Catégories
formation de formateur formation en ligne

Envie de devenir formateur en e-learning ?

Si vous êtes : formateur/formatrice ; coach ; responsable des ressources humaines ou de la formation…  Ce parcours est fait pour vous.  Et cette session d’hiver a été entièrement revue et rénovée.  Une bonne raison de vous former et de booster votre carrière en cette année 2020 si particulière !

  • Vous avez envie de « passer à l’e-learning » mais vous n’osez pas franchir le pas ?
  • Vous vous demandez si ce n’est pas « trop technique pour vous » ?
  • Pouvez-vous vraiment ajouter cette corde à votre arc ou n’est-ce que du vent ?
  • Est-ce vraiment possible de créer une formation en ligne sans être informaticien ?
  • Est-ce que je peux vraiment gagner  ma vie en créant des formations en ligne ?

Si vous vous posez une ou plusieurs de ces questions, il est temps de lire ce qui suit…

Créez votre cours en ligne : Session « Hiver2020 »

La formation « Créez votre cours en ligne » a bien évolué depuis la première session de janvier 2016.

Et aujourd’hui, elle revient avec une session « Hiver 2020 » rénovée et adaptée aux évolutions du secteur : 

  • nouvelles plateformes d’e-learning
  • nouveaux outils pour le blended learning
  • réalité virtuelle, augmentée, mixte, etc.
  • méthodes dérivées du microlearning

Cette formation certifiée par le label « Learning Pro » de ProCertif.

Vous pouvez la faire financer via votre OPCO.

Ce printemps,  formez-vous à l’e-learning

Un accompagnement personnalisé pour développer votre propre projet

Pendant toute la durée de cette session, vous pourrez participer à la classe virtuelle hebdomadaire (par vidéo-conférence) qui traite d’un thème lié à une étape du développement de votre projet.  Et vous bénéficierez d’un tutorat personnalisé à distance, via e-mail, chat ou vidéo-conférence.

Car l’objectif de cette formation 100 % en ligne, c’est bien de vous accompagner dans le développement de votre propre projet !

Votre projet de formation peut être :

  • l‘adaptation d’une formation existante en présentiel vers
    • de la formation 100 % en ligne (e-learning)
    • de la formation hybride (blended learning : en partie en présentiel, en partie en ligne)
    • en microlearning (capsules très courtes distribuées sur des appareils mobiles ou non)
  • la création d’une formation originale sur un sujet qui vous passionne ou que vos clients vous ont commandé.   Ici aussi, votre projet peut devenir une formation en e-learning, blended learning ou microlearning

Un parcours balisé mais flexible

Ce parcours comprend 5 étapes qui ont fait leurs preuves.  Ce parcours est établi selon la méthode de la Pensée Design.

1. Définition de votre projet et identification de votre public

Lors de cette première étape, vous allez définir l’objectif pédagogique global de votre projet.  Vous allez aussi travailler le « pitch » de votre projet : comment le présenter en quelques mots qui emportent l’adhésion de ce public.

Ce public, qui est-il ?  Vous allez découvrir des outils pour vous mettre en empathie avec vos apprenants.  Pour mieux comprendre leurs obstacles, ce qui les freine dans leur parcours d’apprentissage.

2. Séquençage de votre formation et progression pédagogique

Vous avez maintenant le thème et l’objectif principale de votre formation.  Vous connaissez votre public.

Il faut à présent « séquencer » votre formation : la découper en unités assimilables par vos futurs apprenants.

Il faut aussi que la progression de la difficulté permette à vos apprenants de passer d’un niveau à l’autre sans trop souffrir mais sans trop s’ennuyer non plus.

C’est un équilibre délicat qui est crucial pour entretenir la motivation de vos futurs apprenants.

Concevoir le parcours de vos apprenants

3. Le script et la notion de granularité

Vous allez à présent allez plus loin dans la description de votre formation.  Vous allez créer un script, un scénario complet qui détaille :

  • chaque objectif pédagogique de votre formation (ce que vos apprenants seront capables de faire à la fin de votre formation)
  • chaque support multimédia (vidéo, infographie, carte interactive, etc.)
  • chaque activité (publication d’un billet, d’un sondage, réponses à un quiz, etc.)
  • chaque exercice (sous forme de quiz, de projet, d’essai, etc.)
  • chaque méthode d’évaluation (comment vous allez évaluer les progrès de vos apprenants)

Vous allez découvrir la notion de « granularité » et comment elle vous permet à la fois une grande rigueur et une flexibilité maximale.

4. La création de supports multimédias

Aujourd’hui, nous disposons d’une multitude d’outils performants qui transforment nos formations en parcours ludiques et dynamiques.

Vous allez découvrir lors de cette quatrième étape quels outils correspondent à quel objectif pédagogique.

Quel support multimédia utiliser pour expliquer cette matière :

  • une vidéo d’animation ou une capture d’écran ?
  • une infographie statique ou interactive ?
  • une présentation interactive ?
  • une carte mentale ou un quiz de vérification des connaissances ?
  • Etc.

5. La distribution de votre projet

Comment allez-vous distribuer votre formation à vos futurs apprenants  :

  • de manière hybride  (blended learning) : en partie en présentiel, en partie en ligne ?  Quelle répartition utiliser dans ce cas pour un résultat optimal ?
  • en e-learning pur : 100 % en ligne ?  Quel type de tutorat allez-vous mettre en place pour un meilleur suivi de vos apprenants ?
  • en microlearning : des micro-capsules distribuées via différents périphériques (ordinateur, tablette, smartphone) ?  Votre formation sera-t-elle distribuée selon des modes particuliers : au fil de l’eau, à date fixe, sur un mode individualisé ?
Toutes les modalités de la formation digitale

Selon le type de projet, de public et d’objectif pédagogique, vous aurez tout intérêt à choisir le canal de distribution approprié.

