Catégories
podcast

Chaque enfant atypique est unique – Razane Rakha

Pour les quatrième et cinquième épisodes de notre Podcast, j’accueille Razane Rakha, orthopédagogue. Elle nous explique ses méthodes pour accompagner un enfant atypique ou un jeune adulte souffrant de troubles comportementaux ou de l’apprentissage.

Attention : cet entretien long fait l’objet de 2 épisodes :

Episode 4 – l’enfant atypique et son accompagnement

Cet épisode a été diffusé le 18 février 2020.

Razane Rakah, orthopédagogue, nous explique comment détecter et accompagner un enfant atypique présentant des troubles du langage et de l’apprentissage, du type dyslexie, dyspraxie ou encore TDA/H (trouble du déficit de l’attention avec ou sans hyper-activité).

Comment repérer et accompagner un enfant atyique ?

Episode 5 – Représentation du trouble de l’enfant atypique

L’orthopédagogue Razane Rakha nous revient dans ce deuxième épisode de son entretien. Elle nous explique comment elle représente visuellement le trouble de l’enfant atypique en utilisant un logiciel de représentation de molécules chimiques. Cet épisode a été diffusé le 25 février 2020.

Un système de molécule pour représenter le trouble de chaque enfant atypique
Razane Rakha – Orthopédagogue

Razane Rakha est orthopédagogue : elle nous explique son métier, sa méthode pour accompagner les familles d’enfants souffrant de troubles comportementaux ou d’apprentissage. Cela va du TDA/H à l’autisme en passant par toute la galaxie des « Dys » :

  • dyslexie
  • dyspraxie
  • dysphasie
  • dysgraphie
  • dyscalculie
  • dysgraphie
  • etc.

Conjuguer l’intuition du terrain et la rigueur de la recherche

Razane est libano-canadienne mais exerce à Genève en Suisse. Sa grande force est de conjuguer l’intuition de la femme de terrain avec la rigueur de la chercheuse.  

L’intuition du terrain et la rigueur de la recherche

Son insatiable curiosité et sa passion pour l’équilibre des familles lui font rechercher sans cesse de nouvelles solutions.C’est cette recherche insatiable alliée à une pratique très respectueuse de l’enfant et de son environnement familial et scolaire qu’elle nous explique dans cet épisode.

Un triangle d’or dont l’enfant est le sommet

Razane travaille avec une méthode systémique.

Celle-ci lui permet d’inclure tous les membres de la famille et d’y associer l’école – les enseignants ou la direction, selon les cas.

L’enfant au centre de la démarche

Elle préconise aussi des outils, qui peuvent être des outils numériques – logiciels adaptés, tablettes, ordinateurs portables – mais aussi des adaptations matérielles comme l’usage de polices de caractères spécifiques, d’une tablette inclinée, etc.

Elle est particulièrement attentive à ne pas gréver inutilement le budget des parents.

L’impact des troubles sur la vie de couple et sur la famille

Elle nous détaille aussi l’impact que ces troubles peuvent avoir sur la vie de couple des parents et sur la fratrie.

Les parents d’enfants souffrant de troubles comportementaux ou d’apprentissage sont constamment sous pression. Cela peut avoir un impact catastrophique sur la relation de couple.

Travailler avec toute la famille

La fratrie est souvent l’acteur silencieux, invisible, du « Triangle d’or » : alors que les parents sur-investissent du temps et de l’énergie sur l’enfant souffrant, les frères et soeurs peuvent se sentir délaissés, voire méprisés.

C’est une souffrance qui doit pouvoir s’exprimer. Par le jeu, par un travail d’observation et de dialogue, Razane donne à la fratrie un rôle actif dans l’accompagnement de l’enfant en souffrance.

Comme elle le dit dans cet épisode, la famille devient une « team » dont la force est bien plus efficace que celle d’un individu isolé.

Retrouvez Razane Rakha sur son site Web Pass-Port ou sur son profil LinkedIn.

Où écouter le podcast avec Razane Rakha sur les Enfants atypiques ?

Vous pouvez écouter (et vous abonner à) notre podcast sur ces plateformes :

Ne manquez aucun épisode !

