Catégories
formation en ligne

SPOC et MOOC : quel intérêt pour les DRH ?

Quel intérêt les Directions des Ressources Humaines ont-elles à analyser la participation à un MOOC ou à un SPOC ?  Cet intérêt est multiple : car, à l’heure où le recrutement coûte de plus en plus cher, l’observation d’un participant à un module d’elearning peut vous en apprendre plus sur son profil professionnel que n’importe quel test ou assessment…

Durant le MOOC ITyPA3 ou les SPOC que j’ai organisés, j’ai pu observer le comportement des participants.

MOOC et SPOC : des outils efficaces pour repérer les profils intéressants !

Et j’en tire une conclusion qui devrait intéresser chaque DRH de la planète : la façon dont un participant d’un MOOC ou d’un SPOC se comporte vous en apprend davantage sur son profil et son potentiel professionnel que n’importe quelle batterie de tests ou même qu’une coûteuse séance d’assessment

J’ai résumé mes observations dans une mindmap Mindjet que voici (et que vous pouvez télécharger depuis ma page perso Biggerplate) :

Repérer les bons profils RH via les MOOC et SPOC

Vous pouvez aussi télécharger une version PDF de cette carte.

Le leadership : des comportements qui crèvent les yeux

Difficile de repérer les vrais leaders à partir d’une batterie de tests ou d’un assessment.  Mais lors d’un MOOC ou d’un SPOC, les comportements spécifiques des leaders crèvent les yeux…

Car certains participants se démarquent immédiatement.

Des participants qui se démarquent

La proactivité, un comportement autonome et hyperactif

Certains apprenants se distinguent par un très haut niveau de proactivité.  Ce sont ceux qui :

  • ont toujours terminé leurs exercices ou rendu leur travaux avant la deadline
  • qui demandent à ouvrir la section suivante plus tôt car ils veulent avancer
  • posent des questions qui anticipent sur la matière suivante
  • prennent des initiatives, comme la création d’un groupe sur Facebook, par exemple
  • proposent de nouveaux exercices, des ressources inédites

Les influenceurs, des leaders qui inspirent

Une autre catégorie d’apprenants se distingue par leur influence sur les autres participants.  Je les appelle les « influenceurs », car ils ont le don d’influencer le comportement des autres, de les entraîner vers de nouvelles activités  sans forcer.  Ce sont ceux qui :

  • entraînent les autres à entamer une activité
  • leur remontent le moral quand ils ont une baisse d’énergie
  • prennent naturellement la direction d’un groupe, sans avoir l’air d’y toucher
  • donnent du sens à une action collective
  • ou qui orientent le sens d’une activité (les « hackers »)
Des leaders positifs

Les animateurs ou facilitateurs

Ce sont ceux qui, par leur partage incessant et leur présence rassurante, aident les autres à avancer dans leur parcours d’apprentissage.  Et donc ceux qui :

  • partagent des ressources inédites qu’ils ont trouvées hors du cours
  • donnent des trucs et astuces pour aller plus vite, pour découvrir de nouvelles connaissances, pour expérimenter de nouvelles applications
  • rassurent les autres et les tirent vers le haut quand ils rencontrent des obstacles techniques ou ne comprennent pas un nouveau concept.

Repérer les candidats qui démontrent de vraies compétences IT

Certains participants démontrent de vraies compétences IT dès le départ :

  • ils comprennent immédiatement l’environnement
  • ils naviguent facilement dans l’interface
  • ils utilisent de nouveaux logiciels et applications de manière intuitive
  • ils peuvent aider les autres à naviguer sur la plateforme ou à utiliser un logiciel ou une application

Repérer l’autonomie de l’apprentissage

En matière d’autonomie d’apprentissage, certains participants se démarquent aussi très rapidement par leur capacité à comprendre l’environnement d’apprentissage et à se l’approprier.

Capacité à apprendre seul

Ils sont capables d’apprendre de manière autonome, par eux-mêmes, sans aide extérieure et à utiliser, voire à détourner les ressources mises à leur disposition.

A l’heure où le monde évolue à la vitesse de la lumière, la capacité des collaborateurs à apprendre tout au long de la vie constitue un avantage compétitif sans prix…

Persévérance et respect des consignes

Dans son livre Comment les enfants réussissent, Paul Tough insiste particulièrement sur la persévérance : c’est cette qualité, plus que l’intelligence ou la rapidité de pensée, qui prévoit le mieux le succès d’un enfant à l’école et de l’adulte qu’il deviendra plus tard.

Il est donc important de repérer aussi les participants qui :

  • vont jusqu’au bout de la formation, quelles que soient les difficultés qu’ils rencontrent
  • ceux qui visitent systématiquement la rubrique « Pour aller plus loin », une rubrique facultative qui permet d’approfondir la thématique de la semaine ou du sujet
  • respectent, voire anticipent les deadlines (dates limites de remise des travaux, par exemple)
  • respectent les consignes, ce qui n’est pas toujours le cas des plus intelligents d’entre eux : mais la qualité prépondérante recherchée chez un candidat à un poste, ce n’est pas toujours l’intelligence, ce peut être aussi la sociabilité, la résistance au stress, le respect des consignes, etc.

Un exemple concret : les participants du SPOC « Créez votre cours en ligne »

Les compétences que j’ai listées ci-dessus sont toutes des compétences généralistes, transversales.  Elle peuvent concerner toutes les professions et tous les secteurs.

Mais qu’en est-il de compétences professionnelles plus spécifiques ?

L’attitude et les compétences des participants d’un SPOC o u d’un MOOC par rapport au contenu de celui-ci peut vous en apprendre beaucoup sur leur potentiel professionnel.

Créateur et animateur du SPOC « Créez votre cours en ligne » j’ai pu observer chacun des participants pendant les 5 semaines que dure cette formation en ligne.  Et j’ai pu observer quels étaient les profils de ces futurs formateurs en e-learning.

Les qualités de pédagogues

J’ai pu, par exemple, identifier très rapidement ceux et celles qui disposent de vraies qualités de pédagogues :

  • Ceux qui peuvent identifier très vite et avec pertinence les besoins de leurs public
  • qui peuvent imaginer des solutions innovantes et performantes
  • qui  peuvent séquencer une formation pour en faire un dispositif progressif
  • qui peuvent réaliser des supports de formation efficaces
  • qui peuvent mettre en ligne un module clair, navigable et pertinent

Les compétences techniques

J’ai pu aussi repérer ceux qui présentent de réelles compétences techniques, qui comprennent rapidement comment fonctionne une plateforme.

Qui sont capables d’utiliser un nouveau logiciel pour créer un support de formation pertinent par rapport à la compétence ou à la connaissance à acquérir.

Les qualités de communicateur

Et, last but not least, celles et ceux qui s’expriment clairement et qui peuvent le faire sur des médias différents en comprenant le code et la grammaire particuliers à chacun.

Qui sont capables de faire passer leurs messages tant par du texte que de la vidéo, des cartes mentales ou des infographies, par exemple.

