Catégories
MOOC DYS MOOCs

MOOC Dys : une première édition en 2018 ?

Le MOOC Dys est un projet qui dormait dans mes cartons depuis deux ans.  Un message sur Twitter est venu le réveiller.  Aujourd’hui, le MOOC Dys est un projet européen qui associe divers publics à travers une collaboration internationale.

Le réveil d’un MOOC en sommeil

Il y a un peu plus de deux ans, je lançais l’idée d’un MOOC sur les troubles de type « Dys »: dyslexie, dyspraxie, dysgraphie, etc. Un MOOC, c’est-à-dire une formation en ligne gratuite et ouverte à tous.

Vous étiez d’ailleurs nombreux à avoir répondu à mon sondage avec beaucoup d’intérêt.  Et puis, l’idée a dormi dans les cartons pendant tout ce temps.

Ou plutôt, elle est restée tapie dans un coin de ma mémoire, attendant l’occasion propice, l’événement déclencheur pour se matérialiser.

Cet événement a eu lieu.  Il a pris la forme sympathique d’un message sur Twitter.  Ce message émanait de Bérenger Dupont, spécialiste en projets européens de  l’entreprise  Trajectoire à Mons, en Belgique.  Bérenger me  demandait où en était le projet.

Les Dys aussi veulent participer

Un MOOC soutenu par un projet européen Erasmus+

Au fil de la discussion, nous avons décidé de reprendre le MOOC Dys là où il était et d’en faire un projet européen dans le cadre d’Erasmus +.

Ce projet, nous allons le soumettre au jury d’Erasmus à la fin du mois de mars 2017.  Nous avons déjà trouvé des partenaires, établi une ligne du temps, dégagé des priorités.  Nous aurons la réponse de la Cellule en charge d’Erasmus en septembre 2017.

Et nous comptons lancer la première édition du MOOC en septembre 2018.  Un MOOC multilingue et qui propose plusieurs parcours de formation.

Les Dys aussi ont envie d’apprendre !

Un MOOC porté par toutes les personnes concernées

Mais comme je l’ai annoncé depuis le début, je souhaite que ce projet soit le vôtre.  Celui des :

  • enfants, adolescents et adultes confrontés à ce type de trouble
  • parents qui luttent chaque jour pour aider leurs enfants et leur assurer une intégration satisfaisante à l’école et dans la vie professionnelle
  • enseignants qui rencontrent des élèves en difficulté et qui ne sont pas toujours bien outillés pour répondre aux défis qu’ils posent
  • professionnels de l’éducation ou de l’accompagnement scolaire en recherche d’outils ou de relais pour faire passer les bonnes informations

C’est pourquoi nous prévoyons un MOOC à niveaux multiples : avec un tronc commun mais aussi avec des propositions de parcours différents selon que vous appartenez plutôt à l’un ou l’autre de ces publics.

Les Dys ont aussi besoin d’explorer

Un MOOC interactif et participatif sur les troubles de l’apprentissage

Dès le départ, notre volonté est d’associer au maximum les participants de ce MOOC.  Et ce à deux niveaux :

  •   à l’évolution du projet à travers un Comité des Participants
  • à la co-création des contenus à travers des outils collaboratifs

Un Comité des Participants pour nourrir le projet de MOOC

C’est pourquoi nous allons constituer dans les prochaines semaines un Comité des Participants dans lequel nous inviterons des personnes intéressées par la problématique.  Le rôle de ce Comité des Participants sera de nous donner un feedback sur l’évolution du projet, de le  nourrir par la réflexion, le témoignage, les suggestions de contenus et de médias.

Troubles d’apprentissage scolaire

Une participation de tous pour des apprentissages réels et durables

Outre les parcours différenciés pour les différents types de public, nous voulons metre en place des outils qui permettent aux participants de contribuer à la création de contenus.

Pour cela, nous allons mettre en ligne :

  • des outils collaboratifs pour poster des photos, des vidéos, des témoignages écrits ou sonores
  • des tutoriels pour vous montrer comment faire pour créer et partager vos contributions
  • des fils de discussion pour que vous puissiez échanger sur le projet, vos expériences, votre expertise

Participez au MOOC Dys

Vous voulez :

  • être tenu au courant de l’évolution du projet
  • devenir membre du Comité des Participants
  • contribuer aux contenus du MOOC Dys
  • apprendre de nouvelles choses sur les troubles Dys
  • partager votre expérience et/ou votre expertise

Si ce n’est déjà fait, inscrivez-vous sur notre liste Mooc Dys : c’est gratuit et ça ne prend que quelques minutes.

Vos données sont traitées de manière confidentielle.  Nous ne les cédons ni ne les transmettons à des tiers.  Vous pouvez vous désinscrire à tout moment.

Catégories
formation en ligne

Spoc en Stock: des parcours de formation en ligne collaboratifs

Nous venons de lancer Spoc en Stock : derrière ce nom un peu étrange se profilent des SPOC, des parcours de formation en ligne, interactifs et collaboratifs.  Je vous décris ce projet en détail dans l’article qui suit.

Certains d’entre vous l’ont déjà visité : nous l’avons mis en ligne il y a environ deux semaine.  Il s’appelle Spoc en Stock et c’est un site web de promotion de formations en ligne.

Un site web pour vous former en ligne

SPOC en Stock : des formations collaboratives et interactives en ligne

Un SPOC, c’est un Small Private Online Course :

  • un Cours de Taille limitée : quelques dizaines de participants tout au plus ; parfois, avec un prérequis, parfois sans
  • un Cours en Ligne : c’est donc de la FOAD ou de l’e-learning
  •  un Cours Privé : vous devez donc vous inscrire et verser un droit d’inscription (ou non) pour vous inscrire

Mais pour SPOC en STOCK, un SPOC c’est bien plus que ça.

