Catégories
XMind

Xmind 7 : mise à jour spectaculaire du logiciel de mindmapping

XMind vient tout juste de sortir la version 7 de son célèbre logiciel de mindmapping : une mise à jour tout simplement spectaculaire !  Voici un petit tour d’exploration des ses nouvelles fonctionnalités.

Ca faisait un moment que XMind semblait ronronner : les mises à jour se suivaient sans aucune révolution, sans modification majeure du logiciel, même si celui-ci était toujours apprécié – à juste titre – par des utilisateurs chaque jour plus nombreux.

La version 7 qui sortait hier, mercredi 11 novembre, vient changer la donne.

Des changements en profondeur de XMind 7

Cette version 7 du logiciel de mindmapping est probablement celle qui a subi la transformation la plus spectaculaire et la plus profonde.

On peut regretter que XMind ne soit toujours pas collaboratif en ligne ni présent sur les tablettes.

Par contre, on ne peut qu’apprécier les fonctions et améliorations diverses qui ont été apportées à cette version.  Les voici résumées dans une mindmap réalisée avec XMind 7 et que vous pouvez télécharger au format XMind sur Biggerplate et au format PDF sur Scribd.

Les mises à jours de XMind 7

1) Une nouvelle interface, très ergonomique

Adieu la vieille interface grisâtre et déprimante qui subsistait depuis de nombreuses années.

Elle fait désormais place à une interface au design épuré, entièrement repensée et nettement plus ergonomique.

Nouvelle interface XMind 7

Non seulement l’interface a gagné en clarté avec ce changement de couleurs et de design, mais les menus ont également été réorganisés.

Jusqu’à la version 6, il y avait double-emploi entre les menus « Voir » et « Insérer ».

Tout cela a été réorganisé et un menu « Fenêtre » reprend l’ensemble des menus du type « Thème », « Propriétés », « Notes », etc.  C’est beaucoup plus logique que l’ancienne organisation.

Les icônes, redessinées, sont elles aussi plus lisibles qu’auparavant.  Elles sont rassemblées dans la barre de menu du haut.

Un seul onglet rassemble désormais l’intégration :

  • des images
  • des hyperliens
  • des notes (écrites ou audio)
  • des étiquettes
  • des marqueurs
  • des pièces jointes

Des icônes du côté droit de la barre de menu du haut rassemblent, elles :

  • le brainstorming
  • la présentation
  • le diagramme de Gantt
  • le partage vers XMind.net, via un réseau local ou via Biggerplate)
  • les exports

2) Une nouvelle page d’accueil (point de départ)

Lorsqu’on crée une nouvelle carte, une nouvelle page d’accueil s’affiche.  Cette page peut également s’afficher en cliquant sur l’icône « Point de départ » en haut à gauche de l’interface.

Cette page d’accueil se subdivise en réalité en deux pages distinctes :

a) la page des diagrammes vides

Page des diagrammes vides

Il est donc beaucoup plus facile de choisir la structure de sa carte mentale d’un seul coup d’oeil.

Cette page est également remarquable par sa clarté et son ergonomie.

La barre de menu de gauche permet de revenir à l’interface d’édition de XMind 7 via l’icône en forme de flèche vers la gauche « Retour ».

Vous pouvez aussi visualiser et ouvrir les fichiers récemment créés en cliquant sur l’icône correspondante.  Ou bien ouvrir un fichier local en cliquant sur l’icône en forme de classeur.

b) Une page de modèles réutilisables

Cette page offre des modèles de formes, de couleurs et de polices de caractères prédéfinis.

Nouveaux modèles XMind 7

Les formes sont épurées, les couleurs pastel ou en tout cas, pas trop vives, les lignes fines et fluides : on sent que la tendance est au design minimaliste.

3) Le diagramme de Gantt amélioré

Le diagramme de Gantt est une fonctionnalité essentielle pour la gestion de projet.  Celui de XMind 7 a été amélioré.

Il est désormais possible d’effectuer les changements directement dans le diagramme de Gantt lui-même : vous n’êtes donc plus obligé(e) de revenir au menu d’édition de la carte mentale pour effectuer une modification de date, par exemple.

Un gain de temps appréciable ici aussi.

Nouveau diagramme de Gantt dans XMind 7

Autre nouveauté : vous pouvez désormais imprimer ce diagramme de Gantt et l’exporter directement sous format :

  • MS Project
  • image
  • PDF

Pour cela, il suffit de cliquer sur l’icône en haut  droite du diagramme.  Une fenêtre de dialogue s’affiche alors pour déterminer les spécificités de votre export :

Export du diagramme de Gantt dans XMind 7

Les options sont nombreuses et intéressantes, comme le filtre des dates, la sélection de tâches, etc.

4) La fiche information : afficher ou non les informations de la carte mentale

La fiche information, comme son nom l’indique, permet de gérer l’affichage des informations d’une mindmap XMind 7.

Vous pouvez décidez d’afficher ou non, sous chaque sujet :

  • les informations de tâches
  • les hyperliens
  • les pièces en attachement
  • les étiquettes
Informations du sujet affichées

La carte d’information est une partie du menu « Propriétés » du fond de la carte.

Pour y accéder, vous devez donc cliquer d’abord sur le fond de la carte pour vous assurer qu’aucun sujet n’est activé.  Ensuite, rendez-vous au menu « Propriétés ».

Fiche information dans XMind 7

C’est en cochant ces cases à gauche du menu « Propriétés » que vous définissez quelles informations s’afficheront dans les sujets de votre mindmap.

5) Les commentaires : un élément indispensable du travail collaboratif

On les attendait depuis longtemps : les commentaires !

C’est un élément essentiel du travail en collaboration, surtout en différé.

Insertion d’un commentaire dans XMind 7

Pour insérer un commentaire, c’est très facile : il suffit de cliquer sur l’icône en forme de page pliée accompagnée du signe « plus » en haut de l’interface.  Une fenêtre de dialogue comme celle ci-dessus s’affiche alors.  Il vous reste à la compléter.

Plus besoin de modifier directement la carte d’un collègue, au risque de le froisser : vous pouvez lui suggérer des modifications judicieuses sous forme de commentaires.

C’est aussi une fonction très intéressante pour les enseignants et les formateurs : nous allons pouvoir commenter les travaux de nos élèves et participants directement dans la carte.

6) Les bulles ou phylactères

Bulle XMind 7

D’autres logiciels de mindmapping offraient cette fonctionnalité depuis longtemps : je pense à Novamind, par exemple.

Ces bulles sont intéressantes car elles  peuvent apporter un supplément d’information visuelle à un autre niveau que le sujet.  D’autant plus que dans XMind 7, elles peuvent aussi avoir leurs propres sous-sujets et devenir à leur tour un sujet.

7) Export de l’arborescence générale

C’est une tendance chez les éditeurs de logiciels de mind mapping en ce moment.  Mindomo vient lui aussi de sortir cette fonctionnalité, l’export de l’arborescence générale d’une carte.

Chez XMind, elle était visible depuis longtemps mais elle n’était pas exportable en tant que telle.  C’est chose faite aujourd’hui.  Il est possible non seulement de l’afficher mais aussi de l’imprimer et de l’exporter.

Export de l’arborescence générale

Pour cela, il suffit de cliquer sur l’icône en haut à droite du cadre de l’arborescence et de choisir l’impression ou l’export.

8) Impression multi-pages de votre mindmap

XMind 7 permet aussi l’impression multipages des cartes mentales.

