Catégories
formation en ligne Uncategorized

Webinaire gratuit : réussissez votre passage à l’e-learning

Vous êtes formateur, coach ou consultant ?  Et vous souhaiteriez créer vos propres cours en ligne ?  Mais vous vous posez toujours beaucoup de questions ?  Participez au webinaire gratuit que j’organise sur Google Hangout ce jeudi 26 mai.  J’y répondrai à toutes vos interrogations.

Je le constate à chaque session de notre SPOC « Créez votre cours en ligne » : passer de la formation ou de la consultation en face-à-face à la formation en ligne ne va pas de soi.

Un webinaire gratuit pour passer à l’e-learning

Passer à l’e-learning : d’abord, une question de méthode

Cela exige de la préparation, de l’anticipation, de l’analyse, quelques connaissances techniques et surtout : une méthode.

C’est de tout cela que je vous parlerai lors de ce webinaire gratuit que j’animerai sur Google Hangout le jeudi 26 mai à 19 heures, heure de Bruxelles et de Paris (GMT +1).

Un webinaire gratuit en 3 parties pour créer vos propres formations en ligne

J’ai divisé ce webinaire en trois parties distinctes :

1 Les questions, les freins, les obstacles

Pourquoi ne passez-vous pas à la formation en ligne ?  Pourquoi ne créez-vous pas déjà vos propres cours en e-learning ?

Sans doute y a-t-il encore trop de questions auxquelles vous ne pouvez pas encore répondre.  D’obstacles, réels ou supposés, qui vous empêchent de franchir le pas.

J’examinerai ces questions dans cette première partie pour vous rassurer et vous décrire de façon réaliste comment surmonter ces obstacles.

2 Une méthode pour créer des cours en ligne pertinents

Créez des cours en e-learning, vendre vos cours en ligne, c’est possible.

Mais pour connaître le succès, en formation à distance comme dans d’autres domaines, il vous faut une méthode.

Je vous expliquerai en quelques mots les différentes étapes d’une formation en ligne réussie.  Et comment aborder chacune d’elle pour vous donner les meilleures chances de succès.

3 Une session de questions et réponses

Il vous reste des questions ?  Pas de panique : dans cette troisième partie, je répondrai avec plaisir aux questions des participants de ce webinaire.

Et si vous avez manqué ce webinaire gratuit sur l’e-learning, vous pourrez toujours le voir en différé sur ma chaîne Youtube à laquelle vous pouvez vous abonner immédiatement.

N’attendez plus :  cliquez sur le bouton ci-dessous pour vous inscrire !

Vous avez aimé cet article ?  Inscrivez-vous à ma newsletter et ne ratez plus aucun article ou événément !

Catégories
E-learning

13 erreurs mortelles en e-learning et comment les éviter

Chaque activité humaine recèle ses pièges et ses illusions.  L’e-learning n’échappe pas à la règle.  Voici donc 13 erreurs mortelles en e-learning et surtout, comment faire pour les éviter.

Article remis à jour le 28 mai 2021.

La vague des MOOC a remis la formation à distance et l’e-learning en particulier au goût du jour.   La pandémie de Covid-19 a accéléré le mouvement. Parallèlement, la concurrence dans le secteur de la formation devient de plus en plus dure.   Les entreprises comparent, analysent les prix et ne se jettent pas dans les bras du premier consultant en formation venu.   En outre, il semble de plus en plus difficile de remplir les salles pour les formations en présentiel classique, c’était déjà le cas avant la crise sanitaire.

L’e-learning comme porte de sortie pour les formateurs

C’est sans doute pourquoi de nombreux formateurs, coachs et consultants souhaitent se lancer dans l’e-learning.  Ils y voient une alternative rentable aux formations en salle.  Voire comme un prolongement de celles-ci, par le biais de la formation hybride (blended learning), soit mettant en ligne une version plus ou moins adaptée de leur formation en présentiel.

Pour autant, tous les formateurs qui se lancent dans l’e-learning – et mon petit doigt me dit qu’ils sont de plus en plus nombreux – ne réussissent pas.  J’entends régulièrement les échos de confrères qui se sont lancés avec beaucoup d’enthousiasme dans des  projets de formation en ligne et qui ont rapidement déchanté.

C’est pour éviter ce genre de déconvenue que j’ai créé la formation Créez votre cours en ligne : à la demande de formateurs, de coachs et de consultants, j’ai conçu une formation pratique, un cursus qui réponde aux besoins des candidats-formateurs en e-learning.

Voici un résumé de quelques erreurs communes qui peuvent détruire votre projet d’e-learning.

13 erreurs mortelles pour votre projet d’e-learning

Ces erreurs relatives à l’e-learning se répartissent en 4 domaines distincts:

  1. Conception : vous imaginez, construisez et structurez votre formation (ou pas…)
  2. Réalisation : vous créez vos supports, vous les mettez en ligne
  3. Organisation : vous organisez votre travail, celui de vos collaborateurs
  4. Distribution : vous mettez en place les canaux de distribution et vous vendez (ou pas…)

Vous pouvez télécharger gratuitement cette carte depuis ma page sur notre page Conception pédagogique.

13 erreurs mortelles en e-learning

Ces 4 domaines ne se suivent pas forcément de manière linéaire : l’organisation et la distribution se recouvrent en partie par exemple…

a) Les erreurs de conception de votre projet e-learning

1) L’e-learning, c’est facile : un Powerpoint et hop !

C’est l’erreur la plus courante.  Peut-être aussi la plus mortelle.

La liste à puces sans image : piège mortel

Croire que nous sommes toujours au début des années 2000 et qu’une simple présentation Powerpoint mise en ligne va faire des miracles.  Même si vous y ajoutez du son, ça ne changera pas grand-chose.  Et si vous vous contentez de publier des PDF en ligne, vous courez à la catastrophe.

Le public est éduqué : il a vu d’autres choses ailleurs.  Il commence à bien faire la différence entre la qualité et le reste.  Entre une simple information – l’exposition de quelques principes, éventuellement accompagnés d’illustrations – et une véritable formation – processus par lequel un apprenant modifie ses actions, ses connaissances, ses habitudes voire sa façon de voir le monde.  Vous saisissez la nuance ?

L’e-learning, c’est une formation à part entière, la distance en plus, le contact direct en moins.   Vous devez donc concevoir votre formation avec encore plus de soin et d’anticipation qu’une formation en présentiel.  Vous allez donc devoir réfléchir davantage aux besoins de votre public-cible et aux moyens d’y répondre efficacement.  Sans pouvoir le regarder dans les yeux pour savoir ce qu’il pense,  ni lui taper sur l’épaule quand il réussit…

2) Je suis mon instinct, le public me suivra

« J’ai de l’expérience, je sais de quoi mon public a besoin.  Et donc, je n’ai pas besoin d’analyser ses besoins.  »

Pourquoi le public vous suivrait-il ?

Si votre objectif est d’aller droit dans le mur, c’est un bon début !

Sinon, revoyez vite votre copie et attelez-vous à une série de tâches difficiles :

  • comprendre les besoins réels de votre public
  • identifier ses problèmes et les solutions adéquates
  • transformer ces solutions en formation efficace

Il existe des outils et des méthodes pour identifier votre public et pour comprendre ses besoins.  Formez-vous à ces méthodes. Consacrez du temps à une compréhension profonde de votre public et de ses besoins.

Ce n’est pas du temps perdu, c’est un investissement qui vous permettra d’être plus pertinent.

3) Je mets en ligne ma formation en présentiel

Autre erreur commune : croire qu’on peut transposer en ligne une formation qui a bien réussi en présentiel.

Ce n’est pas si simple.  Chaque médium à ses codes, son langage, sa grammaire.  Passer de l’un à l’autre suppose ce qu’on appelle la « translittératie » : la faculté d’écrire pour différents médias en tenant compte de leurs spécificités.

Le succès de votre formation en présentiel tient peut-être à :

  • votre personnalité
  • vos qualités d’animateur
  • aux échanges réels entre participants que vous initiez
  • à des activités concrètes que vous demandez à vos participants
  • etc.

Comment allez-vous transposer tout cela en ligne ?