Voyez la vidéo ci-dessous pour en savoir plus :

Consultez la page SPOC ? pour en savoir plus sur notre conception d’une formation en ligne.

Spoc en Stock : 4 SPOC en 2015… pour commencer

Pour le démarrage de SPOC en Stock, nous lançons 4 formations collaboratives et interactives.  Ces formations sont basées sur un projet (de présentation ou de formation).  Elles comprennent :

  • des tutoriels vidéo
  • du texte
  • des éléments multimédias : carte mentales, images, son, liens vers d’autres sites, etc.
  • des classes virtuelles : une fois par semaine un des formateurs à rendez-vous avec vous pour approfondir un thème, expliquer une difficulté ou un point théorique, etc.
  • des travaux de groupe
  • des échanges sur les forums et les réseaux sociaux
  • du tutorat : les formateurs vous suivent individuellement et répondent à vos questions ou à vos problèmes
  • une heure de consultation gratuite sur votre projet individuel

SPOC : Créez des présentations captivantes avec le Storytelling

Le Storytelling, c’est l’art de raconter des histoires.  Nous vous proposons une formation originale qui rassemble les principes de trois disciplines liées au storytelling.  L’objectif de cette formation : vous donner des techniques pour concevoir une présentation efficace, qui entraîne l’adhésion de votre public.

Storytelling visuel pour vos présentations
  1. le storytelling : les principes de la narration, les éléments qui font que votre histoire retienne l’attention et l’adhésion d votre public.  Comment utiliser les « appels à l’action » pour mobiliser votre public ?
  2. le storytelling visuel : comment renforcer le pouvoir des mots par l’image ?  Comment choisir les images qui parlent à vos interlocuteurs ?  Quels sont les principes d’une bonne communication visuelle ?
  3. le storytelling digital : Internet et le numérique vous offrent des outils exceptionnels pour créer vos histoires, les enrichir, les animer.  Nous les passerons en revue et vous apprendrez comment utiliser des outils comme Infogram pour illustrer vos présentations

Au terme de cette formation, vous serez capables de concevoir une présentation avec un support visuel digital ou non.  Vous disposerez d’un projet de présentation prêt à être traduit sur n’importe quel support.

Cliquez sur le lien pour en savoir plus sur cette formation en Storytelling pour présentations.

SPOC : Créez des présentations captivantes avec Prezi

Vous savez déjà comment structurer une présentation ?  Vous avez déjà un projet de formation ?  Ou pas ?

Mais vous souhaitez passer à autre chose qu’à ce bon vieux Powerpoint qui ne surprend plus personne ?

Notre SPOC vous apportera tous les éléments nécessaires pour réaliser une présentation percutante avec Prezi.

Devenez un expert Prezi

En trois semaines, vous serez un expert en Prezi.  Vous pourrez

  • choisir votre modèle et votre structure
  • personnaliser votre présentation
  • y insérer du texte, des images, de la vidéo, des symboles, des flèches, des structures, du son, etc.
  • intégrer votre présentation dans un site web
  • co-éditer votre présentation à distance en temps réel
  • présenter votre Prezi en ligne y compris à des personnes qui n’ont pas de compte
  • télécharger une copie hors-ligne de votre Prezi ou une version PDF
  • et beaucoup d’autres choses…

A la fin de la formation, vous disposerez d’une présentation Prezi prête à être montrée au monde entier.  Et bien sûr, comme pour chacun de nos spoc, vous bénéficierez d’une heure de consultance gratuite sur votre présentation.

Découvrez ici notre spoc pour devenir un expert en présentation avec Prezi.

SPOC : Mindmapping collaboratif pour Formateurs et Enseignants

Vous êtes coach, enseignant ou formateur ?  Et vous souhaitez intégrer le mindmapping dans votre pratique pédagogique ?  Alors, ce SPOC est vraiment pour vous !

Mindmapping collaboratif

En cinq semaines vous aller :

  • maîtriser les principes du mindmapping
  • découvrir les spécificités du mindmapping collaboratif
  • appliquer le mindmapping à votre pratique pédagogique : créer des cours ou des formations,
  • créer des présentations pour vos étudiants ou vos apprenants
  • utiliser le mindmapping collaboratif en présentiel
  • utiliser le mindmapping collaboratif à distance
  • utiliser les mindmaps pour des travaux de groupes
  • etc.

Découvrez ici notre SPOC de Mindmapping collaboratif pour Formateurs et Enseignants.

SPOC: Formez en ligne

Et enfin, last but not least, notre spoc pour faire de vous un formateur en ligne.

En cinq semaines, apprenez comment traduire en formation en ligne, le meilleur de vos formations en présentiel.

Formez en ligne

Que vous soyez formateur chevronné, candidat-formateur, instituteur ou coach, vous pourrez ajouter une dimension essentielle à votre pratique pédagogique, celle de la distance.

Vous apprendrez donc :

  • les principes de la formation en ligne (FOAD, elearning)
  • à définir le public-cible de votre formation
  • à analyser les besoins de votre public
  • à déterminer les objectifs de votre formation
  • à traduire ces objectifs en séquences de formation
  • à déterminer quels outils et méthodes pédagogiques rencontrent le mieux vos objectifs pour chaque séquence
  • comment utiliser le multimédia pour mieux engager vos apprenants
  • comment mettre vos cours en ligne
  • comment évaluer votre formation en ligne
  • etc.

Découvrez ici notre SPOC Formez en ligne.

Spoc en Stock : des formations collaborative issus de notre expérience de formateurs et des MOOC

Nos SPOC sont issus de notre expérience de formateurs

Nous sommes trois formateurs : Marco Bertolini, Bernard Lamailloux et Nik Suziana Nik Salleh.

