Catégories
Logiciels Mindomo Uncategorized

Mindomo: le plein de nouvelles fonctionnalités

Cela faisait un certain temps que Mindomo ne nous avait plus proposé de nouveautés. Le logiciel de mindmapping en ligne risquait de se faire dangereusement dépasser par la concurrence. Il se fait remarquer ces derniers jours par la sortie d’une impressionante batterie de nouvelles fonctionnalités, plus intéressantes les unes que les autres.

Mindomo se réveille… et ça fait mal !

L’éditeur roumain de logiciel de mindmapping a fait fort : après des années de sommeil, il vient de sortir une batterie impressionnante de nouvelles fonctionnalités qui renforcent sa position sur le marché des logiciels de cartes mentales en ligne.

Formatage :

C’est dans le formatage que l’on trouve les innovations les plus nombreuses de cette nouvelle version de Mindomo.

Nouvelles formes de sujets

Désormais, vous pouvez donner les formes suivantes aux sujets de vos cartes mentales Mindomo :

Vous pouvez visionner cette carte mentale interactive.

  • flèche droite ou gauche
  • rectangle arrondi à droite ou à gauche
  • rectangle ellyptique
  • hexagone
  • hexagone arrondi
  • trapèze
  • ovale
  • cercle

De quoi agrémenter vos cartes mentales et donner aux sujets de nouvelles fonctions visuelles. Comme dans certains shémas techniques vous pouvez réserver une forme pour une catégorie spécifique :

  • flèche pour une instruction
  • ovale pour une définition
  • trapèze pour un obstacle
  • etc.

La limite, c’est votre imagination !

Ces formes peuvent également utiles pour aider les personnes insensibles aux couleurs ou au contraire, que les couleurs indisposent. Dans ce cas, une mindmap unicolore mais dont les sujets changent de forme sera aussi claire et lisible qu’une carte mentale multicolore.

Nouvelles combinaisons de couleurs

Mindomo vous propose plusieurs gammes de couleurs assorties pour vos branches. Elles figurent, de manière logique, dans le menu « branches« 

Nouvelles gammes de couleurs de branches

Image de fond de carte mentale

Vous pouvez aussi ajouter une image de fond de votre mindmap. Attention, cependant, à la lisibilité de votre carte. Choisissez un fond discret ou qui aide à la lisibilité : une image filigranée ou un quadrillé léger, par exemple. Une image trop chargée ou aux couleurs trop vives risque de « manger » les éléments de votre carte mentale et de la rendre illisible.

Nouveaux types de connexions

Pour vos branches, vous pouvez leur donner les formes suivantes :

  • droites
  • arcs
  • irrégulières
  • courbes
  • coudées
  • coudes arrondis
  • angles
  • pas de branches

Réglage de l’espacement des branches

Dans le menu « branches » Mindomo propose un outil très intéressant : le réglage de l’espacement entre les branches. Et ce, tant à la verticale qu’à l’horizontale.

Réglez l’espacement de vos branches

L’espacement des branches à la verticale est particulièrement intéressant pour rendre vos mindmaps plus lisibles et en particulier, pour les personnes qui présentent des troubles de l’apprentissage comme la dyslexie par exemple

Nouveaux thèmes pour les organigrammes et cartes conceptuelles

Mindomo propose aussi de nouveaux thèmes pour vos organigrammes : avec un fond type « nuit » ou au contraire extrêmement colorés. Même chose pour vos cartes conceptuelles qui bénéficient de nouveaux graphismes plus variés et colorés.

Nouveaux thèmes pour les organigrammes

Nouvelles formes pour les « limites »

Les « limites » ou « nuages » bénéficient aussi de nouvelles formes.

De quoi mettre en valeur les points importants de vos cartes mentales.

Nouvelles formes pour les limites

Recherche dans toutes les cartes

Vous pouvez à présent rechercher un mot et/ou une expression dans toutes vos cartes.

Entrez le mot voulu dans le champ adéquat et Mindomo affiche la liste sous forme de grille des cartes mentales qui contiennent ce mot. Cliquez sur la ou les cartes pour voir où se situe le mot dans la mindmap.

Export vers Microsoft Word revu et amplifié

Les exports vers Microsoft Word sont singulièrement améliorés.

Lorsque vous construisez une carte et ajoutez du texte dans les notes, celui-ci s’aligne automatiquement sous le sujet lié, qui devient le titre de la section ou du paragraphe. Cette hiérarchisation du texte fonctionne jusqu’au niveau 4 de votre mindmap (degré d’éloignement du centre de la carte mentale).

Exportez votre carte mentale vers Microsoft Word

L’export génère aussi une table des matières automatique.

Enfin, les informations de tâches sont transformées en tableau sous le texte auquel elles se rapportent. Et les commentaires (notes) des sujets liés sont publiés en face de l’information, dans la zone « commentaires » de Word.

Export d’informations de tâches vers Word

Intégration avec Microsoft Teams

Jusqu’ici, il était possible d’accéder à son compte Mindomo et de créer de nouvelles cartes depuis divers environnement, comme Google Drive, par exemple. Désormais, vous pouvez également accéder à votre compte Mindomo via Microsoft Teams.

Avec votre login d’équipe, vous pouvez créer de nouvelles cartes mentales, ouvrir des mindmaps existantes, les éditer, brainstormer, etc.

Connectez-vous avec votre compte Microsoft Teams

Pack Maps : partagez et synchronisez vos informations

Pack Maps est une nouvelle fonctionnalité très intéressante. Elle vous permet de partager une carte et tous ses éléments attachés (photos, texte, liens vers des sites web, etc.) dans un fichier unique avec l’extension « *.pmom ».

Elle vous permet aussi de synchroniser vos cartes sur votre PC et en ligne.

