« Today » affiche un résumé des actualités du jour dans les différents médias que vous avez ajouté à votre agrégateur de nouvelles.

« Latest » est le fil des dernières actualités, en temps réel.  C’est ce qui est affiché en mosaïque dans mon image précédente.

« Saved » est une collection d’articles ou de billets que vous avez sauvegardé – bookmarqués – pour une lecture différée.

« Add Website » vous permet d’ajouter un nouveau flux – site d’information, blog, etc. – à votre agrégateur.

« Actualités, Nerderlands-Deutsch, Italiano – Espanol, English et Uncategorized » sont les catégories que j’ai créées dans mon agrégateur avec la commande « Organize » qui se trouve plus bas et dont je vais vous parler à présent.

Organize vous permet d’organiser tous vos fils d’actualités en catégories que vous déterminez vous-même.

Personnellement, comme je suis particulièrement attentif à  l’actualité européenne, j’ai choisi de classer mes fils par langues.   Ppar exemple, j’ai choisi une catégorie « Actualités » qui reprend l’ensemble des sites d’information en français.

Par contre, pour les autres langues, j’ai classé les fils en « néerlandais – allemand », « italien – espagnol », et enfin « anglais ».  Dans « Uncategorized », j’ai placé des fils un peu particuliers comme celui du Ministère Public néerlandais qui m’intéresse lorsque je dois traiter des sujets comme la drogue, la prostitution, le travail au noir, le trafic d’êtres humains,  etc. pour des sites d’information comme MyEurop ou Alter Echos.  Et le site néerlandais Taalkliniek – clinique de la langue – qui s’intéresse à l’évolution de la langue néerlandaise…

Le menu Organize et les catégories

La commande « Index » vous permet de visionner l’ensemble de vos sources et de vos articles en un coup d’oeil.

« Préférences » contient un nombre incroyable de paramètres pour régler votre agrégateur, que ce soit au niveau de la langue, des flux, de l’agencement des colonnes, de la vue en mosaïque ou magazine, etc.

Les geeks y trouveront des commandes avancées qui leur permettront de customiser Feedly au gré de leurs fantasmes les plus fous.

Enfin, pour les nostalgiques de Google Reader, un développeur vient de créer Readly : un petit programme qui force Feedly à « imiter » Google Reader !

Pas de doute que le vide laissé par la disparition de Google Reader ouvre le champ à de nombreux nouveaux venus dans le monde de l’agrégation de nouvelles et de flux.  Mais il semble que Feedly a déjà pris une bonne longueur d’avance sur ses concurrents…

Vous avez aimé cet article ?  Inscrivez-vous à ma newsletter et ne ratez plus aucun article ou événément !

Catégories
Apprendre à apprendre Apprentissage des langues Etudier efficacement Internet Jeunes Langues Logiciels Outils Pédagogie

Learningapps : créez vos propres applications pédagogiques !

Comment aider les élèves ou les étudiants à réviser une matière tout en s’amusant ?  Comment créer des applications ludiques de qualité ?  Surtout en ne connaissant rien à la programmation ?  Comment les intégrer dans un site ou un blog accessible aux étudiants ?

Toutes ces questions, le site Learningapps y a répondu pour vous et de manière très convaincante !

Le site vous offre en effet la possibilité de créer vos propres applications (para)-scolaires sans connaître une ligne de code.  Des applications que vous pouvez intégrer dans votre propre site en quelques clics !

Vous pouvez créer des applications en utilisant un canevas ou vous inspirer d’applications existantes et les adapter à vos besoins.  C’est ce que j’ai fait pour l’application de conjugaison anglaise ci-dessous : je suis parti d’une application de conjugaison française. (Cliquez sur la photo pour essayer l’application sur notre site web).

Dans cette application, vous devez trier les verbes anglais selon qu’ils sont conjugués au passé, au présent ou au futur.

Une application très simple.

Une grande variété d’applications différentes

Le principe est très simple : vous vous enregistrer sur le site – c’est gratuit – et vous pouvez commencer !