Bonne nouvelle : la méthode de développement en grains que nous préconisons vous permettra de distribuer votre formation selon différentes modalités en fonction des publics !

Votre résultat concret : votre formation prête à être vendue et distribuée !

Au terme de ces cinq étapes, vous distribuez votre formation selon les modalités que vous avez définies :

Vous calculez vos prix de revient et de vente, vous faites de la promotion en ligne et hors-ligne, etc.

Vous avez non-seulement acquis un savoir-faire précieux sur le marché du travail, mais vous avez construit un « produit » de formation que vous pouvez :

  • vendre en tant que Formatrice/Formateur indépendant sur votre propre plateforme ;
  • présenter à votre employeur actuel ou futur ;
  • diffuser sur des réseaux pré-existants ;
  • etc.

A qui cette formation est-elle destinée ?

Si vous êtes formateur/formatrice ; coach ; responsable des ressources humaines ou de la formation…  Ce parcours est fait pour vous.  Et cette formation a été entièrement revue et rénovée.  Une bonne raison de vous former et de booster votre carrière en ce troisième trimestre 2020 !

Informations pratiques

Session « Hiver 2020 »

Du 26 octobre au 29 novembre 2020

Montant de l’inscription :

Particulier ou autoentrepreneur sans TVA : 399 € tout compris (possibilité de régler en 3 fois sans frais).

Indépendant – auto-entrepreneur avec TVA : 399 € + TVA

Entreprise : 599 € + TVA

Contactez-nous !

Utilisez le formulaire ci-dessous pour prendre contact avec nous et recevoir le programme complet et les modalités d’inscription : nous répondons toujours avec plaisir 😉

Catégories
Apprendre à apprendre Uncategorized

Apprendre, cela s’apprend ! Atelier à Bruxelles

Cela faisait plusieurs années que je n’avais pas animé d’atelier Apprendre à Apprendre.  Suite aux nombreuses demandes, j’ai décidé d’en animer un à Bruxelles le 23 août prochain, destiné aux étudiants du secondaire, âgés de 12 à 17 ans.

Apprendre à Apprendre : un atelier plus une formation en ligne

 

  • Tu as des difficultés à mémoriser certains cours ?
  • Tu as du  mal à organiser ton travail ?
  • Tu n’arrives pas à résumer correctement un texte ?
  • Tu sens que tu travailles mais les résultats ne sont pas la hauteur ?
  • Ou tu as simplement envie d’améliorer tes résultat ?

Alors, cet atelier est fait pour toi !

Une journée fun et efficace

Etudier, ce n’est pas forcément ennuyeux : ça peut même devenir fun si :

  • tu emploies les bonnes techniques
  • tu apprends avec tes copains plutôt que tout seul dans ton coin
  • tu utilises ta tablette ou ton ordinateur
  • tu organises bien ton temps de travail et ton temps pour te relaxer

Lors de cette journée, tu vas pouvoir expérimenter des techniques fun et efficaces :

D’abord, nous allons faire connaissance avec un jeu : parce que c’est important de commencer la journée dans la bonne humeur.  Ca met ton cerveau en condition pour mieux apprendre.  Etonnant, non ?

Le kanban, une méthode simple pour mieux organiser ton travail

Le kanban, tu connais ?  C’est une méthode inventée par Toyota pour organiser le travail de ses équipes.

Kanban d’étudiant

Bon d’accord, tu ne travailles pas encore et tu n’habites pas le Japon.  Mais cette méthode ultra-simple est un moyen très efficace pour toi aussi.  Pendant toute la journée, nous utiliserons cette méthode pour :

  • visualiser nos objectifs
  • maîtriser notre flux de travail
  • voir nos progrès sur le tableau

Le kanban est aussi un très bon outil de motivation, car tu vois littéralement le travail accompli au cours de la journée, de la semaine ou du mois.

Le mindmapping pour mieux comprendre un texte

Comment bien comprendre et mieux mémoriser un cours, un livre ou un article ?

Le mindmapping permet de repérer et d’organiser les idées du texte pour en faire un plan logique.

Les cartes mentales (ou mindmap) permettent aussi de se poser les bonnes questions pour analyser un cours.

Un atelier pour étudier plus efficacement

Avec les couleurs, les branches et les images, une carte mentale est plus agréable à mémoriser qu’une simple page blanche.  Et avec ta tablette ou ton smartphone tu peux l’emporter partout avec toi !

Des techniques et des outils pour mémoriser

Tu as une bonne mémoire ?

Oui.  Tu as DES bonnes mémoires, car nous avons tous plusieurs sortes de mémoire.  Le tout, c’est de savoir comment les faire travailler quand tu en as besoin !

Tu vas découvrir de puissantes techniques de mémorisation, comme le palais de mémoire.  Et aussi la méthode des répétitions espacées qui renforcent la mémorisation à long terme.

Impact des répétitions espacées

Nous allons aussi utiliser des flashcards, un outil très simple que tu peux réaliser sur du papier ou bien sur ta tablette ou même ton smartphone.

Avec cette technique, tu peux dégainer ton smartphone et réviser quand tu veux, où tu veux !

Informations pratiques

Atelier Apprendre à Apprendre

Le 23 août 2017 de 8h30 à 16h30.

Public : étudiants de l’enseignement secondaire de 13 à 17 ans.

Adresse : F9 Languages, Avenue Louise 120 à 1050, BRUXELLES.

Inscription : 120 euros pour la journée plus l’accès à la plateforme en ligne pendant un an.  Tarif dégressif à partir du deuxième enfant.

Nombre de places disponibles : 16.