Une bonne façon de partager vos informations de manière compacte et sans rien perdre. Cette fonctionnalité est disponible dans la nouvelle version « de bureau » de Mindomo.

Conclusion : Mindomo nous fait une belle surprise avec ces nouvelles fonctionnalités

Je ne vous pas donné toutes les nouvelles fonctionnalités de Mindomo : je vous en ai gardé quelques-unes pour un prochain article. Voire de prochains articles, car il y a tant à dire qu’un seul article risque d’être un peu court.

On peut dire que Mindomo nous a fait une belle surprise avec ces nouvelles fonctionnalités. L’éditeur de logiciel de mindmapping répond à des besoins toujours croissants en matière de design, mais aussi en termes d’interopérabilité entre logiciels de cartes mentales et d’autres applications, qu’elles soient en ligne ou non.

Avec la sortie de cette nouvelle version, Mindomo répond pleinement à ces besoins.

Lien vers le logiciel Mindomo.

Catégories
Mindomo

Mindomo School : intégrez l’interface dans Google Classroom ou itslearning

L’interface d’apprentissage à distance School de Mindomo a subi d’intenses révisions cet été.  Vous pouvez désormais intégrer votre logiciel dans Google Classroom ou dans le LMS Itslearning.  D’autres fonctionnalités ont aussi été revues ou ajoutées, comme Playback qui vous permet de voir qui a fait quoi dans une mindmap collaborative.

Il y a quelques mois, je vous présentais l’interface Mindomo School : l’interface d’apprentissage à distance liée au logiciel de mindmapping collaboratif.

Je l’a utilisée intensément, tant en entreprise qu’en formation dans les écoles.  Et j’en parlerai d’ailleurs très bientôt lors du colloque Apprendre tout au long de la vie avec le Mind Mapping.

Intégration des étudiant de votre Google Classeroom dans  Mindomo School 

Mindomo School pouvait déjà être intégrée dans divers LMS (Learning Management System ou plateforme de e-learning) en ajoutant  Mindomo School à la plateforme d’apprentissage à distance en tant qu’outil externe (external tool) :

  • Moodle
  • Canvas
  • Desire2learn
  • Blackboard

Désormais, vous pouvez aussi importer vos étudiants depuis Google Classroom, l’outil de devoir de la suite Google Apps for Education.

Dès que les étudiants sont importés, vous pouvez leur assigner des devoirs sous forme :

  • de mindmaps individuelles (à créer)
  • de mindmaps à compléter individuellement
  • de mindmaps à compléter en grand groupe (toute la classe)
  • ou de mindmaps à compléter en petits groupes (dont vous déterminez l’importance)

Intégration de Mindomo School dans le LMS Itslearning

Pour l’intégration dans le LSM Itslearning : vous devez d’abord vous connecter à votre plateforme.

1. Sélectionnez le cours dans lequel vous souhaitez ajouter Mindomo School.

Connexion et sélection du cours

2. Cliquez ensuite sur « Ajouter » et ensuite sur « LTI Tool »

Ajoutez l’outil

3. Terminez l’intégration

  • Nommez votre outil (par exemple School 01)
  • Ajoutez l’URL : https://www.mindomo.com/lti/index.htm
  • Configurez School comme « Public » (pour que tous les étudiants du cours puissent y accéder)
  • Ajoutez la « clé » de l’application
  • Complétez le champ (Shared Secret)
  • Configurez les derniers paramètres (outil actif ou non, s’il doit s’ouvrir dans la fenêtre existante ou une nouvelle fenêtre, etc.)
  • N’oubliez pas de sauvegarder !

Terminez la configuration de School

Intégration dans Office 365

De nombreuses écoles ont profité de l’offre proposée par Microsoft Office et ont installé Microsoft Office 365.  Les enseignants, mais aussi les étudiants peuvent donc travailler avec la suite en classe mais aussi chez eux.

L’intégration de Mindomo School permet de compléter les logiciels de la suite Office 365 d’une application de cartes mentales intégrées.  Avec l’interface School, les enseignants peuvent aussi échanger des travaux sous forme de mindmaps.

Vous pouvez vous connectez directement à votre compte Microsoft Office 365 depuis Mindomo :

Connexion depuis Mindomo

Ou, vous pouvez vous connecter à votre compte Microsoft Office 365 et ensuite télécharger Mindomo de votre Office 365 Store.

Office 365 Store

Playback : visualisez l’historique des mindmaps de vos étudiants

Mindomo School propose aussi une nouvelle fonctionnalité très intéressante pour l’apprentissage à distance : le playback.

Il est comparable à l’historique dans la version Premium de Mindomo (la version pour entreprises qui comprend une interface de gestion de projet).

Vous pouvez visualiser la création d’une carte mentale pas à pas, depuis le début jusqu’au dernier stade.  Chaque utilisateur qui est intervenu dans cette création collective est donc identifié.   Un très bon moyen d’identifier ceux qui travaillent vraiment dans les tâches de groupes…

La fonction Playback

Modification du menu des classes 

Enfin, le menu des « cours » ou « classes » a été très simplifié, il ne comprend plus que deux commandes :

  • Tâches
  • Partager

Menu simplifié de Mindomo School

Tâche remplace les notes, les ressources et les tâches du menu précédent.

On peut à présent rassembler toutes ces fonctions en une seule commande, ce qui est beaucoup plus simple.

Partager permet d’inscrire ou de désinscrire les étudiants au cours créé.

Pour créer un nouveau cours, cliquez sur le bouton dans le menu général.  Cette fenêtre de dialogue apparaît alors :

Créer un nouveau cours

  1. Nommez votre mindmap dans le champ adéquat
  2. Cliquez sur le bouton « Devoir sous forme de mindmap »
  3. Cliquez sur Créer

Vous entrez ensuite dans l’interface avec les deux commandes évoquées plus haut.

