Catégories
Logiciels XMind

XMind 2021 : graphique et carte mentale sur tous supports

Je viens de tester XMind 2021, la nouvelle version du logiciel de cartes mentales. C’est une belle réussite, mais qui s’éloigne de la polyvalence de la version 8, même si elle permet toujours de créer graphique et carte mentale.

J’ai déjà écrit plusieurs comptes rendus des différentes versions de XMind au cours des années : XMind 7 et ses innombrables innovations ou encore XMind 7.5 beta et ses sauvegardes dans le Cloud.

Aujourd’hui, je vous parle de XMind 2021, la nouvelle version multiplateforme, dont la carte mentale ci-dessous résume les principales innovations :

Nouvelles fonctionnalités de XMind 2021.

Vous pouvez télécharger cette carte mentale aux formats XMind et PDF depuis notre page Cartes mentales gratuites.

XMind 2021 – une application multiplateformes

XMind 2021 est réellement multiplateforme. Il fonctionne sur PC, sur Mac, sur smartphones et tablettes Android et iOS.

Avec l’abonnement (39,99 $ pour le semestriel et 59,99 $, soit 50,64 € en juin 2021 pour l’annuel) vous pouvez utiliser l’application sur 5 périphériques en simultané.

Je l’ai personnellement testé sur PC portable et sur un smartphone de type Android.

Voici une capture d’écran d’une création de chronologie (structuration d’un podcast) avec XMind 2021 sur smartphone (Android 11) :

L’interface du smartphone particulièrement claire

Comme vous pouvez le voir sur cette image, l’interface sur smartphone est particulièrement claire et laisse un maximum d’espace à la zone d’édition.

J’ai été très agréablement surpris par la fluidité de l’application sur smartphone : tout fonctionne très rapidement et on peut travailler non seulement sur les cartes mentales, mais également sur tout type de structures proposées par XMind 2021.

Une incroyable palette de modèles préétablis

Nouvelles combinaisons de formes et de couleurs

Cette nouvelle version de XMind propose une incroyable palette de modèles de couleurs et de formes :

De nombreux modèles à portée de souris

Ces modèles sont présentés dans une combinaison de deux fenêtres :

  • Celle de droite présente des modèles de couleurs (couleur du sujet central, mais aussi de branches de couleurs variées ou unies)
  • celle du milieu présente les différentes structures disponibles pour ces modèles et donnent déjà un aperçu du graphique avec cette combinaison de couleurs

Nouvelles formes de sujets dans XMind 2021

A ces nouveaux modèles de couleurs, s’ajoutent également de nouvelles formes de « sujets » :

Nouvelles formes de sujets

De nouvelles formes bienvenues dans la panoplie de la nouvelle version de XMind.

De quoi enrichir votre carte mentale.

Nouvelles structures de graphiques dans XMind 2021

Ce que j’ai toujours apprécié chez XMind, c’est la possibilité de créer non seulement des cartes mentales, mais aussi de nombreuses autres structures graphiques.

Cette nouvelle version de XMind n’échappe pas à la règle. Elle propose d’abord une nouvelle visualisation de ces structures : dans la fenêtre de droite, l’utilisateur peut voir à quoi ressemblera la structure finale de son graphique.

Nouvelle présentation des structures graphiques

XMind 2021 propose également deux nouvelles structures et le renouvellement de la structure de type Ishikawa ou arête de poisson.

Nouvelle présentation des structures dans XMind 2021

La carte d’accolades

Une nouveauté que j’apprécie particulièrement pour sa clarté et son côté esthétique assez dépouillé quoique très élégant. Je la vois bien utilisée comme sommaire pour un livre, par exemple.

Carte d’accolades – une des nouvelles structures

Comme vous le voyez, les sujets y sont distribués le long d’une grande accolade. Les sous-sujets viennent également se placer en face d’accolades de dimensions plus réduites.

Dans le sujet « Modèles », vous voyez un texte blanc sur fond rouge « Sujets préformatés ». XMind vous propose effectivement des sujets préformatés : celui-ci est un sujet « important ».