Impression multi-pages dans XMind 7

Vous pouvez sélectionner plusieurs pages à la verticale et à l’horizontale et imprimer de véritables posters.  Une option intéressante pour les éducateurs, mais aussi pour illustrer les salles d’un événement, etc.

Sélectionnez l’option Pages Multiples pour pouvoir choisir le nombre de pages total de votre impression.

9) Nouvelle structure : la ligne du temps

XMind 7 propose une nouvelle structure qui va faire un tabac : la ligne du temps.

Jusqu’ici, nous pouvions créer des lignes du temps dans XMind en détournant quelque peu les structures Arête de poisson (Ishikawa) ou organigramme haut.  C’était déjà efficace, mais pas très simple à mettre en oeuvre.

Avec la nouvelle structure « ligne du temps », tout se simplifie : voici par exemple, une ligne du temps que j’ai créée pour ma présentation sur les MOOC dans le cadre du Sommet mondial Mémoire et Apprentissage.

Cette carte est également disponible sur mon profil Biggerplate d’où vous pouvez la télécharger gratuitement au format XMind.

Evolution de la FOAD

Créer une ligne du temps de ce type est extrêmement simple : vous ajoutez une nouvelle date en tapant « Enter » et des sous-sujets en tapant sur « Tab » ou sur « Inser ».

Vous pouvez évidemment modifier les couleurs, les formes, les polices de caractères de vos sujets et y ajouter des images si vous le souhaitez.

La ligne du temps progresse alternativement vers le haut et vers le bas : c’est une idée simple mais géniale, car elle fait gagner énormément d’espace en longueur.

De quoi s’amuser au cours d’histoire-géo, non ?

10) Partage direct dans Biggerplate

Pour les afficionados de Biggerplate et de XMind, c’est du pain béni.  Même plus besoin de vous rendre sur la page de votre communauté de mindmappeurs préférée.  Vous pouvez partager votre carte sans même en sortir.

Partage sur Biggerplate

Pour partager votre carte, cliquez d’abord sur l’icône de partage, en haut à droite de l’interface et ensuite, cliquez sur « Partager via Biggerplate ».

Voilà, le tour est joué.

A condition d’avoir préalablement lié votre compte Biggerplate avec XMind 7 ce qui se fait via le menu « Préférences » dans « Editer ».

Combien coûte XMind 7 ?

Pour la sortie de cette nouvelle version, l’éditeur de XMind 7 a légèrement augmenté ses prix.  Mais rien de dramatique.  Je pense que, compte tenu du ratio qualité-prix, XMind 7 reste un des logiciels de mindmapping les plus complets et abordables du marché.

La version Plus est désormais à 69 euros.

La version Pro côute à présent 89 euros.

La version gratuite existe toujours, mais elle est évidemment limitée au niveau des exports et des fonctionnalités de type Pro et Plus.

Attention toutefois, qu’il existe des versions « Education » et « Non-profit sector/government » accessibles respectivement aux personnels des écoles et des étudiants et aux travailleurs du secteur à but non lucratif et gouvernemental.

Si vous n’êtes pas certain(e) de faire partie de ces catégories adressez-vous à XMind : ils vous informeront avec beaucoup de courtoisie.

Enfin, la mise à jour pour les heureux propriétaires de XMind 6 coûte 35 euros.  Pas de quoi vous ruiner et le bon qualitatif par rapport aux versions précédentes les vaut largement.

Lien de téléchargement de XMind 7.

Conclusion : une superbe version de XMind

Vous aurez compris à la lecture de cet article que je suis conquis par cette nouvelle version de XMind.

Bien entendu, je continue à regretter l’absence de collaboration en temps réel et de possibilité d’utiliser XMind sur une tablette (j’enfonce le clou, mais ce sont deux dimensions essentielles aujourd’hui).

Mais je suis vraiment séduit par les modifications et les apports vraiment intéressants de cette nouvelle version d’un des logiciels de mindmapping les plus populaires.  J’en suis d’autant plus heureux que je dois donner dans les prochaines semaines des formations en mindmapping avec XMind : de quoi profiter pleinement de cette nouvelle version.

Vous avez aimé cet article ?  Inscrivez-vous à ma newsletter et ne ratez plus aucun article ou événément !

Catégories
Logiciels Mind Mapping MindMeister Outils Test

Mindmeister 9 : un design plus élégant et une meilleure ergonomie

Le logiciel de mindmapping Mindmeister 9 est sorti ce 9 janvier.  J’ai testé pour vous cette nouvelle version qui mise l’essentiel sur l’ergonomie et le flat design.

La nouvelle version de MindMeister était attendue pour la fin 2013.  L’éditeur de logiciel de mindmapping a pris un peu de retard et nous présente aujourd’hui la version 9 de son software.

Je l’ai testée pour vous.  Et voici ce que ça donne.  Double-cliquez sur l’image pour l’agrandir au  maximum.  Ou cliquez pour visiter la carte publique « Essai de MindMeister 9 ».

Essai de MindMeister 9

Le flat design : un visuel épuré, très élégant

Au niveau du design, le nouveau MindMeister, tout comme la nouvelle version de XMind, sacrifie au « flat design« , un style visuel épuré dont vous trouverez une excellente description sur le blog de mon ami Philippe Boukobza.

Toute l’interface a été redessinée selon les principes du « flat design » : les nouvelles icones, les outils de navigation, etc.

Cela donne une visibilité, une clarté et surtout une lisibilité nouvelle à l’ensemble.  Mais l’aspect visuel n’est pas l’unique préoccupation des designers de MindMeister.  Ils ont manifestement bien écouté leurs utilisateurs qui leur réclamaient surtout une meilleure ergonomie.

Une ergonomie entièrement repensée

 L’ergonomie de MindMeister 9 a été entièrement repensée pour améliorer l’accessibilité des commandes et des menus.

Dès l’ouverture de l’application – MindMeister est une application de mindmapping en ligne – le changement saute aux yeux.  La liste des cartes, par exemple, a été entièrement redessinée.

La nouvelle liste des cartes

Alors qu’auparavant l’ensemble présentait une colonne unique, la page affiche à présent plusieurs colonnes : ici, par exemple, j’ai choisi d’afficher mes cartes et les dernières cartes publiques téléchargées sur le site de MindMeister.  Mais, pour la gestion de projet ou la gestion du temps avec la méthode GTD, par exemple, on peut également choisir d’afficher les tâches relatives à chaque projet.

Remarquez tout en haut de la page, le logo de l’entreprise à gauche et ma photo à droite : MindMeister est un logiciel collaboratif.  Cela explique pourquoi l’accent est mis sur les entreprises, les équipes et les membres de ces dernières.  La version Business de MindMeister vous autorise ainsi à inviter des collaborateurs, des clients ou des amis à participer à l’élaboration d’une carte avec toutes les fonctionnalités professionnelles sans devoir souscrire à un compte payant.  C’est ce que j’utilise par exemple lors de séances à distance de coaching étudiant ou chef d’entreprise.

Tout à fait à droite de cette première ligne, une icone en forme de roue dentée permet d’accéder d’un simple clic aux réglages de votre compte.

A la ligne suivante, des onglets vous donnent accès à vos cartes personnelles, à votre « channel », c’est-à-dire à vos cartes publiques sur les serveurs de MindMeister ou bien encore à l’ensemble des cartes publiques.