Conclusion : des améliorations sensibles qui permettent un emploi plus étendu du logiciel de mindmapping en classe et à distance

Avec ces nouvelles possibilités d’intégration dans des LMS populaires, dans la suite Office  365 et avec Google Classroom, Mindomo fait de son interface School l’outil incontournable du mindmapping en classe.

Alors que les enseignants recherchent des outils collaboratifs pour travailler à la fois en classe et à la maison, Mindomo School développe une solution qui s’intègre de façon transparente à des solutions de formation à distance qui ont fait leur preuve.

La fonction Playback est aussi très intéressante pour monitorer le travail en groupe.  Et la simplification du menu « Créer un devoir sous forme de mindmap »  rend l’interface School encore plus intuitive.

Une solution qui constitue sans doute un premier choix pour l’intégration du mindmapping et des outils collaboratifs à l’école et au collège.

Lien vers Mindomo et son interface School.

Vous avez aimé cet article ?  Inscrivez-vous à ma newsletter et ne ratez plus aucun article ou événément !

Catégories
Logiciels Mind Mapping MindMeister Outils Test

Mindmeister 9 : un design plus élégant et une meilleure ergonomie

Le logiciel de mindmapping Mindmeister 9 est sorti ce 9 janvier.  J’ai testé pour vous cette nouvelle version qui mise l’essentiel sur l’ergonomie et le flat design.

La nouvelle version de MindMeister était attendue pour la fin 2013.  L’éditeur de logiciel de mindmapping a pris un peu de retard et nous présente aujourd’hui la version 9 de son software.

Je l’ai testée pour vous.  Et voici ce que ça donne.  Double-cliquez sur l’image pour l’agrandir au  maximum.  Ou cliquez pour visiter la carte publique « Essai de MindMeister 9 ».

Essai de MindMeister 9

Le flat design : un visuel épuré, très élégant

Au niveau du design, le nouveau MindMeister, tout comme la nouvelle version de XMind, sacrifie au « flat design« , un style visuel épuré dont vous trouverez une excellente description sur le blog de mon ami Philippe Boukobza.

Toute l’interface a été redessinée selon les principes du « flat design » : les nouvelles icones, les outils de navigation, etc.

Cela donne une visibilité, une clarté et surtout une lisibilité nouvelle à l’ensemble.  Mais l’aspect visuel n’est pas l’unique préoccupation des designers de MindMeister.  Ils ont manifestement bien écouté leurs utilisateurs qui leur réclamaient surtout une meilleure ergonomie.

Une ergonomie entièrement repensée

 L’ergonomie de MindMeister 9 a été entièrement repensée pour améliorer l’accessibilité des commandes et des menus.

Dès l’ouverture de l’application – MindMeister est une application de mindmapping en ligne – le changement saute aux yeux.  La liste des cartes, par exemple, a été entièrement redessinée.

La nouvelle liste des cartes

Alors qu’auparavant l’ensemble présentait une colonne unique, la page affiche à présent plusieurs colonnes : ici, par exemple, j’ai choisi d’afficher mes cartes et les dernières cartes publiques téléchargées sur le site de MindMeister.  Mais, pour la gestion de projet ou la gestion du temps avec la méthode GTD, par exemple, on peut également choisir d’afficher les tâches relatives à chaque projet.

Remarquez tout en haut de la page, le logo de l’entreprise à gauche et ma photo à droite : MindMeister est un logiciel collaboratif.  Cela explique pourquoi l’accent est mis sur les entreprises, les équipes et les membres de ces dernières.  La version Business de MindMeister vous autorise ainsi à inviter des collaborateurs, des clients ou des amis à participer à l’élaboration d’une carte avec toutes les fonctionnalités professionnelles sans devoir souscrire à un compte payant.  C’est ce que j’utilise par exemple lors de séances à distance de coaching étudiant ou chef d’entreprise.

Tout à fait à droite de cette première ligne, une icone en forme de roue dentée permet d’accéder d’un simple clic aux réglages de votre compte.

A la ligne suivante, des onglets vous donnent accès à vos cartes personnelles, à votre « channel », c’est-à-dire à vos cartes publiques sur les serveurs de MindMeister ou bien encore à l’ensemble des cartes publiques.

Enfin, la dernière ligne avant les cartes vous permet de créer une nouvelle mindmap ou un nouveau dossier, d’importer une carte ou un fichier depuis Google Drive ou un répertoire de votre disque dure par exemple.  Une autre commande – celle en forme de flux RSS – règle les paramètres de partage des cartes, le sens interdit supprime une carte tandis que le « i » affiche une liste d’informations à propos de votre carte.

Des menus plus lisibles et plus accessibles

Barre de menu

Le menu de droite a été complètement revu : ici aussi, le flat design a fait son apparition : de simples icones ont remplacé les étiquettes.

Il suffit d’un clic pour modifier la couleur ou la forme d’un sujet, l’apparence du texte et le style d’un texte.  C’est ici aussi que vous intégrerez des limites ou nuages de la couleur et de la forme que vous souhaitez.  Tout est paramétrable.

Il est toujours possible, bien entendu, d’intégrer des liens hypertextes vers des sites web ou bien des adresses e-mail (très pratique pour les garder sous la main lorsque vous travaillez sur des projets en partenariat).

C’est à travers ce menu que vous intégrerez aussi des documents (Word, PDF, Excel ou tout autre format) depuis votre disque dur, bien entendu, mais aussi depuis Dropbox, Evernote, Google Drive ou un périphérique.  MindMeister étant une application en ligne, vous pouvez tirer parti de tous les éléments du cloud.