Abonnez-vous à notre podcast sur l’une de ces plateformes :

Prochain épisode : Jérôme Bianchi pour Identidys

Le prochain épisode du Podcast accueillera Jérôme Bianchi, neuropsychologue, qui nous expliquera en quoi consiste le projet Identidys et comment il peut aider les parents d’enfants Dys à dépister les troubles de leur enfant.

Et surtout, que faire après le dépistage, quelles démarches entreprendre, etc.

Rendez-vous le 10 mars à 7 heures du matin pour ce nouvel épisode.

Catégories
Apprendre à apprendre

Aider son enfant à mieux apprendre grâce au visuel

Xavier Delengaigne et Vincent Damato signent un nouveau livre sur l’apprentissage et les outils visuels. Un petit livre très utile y compris pour les parents d’enfants dyslexiques ou dyspraxiques.


Couverture du livre de Desengaigne et Damato

Ce n’est pas le premier livre de Xavier Delengaigne dont je rends compte sur ce blog. Je vous avais déjà parlé de Visualisez votre vie en quelques croquis ; d’organiser votre temps avec le mindmapping ou bien encore d’Apprendre à toute vitesse.

Dans ce nouvel ouvrage, Xavier Delengaigne et son complice Vincent Damato explorent des moyens d’aider votre enfant à mieux apprendre grâce aux outils visuels tels que les cartes mentales, le croquinote (ou sketchnoting), etc.

Un ouvrage très complet en 3 parties

D’emblée, je peux vous dire que ce livre est à la fois très complet et très équilibré entre la théorie et la pratique.

Première partie : les outils visuels pour apprendre

Cette première partie aurait pu n’être qu’une liste des outils visuels pour apprendre : il n’en est rien.

Les auteurs passent d’abord en revue le fonctionnement du cerveau lors de l’apprentissage. Ensuite, ils examinent le pouvoir des outils visuels : pourquoi ils fonctionnent si bien pour apprendre.

Ils examinent en détail les cartes mentales manuelles et numériques et aussi le croquinote, ce mélange subtil de texte et d’image qui séduite les enfants aussi bien que les adultes.

Deuxième partie : apprendre autrement

Dans cette deuxième partie de leur ouvrage, les auteurs nous expliquent comment mieux mémoriser grâces aux propriétés unique de la pensée visuelle.

Ils mettent également l’accent sur la concentration comme clé de la mémorisation et donc de l’apprentissage.

Les différentes mémoires

Ils explorent ensuite ce que c’est qu’apprendre et le rôle de l’autonomie et de la métacognition dans l’apprentissage.

Ils terminent ce chapitre en explicitant ce que sont la collaboration et la créativité et ce qu’elles apportent de spécifique aux apprentissages.

Troisième partie : appliquer les outils visuels

Dans cette troisième partie, les auteurs nous montrent comment appliquer les méthodes visuelles – cartes mentales, sketchnoting… – aux différentes matières scolaires :

  • français
  • mathématiques
  • histoire-géo

Conclusion : un livre à mettre entre toutes les mains !

En conclusion : voici un excellent petit livre que je recommande à tous les parents.

Même s’il n’est pas explicitement destiné aux parents d’enfants Dys – dyslexique, dyspraxique ou encore dysphasique ou dyscalculique – une partie du livre est consacrée à ces troubles spécifiques du langage et de l’apprentissage (TSLA).

En outre, les techniques présentées dans cet ouvrage fonctionnent avec la majorité des enfants. En plus de l’exposition des différentes matières, le livre fourmille de concepts pratiques, d’informations utiles, de références incontournables.

Aider son enfant à mieux apprendre grâce au visuel est publié chez Eyrolles, un éditeur de référence.

Catégories
MOOC DYS MOOCs

MOOC Dys : une première édition en 2018 ?

Le MOOC Dys est un projet qui dormait dans mes cartons depuis deux ans.  Un message sur Twitter est venu le réveiller.  Aujourd’hui, le MOOC Dys est un projet européen qui associe divers publics à travers une collaboration internationale.

Le réveil d’un MOOC en sommeil

Il y a un peu plus de deux ans, je lançais l’idée d’un MOOC sur les troubles de type « Dys »: dyslexie, dyspraxie, dysgraphie, etc. Un MOOC, c’est-à-dire une formation en ligne gratuite et ouverte à tous.