Catégories
Apprendre à apprendre Coaching Coaching scolaire concept map enseignement secondaire Etudier efficacement Jeunes Jeux Mind Mapping Outils Pédagogie

Etudiez efficacement : comment réviser à long terme

Comment réviser à long terme ?  Etre certain de ne rien oublier pour les examens ?  De pouvoir me souvenir de ce que j’ai étudié dans deux ans ?

La théorie des répétitions espacées nous permet de mémoriser à long terme.  Une infographie et quelques explications…

Relire, prendre des notes, permet de se souvenir à très court terme.  Si vous devez étudier pour le lendemain, cela suffira sans doute.

Etudier des volumes importants de matière

Mais si vous devez mémoriser un volume important de matières complexes – comme c’est souvent le cas à l’université ou pour les dernières années du secondaire – vous avez besoin d’une méthode plus efficace.

La cinquième étape de notre méthode pour étudier efficacement est la révision à long terme.

Elle est basée sur la variété des outils et sur la méthode des répétitions espacées.

Mieux oublier pour mieux se souvenir

La théorie de la répétition espacée postule que nous oublions souvent, que nos souvenirs – qui sont des reconstructions de notre cerveau – sont souvent imparfaits.  Et que la meilleure façon de se souvenir, c’est d’oublier et de se ressouvenir.

En effet, lorsque nous étudions quelque chose, nous ne l’oublions jamais totalement.  Des éléments restent intacts dans notre cerveau.   Par la répétition espacée, nous forçons notre cerveau à se ressouvenir à chaque fois un peu plus.

Mais en même temps, nous évitons aussi la surcharge cognitive.  Car dans les répétitions espacées, on n’étudie pas ce qui est déjà connu.

Par exemple, si vous utilisez des flashcards, vous mettez de côté les cartes sur lesquelles figurent les questions auxquelles vous avez pu répondre facilement.  Et vous ne les réviserez que dans quelques jours.  Par contre, si vous n’avez pas pu répondre à 12 cartes sur 20, vous revoyez ces cartes aujourd’hui.  C’est le principe d’applications comme Anki ou Studyblue, dont j’ai parlé dans d’autres articles.  Cerego est une application récente de flashcards, dont l’outil Memory Bank gère la mémorisation à long terme en se basant sur la théorie des répétitions espacées.

Dans l’article sur la réutilisation de la matière, j’ai insisté lourdement sur la nécessité de varier au maximum les techniques de mémorisation et de compréhension.  Pour une révision à long terme, c’est exactement pareil.  Les différents outils et méthodes mobiliseront différents groupes de neurones.  Or, on sait que mobiliser des groupes différents de neurones renforce la mémorisation.

En combinant variété des outils et répétitions espacées, vous vous donnez un maximum de chances de réussir vos examens !

Espacez les séances dans le temps

Comment s’y prendre ?  Voici une infographie réalisée avec easel.ly qui vous donne un exemple en 7 étapes.

Etudier efficacement : la méthode des répétitions espacées

Variez les méthodes, utilisez des outils différents

Imaginons que vous devez étudier le roman de Dickens « Hard Times« .  C’est un roman peu connu dans les pays francophones, où l’on apprécie davantage Oliver Twist ou David Copperfield, alors qu’en Angleterre, Hard Times est LE roman de Dickens que tous les étudiants ont dû analyser un jour…

Voyons un peu comment procéder selon cette méthode…

1. Résumez le texte avec une mindmap

D’abord, vous prenez des notes, vous rédigez un résumé à l’aide d’une mindmap.

Le titre devient le sujet central de votre carte.  Ensuite, les trois divisions principales  du livre  – Sowing, Reaping, Garnering – peuvent devenir vos branches principales.  Et vous classez les chapitres à l’intérieur de chaque grande division.

Ensuite, vous réactivez votre mémoire en relisant soigneusement votre mindmap – ou carte mentale – une heure plus tard.

Et puis vous n’y pensez plus pendant au moins une semaine !

Vous réactivez alors votre mémoire en relisant votre mindmap.  Vous pouvez aussi la compléter, passer d’une mindmap dessinée à la main à une carte mentale numérique avec l’un des nombreux logiciels de mindmapping qui existent sur le marché.

2.Posez les bonnes questions avec CQQCOQP

Et ensuite, vous passez à l’étape 2 : posez-vous des questions sur le texte de Hard Times.  Utilisez pour cela une autre mindmap et la méthode CQQCOQP.

Interrogez le texte :

  • Qui fait quoi ? Qui sont les différents caractères ?
  • Où cela se passe-t-il ?
  • Quel est l’objet principal du texte ?
  • Que veut dénoncer Dickens dans ce livre si sombre et ironique ?

Et puis, n’y pensez plus pendant au moins une semaine, voire plus !

3. Utilisez une concept map pour comprendre les relations entre les personnages

Passez à l’étape 3 : continuez votre exploration du livre.

Utilisez une concept map pour explorer les relations entre les personnages : Mr. Bounderby, Mr. Gradgrind, Louisa, etc.

Vous pouvez aussi explorer les relations entre les différents lieux où se déroulent le roman.  L’école, la maison de Gradgrind, celle de Stephen…  Ou tentez de retrouver les relations entre  les actions des personnages.  Créez une ligne du temps pour visualiser la progression de l’histoire.

4.  Mémorisez les dates et les faits avec des flashcards

Vous avez du mal à retenir les noms des personnages ?  Ou certains mots du vocabulaire anglais ?

Passez à l’étape 4 et utilisez les flashcards.

Vous pouvez utiliser des flashcards réalisées manuellement ou bien en passant par une application comme Studyblue par exemple.

Posez des questsions sur les personnages, les lieux, les actions.  Mémorisez les définitions de mots compliqués comme « utilitarisme », par exemple.  Utilisez les possibilités d’inclure du son et des images dans les flashcards numériques pour mieux exploiter vos différents canaux sensoriels.