  • Votre humour passe-t-il aussi bien en ligne qu’en face à face ?
  • comment allez-vous faire passer vos qualités d’animateur à travers l’écran ?
  • comment allez-vous susciter des échanges entre vos participants ?
  • vos activités sont-elles transposables en ligne ?
  • si la réponse à une de ces question est non, quelle alternative envisagez-vous ?

Je suis convaincu qu’il est possible de transposer bon nombre de formations en présentiel en excellents modules d’e-learning.   Mais cela vous prendra autant de travail – sinon plus – que de créer une nouvelle formation à partir de zéro…

Autant le savoir…

4) La technologie remplace la pédagogie

C’est rarement formulé de cette façon…  Mais dans les faits, il faut bien constater que pour certains, puisqu’on a la technologie, plus besoin de s’embarrasser d’autre chose.

Sur certaines plateformes de formation en ligne, on voit aussi les évaluations techniques prendre le pas sur l’évaluation pédagogique : l’image est-elle bien visible, le son parfaitement clair ?   Oui, par contre, le contenu pédagogique est parfois d’une indigence pitoyable…

C’est vrai que c’est pénible de visionner une vidéo où l’image tremble et dont le son est approximatif.  Mais croyez-vous vraiment que c’est passionnant de s’accrocher à une formation en ligne dont le contenu est décevant ?  Où dont les activités ne correspondent pas à vos besoins ?  Où la progression pédagogique est inexistante ?

La technologie doit être au service de la pédagogie

Répétez après moi : la technologie doit être au service de la pédagogie.  Et non l’inverse.  Votre formation n’est pas là pour justifier l’achat de l’ordinateur dernier cri ou du micro hyper-sensible à trois cellules…

Il est temps de poser la question, non ?

5) La vidéo c’est bon pour tout : et donc pas besoin d’exercice !

Si on explore la plupart des MOOC, on dirait bien que la vidéo est en train de remplacer le Powerpoint comme tarte à la crème de l’e-learning.

Si c’est de la vidéo, c’est bon !

En réalité, les différences de qualité sautent aux yeux entre différents cours et le contenu de leurs clips vidéo.

Mais en plus, la vidéo n’est pas forcément le meilleur vecteur de l’apprentissage.  La variété des support est une bien meilleure garante de réels apprentissages.

En outre, pour expliquer certains processus, les relations entre concepts, par exemple une carte conceptuelle ou un diagramme de flux seront bien plus efficace.  Si vous devez expliquer les consignes de sécurité d’un appareil, une illustration schématique sera plus pertinente qu’une photo et a fortiori d’une vidéo.

Enfin, le fait de recourir à la vidéo ne devrait pas dispenser de faire un effort d’imagination en matière d’exercices : le tandem vidéo-quiz devient le niveau zéro de la pensée pédagogique pour  la formation en ligne…  Paresse intellectuelle ?

b) Les erreurs de réalisation de votre projet d’e-learning

La conception n’est malheureusement pas la seule étape où vous pouvez faillir.  La réalisation est aussi l’occasion de se tromper massivement.

6) Pas besoin de tester : tout est bon !

Vous avez réalisé vos supports et vous les avez mis en ligne.  C’est bon : vous pouvez commencer à vendre.

Vraiment ?

Avez-vous testé votre formation auprès d’un panel d’apprenants caractéristiques de votre public ?  De préférence des gens qui ne maîtrisent pas forcément le sujet et qui ne connaissent pas vos « tics » de concepteur ?

Une formation est rarement bonne dès la première édition.  Et sans passer par le test ultime de l’apprenant, vous risquez bien de ne pas être compris, d’avoir une structure déroutante pour vos apprenants ou  une navigation erratique et qui ne fait pas sens pour vos participants…

Faites donc un test : vous n’avez pas besoin de 50 testeurs.  Une poignée de gens de votre entourage suffira largement et vous serez sans doute étonné de voir où ça coince…  Cela vous paraissait pourtant évident !

7) Tous les LMS se valent : ce ne sont jamais que des sites Web !

Pour en avoir essayé plusieurs, je peux confirmer que tous ne se valent pas, loin s’en faut !

Certains sont tout simplement trop compliqués  : des usines à gaz, voire des montagnes qui accouchent d’une souris.  D’autres se veulent tellement conviviaux qu’ils ne présentent plus que des fonctions très basiques.

D’autres encore sont très prometteurs, mais sont les champions du bug ou de l’installation compliquée (le genre Ikéa, mais sur votre serveur, vous voyez le genre ?).

D’autres enfin sont extrêmement coûteux et, à l’usage, on se demande bien pourquoi…

Faites votre petit marché, demandez conseil, rencontrez les éditeurs, comparez.   Vous n’avez peut-être pas besoin d’un mammouth pour réaliser vos cours en ligne, mais peut-être cette plateforme simple et conviviale ne propose-t-elle pas un élément qui est crucial pour vous…

8) Mon cours est gravé dans le marbre

Certains concepteurs de formations en ligne se prennent-ils pour Victor Hugo ?  Croient-ils que leur oeuvre est faite pour parcourir les 20 prochains siècles ?

Nous vivons dans un environnement mouvant, qui se modifie à une rapidité jamais vue auparavant dans l’histoire de l’humanité.

Si votre formation ne peut pas évoluer, elle sera rapidement dépassée.  On ne vous demande pas de faire la « revolucion » tous les 15 jours, mais au moins de vous tenir à jour…

9) Ergonomie et esthétique, c’est pareil

Voilà une erreur commune : confondre esthétique et ergonomie.  Cela vient-il du mot « design » qui désigne à la fois les objets luxueux qui figurent dans des magazines « glossy » et les techniques de conception et de production d’objets ou de service ?

Je suis le premier à dire qu’un cours en ligne doit être esthétique, qu’il est plus enthousiasmant de travailler dans un environnement agréable à l’œil que dans un musée des horreurs.

Mais esthétique ne veut pas dire « ergonomie ».  L’ergonomie désigne tout ce qui dans votre système va faciliter la vie des apprenants.  Une esthétique bien pensée y contribue.  Mais c’est surtout la navigabilité de votre système, sa lisibilité pour l’apprenant, l’accessibilité des ressources et des fichiers d’aide qui seront déterminants.

L’aide et les ressources doivent toujours être au plus près de la tâche et doivent être identifiables au premier coup d’oeil.   Plus facile à dire qu’à faire, j’en conviens…

c) Les erreurs d’organisation de votre projet d’e-learning

10) Je fais tout tout seul

Besoin de personne ? Vraiment ?

Il se peut que vous maîtrisiez la matière, que vous soyez un expert des LMS, que la vidéo n’ait plus de secrets pour vous, que vous soyez un grand maître de la pédagogie ainsi qu’un gourou de la vente en ligne (ouf !).

Mais même si c’est vrai, vous risquez bien l’épuisement avant longtemps.  Et pour des résultats décevants.  Il vaut mieux vous concentrer sur votre métier de base  : produire des formations de qualité.  Et déléguer ou sous-traiter pour tout le reste.

La vidéo vous prend trop de temps ?  Ou la vente n’est pas votre point fort ?  Passez des accords avec des collègues, contractez des alliances avec des vendeurs, des marketeurs, des hébergeurs compétents.   Tout ne se paie pas forcément en argent…

11) Je délègue tout, je supervise

A l’inverse, ne plus rien faire du tout que déléguer et contrôler va vous faire perdre la main sur votre projet.  A terme, vous risquez de ne plus reconnaître votre bébé…

Gardez les mains dans le cambouis, ne fut-ce que de temps en temps pour ne pas perdre votre regard d’expert, pour ne pas oublier les réalités quotidiennes du métier.

Rien de pire que ces inspecteurs ou ces superviseurs qui dispensent leurs bons conseils alors qu’ils n’ont plus pratiqué depuis 20 ans et sont totalement déconnectés du réel.

D) Erreurs de distribution de votre projet d’e-learning

12) Mon cours est en ligne, tout va bien !

Vous avez mis votre cours en ligne et vous attendez les participants : vous risquez d’attendre un bon moment…

Il y a environ un milliard de sites web en ligne à l’heure où j’écris ces lignes…  Pour que vos apprenants potentiels trouvent le votre, il va falloir un peu de moyens.