Enfin, la dernière ligne avant les cartes vous permet de créer une nouvelle mindmap ou un nouveau dossier, d’importer une carte ou un fichier depuis Google Drive ou un répertoire de votre disque dure par exemple.  Une autre commande – celle en forme de flux RSS – règle les paramètres de partage des cartes, le sens interdit supprime une carte tandis que le « i » affiche une liste d’informations à propos de votre carte.

Des menus plus lisibles et plus accessibles

Barre de menu

Le menu de droite a été complètement revu : ici aussi, le flat design a fait son apparition : de simples icones ont remplacé les étiquettes.

Il suffit d’un clic pour modifier la couleur ou la forme d’un sujet, l’apparence du texte et le style d’un texte.  C’est ici aussi que vous intégrerez des limites ou nuages de la couleur et de la forme que vous souhaitez.  Tout est paramétrable.

Il est toujours possible, bien entendu, d’intégrer des liens hypertextes vers des sites web ou bien des adresses e-mail (très pratique pour les garder sous la main lorsque vous travaillez sur des projets en partenariat).

C’est à travers ce menu que vous intégrerez aussi des documents (Word, PDF, Excel ou tout autre format) depuis votre disque dur, bien entendu, mais aussi depuis Dropbox, Evernote, Google Drive ou un périphérique.  MindMeister étant une application en ligne, vous pouvez tirer parti de tous les éléments du cloud.

Le même menu permet aussi l’intégration de notes et de tâches pour la gestion de projet.  Pour faire disparaître cette barre de menu, plus d’icone « réduire » dans le coin supérieur droit, mais une icone « réduire la barre » en bas à droite.

Les menus Zoom et Options de carte – qui permet de centrer la map, d’afficher ou non les ascenseurs (scrollbars) et les informations de tâches – ont été regroupés en haut à gauche de la feuille.

Exportez et intégrez vos présentations dans un blog ou un site web

Le mode présentation de MindMeister était déjà très souple et agréable.  L’affichage des branches a encore été amélioré et la transition entre les sujets est plus fluide que jamais.

Mais surtout, vous pouvez désormais exporter vos présentations : un nouveau bouton dans le menu « Exportations » vous permet de télécharger votre présentation sous forme d’une collection de slides au format ZIP (compressé).

Vous pouvez utiliser ces slides pour créer une présentation intégrée dans un blog ou un site web.  En tout cas, en théorie, car j’ai essayé à diverses reprises de télécharger deux présentations différentes avec deux extracteurs différents (Z.zip et The Extractor) et les fichiers étaient endommagés à chaque fois…   Sans doute un de ces bugs inévitables lors du lancement d’une nouvelle version…

Par contre, le mode présentation lance automatiquement le plein écran et dispose au bas de ce dernier une commande avant-arrière qui inclut le logo de votre entreprise.  Celui-ci est également repris au bas à droite de l’écran : vos auditeurs ne pourront pas ignorer d’où vous venez !

Détail du mode présentation

Il suffit de ne pas utiliser la souris ou de la placer hors du champ d’influence de cette commande pour qu’elle disparaisse.  Le mode plein écran de la présentation permet de ne pas distraire les participants de votre exposé, ce qui est appréciable…

Des améliorations de l’impression et de l’exportation

D’autres améliorations sont les bienvenues, comme celle de l’exportation en format PDF.  Les fichiers sont désormais exportés au format d’échange RDF de meilleure qualité, ce qui assure une meilleure fidélité de l’image de votre mindmap.

Les icones ont non seulement été redessinées, mais elles apparaissent à présent en haute résolution.  Leur nombre a été augmenté et elles comprennent maintenant un pack de 863 icones Emoji, très appréciées des jeunes.

L’impression des mindmaps a été revue : en cliquant sur l’icone en forme d’imprimante, vous générez en fait un fichier image de format PNG qui sera imprimé.  Je n’ai pas eu l’occasion non plus de tester cette propriété.

En conclusion

Dans la version 9 de MindMeister, comme dans la version 2013 de XMind, pas de révolution ni de grands chambardements.  Mais des améliorations appréciables de la navigabilité, de l’ergonomie et du design.

Et des améliorations de fonctions qui rendent la vie plus confortable.

Au niveau graphique des cartes à proprement parler, pas de révolution non plus.  Mais comme le disait Michael Hollauf lors de son exposé du Biggerplate Unplugged de Utrecht, MindMeister étant une application en ligne, elle est tributaire du développement des navigateurs.  Or, tous n’intègrent pas les derniers développement du html 5, par exemple, ou d’autres possibilités graphiques.

Bref, un logiciel de mindmapping rénové qui ne perturbera pas ses anciens utilisateurs mais qui risque bien, par son design, son ergonomie et son utilisation ultra-intuitive, d’attirer un nouveau public plus jeune.  Et par ses facilités d’emploi dans le travail collaboratif, il pourrait bien séduire plus d’une entreprise au passage.

Vous avez envie, vous aussi, de créer des cartes mentales en ligne, seul ou à plusieurs ?  Inscrivez-vous gratuitement sur MindMeister et testez la version 9 !

Vous avez aimé cet article ?  Inscrivez-vous à ma newsletter et ne ratez plus aucun article ou événément !

50.9686775.824968
Catégories
Logiciels XMind

Test – Dokeos Mind : un clone de XMind orienté e-learning !

J’ai testé Dokeos Mind, le logiciel de mindmapping de la plateforme d’e-learning Dokeos.  Il s’agit d’un clone de XMind, personnalisé pour s’intégrer au mieux dans l’environnement d’enseignement à distance.   Un logiciel léger et performant à la fois.

 J’ai vu passer plusieurs  fois le nom de Dokeos Mind : c’est celui d’un logiciel de mindmapping associé à la plateforme d’e-learning Dokeos.  Un logiciel de mindmapping en apparence parfaitement intégré à son environnement et qui permet de dessiner des cartes mentales dans le cadre de cours à distance.

 J’étais aussi curieux de découvrir Dokeos.  J’ai donc téléchargé les deux produits, mais pour l’instant, je n’ai testé que Dokeos Mind, qui peut fonctionner de manière autonome.  Et pour cause !

 Un clone de XMind !

 Car, à ma grande surprise, Dokeos est un clone de XMind…  XMind est non seulement  un « freemium » – un logiciel qui propose une version gratuite et plusieurs versions payantes.  C’est aussi – et on l’oublie souvent – un logiciel open source.

Il vous est donc loisible de développer votre propre logiciel de mindmapping à partir de ce code.  C’est ce qu’on fait les concepteurs de Dokeos Mind.  Voici une carte que j’ai réalisée à partir de ce logiciel et qui reprend l’essentiel de mes observations.   Vous pouvez la télécharger gratuitement depuis le site de Biggerplate, la plus grande communauté de mindmappeurs au monde).

Le logiciel Dokeos

Pour les utilisateurs de XMind, l’accessibilité est donc immédiate : ils se retrouvent dans l’environnement familier de leur logiciel de mindmapping préféré !  Dokeos l’a simplement personnalisé dans une certaine mesure, comme nous allons le voir plus en détail.

 Si pour les utilisateurs de Xmind, l’adaptation est instantanée, pour les autres, elle est aussi rapide et intuitive qu’avec le programme d’origine.

 Les Plus de Dokeos Mind

 Un des avantages de ce logiciel de mindmapping « customisé » est sans conteste son interopérabilité dans la plateforme d’e-learning Dokeos.  Cette intégration dans l’environnement d’enseignement à distance permet aussi un travail collaboratif en temps différé ou asynchrone : deux personnes peuvent travailler sur la même carte, mais pas en même temps.