Le même menu permet aussi l’intégration de notes et de tâches pour la gestion de projet.  Pour faire disparaître cette barre de menu, plus d’icone « réduire » dans le coin supérieur droit, mais une icone « réduire la barre » en bas à droite.

Les menus Zoom et Options de carte – qui permet de centrer la map, d’afficher ou non les ascenseurs (scrollbars) et les informations de tâches – ont été regroupés en haut à gauche de la feuille.

Exportez et intégrez vos présentations dans un blog ou un site web

Le mode présentation de MindMeister était déjà très souple et agréable.  L’affichage des branches a encore été amélioré et la transition entre les sujets est plus fluide que jamais.

Mais surtout, vous pouvez désormais exporter vos présentations : un nouveau bouton dans le menu « Exportations » vous permet de télécharger votre présentation sous forme d’une collection de slides au format ZIP (compressé).

Vous pouvez utiliser ces slides pour créer une présentation intégrée dans un blog ou un site web.  En tout cas, en théorie, car j’ai essayé à diverses reprises de télécharger deux présentations différentes avec deux extracteurs différents (Z.zip et The Extractor) et les fichiers étaient endommagés à chaque fois…   Sans doute un de ces bugs inévitables lors du lancement d’une nouvelle version…

Par contre, le mode présentation lance automatiquement le plein écran et dispose au bas de ce dernier une commande avant-arrière qui inclut le logo de votre entreprise.  Celui-ci est également repris au bas à droite de l’écran : vos auditeurs ne pourront pas ignorer d’où vous venez !

Détail du mode présentation

Il suffit de ne pas utiliser la souris ou de la placer hors du champ d’influence de cette commande pour qu’elle disparaisse.  Le mode plein écran de la présentation permet de ne pas distraire les participants de votre exposé, ce qui est appréciable…

Des améliorations de l’impression et de l’exportation

D’autres améliorations sont les bienvenues, comme celle de l’exportation en format PDF.  Les fichiers sont désormais exportés au format d’échange RDF de meilleure qualité, ce qui assure une meilleure fidélité de l’image de votre mindmap.

Les icones ont non seulement été redessinées, mais elles apparaissent à présent en haute résolution.  Leur nombre a été augmenté et elles comprennent maintenant un pack de 863 icones Emoji, très appréciées des jeunes.

L’impression des mindmaps a été revue : en cliquant sur l’icone en forme d’imprimante, vous générez en fait un fichier image de format PNG qui sera imprimé.  Je n’ai pas eu l’occasion non plus de tester cette propriété.

En conclusion

Dans la version 9 de MindMeister, comme dans la version 2013 de XMind, pas de révolution ni de grands chambardements.  Mais des améliorations appréciables de la navigabilité, de l’ergonomie et du design.

Et des améliorations de fonctions qui rendent la vie plus confortable.

Au niveau graphique des cartes à proprement parler, pas de révolution non plus.  Mais comme le disait Michael Hollauf lors de son exposé du Biggerplate Unplugged de Utrecht, MindMeister étant une application en ligne, elle est tributaire du développement des navigateurs.  Or, tous n’intègrent pas les derniers développement du html 5, par exemple, ou d’autres possibilités graphiques.

Bref, un logiciel de mindmapping rénové qui ne perturbera pas ses anciens utilisateurs mais qui risque bien, par son design, son ergonomie et son utilisation ultra-intuitive, d’attirer un nouveau public plus jeune.  Et par ses facilités d’emploi dans le travail collaboratif, il pourrait bien séduire plus d’une entreprise au passage.

Vous avez envie, vous aussi, de créer des cartes mentales en ligne, seul ou à plusieurs ?  Inscrivez-vous gratuitement sur MindMeister et testez la version 9 !

Vous avez aimé cet article ?  Inscrivez-vous à ma newsletter et ne ratez plus aucun article ou événément !

50.9686775.824968
Catégories
iMindMap Logiciels Mind Mapping MindMeister Novamind Outils Prezi XMind

Qu’est-ce qu’un logiciel de mindmapping ?

Tout le monde croit savoir ce qu’est le mindmapping.  Et les logiciels qui permettent de s’adonner à cette méthode de pensée.  Pourtant, quand je lis certains articles sur le web, je m’interroge vraiment.  Et j’ai envie d’ajouter mon grain de sel pour clarifier certaines notions.  En toute subjectivité totalement assumée.  Vous voilà prévenu(e)s !

Pas une semaine sans qu’un article s’extasie sur un « fabuleux nouveau logiciel qui révolutionne le mindmapping ! » Ou que les médias sociaux ne tombent en pamoison sur un nouveau « software pour créer des cartes mentales« .

Pourtant, la lecture de ces articles ou des ces posts me laissent souvent dubitatif, pour ne pas dire sceptique…  Certains de ces logiciels révolutionnaires me paraissent tout au plus de nouveaux gadgets aussi vite jetés que découverts.  Aussi limités dans leurs fonctions que clinquants dans leur forme et agressifs dans leurs opérations de marketing.

Pour beaucoup d’internautes, le mindmapping consisterait donc à tracer une forme centrale, à y piquer quelques lignes au bout desquelles on place des bulles avec des images ou des mots-clés (quand ce n’est pas le contenu d’une page A3, rédigé en Arial 8…).

Non, le mindmapping, ce n’est pas ça !  C’est, d’abord et avant tout, une méthode d’organisation des idées.  Qui peut se pratiquer un crayon à la main ou armé du support technologique dernier cri : PC, Mac, tablette ou smartphone.

Mais c’est là que ça se gâte !  Il ne suffit pas d’avoir un logiciel.  Et surtout : il ne suffit pas d’avoir n’importe quel logiciel !