De la publicité, sans doute.  Mais surtout, vous devez construire une présence sur Internet.  Il faut que l’internaute moyen puisse avoir confiance en vous.  Vous devez pour cela construire une image positive de vous, de votre entreprise, de votre expertise.

Un bon site web – pas une simple carte de visite – un blog efficace, une présence active sur les réseaux sociaux, etc.   Tout cela prend du temps : mais c’est le seul moyen d’obtenir des résultats.

13) Le mobile, c’est pour les jeux !

La formation, c’est quelque chose de sérieux.  Le mobile c’est pour les jeux.

Vous risquez bien de passer à côté de la montre en or !  Les internautes apprennent de plus en plus via leur tablette ou leurs smartphones.  Votre LMS doit donc pouvoir être  lisible sur tous supports.  Vos apprenants profitent parfois d’un trajet vers leur lieu de travail pour jeter un coup d’oeil sur leur cours : le vôtre est-il prêt pour ce genre d’exercice ?

Tout est-il lisible ?  Clair même sur un écran de 5 pouces ?

Faites le test ! Est-il concluant ?

Conclusion : évitez ces erreurs pour un e-learning de qualité !

Vous savez à présent quelles sont les erreurs à éviter, les pièges dans lesquels ne pas tomber.  

Soyez vigilant : même si vous en êtes conscient, il y a des erreurs difficiles à éviter. De vieilles habitudes dont vous devriez vous défaire. Et aussi, de bons réflexes à acquérir. Pourquoi ne pas commencer tout de suite ?

Il me reste à vous souhaiter bonne chance pour votre projet 🙂

Vous avez aimé cet article ?  Inscrivez-vous à notre newsletter et ne ratez plus aucun article ou événément !

Catégories
formation en ligne

Spoc en Stock: des parcours de formation en ligne collaboratifs

Nous venons de lancer Spoc en Stock : derrière ce nom un peu étrange se profilent des SPOC, des parcours de formation en ligne, interactifs et collaboratifs.  Je vous décris ce projet en détail dans l’article qui suit.

Certains d’entre vous l’ont déjà visité : nous l’avons mis en ligne il y a environ deux semaine.  Il s’appelle Spoc en Stock et c’est un site web de promotion de formations en ligne.

Un site web pour vous former en ligne

SPOC en Stock : des formations collaboratives et interactives en ligne

Un SPOC, c’est un Small Private Online Course :

  • un Cours de Taille limitée : quelques dizaines de participants tout au plus ; parfois, avec un prérequis, parfois sans
  • un Cours en Ligne : c’est donc de la FOAD ou de l’e-learning
  •  un Cours Privé : vous devez donc vous inscrire et verser un droit d’inscription (ou non) pour vous inscrire

Mais pour SPOC en STOCK, un SPOC c’est bien plus que ça.

Voyez la vidéo ci-dessous pour en savoir plus :

Consultez la page SPOC ? pour en savoir plus sur notre conception d’une formation en ligne.

Spoc en Stock : 4 SPOC en 2015… pour commencer

Pour le démarrage de SPOC en Stock, nous lançons 4 formations collaboratives et interactives.  Ces formations sont basées sur un projet (de présentation ou de formation).  Elles comprennent :

  • des tutoriels vidéo
  • du texte
  • des éléments multimédias : carte mentales, images, son, liens vers d’autres sites, etc.
  • des classes virtuelles : une fois par semaine un des formateurs à rendez-vous avec vous pour approfondir un thème, expliquer une difficulté ou un point théorique, etc.
  • des travaux de groupe
  • des échanges sur les forums et les réseaux sociaux
  • du tutorat : les formateurs vous suivent individuellement et répondent à vos questions ou à vos problèmes
  • une heure de consultation gratuite sur votre projet individuel

SPOC : Créez des présentations captivantes avec le Storytelling

Le Storytelling, c’est l’art de raconter des histoires.  Nous vous proposons une formation originale qui rassemble les principes de trois disciplines liées au storytelling.  L’objectif de cette formation : vous donner des techniques pour concevoir une présentation efficace, qui entraîne l’adhésion de votre public.

Storytelling visuel pour vos présentations

  1. le storytelling : les principes de la narration, les éléments qui font que votre histoire retienne l’attention et l’adhésion d votre public.  Comment utiliser les « appels à l’action » pour mobiliser votre public ?
  2. le storytelling visuel : comment renforcer le pouvoir des mots par l’image ?  Comment choisir les images qui parlent à vos interlocuteurs ?  Quels sont les principes d’une bonne communication visuelle ?
  3. le storytelling digital : Internet et le numérique vous offrent des outils exceptionnels pour créer vos histoires, les enrichir, les animer.  Nous les passerons en revue et vous apprendrez comment utiliser des outils comme Infogram pour illustrer vos présentations

Au terme de cette formation, vous serez capables de concevoir une présentation avec un support visuel digital ou non.  Vous disposerez d’un projet de présentation prêt à être traduit sur n’importe quel support.

Cliquez sur le lien pour en savoir plus sur cette formation en Storytelling pour présentations.

SPOC : Créez des présentations captivantes avec Prezi

Vous savez déjà comment structurer une présentation ?  Vous avez déjà un projet de formation ?  Ou pas ?

Mais vous souhaitez passer à autre chose qu’à ce bon vieux Powerpoint qui ne surprend plus personne ?

Notre SPOC vous apportera tous les éléments nécessaires pour réaliser une présentation percutante avec Prezi.

Devenez un expert Prezi

En trois semaines, vous serez un expert en Prezi.  Vous pourrez

  • choisir votre modèle et votre structure
  • personnaliser votre présentation
  • y insérer du texte, des images, de la vidéo, des symboles, des flèches, des structures, du son, etc.
  • intégrer votre présentation dans un site web
  • co-éditer votre présentation à distance en temps réel
  • présenter votre Prezi en ligne y compris à des personnes qui n’ont pas de compte
  • télécharger une copie hors-ligne de votre Prezi ou une version PDF
  • et beaucoup d’autres choses…

A la fin de la formation, vous disposerez d’une présentation Prezi prête à être montrée au monde entier.  Et bien sûr, comme pour chacun de nos spoc, vous bénéficierez d’une heure de consultance gratuite sur votre présentation.

Découvrez ici notre spoc pour devenir un expert en présentation avec Prezi.

SPOC : Mindmapping collaboratif pour Formateurs et Enseignants

Vous êtes coach, enseignant ou formateur ?  Et vous souhaitez intégrer le mindmapping dans votre pratique pédagogique ?  Alors, ce SPOC est vraiment pour vous !

Mindmapping collaboratif

En cinq semaines vous aller :

  • maîtriser les principes du mindmapping
  • découvrir les spécificités du mindmapping collaboratif
  • appliquer le mindmapping à votre pratique pédagogique : créer des cours ou des formations,
  • créer des présentations pour vos étudiants ou vos apprenants
  • utiliser le mindmapping collaboratif en présentiel
  • utiliser le mindmapping collaboratif à distance
  • utiliser les mindmaps pour des travaux de groupes
  • etc.

Découvrez ici notre SPOC de Mindmapping collaboratif pour Formateurs et Enseignants.

SPOC: Formez en ligne

Et enfin, last but not least, notre spoc pour faire de vous un formateur en ligne.

En cinq semaines, apprenez comment traduire en formation en ligne, le meilleur de vos formations en présentiel.

Formez en ligne

Que vous soyez formateur chevronné, candidat-formateur, instituteur ou coach, vous pourrez ajouter une dimension essentielle à votre pratique pédagogique, celle de la distance.

Vous apprendrez donc :

  • les principes de la formation en ligne (FOAD, elearning)
  • à définir le public-cible de votre formation
  • à analyser les besoins de votre public
  • à déterminer les objectifs de votre formation
  • à traduire ces objectifs en séquences de formation
  • à déterminer quels outils et méthodes pédagogiques rencontrent le mieux vos objectifs pour chaque séquence
  • comment utiliser le multimédia pour mieux engager vos apprenants
  • comment mettre vos cours en ligne
  • comment évaluer votre formation en ligne
  • etc.