Vous avez le choix entre de nombreuses applications différentes : calendrier, mindmap, carnet de notes, ligne du temps avec des événements à reclasser dans un ordre chronologique, estimations sous forme de nombre, quiz avec saisie de réponse, mots croisés, test fermé (à trous par exemple), puzzles, classement sur une carte géographique, placement sur image, jeux de mémoire, classement par paires, questionnaires à choix multiples (avec ou sans contenu multimédia), mots à repérer dans un texte, grilles de lettres, etc.

Ces applications sont des structures que vous pouvez utiliser avec des contenus différents, de niveaux variés, depuis la maternelle jusqu’à l’université.  Le site est également multilingue ce qui se révèle utile si vous enseignez les langues ou si vous travaillez dans un environnement international.

Des tutoriels sous forme de vidéos vous montrent également le fonctionnement du site étape par étape.

Les applications peuvent ensuite être publiées sur le site ou bien intégrées dans votre blog ou votre site.

Vous pouvez aussi ouvrir des « classes virtuelles » dans lesquelles vos étudiants peuvent se rendre pour réviser leur matière.

Et pour les étudiants eux-mêmes, créer des applications constitue un excellent moyen de réutiliser la matière, comme nous l’avons vu dans l’article d’hier.

Vous avez aimé cet article ?  Inscrivez-vous à ma newsletter et ne ratez plus aucun article ou événément !

Catégories
Orientation professionnelle Recherche d'emploi Stratégie

Travailler dans une PME ? Votre recherche d’emploi

Vous sortez tout droit d’une école prestigieuse ?  Votre diplôme tout neuf sent encore l’encre d’imprimerie ?  Et vous vous voyez déjà travailler au siège central d’une multinationale ? Avez-vous pensé à travailler dans une PME ?

Article mis à jour le 18 juillet 2021.

Les sirènes des grandes entreprises attirent souvent de nombreux candidats : plusieurs centaines, voire plusieurs milliers de candidat pour un même poste.

Différents secteurs en pénurie

 Autant dire que vos chances de décrocher l’emploi de vos rêves dans une multinationale sont plutôt réduites… De plus, les sièges des grandes entreprises sont souvent concentrés dans la capitale.

Pourquoi travailler dans une PME plutôt que dans une grande entreprise ?

Si ce sont les grandes entreprises qui font la une des médias – le plus souvent quand elles se portent mal, d’ailleurs – ce sont les PME qui sont les plus dynamiques en termes de création d’emploi !  Ce sont les PME qui, globablement, créent le plus d’emploi en France, comme partout ailleurs en Europe.

Avant d’envoyer votre CV à une entreprise du CAC40, explorez le tissu des Petites et Moyennes Entreprises autour de vous.  Elles sont sûrement très nombreuses dans un périmètre pas très éloigné de chez vous. Ici aussi, comme ailleurs, renseignez-vous bien sur l’entreprise et pensez à ce que vous pouvez lui apporter.

Des avantages non négligeables dans les PME

  • la proximité : elles ne sont pas toutes concentrées dans ou autour de la capitale, mais disséminée à travers tout le pays et il y a gros à parier qu’il y en a tout près de chez vous
  • un milieu souvent plus convivial, des rapports plus proches entre collaborateurs
  • une hiérarchie moins verticale, souvent moins lourde que dans de grandes entreprises
  • la possibilité d’y acquérir une expérience utile à valoriser sur votre CV
Des relations conviviales avec les collègues

Quelques inconvénients de travailler dans les PME

  • le risque de paternalisme – surtout dans les plus petites entreprises : une PME cela peut être une entreprise moyenne de moins de 250 personnes !  Le patron – ou la patronne – risque de vous traiter comme un membre de la famille.  La limite entre vie professionnelle et vie privée peut alors devenir très floue.  Votre supérieur risque d’être plus intrusif dans votre vie privée qu’un supérieur dans une multinationale, plus anonyme.
  • les possibilités moindres d’évolution de carrière à long terme : les PME ayant une structure moins verticale que les grandes entreprises, il est plus difficile d’y grimper les échelons, moins nombreux.  Une PME, c’est souvent un patron qui met la main à la pâte et quelques travailleurs.  Vous n’allez pas remplacer votre patron demain…

Une PME pourrait bien vous offrir votre prochain job !