Conclusion : MOOC et SPOC, des outils particulièrement performants pour identifier les meilleurs profils RH

Ma conclusion est évidente à la lecture de ce qui précède.  Par la richesse et la variété des informations que le comportement des participants aux formations en ligne fourni aux observateurs, les SPOC et les MOOC se révèlent un outil incontournable des RH à l’avenir.

Leur coût peut être amorti rapidement si un cabinet conseil RH est spécialisé dans un secteur particulier.  Un MOOC ou un SPOC correspondant  ce secteur leur permettra d’identifier en quelques semaines des profils qui correspondront de manière idéale aux besoins de leurs clients.

Vous avez aimé cet article ?  Inscrivez-vous à ma newsletter et ne ratez plus aucun article ou événément !

Catégories
Apprentissage des langues Jeunes Langues

Et pourquoi pas un séjour linguistique en Espagne cet été ?

Partout dans les médias, et dans la plupart des sujets d’actu liés à l’école, on ne parle que de l’anglais et de cette LV1 toute puissante. Et pourtant, on en oublie qu’aujourd’hui, parler qu’une seule langue étrangère ne suffit plus.

L’espagnol reste la deuxième langue vivante la plus étudiée en France et pourtant, la place qu’on lui accorde est minime comparée à l’anglais qui concentre toute l’attention. Mais dites-vous bien que si vous vous destinez à de grandes études de commerce, il vous faudra absolument maitriser une seconde langue vivante, et que vous feriez donc bien de commencer dès maintenant à accorder à votre espagnol l’importance qu’il mérite.

Si vous sentez que vous êtes un peu juste, n’attendez pas d’être submergé par les lacunes avant de vous attaquer au problème. Et si vous n’avez pas encore décidé de ce que vous pourriez faire cet été, pourquoi ne pas vous pencher sérieusement sur la question du séjour linguistique ?

Les avantages du séjour linguistique

Un séjour linguistique en Espagne comporte de nombreux aspects positifs, le premier étant celui du soleil bien sûr ! Il est toujours plus tentant de faire un voyage d’étude dans un pays comme l’Espagne, plutôt que dans un pays comme l’Angleterre où vous êtes certains de devoir emmener imperméable et parapluie dans vos valises !

Mais au delà de cet aspect purement météorologique, un séjour linguistique vous permet de vous immerger dans une culture étrangère le temps de quelques semaines, et de n’avoir pas d’autres choix que celui de pratiquer la langue du pays en question. C’est donc un excellent moyen de pratiquer vos compétences orales.

Une expérience humaine inoubliable

Enfin, un aspect du séjour linguistique dont on ne parle que peu est sans doute l’aspect humain. Il est vrai que le fait de partir loin de sa famille, peut-être même pour la première fois, est une expérience humaine incroyable. Tout d’abord on apprend à mieux se connaitre, mais on apprend aussi à vivre en communauté, avec ce groupe avec lequel vous allez étudier pendant quelques semaines, mais aussi avec le personnel encadrant ou votre famille d’accueil.

Vous serez surpris de découvrir qu’au final, si vous étiez partis à reculons, vous ne rentrerez pas avec empressement mais bien avec l’espoir de repartir pour un nouveau séjour l’an prochain !

Catégories
Entreprise formation Ingénierie de la formation Outils Pédagogie Projets

La Roue des compétences > Méthode et outil reconnus de la GPEC

See on Scoop.itRevolution in Education

La roue des compétences élaborée par Claude Flück

La roue des compétences est un modèle qui permet d’élaborer aisément des référentiels de compétences grâce à un guide et un support informatisé…

Marco Bertolini‘s insight:

Un modèle de structuration des compétences particulièrement bien fait.

Un outil de choix dans l’élaboration de référentiels de compétences ou de référentiels-métiers.  Que ce soit pour la formation, le recrutement, la définition de fonctions, etc.

Dans cet article, l’auteur examine en particulier l’adaptation de ce modèle aux compétences managériales.   Mais je crois qu’avec un peu d’efforts, on peut adapter ce modèle à tous les types de compétences pour toutes les activités humaines.

Qu’en pensez-vous ?

See on www.fluck-competences.com

Catégories
Entretien d'embauche Entretien embauche Logiciels Mind Mapping Novamind Outils Recherche d'emploi

Une mindmap pour votre entretien d’embauche

Comment structurer son entretien d’embauche ?  Peut-on emporter un aide-mémoire ?

Quelques éléments de réponse avec une mindmap.

Souvent, on ne sait pas comment préparer son entretien d’embauche.  On ne sait pas très bien par quoi commencer.  On a peur de ne plus savoir quoi dire.

Je vous ai déjà dit dans d’autres articles de bien connaître l’entreprise avant d’envoyer votre CV, sous forme de mindmap ou sous forme plus classique.  Mais par contre, je vous conseille fortement de structurer votre CV en partant d’une mindmap qui vous aidera à rester cohérent et à ne rien oublier !

Je vous conseille de faire de même pour votre entretien d’embauche.  Celui-ci est l’aboutissement d’un processus qui fait que vous vous connaissez bien, que vous connaissez l’entreprise et que votre projet est clair.

Reste à structurer tout ça sous forme synthétique : une mindmap ! (cliquez sur l’image pour l’agrandir).

Une mindmap pour vos entretiens d’embauche

Un entretien non-linéaire

Une mindmap vous offre quelques avantages considérables sur les notes linéaires :

  1. Vous disposez d’une synthèse de l’information sur une seule page aisément consultable
  2. Un entretien d’embauche est généralement non linéaire et la structure mindmap est donc plus adaptée à ce type de prestation qu’une prise de notes classique

Je ne vais pas m’étendre sur le premier point : il suffit de regarder une mindmap pour se rendre compte que toute l’info se trouve résumée sur la page.  Vous pouvez appréhender l’ensemble d’un coup d’oeil et entrer dans le niveau de détail que vous souhaitez.

L’entretien d’embauche n’est pas linéaire : souvent, il commence par une question du genre « parlez-moi de vous« .  Et puis ensuite, il part dans tous les sens : ou du moins, c’est l’impression qu’il donne.   En réalité, le recruteur peut revenir plusieurs fois sur le même point, poser la même question différemment, etc.  Il recoupe l’info comme le ferait un bon journaliste.  Il vérifie que vous êtes cohérent… et que vous ne mentez pas !

Votre mindmap

Il ne s’agit pas de raconter toute votre vie : il faut offrir au recruteur une information aussi courte et pertinente que possible.  Le recruteur n’a pas de temps à perdre : montrez-lui que vous savez aller droit au but et anticiper ce qu’on attend de vous !

J’ai donc préparé une mindmap très synthétique.  Faites pareil : un mot-clé par information.  Cela ne doit vous servir que d’aide-mémoire.  Vous ne devez pas lire.  Faites attention de ne pas perdre le contact visuel : regardez le plus possible votre interlocuteur dans les yeux !

Si le recruteur commence en posant la question : « parlez-moi de vous » !  Jackpot !