Et puis laissez passer du temps… 

5. Racontez et expliquez le livre à des personnes qui ne le connaissent pas

Et passez à l’étape 5 : racontez, expliquez Hard Times à quelqu’un qui ne le connaît pas ! 

Racontez l’histoire, décrivez chacun des personnages,  Expliquez la position de Dickens, pourquoi sa dénonciation de l’utilitarisme, de la science aride et inhumaine –  de la pédagogie sèche, quasi-autiste de Gradgrind – s’oppose à la vision de son époque.  Montrez le côté ridicule de Gradgrind et son apologie de la philosophie utilitariste.  Expliquez la condition misérable des ouvriers dans l’histoire.  Le côté parvenu et insensible de Bounderby.  Etc.

Tentez de créer du lien entre ce roman de Dickens et d’autres cours :

  • philosophie : qu’est-ce que le courant utilitariste ?  En quoi s’oppose-t-il à d’autres courants philosophiques ?  Quelles sont ses relations avec le positivisme d’un Auguste Comte ?  Quelle est sa place dans l’histoire de la philosophie ?  Qui sont ses héritiers aujourd’hui ?
  • histoire : le roman de Dickens décrit-il des situations réalistes ?  Quelle était la condition des ouvriers à l’époque ?  Quelles étaient les théories sur l’enseignement ?
  • littérature : en quoi la description du monde du travail chez Dickens est-elle comparable à celle décrite par Zola dans Germinal ou l’Assommoir ?  Comment Dickens construit-il ses personnages ?  Sont-ils des personnages existants ou plutôt des grands types littéraires ?  Des descriptions réalistes ou des caricatures ?

Pourquoi expliquer nous aide à mémoriser

D’abord, pour raconter et expliquer ce que vous avez étudié, vous allez devoir le structurer.  Lui redonner forme pour qu’il soit compréhensible pour quelqu’un qui ne le connaît pas.  Vous allez devoir le reformuler.

La personne en face de vous va certainement vous demander des précisions, des explications, des éléments auxquels vous n’aviez pas pensé.   Cela va vous amener à appronfondir vos connaissances, à les examiner sous un autre angle.

C’est un des outils les plus puissants à votre disposition !  Pourquoi les professeurs sont-ils incollables sur leur matière ?  Parce qu’ils passent beaucoup de temps à l’expliquer aux autres !  Vous aussi, profitez de ce formidable outil qui ne coûte qu’un peu d’efforts !

Que faire la veille de l’examen ?

Si vous avez fait tout ça, vous êtes prêt(e) pour l’examen.  Vous connaissez votre matière de manière approfondie.  Vous êtes capable d’anticiper les questions du professeur et d’y répondre clairement.

La veille de l’examen, relisez une dernière fois vos notes.  Refaites des schémas, des cartes heuristiques.  Et puis, dormez !

C’est extrêmement important.  Le sommeil est indispensable au fonctionnement optimal de notre cerveau.

Pourquoi relire la veille avant de s’endormir ?  Parce que pendant que vous dormez, votre cerveau travaille pour vous.   Votre subconscient réassemble vos connaissances selon de nouveaux schémas, de nouvelles associations qui vont renforcer votre mémorisation.

Après toutes ces étapes, vous êtes prêt pour l‘étape 7  !  Prêt à briller lors de votre examen !

Bonne chance à tous 😉

Vous avez aimé cet article ?  Inscrivez-vous à ma newsletter et ne ratez plus aucun article ou événément !

Catégories
Apprendre à apprendre Ateliers enseignement secondaire Etudier efficacement Jeunes Mind Mapping Modèles Outils

Etudier avec le mindmapping : préparer un test en géo

Comment étudier la géographie avec le mindmapping ?

Dans la série des mindmaps créées par les participants à nos ateliers, voici celle d’Emilie.

Emilie a participé à l‘atelier Triple A: Apprendre A Apprendre de Bruxelles le 21avril dernier.  Elle m’a envoyé cette mindmap qu’elle a réalisée pour préparer une interro sur le problème de l’eau en Afrique.

J’avais dit aux participants qu’ils pouvaient m’envoyer des exemples des mindmaps qu’ils réaliseraient après l’atelier.  Emilie m’a entendu et m’a envoyé le message suivant : « Je voulais vous tenir au courant disant que j’ai appliqué cette technique et que cela ma beaucoup aidée pour étudier une interro. »

(Cliquez sur la carte pour l’agrandir ou ici pour télécharger la carte L’eau en Afrique Géo sur Biggerplate).

C’est le genre de technique que vous apprendrez lors de l’atelier Apprendre A Apprendre de Liège le 23 août prochain.  Cet atelier, accessible aux étudiants du secondaire de 12 à 18 ans, les initie à notre méthode « Comment étudier efficacement en 5 étapes« .

La carte est monochrome et ne comporte pas d’images.  Mais la structuration des idées a suffi pour aider Emilie à préparer efficacement son test de Géo.

Si vous souhaitez créer ce type de cartes, vous pouvez télécharger la version gratuite d’XMind.

Vous retrouverez d’autres cartes éducatives en français sur le groupe Education créé par mon confrère Lucas Gruez sur Biggerplate.  D’autres cartes francophones sur tous les sujets vous attendent dans le groupe Mindmaps francophones également sur Biggerplate.

Biggerplate est la plus grande communauté de mindmaps au monde.  Elle en rassemble près de 280.000 à ce jour.  Vous pouvez visionner et télécharger gratuitement les cartes qui vous intéressent.  Vous pouvez également contribuer en publiant les vôtres.  C’est également gratuit et cela donne de la visibilité à votre travail, tout en enrichissant les connaissances communes.

A bientôt 😉

Catégories
Apprendre à apprendre Apprentissage des langues Ateliers Coaching Coaching scolaire Connaissance formation Jeunes Jeux Jeux-cadres Langues Mind Mapping Outils Pédagogie

Etudiez efficacement : réactivez votre mémoire

Troisième étape de notre méthode pour étudier efficacement : la réactivation.