Découvrez ici notre SPOC Formez en ligne.

Spoc en Stock : des formations collaborative issus de notre expérience de formateurs et des MOOC

Nos SPOC sont issus de notre expérience de formateurs

Nous sommes trois formateurs : Marco Bertolini, Bernard Lamailloux et Nik Suziana Nik Salleh.

L’équipe de Spoc en Stock

Tous les trois nous avons une longue et riche expérience de formateur, que ce soit en présentiel, en hybride ou en ligne.  Et tous les trois nous aimons les formations actives, participatives.  Celles qui engagent les participants, qui leur font vivre de nouvelles expériences.  Le tout dans le plaisir et la bonne humeur.  Bernard a d’ailleurs écrit un livre magistral sur le sujet.

C’est ce type d’expérience, vécues dans nos formations en présentiel, que nous avons voulu transposer dans nos formations en ligne.

Nos SPOC sont issus de notre expérience des MOOC

Mais ce n’est pas la première expérience que nous menons dans ce domaine.  Depuis des années, nous travaillons en ligne également.  Et puis, les MOOC sont arrivés.

Nous avons participé à de nombreux MOOC en tant qu’apprenants, mais aussi en tant que formateurs.

Par exemple, Marco Bertolini a conçu et animé les ateliers de mindmapping pour le MOOC ITyPA édtion 3.

Ce sont ces diverses expériences qui nous ont décidés à lancer SPOC en Stock.

Le nom du site ?  C’est un clin d’œil au 19e épisode des aventures de Tintin 🙂

Des projets à la pelle pour Spoc en Stock

Ces quatre premiers SPOC sont un début, vous l’avez compris.

Nous ne nous arrêterons pas en si bon chemin.

Dans les prochains jours et les prochaines semaines, nous vous informerons d’autres projets qui nous tiennent à cœur et que nous porterons ou que nous soutiendrons.

Restez vigilants 🙂

Vous avez aimé cet article ?  Inscrivez-vous à ma newsletter et ne ratez plus aucun article ou événément !

Catégories
Uncategorized

Comment et pourquoi utiliser les réseaux sociaux en formation

Quels sont les usages que les enseignants et les formateurs peuvent faire des médias et réseaux sociaux ? A quoi peuvent-ils bien servir en classe ? Voici quelques idées d’utilisation et quelques réflexions qu’elles m’inspirent.

J’ai tenté de formaliser ces usages pédagogiques en réfléchissant sur ma propre expérience de formateur en la matière. J’en ai dégagé une série d’usages des réseaux sociaux qui s’appliquent à la classe ou à la salle de formation.

Les usages cités ici le sont à titre d’exemple et ne prétendent pas à l’exhaustivité : ils veulent simplement rendre compte du potentiel éducatif et formateur des réseaux sociaux si on les exploite avec un peu d’imagination et d’ouverture d’esprit.

(Cliquez sur l’image pour l’agrandir.  Vous pouvez aussi la télécharger gratuitement au format XMind sur ma page Biggerplate).

Usages des réseaux sociaux en classe

1. Outils de conception de cours (course design)

Même si les médias et réseaux sociaux sont loin de constituer de véritables « authoring tools » – ces outils qui permettent de scénariser une formation – ils offrent néanmoins quelques fonctionnalités qui permettent de créer des exercices.

 Facebook par exemple propose des outils de création de documents en ligne ou de questionnaires à choix multiples. Ces documents permettent de rédiger des consignes, des intitulés d’exercices, etc. Les événements annoncent un travail à remettre, un meetup ou un webinaire, par exemple.

1.1. Scénarisation ?

Je n’ai pas trouvé d’outils permettant une véritable scénarisation des cours ou des formations dans les médias sociaux. Il faut donc passer par d’autres outils dédiés ou, comme moi, par des mindmaps, pour scénariser les séquences pédagogiques consacrées aux réseaux sociaux ou utilisant les médias sociaux comme supports de formation.

1.2. Création de documents

Facebook permet la création de documents en ligne dans ses groupes. Ces documents permettent le partage de consignes, d’intitulés d’exercices, de contenus pédagogiques, etc. Voir ci-dessous la partie « LMS » et partage de contenus.

Twitter était au départ un outil de microblogging et par conséquent, on peut créer des « micro-documents » que sont les tweets pour divers usages que je détaille dans la suite de cet article et aussi dans mon article sur la formation Enseignez avec les réseaux sociaux.

1.3. Questionnaires à choix multiple

Les groupes Facebook permettent la création en ligne de questionnaires à choix multiples. Le formateur décide de laisser ou non les participants compléter son questionnaire avec leurs propres réponses.

Ces particularités peuvent aussi être utilisées pour un sondage. Par exemple, dans une classe, j’avais proposé le choix entre diverses activités et les participants pouvaient m’en proposer une autre.

2. Support d’exercice

Les réseaux sociaux sont d’excellents supports d’exercice. Avec un peu d’imagination, on peut facilement les détourner – les « hacker » – de leur fonction première et en faire d’excellents outils dont le côté ludique motive les participants.

2.1. Twitter

La limite des 140 caractères de Twitter est particulièrement intéressante. Elle n’est pas sans rappeler les contraintes de l’Oulipo, un mouvement littéraire qui n’a cessé de (se) jouer des contraintes textuelles.

On peut d’ailleurs s’inspirer de ces contraintes oulipiennes pour corser certains jeux avec Twitter. L’emploi du lipogramme en « e » – pensez à La Disparition de Georges Pérec – est particulièrement difficile mais jouissif : les participants doivent rédiger un texte de 140 caractères sans utiliser cette voyelle.  Exemple : « tu t’y rôtiras dix doigts : sans ça pas d’communication mon loup : ni chanson, ni discours, ni bambin du limon ni John larmoyant sur son pot. » (Avez-vous reconnu les deux oeuvres auxquelles je fais allusion dans ce petit texte ?).

2.1.1. Ecriture collaborative

Sur le principe du « cadavre exquis », le formateur peut demander aux participants de rédiger une partie de texte sous forme de tweets. Le suivant continue l’histoire avec un autre tweet et ainsi de suite jusqu’à la fin du récit.

2.1.2. Haïkus

Les participants doivent rédiger un poème de 140 caractères qui respecte – ou non – l’alternance de vers des Haïkus japonais.  Le formateur peut organiser un concours, un tweet live ou une exposition des meilleures oeuvres.

2.1.3. Opérateurs de recherche

Twitter est un outil de veille puissant. Grâce à ses opérateurs de recherche, on peut filtrer l’information publiée sur Twitter de manière très fine. D’autant plus que les divers opérateurs peuvent être combinés entre eux pour former des requêtes très fines.

Le formateur peut lancer une recherche sur un thème libre ou imposé, lié à la thématique du jour.  Il demande aux participants de comparer les résultats des différents opérateurs et d’en expliquer le fonctionnement.

3. Partage de ressources

Les médias et réseaux sociaux sont également très importants pour le partage de ressources entre étudiants. Voici quelques exemples.

3.1 Stumbleupon

Stumbleupon est un cas particulier. Son nom signifie « trébucher sur » et il est basé en grande partie sur la sérendipité, le fait de découvrir des choses par hasard. Lorsque vous cliquez pour la première fois sur Stumbleupon, le site vous propose une page au hasard. Si vous aimez cette page, si elle vous intéresse, vous cliquez sur l’icône I Like. Et Stumbleupon vous proposera d’autres pages similaires. Sinon, cliquez sur I don’t like et Stumbleupon ne vous proposera plus de pages de ce type. Au fur et à mesure que vous l’utilisez, le média affine sa sélection et vous propose des pages ciblées.

 Ce ne serait pas un vrai média social s’il ne proposait pas de partager vos pages préférées assorties d’un commentaire de votre crû.

4. Learning Management System (plateforme de gestion d’apprentissage)

Certains médias ou réseaux sociaux sont si complets qu’ils permettent d’émuler le fonctionnement d’une plateforme d’apprentissage (LMS – Learning Management System).

4.1. Groupe fermé Facebook

 L’utilisation d’un espace en ligne comme un groupe fermé secret sur Facebook peut servir à la sensibilisation tant des formateurs que des apprenants à la formation en ligne.