 La galerie d’images de XMind, qui fait partie des options des versions payantes dans le software d’origine,  a été remplacée par une galerie d’images gratuite et personnalisée.  On y trouve des visuels adaptés à l’e-learning, bien entendu, mais aussi des avatars, des images spécialisées en médecine ou en logique ainsi que des cliparts plus généralistes.  Une aide bienvenue pour tous les  utilisateurs des cartes mentales qui s’arrachent souvent les cheveux pour trouver LA bonne illustration.

Les Moins de Dokeos Mind

 Si Dokeos Mind a repris le code de XMind, il n’en a pas conservé les options payantes.  Et donc, les exportations, par exemple, sont limitées aux gratuites : vers Freemind, HTML, image – les 3 formats PNG, JPEG et BMP – les banques de marqueurs, du texte TXT et enfin l’ancienne version de XMind 2008.

 Les importations par contre sont les mêmes : Freemind, banques de marqueurs, MindJet MindManager et l’ancienne version 2008 de XMind.

 Se limiter à la version gratuite de XMind, cela signifie que de nombreuses fonctions avancées – payantes – ne figurent pas dans Dokeos Mind et notamment : la gestion des tâches, le diagramme de Gantt, les notes audio, le module Brainstorming, l’historique,  la fusion et les clichés de carte.

Dommage pour Dokeos Mind que les cartes intégrées dans une plateforme d’e-learning ne soient pas cliquables à l’instar des mindmaps Mindomo, par exemple.  Et donc, les liens sauvegardés dans ces mindmaps Dokeos Mind ne fonctionnent pas.  Il n’est pas possible de télécharger de documents à partir d’une carte insérée dans la plateforme non plus.  Ni de visionner une vidéo.  Toutes choses parfaitement réalisables avec le logiciel Mindomo…

Des éléments modifiés

 Comme je l’ai déjà mentionné, Dokeos Mind affiche une  galerie d’images personnalisée.  Mais ne se limite pas à cela : les thèmes des cartes ont également été personnalisés.  On trouve ainsi le thème par défaut de XMind, mais aussi un thème « Métaplan », « Médical », « Dokeos » et « Scketching ».  Ce dernier est tout en gris, comme un brouillon et utilise les « avatars », ces personnages grisés disponibles dans la galerie d’image Dokeos Mind.

 Les fonds de carte sont également modifiés et aux fonds parfois très baroques de XMind ont été substitués des fonds de couleurs unies, passe-partout et très pratique – exemple, le fond bleu pastel de ma carte ci-dessus.

Les marqueurs sont toujours présents, mais il faut les chercher un peu : ils ne figurent pas dans le menu « Voir », mais exclusivement dans le menu « Insérer », contrairement à ce qui se passe dans XMind.

 En conclusion

 Dokeos Mind est un clone « léger » correspondant à la version gratuite du « freemium » XMind.  Une version personnalisée, utilisant des outils dédiés à l’enseignement à distance.  Un produit adapté à ses fonctions et à son environnement.   L’utilisateur qui souhaite une version gratuite peut utiliser celle-ci plutôt que la version XMind s’il souhaite bénéficier des illustrations gratuites.   Pour une plateforme d’e-learning, le choix d’un clone de XMind est intelligent : on y retrouve la simplicité d’utilisation, alliée à l’esthétique du produit original et à ses structures nombreuses et flexibles.   Des atouts non-négligeables pour l’enseignement en ligne.

Le seul regret : que cette intégration basée sur un « clone » de XMind ne permette pas de cliquer sur des liens pour accéder à des ressources externes ni de visionner de la vidéo, ni de télécharger des documents embarqués dans la carte mentale.

Vous avez aimé cet article ?  Inscrivez-vous à ma newsletter et ne ratez plus aucun article ou événément !

Catégories
Applications Logiciels Mind Mapping MindMeister Outils Test

Test: Mindmeister, mindmapping multiplateforme et collaboratif

Dans la série de tests d’outils de mindmapping que je suis en train de conduire, j’ai essayé MindMeister.

Et j’ai été agréablement surpris : voici un logiciel vraiment multiplateforme, collaboratif en temps réel, qui intègre bon nombre de fonctionnalités intéressantes.

Jusque-là, je ne m’étais jamais beaucoup intéressé au logiciel de mindmapping MindMeister.  Son graphisme aux branches un peu squelettique ne me séduisait pas vraiment.  Et puis, j’ai vu ce que d’autres parvenaient à en tirer.  Et, lors de l’événement Biggerplate Unplugged de Paris, je dois reconnaître que j’ai été impressionné par la performance de Sir Thomas Thornton, le représentant de MindMeister.

Ce qui m’a frappé dans son discours, outre le fait qu’on puisse utiliser MindMeister en mode collaboratif en temps réel, c’est ceci :

 « Nous voulons rester simples.  Nous voulons nous concentrer sur l’essentiel du mindmapping.  Si vous cherchez une usine à gaz, ne venez pas chez nous ! »

 (Je cite de mémoire).  Voilà un discours qui me plaît bien et qui plaît aussi à mes clients, pour l’essentiel des PME ou des associations qui n’ont pas besoin de fonctionnalités chères et superflues.  Mais qui veulent un produit fiable et efficace, à la fois complet et simple à prendre en main.

MindMeister répond-t-il à ces critères ?  C’est ce que j’ai voulu vérifier.

Un contenu largement paramétrable

J’ai donc testé le produit et je vous ai livré mes impressions sur cette carte (double-cliquez sur la carte pour l’agrandir au maximum).

Carte réalisée avec Mindmeister

D’abord, j’ai découvert que, contrairement à ce que je pensais, vous pouvez modifier les branches et les sujets à volonté : taille, couleur, forme, texte, etc.

MindMeister possède aussi sa propre banque d’images et d’icones, mais vous permet aussi d’en chercher d’autres sur Internet et d’utiliser les vôtres.  Mieux, il ajoute vos images à sa bibliothèque, vous permettant de les réutiliser plus rapidement une prochaine fois.

Menu MindMeister

J’ai particulièrement apprécié l’ergonomie : tout est à portée de main : les commandes essentielles sont regroupées dans un menu en haut à droite de votre écran.

Elles vous permettent d’intervenir sur le format du texte, sa couleur, la forme des sujets, leur couleur.   La forme, la couleur et l’épaisseur des limites.

Vous pouvez aussi insérer des icones et des images via ce menu.

Et surtout, vous pouvez intégrer des notes – l’éditeur peut être réduit comme sur l’image pour une note simple, ou agrandi en cliquant sur le lien « avancé… » en bas à droite.   Dans ce cas, la case s’agrandit en une fenêtre qui comporte des outils d’édition : tailles et polices de caractères, couleurs, insertion d’images, copier/coller, etc.

L’onglet « Liens » permet d’intégrer des hyperliens dans vos sujets.  Ces liens peuvent renvoyer vers des sites Web – Mindmeister vous suggère même des sites traitant du sujet ! – vers un autre sujet de la même carte ou d’une carte mentale présente dans votre liste personnelle.  Ou encore, vers une adresse e-mail.

La commande « Fichiers » sert à intégrer des fichiers de différents formats dans votre sujet : Word, Excel, etc.  Vous pouvez choisir de les sélectionner depuis votre disque dur, mais aussi depuis Dropbox, Google Drive ou Evernote.  Vous pouvez aussi glisser-déposer un document dans l’encadré : MindMeister se charge du reste !