La mémoire a besoin de répétition.  Mais pas seulement.  Lire et relire ses notes ou ses manuels ne suffit pas.  Il faut « réactiver » la mémoire et la préparer à restituer.

Après la « mise en projet » et « la prise de contact avec le cours« , voici la troisième étape de notre méthode pour étudier efficacement : la réactivation.

Retenir et restituer sont deux activités cérébrales différentes.  Elles font appel à des groupes de neurones différents.  Et donc à des techniques différentes si l’on veut être efficace.

Dans cette 3e étape de notre parcours, nous allons surtout nous attacher à la première notion : retenir.  Mais certaines des techniques dont je vais vous parler aujourd’hui abordent déjà la seconde.

(Cliquez sur la mindmap pour l’agrandir ou téléchargez-la gratuitement sur Biggerplate).

Techniques de réactivation de votre mémoire

1. Le mindmapping

a) Prendre des notes rapides et efficaces

Prendre des notes sous forme de mindmapping est une excellente façon de réactiver votre mémoire.  Je ne vais pas m’étendre sur ce sujet puisque je l’ai déjà fait abondamment dans d’autres articles, notamment dans « Pourquoi le mindmapping est-il si efficace pour étudier« .  Mais l’association des mots-clés, des images, des liens, des couleurs, de la disposition spatiale favorise la compréhension et la mémorisation, par la synesthésie et l’utilisation des émotions aussi bien que de nos facultés rationnelles : tout cela favorise une rétention plus efficace à court et à long terme.

Oubliez le surlignage qui n’apporte rien en terme de rétention : vous retenez moins de 1 % des éléments soulignés après une semaine…

Aidez-vous plutôt des index et des tables de matières.  Des titres, des intertitres et du chapeau,  s’il s’agit de résumer un article.  Convertissez les mots-clés surlignés en mots-clés pour vos mindmaps.  Créez des relations entre les différentes parties du cours.  L’idéal est de dessiner cette carte à la main.  C’est ce qui sollicite le mieux nos différentes mémoires : visuelle, kynétique, etc.

b) Réactivez votre mémoire de manière régulière

Le mindmapping permet également une réactivation régulière : lorsque votre carte est terminée, posez-la, aller vous promener, vous oxygéner, buvez un verre d’eau, lisez une BD, etc.  Bref : relaxez-vous.  Une heure plus tard, reprenez votre mindmap en main : relisez-la – de préférence à voix haute, afin de solliciter votre mémoire auditive – parcourez-en les branches avec vos doigts.  Comparez-la avec vos notes de cours.  Il y a de grandes chances pour que vous y ajoutiez quelques petites-choses : un mot-clé oublié, un nouveau lien que vous venez d’apercevoir, un petit dessin parlant,  etc.

Ensuite, oubliez votre carte ! Revenez-y le lendemain.  Et ensuite, la semaine suivante.  Et puis, à votre rythme, revenez-y.   En pratiquant un peu ce genre d’exercice, vous trouverez votre propre rythme : une fois par semaine, deux fois par mois, etc.  Je reviendrai sur la notion de temps dans les études lors d’un autre billet.

c) Révisez juste avant les examens

Un peu avant les examens, lors de la révision finale, retravaillez votre carte.  Au besoin, redessinez-la.  Entretemps, vous avez appris de nouvelles choses, vous pouvez peut-être les y intégrer et/ou créer du lien entre les notions qui figurent sur la carte originale et la nouvelle…

Un autre avantage que mes étudiants et moi-même avons expérimenté en utilisant les mindmaps de cette façon : cela développe votre mémoire visuelle.

Cela fait beaucoup de travail ? Oui.  Je vous ai parlé d’une méthode efficace, pas d’une méthode sans travail…  Mais le travail peut-être amusant : voyez le paragraphe suivant !

 2. Des jeux pour étudier : jeux-cadres et flashcards

a) Les jeux-cadres

Les jeux-cadres – comme leur nom l’indique – offrent un cadre : à vous d’y ajouter du contenu.  Inventés par Thiagi, ils ont été popularisés en France par Bruno Hourst.

Réactivez votre mémoire avec les jeux-cadres !

Les jeux-cadres sont utilisés en entreprise, en formation, etc.  Mais vous pouvez aussi en tirer parti pour apprendre mieux et plus vite.

Les jeux-cadres peuvent aussi se pratiquer en groupe : utilisez la notion de « coopétition » : coopérez pour certaines phases et organisez des tournois à d’autres moments…

Etudier à plusieurs est plus amusant et donne l’occasion de confronter les points de vue, d’utiliser vos propres mots pour expliquer, etc.  Lorsque vous créez vos jeux, vous devez impérativement connaître la matière, la reformuler sous forme de questions et de réponses,  vérifier si la réponse donnée est correcte ou non, réexpliquer pourquoi ce n’est pas correct, ce que vous attendiez, etc.

Formuler des questions et des réponses vous prépare en outre à répondre à celles du professeur

b) Les flashcards

La théorie des répétitions espacées

Un jeu classique et abondamment utilisé dans les pays anglo-saxons est celui des « flashcards« .  Ce sont des cartes sur lesquelles figure généralement une question ou un mot d’un côté et la réponse ou la traduction du mot de l’autre.  Ces flashcards se basent sur la théorie des répétitions espacées : en révisant juste avant le moment où vous allez commencer à oublier, vous réactivez votre mémoire et vous renforcez la mémorisation à long terme.