 Ce groupe Facebook peut être utilisé comme prolongement ou complément à une formation en présentiel. Il constitue alors la partie en ligne d’une formation hybride.

 Le groupe Facebook permet vraiment d’échanger de nombreux articles différents, de programmer des événéments, etc. tel qu’un LMS – Learning Management System ou plateforme de distribution de formations en ligne. Je connais un professeur d’Université à la faculté de médecine de Kuala Lumpur qui n’utilise rien d’autre comme support de cours en ligne.

 La grande différence entre un LMS et un groupe fermé Facebook est l’absence de statistiques et aussi de certains éléments.

 L’utilisation d’un outil tel qu’un groupe secret Facebook peut constituer le premier pas vers l’adoption d’un LMS comme Moodle ou SpeachMe, par exemple.

 C’est aussi une base intéressante pour travailler la notion de social learning.

J’ai détaillé la pratique du groupe secret Facebook dans mon article sur la Formation Enseignez avec les réseaux sociaux.

4.2. Le Blog

Le blog est un média social particulièrement puissant. Il peut combiner texte, images, vidéo, son, questionnaires, etc.

 Je l’ai utilisé pour former des groupes de jeunes à la recherche d’emploi. Il peut servir de journal de bord des activités du groupe, d’outil de communication vers l’extérieur ou exclusivement au sein du groupe (protection par un mot de passe).

L’utilisation d’éléments dynamiques comme la vidéo, l’animation avec outils comme Explee ou Moovly, l’exploitation d’outils de création de BD, etc. font du blog un outil aussi ludique que structurant. Il demande cependant beaucoup de travail de la part du formateur.

Les participants doivent aussi être sensibilisés aux principes de la publication – c’est le cas aussi pour les réseaux sociaux, mais c’est surtout vrai pour un blog dont la permanence dans le temps l’expose à davantage de risques en matière de droits d’auteurs. Les participants doivent donc savoir qu’on ne publie pas n’importe quoi n’importe comment, qu’il faut respecter l’intégrité des personnes et la propriété intellectuelle d’autrui, etc.

Toutes ces notions ne vont pas de soi, loin s’en faut.

5. Classe virtuelle avec Google+

Google Plus propose un outil de vidéo-conférence gratuit : le Hangout.

Non seulement, il permet de s’adresser à un public distant, mais il offre des caractéristiques supplémentaires très intéressantes dans le cadre de la formation :

  •  il permet jusqu’à dix interlocuteurs connectés en vidéo
  • il accepte un nombre illimités de participants
  • les participants peuvent poser des questions via les commentaires
  • les orateurs peuvent partager plusieurs écrans d’ordinateurs
  • ils peuvent afficher des documents en provenance de Google Drive
  • ils peuvent utiliser les applications liées au compte Google Drive (cartes mentales, diagrammes, tableurs, etc.)
  • la séance peut ensuite être publiée sur Youtube où elle sera visible par tous en permanence (visibilité)

De quoi s’initier aux délices de la classe virtuelle sans bourse délier.

 6. Formation par les pairs

Personnellement, je crois énormément à la formation par les pairs.

Un élément qui nous est donné par un égal – un apprenant comme nous – possède un autre poids, une autre consistance que le même élément donné par le formateur ou le professeur.

Les médias sociaux fournissent de nombreuses occasions de formation par les pairs :

  • réponses aux questions posées les uns aux autres, aide réciproque, étude à plusieurs
  • échanges d’informations et de bonnes pratiques
  • soutien psychologique – lorsqu’un apprenant est démotivé, les autres peuvent le soutenir, lui remonter le moral, le remotiver
  • motivation, émulation : voir les autres réussir peut donner envie de s’y essayer aussi (pourquoi pas moi ?)

La socialisation est un élément important de la formation en ligne et particulièrement du social learning.

7. Socialisation

 Le social learning ne consiste pas seulement en échanges formels – informations, ressources, travaux, etc. Les échanges informels, de type social, y sont extrêmement importants.

 Cette dimension sociale de l’apprentissage est loin d’être nouvelle : elle est sans doute aussi vieille que l’école. Qui n’a pas eu de relations privilégiées avec un ou plusieurs camarades de classe ? Des personnes à qui on pouvait demander une explication ou un conseil ? Avec qui on pouvait échanger des solutions ? Qui nous apportaient nos devoirs la maison lorsque nous étions malades ? Et avec qui nous concoctions canulars et plaisanteries ? Avec qui nous passions du bon temps en-dehors du temps scolaire ?

 Nous redécouvrons soudain l’importance de cette dimension sociale de l’apprentissage. Peut-être parce que les nouveaux supports que sont les réseaux sociaux nous y ramènent par une autre support que ceux auxquels nous étions habitués ? Peut-être aussi parce que la dimension sociale est de plus en plus mince dans notre vie quotidienne ?

La socialisation en formation avec les réseaux sociaux ce peut être :

  • des échanges informels d’impressions :
    • sur le formateur
    • sur la formation
    • sur le propre parcours des participants
  • du bavardage
  • le développement de relations amicales avec une ou plusieurs personnes du groupe

Cela vous paraît trivial ?  C’est pourtant ce qui forme la trame de nos journées et c’est extrêmement important pour la réussite de n’importe quelle formation : a fortiori, en ligne !

8. Un cas particulier : la curation

La curation est un cas particulier de l’usage des réseaux et médias sociaux.

 Elle consiste en quatre étapes qui sont détaillées ci-dessous :

  • la veille (recherche de documents et de sources pertinents par rapport à une thématique particulière
  • la sélection des documents pertinents par rapport à la thématique et au public visé
  • le traitement des documents : mise en forme et ajout du point de vue du curateur
  • diffusion : distribution via des canaux différents des documents pertinents aux bons destinataires

 La curation est un élément important de l’environnement personnel d’apprentissage. C’est également une pratique très formatrice. Surtout de nos jours. En effet, de nombreux adolescents – et combien d’adultes ? – se contentent de trouver de l’information via Google, de la copier-coller et de la restituer telle quelle.

 La curation est une discipline exigeante qui demande des compétences variées, essentielles tant pour l’éducation et la formation que pour la survie en entreprise.

Je n’entre pas dans le détail de la pratique de la curation car j’en ai déjà parlé dans mon article Curation : et si on parlait un peu stratégie ?

Conclusion : les réseaux sociaux ont toute leur place en  formation

 Oui les réseaux et médias sociaux ont toute leur place dans la formation.  Ils permettent non seulement d’échanger des ressources et des informations, mais ils engagent les apprenants dans la formation comme peu d’autres méthodes.

Avec les réseaux sociaux, les apprenants se réapproprient une bonne partie des initiatives d’apprentissage.  Ils peuvent combiner production du savoir et échanges sociaux, formels et informels.  Ils tracent eux-mêmes les contours de leur apprentissage.

Les formateurs, eux, peuvent distribuer à tous en quelques clics, consignes, documents, ressources…  Ils peuvent s’adresser à tous ou à chacun en temps réel. Avec les jeunes, le côté ludique des réseaux sociaux fait tomber bien des barrières qu’un système lourd ou d’aspect trop académique érige entre le formateur et les apprenants.

Les réseaux peuvent aussi devenir le meilleur vecteur de la formation aux réseaux sociaux : ceci pour éviter les risques de harcèlement ou d’emplois frauduleux ou agressifs de ces outils par des adolescents non-conscientisés.

Bref, ils ne sont pas la panacée, mais ils valent certainement la peine d’être expérimentés, diffusés et enseignés.

Vous avez aimé cet article ?  Inscrivez-vous à ma newsletter et ne ratez plus aucun article ou événément !

Catégories
formation Ingénierie de la formation Logiciels Mind Mapping Modèles Novamind Outils XMind

Une mindmap pour l’évaluation de vos formations

Quel outil utiliser pour l’évaluation en fin de formation ?  Après 6 heures de formation, vos participants n’en peuvent plus. 

Leur donner une grille interminable à remplir ne les fait pas bondir de joie.

Leur envoyer une évaluation par mail ou par courrier quelques jours plus tard est illusoire : si 10 % d’entre eux répondent, vous avez de la chance !