Une collection hétéroclite de logiciels sans véritable liens

Récemment, j’ai découvert une page web qui rassemble les logiciels de mindmapping : je salue au passage le travail de collecte des informations.  Le site donne des précisions sur les prix, les modalités d’abonnement, etc.

Mais mon sang n’a fait qu’un tour lorsque j’ai découvert parmi cette liste des applications comme Prezi ou Libre Office !

Prezi, que j’utilise abondamment et avec plaisir, est un logiciel de présentation !  C’est un merveilleux support visuel pour vos conférences, vos exposés ou pour expliquer un point difficile pendant une formation.  Mais un logiciel de mindmapping ?  NON !

Libre Office est une suite bureautique…  Qu’elle comporte des outils graphiques, c’est indéniable.  Est-ce pour autant un logiciel de mindmapping ?  NON !  A ce compte-là, Word avec son outil SmartArt pourrait être classé dans la catégorie Mindmapping, pourquoi pas ?

Je pourrais continuer la liste et la démonter point par point, mais ce n’est pas l’objet de ce post.

Mindmapping : des logiciels qui correspondent à une méthode

Donc, qu’est-ce qu’un logiciel de mindmapping pour moi ?  Qu’est-ce que j’attends d’un software qui se prétend capable de tracer des cartes mentales ?

J’attends qu’il puisse me fournir au minimum des prestations qui correspondent aux bases du mindmapping manuel.  Et quelques fonctionnalités supplémentaires (et utiles, pas du bling-bling) si possible.

(Cliquez sur l’image pour l’agrandir.  Vous pouvez aussi la télécharger gratuitement depuis ma page sur Biggerplate, la plus grande communauté de mindmappeurs au monde !).

Fonctions d’un logiciel de mindmapping

Une gestion automatique de la répartition des branches

Tout d’abord, le mindmapping étant une pensée rayonnante, le logiciel doit démarrer la carte par le  centre de la feuille au format paysage.  Il doit donc proposer un sujet central pouvant inclure du texte et de l’image.

Mais lorsque vous ajoutez des branches, des sujets ou des nœuds (selon le jargon de votre software), votre logiciel doit être capable de les répartir de manière automatique autour de ce sujet central.  Il doit être capable de gérer de manière dynamique l’équilibre des objets sur la feuille : si vous ajoutez deux branches, les autres branches doivent se déplacer un tant soit peu pour libérer de la place et rétablir une répartition harmonieuse de l’ensemble sur la page.

Les meilleurs logiciels vous permettront toujours d’intercaler une nouvelle branche entre deux branches existantes, de déplacer les branches sur la feuille, bref, d’améliorer la présentation générale de votre mindmap.

Vous devez aussi être capable de gérer vous-même la couleur, la forme et l’épaisseur de vos branches : selon votre pratique, les couleurs et les formes des branches renforcent l’information – vous pouvez choisir de réserver la branche rouge aux objectifs pour la gestion de projet, par exemple.

Une gestion complète des images

Un logiciel de mindmapping doit au minimum permettre l’inclusion d’images dans vos branches, nœuds ou sujets…  Cela paraît évident pour tout qui a pratiqué un minimum de mindmapping.  Et pourtant, je vois des nuées de gens s’extasier devant une série de nouveaux logiciels présentés comme « mindmapping software » mais qui ne prévoient aucune inclusion d’images.

Les images sont une partie importante du mindmapping.  Votre logiciel devrait donc vous permettre d’inclure des images de façon simple (clic sur une icone, glisser-déposer, etc.).

Mais surtout, il devrait vous donner le choix entre différentes sources d’images :

1. En provenance de vos propres fichiers :

Une interface claire vous donne accès à tout moment aux images présentes sur votre disque dur ou tout autre périphérique.

2.Depuis une banque d’images :

Le logiciel lui-même vous propose sa propre galerie d’images, de préférence classées en catégories ou avec un moteur de recherche interne.  Selon les logiciels de mindmapping, la qualité et le nombre de ces images sont extrêmement variables…

3. En provenance d’Internet :

Pour les images provenant d’Internet, les producteurs de logiciels ont opté pour plusieurs options dont chacune présente un intérêt différent :

  • images GoogleMindmeister (avec le risque d’employer des images protégées par copyright) ;
  • navigateur interne ou externeXMind ; (même problème)
  • moteur de recherche spécialisé du type iConFinder – Mindmeister, etc.

4. Depuis un programme intégré de dessin :

Le logiciel intègre un dispositif qui vous permet de dessiner des images originales en fonction de vos besoins – comme l’outil Sketch de iMindMap.  Ce dernier est non seulement un outil de dessin mais également de retouche d’images existantes.

La gestion des branches, des images, de la couleur doit vous permettre aussi de trouver votre propre style de mindmappeur : le choix des couleurs, de la simplicité ou de la complexité des cartes, le type d’image, etc. tout cela contribue à développer votre propre langage…

Intégration d’objets internes et externes

Un véritable logiciel de mindmapping doit vous permettre d’intégrer une série d’objets complémentaires et qui augmenteront votre productivité.  J’opère une distinction entre objets internes – relations, limites, accolades, notes écrites et audio, hyperliens – et objets externes – fichiers joints ou liés, informations en provenance des réseaux et médias sociaux, etc.

Relations, limites et accolades : le supplément d’information

La structure d’une mindmap visualise la hiérarchie entre les concept : d’une idée centrale, le « lecteur » de la carte dégage rapidement les idées principales, les idées secondaires, mais surtout la façon dont le tout est organisé de manière très hiérarchisée.   C’est la grande force du mindmapping : offrir tout cela en un coup d’œil !