Pourtant – comme l’explique cet article Ranstad, les PME constituent 99,8 % des entreprises françaises, elles réalisent 36 % du chiffre d’affaires national et emploient 49 % des salariés.

Pas mal, non ?

Alors, pour votre prochaine recherche d’emploi, ne négligez pas les PME de votre Région : elles méritent mieux que la méconnaissance générale qui est souvent leur lot…

et elles pourraient bien vous offrir votre prochain job !

Vous avez aimé cet article ?  Inscrivez-vous à ma newsletter et ne ratez plus aucun article ou événement !

50.9686775.824968
Catégories
Entreprise Mind Mapping Outils Projets

Gérer son temps ou ses actions ? La méthode GTD de David Allen

Vous êtes débordé ?  Les informations vous submergent ?  Vous n’avez plus le temps de lire vos mails ?  Encore moins d’assurer un suivi correct de tous vos projets ?  Vous accumulez le courrier en retard ?  Votre vie privée rétrécit chaque jour un peu plus ? Votre TO DO list s’agrandit de jour en jour ?

Si vous vous reconnaissez dans au moins une de ces questions, la méthode Getting Things Done (GTD) de David Allen va vous aider à en sortir !

Les TO DO lists et autres logiciels de gestion de projet sont d’excellents outils qui vous aident à gérer vos actions, vos tâches et vos projets… à condition d’avoir une méthode !

Sinon, vous allez – comme beaucoup d’entre nous et comme moi auparavant – accumuler des tonnes de listes de tâches sur des outils divers…  Et les voir désespérément grandir alors que vous vous épuisez à courir derrière un agenda impitoyable !

Comment sortir du cercle infernal des tâches inachevées ?

Alors, jetez un coup d’oeil sur la concept map qui suit et vous allez rapidement comprendre le principe  (cliquez sur la carte pour agrandir l’image).

Contrôle du flux de travail avec la méthode GTD

Une méthode aux principes simples mais efficaces

La méthode GTD – dorénavant je n’emploierai plus que l’appellation abrégée – doit son immense succès à quelques principes simples mais efficaces :

  1. Nous ne gérons pas notre temps, mais nos actions
  2. La clé de la gestion des actions est : savoir quoi faire et à quel moment le faire
  3. Toutes les actions inachevées encombrent notre esprit, dévorent notre énergie et nous font perdre la vision claire des tâches que nous devons accomplir
  4. Si elles sont confiées à un système de gestion fiable et performant, ces actions n’encombrent plus notre esprit, nous sommes plus libres pour nous concentrer sur nos tâches quotidiennes
  5. Un tel système de gestion évite les oublis – volontaires ou non – inhérents à un trop grand nombre d’actions non terminées

Le système, comme vous pouvez le voir ci-dessus, consiste donc à recenser toutes les informations qui nous parviennent – les « trucs » – et à les rassembler dans un lieu unique – ou le moins de lieux possibles.

La phase suivante consiste à s’interroger sur :

  • Qu’est-ce que c’est ?
  • Cela demande-t-il une action ?

Un système qui repose sur les actions

Car – encore une fois – tout le système repose sur les actions.