Gestion de projet : rappels par e-mail et liaison avec votre agenda !

Le dernier onglet de la série « Tâches » concerne la gestion du temps et de projets.  J’ai particulièrement apprécié cette partie du logiciel.  Car non seulement MindMeister vous permet d’intégrer l’heure de début et de fin, la durée de l’action, la personne responsable, etc.  Mais surtout, vous pouvez demander à recevoir un email de rappel d’une tâche ou lier cette carte à votre calendrier Google Agenda ou iCal sur Apple !

De quoi ne plus rien oublier !

Je suis curieux de tester la méthode Getting Things Done sur une carte MindMeister !

Autre caractéristique intéressante de MindMeister : il est multiplateforme.  C’est un logiciel en ligne qui permet de travailler depuis un PC, un ordinateur Mac, un iPhone ou un iPad ou encore une tablette Androïd.   Je n’ai pas encore testé l’application iPhone, mais je compte le faire dans les tout prochains jours et je vous tiendrai au courant !

La communication avec Google Drive est très fluide, tout comme celle de MindMup dont je vous rendais compte hier.  Je n’ai pas encore vraiment testé la collaboration en ligne non plus.  Ce sera également le sujet d’un prochain post.

Présentation et révisions

Par contre, j’ai pu tester le module de présentation et j’ai été bluffé : le système fonctionne à partir de sélection des sujets qui sont « convertis » en slides.  La transition entre ces slides se fait par déplacements, par zooms ou par floutage.  C’est très fluide, on ne perd pas la vision d’ensemble de la carte.  Cela rappelle assez le module de présentation de Novamind.

Le logiciel comprend aussi un outil de révision qui permet à tout moment de revoir toutes les étapes de construction de la carte mentale : celle-ci peut être visionnée comme une présentation avec les différentes phases qui s’affichent à la vitesse voulue.  C’est une fonctionnalité très intéressante quand on travaille à plusieurs sur une même carte à des moments différents (collaboration asynchrone).

Importations et exportations de et vers de nombreux formats

MindMeister permet également de nombreuses importations et exportations.  Il importe du fichier texte, des cartes mentales XMind, MindManager ou FreeMind.

J’ai effectué un test avec la carte XMind suivante : une mindmap sur les objectifs Smaart que j’avais réalisée en début d’année 2012 (double-cliquez sur l’image pour l’agrandir) :

Carte XMind sur les objectifs Smaart

Et voici ce que ça donne après importation dans le logiciel de mindmapping MindMeister.

La couleur des branche a disparu, mais toutes les images sont présentes, ainsi que la relation entre les deux sujets « durée ».  Le sujet flottant avec mon nom et le logo Lingua Franca Academy est toujours à sa place.  La limite entre Adéquation et les sujets qui en dépendent est toujours présente.

Carte importée dans MindMeister

Dans une autre carte que j’ai importée depuis FreeMind, les hyperliens avaient également été conservés.  Je n’ai pas encore tenté d’importer du texte ou une carte contenant des informations de tâches.

MindMeister exporte aussi vers divers formats.  Selon l’option de prix que vous aurez choisie – gratuite, personal, pro ou business – le nombre de formats varie.

Pour la version la plus complète, il est possible d’exporter vers Word, PowerPoint, du texte RTF, PDF, XMind, FreeMind, MindJet, images PNG et JPEG,  documents en mode plan…

En conclusion

Comme je le disais en introduction, j’ai été agréalement surpris par la dernière version de MindMeister.  Même si je déplore le graphisme un peu basique des branches, le reste du logiciel m’a convaincu.  Un logiciel de mindmapping très complet, permettant d’intégrer de nombreux formats, d’échanger avec de nombreux logiciels, de gérer des projets en lien avec un agenda Google ou iCal, etc.  Et un logiciel collaboratif pour un prix raisonnable puisque les prix vont du gratuit pour la formule basique à 14.95 euros par mois pour la version business.   Le paiement annuel permet une réduction de 17 % sur le prix mensuel.

MindMeister est donc un logiciel de mindmapping très complet, convivial et à l’excellent rapport qualité-prix.  Il n’y a que les ânes qui ne changent pas d’avis…  Un logiciel que je continuerai donc à tester.  Et je vous tiens au courant, bien entendu.

Et vous ?  Avez-vous une expérience MindMeister ?

Vous avez aimé cet article ?  Inscrivez-vous à ma newsletter et ne ratez plus aucun article ou événément !

50.9686775.824968
Catégories
Applications Logiciels Mind Mapping Outils Test

Test application de mindmapping en ligne et open source : MindMup

Cela faisait deux semaines que je voyais passer sur Scoop it, sur Twitter ou d’autres réseaux sociaux le nom MindMup.

J’ai voulu en savoir plus sur cette application gratuite et open source de mindmapping en ligne.

Voici les résultats de mon test.

Depuis environ deux semaines, il ne se passe pas un jour sans que je voie apparaître quelque part le nom d’une nouvelle application gratuite de mindmapping : MindMup.  Une application open source et « sans friction » si on en croit le slogan de la marque.

Et une application proposée dans les applications Google Drive.   Cela tombe bien, je suis en train de tester toute une série d’outils en ligne et surtout qui permettent de collaborer à partir de Google Drive.

Et c’est sans doute le point le plus positif de cette application en ligne de mindmapping : elle fonctionne de façon très fluide avec Google Drive.   Les fichiers s’ouvrent et s’enregistrent sans problèmes, en une fraction de seconde.

Une liaison fluide avec Google Drive

J’ai donc réalisé une carte mentale avec MindMup en évaluant ses fonctionnalités.  Et je dois dire que je n’ai pas été très enthousiasmé.  A part la liaison fluide avec Google Drive, je n’ai pas trouvé grand chose de très positif.  Pour moi, une fois de plus, il s’agit d’un exemple de ce que Tony Buzan appelle le « proto-mindmapping ».  Il n’est pas possible, par exemple, d’intégrer des images, des relations ou des limites (appelées nuages dans certains logiciels de mindmapping) dans votre carte. (Cliquez sur l’image pour l’agrandir).

Carte mentale réalisée avec MindMup

MindMup permet de créer des cartes mentales très rudimentaires en ligne, gratuitement et sans aucune inscription.  Il est également open source ce qui permet de s’approprier le code et de le transformer en une nouvelle application.

Du mindmapping orienté texte

La création des cartes mentales est très intuitive : pour créer un sujet de même niveau, il suffit de taper Enter et pour un niveau en-dessous, de taper sur la touche Tab.

Pour insérer un lien dans un sujet, il suffit d’y copier le lien : lorsque le lien est sauvegardé, une icone en forme de deux maillons de chaîne apparaît à la droite du sujet.  Une icone peu discrète, d’ailleurs…

MindMup permet d’intégrer des « attachements » à vos sujets.  En fait, pour l’instant, on ne peut attacher que des notes à l’aide d’un éditeur.

Celui-ci permet pas mal de transformations du texte, comme l’atteste l’image suivante, ainsi que l’insertion d’images et d’hyperliens. (Cliquez sur l’image pour l’agrandir).

