Catégories
Apprendre à apprendre Apprentissage des langues Langues Mind Mapping Modèles Outils Pédagogie

Salutations en néerlandais – modèles gratuits

Comment saluer les personnes que vous rencontrez à Amsterdam ou à Anvers ?  Comment demander de leurs nouvelles ?  Comment répondre si on vous demande comment vous allez ?

Voici trois cartes mentales – mindmaps – qui devraient vous aider…

Il n’y a pas de traduction française ?  Non.  Si vous voulez penser dans la langue, essayez de comprendre de quoi on parle en vous aidant des dessins – smileys et autres.

Si vous cliquez sur la carte, vous accédez à un fichier PDF imprimable et téléchargeable gratuitement.  Si vous cliquez sur le lien Biggerplate, vous accédez à la carte version XMind sur Biggerplate.  N’oubliez pas non plus de visiter notre groupe « Mindmaps francophones » sur le même site.  Vous y trouverez d’autres cartes intéressantes dessinées par d’autres passionés.  Et vous pouvez contribuer à la vie du groupe en postant vos propres cartes.

Envie d’apprendre vite et mieux ?  D’obtenir plus de résultats pour moins d’effort ?  Inscrivez-vous à notre atelier « Triple A : Apprendre A Apprendre« .  Ou demandez plus d’infos sur les possibilités d’e-coaching étudiant !

1. Salutations : Questions

« Comment allez-vous ? »

« Comment va monsieur… ? »

Comment allez-vous ? Comment va monsieur… ?

Cliquez ici pour voir la carte sur Biggerplate.

2. Salutations : réponses

Salutations – réponses

Cliquez ici pour voir la carte sur Biggerplate.

3. Salutations : parties du jour

Bonjour, bonne après-midi, bonsoir, bonne nuit, dormez bien !

Parties du jour

Cliquez ici pour la carte sur Biggerplate !

Vous avez aimé cet article ?  Inscrivez-vous à ma newsletter et ne ratez plus aucun article ou événément !

Catégories
Ateliers E-learning formation Internet Logiciels Outils Projets

E-learning : pourquoi nous avons choisi Moodle et Moostic !

Apprendre à distance, est-ce forcément être seul devant son écran ?  Sans assistance ?  Sans conseil ?  Sans possibilité d’échanger avec d’autres participants ?  Sans rien connaître du formateur ou professeur ?

Non, ceci est un modèle dépassé.  Mais ce n’est pas une fatalité.

La preuve ? Moodle et Moostic !

Nous avons choisi la plateforme Moodle pour ce type de raisons.  Parce que nous ne voulions pas reproduire un modèle scolaire du type : « le professeur sait tout et il va vous dispenser son savoir.  Et vous allez l’avaler sans broncher ».

Phénomène agravé si l’on est seul derrière son clavier à se débattre face à de telles méthodes qui ne devraient même plus avoir droit de cité dans les écoles.

Dans la plupart de nos ateliers de formation, nous pratiquons l’enseignement mixte, le blended learning : c’est-à-dire que nous dispensons une partie en présentiel et le reste en ligne.

Afin de répondre aux principes de notre Charte pédagogique, nous avions besoin d’un outil qui permette une pédagogie ouverte, participative, basée sur les échanges et la formation entre les pairs.

Nous avons trouvé tout cela chez Moodle.  (Cliquez sur la carte pour la voir en taille réelle dans notre espace XMind).

Moodle et Moostic

Moodle, est la contraction de Modular Object-Oriented Dynamic Learning Environment (environnement d’apprentissage dynamique et modulaire, orienté objet).  C’est une plateforme d’apprentissage en ligne de philosophie constructiviste qui a été conçue par Martin Dougiamas, un formateur et informaticien australien.

Qu’entend-t-on par constructiviste ?

