Catégories
Logiciels Outils Test

infogram : un nouvel outil en ligne pour vos graphes et vos infographies

Infographie : infogr.am est le champion de la simplicité.

Le registre de cette version beta est encore un peu limité, quoique prometteur.

Dans la série des outils gratuits et en ligne, infogr.am veut se tailler une place au rayon infographie.

Nous avions déjà testé easel.ly, un logiciel semblable, il y a quelques semaines.

infogr.am se place dans la même catégorie.  Pour l’instant, les modèles qu’il propose sont plutôt limités : une série de graphes et de modèles d’infographie.

Mais infogr.am a des atouts incontestables : très simple d’utilisation, il propose des produits au graphisme élégant.  Et il peut se connecter à votre feuille Excel pour en tirer un graphique « qui en jette ».

J’ai tenté un premier essai avec des données que j’ai entrées manuellement.  La source est un article du magazine flamand Knack sur la crainte des Belges face à l’augmentation du chômage.  Il s’agit des chiffres de la confiance – ou plutô de l’absence de confiance – des consommateurs belges dans l’évolution économique de leur pays.

Je l’ai intitulé « la confiance des ménages belges s’effrite« , titre dont je ne suis pas très fier, mais ça me fait rire…

Diagramme simple

Ici, le programme montre ses limites, car il n’est pas (encore ?) possible de sauvegarder votre chef d’oeuvre sous forme d’image sur votre disque dur.   L’application ne sauve que sur son serveur  – ou les médias sociaux comme Facebook ou Twitter – mais vous disposez du code qui vous permet d’intégrer votre production à votre site.  Ou votre blog s’il autorise l’intégration de code HTML dans un billet, ce qui n’est pas le cas du mien.

J’ai donc dû passer par une astuce : intégrer le code à une page d’un de mes sites tests – que j’utilise uniquement pour des essais et qui n’est pas accessible publiquement – et j’en ai fait une capture d’écran que j’ai convertie en image PNG à l’aide de Paint.   Du bricolage, mais, comme tous les blogueurs, j’ai l’habitude d’utiliser des outils alternatifs…

L’importation de données via Excel

Tant que j’y étais, j’avais envie de tester l’intégration de données via une page Excel.  J’ai donc choisi d’illustrer une partie du rapport START sur le terrorisme dans le monde.  J’ai illustré mon infographie d’une carte qui reprend les cinq pays les plus touchés ainsi qu’un graphe sous forme de doughnut.

J’ai dû tâtonner un peu avant de trouver la solution pour passer de la carte au graphe : il faut appuyer sur la touche TAB de votre clavier pour passer de l’un à l’autre.   Le problème, c’est que le mode « preview » ne vous permet pas de voyager sur la page : vous ne voyez jamais que le haut de votre infographie.  Vous ne pouvez la découvrir entièrement que lorsqu’elle est publiée.  Et c’est là que vous avez des surprises : vous deviez supprimer les graphes précédents – ceux qui sont présents pour illustrer le type de graphe disponible – avant d’entrer vos données.  Sinon, votre infographie affiche non seulement vos graphes et vos cartes, mais aussi ceux d’origine.  Vous vous retrouvez donc avec une trèèèès longue infographie qui ne veut plus rien dire !

J’ai fini par insérer mes deux items : une carte du monde et un graphique sous forme de doughnut.  L’intégration des données via Excel, elle, est très intuitive, d’une rapidité et d’une simplicité remarquables.  En quelques clics, votre feuille est chargée et cela prend une fraction de seconde pour la transformer en un joli graphe.

Voici donc la première partie de mon infographie : cliquez sur l’image pour voir l’intégralité sur notre site http://www.linguafrancaacademy.org !

Exemple de diagramme

En conclusion

infogr.am est une application élégante, simple, très intuitive.  Elle permet déjà, avec sa panoplie de graphes et de modèles d’infographie de faciliter le travail de data journalism.

Les deux seuls regrets : l’impossibilité de sauvegarder sous forme d’image au format PNG ou JPG, qui limite l’usage des productions aux médias sociaux ou aux sites permettant l’intégration de code HTMl.  C’est-à-dire que les utilisateurs de wordpress.com devront s’en passer ou recourir à des subterfuges peu pratiques…  L’autre problème est la langue : infogr.am ne comprend que l’anglais.  Et si l’on veut travailler avec des cartes de géographie, les nom de pays devront impérativement être écrits en anglais.  C’est pour cela que mon graphe arbore fièrement India et Iraq au lieu d’Inde et Irak : ce n’est pas par pédantisme…

Sinon, l’intégration de données, de photos et de vidéos au sein des infographies est d’une facilité agréable et l’application me paraît très prometteuse.