Editeur de note de MindMup

Si on ne peut modifier les branches, on peut toutefois changer celle des sujets.  Soit en utilisant le menu, soit par un raccourci-clavier un peu bizarre : Shift-barre d’espace et ensuite écrire le nom de la couleur.  C’est très vite lassant…

Par contre, comme je l’ai déjà dit, la connexion avec Google Drive est très fluide et les cartes sauvegardées sur votre compte s’affichent très rapidement sous forme de ces petits personnages amusants mi-cartes mentales, mi-pieuvres sympathiques…

Icones MindMup dans Google Drive

Fonctions d’exportation de MindMup

J’ai voulu tester aussi les fonctions d’exportation de MindMup.

D’après les concepteurs, on peut exporter les cartes MindMup vers Freemind, vers du texte au format txt, vers de l’HTML et vers une image de type PNG.

J’ai donc testé les différentes possibilités.

Pour l’image, c’est vraiment décevant.   MindMup vous propose une image réduite et toute en gris de votre carte.  Vous devez effectuer un clic droit sur cette image et choisir de sauvegarder l’image sur votre disque dur.  Ce que j’ai fait.  Et voici ce que ça donne :

Image PNG de ma carte MindMup

J’ai ensuite tenté l’exportation vers FreeMind.  J’ai donc exporté ma première carte MindMup vers le format FreeMind.  J’ai ouvert ma carte avec XMind puisque dans ma version du logiciel, je peux ouvrir directement toutes les cartes provenant de ce format.  Et voici le résultat :

Essai d’exportation vers FreeMind

Toutes les branches et les sujets sont présents.  Mais ils sont complètement inversés par rapport à l’original ! L’hyperlien intégré dans le sujet Insertion – Lien ?  est toujours là, mais sous forme de contenu non-actionnable.  Quand à ma longue note écrite avec l’éditeur de texte de MindMup, elle a purement et simplement disparu.

L’exportation vers le format TXT est plus convaincante : le texte est présent – sauf celui de l’éditeur, dommage ! – et suit la structure de la carte.  Le voici dans le bloc-note de Windows :

Ma carte MindMup exportée au format TXT

Il me restait à tester les fonctions d’importation depuis Freemind.  Ce que j’ai fait à partir d’une carte XMind que j’ai convertie en carte Freemind et que j’ai exportée vers MindMup.

Voici la carte originale :

Fichier Freemind à importer dans MindMup

Et voici à présent le résultat de l’importation de ma carte Freemind dans MindMup :

Carte mentale Freemind importée dans MindMup

Tout y est, et cette fois, dans le bon ordre : mais je n’ai pas mis de difficultés comme des hyperliens ou des attachements.

Les branches sont fluides, et la carte plutôt élégante dans sa structure.

En conclusion

pour moi, MindMup n’est encore qu’un logiciel de « protomindmapping » et non pas de mindmapping proprement dit.  Ses limites sont encore trop importantes, notamment au niveau des images, des attachements de documents, de l’intégration de relations, de limites, etc.

Ses importations-exportations sont limitées à la structure et au sujet, mais les éléments intégrés dans la carte sont perdus lors des transferts.  Son export vers le format image PNG en gris est particulièrement décevant.

Ses avantages sont surtout la gratuité, le fait de pouvoir dessiner une carte sans inscription.

En trois semaines, l’application aurait rassemblé quelque 35.000 inscriptions.  Et mobilisé un embryon de communauté, appelé à voter pour inclure de nouvelles fonctionnalités dans MindMup.  Il y a donc à parier que cette application gratuite évoluera très rapidement.  Affaire à suivre donc…

50.9686775.824968
Catégories
Applications iPhone Logiciels Mind Mapping Mindmaple Outils Test

MindMaple sur iPhone : intégrez tout y compris vos photos digitales !

La version MindMaple pour iPhone est-elle complète ?  Pouvez-vous réellement intégrer tous les éléments comme dans la version Windows ?

C’est ce que j’ai voulu vérifier et les résultats sont plutôt positifs.

Cela fait deux semaines que je teste la version MindMaple pour Windows et je dois dire que je suis plus que séduit.  J’entame cette semaine ma première formation en entreprise avec ce nouveau-venu des logiciels de mindmapping.  Un nouveau-venu qui pourrait bien devenir un des nouveaux standards tant il propose de fonctionnalités intéressantes sans pour autant verser dans le côté usine à gaz que l’on reproche de plus en plus aux standards actuels.

J’ai également voulu tester la version iPhone.  Dans un article précédent sur Mindmaple multiplateforme, collaboratif et gratuit, je vous parlais d’une carte que j’avais commencée avec mon iPhone et que j’avais terminée sur mon PC.

Aujourd’hui, j’ai voulu sonder davantage cette version pour smartphone et voir quelles étaient ses limites.  Des échanges via Twitter avec certains utilisateurs laissaient entrendre qu’on « ne peut pas tout faire avec la version pour iPhone ou iPad ».

J’ai donc réalisé la carte que voici, intégralement avec l’iPhone.

Test de l’application MindMaple iPhone

J’ai donc pu vérifier qu’il est possible de créer une carte complète avec la version pour smartphone.   J’ai pu changer le thème de la carte.   J’ai pu modifier la couleur et l’épaisseur des branches, des sujets, du texte.  J’ai pu ajouter une limite ou une relation sans problème.  J’ai pu intégrer des fonctions de gestion des tâches, en y ajoutant des ressources, exactement comme dans la version Windows.

J’ai intégré deux notes de texte dans ma carte mentale MindMaple ainsi qu’un hyper-lien que j’ai testé et qui fonctionne.

Une fonctionnalité qui tire profit du potentiel  photo des smartphones !

J’ai également inséré dans ma mindmap des images en provenance de la collection de cliparts (plus riche d’ailleurs que dans la version windows) ou des icones.  J’ai pu intégrer des photos en provenance d’un fichier photos sauvegardé sur l’iPhone, mais surtout – très bonne surprise ! – des photos que j’ai prises immédiatement avec mon smartphone !

Vous cliquez sur l’icone « Image » dans le menu de droite et le menu suivant vous propose le choix entre les icones, les cliparts, les images de la bibliothèque et une icone qui représente un appareil photo.  En cliquant sur cette dernière, vous ouvrez votre appareil photo intégré, vous prenez un cliché.  Vous avez ensuite le choix de conserver cette photo dans la banque d’images de MindMaple ou de la rejeter.

Si vous choisissez de la conserver, vous pouvez l’inclure directement dans un sujet de votre carte mentale.  Cela signifie que lorsque vous mindmappez sur un événement, vous pouvez intégrer directement des photos issues de cet évènement lui-même.  Cela peut être le conférencier pendant une conférence, des clichés d’une voiture particulière au salon de l’auto, des modèles lors d’un défilé de mode, etc.  Vous devinez sans peine le parti qu’on peut tirer d’une telle fonction !

Certaines fonctions très spécifiques sont absentes

Par contre, certaines fonctions ne sont pas présentes dans la version iPhone : comme le retour à la taille d’origine de l’image ou les cadres autour des images que l’on peut redimensionner et colorer dans la version Windows.   Les retouches photo comme le changement de couleurs d’une image ne sont pas présentes non plus.

Mais il est possible d’utiliser les onglets et de créer plusieurs cartes au sein d’un même classeur.   Cela permet aussi de gérer des projets comportant des cartes secondaires à partir de votre iPhone.

La carte peut-être envoyée vers votre Dropbox, votre compte Google Drive, votre email ou en tant que photo dans le répertoire Photos de votre iPhone.  Pour ma part, j’ai choisi de l’envoyer vers un répertoire.  C’est de là que je l’ai récupérée et que je l’ai transformée en image pour cet article.  Je l’ai également transférée vers Google Drive et vers le répertoire Photos de mon iPhone.  Tout fonctionne !