L’équipe de Spoc en Stock

Tous les trois nous avons une longue et riche expérience de formateur, que ce soit en présentiel, en hybride ou en ligne.  Et tous les trois nous aimons les formations actives, participatives.  Celles qui engagent les participants, qui leur font vivre de nouvelles expériences.  Le tout dans le plaisir et la bonne humeur.  Bernard a d’ailleurs écrit un livre magistral sur le sujet.

C’est ce type d’expérience, vécues dans nos formations en présentiel, que nous avons voulu transposer dans nos formations en ligne.

Nos SPOC sont issus de notre expérience des MOOC

Mais ce n’est pas la première expérience que nous menons dans ce domaine.  Depuis des années, nous travaillons en ligne également.  Et puis, les MOOC sont arrivés.

Nous avons participé à de nombreux MOOC en tant qu’apprenants, mais aussi en tant que formateurs.

Par exemple, Marco Bertolini a conçu et animé les ateliers de mindmapping pour le MOOC ITyPA édtion 3.

Ce sont ces diverses expériences qui nous ont décidés à lancer SPOC en Stock.

Le nom du site ?  C’est un clin d’œil au 19e épisode des aventures de Tintin 🙂

Des projets à la pelle pour Spoc en Stock

Ces quatre premiers SPOC sont un début, vous l’avez compris.

Nous ne nous arrêterons pas en si bon chemin.

Dans les prochains jours et les prochaines semaines, nous vous informerons d’autres projets qui nous tiennent à cœur et que nous porterons ou que nous soutiendrons.

Restez vigilants 🙂

Vous avez aimé cet article ?  Inscrivez-vous à ma newsletter et ne ratez plus aucun article ou événément !

Catégories
Médias sociaux Réseaux sociaux

Formation : enseigner au collège avec les réseaux sociaux

Les ados passent un temps fou sur les réseaux sociaux comme Facebook et de plus en plus sur Twitter.  Comment tirer parti de cet engouement et utiliser les réseaux sociaux en classe ?  C’est l’objet de cette nouvelle formation pour enseignants du secondaire !

Dynamiser la classe avec les réseaux sociaux

Comment passionner en classe des adolescents qui passent le plus clair de leur temps sur les réseaux sociaux ? En utilisant ces mêmes réseaux sociaux en classe, pardi !

Du réseau social ennemi de l’école au réseau social allié du professeur

Facebook peut être le pire ennemi de l’école : certains adolescents y consacrent plus d’heures qu’à aucune autre activité, physique ou intellectuelle.  Résultat : perte d’intérêt, trop peu d’heures de sommeil, baisse dramatique des capacités d’attention et donc de compréhension et de mémorisation.

La syntaxe et l’orthographe sont souvent malmenées sur Twitter ?  C’est vrai et l’exemple vient parfois de haut, comme le montre une image de ce prezi (cliquez sur l’image ci-dessous pour lancer le prezi dans votre navigateur).

Des réseaux sociaux ennemis de l’école

Le cyberharcèlement non plus n’est pas une légende.  Chaque année, cette nouvelle forme de persécution cause des dépressions graves, voire des suicides chez les adolescents malmenés.

Les réseaux sociaux amis de la classe

Mais les réseaux sociaux offrent aussi des avantages qui en font davantage l’allié du professeur et l’ami de la classe.

Lors de cette formation, je commence par une présentation des médias sociaux et de leur typologie, comme sur cette image (cliquez deux fois sur l’illustration pour l’agrandir au maximum) :

Typologie des réseaux sociaux

Cette présentation ne prétend pas à l’exhaustivité – il naît des réseaux et des outils de partage quasiment toutes les semaines !  – mais elle donne un aperçu de quelques outils et des catégories selon lesquelles on peut les classer.  Cette présentation interactive a été créée avec le logiciel de mindmapping Mindomo.

Ensuite, après un brise-glace qui  nous permet de faire connaissance, nous mettons directement les mains dans le moteur !

Groupes secrets Facebook : du social learning pour toute la classe

Les groupes poussent sur Facebook comme des champignons après la pluie.  Il y en a pour tous les goûts et toutes les causes.

Mais, en réalité, il y en a bien plus que vous ne pensez : car une bonne partie de ces groupes sont secrets !

C’est une fonctionnalité de Facebook très intéressante : ces groupes sont invisibles aux non-membres.  Même, le contenu est invisible pour les anciens membres.  Et ces groupes ne sont pas repérés par les moteurs de recherche.

C’est le dispositif idéal pour créer un système de « social learning » ou d’apprentissage social en ligne gratuit et complet pour la classe.  Le professeur-administrateur peut contrôler non seulement le contenu, mais aussi les droits attribués aux élèves.  Des personnes extérieures ne peuvent se joindre au groupe que sur  invitation d’un membre qui en a le droit ou d’un administrateur.

Les groupes Facebook : un environnement sûr et familier

Les groupes Facebook constituent un environnement idéal pour l’e-learning et plus encore pour le social learning, c’est-à-dire, l’apprentissage basé sur les interactions sociales.

On l’a vu plus haut, un professeur peut contrôler tout ce qui s’y passe ainsi que l’accès aux membres.

Mais pour les élèves, Facebook constitue un environnement familier qu’ils connaissent sur le bout des doigts.  Comme pour leur materiel dans les formations BYOD, les élèves n’ont pas à apprendre un nouvel environnement, de nouveaux outils.  Ils les connaissent déjà.  Ils peuvent donc se consacrer pleinement aux nouveaux apprentissages !

Que peut-on apprendre avec un groupe Facebook ?

Tout.  Absolument tout !