D’après l’article WikiPedia sur Moodle « le constructivisme postule que la connaissance est construite dans l’esprit de l’apprenant et non retransmise de manière statique via des livres ou des formateurs. La fonction du formateur, du point de vue du constructivisme, est de créer un environnement pédagogique permettant aux apprenants de construire leurs connaissances à partir de leurs expériences et compétences. »

Cela se traduit par des outils qui permettent la collaboration en ligne et l’échange des savoirs.  Par exemple, un forum permet à tous les participants de poser une question, de formuler une proposition, partager une expérience… avec tous les autres participants et avec le formateur quand il le désire.  Un candidat entrepreneur peut parler de ses difficultés, faire partager ses expériences ou proposer des solutions à un autre participant à la formation Je crée mon entreprise…

Le formateur peut également organiser un chat de manière régulière.   Tous les participants peuvent donc lui adresser leurs questions, leurs remarques, etc. et intervenir en temps réel avec les autres apprenants.

Espace de travail Moodle

Dans nos formations, nous organisons un chat par semaine, de façon à ne pas perdre le contact avec les participants.

Un système d’email permet d’échanger de manière individuelle avec tous les participants d’une formation ou avec le formateur.

La plateforme est accessible 24 heures sur 24, quand vous le souhaitez.  Vous vous connectez quand vous le désirez et travaillez à votre rythme.

Vous lisez les manuels, effectuez les exercices.  Certains d’entre eux (comme les questionnaires à choix multiples) sont auto-corrigés (le système vous donne immédiatement vos résultats) d’autres sont déposés pour le formateur à une date indiquée.

Les exercices remis sont toujours commentés par le formateur pour vous permettre d’avancer efficacement dans l’acquisition des nouvelles notions.

Nous ajoutons aussi des ressources à chacun de nos cours :

  • bibliographies : des livres accessibles sur le sujet
  • modèles gratuits (mindmaps, questionnaires pour votre projet d’entreprise, etc.)
  • vidéos, fichiers MP3, etc.
  • liens vers des sites Internet de référence
  • Etc.

qui vous permettent d‘aller plus loin dans votre progression personnelle, si vous le désirez.

Moodle peut également vous permettre de créer un espace de travail dans votre entreprise pour le travail à distance.

Nous l’utilisons aussi lors de cours en apprentissage mixte (Blended learning)  pour des entreprises ou institutions qui souhaitent bénéficier des avantages combinés de l’apprentissage en présentiel et en ligne : gain de temps, d’argent, contact avec le formateur, rythme personnel respecté, renforcement des acquis par l’autoformation…

Et Moostic ?

Moostic est une société suisse qui héberge votre plateforme moyennant un abonnement modique.  Nous l’avons choisie pour sa facilité d’utilisation, pour sa dimension multilingue : votre formation en français sera vraiment en français sans avoir la mauvaise surprise de tomber sur des exercices en anglais ou de la documentation en coréen…

Logo Moostic

Nous pouvons donc nous concentrer totalement sur les dimensions pédagogiques de nos formations et confier la tuyauterie (le hardware) à notre hébergeur préféré…

Bon amusement et surtout, bonne progression dans vos formations avec nous !

Catégories
Apprendre à apprendre Pédagogie

Combien de sens avons-nous ?

Dans un article récent, je vous parlais de l’importance des canaux sensoriels dans l’efficacité de vos apprentissages : savoir si vous êtes plutôt visuel ou auditif, si vous êtes au contraire kinesthésique et que donc vous avez besoin de beaucoup bouger, etc.  La connaissance de vos sens dominants vous permet d’adopter des statégies d’apprentissage adaptées à votre physionomie.  Vous êtes unique.

Mais, puisque nous parlons de sens : combien en avons-nous ?

Nous avons 10 sens et non pas 5 sens !

Tout comme moi, vous pensiez sûrement – c’est ce qu’on m’a appris à l’école – que nous avons 5 sens. Et bien, vous avez tout faux ! Selon les physiologistes, nous n’avons pas 5 mais bien 10 sens. Découvrez-les ici, sur cette mind map (cliquez sur l’image pour l’agrandir) :

Au cinq sens traditionnels, les physiologistes en ont ajouté 5 : le sens de l’équilibre, la perception de la température (interne et externe), la conscience de la douleur, la sensation de faim ou de satiété et, enfin, la proprioception, cette faculté de savoir plus ou moins consciemment dans quelle position se trouve chaque partie de votre corps.

Mais ce n’est pas tout !