Nouveau tableau en arbre

Le tableau ou matrice est une structure qui existe depuis longtemps chez XMind. Mais cette nouvelle version propose un « tableau en arbre » qui organise les sujets de manière très efficace, jugez plutôt :

Un tableau parfaitement hiérarchisé

Non seulement la nouvelle structure offre une hiérarchisation parfaitement claire des sous-sujets, mais elle conserve les images, les préformatages ainsi que les marqueurs.

Nouvelle version de l’Ishikawa ou diagramme en arête de poisson

XMind proposait ce type de diagramme en forme d’arête de poisson depuis longtemps, mais il en offre désormais une nouvelle version plus claire et plus lisible :

Nouvelle version de la structure Ishikawa ou arête de poisson

Nouveau mode de présentation « Pitch »

L’ancien mode de présentation de XMind était déjà bluffant.

Celui-ci modifie complètement la philosophie de la présentation.

Ce mode « Pitch » convient particulièrement bien à un « pitch » d’entreprise comme celui d’une startup, par exemple. L’alliance de mots-clés et d’images simples constitue un support bien adapté à ce type de démarche.

Malheureusement, pour le moment, l’application ne propose que ce seul fond noir.

Autres fonctionnalités intéressantes et conclusion sur XMind 2021

XMind 2021 s’inscrit dans la tendance actuelle d’interfaces particulièrement dépouillées, tout comme Mindomo, par exemple. Même s’il a choisi de « clarifier » l’interface avec son panneau latéral au lieu de la réécrire intégralement comme son concurrent.

Outre les fonctionnalités que j’ai détaillées dans cet article, XMind 2021, cette nouvelle version propose aussi :

  • nouvelles options d’images : bordure, ombre, opacité. Ce qui permet de personnaliser encore davantage vos cartes mentales
  • l’utilisation de LaTeX dans les sujet va enchanter les profs de maths et de sciences
  • le chevauchement de branche, les sujets indépendants et les sujets flottants sont à présent contrôlés par une simple boîte à cocher. Vous vous souvenez, dans les anciennes versions de XMind, comme c’était pénible de placer certains sujets flottants à proximité d’une branche ?

En conclusion, je me réjouis de cette nouvelle version de XMind qui vous permet de travailler en mode flexible sur différents périphériques. Les nouvelles structures, les nouveaux modèles, la simplification de l’interface avec sa visualisation des couleurs et des structures sont des avancées appréciables.

J’ai été, comme je l’ai dit, positivement étonné de la fluidité du travail sur smartphone. Je regrette cependant de devoir retourner sur XMind 8, uniquement sur PC, pour certaines fonctionnalités avancées de gestion de projet, par exemple.

Mais dans l’ensemble, cette version XMind 2021 conviendra au plus grand nombre, surtout que les usages sur smartphone continueront à se multiplier dans les prochains mois.

Vous pouvez télécharger XMind 2021 depuis le site d’origine.

Vous avez apprécié cet articles ? Abonnez-vous à notre lettre d’information pour ne manquer aucun article, podcast ou événement.

Catégories
Logiciels Mindomo

Mindomo : organigramme, carte conceptuelle et autres structures

Une des caractéristiques les plus intéressantes de Mindomo, est qu’il permet de créer non seulement des mindmaps (ou cartes mentales) mais aussi d’autres types de structures : cartes conceptuelles, organigrammes, arbres logiques, cartes droites, etc.  Je me suis même essayé à dessiner un Ishikawa !

J’ai testé Mindomo dans de précédents articles (une vue d’ensemble et une exploration des différentes plateformes sur lesquelles Mindomo fonctionne) et j’ai été séduit par la qualité de ce logiciel de mindmapping qui permet de travailler partout : en ligne, sur votre PC, mais aussi via votre smartphone ou votre tablette, qu’elle soit du type iOS ou Android !