Dans une école belge où j’ai donné récemment cette formation, les professeurs ont choisi la thématique Victor Horta, un architecte belge bien connu des amateurs de Modern Style.

Comment ont-ils choisi ?  En répondant à un questionnaire à choix multiple que j’ai posté sur le groupe Facebook que nous venions de créer.

Et ce n’est là qu’une des multiples fonctionnalités présentes dans les groupes Facebook !

Groupes Facebook : le plein de fonctions utiles pour la classe !

Avant-même que le groupe Facebook ne soit constitué, il peut faire l’objet d’une série d’activités.

Il faut définir l’objet du groupe.  Il faut y inclure une description pour que les nouveaux membres comprennent d’un coup d’oeil de quoi il s’agit.  Il faut inclure une « charte des usagers » afin que tous sachent quelles sont les limites de leur action…  Il faut choisir une photo pour illustrer la page d’accueil du groupe, etc.

L’écriture de la charte peut donner lieu à plusieurs exercices de co-rédaction.

Cette co-rédaction peut prendre la forme d’un brainstorming (réalisé avec des post-it, au tableau, par exemple) ; ou d’un travail en petits groupes sur des thèmes bien précis du règlement ; ou encore d’une collaboration en ligne à l’aide d’un Wiki[1] :

  • que peuvent faire les membres ? (publier, liker, commenter, etc.)
  • quelle est la sanction en cas de grossièreté ou de manque de respect envers un membre du groupe
  • qui peut être administrateur ?
  • tous les membres du groupe sont-ils administrateurs en même temps ou y a-t-il un « tour de rôle » hebdomadaire ?

Vous voyez le parti qu’un enseignant un peu imaginatif peut tirer de ces activité.

Publier des messages, des liens, des photos, de la vidéo

Il est aussi facile de publier des messages, des liens, des photos individuelles ou rassemblées en album, de la vidéo dans un groupe Facebook que dans une page personnelle.

On peut tirer parti de ces fonctionnalités pour partager des messages avec les élèves absents,  pour répondre à une question d’élève, pour illustrer une matière, etc.

On peut publier des ressources comme des sites pour s’exercer au français, des vidéos Youtube, etc.

Publier une question

Il est extrêmement facile de publier une question à choix multiple dans un groupe Facebook.

Cela peut servir à

  • déterminer la thématique d’un groupe,
  • créer un quiz pour voir si la leçon qui vient d’être donnée a été compris
  • effectuer un sondage sur une activité à organiser,
  • etc.

De plus, on peut laisser la possibilité à tous les membres de compléter les réponses par leurs propres propositions.

C’est ce que j’ai fait lors de la dernière formation que j’ai donnée :

Question publiée dans un groupe Facebook

Les propositions « Vertus du cassoulet » et « Santé mentale des enseignants en 3 P » ont été ajoutées par les participants (enseignants en 3 P…).

Partage et création de fichiers

Le groupe peut partager des fichiers depuis un ordinateur ou depuis un compte Dropbox.

Une fonctionnalité intéressante est la création de fichiers, directement dans le groupe.  Un éditeur de texte s’affiche alors avec des possibilités d’enrichissement (gras, souligné, italique, listes à puces, etc.).

En outre, tous les documents publiés dans le groupe sont conservés au même endroit et peuvent être retrouvés par tous les membres :

Documents du groupe

Création d’événements

Comme dans une page Facebook personnelle, on peut créer des événements de groupe.

Utile pour rappeler la fête de fin d’année, le test de mathématiques, le travail à remettre pour le trimestre prochain…

Twitter, les opérateurs de recherche et la twittérature

Twitter est aussi un réseau social intéressant pour la classe.  Ses opérateurs de recherche sont nombreux et permettent une veille très fine sur le web.

On peut utiliser ces opérateurs comme filtres pour sélectionner des éléments d’une thématique.

Par exemple, pour trouver tout ce qui concerne Victor Horta, sauf l’architecte, l’élève peut taper Victor Horta -architecte

C’est n’est qu’un exemple.

Twitterature : du haïku à l’écriture collaborative

Twitter est un réseau de microblogging dont les textes sont limités à 140 caractères, (même si l’adoption récente d’un système de « cartes » permet désormais de dépasser cette limite fatidique.

Twitter vous offre aussi la possibilité de partager des photos, de la vidéo courte (via Vine, son système de vidéo), mais surtout des liens.

Concours de Haïku

Les haïkus sont de petits poèmes japonais de 17 syllabes toujours composés d’une alternance de 5-7-5.

Les 140 caractères de Twitter sont particulièrement adaptés au format de poème court. L’enseignant peut donner un thème – le printemps, la nature, l’amitié, etc. – et proposer des photos qui serviront de base aux poèmes.

Les élèves tentent d’écrire le meilleur haïku.

Les bibliothèques de Rennes organisent du 1er au 5 mars une sorte de concours de haïkus – Opération Twit’Haïku – pour le plaisir : il n’y a rien à gagner si ce n’est le plaisir de la création, de l’échange et de voir, peut-être, son poème publié par la bibliothèque.

L’annonce du journal télévisé

Exercice de synthèse : le professeur propose plusieurs textes ou articles de journaux, sans titre.

Les élèves sont des « annonceurs du journal télévisé » : ils doivent donner l’idée principale du texte ou de l’article en 140 caractères, comme le fait l’annonceur en début de journal, en une phrase par article.

Ecriture collaborative

Le professeur écrit une première phrase sur Twitter.

Les élèves doivent ensuite écrire une phrase, chacun à son tour, pour constituer un récit ou un poème.

Pinterest : l’image au service de la pédagogie

Pinterest est le réseau social de l’image par excellence.

Il se présente comme une collection de « tableaux » dans lesquel le titulaire du compte rassemblent des images ou des vidéos thématiques.