Que faire ?  Une mindmap peut s’avérer très utile.  Un exemple réalisé par Benoît, un participant à une formation de formateurs.

Tout le monde s’accorde sur le fait qu’il faut évaluer les formations.

Les participants ont ainsi l’occasion de s’exprimer.  La personne ou l’institution qui a payé l’intervention veut être sûre d’en avoir pour son argent.  Et le formateur a constamment besoin d’un feedback.  Non seulement pour savoir s’il doit se réjouir ou non.  Mais surtout pour progresser et « coller » davantage aux besoins de son public.

Mais les outils sous forme de grille sont tout sauf amusants à compléter.  Et après une formation d’une journée ou même de quelques heures, vos participants aspirent à un repos bien mérité et non pas à un exercice supplémentaire.

Vous pouvez opter pour des solutions alternatives.  J’utilise souvent le « blob tree » de Pip Wilson lorsque j’ai besoin de connaître le ressenti des participants après une réunion ou une formation.  Les jeux-cadres de Thiagi offrent aussi une batterie d’outils d’évaluation.  Mais il faut prévoir une animation supplémentaire, ce qui n’est pas toujours aisé.

Le côté ludique de la mindmap

L’autre solution que je préconise est d’utiliser une mindmap pour ce faire.  Surtout si vous terminez une session sur le mindmapping : ce sera la cerise sur le gâteau.

Benoît, l’un des participants à une formation que je suis en train de donner à des formateurs et acteurs de l’économie sociale m’a envoyé une carte d’évaluation de formation.  Elle est d’une qualité telle que je lui ai immédiatement demandé l’autorisation de la publier ce qu’il m’a gentiment accordé.  (Ciquez sur la carte pour l’agrandir ou téléchargez-là gratuitement sur Biggerplate, la plus grande communauté de mindmappeurs au monde).

Mindmap d’évaluation de formation

Toutes les dimensions de la formation

Ce qui me plaît surtout dans cette carte, c’est qu’elle recouvre tous les aspects d’une formation.  (Il est responsable de formation et il sait de quoi il parle, manifestement).

Il commence par le « feeling général » ce qui me paraît une exellente idée : quelle impression générale la personne retient-elle de sa formation ?  C’est éminemment subjectif, mais intéressant.  Nous savons tous que c’est surtout cette impression générale que les participants vont conserver en mémoire et partager avec d’autres.  « Oui, c’était bien. »  « C’était super !  On a appris plein de nouvelles choses ! »  « Bof, c’était pas mal, sans plus… »  Là, ce serait peut-être utile d’ajouter une branche vide pour exprimer le feeling général en une phrase ou un mot…

Pour la réponse, Benoît a utilisé un sujet vide, de forme rectangulaire, qu’on peut remplir d’une croix ou d’un symbole « check » tous deux présent dans les marqueurs de XMind.  Malheureusement, XMind ne prévoit pas de boîte cliquable, contrairement à un logiciel comme Novamind par exemple.

Les rubriques suivantes ont trait à la satisfaction vis-à-vis du contenu théorique et pratique de la session de formation.  Deux rubriques classiques, mais qui me paraissent incontournables.  L’équilibre entre les deux est fondamental.

« Je serai plus performant grâce à la formation » : c’est une excellente idée.  Le participant est déjà invité à penser à l’après-formation et à ses acquis.  Sera-t-il plus performant qu’avant ?  De quelle façon ?   Que va-t-il en faire ?   Il peut d’ailleurs le préciser dans le sujet suivant « Mise en oeuvre possible de mes acquis« .

« J’ai apprécié » avec un smiley positif et un négatif, est une rubrique assez classique, mais qui donne des informations utiles sur ce qui a été marquant dans le cours.

« Transfert de comptétences vers d’autres personnes »  est une rubrique beaucoup moins utilisée et pourtant indispensable si vous voulez transformer votre entreprise ou votre association en « organisation apprenante« .   C’est-à-dire un lieu où les savoirs circulent, s’échangent.  Où le savoir-faire se transmet de manière formelle et /ou informelle.  C’est important que les nouveaux acquis des participants puissent percoler au sein de leur institution.

« Aspects pratiques » porte plus sur l’organisation de la formation, sur le comportement du groupe, etc.  Nous sommes ici au niveau des systèmes autant qu’à celui de la pédagogie (voir à ce sujet l’article sur les trois niveaux de l’ingénierie de la formation).

« Si c’était à refaire » est un indicateur précieux sur le ressenti global qui rejoint et complète le premier item sur le « feeling global ».   Le participant peut nuancer et/ou compléter ses appréciations.

Personnellement, j’aurais ajouté un item – parce que je suis amené à vendre de la formation : « nous recommanderiez-vous à d’autres personnes » ?  avec un oui, non, peut-être, sans hésitation, sûrement pas…   Les plus hardis peuvent même demander les coordonnées d’une personne à qui recommander, mais personnellement, je n’aime pas forcer la main des participants.

Pour une de ses premières cartes heuristiques, Benoît a réussi un coup de maître pour moi.  La carte est complète, mais elle ne donne pas l’impression d’une surcharge ou d’un questionnement intrusif.  Mon expérience personnelle me dit que lorsque les personnes voient une évaluation de ce type, elles sont moins réticentes, moins enclines à résister, que quand on leur présente plusieurs feuilles remplies de questions et de grilles qui paraissent vite interminables.   Merci à Benoît pour cet outil que je vais m’empresser d’adapter et d’utiliser pour mon propre usage 😉

Et vous ?  Utilisez-vous aussi des outils d’évaluation particuliers ?  Avez-vous déjà utilisé une mindmap ?  Ou autre chose ?  Comment cela a-t-il fonctionné ?

Vous avez aimé cet article ?  Inscrivez-vous à ma newsletter et ne ratez plus aucun article ou événément !

Catégories
Ateliers concept map formation Logiciels Mind Mapping Modèles Outils XMind

Mindmapping pour formateurs : concevoir un projet de A à Z avec XMind

Comment concevoir un projet ?  Quels outils mettre en place pour le suivi et l’évaluation d’un projet ?

Comment rassembler d’un seul coup d’oeil toute l’information sur l’évolution d’un projet en cours ?

Le mindmapping et XMind vous offrent les moyens de construire vous-même ces outils.

Dans le monde de la formation, comme ailleurs, les acteurs travaillent de plus en plus par projets.  Et souvent, des projets qui incluent une bonne dose de partenariat, avec des moyens limités et des publics-cibles très diversifiés.

Les projets de formation, comme tout projet, sont donc des systèmes complexes.

Les outils visuels – et le mindmapping en particulier – sont très efficaces pour organiser ce type d’information. Les logiciels de mindmapping, avec leurs fonctions d’intégration, leur plasticité et leur faculté d’agir à différents niveaux à la fois, vont encore plus loin dans la maîtrise de l’information complexe.  XMind, avec ses qualités graphiques exceptionnelles, ses classeurs multicartes, ses possibilités de partage en ligne et son excellent rapport qualité-prix nous paraissait le meilleur outil pour ce type de formation.  En outre, c’est un logiciel très intuitif, accessible même aux personnes qui ne se sentent pas très à l’aise avec l’outil informatique.

C’est à partir de ces constats que nous avons mis au point la Formation Mindmapping pour Formateurs en collaboration avec le Loft Coworking Brussels.

De la conception au suivi avec un tableau de bord…

Cette formation est accessible à des personnes n’ayant aucune notion de mindmapping et d’XMind.   Le premier jour, nous allons découvrir ensemble les bases du mindmapping tout en construisant le tableau de bord du projet de formation. (Cliquez sur l’image pour l’agrandir).

Tableau de bord du projet de formation

Vous apprendrez donc à construire votre carte, à l’habiller de couleurs et d’images qui sont d’autres dimensions de l’information.  Vous apprendrez à y intégrer des éléments internes – comme les notes – ou externes, comme des fichiers Word, Excel, PDF, des sites web, des adresses email, de la vidéo, etc.

Vous apprendrez aussi comment partager votre carte via Internet et collaborer à distance avec vos employés, vos collègues, vos partenaires, etc.