J’ai voulu aller plus loin et vérifier s’il était possible d’utiliser des structures différentes de celles du mindmapping traditionnel : des organigrammes bas et hauts, des cartes conceptuelles, des arbres logiques – gauches et droits – des listes en forme de colonne.  Je me suis donné libre cours et j’ai dessiné un Ishikawa à l’aide de l’outil de cartes conceptuelles et j’ai utilisé l’organigramme haut pour dessiner une ligne du temps.

Je vous livre le résultat de mes expérimentations dans cet article !

Organigramme bas et haut : des classiques utiles

La concurrence sur le marché des logiciels de mindmapping collaboratif se déchaîne et Mindmeister annonçait au début de juin 2014, que cette nouvelle fonction serait bientôt disponible.

Organigramme dans Mindmeister

Chez Mindomo, cette structure est disponible depuis un moment.  Je l’ai utilisée pour réorganiser mon propre site web : il s’agit d’une structure à très peu de niveaux et c’est voulu.  Je voulais simplifier la navigation au maximum.  J’ai donc réaménagé mon site en très peu de grandes rubriques :

  • Offre particuliers
  • Offres entreprises
  • Agenda
  • Contact
  • Blog

(Double-cliquez sur la carte pour l’agrandir).

Structure de mon site web

Cette structure est plus familière aux informaticiens que la carte mentale (ou carte heuristique ou mindmap).  Elle a l’avantage d’être très claire.

Une ligne du temps avec l’organigramme haut

Avec XMind, j’avais pris l’habitude de dessiner des lignes du temps à l’aide de la structure de type « arête de poisson » ou Ishikawa du nom de son inventeur.  Mais, cette forme présentait un handicap énorme : beaucoup de gens interprétaient le sens de la tête comme la flèche à suivre pour lire la ligne du temps…  Et donc, ils lisaient la carte de droite à gauche !  A l’envers !

Ligne du temps d’un projet de starter

Pour pallier cette difficulté, j’ai donc cherché une autre solution.  C’est mon ami Bernard Lamailloux qui, lors d’un échange sur Facebook, m’en a donné l’idée.  J’ai utilisé la structure « organigramme haut » pour dessiner une ligne du temps.  J’ai essayé avec Mindomo et voici ce que ça donne :

Ligne du temps Mindomo

Cette ligne du temps est une carte XMind que j’ai importée.  Elle figure dans la présentation PowerPoint de ma formation Visual Mapping pour Starters et Entrepreneurs.

Mais vous pouvez la créer depuis Mindomo en utilisant le layout « Organigramme haut » :

Organigramme haut dans Mindomo

Cartes droites : idéales pour structurer un document

Mindomo permet aussi d’adopter la structure du type « carte mentale droite » ou « mindmap droite.

Je trouve que celle-ci est particulièrement adaptée à la création de tables de matières ou pour structurer un document.  En voici un exemple :

Table des matières

En effet, même si elle n’est pas purement linéaire, cette structure correspond davantage à la succession des entités de l’ouvrage (introduction, avant-propos, chapitrage, conclusion, annexes) que la mindmap radiale ou rayonnante.

Elle perturbe moins les littéraires peu habitués au concept de la pensée rayonnante chère au mindmappeurs…

Elle peut également être exportée au format Freemind ou OPML dans Scrivener pour devenir la structure d’un document.

Arbre logique droit : explorer tous les degrés ou les subdivisions logiques

L’arbre logique droit peut être utilisé pour les mêmes tâches – table des matières détaillée – mais aussi pour tout ce qui concerne les subdivisions logiques d’un discours, d’un enchaînement, etc.

Arbre logique droit

Fractionnement vers le bas : vivent les comparaisons !

Mindomo propose également une structure de « fractionnement vers le bas », extrêmement pratique pour effectuer des comparaisons.

Voici une illustration de cette structure : une comparaison (sommaire) entre la Belgique et la France :

Fractionnement vers le bas

Cartes conceptuelles : un outil qui s’adapte à de nombreuses situations

Une des raisons pour lesquelles j’apprécie le logiciel de mindmapping Mindomo est la possibilité de tracer des cartes conceptuelles autant que des cartes mentales (mindmaps).