Pourquoi ?  Cela vous donne immédiatement l’opportunité de répondre à la question à 50 millions d’euros : qu’est-ce que je peux apporter à votre entreprise.

Lorsqu’on les invite à parler d’eux-mêmes la plupart des candidat répondra : j’ai étudié à truc, j’ai travaillé chez machin…

Fort bien.   Mais ce que le recruteur veut savoir, c’est ce que l’entreprise va gagner en vous embauchant VOUS !   Autant le lui dire tout de suite.

Commencez-donc par ce qui vous motive à travailler pour l’entreprise.  Et ce que vous, Jean Dupont, vous pouvez apporter d’unique à cette entreprise.

Cela vous donnera aussi l’opportunité de mettre l’accent sur vos compétences.  Compétences que vous justifierez par votre expérience et votre formation.  Vous pouvez alors parler de vos qualifications, etc.

N’oubliez pas non plus d’autres informations qui peuvent être pertinentes pour l’entreprise : on demande quelqu’un qui ait le sens du leadership et vous avez été ou vous êtes encore capitaine de l’équipe de volleyball de Triffouillis-les-Oies !  Pour être un bon capitaine, vous devez être un bon leader.

Vous avez voyagé, organisé une expo, créé un club de vol à voile, vous avez gagné un jeu télévisé ou vous avez participé au marathon de New York ?  Tout ce qui peut donner un éclairage positif sur vous peut être abordé.

Attention aux pièges

Disposer d’une mindmap ne doit pas vous dispenser de certaines règles de base :

  • répétez votre entretien, de préférence avec une personne critique et bienveillante
  • restez synthétique
  • ne mentez pas !
  • ne parlez pas comme une mitraillette dans l’espoir de marquer des points : entretien est synonyme de conversation.  Respirez et laisser un espace d’expression à votre interlocuteur
  • n’en faites pas des tonnes : si votre recruteur connaît le mindmapping, cela vous fait un point commun, c’est toujours bon !  Mais s’il ne connaît pas, évitez de pontifier et de poser au spécialiste qui écrase le pauve ignare d’en face.   Rien de tel pour plomber votre prestation !
  • Gardez au maximum le contact visuel : la mindmap avec ses mots-clés vous donne l’avantage de poser le regard très brièvement sur la feuille.  Contrairement aux notes linéaires qui vous obligent à lire plus longtemps.  Ne négligez pas ce point.  Regarder l’interlocuteur dans les yeux témoigne d’une certaine assurance et surtout, vous permet de vérifier comment il réagit à ce que vous dites.  S’il a l’air d’accord, continuez dans cette voie.  Sinon, changez de sujet ou de ton.

A vous de jouer !  Créez votre propre mindmap en suivant ces conseils et bonne chance !

J’ai créé cette carte avec Novamind, un logiciel de mindmapping aussi intuitif que performant.  Vous pouvez vous aussi télécharger et essayer gratuitement Novamind !

Besoin d’un conseil ou d’une aide dans votre recherche d’emploi ?  Consultez notre page Coaching emploi.

Vous avez aimé cet article ?  Inscrivez-vous à ma newsletter et ne ratez plus aucun article ou événément !

Catégories
Entretien d'embauche Entretien embauche Recherche d'emploi

Entretien d’embauche : quel salaire demander ?

Vous avez brillamment passé votre entretien d’embauche.  Vous êtes LE candidat dont l’entreprise a besoin.  Et soudain, on vous demande, dans ce langage technocratique dont les recruteurs ont le secret : quelles sont vos prétentions salariales ?

Mon expérience en accompagnement de recherche d’emploi me dit qu’environ un candidat sur quatre a une vague idée du salaire qu’il souhaite.  Et cette même expérience me murmure à l’oreille que la plupart d’entre eux n’ont pas une idée très réaliste sur la matière.

Quel salaire demander ?

Les deux pièges : sous-évaluer ou sur-évaluer votre rémunération

En effet, ou bien le candidat se sous-évalue dangereusement : et donc, il ne sera pas pris au sérieux.  Quelqu’un qui est prêt à travailler pour moins que le salaire normal est suspect : qu’est-ce que ça cache ?  Il / Elle n’est pas compétent(e) ?  Il / Elle a triché sur son CV ?

Ou bien – et c’est le cas le plus fréquent chez les jeunes qui n’ont jamais travaillé – il surévalue de manière disproportionnée la rémunération à laquelle il peut prétendre.  Beaucoup de jeunes en recherche d’emploi me disent : « je veux gagner 1.500 ou 2.000 euros net par mois ! »  Personne ne vous donnera 2.000 euros net par mois sans diplome ni expérience !

Et là, danger : si vous demandez trop, l’entretien risque de déboucher sur le classique :  « on vous écrira ! »   Suivi dans le meilleur des cas d’une lettre qui commence par « nous regrettons de vous informer que… »

Dommage, non ?

Le juste prix

Loin de moi l’idée de ressusciter cette émission débile qui m’a cassé les pieds pendant des années.  😉

Mais il est clair que l’emploi est un marché et que donc, tout produit y a un prix.  Vos compétences, votre expérience ont un prix sur marché de l’emploi qui varie selon plusieurs facteurs :

Les facteurs qui dépendent de vous :

Vos compétences, vos qualifications (diplômes, attestations, titres, etc.), votre expérience, votre âge, etc.  : tous ces éléments ont une influence sur le salaire que vous pouvez demander.  Il est clair qu’un comptable qui peut afficher 20 ans d’expérience de consolidation de comptes pour une multinationale se paie plus cher qu’un comptable tout frais sorti d’une école aussi prestigieuse soit-elle…

Les facteurs qui dépendent de l’entreprise et de son secteur :

Avez-vous affaire à une entreprise familiale ou à une multinationale ?  Visez-vous le secteur des nouvelles technologies ou de la pétro-chimie, qui offrent des salaires astronomiques ?  Ou au contraire, le secteur social où la concurrence est moins rude, mais les salaires dérisoires ?

Le prix de mes compétences

L‘état du marché de l’emploi

Comme tous les marchés, celui de l’emploi est fluctuant.  On peut le comparer au marché du pétrole : lorsque le pétrole est abondant, il est bon marché.  Lorsqu’il est rare, il devient plus cher.

En pleine récession, il y a plus de gens au chômage.  Il y a  donc plus de personnes prêtes à travailler pour un salaire inférieur à la norme en vigueur quant tout va bien.  Et donc les salaires plongent.  Pour un poste équivalent, vous on vous proposera peut-être moins qu’il y a deux ans.

Par contre, quand le marché se porte mieux, il y a moins de concurrence.  Et les entreprises sont prêtes à vous offrir de meilleures conditions pour le même travail !

Comment s’y retrouver ?

Pas de panique.  Tout cela est un peu compliqué, c’est vrai…  Heureusement, certains sites ont digéré la matière pour vous et la restituent sous une forme accessible au commun des mortels.