Ces tableaux peuvent être secrets tout comme les groupes Facebook.  Ils permettent la création de portfolios très esthétiques.

Exemple de tableau Pinterest

Ces portfolios peuvent rassembler la matière iconographique d’une recherche.

Chaque image (appelée « épingle » dans le jargon de Pinterest) offre un espace de texte de 500 caractères : celui-ci peut être utilisé pour commenter, présenter ou critiquer l’image.

Une autre fonctionnalité intéressante dans Pinterest est la possibilité d’associer une carte de géographie aux éléments d’un tableau.

Depuis quelques mois, Pinterest dispose de sa propre messagerie qui permet davantage d’échange entre les membres.  Une autre caractéristique utilisable en classe.

Organisez cette formation dans votre école, votre classe ou votre groupe scolaire

Intéressé(e) par l’organisation de cette formation dans votre établissement ?

Complétez le formulaire suivant et je me ferai un plaisir de vous informer des modalités.

A bientôt, Marco Bertolini.

[1] Framasoft, communauté d’éducateurs en ligne, propose plusieurs outils de wiki sur cette page : http://www.framasoft.net/rubrique335.html

Vous avez aimé cet article ?  Inscrivez-vous à ma newsletter et ne ratez plus aucun article ou événément !

Catégories
MOOC DYS MOOCs

Projet MOOC dys : les résultats du sondage. Et puis après ?

Le sondage sur le projet de MOOC Dys a été un succès.  Je vous en donne ici les principaux résultats.  Mais après, que se passera-t-il ?  Ca va surtout dépendre de vous !

Après avoir eu des échanges avec des parents d’ados qui fréquentent mes formations pour étudiants et qui présentent des troubles « dys », j’ai eu l’idée d’un MOOC: un court ouvert, massif et ouvert à tous sans condition d’âge ni de diplôme.

 Un MOOC dys qui aiderait les parents, les enseignants et les intervenants professionnels confrontés aux enfants et adolescents présentant ces troubles.  Un MOOC qui, in fine, aiderait ces enfants eux-même par une meilleure prise en compte de leurs besoins spécifiques en milieu scolaire.

J’ai donc lancé sur Facebook et sur ce blog, un sondage afin de savoir s’il existait un intérêt pour ce type d’initiative.  J’ai reçu 390 questionnaires complétés en moins de 10 jours

Et le plus remarquable, ce n’est pas le nombre, mais la qualité de ces réponses !

 Un MOOC Dys qui vous intéresse beaucoup !

La première question que je posais dans ce questionnaire était :

« Etes-vous intéressé par la création d’un MOOC sur les troubles dys pour aider les parents et les enseignants dans l’accompagnement de leurs enfants ? »

Les réponses s’étagent comme ceci :

Intérêt pour un MOOC Dys

Une écrasante majorité d’entre-vous on répondu qu’ils (elles) étaient très intéressé(e)s par un MOOC sur les troubles dys : 84,28 % !

Voici un aperçu des statistiques de ces réponses :

Statistiques intérêt pour un MOOC dys

Deux questionnaires ne portaient pas de réponse à cette question, les pourcentages sont donc calculés sur 388 réponses.

Plus de 84 % de « très intéressés« , c’est énorme !  Si on y ajoute les « assez intéressés« , cela représente plus de 97 % de personnes qui sont favorables à cette initiative.

Je m’attendais à ce que ce projet intéresse les gens, mais pas à ce point !

Suivi scolaire, outils informatiques : des thématiques qui vous parlent

J’ai aussi ajouté une question sur les thématiques qui vous intéresseraient dans le cadre de ce MOOC.  Que devrions-nous aborder ?  Et avez-vous des propositions d’autres thématiques à nous faire ?

Pour cette question, les répondants pouvaient répondre à une ou plusieurs question, nous faire des suggestions ou non.

Thématiques à traiter dans ce MOOC dys

Sans surprise, « Accompagner les enfants et adolescents dys dans leur parcours scolaire » arrive en tête avec 359 réponses sur 390, ce qui nous donne un résultat de 92,05 % !

L’importance des outils informatiques dans la réussite scolaire n’a pas échappé aux répondants, puisqu’ils sont 330 à solliciter cette thématique, soit 84,62 %.

Par contre, je suis un peu étonné que seuls 62,31 % des répondants souhaitent aborder la question du dépistage précoce de ces troubles chez l’enfant.  J’avoue que je m’attendais à plus d’enthousiasme pour cette problématique.

Enfin, la question « autre » était une question ouverte et plus de 25 % des participants ont répondu à cette question, souvent en proposant des contenus parfois très précis, parfois des thématiques plus globales.  Cela va du besoin d’information générale à un livre de référence ou un outil spécifique pour l’accompagnement à la maison.  Le dépouillement de ces propositions mériterait un article à part.

Financement du MOOC : le crowdfunding encore mal connu ?

La question suivante abordait la question du financement de ce MOOC.  L’idée de base étant que ce MOOC soit conçu, financé et réalisé par et pour les personnes concernées.

A la question « Seriez-vous d’accord de participer au financement de ce projet via un crowdfunding (dons de personnes intéressées via Internet) ? », les réponses se répartissent de la façon suivante :

Etes-vous prêt à financer le MOOC Dys ?

 Ils sont 98 répondants à se déclarer d’accord de participer au financement du MOOC via une campagne de crowdfunding, soit 25,13 %.  Ils sont 78, soit un peu plus de 20 % à dire non à la participation au financement.  Mais surtout, ils sont 214, soit près de 55 % à répondre « Je ne sais pas.« 

Mon intuition me dit que, dans ce dernier groupe, nombreux sont celles et ceux qui ne savent pas en quoi consiste une telle campagne.  Je suis persuadé qu’une bonne partie de ce groupe de répondants répondrait favorablement si on lui expliquait clairement les tenants et les aboutissants du crowdfunding.