En résumé, même si certaines fonctions très spécifiques – de traitement d’image, par exemple – ne figurent pas sur la version MindMaple pour iPhone, elle-ci constitue néanmoins une excellente application de mindmapping sur votre smartphone préféré.   A quand une version Android ?

Vous avez aimé cet article ?  Inscrivez-vous à ma newsletter et ne ratez plus aucun article ou événément !

50.9686775.824968
Catégories
concept map Logiciels Mind Mapping Outils Test

MindMaple : un logiciel de mindmapping complet pour un prix dérisoire

Envie d’un logiciel de Mindmapping complet et pas cher ?  Au graphisme élégant et aux possibilités innombrables ?

Et qui évolue constamment pour offrir à ses clients de nouvelles fonctions intéressantes ?  Le tout pour un prix dérisoire ?

Alors, jetez un coup d’oeil du côté de MindMaple !

Article mis à jour le 23-03-2013 : précisions sur la plateforme collaborative de Mindmaple. Version pour iPhone.

S’il apparaît de nouveaux logiciels de mindmapping – ou qui se prétendent tels – quasiment toutes les semaines, on ne peut malheureusement pas dire qu’ils se valent tous.  Certains peuvent à peine afficher 4 mots, 3 images et deux flèches.  Le tout non-paramétrable, bien entendu.  Et c’est vendu comme du mindmapping…

Avec MindMaple, vous êtes dans un tout autre univers.

Lorsque je l’ai vu et essayé, il y a environ un an et demi, c’était un logiciel au graphisme intéressant mais aux fonctions limitées.   Quelque part entre une version beta d’XMind et une période d’essai d’iMindMap…

Aujourd’hui, le logiciel a évolué de façon spectaculaire !  Mais pas son prix…  (Cliquez sur l’image pour l’agrandir).

Essai du logiciel de mindmapping MindMaple

Un logiciel extrêmement complet…

La prise en main de ce programme est extrêmement aisée : cliquez sur le sujet central, glissez et votre premier sujet principal est créé.  Répétez l’opération et vous créez un sous-sujet.  Une pression sur la touche Enter et vous obtenez un autre sujet de même niveau.

Tout est paramétrable : la couleur, la taille, le style du texte, mais aussi la forme, le contour, le contenu des sujets, la forme des images, leur contraste, leur luminosité, leurs couleurs, etc.  Vous pouvez inclure des limites – ou nuages – et des relations de façon aussi simple.

Les menus sont très lisibles : vous êtes dans un environnement MS Office 2007-2012.

Le logiciel gère aussi les tâches et les ressources pour la gestion de projet.  Il est multicartes : vous pouvez ouvrir plusieurs cartes dans un classeur.

Les imports-exports sont très nombreux avec la plupart des programmes standards : Word, Excell, PowerPoint, mais aussi PDF, Freemind, Mindjet MindManager…

Les sujets flottants s’introduisent d’un double clic sur le fond de la carte comme dans XMind.  Les sujets sont déplacés en cliquant sur une croix comme dans Novamind.

Et enfin, le prix est plus qu’attractif : il existe une version gratuite, MapleMind Lite, qui permet de faire énormément de choses.  La version Pro coûte 9,99 dollars en version annuelle et 49,99 dollars en licence à vie…

Des possibilités de structures impressionnantes

MindMaple est bon en mindmapping, vous l’aurez compris.  Mais ce logiciel est aussi très plastique.   J’entends par là qu’il peut s’adapter à d’autres structures.

J’ai voulu tester le programme en matière d’organigramme et voir à quel point on peut y intégrer d’autres structures secondaires.

Il passe le test avec élégance : jugez plutôt !

Essai de structure « organigramme »

J’ai imaginé la présentation d’activités parascolaires pour une école primaire.  J’ai donc créé une structure en organigramme et essayé d’y inclure des structures en arbre logique gauche, organigramme bas, classe droite.

Le résultat est plutôt convaincant.

Par contre, MapleMind n’existe pour l’instant que pour la plateforme Windows, l’iPhone et l’iPad.  Dommage.  Une version Mac est annoncée pour bientôt.  Ses cliparts sont plutôt pauvres : dommage aussi pour un logiciel au graphisme si fluide et élégant.

En conclusion 

Voici un logiciel qui a évolué de manière spectaculaire en un peu plus d’un an, passant du stade du protomindmapping à celui de concurrent sérieux de logiciels comme XMind…

Les menus sont ergonomiques, le style graphique entièrement paramétrable est très séduisant et les possibilités de structures, d’import-export et de gestion de projets sont nombreuses et bien conçues.  Le tout pour un prix dérisoire.  Ce qui, à mon avis, en fait un programme de choix pour les communautés éducatives ou les étudiants, par exemple.

Depuis mars 2013, MindMaple offre une plateforme collaborative en temps réel basée sur une connexion avec Google Drive.

Vous avez aimé cet article ?  Inscrivez-vous à ma newsletter et ne ratez plus aucun article ou événément !

50.9686775.824968
Catégories
Apprendre à apprendre Apprentissage des langues Connaissance enseignement secondaire Etudier efficacement Flashcards Jeunes Langues Logiciels Outils Pédagogie

Studyblue : créer ses flashcards en ligne

Vous devez mémoriser des flots de matière ?  Vous ne savez pas comment faire ?

Studyblue, une application pour créer vos flashcards en ligne peut vous aider !

Il y a quelques semaines, je vous avais dit tout le bien que je pense des « flashcards », ces fiches que l’on peut dessiner soi-même et utiliser pour mémoriser rapidement des quantités impressionnantes d’informations.

Je vous disais aussi comment les dessiner à la main.  J’ai une bonne nouvelle pour vous : plusieurs programmes et applications vous permettent de le faire en ligne ou via un programme téléchargeable sur votre PC.

Aujourd’hui, je vais vous parler de Studyblue, une application en ligne et sur iPhone.  Une autre bonne nouvelle : il existe une version de base gratuite qui permet de faire beaucoup de choses.  Une (moins bonne) nouvelle : elle est en anglais.  Voyons le bon côté des choses : c’est aussi l’occasion de réviser la langue de Shakespeare !

Une création facile et intuitive

Pour vous connecter sur Studyblue, le plus simple, c’est de vous « logger » via Facebook.

Ensuite, vous arrivez sur un écran d’accueil plutôt austère :

Ecran d’accueil

Vous avez le choix entre trois menus : Make (faire, créer), Find (trouver) ou Study (étudier).

Le premier menu vous permet de créer immédiatement de nouvelles flashcards.  Il vous conduit à un autre écran où vous pouvez composer vos cartes personnelles.

Ecran flashcards

La carte que vous êtes en train de créer figure au centre de l’écran.  Vous tapez le premier terme en haut et immédiatement, des suggestions – toutes en anglais – apparaissent à votre droite.  Ce sont des suggestions provenant de cartes similaires à la vôtre.  Cela peut être utile pour compléter vos définitions.

Une petite icone en forme de clip pour papier vous permet d’intégrer très simplement une image dans votre carte : soit en glissant une image depuis votre tableau de bord, soit en la chargeant depuis un répertoire de votre disque dur.

Vous créez la carte suivante en tapant sur la touche tab de votre clavier.