Pour la Belgique, le site Références offre un « Compas des salaires« .  Rendez-voussur cette pageet répondez aux différentes questions – sans tricher, compris ! – et le site vous donne en réponse une fourchette des salaires qui correspond à la fonction demandée, à votre expérience, vos diplomes, l’état du marché, etc.

Les Français ne sont pas oubliés non plus : ils peuvent se rendre sur le site Cadre Emploi où un « Baromètre des salaires » leur donne les mêmes indications selon le même principe.   La fourchette de salaire donnée est une moyenne des salaires proposés par les employeurs pour les mêmes fonctions au cours de l’année écoulée.  Vous êtes certain, dès lors, d’obtenir une information à jour.

Bonne chance dans vos recherches !  Vous avez une anecdote à ce sujet ?  Un conseil pour les demandeurs d’emploi ?  Dites-le moi via la page Contacts de ce blog !

Vous avez aimé cet article ?  Inscrivez-vous à ma newsletter et ne ratez plus aucun article ou événément !

Catégories
CV Internet Logiciels Recherche d'emploi Stratégie

Le CV et les mots-clés : votre passeport électronique pour l’emploi

Des mots-clés pour un CV ?  Et pourquoi faire ?  Et comment savoir si les mots-clés de mon CV sont lisibles par les logiciels ds recruteurs ?

Bon nombre de personnes rédigent encore le CV uniquement dans une optique « papier » : c’est-à-dire en supposant qu’une personne recevra votre lettre de motivation avec votre CV et les lira tous les deux avec attention.

Le seul problème, c’est que dans une majorité croissante de cas, ce n’est plus vrai !

CV Word ?

L’ère des robots a commencé

Il y a peut-être un cas de figure qu‘Isaac Asimov – le père de la robotique – n’avait pas envisagé : celui de la lecture des CV.

En effet, lorsque vous expédiez votre CV par e-mail à un recruteur professionnel ou au responsable Ressources Humaines d’une grande entreprise, il (elle) ne passe pas sont temps à les lire tous.

On estime qu’un recruteur moyen reçoit environ 300 CV par jour.   Vous croyez vraiment qu’il lira ces 300 CV + 300 lettres de motivation dans la journée ?

Soyons sérieux !  Dans la réalité, ce sont des robots, des logiciels spécialisés, qui opéreront le premier tri.  Et sélectionneront votre CV.  Ou pas !

La lecture des mots-clés par un logiciel

Votre CV est sous format électronique – une ou deux page(s) en Word ou PDF – annexé à l’e-mail que vous avez adressé à la personne responsable du recrutement.

Celle-ci – son assistante, plus probablement, va soumettre votre CV et tous les autres, à un logiciel spécialisé.  Ce programme va rechercher des mots-clés dans votre CV.

Attention : les logiciels des recruteurs ne sont pas toujours capables de lire les mots-clés de votre CV s’ils sont au format PDF.  Réfléchissez-donc bien à ce que vous voulez : le PDF vous assure que la mise en page sera uniforme sur toutes les imprimantes.  Mais le format Word est commun dans la majorité des entreprises et les mots-clés contenus dans votre CV sont lisibles par les robots…

Pour en savoir plus, lisez mon article sur les CV au format Word , Open Office ou PDF.

Quels mots-clés utiliser sur mon CV ?

Ceux que le responsable du recrutement estime importants pour définir le poste pour lequel vous postulez.  Ceux qui correspondent à la pratique du métier, à l’expertise requise pour exercer votre profession, ceux qui démontrent que vous correspondez au moins à 70% aux exigences du poste…

Pour un comptable : comptable, comptabilité, bilan, crédit, débit, analyse, financière, financier, etc.

Pour un cadre de haut niveau : management, responsabilité, équipe, leadership, team, etc.

Vous voyez le principe ?

Où trouver les mots-clés dont j’ai besoin ?

Si vous connaissez votre métier, si vous avez complété un bilan de compétences, vous pouvez puiser dans le vocabulaire de base de votre spécialité mais aussi dans celui qui définit vos compétences.

Un bon truc pour trouver à la fois les compétences de votre métier et des mots-clés qui y correspondent : les fiches-emploi de Pôle Emploi.  Vous pouvez les consulter dans toutes les agences de Pôle-Emploi en France.  Et en Belgique ?  Dans toutes les Maisons de l’Emploi et de nombreux services du Forem.

Vous pouvez également les consulter en ligne : c’est ici.

Ces fiches vous offrent une description de métier d’une richesse et d’une rigueur professionnelles.  Il faut parfois chercher un peu pour « tomber » sur le bon métier, mais cela en vaut la peine.

Comment savoir si mon CV est lisible par la plupart des logiciels des recruteurs ?

Je ne peux pas vous garantir une certitude absolue, mais un bon moyen de savoir si votre CV est lisible est de le tester.

Vous pouvez le faire ici, sur le site Jobetic.net qui a eu la bonne idée de mettre gratuitement ce test à la disposition des personnes qui le souhaitent.

Il suffit d’uploader votre CV en format Word ou PDF et quelques secondes plus tard, vous obtenez le résultat.

C’est parfois un peu décourageant…

Faites donc revoir votre CV par un professionnel !

Vous avez aimé cet article ?  Inscrivez-vous à ma newsletter et ne ratez plus aucun article ou événément !

Catégories
Chomage CV Jeunes Recherche d'emploi Stratégie

Quel type de CV pour quelles circonstances ?

Vous avez entendu parler de plusieurs types de CV ?  Chronologique, par compétences ou mixte…  Et vous ne savez pas trop lequel adopter ?  Voici quelques explications qui vous permettront de choisir le bon type de CV selon les circonstances !

Les spécialistes parlent de CV chronologiques ou antichronologiques, de CV par compétences ou de CV mixtes ?  Qu’est-ce que c’est que ça ?  Voici quelques explications pour vous aider à y voir plus clair.

Trois grands types de CV

Il faut savoir qu’il y a trois grands types de CV classiques :

  1. le chronologique
  2. par compétences
  3. mixte

1. Le CV chronologique ou antichronologique

C’est le plus connu : le CV classique présentant votre parcours professionnel par rubriques.  A l’intérieur de chaque rubrique – Formation, Expérience professionnelle, etc. – les items sont classés par ordre antichronologique (on dit aussi antéchronologique), c’est-à-dire du plus récent au plus ancien.

C’est le plus utilisé, celui que tout le monde utilise ou presque.  Peut-être parce que c’est le plus simple à mettre en oeuvre.

Attention : si vous optez pour le format antichronologique – du plus récent au plus ancien – gardez-le pour TOUTES les rubriques de votre CV ! J’ai vu trop de candidats qui présentaient leur expérience professionnelle sous ce format et qui listaient leurs études et formations dans l’autre sens…

Soyez cohérent ! N’obligez pas le recruteur à faire des va-et-vient à travers les différentes rubriques de votre CV : il n’en a pas le temps !  Votre CV sera jeté à la poubelle sans pitié à la moindre ambigüité !!!

Est-ce le plus efficace ?