Dans un article précédent, j’ai utilisé cette structure pour comparer « apprentissage de surface » et « apprentissage profond ».

Carte conceptuelle sur les approches profondes et de surface

Pour dessiner cette structure un peu particulière, j’ai d’abord utilisé la mise en page de type « carte conceptuelle ».  J’ai tracé les deux colonnes « Approche de surface » et « approche pronfonde » selon cette structure.

Ensuite, j’ai double-cliqué sur le fond de la carte tout en maintenant le bouton gauche de ma souris enfoncé pour créer un « sujet flottant » entre les sujets (vert et rouge) des deux colonnes (vous suivez toujours ?)

Et enfin, j’ai relié le sujet flottant (Intention, intégration, etc.) aux deux sujets par une flèche (relation) dont j’ai modifié la forme (ligne droite) et la couleur (jaune).

J’ai ensuite utilisé le module de présentation (dont je reparlerai bientôt) pour mettre en ligne une carte interactive.

Toute les structures existent sur toutes les plateformes

La bonne nouvelle, c’est que ce layout particulier, comme tous les autresest disponible sur toutes les plateformes : PC Windows, Mac et Linux, bien sûr, mais aussi iPad, tablettes et smartphones Android et en ligne…

Pour les smartphones, le layout se trouve dans le menu de droite « Thèmes ».  Il suffit de cliquer du doigt sur Layout et de choisir celui en forme de pentagone (ça ne s’invente pas !) pour activer la structure Carte Conceptuelle.

Carte conceptuelle sur un smartphone Android

Un Ishikawa dans Mindomo : avec l’outil Cartes Conceptuelles

Est-il possible de dessiner un Ishikawa avec Mindomo ?  Cette structure n’est pas prévue dans les différents layouts proposés par le logiciel de mindmapping.  Mais j’ai utilisé l’outil « Cartes conceptuelles » pour dessiner presque à mains libres cet Ishikawa à six branches.  Il est orienté vers la droite.

Ishikawa dans Mindomo

Conclusion : un logiciel de mindmapping particulièrement souple et adaptable

Ma conclusion est évidente : Mindomo est non seulement un logiciel de mindmapping collaboratif et multi-plateforme, mais il est aussi extrêmement souple et adaptable.  Il propose un nombre intéressant de structures visuelles que vous pouvez exploiter dans de multiples situations, que ce soit en entreprises ou dans le monde académique.

Et toutes ces structures sont disponibles sur toutes les plateformes où Mindomo fonctionne : en ligne, sur votre PC Windows, Linux ou Mac ; sur les iPad, les smartphones et les tablettes Android.

C’est pourquoi je l’ai adopté pour mes ateliers et formations : parce qu’aujourd’hui, je rencontre de plus en plus de personnes équipées de standards différents.  Et avec Mindomo, je peux leur assurer la même formation quel que soit le support qu’ils utilisent.

Et en plus, je peux leur proposer de la collaboration en ligne avant, pendant ou après une session de formation.

 Vous avez aimé cet article ?  Inscrivez-vous à ma newsletter et ne ratez plus aucun article ou événément !

Catégories
Visual Mapping

Pensée visuelle : mindmapping, organisateurs graphiques…

Des méthodes liées à la pensée visuelle, quelle est la plus générale et quelles sont les plus spécialisées ?  J’ai tenté de rassembler certaines d’entre elles et de les classer selon leur ordre de spécialisation : du mindmapping aux organisateurs graphiques en passant par les carte conceptuelles, les diagrammes de Venn, etc.

Mise à jour : le 20 juillet 2021.

Tony Buzan avait l’habitude de dire que le mindmapping est le « couteau suisse de la pensée« .  Autrement dit, on peut accomplir toute tâche intellectuelle avec le mindmapping.

Je suis un peu mal à l’aise avec cette affirmation.