Relations et limites

a) Relations : montrer les liens entre deux éléments séparés

Les relations – encore appelées « flèches » – servent à illustrer le lien entre deux éléments séparés, sur deux branches distinctes, par exemple.  Les bons logiciels de mindmapping permettent de modifier le format, la forme, la couleur, l’épaisseur, la forme des extrémités – triangle, boule, carré, diamant, etc.  Elles apportent un supplément d’information en ce qu’elles illustrent des liens entre concepts qui ne seraient pas évident sans cela.

b) Les limites : l’accent sur l’important    

Les limites – ou nuages – sont sans doute l’un des éléments les moins bien compris du mindmapping.  Certains utilisateurs les placent systématiquement sur chacune des branches, sans doute pour obtenir un effet coloré.

En réalité, les limites sont surtout très utiles pour mettre l’accent sur un groupe de concepts particuliers :

  • soit parce qu’on veut montrer qu’il s’agit d’un groupe particulièrement homogène.  Par exemple, dans un cours de physique, entourer un groupe de trois causes possibles d’une action-réaction
  • soit parce qu’on veut attirer l’attention du lecteur sur quelque chose d’important : dans une carte de gestion de projet, par exemple, on peut créer une limite autour de certaines actions urgentes et compléter par un titre du genre « à réaliser en priorité ».

Le fait d’utiliser des limites partout dilue leur potentiel d’information : si tout est important, plus rien ne l’est…

c) Les accolades : résumer le contenu des branches précédentes

Les accolades ne sont pas présentes dans tous les logiciels.  XMind les propose avec la possibilité de les personnaliser via son éditeur de styles.  Elles sont très utiles pour résumer le contenu de deux ou plusieurs branches.

Accolades sur XMind

C’est dommage que beaucoup de logiciels de mindmapping ne proposent pas ce type de dispositif pourtant extrêmement pratique…

d) Les notes écrites et audio : du texte et des commentaires

Les notes écrites permettent de s’épancher : je sais à quel point il est difficile pour certaines personnes de se limiter aux mots-clés dans leurs mindmaps.  La note écrite peut être l’occasion d’en dire plus sous forme de phrases linéaires.

C’est aussi l’occasion de donner une explication, d’inclure un texte déjà rédigé dans une carte qui constitue la structure d’un document à rédiger.  De cette façon, lorsque vous exporter vers un logiciel de traitement de texte, le contenu de votre note devrait figurer en bonne place dans le document.

 Les notes audio sont également très pratiques si vous devez commenter le travail d’un collègue.  C’est parfois plus sympa et plus « naturel » d’entendre un collègue vous demander de compléter une partie de sa carte par note audio…  Dans iMindMap, les notes audio sont intégrées dans votre présentation et peuvent devenir le son de la vidéo qui en résulte.  Une excellente idée !

e) Les hyperliens : l’accès à des sources externes

L’intégration des hyperliens dans les cartes mentales est également une fonction très importante.  Ces derniers permettent d’accéder d’un clic à un site web, un fichier distant ou une autre carte (carte secondaire ou différente).

Tout logiciel de mindmapping digne de ce nom doit inclure cette fonctionnalité.

d) Documents joints

La plupart des logiciels de mindmapping permettent d’intégrer ou d’attacher des documents à votre carte.  De cette manière, le destinataire de la mindmap pourra toujours accéder aux fichiers joints.  iMindMap permet l’inclusion directe d’une feuille de calcul au sein d’une branche.

L’importation : faire entrer le monde dans votre carte

Les logiciels de mindmapping ne devraient pas travailler de manière isolée.  Mais au contraire, ils devraient vous donner l’opportunité de communiquer avec le monde extérieur.

C’est pourquoi il est important de choisir un logiciel qui permette l’importation d’un maximum de documents externes.  De cartes en provenance d’autres logiciels de mindmapping, bien entendu, mais pas seulement.  De plus en plus de logiciels importent des données depuis Word, Libre Office ou Open Office, Excel, Twitter, etc.

Mindmeister intègre des textes rédigés sous format Txt  : il les transforme en mindmap.  Mindjet inclut des tweets dans certaines de ses fonctionnalités, notamment dans les modules de brainstorming.

L’exportation : partager votre carte avec le monde entier

Dans l’autre sens, il est important que votre carte puisse être partagées avec d’autres mindmappeurs qui n’utilisent peut-être pas le même logiciel que vous.  Mais aussi aux personnes qui utilisent Word, Excel, PowerPoint ou qui désirent lire votre carte sous un format du type PDF.  Ou qui souhaitent intégrer votre carte sous forme d’image BMP dans un document imprimé ou PNG sur une page de site Web.

L’importation et l’exportation sont donc des critères importants du choix de votre logiciel de mindmapping comme je le disais déjà dans mon article « Comment choisir mon logiciel de mindmapping« .

La collaboration avec d’autres mindmappeurs

L’évolution d’Internet et en particulier du Web 2.0 a profondément modifié les usages en ligne.

Dorénavant, les internautes ne sont plus de simples consommateurs d’informations : ils en deviennent les producteurs, ou tout au moins, les coproducteurs.  Les entreprises s’intéressent chaque jour davantage au cloud et à ses possibilités de travail à distance.

Le mindmapping n’échappe pas à cette tendance.  Et certains logiciels ont développé de réelles stratégies de collaboration en ligne en temps réel : c’est le cas de Mindjet ou de Mindmeister qui permettent vraiment de travailler en ligne de manière synchrone sur la même carte.

La plupart des autres logiciels ont développé des solutions de travail collaboratif en mode différé.  C’est le cas de XMind qui possède une plateforme où les cartes mentales peuvent être stockées et partagées.  iMindMap offre une solution Cloud qui permet de synchroniser vos cartes sur votre ordinateur de bureau, sur votre PC portable, votre tablette ou votre smartphone, qu’ils soit iOS ou Androïd.  La version 2013 de XMind offre aussi le partage et la synchronisation des cartes sur réseau local.