Bon travail 😉

Catégories
formation Logiciels Mind Mapping Outils Pédagogie XMind

Mindmapping pour Formateurs : un scénario pédagogique avec XMind

Préparer une leçon ou une séquence de formation peut-être quelque chose de fastidieux.  Ou pas.  En utilisant le mindmapping, vous vous donnez les moyens de visualiser l’ensemble du cours.

Comment préparer un cours, une leçon ou une séquence de formation en ayant  l’assurance de ne rien oublier ?

En utilisant une mindmap, aussi appelée carte mentale ou heuristique.

Visualisez votre leçon d’un seul coup d’oeil avec la carte mentale

Voici un exemple de scénario pédagogique, réalisé avec le logiciel de mindmapping XMind.  J’ai utilisé la nouvelle version, XMind 2013 et l’ensemble de la carte a été conçu et réalisé avec la version gratuite.

Il s’agit d’un scénario très simple en deux séquences, sur le brainstorming avec XMind dans le cadre d’une formation à la gestion du temps avec GTD.  (Cliquez sur la carte pour l’agrandir ou téléchargez-la gratuitement depuis mon profil Biggerplate).  GTD (ou Getting Things Done est une méthode de productivité développée par David Allen).

Mindmap – Scénario pédagogique

Déroulé de la formation

1. Définition des objectifs du cours

Je commence par définir les objectifs de ma session de cours.  Je complète ma finalité par une note, indiquée par l’icone « post it » dans le sujet.

Cette note détaille des éléments qui par ailleurs alourdiraient inutilement ma carte.  Elle est rédigée sous forme de phrases et non de mots-clés, comme la carte.

 Lors d’une exportation de ma carte vers le format Word, cette note sera intégralement reproduite dans mon texte, au bon endroit : d’où un sérieux gain de temps.

2. Détermination des ressources et documents nécessaires à mon cours

Je définis ensuite le public auquel s’adresse le cours.  Les ressources dont j’ai besoin.  Je peux également intégrer dans ma carte des éléments extérieurs dont j’aurai besoin pendant la session ou la préparation.

Ici, j’ai intégré mon propre blog, Trouve ta voie (qui est l’ancien nom de Formation 3.0, le blog que vous êtes en train de consulter).

Mais j’aurais pu intégrer une feuille Excel, un document Word ou PDF, une vidéo, etc.  Je peux également compléter mon scénario pédagogique de notes audio.  C’est particulièrement intéressant si c’est un document à distribuer à une équipe ou à un collègue.

3. Division de mon cours en « séquences pédagogiques« 

Ensuite, je définis mes séquences pédagogiques : l’intitulé.  Par exemple, ici, ma séquence 1 est « Brainstorming« .  Il s’agit d’un brainstorming effectué avec le module d’XMind et qui porte sur les valeurs d’un projet.  C’est une notion essentielle dans la méthode GTD.

Les objectifs de cette séquence sont bien entendu d’être capable d’utiliser le module « Brainstorming » d’XMind, mais surtout d’avoir une vision collégiale, une représentation commune des valeurs du projet sur lequel on travaille.

4. Sélection de la méthode pédagogique utilisée

Je définis ensuite la méthode pédagogique utilisée : ici, il s’agit d’un travail en grand groupe avec intervention libre.  Chacun intervient comme il l’entend dans le brainstorming.  Le tout est minuté.

Mais cela peut-être aussi un cours ex cathedra, une présentation avec support visuel, une séquence de questions-réponses, etc.

5. Précision du type d’évaluation des prestations

Je précise enfin le type d’évaluation que je pratique dans le cadre de ce cours, et il s’agit d’une évaluation formative.  Mais il peut également s’agir d’une évaluation sommative ou d’un autre type selon les besoins.

Vous pouvez bien entendu adapter cette méthode et cette carte – téléchargeable gratuitement sur Biggerplate – selon vos besoins.  Vous pouvez y ajouter le timing de la session, d’autres rubriques, etc.

Cette méthode vous permet de voir d’un seul coup d’oeil, l’ensemble de votre session de cours et d’ouvrir directement les documents ou les sites web dont vous avez besoin.

Bon travail 😉

Vous êtes formateur ou enseignant ?  Vous avez envie de vous former à la pensée visuelle pour être plus performant, gagner du temps et intéressez vos élèves ou vos participants à votre cours ?  Participez à notre formation Mindmapping pour formateurs et enseignants à Bruxelles en juillet et août !

Vous avez aimé cet article ?  Inscrivez-vous à