Etudier du vocabulaire

Les flashcards sont très utiles pour étudier du vocabulaire par exemple.  Vous voulez réviser votre anglais ?  Achetez un paquet de fiches en carton.  Ecrivez le mot anglais d’un côté de la carte.  De l’autre, écrivez la traduction en français.  Dessinez une image, un croquis, parlant pour vous.  N’hésitez pas à utiliser l’humour ou le double-sens :  la mémoire aime ce qui sort de l’ordinaire.  Ici, vous pouvez consulter un article plus complet sur la fabrication et l’utilisation des flashcards pour étudier du vocabulaire.

Si vous utilisez vos flashcards pour d’autres matières, utilisez aussi des couleurs différentes selon le type de concepts : rouge pour l’algèbre, bleu pour la trigo, etc.

Des logiciels et des applications pour réactiver votre mémoire

Il existe également des flashcards numériques. Cerego est une application en ligne et sur iPhone : entièrement gratuite, elle applique la théorie des Studyblue est une application en ligne qui vous permet d’utiliser vos flashcards y compris sur votre smartphone : pratique pour réviser dans les transports en commun, par exemple.  Anki est une autre application en ligne.  Elle est très peu conviviale au départ, mais elle présente de nombreux avantages : une communauté intéressante en ligne avec laquelle vous pouvez partager et échanger vos flashcards.  Mais aussi, grâce à mon ami Bruno Martin et son application XMind2Anki, vous pouvez transformer une mindmap XMind en un jeu de flashcards Anki.

Je reviendrai aussi sur l’utilisation des jeux-cadres en formation et en étude individuelle ou de groupe.  Et notamment, sur les sérious games ou le concept de « gamification » d’un cours en présentiel ou en ligne.

3. La visualisation

La visualisation est un outil extrêmement puissant.  Utilisée par les coaches pour stimuler les champions, elle peut aussi vous aider dans votre motivation.  C’est un excellent moyen de préparer la réussite !

La visualisation pour se voir réussir !

Choisissez un endroit calme, un moment de la journée ou vous êtes détendu.  Imaginez-vous à l’examen.  Voyez-vous à l’endroit où cela se passe.  Ressentez toutes les sensations : température de la pièce, bruits, lumière.  Les voix des autres élèves, la dureté du bois de la chaise, le froid de la surface de la table, l’odeur de crayon, le bruit des radiateurs.

Exactement comme si vous y étiez.  Et ensuite, voyez-vous en train de réussir votre examen.  Vous êtes calme, détendu. Vous prenez connaissance des questions.  Vous commencez à y répondre.  Visualisez-vous en vainqueur.  Vous répondez tranquillement, vous êtes maître de la matière et de vos émotions.   Tout se passe bien.  Vous avez réussi.

La visualisation est une excellente façon de diminuer le stress, donc d’augmenter vos performances.  Il faut se voir dans une situation confortable, de réussite.  Le fait de vous voir répondre aux questions constitue aussi un ancrage de la matière à laquelle vous répondez.  Imaginez de vraies questions et de vraies (bonnes) réponses.  Cela augmentera la qualité de votre mémorisation.

4. Les associations : localisation, etc.

Nous avons généralement une très mauvaise mémoire des noms et des chiffres.  Pas de chance !  C’est généralement ce que l’école nous demande de retenir !

Associez images, sensations et souvenirs !

Par contre, depuis l’Antiquité au moins, on sait que nous retenons merveilleusement bien les visages et les lieux dans l’espace.  Ces deux éléments sont probablement liés à la survie lorsque nos ancêtres étaient des chasseurs-cueilleurs.

L’idée est donc d’associer le mot ou le nombre à un visage ou un lieu.  La technique des « Palais de mémoire » en est un exemple.  Associez chaque mot à une image qui le représente.  Et puis placez cette image dans un endroit connu.

Cela permet de retenir de longues listes de noms, de mots nouveaux, etc.  Je reviendrai aussi bientôt sur ces techniques et principes de mémorisation  dans une autre série d’articles.  Ces techniques sont parfois méprisées par les enseignants, comme du « par coeur », de vieilles techniques dépassées.  Tout comme d’autres techniques mnémotechniques.  Pourtant, elles sont très efficaces dans certains cas.  Le tout est de ne pas s’y limiter, mais au contraire, de les intégrer dans une stratégie d’apprentissage plus générale.

Le mindmapping participe aussi de cette méthode : il localise sur une feuille des concepts représentés par des associations de mots-clés et d’images, disposés à un endroit précis sur la page.

Cette carte a été réalisée avec le logiciel XMind.  Vous pouvez en télécharger la version gratuite.  Choisissez la version qui correspond à votre système d’exploitation, cliquez, le tour est joué !

Vous pouvez aussi rejoindre notre groupe « Mindmaps francophones » sur Biggerplate : vous y retrouverez d’autres cartes dessinées par des mindmappeurs francophones.  Et pourquoi pas, y apporter vos propres contributions ?

Vous pouvez également suivre nos formations pour maîtriser le mindmapping, assister à nos conférences ou apprendre à apprendre grâce à nos méthodes innovantes : rendez-vous sur notre page Agenda.

Vous avez aimé cet article ?  Inscrivez-vous à ma newsletter et ne ratez plus aucun article ou événément !

Catégories
Apprendre à apprendre Coaching Coaching scolaire Connaissance formation Jeunes Mind Mapping Outils Pédagogie

Etudiez efficacement : reprenez contact avec le cours

Seconde étape de notre méthode pour étudier efficacement : prendre contact avec le cours.  Relisez vos notes le jour-même du cours, soulignez ou surlignez les passages incompris pour demander des explications, consultez une autre version du cours sur Internet, par exemple.

Reprendre contact avec le cours, cela signifie que l’on ne va pas attendre la veille de l’examen pour l’ouvrir.  Cela veut dire que le jour même du cours, à la maison, j’ouvre mes notes du jour.

1. Relisez les notes

Relire vos notes, constitue une première étape importante de votre prise de contact.

(Cliquez sur la carte pour la visualiser sur Biggerplate).