Et des outils correspondant à chaque étape !

Le deuxième jour, vous approfondirez votre connaissance des commandes avancées d’XMind et vous mettrez en place les outils correspondant à chaque étape ou dimension du projet

Chaque branche de la mindmap correspond à une étape ou une dimension du projet. Et chacune comprend un hyperlien – visible sous la forme de la lettre C noire sur fond vert – qui renvoie vers un outil visuel secondaire correspondant à cette étape.

Par exemple, la branche Calendrier renvoie vers le calendrier de la formation, visible sous la forme d’une mindmap ou d’une matrice, comme dans l’exemple ci-dessous (cliquez sur l’image pour l’agrandir).

Calendrier sous forme de Matrice

La formation comprend aussi la réalisation d’autres outils visuels tels le diagramme de Gantt pour visualiser la répartition et l’avancement des tâches au sein du projet.  Ou encore une carte conceptuelle qui explique les procédures appliquées pour contrôler le budget du projet et le respect de ses objectifs initiaux.

Nous vous offrons aussi de l’e-coaching :

entre les deux jours de formation et pendant un mois après celle-ci vous aurez accès gratuit à notre plateforme d’e-learning Moodle.  Vous pourrez poser des questions au formateur, réaliser de nouveaux exercices, échanger avec les autres participants, etc.

A la fin de cette formation, vous serez donc capable :

  • de concevoir un projet de A à Z
  • de créer le tableau de bord permettant de piloter l’ensemble des étapes de ce projet
  • de mettre en place les outils de suivi et de contrôle de chaque étape
  • d’utiliser le mindmapping et XMind pour créer vos propres outils pédagogiques

Infos pratiques :

Formation Mindmapping pour Formateurs

Le prix de la formation est de 300 euros HTVA pour les deux jours de formation, lunch compris.  Early bird : inscrivez-vous avant le 10 novembre et bénéficiez de 50 euros de réduction, soit 250 euros au lieu de 300 !

Loft Coworking Brussels, Square Emile des Grées du Loû, à 1190, Forest, les lundi 19 novembre et mardi 4 décembre de 9h30 à 16h30.

Inscriptions :

Sur la page Fikket du Loft Coworking – Formation Mindmapping pour Formateurs

Téléchargez ici la version gratuite d’XMind pour démarrer tout de suite !

Vous avez aimé cet article ?  Inscrivez-vous à

Catégories
Ateliers concept map formation Gestion du temps GTD Logiciels Mind Mapping Modèles Outils XMind

Formation gratuite : mindmapping pour travailleurs de l’économie sociale

L’agence-conseil NGE2000 et Réseaulux organisent une formation gratuite pour les travailleurs salariés de l’économie sociale de la province du Luxembourg.

Trois jours de formation pour maîtriser les outils manuels et électroniques du mindmapping.  Et un e-coaching d’un mois pour intégrer cette méthode d’organisation de la pensée dans votre pratique professionnelle.

L’agence-conseil NGE2000 et Réseaulux m’avaient déjà confié une formation de ce type aux travailleurs salariés de l’économie sociale de la province du Luxembourg au début de l’année 2011.

A la suite du succès rencontré l’an dernier, ils ont décidé d’offrir de nouveau cette formation aux travailleurs de leur secteur.

Cette formation se déroulera en 3 journées, les 15 novembre, 29 novembre et 6 décembre 2012 prochains à l’EFT LE FUTUR SIMPLE, Domaine de Beauplateau, 1, 6680 Sainte-Ode.

Une journée pour acquérir les bases du mindmapping et du logiciel XMind.

Les bases du mindmapping manuel

Le matin, vous allez découvrir :

  • les principes du mindmapping sur papier
  • comment organiser vos idées à partir d’une idée centrale
  • comment mieux structurer vos documents et vos présentations

Le logiciel XMind

Avec le logiciel de mindmapping XMind, vous allez apprendre à :

Les quatre phases de la formation XMind

  • construire votre première carte heuristique ou mindmap
  • habiller votre carte de couleurs, d’images, de marqueurs, de type de texte différents afin de mieux communiquer votre pensée
  • intégrer des éléments à votre carte, comme des relations, des documents (Word, PDF, Excel, etc.) ou des sites web
  • partager votre carte sur Internet, l’exporter sous d’autres formats ou importer des documents d’autres programmes

Des outils pour les formateurs

Ensuite, une journée pour créer vos propres outils visuels – cartes heuristiques ou conceptuelles, etc. –  et pour les intégrer dans vos formations depuis la conception jusqu’à l’évaluation en passant par l’entretien individuel, la présentation avec écran, l’explication de règles, etc.  Ou pour élaborer un scénario pédagogique comme celui-ci :

Une mindmap pour construire vos scénarios

Gérez vos projets avec des mindmaps

Et enfin, une journée pour gérer vos projet de manière rigoureuse, mais intuitive avec le logiciel XMind et son module de gestion des tâches.  Une gestion de projet qui tient compte des objectifs et des valeurs de votre association/institution, du rôle de chacun dans l’équipe et des attentes de votre public.

Trois journées en présentiel complétées par une autoformation à distance. Vous pourrez ainsi vous exercer, visionner de la documentation sous forme de vidéos, d’articles, etc. Vous pourrez échanger avec le formateur et les autres participants. Vous vous donnez ainsi le maximum de chances d’intégrer ces nouveaux outils dans votre pratique professionnelle quotidienne.

Tous les exercices partent de cas concrets : vous pouvez profiter de ce module de trois jours pour travailler sur vos propres outils et projets. Vous bénéficiez ainsi de l’assistance d’un professionnel. A la fin de la formation, tous ces outils vous appartiennent et vous pourrez donc continuer à les utiliser et à les adapter à vos besoins.

 Voici une carte – ou mindmap – qui illustre le programme que je vous propose lors de ce module de formation.

Programme formation Ecosoc 2012

Informations pratiques :

Cette formation se déroulera en 3 journées, les 15 novembre, 29 novembre et 6 décembre 2012 prochains à l’EFT LE FUTUR SIMPLE, Domaine de Beauplateau, 1, 6680 Sainte-Ode.

La formation est GRATUITE mais réservée EXCLUSIVEMENT aux travailleurs salariés des entreprises et organismes à finalité sociale et de l’insertion socio-professionnelle de la province de Luxembourg.

Horaire : de 8h30 (accueil) à 17 h. Le repas de midi est prévu sur place.

Inscription uniquement via le formulaire d’inscription, dument complété et signé, renvoyé par mail, fax ou poste.  Cliquez sur le lien ci-dessous pour télécharger le formulaire :

Formation 2012 MindMapping, formulaire d’inscription

Vous avez aimé cet article ?  Inscrivez-vous à ma newsletter et ne ratez plus aucun article ou événément !

Catégories
formation Logiciels Mind Mapping Outils Pédagogie XMind

Scénario pédagogique avec XMind

Scénario pédagogique avec XMind : Préparer une leçon ou une séquence de formation peut-être quelque chose de fastidieux.  En utilisant le mindmapping, vous vous donnez les moyens de visualiser l’ensemble du cours.  Et de voir l’évolution de votre projet en temps réel.

Article mis à jour le 13 mai 2021.

Comment préparer un cours, une leçon ou une séquence de formation en ayant  l’assurance de ne rien oublier ?

En utilisant une mindmap, aussi appelée carte mentale ou heuristique.

Visualisez votre leçon d’un seul coup d’œil grâce au scénario pédagogique avec XMind

Voici un exemple de scénario pédagogique, réalisé avec le logiciel de mindmapping XMind.  J’ai utilisé la version, XMind 2013 et l’ensemble de la carte a été conçu et réalisé avec la version gratuite.  Elle peut être réalisée avec la version XMind 8, qui est également gratuite et vous permet d’insérer des images dans votre carte mentale.

Il s’agit d’un scénario très simple en deux séquences, sur le brainstorming avec XMind dans le cadre d’une formation à la gestion du temps avec GTD.  .  GTD (ou Getting Things Done est une méthode de productivité développée par David Allen).

Vous pouvez télécharger cette carte gratuitement depuis notre page Conception pédagogique.