Non contents d’avoir ajouté 5 nouveaux sens à notre panoplie, les physiologistes apportent aussi des modifications aux sens les plus connus (ou supposés tels).  En effet, pendant des années, j’ai lu et entendu (visuel et auditif 🙂 ) qu’il y avait 4 saveurs fondamentales :

  • Le sucré
  • Le salé
  • L’amer
  • L’acide

 Eh bien, ici aussi, on connaît une véritable révolution puisqu’on reconnaît 3 saveurs fondamentales de plus :

  • le piquant : les oignons, les piments, le gingembre, etc.
  • le calcium : le chou, le pavot, etc.
  • l’umami (mot japonais signifiant savoureux, délicieux) : le fromage, les champignons, certains thés et les bouillons de viande…

Mais examinons un peu les nouveaux-venus et leur influence possible sur vos facultés d’apprentissage.

L’équilibroception et la proprioception : ces deux sens (ou perceptions) sont assez proches l’un de l’autre.

L’équilibroception ou sens de l’équilibre

L’équilibre dépend du bon fonctionnement de petits os et de fluides situés dans  l’oreille interne.   Il nous dit à tout moment si nous sommes en équilibre, c’est-à-dire stables ou sur le point de tomber ou – c’est plus grave – en train de tomber…   L’équilibre peut être perturbé par la maladie, un traumatisme après un accident, par l’emploi de drogues, de médicaments ou d’alcool.

La proprioception ou la perception de la position de votre corps

La proprioception est la perception, la plupart du temps non-consciente, de la position du corps et de toutes ses parties.  Si on vous bande les yeux et qu’on vous tient le bras droit en l’air sans rien vous dire, il y a de fortes chances pour que vous puissiez dire où se trouve votre bras et s’il est plié ou tendu.   Cela parait anodin, ce ne l’est pas du tout.  Dans son livre L’Homme qui prenait sa femme pour un chapeau, Oliver Sacks raconte les problèmes de personnes qui ont perdu ce sens suite à  une lésion cérébrale : elles ne peuvent plus tenir debout sans y penser ! C’est un véritable calvaire, car dès qu’elles arrêtent d’y penser, elles s’écroulent, comme des poupées de chiffon.  Notre corps ne tient pas debout par miracle : c’est notre cerveau qui, par le biais de ce sens étrange, nous maintient dans la position voulue sans effort conscient de notre part…

Pour les personnes kinesthésiques, ces deux sens sont extrêmement importants, y compris dans l’apprentissage.  Car comme le dit si bien Ken robinson (dans son livre The Element et dans sa conférence sur TED), elles ont besoin de bouger pour penser !  C’est ce que Howard Gardner appelle l’intelligence corporelle ou kinesthésique, si importante chez les danseurs, les acrobates, les couvreurs et tous les métiers qui exigent de l’équilibre ou de la maîtrise musculaire.  Malheureusement, ces enfants sont parfois pris pour des enfants hyperkynétiques et sont donc traités à l’aide de médicaments comme la célèbre rilatine, alors qu’ils éprouvent simplement le besoin de bouger pour penser…

La satiété ou la perception de la faim

 La perception de la faim ou de la satiété est évidemment cruciale pour la survie de l’individu : sans cela, nous mourrions de faim sans même nous en apercevoir.  En réalité, la sensation de faim est la traduction dans notre cerveau, de la baisse du taux de glycogène dans le foie.  Certaines cellules de l’hypothalamus réagissent alors en libérant des récepteurs dans le foie (plus sur cette page de Wikipedia).  Tous les formateurs expérimentés connaissent les effets de la faim et de la satiété sur l’apprentissage.  Si vous allez au cours ou à une formation sans avoir déjeuné (petit-déjeuner, en France), vers 11 heures, votre taux de glycogène est au plus bas et tous les instituteurs repèrent aisément les élèves dont l’attention se dissipe, qui semblent ailleurs, voire légèrement comateux…  Par contre, après un  bon dîner (déjeuner, en France), le syndrôme d’endormissement après diner frappe massivement et tous les formateurs savent que ce n’est pas le moment idéal pour les apport théoriques…

Cliquez ici pour lire la suite !