Les informations sur la suite du projet

La dernière question posée concernait l’information sur la suite du projet : souhaitez-vous être informé(e) de l’évolution du projet ?  Nous avons récolté 274 adresse e-mail utilisables (certaines ont été mal encodées et n’ont pu être importée dans notre liste MailChimp).

Ces personnes recevront donc régulièrement de l’information sur les suites de cette idée et bientôt de ce projet.

Car je crois qu’il ne fait plus de doute qu’il y a un intérêt pour un MOOC sur les troubles dys…

Les prochaines étapes :

1. Rassembler un comité de pilotage 

Je l’ai dit d’emblée : je souhaite que ce MOOC ne soit  pas une opération « Top Down » mais un projet « Bottom UP« .  Autrement dit, je voudrais que tout parte des bénéficiaires : que ce soit les parents, les enseignants, les intervenants et les ados dys eux-mêmes qui soient à la base des orientations de ce projet.

Je voudrais aussi qu’ils puissent intervenir dans ce MOOC : souvent, dans ce type d’initiative, on n’entend que les experts qui parlent de et sur les personnes dys.  Ils sont évidemment les bienvenus dans ce projet, mais je voudrais aussi qu’ils ne monopolisent pas la parole.  Je suis convaincu qu’un message de pair à pair est nettement plus efficace qu’un message d’expert à novice.  Que l’exemple de personnes, adultes et adolescents, qui vivent ce trouble au quotidien et s’en sortent dans leurs études ou leur vie professionnelle, est bien plus fort qu’une parole d’expert.

C’est pourquoi, je souhaite rassembler un « comité de pilotage » du projet, dans lequels parents, ados, enseignants, accompagnants, etc. auront tous leur mot à dire et leur angle de vue représenté dans le MOOC.

2. Prendre un accord avec un éditeur de MOOCs

 Une autre étape sera de se mettre d’accord avec un éditeur de MOOC.

Il faut s’assurer que cette plateforme puisse offrir une équipe et des moyens techniques suffisants pour réaliser ce projet et le porter jusqu’au bout.

Ce type d’opérateur existe en France et j’ai déjà eu plusieurs contacts avec plusieurs d’entre eux, soit par mon activité au sein d’ITyPA, soit par mes publications, dont ce blog.

3. Organiser la campagne de Crowdfunding et rechercher des sponsors

 Enfin, il faut aussi penser « finances » et envisager de lancer une campagne de recherche de fonds.  Je pense que ce MOOC peut être largement financé par une campagne de crowdfunding qui prend tout son sens au regard de la philosophie de ce projet : un MOOC par et pour les dys.

Mais cela n’exclut pas la recherche de sponsoring ou de mécénat.  Une entreprise française a déjà pris contact avec moi et s’est déclarée intéressée par le projet.  D’autres pistes de financement doivent aussi être explorées, comme celles des aides publiques ou d’agences spécialisées.

Je pense qu’on peut raisonnablement penser à lancer le comité de pilotage et la campagne de crowdfunding avant la fin de cette année.  Et le début de la réalisation du MOOC en fin du premier trimestre 2015.

D’ici-là, toutes les suggestions et les bonnes volontés sont les bienvenues !  Si vous aussi vous souhaitez être informé(e) de l’évolution de ce projet abonnez-vous à cette lettre d’information spéciale MOOC Dys.

Vous avez aimé cet article ?  Inscrivez-vous à ma newsletter et ne ratez plus aucun article ou événément !

Catégories
MOOC DYS MOOCs

Un MOOC sur les troubles dys ? A vous de décider !

Suite à de nombreux échanges avec des parents et des enseignants sur les difficultés rencontrées par les enfants et ados « dys », j’ai lancé un sondage pour voir quel est l’intérêt pour un MOOC sur ce sujet.

Des troubles invisibles mais bien réels

Lors de mes ateliers « Apprendre à apprendre« , je rencontre souvent des adolescents présentant des troubles « dys » : dyslexie, dyscalculie, dysorthographie, dyspraxie…

Ils sont souvent très enthousiastes, ont envie d’apprendre.  Malheureusement, leur handicap n’est pas encore bien compris, ni bien accepté.  Par manque d’information, les enseignants et les parents sont souvent désemparés devant des jeunes qui ne présentent aucun symptôme visible mais qui éprouvent pourtant des difficultés réelles d’apprentissage.

La plateforme américaine Coursera a diffusé un MOOC, un cours massif, ouvert et gratuit en ligne, sur la dyslexie.  Mais tout le cours étant en anglais, peu de francophones ont pu y participer.  En outre, les troubles « dys » ne se limitent pas à la dyslexie, loin s’en faut.

Les discussions que j’ai eues avec des parents et des enseignants m’ont convaincu qu’il fallait faire quelque chose.  J’ai pensé que la création d’un MOOC en français pourrait être d’un grand secours tant pour les parents que pour les enseignants.

Un MOOC « DYS » pour les parents, les enseignants et les accompagnants professionnels

Ce cours en ligne, gratuit, ouvert à tous sans condition d’âge ou de diplôme, serait accessible en permanence.  Il se présenterait sous forme de modules, dans lesquels des intervenants viendraient partager leurs savoirs et leurs expériences par le biais de vidéos, de textes, de références, etc.  Il pourrait constituer un appoint à la formation des enseignants et une base de connaissances pour les parents confrontés aux difficultés de leurs enfants.