Vous étiez d’ailleurs nombreux à avoir répondu à mon sondage avec beaucoup d’intérêt.  Et puis, l’idée a dormi dans les cartons pendant tout ce temps.

Ou plutôt, elle est restée tapie dans un coin de ma mémoire, attendant l’occasion propice, l’événement déclencheur pour se matérialiser.

Cet événement a eu lieu.  Il a pris la forme sympathique d’un message sur Twitter.  Ce message émanait de Bérenger Dupont, spécialiste en projets européens de  l’entreprise  Trajectoire à Mons, en Belgique.  Bérenger me  demandait où en était le projet.

Les Dys aussi veulent participer

Un MOOC soutenu par un projet européen Erasmus+

Au fil de la discussion, nous avons décidé de reprendre le MOOC Dys là où il était et d’en faire un projet européen dans le cadre d’Erasmus +.

Ce projet, nous allons le soumettre au jury d’Erasmus à la fin du mois de mars 2017.  Nous avons déjà trouvé des partenaires, établi une ligne du temps, dégagé des priorités.  Nous aurons la réponse de la Cellule en charge d’Erasmus en septembre 2017.

Et nous comptons lancer la première édition du MOOC en septembre 2018.  Un MOOC multilingue et qui propose plusieurs parcours de formation.

Les Dys aussi ont envie d’apprendre !

Un MOOC porté par toutes les personnes concernées

Mais comme je l’ai annoncé depuis le début, je souhaite que ce projet soit le vôtre.  Celui des :

  • enfants, adolescents et adultes confrontés à ce type de trouble
  • parents qui luttent chaque jour pour aider leurs enfants et leur assurer une intégration satisfaisante à l’école et dans la vie professionnelle
  • enseignants qui rencontrent des élèves en difficulté et qui ne sont pas toujours bien outillés pour répondre aux défis qu’ils posent
  • professionnels de l’éducation ou de l’accompagnement scolaire en recherche d’outils ou de relais pour faire passer les bonnes informations

C’est pourquoi nous prévoyons un MOOC à niveaux multiples : avec un tronc commun mais aussi avec des propositions de parcours différents selon que vous appartenez plutôt à l’un ou l’autre de ces publics.

Les Dys ont aussi besoin d’explorer

Un MOOC interactif et participatif sur les troubles de l’apprentissage

Dès le départ, notre volonté est d’associer au maximum les participants de ce MOOC.  Et ce à deux niveaux :

  •   à l’évolution du projet à travers un Comité des Participants
  • à la co-création des contenus à travers des outils collaboratifs

Un Comité des Participants pour nourrir le projet de MOOC

C’est pourquoi nous allons constituer dans les prochaines semaines un Comité des Participants dans lequel nous inviterons des personnes intéressées par la problématique.  Le rôle de ce Comité des Participants sera de nous donner un feedback sur l’évolution du projet, de le  nourrir par la réflexion, le témoignage, les suggestions de contenus et de médias.

Troubles d’apprentissage scolaire

Une participation de tous pour des apprentissages réels et durables

Outre les parcours différenciés pour les différents types de public, nous voulons metre en place des outils qui permettent aux participants de contribuer à la création de contenus.

Pour cela, nous allons mettre en ligne :

  • des outils collaboratifs pour poster des photos, des vidéos, des témoignages écrits ou sonores
  • des tutoriels pour vous montrer comment faire pour créer et partager vos contributions
  • des fils de discussion pour que vous puissiez échanger sur le projet, vos expériences, votre expertise

Participez au MOOC Dys

Vous voulez :

  • être tenu au courant de l’évolution du projet
  • devenir membre du Comité des Participants
  • contribuer aux contenus du MOOC Dys
  • apprendre de nouvelles choses sur les troubles Dys
  • partager votre expérience et/ou votre expertise

Si ce n’est déjà fait, inscrivez-vous sur notre liste Mooc Dys : c’est gratuit et ça ne prend que quelques minutes.

Vos données sont traitées de manière confidentielle.  Nous ne les cédons ni ne les transmettons à des tiers.  Vous pouvez vous désinscrire à tout moment.