Si cela ne requiert pas une action immédiate ou dans un temps proche, il y trois possibilités :

  1. c’est sans intérêt pour nous et cela « part à la poubelle« 
  2. cela pourrait peut-être devenir une action un jour : on le place dans un échéancier à plus long terme ou dans un fichier avec un rappel à quelques mois
  3. cela contient une information qui pourrait s’avérer utile dans le futur et donc on le répertorie dans un système de classement

Un projet comporte plusieurs actions

Si cette information appelle une action, on vérifie plusieurs choses :

  1. Cette action fait-elle partie d’un projet qui en comporte plusieurs (projets multiétapes) ? Ici, une précision : pour David Allen, tout résultat impliquant plusieurs actions est un projet.  Préparer un anniversaire est un projet : il faut peut-être réserver une salle, dresser une liste d’invités, les inviter, prévoir le repas, les boissons, de la musique, etc.  Même principe pour la préparation d’une réunion. Si oui : on la place dans un fichier particulier – celui du projet concerné, qui fait lui-même partie d’un ensemble appelé « plans de projets« .
  2. Si l’action peut-être accomplie en moins de 2 minutes : faites-le ! Un coup de fil, une réponse à un email, une relecture de courrier, etc.
  3. Si l’action ne peut pas être accomplie en moins de deux minutes, la première question à se poser – une des plus difficiles pour les managers : suis-je la meilleure personne pour accomplir cette action ? Si la réponse est non : déléguez à la personne la plus compétente !
  4. Si je suis la personne la mieux placée pour accomplir cette action : y a-t-il une « deadline« , une date précise pour laquelle cette action doit être accomplie (renvoyer le formulaire des impôts avant le 15 avril), programmer cette action à une date précise suffisante pour accomplir l’action avant le délai prescrit : on la place dans un calendrier.
  5. S’il n’y a pas de date, placer cette action dans un fichier appelé « Prochaines actions« .

Pas de TO DO lists ?  Pas de TO DO lists !

Le système est basé sur 5 étapes-clés que je verrai avec vous dans un prochain billet…

Tout cela parait compliqué ?

En fait, ces principes sont d’une logique et d’une simplicité confondantes…  Et il existe à présent des logiciels qui peuvent vous rendre la tâche non seulement facile, mais surtout agréable.  Je vous en parlerai dans de prochains articles sur la Méthode GTD de David Allen.

Vous avez aimé cet article ?  Inscrivez-vous à ma newsletter et ne ratez plus aucun article ou événément !

Catégories
Ateliers creativité E-learning formation Internet Logiciels Mind Mapping Outils Pédagogie

Formation « Initiation au Mindmapping en ligne »

Vous avez envie de vous former au Mindmapping (carte heuristique) ?

Mais vous disposez de peu de temps ?  Vous ne savez pas où vous adresser ? Il n’y a pas de formation près de chez vous ?  Les horaires ne vous conviennent pas ?

Nous avons LA solution ! Apprenez, de chez vous, à votre propre rythme cet outil fabuleuxle Mindmapping !

A partir du 10 janvier, nous ouvrons un cours d’Initiation au Mindmapping en ligne.  Une formation en 5 modules pour maîtriser les bases du Mindmapping ou carte heuristique (cliquez sur la carte pour l’agrandir) :

5 modules pour maîtriser les bases du Mindmapping !

  • Une brève introduction pour vous accueillir et vous expliquer le fonctionnement du cours

Module 1 : Introduction au Mindmapping : principes de base

  • Comment utiliser cette section
  • Le Manuel 1 : Introduction
  • Un test pour vérifier votre niveau de compréhension et de mémorisation du manuel
  • La documentation : des cartes heuristiques, une émission de web-télé sur le Mindmapping et bien d’autres choses encore…

Module 2 : Je dessine ma première carte heuristique

  • Comment utiliser cette section
  • Le Manuel 2 : Ma première carte heuristique
  • Exercice commenté : ma première carte heuristique
  • Galerie de cartes heuristiques : reproductions commentées de cartes manuelles ou avec logiciel
  • Documentation

Module 3 : Applications du Mindmapping sur papier

  • Comment utiliser cette section
  • Le Manuel 3 : les applications du Mindmapping sur papier
  • Exercice commenté : une application au choix
  • Galerie de cartes appliquées
  • Documentation