Deuxième étape de la méthode : reprendre contact avec le cours

Comment lire efficacement ?  Encore une fois – comme dans l’étape précédente, se mettre en projet – vous devez mobiliser toute votre attention.  On ne comprend et on ne retient vraiment que ce sur quoi on s’est concentré.

a) Problèmes de concentration

Si vous avez des problèmes de concentration, il existe des exercices qui peuvent vous aider.  Vous pouvez aussi demander l’aide d’un professionnel.  Vos difficultés à vous concentrer peuvent provenir de source diverses et un coup de pouce extérieur peut souvent vous faire gagner du temps.

b) Lisez lentement !  

Ce n’est pas un concours de rapidité, mais un « contact« .

Pour qu’il soit profitable, imprégnez-vous au maximum de ce qui est écrit dans vos notes.  Une lecture approfondie, attentive, vous permet de vous baigner dans les sensations – images, sons, etc. – émotions et impressions que vous avez ressenties lors du cours.

Ou bien va vous offrir de nouvelles associations auxquelles vous n’avez pas pensé pendant le cours, par manque de temps, etc.

c) Listez les choses peu claires ou pas comprises

 Faites une liste ds choses que vous n’avez pas comprises ou qui ne sont pas très claires pour vous.  Cela vous permettra d’y revenir plus tard pour tenter de les comprendre et de les maîtriser.  Vous saurez exactement quoi demander lorsque vous chercherez d’autres explications auprès d’amis, de compagnons de classe, de parents ou de professeurs.

Cela vous fera gagner du temps et à vos professeurs aussi.  Et le fait d’écrire ce que vous n’avez pas compris est parfois suffisant pour un « déclic » : soudain, ce que vous venez de reformuler vous paraît clair !

2. Soulignez / Surlignez vos notes

Comme dans une mindmap, l’utilisation de différentes couleurs vous permet de distinguer les différentes parties du cours, les différents concepts, etc.

Faites-le sobrement, proprement : une étudiante que je suis en coaching à distance m’a dit un jour qu’elle « n’aime pas que son cours ressemble à un feu d’artifice« .  Moi non plus.  L’objectif n’est pas de colorer pour faire joli, mais bien de distinguer : de bien marquer les idées importantes et leurs différences.

Ne soulignez que les mots-clés : non seulement vous gagnerez du temps et vous épargnerez vos marqueurs, mais surtout, vous isolerez immédiatement ce qui est vraiment important.  Vous concentrez votre attention sur les poins-clés de votre cours.

Même principe qu’en mindmapping :  les couleurs associées aux concepts permettent de mieux les mémoriser.  Habituez-vous à utiliser les mêmes couleurs pour les mêmes catégories de concepts : votre cerveau les reconnaîtra d’un coup d’oeil avec un peu d’habitude.

Ne surlignez pas pour mémoriser tout de suite : utilisez ces couleurs pour indiquer les mots-clés les plus importants de votre cours.  Cela vous aidera pour l’étape suivante, Réactivez votre mémoire, pendant laquelle vous allez résumer votre cours sous forme de mindmap.

3. Consultez une autre version du cours

Allez sur Internet ou demandez à un(e) copain(e) qui fréquente une autre école ou qui suit le cours avec un autre professeur si vous pouvez obtenir une copie de son cours.  Mieux : échangez avec lui ou elle.

Pourquoi une autre version ? Consulter une autre version d’un cours, d’une matière, d’un sujet… permet de confronter plusieurs points de vue.  Souvent, les auteurs mettent l’accent sur des choses différentes ou apportent un éclairage nouveau.  Ils utilisent d’autres mots, d’autres images.

Tout cela participe non seulement à l’ancrage du souvenir par la répétition, mais surtout à son activation par la comparaison, les liens établis entre les différentes versions.  Or, apprendre quelque chose, construire un savoir, c’est établir des liens entre ses différentes parties, mais aussi entre ce qu’on connaît déjà et ce qu’on découvre.

Vous pouvez aussi emprunter à la bibliothèque, un livre qui traite du même sujet ou consulter un site Internet qui parle de la même chose.  Multipliez les points de vue, confrontez-les entre eux et avec vos propres idées, votre propre compréhension de la matière.

4. Demandez des explications

Dans le même ordre d’idées, demandez des explications sur les choses non-comprises ou peu claires.  Demandez-les à un adulte de votre entourage, à un(e) copain(e) de classe.  Parlez-en sur un forum.

Les explications d’une autre personne que le professeurs, comme la version différente du cours, vous apportent un autre éclairage, d’autres mots, d’autres idées.  Peut-être une perspective différente, à laquelle vous n’auriez pas pensé.

Parler ensemble du cours vous demande de le reformuler, de le répéter avec vos propres mots.  Sans vous en rendre compte, vous et votre interlocuteur, êtes en train de comprendre et de mémoriser ce dont vous parlez.

5. Relisez à plusieurs reprises

La lecture seule ne suffit pas.  Mais elle est un élément essentiel de la compréhension et de la mémorisation.

Lire à voix haute sollicite la mémoire auditive.  Si vous êtes kynétique, n’hésitez pas à bouger, à marcher en étudiant, à faire des gestes pour accompagner le rythme de la lecture.  Ecrire, prendre des notes, dessiner une carte heuristique ou un récit imagé impliquent aussi la mémoire kynétique.  Plus on associe de canaux sensoriels, plus on se donne des chances de mémoriser efficacement !

Dans les prochains billets, nous verrons comment réactiver votre mémoire, réutiliser le cours en vue des travaux et des examens et comment réviser à long terme.

Un atelier Apprendre à Apprendre vous donnera aussi d’autres éléments comme la maîtrise du stress, la gestion de votre charge de travail, etc.  Le travail en atelier, suivi d’un e-coaching combine la dynamique du groupe  avec la possibilité d’un cours individuel, sur mesure et à votre rythme.  Pensez-y !