Avantages :

  • Clair, simple et facilement compréhensible
  • Rassurant, car c’est le type de CV le plus connu de tous, candidats et recruteurs
  • Correspond bien aux carrières linéaires (20 ans dans la même entreprise, par exemple)

Inconvénients :

  • C’est LE CV de Monsieur ou Madame Tout le Monde : difficile de se distinguer vraiment avec ce type de document passe-partout…
  • Il attire immédiatement l’attention sur les « trous » de votre CV : interruption de carrière pour grossesse, maladie, accident ou éducation des enfants
  • Il ne convient pas du tout aux personnes qui ont changé d’emploi ou d’orientation au cours de leur carrière.  Or, cette situation est de plus en plus fréquente, même si beaucoup de recruteurs ne l’ont pas compris et restent terriblement conservateurs dans leurs perception des candidats

2. Le CV par compétences

Contrairement au précédent, il ne contient aucune date, aucune référence à votre parcours en tant que tel.  Il détaille vos compétences et donne – souvent – la liste des entreprises pour lesquelles vous avez travaillé.

C’est le moins utilisé, probablement pour deux raisons :

  • on ne sait pas trop comment le présenter
  • il est difficile à structurer de manière efficace sans se perdre dans des généralités ou sans écrire trois pages

Il ne suffit pas de lister vos compétences : encore faut-il leur donner de la crédibilité en les décrivant de façon claire et en leur apportant de la consistance par des informations concrètes – nom de l’entreprise, type de poste, mission, réalisations, résultats, etc.  Tout ce qui peut aider le recruteur à visionner le film de votre expérience professionnelle doit être mobilisé.    D’autres part, les recruteurs ne sont pas tenus de vous croire sur parole…

Avantages :

  • C’est celui qui met le mieux en avant vos compétences – forcément
  • C’est donc celui qui vous permettra de vous distinguer des autres candidats sur les compétences-clés du CV : si on demande un comptable familier de la consolidation des comptes et que c’est votre spécialité, cela figurera en avant-plan de votre CV et si les autres concurrents ne peuvent pas faire la même chose, vous marquez des points…
  • C’est le plus facile à adapter en fonction du poste : vous mettez à l’avant-plan les compétences qui correspondent le plus à ce qui est demandé dans l’annonce
  • C’est l’idéal si vous avez une ou plusieurs interruptions assez longues dans votre carrière : maladie, accident, période de chômage assez importante…  Autant de points noirs susceptibles de détourner les recruteurs de votre candidature

Inconvénients :

  • l’inconvénient majeur : la plupart des recruteurs n’aiment pas ce type de CV.  Plus par manque de temps que pour autre chose : quand vous avez moins d’une minute pour lire chaque CV, vous ne pouvez pas vous offrir le luxe de déchiffrer des documents longs et dont la structure ne vous est pas familière…
  • Il est difficile à structurer efficacement : par où commencer ? Où s’arrêter ? Faut-il classer par domaines de compétences ?  Par secteur ?
  • Il a tendance à allonger le CV, ce que les recruteurs détestent.  Car la plupart des candidats veulent tout dire et donc ne ciblent pas suffisamment les compétences requises pour le poste.  Un conseil : ciblez les compétences vraiment cruciales pour le poste et laissez le reste pour la lettre de candidature et l’entretien d’embauche

Cliquez sur la carte pour la visionner et/ou la télécharger en format PDF.

3. Le CV mixte

C’est mon préféré !  Ça tombe bien, c’est aussi le préféré de nombreux recruteurs !

Pourquoi ?  Parce qu’il présente l’avantage de nous donner immédiatement vos compétences-clés pour le poste souhaité et donc qu’il facilite le travail !  Vous n’aimez pas qu’on vous facilite la vie, vous ?

En réalité, il allie les qualités des deux précédents : une très bonne visibilité des compétences-clés et une très bonne lisibilité de votre parcours.

On peut donc décider très vite si vous êtes un candidat à inviter pour un entretienou pas !

Comment fonctionne le CV mixte ?

Le principe est simple : en début de CV – le premier tiers – vous présentez vos compétences-clés par rapport au poste souhaité.  Ensuite, vous continuez votre CV sous forme antichronologique et vous gardez les compétences secondaires pour les rubriques habituelles et pour la lettre de candidature.

Le plus difficile dans la rédaction de ce CV est :

  • de déterminer les compétences-clés requises pour le poste
  • se limiter dans la présentation du haut de CV à ces compétences

Avantages :

  • A la fois clair et axé sur les compétences-clés du poste souhaité
  • Donne en même temps une bonne lisibilité de votre parcours
  • Facilite donc le travail des recruteurs en distinguant plus facilement les candidats correspondant au poste
  • Pour les postes à responsabilités, les profils polyvalents ou d’experts, il permet de donner tout de suite l’éventail de vos compétences dans différents domaines ou – au contraire – de mettre l’accent sur vos savoir-faire très spécifiques

Inconvénients :

  • Difficile pour certains candidats d’identifier les compétences-clés pour le poste
  • Demande un esprit de synthèse particulièrement développé pour ne pas écrire des CV de 3 à 5 pages
  • Difficile à structurer : il faut garder un bon équilibre entre les compétences-clés du haut du CV, les rubriques habituelles du CV et la lettre de candidature

Mais le jeu en vaut la chandelle : si vous avez bien préparé votre recherche d’emploi par une bonne analyse de vos compétences, vous disposerez d’un éventail de vos savoir-faire et vous pourrez ainsi sélectionner ceux qui correspondent au mieux au poste recherché.

Petit rappel :

si vous ne savez plus très bien la différence entre qualités et compétences, visitez cette page où je fais la distinction.

Vous avez aimé cet article ?  Inscrivez-vous à ma newsletter et ne ratez plus aucun article ou événément !

Catégories
CV Mind Mapping Modèles Outils Recherche d'emploi

Modèle de CV-Mindmap : CV de débutant

Vous sortez de l’école et vous avez envie de décrocher votre premier emploi ?  Ou vous avez effectué quelques stages ou des contrats de courte durée ?  Et vous sentez que votre CV est un peu vide ?

Notre modèle de CV-Mindmap pour débutant va vous aider !

Après le modèle pour personne avec quelques années d’expérience que j’ai publié mercredi dernier, je vous propose un nouveau « template » destiné aux jeunes qui sortent de l’école ou qui ont presté uniquement des contrats de courte durée.

(Cliquez sur la carte pour l’agrandir).

Modèle de cv-mindmap pour employé débutant

Des objectifs professionnels pour compenser le manque d’expérience

Comme vous n’avez pas encore beaucoup – voire pas du tout – d’expérience, il vaut mieux miser sur l’avenir que sur le passé.  Donnez ici votre vision de carrière : je souhaite m’épanouir dans…  Je désire faire carrière dans…  Mes qualités et mes compétences font de moi un leader né et je souhaite…

Précisez si vous êtes plutôt leader et autonome ou plutôt sociable et apte à travailler en équipe, etc.

Détaillez ensuite quelques objectifs secondaires dans les sous-sujets.