Pensée visuelle : une classification du plus généraliste au plus spécialisé

Loin de moi l’idée de dénigrer le mindmapping : c’est une discipline qui a changé ma façon de travailler, d’étudier, de former, etc.  Je l’emploie tous les jours pour une foule de choses.

Je pense que le  mindmapping est la discipline la plus généraliste de toutes celles qui sont issues de / ou liées à la pensée visuelle.  Elle peut fonctionner dans la plupart des opérations intellectuelles, c’est vrai.

Mais, mon expérience me dit qu’une foule d’autres outils visuels sont plus appropriés, fonctionnent mieux pour des tâches plus spécialisées.   Une impression qui s’est confirmée au fil de conversations que j’ai eues récemment sur ce sujet.

J’ai donc essayé d’établir une classification, d’abord pour moi-même : pour tenter d’y voir plus clair dans les usages de ces méthodes, techniques et outils visuels.

Voici un graphique qui illustre cette classification.  Encore une fois, j’insiste sur le fait qu’il ne s’agit pas pour moi d’établir une hiérarchisation des méthodes, mais bien une classification selon l’ampleur du champ d’application de chacune d’elles.  (Infographie réalisée avec Infogr.am dont j’ai parlé ici).

Une classification de la pensée visuelle

La carte mentale ou mindmap : la méthode la plus généraliste

Comme le rappelait d’ailleurs Liam Hughes lors de son intervention au Biggerplate Unplugged de San Francisco, il y a quelques années : on découvre tous les jours des applications inattendues du mindmapping.  Les gens l’utilisent pour enseigner les sciences politiques ou la géographie, mais aussi pour établir une liste de fournitures ou de choses à ne pas oublier pendant les vacances.

Je crois que pour trouver de nouvelles idées (brainstorming), créer des listes, concevoir un projet, préparer une intervention orale, réfléchir à la structure d’un site web : la carte mentale est imbattable !

Dans l’exemple ci-dessous, j’illustre quelques notions que je devais étudier pour préparer un test dans le cadre d’un MOOC sur les jeux vidéos. (Mindmap réalisée avec iMindMap 7, article sur iMindMap 7 Chameleon ici).

L’importance des jeux – carte iMindMap

Pour comprendre des nouvelles notions et les mémoriser, le mindmapping est une méthode de premier plan.  C’est la première que j’utilisais dans mes ateliers Apprendre à apprendre.  Mais ce n’est pas la seule, car d’autres techniques s’avèrent plus pointues pour d’autres tâches intellectuelles.

Le croquinote – une méthode généraliste, mais sans la structure de la mindmap

Une autre méthode de plus en plus utilisée, est le croquinote ou sketchnote en anglais.

Ici, plus de branches, de flèches ou de noeuds, mais des associations libres de croquis, reliés parfois par des signes graphiques conventionnels (flèches, point d’exclamation ou d’interrogation, etc.).

Voici un croquinote de Xavier Delengaigne que vous pouvez retrouver avec de nombreux autres sur son blog Collectivité Numérique (avec son autorisation amicale) :

Un croquinote de Xavier Delengaigne

Une méthode très agréable, très visuelle, mais qui n’offre pas la même structuration centralisée que la mindmap.

Son origine la plus claire serait les croquis de dessins et de notes de Léonard de Vinci, ses fameux carnets.

Aujourd’hui, le croquinote est utilisé non-seulement pour la facilitation graphique, mais dans un nombre croissant d’applications, même si, à ma connaissance, il n’existe pas encore de logiciel dédié à cette discipline très intuitive.

La carte conceptuelle – idéale pour illustrer les flux et les relations entre les concepts

Par exemple, si je dois illustrer des flux, des étapes d’un processus, ou des relations entre différents concepts, la carte conceptuelle est beaucoup plus adaptée.

Créée par Joseph Novacks, elle est surtout utilisée dans les milieux universitaires, mais commence à se répandre en entreprise.