Vous avez aimé cet article ?  Inscrivez-vous à ma newsletter et ne ratez plus aucun article ou événément !

Catégories
Apprendre à apprendre Ateliers Coaching Coaching scolaire formation Jeunes Jeux-cadres Pédagogie

Comment étudier efficacement en 5 étapes

Comment étudier ?  Comment comprendre et retenir la masse incroyable de matière vue au cours ?  Quelles techniques bien utiliser pour bien mémoriser ?  Et comment répondre aux questions du prof ? Comment ne pas être trop stressé pendant une épreuve ?

Vu le nombre d’ados désemparés devant leur feuille blanche lors des examens, il semble bien que la dernière matière enseignée au programme soit « Apprendre A Apprendre »…  

Pourtant, apprendre cela s’apprend.  Certains découvrent LEUR méthode idéale d’apprentissage avant les autres, mais avec un peu d’astuce et de persévérance, tout le monde peut y parvenir.

Tout le monde peut appliquer ces méthodes d’apprentissage et améliorer ses performances.

(Cliquez sur la carte pour la voir sur Biggerplate.  Vous pouvez la télécharger gratuitement.  Et retrouver d’autres exemples de cartes heuristiques sur le groupe Mindmaps francophones.)

Une méthode en 5 étapes pour investir dans la connaissance

Je reviendrai sur chacune de ces étapes lors de prochains billets, mais faisons d’ores et déjà un petit tour d’horizon de cette méthode d’étude efficace en 5 étapes.  Vous trouverez aussi à cette adresse, des outils gratuits mieux étudier selon les étapes de ma méthode : les 5 « R » !

1. Reboostez votre motivation (Vers la page Se mettre en projet)

Apprendre, cela demande d’abord de la motivation.  Pourquoi est-ce que je veux apprendre ?  Cela vient-il de moi ?  De mon entourage ?  De mes professeurs ?  Pourquoi étudier les mathématiques ?

Quels sont mes objectifs ?  Qu’est-ce que je veux apprendre ?  Et en combien de temps ?  En y consacrant quelle quantité d’énergie ?

Autant de questions qui vous font avancer et diminuent d’autant votre stress que vous regagnez une certaine maîtrise de vos études.  Rien n’aide autant à réussir que la réussite !  Réussissez quelques petites choses, reprenez les commandes.  Et vous gagnerez de la confiance en vous, une nouvelle envie d’aller plus loin !

2. Reprenez contact avec le cours (Vers la page Prendre contact avec le cours)

N’attendez pas la veille des examens pour ouvrir votre cours !  Le soir-même, à la maison, ouvrez-le de nouveau.  Reprenez contact.  Rappelez-vous ce que le professeur en a dit.  Prenez éventuellement quelques notes rapides.  Pourquoi pas une mindmap sommaire ?  De quoi vous remettre la structure de ce cours en mémoire ?

3. Réactivez votre mémoire (Vers la page Réactiver sa mémoire)

Le secret de la mémorisation, c’est d’abord de comprendre, ensuite de répéter : il ne s’agit pas d’apprendre par coeur, mais bien de comprendre, de créer des liens entre les éléments, entre les parties du cours, entre les différents cours.  Recréer une mindmap, refaire quelques exercices, reposer quelques questions, autant de moyens de réactiver votre mémoire.

4. Réutilisez la matière (Vers la page Réutiliser la matière)

Vous avez emmagasiné une certaine quantité d’informations.  Il est temps d’aller plus loin : de la transformer en connaissance mobilisable !  C’est-à-dire de vous approprier la matière, de la relier à ce que vous connaissez déjà.  D’activer des zones du cerveau qui vous permettront de répondre à des questions.  De présenter ce que vous savez avec vos mots.  De réorganiser vos connaissances.

Pour cela, ne vous contentez pas de relire encore et encore.  Utilisez votre matière en jouant, avec des flashcards réalisées à la main ou encore avec un logiciel comme Studyblue  ou comme Cérego par exemple.  Vous pouvez aussi réaliser vos flashcards Anki à partir d’une carte mentale XMind avec l’application XMind2Anki.  Ces logiciels et applications se basent sur la théorie des répétitions espacées.

En posant des questions, en explorant d’autres versions du même cours sur Internet ou dans un livre, en expliquant à quelqu’un d’autre comment cela marche…

5. Révisez à long terme (Vers la page Réviser à long terme)

Lorsque vous apprenez de nouvelles choses, votre cerveau crée de nouvelles connexions.  Il relie vos nouvelles notions à celles que vous connaissez déjà.  Mais, pour que ces connexions se stabilisent et deviennent vraiment de la mémoire à long terme, votre cerveau a besoin d’environ trois mois.  C’est le temps qu’il lui faut pour consolider de  nouveaux acquis.  Programmez donc votre étude suffisamment tôt pour apprendre à très long terme les notions dont vous aurez besoin à l’avenir.

Facilitez la tâche de votre cerveau : répéter les exercices, variez les points de vue, relisez vos notes, recréez vos cartes mentales, réexpliquez à votre meilleur(e) ami(e) les détails les plus difficiles.  Prenez du plaisir à apprendre !

Je reviendrai sur toutes ces étapes et sur les outils utilisables lors de chacune d’entre elles.  Ils sont nombreux et certains vous conviendront mieux que d’autres selon votre personnalité, votre profil d’étudiant ou vos canaux sensoriels privilégiés.

Avant vos prochaines sessions d’examens, participez à une de nos formations J’apprends plus efficacement : une journée de formation en présentiel suivie de quelques semaines de ressources gratuites en ligne et vous maîtriserez l’ensemble de cette méthode !

Vous avez aimé cet article ?  Inscrivez-vous à