Lorsque votre jeu de cartes est terminé, vous le sauvegardez dans un répertoire :

Fenêtre de dialogue de sauvegarde

J’ai créé dans mon espace disponible, un répertoire « Anglais » dans lequel j’envisage de sauvegarder toutes mes applications dans cette langue.

Voici mon Backpack, c’est-à-dire mon espace de sauvegarde, dans lequel je retrouve mon répertoire « Anglais » et les deux jeux de vocabulaire que j’ai créés aujourd’hui afin de tester l’application.  Vous accédez à cet espace via le menu « Study » en page d’accueil.

Backpack ou espace de sauvegarde

L’application gratuite permet déjà de créer des jeux complexes.  Elle vous donne accès aussi à du contenu déjà créé par le menu Find où vous trouverez les jeux élaborés par d’autres.

Si vous êtes étudiants, vous pouvez ajouter votre école et votre classe et ainsi partager avec vos collègues les ressources que vous avez créées via StudyBlue.  Une boîte personnelle a été créée à vote nom grâce à laquelle vous pouvez aussi échanger des messages de type email.

Tarifs

Il existe deux versions payantes du logiciel : SB Go et SB PRO

Tarifs

La version Go – qui coûte un dollar par mois – vous enlève les pubs : franchement, elles ne sont pas trop dérangeantes.  Mais dans l’environnement scolaire, elles sont rarement les bienvenues…

La version PRO ajoute des Study Reminders, c’est-à-dire des rappels qui vous préviennent qu’il est temps de revoir telle ou telle matière.

Elle masque automatiquement les cartes que vous connaissez déjà ce qui vous économise des ressources mentales : vous vous fatiguez donc moins puisque vous ne revoyez pas inutilement des choses que vous connaissez déjà !

Pour les matheux, cette version comprend également un « éditeur d’équations » très utile pour revoir vos cours !

Vous pouvez également télécharger le contenu partagé et formater le texte de vos flashcards.

Mais la version gratuite offre déjà de nombreuses fonctions pour vous aider à réviser efficacement !

Et pour ceux qui ont un iPhone, il existe aussi une app gratuite téléchargeable depuis l’AppStore.  Une version Androïd est également disponible pour ceux qui travaillent sur une tablette.

C’est sur Studyblue.com !  Bon travail 😉

Vous avez aimé cet article ?  Inscrivez-vous à ma newsletter et ne ratez plus aucun article ou événément !

Catégories
Apprendre à apprendre Ateliers Coaching Coaching scolaire concept map Connaissance enseignement secondaire Etudier efficacement formation Jeunes Logiciels Mind Mapping Outils Pédagogie

Etudier avec le mindmapping et CQQCOQP : la ligne du temps

Résumer un texte est une excellente façon de préparer la compréhension et la mémorisation en vue d’un examen.

Mais cela ne suffit pas.  Je vous propose d’aller plus loin avec la méthode CQQCOQP et quelques fonctionnalités intéressantes d’XMind.

Hier, nous avons vu un exemple de résumé de texte réalisé avec XMind.  Ce résumé correpond aux étapes 2 et 3 de notre méthode Etudier efficacement en 5 étapes : prendre contact avec le cours et réactiver la mémoire.

Aujourd’hui, nous allons travailler avec une méthode et des outils qui s’apparentent davantage à la quatrième étape : réutiliser ses connaissances.

Mobiliser les bons neurones

Pourquoi changer de méthode ?  Pourquoi ne pas continuer à lire et à résumer, puisque cela fonctionne ?

Pour plusieurs raisons.  Lire et résumer sont d’excellents moyens de comprendre et de mémoriser un texte – cours, article, livre, etc.

Mais, si nous voulons être performants lors d’un examen, nous devons aller plus loin.

Car, le professeur va nous poser des questions auxquelles il va falloir répondre précisément.  Non pas restituer toute la matière.  Mais « réutiliser« , « mobiliser » la partie de celle-ci qui correspond exactement à la question posée.  Et sous une forme qui n’est pas la même que celle du cours.

Comprendre, mémoriser, restituer, réutiliser… ne font pas appel aux mêmes groupes de neurones dans notre cerveaux.  Parce que ce sont des opérations mentales différentes, elles mobilisent d’autres région du cerveau.

Pour être performants lors des examens, il va falloir travailler sur ces zones différentes.  Voici comment.

Entrer par d’autres portes : CQQCOQP

Hier, en résumant notre texte par une mindmap, nous sommes entrés dans ce texte en suivant le chemin proposé par l’auteur : le titre, le chapô, les intertitres, etc.  C’est l’ordre et la logique de l’auteur.  Et nous nous les sommes appropriés en résumant le texte selon ces titres, intertitres, etc.

Aujourd’hui, nous allons explorer le même texte en entrant par différentes portes.  En utilisant 7 questions : CQQCOQP.  Comme sur la carte ci-dessous :

Carte mentale : la méthode CQQCOQP

Vous l’avez compris, cette expression bizarre est simplement un acronyme, un mot construit à partir de l’initiale de chaque question : comment ?  Qui ? Quand ? Combien ? Où ? Quoi ? (ou que ?) et Pourquoi ?

Ces simples questions vont nous permettre d’interroger le texte de Don Verzé.

Nous allons faire comme le professeur : poser des questions !

Cela va mobiliser d’autres régions de notre cerveau, d’autres neurones.  Et donc, renforcer notre compréhension et notre mémorisation du texte.  Mais en plus, cela nous prépare à répondre de façon efficace aux questions du professeur le jour de l’examen !

Et – bonus non négligeable – en utilisant diverses techniques, nous empêchons notre cerveau de se lasser.  Si vous variez les techniques lorsque vous étudiez, vous vous fatiguerez beaucoup moins et vous vous lasserez beaucoup moins vite qu’en vous contentant de lire le texte encore et encore !  Et vous serez beaucoup plus efficace… tout en vous ennuyant beaucoup moins !

Première question : Quand ? Et la ligne du temps

Hier, nous avons vu que l’année 1970 marquait un véritable tournant dans la vie de Don Verzé.

Aujourd’hui, je vous invite à explorer davantage le temps dans ce texte.

Pour ce faire, nous allons repérer toutes les dates.  Et puis, nous allons construire un outil visuel.  Mais pas une mindmap.  Nous allons profiter d’une autre fonction de XMind :  l’arrête de poisson qui va nous permettre de créer une ligne du temps pour bien visualiser la progression des événements.

Ligne du temps du texte Don Verzé

Le texte ne nous donne pas la date de naissance du prêtre.  Mais nous savons quand il est mort et à quel âge.  Nous pouvons donc en déduire qu’il est né en 1920.

Ensuite, le texte nous donne la date de 1970, qui est l’année-charnière de son existence.  Et puis 2010 et 2011, deux années pendant lesquelles les événements se précipitent jusqu’au décès du personnage principal de cette histoire…

Nous avons donc, rassemblés sur une page, sous forme graphique, la succession des événements et leurs relations entre eux.

Dans un autre article, je vous montre comment répondre à la question Qui ?  avec une autre méthode : la carte conceptuelle.

Bon travail 😉

Ces cartes ont été réalisées avec XMind.  La version gratuite est suffisante pour réaliser ces outils sur votre ordinateur, PC, Mac ou Linux.

J’enseigne ces méthodes lors d’ateliers Apprendre A Apprendre et aussi lors de coaching étudiant à distance ou de soutien scolaire individuel.

Vous avez aimé cet article ?  Inscrivez-vous à