Vos atouts : vos qualités et les compétences acquises hors de l’emploi

Comme vous n’avez pas encore beaucoup d’expérience, vous éprouvez sans doute des difficultés à énoncer vos compétences.  Pourtant, vous en avez, acquises non pas au travail, mais lors de vos études et d’activités extra-scolaires (sport, activité artistiques, etc.) et certaines d’entre elles sont transférables dans un emploi.  Si vous avez presté des stages, essayez de vous souvenir des tâches que l’on vous a confiées et des compétences que vous avez dû mobiliser pour les réaliser.

Ajouter aussi vos qualités – personnelles et/ou professionnelles – qui aideront le recruteur à mieux cerner votre personnalité.

Un petit aide-mémoire si vous hésitez entre « qualités » et « compétences » :

Qualités versus compétences

Les qualités sont de l’ordre de l’être ; je suis beau, intelligent, ponctuel, rapide, travailleur, courageux.

Lescompétences sont de l’ordre du faire : je sais faire; je sais repeindre un plafond au rouleau, je sais taper un texte en dactylo.

Les qualités sont permanentes : on est beau ou rapide toute sa vie ou en tout cas, longtemps et (presque) en toutes circonstances.

Les compétences sont circonstancielles :  je peux repeindre un plafond au rouleau avec une échelle, 5m carrés à l’heure ; je peux taper une lettre commerciale avec Word 2003 en 5 minutes…  Et avec Word 2007 ?  Non, je n’ai pas appris ce programme. Les circonstances ont changé et donc mes compétences ne sont plus à jour.

Mentionnez vos réalisations exceptionnelles

On peut n’avoir jamais travaillé en tant que salarié et avoir malgré tout réalisé quelque chose d’exceptionnel.  Je vous cite deux cas.

Le premier est celui d’un jeune homme en dernière année d’études d’interprétariat.  Appelons-le Marc (ce n’est pas son vrai prénom, il ne souhaite pas de publicité, mais cette histoire est réelle)  Marc a participé pendant trois jours, en tant que bénévole à un événement sportif rassemblant 300 jeunes de 10 pays différents.  Pendant trois jours, il a exercé son futur métier d’interprète, gratuitement, à la fois pour rendre service et pratiquer sa discipline dans un environnement réel.

Marc a relaté ce fait dans son CV.  Et a postulé – entre autres – pour un poste d’interprète dans une agence qui dépend de l’ONU à Washington.  Et il a été engagé.  Le responsable des ressources humaines de l’agence lui a dit que ce qui avait fait la différence –  à compétences égales – avec d’autres candidats, c’était ce bénévolat de trois jours qui démontrait que Marc était prêt à s’investir pleinement dans une action à laquelle il croit – trait de personnalité évidemment très important dans un environnement tel que celui de l’ONU…

Le deuxième cas est celui d’Ahmet Ozturk, un stagiaire qui a participé à une formation en recherche d’emploi que j’ai animée à Liège en 2009.  Lors de ses études de soudeur, il avait contribué à la conception et à la fabrication d’une voiture de formule 1 que vous pouvez admirer ici.  Il ne faut pas donc nécessairement être un grand intellectuel ou un aventurier de l’espace pour ajouter quelque chose de personnel et qui sort de l’ordinaire sur votre CV.

Encore une fois, tout ce qui peut renforcer votre image positive auprès d’un employeur potentiel est le bienvenu !  Et donc, DOIT figurer sur votre CV !

Faut-il envoyer une mindmap ou un cv classique ?

J’avais déjà répondu à cette question ailleurs : faut-il envoyer mon CV sous forme de Mindmap ?  Mais je vais toute de même  vous répéter mon habituelle réponse de Normand : tout dépend !

De quoi ?  De l’entreprise à laquelle vous postulez, de l’emploi que vous visez, de l’ouverture d’esprit du recruteur !

Cela fait beaucoup de choses.  Oui.  Mais j’ai insisté lourdement là-dessus ailleurs : ne postulez jamais dans une entreprise que vous ne connaissez pas !  Ou plutôt : avant de postuler, connaissez l’entreprise sur le bout des doigts.

Voudriez-vous épouser une jeune fille (un jeune homme) dont vous ne savez rien ?  Alors pourquoi vous lier pendant des années avec une entreprise dont vous ne savez rien ?

D’autre part, si vous connaissez l’entreprise, vous marquerez des points : vous pourrez dire ce que vous apporterez à l’entreprise si elle vous engage.  Ce que la plupart des candidats sont incapables de faire.  Voyez à ce sujet mon article L’Entretien d’embauche :  La question qui fait la différence !

Connaissez la culture de l’entreprise que vous visez avant de l’aborder : allez sur Internet, explorer le site de l’entreprise, sa page Facebook, son compte Twitter, son profil sur Linked’In et Viadéo, voyez ce que la presse régionale en dit…  Servez-vous de Google.  Si elle n’est pas très loin de chez vous, allez voir sur place à quoi elle ressemble.  Et surtout à quoi ressemblent les employés qui y travaillent : sont-ils détendus ?  En costume-cravate ou en jeans ?  Majoritairement des hommes ou des femmes ?

Téléphonez à l’entreprise pour avoir des infos de première main.  Vous saurez alors si vous devez envoyer un CV très classique, noir et blanc, en Time New Roman ou au contraire une mindmap toute en couleurs.  Vous saurez aussi quel format choisir : PDF, Word, OpenOffice ?  Sans risque de rater votre cible.  Ou en tout cas, en diminuant sérieusement ce risque !

Format du modèle de CV pour employé débutant : XMind

Ce template est livré au format Modèle XMind, avec l’extension .xmt

Lorsque vous désirez l’utiliser, allez dans « Fichier« , « Nouveau« , « Nouvelle Map à partir du modèle » ou cliquez sur CTRL+ALT+N si vous aimez les raccourcis clavier.

Cela vous permettra de réaliser autant de CV que vous le souhaitez à partir de ce modèle !

Nous prévoyons de publier ce modèle – et d’autres – dans d’autres format, très bientôt.

Comment commander votre modèle de CV pour débutant ?

C’est simple :  il vous suffit de cliquez sur le bouton Paypal et de régler votre commande.  Le modèle – utilisable sans limite de temps ni de nombre de CV – est disponible pour 5,99 euros.

Dès réception de votre paiement, nous vous enverrons votre modèle ainsi qu’une reproduction au format PDF pour que vous puissiez le visualiser sur papier.  Nous vous offrons aussi une copie PDF de la carte  Compétences et Qualités ».

Vous avez aimé cet article ?  Inscrivez-vous à ma newsletter et ne ratez plus aucun article ou événément !

Je commande mon Modèle de CV Mindmap pour débutant

Vous avez aimé cet article ?  Inscrivez-vous à 

Catégories
CV Outils Recherche d'emploi Stratégie

Faut-il envoyer son CV sous forme de Mindmap ?