Ce MOOC n’aurait aucune visée commerciale : son but étant la diffusion de savoir et d’expertise pour aider les familles, les écoles et, in fine, les enfants et les adolescents dys.   Il serait financé par une opération de crowdfunding : un appel de fonds sur Internet.  Et aussi, peut-être, par du sponsoring, des aides publiques, etc.  Si la somme suffisante est réunie, nous rassemblerions une équipe professionnelle pour réaliser ce cours dans le courant de l’année 2015.

Le MOOC DYS récolterait aussi les témoignages d’intervenants professionnels, d’enseignants, de spécialistes, mais aussi de parents qui ont souvent mis en place des stratégies intelligentes pour affronter les défis quotidiens posés par la condition de leurs enfants.

Etes-vous intéressé(e) par la création d’un MOOC sur les troubles dys ?

Le questionnaire suivant a pour but de savoir s’il existe un intérêt pour ce type d’action.  Mais aussi pour savoir quels types d’interventions vous seraient utiles, à vous les parents et les enseignants qui vivez cette problématique au quotidien.

Quelles sont les informations qui doivent absolument y figurer ?  Comment vous former et vous informer au mieux sur ces thèmes.

Je vous demande donc quelques minutes de votre temps pour répondre à ce questionnaire.  Et pour aider les enfants, les adolescents, les familles et les enseignants de bonne volonté.

Si je reçois suffisamment de réponses positives, je lancerai avec mes partenaires, un projet de MOOC.

Je réponds au sondage.

Vous avez aimé cet article ?  Inscrivez-vous à ma newsletter et ne ratez plus aucun article ou événément !

Catégories
Logiciels XMind

XMind professionnel gratuit pour les étudiants et les enseignants !

Vous êtes étudiant(e) ou enseignant(e) ?  Vous avez toujours rêvé de vous payer un logiciel de Mindmapping ?  Xmind vous l’offre !  Avec Back to School, XMind Plus est gratuit pour les étudiants, tandis que les enseignants reçoivent la version Pro pour rien…  Avant le 10 septembre !

Non, je ne délire pas, je n’ai pas abusé de substances hallucinogènes : c’est le Back to School de XMind !

Back to School avec XMind

 

Back to School : des licences XMind gratuites pour les étudiants et enseignants

Comme chaque année, l’éditeur de logiciel de mindmapping offre les versions Plus et Pro gratuitement aux étudiants et aux enseignants.

Mais cette offre n’est valable que jusqu’au 10 septembre : dépêchez-vous donc de cliquer sur ce lien magique pour en profiter.

Des licences XMind Plus gratuites pour les étudiants

Les étudiants reçoivent des licences XMind Plus, c’est-à-dire qui proposent les fonctionalités suivantes :

  • les fonctionnalités du logiciel gratuit : différentes structures, partage sur le web, limites, relations, partage sur un réseau local, étiquettes, marqueurs, éditeur de notes et « drill down« 
  • l’exportation vers PDF, Word, PowerPoint, Excel et SVG
  • clip arts (images d’origine XMind), extraction de thèmes, clichés de cartes, fusion de cartes, filtres avancés

Des licences XMind Pro gratuites pour les enseignants

Les enseignants reçoivent des licences XMind Pro, c’est-à-dire qui proposent les fonctionnalités suivantes :

  • les fonctionnalités du logiciel gratuit
  • les fonctionnalités de la version Plus
  • le module Brainstorming, le module de Présentation, la vue « Diagramme de Gantt« 
  • le cryptage des cartes à l’aide d’un mot de passe
  • les notes audio
  • la gestion des tâches
  • la recherche étendue (recherche d’un sujet dans un classeur entier)

N’attendez-plus : cliquez sur le lien ci-dessus et réclamez votre version professionnelle gratuite de XMind pour enseignants ou étudiants !

Vous avez aimé cet article ?  Inscrivez-vous à ma newsletter et ne ratez plus aucun article ou événément !

Catégories
Cerveau

Mon Cerveau à l’école : neurosciences pour parents et enseignants

Mon cerveau à l’école – Quelques éléments de sciences cognitives pour les enseignants et les parents.  C’est le nom d’un blog animé sous la direction de Stanislas Dehaene.  Un must absolu pour les parents et les enseignants qui veulent mieux comprendre le fonctionnement du cerveau.

Pour assurer une bonne rentrée, rien de tel que de comprendre les mécanismes du cerveau de nos enfants ou étudiants.

C’est aussi le pari qu’a pris l’équipe rassemblée autour de Stanislas Dehaene, spécialiste des sciences cognitives et qui anime le blog « Mon cerveau à l’école« .

Accueil de Mon cerveau à l’école

De la vulgarisation des neurosciences cognitives

 Ce blog est divisé en rubriques accessibles via des « tuiles » comme illustré ci-dessus.  Chaque tuile est un hyperlien qui conduit à une rubrique ou série d’articles sur un thème donné :

  • cerveau et mémoire
  • cerveau et calcul
  • cerveau et troubles DYS
  • Etc.

Entre rigueur scientifique et communication grand public

Ce blog, pourtant animé par des spécialistes, se veut un outil de vulgarisation à destinations des parents et des enseignants.

J’utilise le mot vulgarisation dans son acception la plus noble : rendre accessible des notions scientifiques complexes au commun des mortels à l’aide d’une langue accessible à tous.

Et l’équipe de Mon cerveau à l’école réussit son pari, conservant un équilibre subtil entre la rigueur scientifique et les exigences d’une communication « grand public » à l’usage des enseignants et des parents.

Je le recommande toujours quand j’anime une session de formation de formateurs ou que j’accompagne des étudiants qui connaissent des difficultés à l’école.  Les articles rassemblés ici les aident à comprendre le fonctionnement du cerveau des enfants et adolescents.

Et donc à comprendre certains comportements qui peuvent paraître étranges : aux enseignants, pourquoi certains adolescents ne trouvent pas leur place à l’école  ; aux parents, pourquoi leur enfant ne trouve pas le sommeil le soir et se réveille fatigué.