Module 4 : Les logiciels de Mindmapping

  • Comment utiliser cette section
  • Le Manuel 4 : les logiciels de Mindmapping
  • Classement des logiciels de Mindmapping : par site, par prix, par catégorie, collaboratifs O/N, applications smartphones, etc.
  • Comment les entreprises utilisent le Mindmapping
  • Web-télé : le Mindmapping outil mainstream
  • Documentation

Module 5 : Initiation à XMind

  • Comment utiliser cette section
  • Le Manuel 5 : Initiation à XMind
  • Découverte du tableau de bord
  • Ma première carte heuristique avec XMind
  • Quelques applications du logiciel
  • Exercice commenté : une application au choix avec XMind
  • Galerie commentée de cartes réalisées avec XMind
  • Documentation

Vos avantages :

  • vous apprenez chez vous, à votre bureau ou dans votre fauteuil préféré;
  • vous choisissez vous-même les horaires de votre formation;
  • vous apprenez à votre rythme, selon vos disponibilités;
  • vous consacrez le temps que vous voulez à votre formation;
  • vous maîtrisez les techniques de base du Mindmapping tant sur papier qu’avec XMind;
  • vous ameliorez votre productivité et votre créativité;
  • vous prenez de  meilleures notes;
  • vous concevez et animez de meilleures présentations.

(Cliquez sur la carte pour l’agrandir).

Nous vous offrons :

  • une formation de qualité professionnelle de 5 semaine à 3 mois (selon votre rythme);
  • une plateforme de travail conviviale et personnalisée (Moodle );
  • un cours progressif avec des instruments d’autoévaluation;
  • un e-coaching performant : votre formateur unique vous soutient et vous conseille pendant toute la durée de votre formation;
  • des manuels sous format PDF qui vous appartiennent (consultables en ligne, téléchargeables, imprimables);
  • des modèles gratuits et une documentation  multimédia actualisée (vidéo, audio, écrite, cartes heuristiques, sites web, etc.);
  • des exercices corrigés et commentés par un formateur professionnel;
  • un chat hebdomadaire avec le formateur et les autres participants afin d’échanger, de poser des questions, de proposer vos solutions;
  • un forum où échanger avec le formateur et les autres participants quand vous le désirez;
  • la possibilité d’acquérir la licence PRO d’XMind à prix réduit:
  • un accès gratuit pendant toute votre formation à Mindmapping et pensée visuelle, un espace d’échange avec d’autres personnes intéressées par le mindmapping et la pensée visuelle qui vous fournit d’autres modèles gratuits, des actualités exclusives, etc.
  • un certificat de réussite en fin de formation.

Espace de travail Moodle

En Pratique

Comment cela fonctionne-t-il ?

  1. Vous réglez le montant de votre inscription en cliquant sur un des boutons PayPal ci-dessous.
  2. Dès réception de votre paiement, nous vous envoyons les instructions pour accéder à la plateforme (lien et code d’accès)
  3. Vous commencez à vous former !

Fiche technique du cours

  • Niveau : débutant.
  • Type de cours :  exclusivement en ligne avec e-coaching.
  • Ouverture des inscriptions : le 4 janvier 2011.
  • Début du cours : le 10 janvier à 9 heures (heure de Paris, Bruxelles, Amsterdam).  Pour les autres régions, vous pouvez convertir ici.
  • Durée de la formation : 90 jours maximum, mais le tout peut être terminé en 5 semaines (selon votre rythme).
  • Prix :
    • pour le cours seul : 89 € tout compris
    • pour le cours + licence XMind Pro pour un an : 124 € tout compris (licence XMind Pro à 35 € au lieu de 40 €)

Inscrivez-vous maintenant !

Je m’inscris au cours Initiation au Mindmapping seul et je paie  89 euros


Je m’inscris au cours Initiation au Mindmapping avec XMind Pro et je paie 124 € (soit 5 € de réduction sur le prix du logiciel) :


Vous n’avez pas encore XMind 3.2.1 ? Téléchargez-le gratuitement ici !