Il ya quelques mois, j’avais rédigé un billet intitulé « Construisez un CV gagnant avec le Mindmapping ! »

L’objectif de ce billet n’était pas de rédiger un CV sous la forme d’une mindmap (ou carte heuristique), mais bien de donner quelques conseils sur « comment structurer un CV en utilisant le Mindmapping... »

Ajourd’hui, je voudrais répondre à une autre question qui m’est souvent posée :

– « Faut-il envoyer son CV sous forme de mindmap ? »

Normalement, vous connaissez la réponse mieux que moi !

Quoi ?  Je connais la réponse ?

Si vous êtes un habitué de ce blog, vous savez que pour moi :

  1. Le CV est un outil de communication qui fait partie d’une stratégie de recherche d’emploi
  2. Il est le résultat d’un travail préalable de connaissance de soi et du marché du travail
  3. Il est ciblé sur une fonction précise dans une entreprise particulière
  4. Pour être efficace dans la rédaction de votre CV, vous devez connaître l’entreprise à laquelle vous l’envoyez

Si vous maîtrisez ce dernier point, vous savez si vous avez affaire à une entreprise innovante, plutôt ouverte aux nouveaux outils et aux méthodes inédites.  Ou à une entreprise plutôt traditionnelle, où on s’en tient aux bonnes vieilles méthodes : « on a toujours fait comme ça ! »

Une mindmap pour l’entreprise innovante

Dans le cas d’une entreprise innovante, moderne : je vous dirais, oui, envoyez votre CV sous forme de mindmap en plus de votre CV traditionnel !  Cela apportera une touche supplémentaire qui démontrera que vous êtes en phase avec la tendance novatrice de la maison.

Pourquoi en plus ?

Parce que si vous le faites uniquement sous forme de mindmap, votre CV risque de ne pas convenir à une personne ou plusieurs.  Il risque aussi de ne pas être lu par les logiciels qui trient les CV en première lecture dans la plupart des cabinets de recrutement ou des sites d’emploi…  Ceux-ci effectuent une recherche par mots-clés, et je ne suis pas convaincu que votre CV-mindmap soit lisible par la plupart des logiciels de recrutement du marché (je suis même certain du contraire…).  Dans tous les cas, faites dans la simplicité : que votre carte soit réellement lisible sur une page A4.  Envoyez-la sous format PDF ou Word, toutes les entreprises ne possèdent pas de logiciel de mindmapping.  Et de toute façon, ces logiciels sont tellement nombreux en ce moment, que l’entreprise en question risque bien d’en avoir un qui ne soit pas compatible avec le vôtre.  Utilisez aussi les rubriques classiques, dans un ordre normal.  Le même que votre CV classique : soyez cohérent !

Un CV classique pour une entreprise plus traditionnelle

Dans une entreprise plus classique, plus traditionnaliste : mettez votre passion pour le mindmapping en veilleuse et envoyez un CV classique.  Lorsque vous serez engagé, il sera encore temps de faire la démonstration à vos collègues des vertus de cette méthode qui a maintenant 40 ans (eh oui !) mais que les entreprises francophones ne découvrent qu’aujourd’hui !

Dans tous les cas : n’envoyez jamais un document sous forme de mindmap sans explication à une personne qui ne maîtrise pas le concept.  Joignez un mot d’explication et/ou ajoutez une légence à votre carte.  C’est une bonne habitude, de toute façon, de légender vos cartes.

Et pour ceux qui seraient en manque d’inspiration, voici un petit exemple de  :

CV sous forme de mindmap

Cliquez sur la carte pour l’agrandir :

Votre CV-Mindmap

Envie d’essayer ?

Nous avons développé pour vous deux modèles de CV sous forme de mindmap :

un modèle de CV pour employé expérimenté, disposant de quelques années d’expérience.
– un modèle de CV pour employé débutant qui ne dispose pas de beaucoup d’expérience.

Besoin d’un coup de pouce ?  Visitez notre page Coaching emploi !

Vous avez aimé cet article ?  Inscrivez-vous à ma newsletter et ne ratez plus aucun article ou événément !

50.9686775.824968
Catégories
Ateliers E-learning formation Internet Logiciels Outils Projets

E-learning : pourquoi nous avons choisi Moodle et Moostic !

Apprendre à distance, est-ce forcément être seul devant son écran ?  Sans assistance ?  Sans conseil ?  Sans possibilité d’échanger avec d’autres participants ?  Sans rien connaître du formateur ou professeur ?

Non, ceci est un modèle dépassé.  Mais ce n’est pas une fatalité.

La preuve ? Moodle et Moostic !

Nous avons choisi la plateforme Moodle pour ce type de raisons.  Parce que nous ne voulions pas reproduire un modèle scolaire du type : « le professeur sait tout et il va vous dispenser son savoir.  Et vous allez l’avaler sans broncher ».

Phénomène agravé si l’on est seul derrière son clavier à se débattre face à de telles méthodes qui ne devraient même plus avoir droit de cité dans les écoles.

Dans la plupart de nos ateliers de formation, nous pratiquons l’enseignement mixte, le blended learning : c’est-à-dire que nous dispensons une partie en présentiel et le reste en ligne.

Afin de répondre aux principes de notre Charte pédagogique, nous avions besoin d’un outil qui permette une pédagogie ouverte, participative, basée sur les échanges et la formation entre les pairs.

Nous avons trouvé tout cela chez Moodle.  (Cliquez sur la carte pour la voir en taille réelle dans notre espace XMind).

Moodle et Moostic

Moodle, est la contraction de Modular Object-Oriented Dynamic Learning Environment (environnement d’apprentissage dynamique et modulaire, orienté objet).  C’est une plateforme d’apprentissage en ligne de philosophie constructiviste qui a été conçue par Martin Dougiamas, un formateur et informaticien australien.

Qu’entend-t-on par constructiviste ?

D’après l’article WikiPedia sur Moodle « le constructivisme postule que la connaissance est construite dans l’esprit de l’apprenant et non retransmise de manière statique via des livres ou des formateurs. La fonction du formateur, du point de vue du constructivisme, est de créer un environnement pédagogique permettant aux apprenants de construire leurs connaissances à partir de leurs expériences et compétences. »

Cela se traduit par des outils qui permettent la collaboration en ligne et l’échange des savoirs.  Par exemple, un forum permet à tous les participants de poser une question, de formuler une proposition, partager une expérience… avec tous les autres participants et avec le formateur quand il le désire.  Un candidat entrepreneur peut parler de ses difficultés, faire partager ses expériences ou proposer des solutions à un autre participant à la formation Je crée mon entreprise…

Le formateur peut également organiser un chat de manière régulière.   Tous les participants peuvent donc lui adresser leurs questions, leurs remarques, etc. et intervenir en temps réel avec les autres apprenants.

Espace de travail Moodle

Dans nos formations, nous organisons un chat par semaine, de façon à ne pas perdre le contact avec les participants.

Un système d’email permet d’échanger de manière individuelle avec tous les participants d’une formation ou avec le formateur.

La plateforme est accessible 24 heures sur 24, quand vous le souhaitez.  Vous vous connectez quand vous le désirez et travaillez à votre rythme.