Un scénario pédagogique réalisé avec XMind

Déroulé de la formation illustré par le scénario pédagogique avec XMind

1. Définition des objectifs du cours

Je commence par définir les objectifs de ma session de cours.  Je complète ma finalité par une note, indiquée par l’icone « post it » dans le sujet.

Cette note détaille des éléments qui par ailleurs alourdiraient inutilement ma carte.  Elle est rédigée sous forme de phrases et non de mots-clés, comme la carte.

 Lors d’une exportation de ma carte vers le format Word, cette note sera intégralement reproduite dans mon texte, au bon endroit : d’où un sérieux gain de temps.

2. Détermination des ressources et documents nécessaires à mon cours

Je définis ensuite le public auquel s’adresse le cours.  Les ressources dont j’ai besoin.  Je peux également intégrer dans ma carte des éléments extérieurs dont j’aurai besoin pendant la session ou la préparation.

Ici, j’ai intégré mon propre blog, Trouve ta voie (qui est l’ancien nom de Formation 3.0, le blog que vous êtes en train de consulter).

Mais j’aurais pu intégrer une feuille Excel, un document Word ou PDF, une vidéo, etc.  Je peux également compléter mon scénario pédagogique de notes audio.  C’est particulièrement intéressant si c’est un document à distribuer à une équipe ou à un collègue.

3. Division de mon cours en « séquences pédagogiques« 

Ensuite, je définis mes séquences pédagogiques : l’intitulé.  Par exemple, ici, ma séquence 1 est « Brainstorming« .  Il s’agit d’un brainstorming effectué avec le module d’XMind et qui porte sur les valeurs d’un projet.  C’est une notion essentielle dans la méthode GTD.

Les objectifs de cette séquence sont bien entendu d’être capable d’utiliser le module « Brainstorming » d’XMind, mais surtout d’avoir une vision collégiale, une représentation commune des valeurs du projet sur lequel on travaille.

4. Sélection de la méthode pédagogique utilisée

Je définis ensuite la méthode pédagogique utilisée : ici, il s’agit d’un travail en grand groupe avec intervention libre.  Chacun intervient comme il l’entend dans le brainstorming.  Le tout est minuté.

Mais cela peut-être aussi un cours ex cathedra, une présentation avec support visuel, une séquence de questions-réponses, etc.

5. Précision du type d’évaluation des prestations

Je précise enfin le type d’évaluation que je pratique dans le cadre de ce cours, et il s’agit d’une évaluation formative.  Mais il peut également s’agir d’une évaluation sommative ou d’un autre type selon les besoins.

Le scénario pédagogique avec XMind : une méthode flexible

Vous pouvez bien entendu adapter cette méthode et cette carte selon vos besoins.  Vous pouvez y ajouter le timing de la session, d’autres rubriques, etc.

Cette méthode vous permet de voir d’un seul coup d’oeil, l’ensemble de votre session de cours et d’ouvrir directement les documents ou les sites web dont vous avez besoin.

Bon travail 😉

Vous avez aimé cet article ?  Inscrivez-vous à

Catégories
Ateliers concept map formation Logiciels Mind Mapping Outils Pédagogie XMind

Mindmapping pour Formateurs : des outils visuels pour les professionnels de la formation !

Une formation en deux jours pour maîtriser les outils visuels (cartes mentales, cartes conceptuelles et organisateurs graphiques)  et les intégrer dans votre pratique pédagogique.

Une formation en deux jours pour maîtriser les outils visuels et les intégrer dans votre pratique formative. Cette formation est réservée aux formateurs et employés d’entreprises d’insertion et/ou de formation !

A. Une journée pour acquérir les bases du mindmapping et du logiciel XMind :

Une initiation en 4 phases aux principes du Mindmapping et du logiciel XMind :

  1. Construire ma carte : un sujet central, des sous-sujets, des branches, etc.
  2. Habiller ma carte : y ajouter de la couleur, de l’épaisseur, des enrichissements graphiques…
  3. Intégrer des éléments dans ma carte : fichiers Word, Excel, PDF, liens vers sites web ou adresses email, etc.
  4. Partager ma carte sur le Net : travail collaboratif avec mes collègues, mes stagiaires, mes partenaires…

Quatres phases de la première journée de formation

B. Une journée pour intégrer ces nouveaux outils dans votre pratique formative

Une journée pour créer vos propres outils visuels – cartes heuristiques ou conceptuelles, etc. – et pour les intégrer dans vos formations depuis la conception jusqu’à l’évaluation en passant par l’entretien individuel, la présentation avec écran, l’explication de règles, etc.

Découvrez comment enrichir vos formations avec des outils de communication simples et performants.

Tous les exercices sont des cas pratiques : la formation se fait sous forme d’atelier.  Chaque participant peut partir de ses propres projets, de ses propres besoins.  Vous rentrez donc chez vous avec des outils prêts à être utilisés dans votre propre pratique professionnelle !

Cette formation de deux jours est complétée d’un e-coaching d’un mois via notre plateforme Moodle.  Vous pourrez donc continuer à échanger avec votre formateur et les autres participants, recevoir des exercices corrigés avec commentaires, des modèles gratuits, de la documentation en ligne, etc.

Un atelier en partenariat avec CALIF, ASBL pluraliste liégeoise qui regroupe et coordonne une trentaine d’organismes d’insertion sociale et professionnelle.

En savoir plus ? Ecrivez-nous via la page Contact pour obtenir toutes les informations sur cette formation et les possibilités de l’adapter aux besoins de VOTRE équipe éducative !

Vous avez aimé cet article ?  Inscrivez-vous à ma newsletter et ne ratez plus aucun article ou événément !

50.9686775.824968
Catégories
formation Mind Mapping Outils

Mind Mapping et formation (1)

Il y a deux jours, j’ai publié sur ce blog une Mind Map de Paul Foreman sur les 100 utilisations du Mind Mapping.  Elle a connu un franc succès puisque plus de 100 d’entre vous ont visité cette page en une seule journée…

J’ai voulu me livrer moi aussi à ce type d’exercice et j’ai procédé à un petit brainstorming sur le Mind Mapping en formation.  Je ne prétends pas à l’exhaustivité : cette Mind Map est, de manière plus qu’évidente, influencée par ma propre pratique de la formation.  (Double-cliquez sur l’image pour l’agrandir au maximum).

Mindmapping et formation

Ceci est une version non-développée.  Vous pouvez visualiser, télécharger et/ou imprimer la version complète ci-dessous ou sur Scribd.  Elle a été réalisée avec le logiciel de mindmapping iMindMap de Tony Buzan.

Ceci n’est que l’introduction d’une série d’articles que je me propose d’écrire sur l’utilisation du Mind Mapping en formation.

Si vous avez d’autres idées d’utilisation ou d’autres expériences que vous avez envie de partager, n’hésitez pas à m’en faire part.  Je serai plus qu’heureux de les publier ou d’en parler sur ce blog.

Envie de vous former au Mindmapping ?  Et vous êtes formateur ou chargé de la formation dans votre institution ?

Visitez notre page Formation Mindmapping pour Formateurs !  Ou écrivez-moi via la page Contact afin de recevoir toutes les informations sur cette formation et la possibilité de l’adapter aux besoin de votre équipe éducative.

Vous avez aimé cet article ?  Inscrivez-vous à ma newsletter et ne ratez plus aucun article ou événément !

Catégories
creation d'entreprise creativité formation indépendant Jeunes Mind Mapping Outils Projets

Notre catalogue « Formations Entreprises » est en ligne !

Ca faisait un moment qu’on en parlait, et voici enfin : notre catalogue « Formations entreprises » est en ligne.

Ces formations s’adressent tant aux PME qu’aux grandes entreprises, aux centres de formations qu’aux couveuses ou aux coopératives d’activités.

On y trouve du Mind Mapping, bien sûr, mais aussi des outils de créativité, pour booster son projet de création d’entreprise, pour présenter efficacement votre projet ou votre entreprise, etc.

Nous vous en dirons plus dans les prochains jours sur les spécificités de chacune de ces formations.

Cliquez sur l’image ci-dessous et vous aurez accès à notre catalogue en ligne que vous pouvez télécharger facilement.

Bonne lecture !