Cette tendance devrait se renforcer au cours des prochaines années, voire des prochains mois…

Présentation et brainstorming

De nombreux logiciels proposent des modules de présentation : Novamind offre un module basé sur des slides particulièrement fluide et agréable.  iMindMap possède un module unique, paramétrable jusqu’au moindre détail, en trois dimensions et directement exportable vers des vidéos, y compris sur Youtube !  Quand à XMind, il propose un module qui affiche la carte sujet par sujet.

La plupart des bons logiciels de mindmapping offrent également une, voire plusieurs solutions de brainstorming : avec minuteur (XMind), avec styles de brainstorming pré-établis (Mindjet), etc.

Mais ces deux fonctions ne sont pas inhérentes au mindmapping : elles sont des fonctions supplémentaires qui ont parfois fait du tort à la discipline, car de nombreuses personnes finissent par confondre les logiciels de mindmapping avec des softwares de présentation.  Et on ne compte plus les comparaisons avec – voire les assimilations à – PowerPoint, Prezi, etc.

Conclusion

Les logiciels de mindmapping devraient être des outils complets, permettant d’appliquer au minimum ce qu’il est possible d’effectuer à la main.  Et qui proposent, en outre, des outils de productivité.  De réels outils de productivité qui vous permettent de gagner du temps, de mieux structurer vos documents et vos projets, et de mieux organiser vos idées en général.

En-deça de cette définition, appelez votre logiciel comme vous voulez, mais pas « logiciel de mindmapping« .  Merci.

Vous avez aimé cet article ?  Inscrivez-vous à ma newsletter et ne ratez plus aucun article ou événément !

50.9686775.824968
Catégories
Logiciels Mind Mapping Outils Projets

XMind : Passez à la version Pro et découvrez d’autres dimensions du Mindmapping !

Cela ne vous a pas échappé : nous aimons XMind !

Pourquoi ?

Parce que… Les raisons ne manquent pas :

  • facile à apprendre
  • ergonomique : toutes les fonctionnalités sont à portée de main sur un tableau de bord accessible d’un coup d’oeil
  • des possibilités graphiques innombrables : couleurs, formes des branches, images, etc.
  • Utilisation de différents formats : cartes heuristiques, arètes de poisson, feuille de calcul…
  • intégration facile de liens, de notes, d’icônes, d’images…
  • focus sur un sujet en particulier
  • le vérificateur orthographique
  • le filtrage et les légendes
  • etc.

Tout cela, gratuitement (vous pouvez d’ailleurs télécharger XMind 3.2.1 ici).

Mais savez-vous que vous pouvez faire beaucoup plus ? Et passer à une dimension vraiment professionnelle du Mindmapping ?

Passez à la dimension professionnelle de XMind !

(Cliquez sur la carte pour la visionner sur XMind.net).

Licences Pro

En achetant la licence PRO de XMind.

Vous profiterez alors des fonctions étendues du logiciel :

  • modules de brainstorming et de présentation
  • fonctions de cryptage pour la protection de vos données
  • cartes « privées » accessibles à vous seul et aux collaborateurs que VOUS déterminez
  • diagrammes de Gantt pour une gestion optimale de vos projets
  • export illimité vers les formats PDF, Word, PowerPoint
  • cliché de carte : sélectionner l’ensemble ou une partie de votre carte pour en créer une autre
  • fusion de carte : fusionner plusieurs cartes (avec vos collaborateurs par exemple)
  • galerie d’images : intégrez facilement des images de qualité professionnelle
  • informations de tâches : visionnez en un coup d’oeil qui est responsable d’une action, quand elle commence
  • création de vos propres thèmes et utilisation de ceux-ci par défaut pour tous vos documents : couleurs, formes, styles de lignes, attributs graphiques divers…

Vous aussi, passez à la dimension PRO du Mindmapping !  Cliquez ici pour obtenir votre licence PRO

Vous former à l’utilisation d’XMind ?  Rien de plus facile : consultez notre page Agenda !

Vous avez aimé cet article ?  Inscrivez-vous à ma newsletter et ne ratez plus aucun article ou événément !


50.9686775.824968
Catégories
Recherche d'emploi

Formation à la recherche d’emploi gratuite à Verviers

Vous êtes à la recherche d’un emploi ?  Vous habitez Verviers ou sa région ?

Alors cette formation est faite pour vous !

J’animerai pour la Sodie une formation en recherche d’emploi avec coaching individuel du 4 octobre au 12 décembre 2010.

Je vous donne rendez-vous les 9 ou 24 septembre à 10  heures à l’asbl EPI, rue de Franchimont, 5 à 4800 VERVIERS pour vous en dire plus sur ce que nous allons faire ensemble.

En voici déjà un aperçu (cliquez sur le lien pour voir le genre de choses que l’on fait en atelier)

Ateliers en groupe :

  • Accueil et dynamique de groupe
  • Bilan de compétences
  • Mon projet professionnel
  • Ma lettre de motivation
  • Mon CV
  • Organiser ma recherche
  • Gérer mon stress et mes émotions
  • Chercher un job sur Internet
  • Trouver un stage
  • Comprendre mon contrat de travail
  • Mes entretiens d’embauche : préparation et entrainement
  • M’intégrer dans ma nouvelle entreprise
  • Etc.

Stage :

  • 152 heures sur 4 semaines
  • Dans l’entreprise de mon choix
  • En cohérence avec mon projet professionnel

Coaching individuel

  • Séances de coaching individuel avec un coach professionnel
  • Entretien sur mes besoins spécifiques
  • Conseils personnalisés tout au long de ma recherche d’emploi

Convention avec le Forem

  • Inscription et participation gratuite
  • Indemnité de formation d’un euro de  l’heure
  • Indemnité de déplacement
  • Intervention dans les frais de garderie ou de crèche

Inscriptions et information :

SODIE

04/220.02.90

mailto : info@sodie.be

www.sodie.be

Catégories
Chomage Société

Plus de deux millions de chômeurs pris en ôtage par les Républicains aux USA

Le taux de chômage aux Etats-Unis atteint des sommets jamais vus depuis la Grande Dépression des années 30 du vingtième siècle : 10% de la population active !