Le lien vers Mon cerveau à l’école.

Vous avez aimé cet article ?  Inscrivez-vous à ma newsletter et ne ratez plus aucun article ou événément !

Catégories
Europe formation Jeunes Le travail en Europe Pédagogie Société Travailler en Europe

L’enseignement en Europe : que nous apprend le rapport 2012 ?

Un rapport de la Commission Européenne évalue l’enseignement en Europe.  Il s’agit des grandes tendances générales de l’évolution récente de l’enseignement au sein des pays-membres.   Une amélioration globale des systèmes d’éducation, mais aussi quelques risques : celui de moins investir face à la crise économique, un danger de pénurie dans plusieurs pays du continent et des jeunes surqualifiés par rapport à l’emploi qu’ils occupent…

Ce vendredi 10 février, la Commission européenne présentait à Bruxelles son dernier rapport sur l’état de l’enseignement en Europe : Chiffres clés de l’éducation en Europe 2012.  Les grandes tendances qui s’en dégagent peuvent se résumer en 5 points :

  1. Des réformes qui tendent à offrir une éducation de base pour tous
  2. Une augmentation globale de la qualité de l’enseignement en Europe
  3. Des investissements inchangés dans certains pays mais réduits dans d’autres face à la crise
  4. Une meilleure formation des enseignants mais aussi un risque de pénurie dans certains pays
  5. Une augmentation des jeunes qualifiés, dans le tertiaire, mais aussi des jeunes surqualifiés par rapport aux emplois qu’ils occupent
Cliquez sur la carte pour obtenir le fichier XMind

1. La plupart des pays d’Europe ont entamé des réformes qui étendent l’offre éducative de base pour tous.  Autrement dit, tout le monde ou presque peut bénéficier d’un enseignement de base en Europe.

Partout, les auteurs constatent un allongement de la scolarité obligatoire, généralement aux environs de  18 ans.

La tendance générale est également d’accroître l’autonomie des écoles au niveau local.

2. Les chercheurs constatent également une augmentation globale de la qualité de  l’enseignement en Europe.  De plus en plus de pays font appel à des procédure « d’assurance-qualité » afin d’évaluer leurs systèmes d’enseignement.

3. Les investissements dans l’enseignement sont restés globalement inchangés face à la crise de 2008.  Mais, certains pays ont tendance à revoir les subsides à la baisse en réponse aux difficultés budgétaires.  Or, l’éducation et la formation sont les seuls avantages comparatifs que l’Europe peut encore avoir face aux concurrents extérieurs dans une économie globalisée.  Le danger est donc réel d’un déclin de notre compétitivité dans une économie de plus en plus tournée vers la connaissance.

4. La qualité de formation des enseignants augmente aussi.  Et les chercheurs voient une volonté de continuer à améliorer cette formation.  Mais, la profession est de moins en moins attractive et certains pays, dont la Belgique et Bruxelles en particulier risquent de connaître une grave pénurie d’enseignants dans les toutes prochaines années.   En outre, de nombreux jeunes enseignants changent d’emploi avant 5 ans.  Il faut donc trouver des pistes de valorisation.

5. Il y a une augmentation très nette des jeunes diplomés de troisième cycle, surtout dans les groupes d’âge 20-24 ans et 30-34 ans.  Mais, ils occupent trop souvent des emplois sous-qualifiés par rapport à leur formation.

Les auteurs préconisent donc une meilleure adéquation de l’enseignement aux exigences du marché.  Ils suggèrent deux pistes : anticiper ses besoins par une observation du marché du travail à court terme et adapter la formation par des modules courts de spécialisation qui permettraient de réponde rapidement aux besoins.

Si le paysage général brossé par les auteurs est plutôt positif, certains danger menacent et, à moyen terme, risquent de fragiliser davantage l’économie européenne : la pénurie d’enseignants prévue dans plusieurs pays, la réduction des budgets de l’enseignement face à la crise économique et le manque d’adéquation entre la formation et un marché du travail en évolution rapide et constante.

Encore une fois, la formation est le seul levier que l’Europe puisse encore actionner pour rester compétitive face aux économies émergentes.   Des pays d’Asie investissent énormément dans la formation de leurs jeunes.  Les jeunes des pays du Golfe sont de plus en plus nombreux dans les universités occidentales, mais aussi à Singapour ou à Tokyo.

Si l’Europe n’investit pas massivement dans la formation et l’enseignement, elle se condamne elle-même au déclin économique à moyen terme.  Ce n’est pas dans quelques années qu’il faut agir : c’est maintenant !

Pour visionner la carte ou en créer vous-même, télécharger XMind gratuitement ici !

Catégories
Apprentissage des langues Langues Mind Mapping Modèles Outils Pédagogie

Modèle gratuit : le pronom démonstratif en français

Vous enseignez le français ?  Ou vous apprenez la langue de Molière ?

Voici un modèle gratuit qui va vous aider.  Le pronom démonstratif est plutôt compliqué en français.  Sauf lorsqu’il est expliqué de manière visuelle à l’aide d’une mindmap…

Ceci est un modèle gratuit : en cliquant sur l’image vous accédez au fichier PDF téléchargeable gratuitement.  Vous pouvez ensuite reproduire et utiliser cette carte heuristique aussi souvent que vous le souhaitez.  A condition de ne pas en faire un usage commercial.

Vous souhaitez vous aussi réaliser des mindmaps – ou cartes heuristiques : comme celles-ci ?  Vous voulez dessiner vos propres cartes et les utiliser en classe ou dans des actions de formation ?

Téléchargez le logiciel XMind gratuitement ici !

 

Bon travail  😉