Vous lisez les manuels, effectuez les exercices.  Certains d’entre eux (comme les questionnaires à choix multiples) sont auto-corrigés (le système vous donne immédiatement vos résultats) d’autres sont déposés pour le formateur à une date indiquée.

Les exercices remis sont toujours commentés par le formateur pour vous permettre d’avancer efficacement dans l’acquisition des nouvelles notions.

Nous ajoutons aussi des ressources à chacun de nos cours :

  • bibliographies : des livres accessibles sur le sujet
  • modèles gratuits (mindmaps, questionnaires pour votre projet d’entreprise, etc.)
  • vidéos, fichiers MP3, etc.
  • liens vers des sites Internet de référence
  • Etc.

qui vous permettent d‘aller plus loin dans votre progression personnelle, si vous le désirez.

Moodle peut également vous permettre de créer un espace de travail dans votre entreprise pour le travail à distance.

Nous l’utilisons aussi lors de cours en apprentissage mixte (Blended learning)  pour des entreprises ou institutions qui souhaitent bénéficier des avantages combinés de l’apprentissage en présentiel et en ligne : gain de temps, d’argent, contact avec le formateur, rythme personnel respecté, renforcement des acquis par l’autoformation…

Et Moostic ?

Moostic est une société suisse qui héberge votre plateforme moyennant un abonnement modique.  Nous l’avons choisie pour sa facilité d’utilisation, pour sa dimension multilingue : votre formation en français sera vraiment en français sans avoir la mauvaise surprise de tomber sur des exercices en anglais ou de la documentation en coréen…

Logo Moostic

Nous pouvons donc nous concentrer totalement sur les dimensions pédagogiques de nos formations et confier la tuyauterie (le hardware) à notre hébergeur préféré…

Bon amusement et surtout, bonne progression dans vos formations avec nous !

Catégories
Chomage CV

Vous n’avez pas de diplôme ? Mais du savoir-faire ? Faites valider vos compétences !

Vous n’avez pas terminé vos études ?  Ou vous avez appris le carrelage sur le tas ?  Vous avez pratiqué la coiffure en noir ?

Mais vous n’avez pas de diplôme ?

Comment mettre tout ça sur un CV ?  Comment faire reconnaître ces compétences que vous avez apprise ailleurs qu’à l’école ?

Une bonne nouvelle : la validation des compétences !


En Belgique, depuis quelques années, il est possible de faire reconnaître des compétences que vous avez acquises autrement qu’à l’école.  Ou que vous n’avez pas eu l’occasion de faire vérifier par un examen ou un diplôme.  Pour la France, vous trouverez plus d’infos ici.

Pour quels métiers ?

Pratiquement, il existe un nombre croissant de métiers pour lesquels vous pouvez obtenir une reconnaissance officielle :

  • mécanicien automobile
  • employé des services commerciaux
  • aide-comptable
  • carreleur, coffreur, maçon, peintre en bâtiment
  • peintre industriel
  • électricien
  • technicien de scène de théâtre,
  • etc.

Vous trouverez la liste des métiers – mise à jour régulièrement – ici.

Comment ça se passe ?

C’est très simple : vous identifiez sur le site le métier qui correspond au vôtre.

Vous prenez contact avec un centre agréé – dont vous trouverez la liste sur cette page web.

Le responsable du stage vous fait remplir un formulaire, vous inscrit.  Lorsque la date de l’épreuve est fixée, vous vous rendez au centre et vous montrez ce que vous savez faire.  Par exemple, pour un maçon, on vous demande de monter un mur.  Pour un électricien, on vous fera faire un montage électrique.  Pas de théorie ou de blabla, ici : que de la pratique, du vrai, du concret !

Un jury, composé de professionnels et de formateurs du secteur, décide si vous avez réussi ou non.

Si vous avez réussi, on vous délivre un Titre de compétence : un document officiel qui confirme que vous maîtrisez votre métier.

Combien ça coûte ?

Rien !   Nada !   Shnoll !    C’est entièrement gratuit ! C’est pris en charge par le gouvernement.

Qu’est-ce que ça vaut ?

Un Titre de compétence n’est pas un diplôme, mais un document officiel qui certifie que vous êtes capable d’exercer un métier.

C’est ce qui intéresse vraiment une entreprise : savoir si, au moment où elle vous engage, vous êtes capable ou non de pratiquer ce qu’on vous demande.  En un mot, si vous êtes rentable !

Et le Titre de compétence est un titre officiel reconnu par la Région wallonne, la Communauté française et la Région de Bruxelles-Capitale.  Il est aussi reconnu par le Forem,  Bruxelles Formation, l’Enseignement de Promotion Sociale, l’IFAPME et le SFPME.

La validation des compétences vous fait gagner du temps : vous n’avez pas besoin de (re-)suivre une formation pour avoir un diplôme – vous passez directement l’épreuve et vous savez tout de suite si vous avez réussi ou non.

C’est confidentiel : l’inscription et les résultats vous sont communiqués  à vous et à personne d’autre.  Si vous réussissez ou si vous ratez, personne n’en saura rien, sauf si vous avez envie de fêter ça avec vos amis ou votre famille, bien entendu !

C’est tout le mal que je vous souhaite !

Catégories
Recherche d'emploi

Formation à la recherche d’emploi gratuite à Verviers

Vous êtes à la recherche d’un emploi ?  Vous habitez Verviers ou sa région ?

Alors cette formation est faite pour vous !

J’animerai pour la Sodie une formation en recherche d’emploi avec coaching individuel du 4 octobre au 12 décembre 2010.

Je vous donne rendez-vous les 9 ou 24 septembre à 10  heures à l’asbl EPI, rue de Franchimont, 5 à 4800 VERVIERS pour vous en dire plus sur ce que nous allons faire ensemble.

En voici déjà un aperçu (cliquez sur le lien pour voir le genre de choses que l’on fait en atelier)

Ateliers en groupe :

  • Accueil et dynamique de groupe
  • Bilan de compétences
  • Mon projet professionnel
  • Ma lettre de motivation
  • Mon CV
  • Organiser ma recherche
  • Gérer mon stress et mes émotions
  • Chercher un job sur Internet
  • Trouver un stage
  • Comprendre mon contrat de travail
  • Mes entretiens d’embauche : préparation et entrainement
  • M’intégrer dans ma nouvelle entreprise
  • Etc.

Stage :

  • 152 heures sur 4 semaines
  • Dans l’entreprise de mon choix
  • En cohérence avec mon projet professionnel

Coaching individuel

  • Séances de coaching individuel avec un coach professionnel
  • Entretien sur mes besoins spécifiques
  • Conseils personnalisés tout au long de ma recherche d’emploi

Convention avec le Forem

  • Inscription et participation gratuite
  • Indemnité de formation d’un euro de  l’heure
  • Indemnité de déplacement
  • Intervention dans les frais de garderie ou de crèche

Inscriptions et information :

SODIE

04/220.02.90

mailto : info@sodie.be

www.sodie.be