 

File de chômeurs en 1928

Soit un doublement en deux ans, puisqu’en 2007, le taux de chômage affichait 5%.   Et encore : les experts s’accordent sur le fait que ce chiffre  de 10% est sans doute sous-évalué, car il ne prend pas en compte les personnes qui ont abandonné toute recherche d’un nouvel emploi et ne se sont donc plus inscrites sur les listes donnant droit à une aide temporaire…

Catégories
Jeunes

Jeunes, informatique et entreprise : un décalage croissant entre offre et demande des compétences

Les jeunes de la génération Y sont-ils tous « branchés Internet » ?  Sont-ils mieux préparés aux exigences technologiques croissantes des entreprises que leurs aînés ?

La réponse est beaucoup plus complexe et nuancée qu’on ne pourrait le croire.  C’est l’objet d’une étude que vient de publier la Fondation Travail Université pour le compte du SPP Intégration.

Les auteurs – Périne Brotcorne, Luc Mertens et Gérard Valenduc – y démontrent que, non seulement  tous les jeunes ne sont pas connectés, mais surtout que leurs pratiques d’Internet diffèrent du tout au tout et ne les préparent pas forcément aux exigences des entreprises en matière de compétences informatiques.

1. Ces jeunes, qui sont-ils ?

Les jeunes de 16-25 ans représentent 12 % de la population belge. 62,5 % d’entre eux sont étudiants, 27,5 % travaillent, 6,4 % sont au chômage et 3,6 % sont inactifs non-étudiants.

Du point de vue du statut, on peut distinguer 2 sous-groupes : les 15-19 ans, dont une majorité (90%) est encore aux études – et les 20-24 ans, dont seulement un tiers fréquente les bancs de l’université ou des hautes écoles.

Les disparités régionales sont importantes puisque sur 100 jeunes qui sortent de l’école entre 15 et 19 ans, 63 % de jeunes wallons n’ont pas le diplôme d’études secondaires pour 49 % de jeunes flamands… Pour les jeunes 20-24 ans, la proportion de jeunes ayant un niveau de qualification faible est de 40% à Bruxelles, 26% en Wallonie et 18% en Flandre.

On estime à 10 % les jeunes de 16-25 ans souffrant d’illettrisme. En Communauté française, les 16-25 ans représentent 14% du public des formations en alphabétisation de Lire et Ecrire !

Je trouve cela interpellant : tous ces jeunes sont à peine sortis de l’école et ils ne savent déjà plus lire (ou pas encore !).  Et ce n’est pas par manque de motivation,  puisqu’ils s’inscrivent dans une asbl d’alphabétisation, malgré la difficulté que doit représenter le fait de se dire illettré et d’apprendre avec des adultes qui, pour certains, n’ont jamais été scolarisés ou à peine !  Cela signifie donc que le désir d’apprendre existe, mais qu’il n’a trouvé aucun écho tout au long de la vie scolaire.  Il y a là de quoi se poser de sérieuses questions sur la qualité de notre enseignement et, en particulier, sur l’adéquation entre les pratiques scolaires et l’appétence des jeunes pour l’étude…

2. Quelle est la pratique Internet des jeunes ?

On estime à 4% les 16-24 ans qui n’ont jamais utilisé (2% en Flandre, 7% en Wallonie et 9% à Bruxelles) un ordinateur et à 5% ceux qui n’ont jamais touché à Internet (2% en flandre, 8% en Wallonie et 10% à Bruxelles).

Mais le niveau d’études modifie sensiblement la donne, puisque chez les moins diplômés (pas le secondaire supérieur) ils sont 8% à n’avoir jamais surfé.

Si on examine l’assiduité à Internet, on constate que 75% des jeunes sont des utilisateurs réguliers (presque tous les jours) 16% l’utilisent de manière épisodique (pas dans les derniers trois mois) et 9% ne l’ont pas utilisé dans l’année précédente.

Selon une enquête Statbel (2007), 4 motifs principaux sont invoqués par les jeunes non-utilisateurs sont les suivants :

  • matériel trop cher (51%)
  • Internet pas nécessaire (31%)
  • frais de connexion trop élevés (27%)
  • manque de compétences informatiques (30%).

Pour ce dernier motif, on observe des divergences énormes et inquiétantes : 24% en Flandre, 20% en Wallonie et 68% à Bruxelles !!!

Le domicile reste le lieu essentiel d’utilisation d’Internet pour les jeunes : 92% d’entre eux, avec peu de variation selon l’âge et le statut.

L’utilisation d’Internet sur le lieu de travail varie également selon le niveau d’étude :

  • enseignement supérieur : deux jeunes sur trois
  • secondaire supérieur : un jeune sur trois
  • secondaire inférieur : un jeune sur quatre

L’Internet à domicile est lié à ce que les auteurs appellent une “culture en chambre”, la chambre étant le lieu où de nombreux jeunes passent l’essentiel de leur temps. On compte 61% des jeunes 18-21 ans pour 68 % des jeunes 22-25 ans qui surfent dans leur chambre…

Selon diverses estimations, entre 14 et 22% des jeunes vivent dans des familles non-connectées, les familles monoparentales étant particulièrement défavorisées.

Demain, la suite : les pratiques Internet des jeunes et les exigences des entreprises.

Vous pouvez télécharger le rapport intégral sur le site de la Fondation Travail Université