1. Carte conceptuelle pour illustrer des flux et des étapes

Voici un exemple d’illustration de flux de travail dans le cadre de la méthode Getting Things Done  de David Allen (carte conceptuelle réalisée avec XMind 2013 que j’ai présenté ici) :

Gestion du temps avec GTD – flux

La carte conceptuelle est parfaite pour illustrer les différentes étapes du processus, les noeuds du type Oui/non, etc.

On pourrait le faire avec une carte mentale, mais le résultat serait nettement moins clair…

2. Carte conceptuelle pour illustrer des boucles de rétroaction

La carte conceptuelle est également très pertinente pour illustrer des « boucles de rétroaction« , comme dans l’exemple suivant où l’action du gouvernement alimente le mécontentement social (carte conceptuelle réalisée avec CmapTools) :

Concept map : les difficultés de la contre-insurrection

Le gouvernement offre des primes à l’armée pour la motiver à agir contre les rebelles.  L’armée commet des atrocités pour augmenter l’action des rebelles pour acquérir plus de primes.  Ces atrocités augmentent le mécontentement social dans une large boucle de rétroaction.  C’est l’illustration d’un travail de sciences politiques d’une étudiante de l’université de Maastricht.

3. Carte conceptuelle non-linéaire pour illustrer les relations au sein de la famille

Un autre exemple de carte conceptuelle non-linéaire  : les relations au sein de la famille.

C’est une carte que j’ai utilisée pour donner des cours de français aux Pays-Bas : elle permet non seulement d’illustrer les relations entre les différents membres de la famille, mais aussi leurs rapports en tant que père-fils, etc. ;  l’acquisition de vocbulaire nouveau ; des articles et des pronoms possessifs (dont le genre change selon l’objet de la possession et non selon celui du propriétaire comme en anglais), etc. (Carte conceptuelle réalisée avec XMind, téléchargeable gratuitement sur mon profil Biggerplate) :

Carte conceptuelle non-linéaire

La carte argumentaire – développer la pensée critique et l’argumentation

Peu connue dans le monde francophone, la carte argumentaire est un outil très efficace de la pensée visuelle. Elle vise à développer l’argumentation et la pensée critique.

Il s’agit d’illustrer les articulations logiques du discours : affirmations, objections, réfutations, etc.

Dans cet exemple, je montre une application de la carte argumentaire pour développer une réflexion sur les bio-carburants. (Carte argumentaire réalisée avec Rationale online).

Carte argumentaire sur les bio-carburants

C’est un domaine de la pensée visuelle déjà très spécialisé comparé aux techniques précédentes. À part Rationale, il existe très peu d’outils en ligne. Dans cet article, je vous présente Reasons, une application gratuite développée par l’Université de Queensland en Australie. Elle est moins sophistiquée que Rationale, mais outre qu’elle est gratuite, Reasons est plus accessible pour les novices.

Diagramme de Venn – distinguer les ensembles

Les diagrammes de Venn sont un type d’organisateur graphique qui est largement utilisé. Inventé autour des années 1880 par John Venn, c’est un des plus anciens outils de la pensée visuelle.

Il est évidemment très fréquent en mathématiques, mais sert aussi à illustrer des points de divergence, de convergence, d’intersection, etc.

Ici, par exemple, je l’ai utilisé pour illustrer les trois points qu’un projet de starter doit absolument présenter pour être viable (Diagramme de Venn réalisé avec Cacoo) :

Le tiercé gagnant du starter

Chacun des grands ensembles représente une notion : Expertise, Passion et Responsabilité.  Les intersections entre deux ensembles, le résultat de leur conjonction : Passion + Expertise = un merveilleux hobby qui va vous faire passer des heures inoubliables, mais ne vous nourrira pas.  Expertise + Rentabilité = ennui garanti avant longtemps et donc risque d’abandon.  Passion + Rentabilité = risque d’obsolescence.  Les experts se tiennent informés des innovations et des tendances du marché.  Ils continuent à progresser tandis que vous stagnez.  La rencontre des trois Passion + Expertise + Rentabilité = Mon projet d’entreprise viable.  La passion nourrira l’expertise et inversément tandis que la rentabilité soutiendra l’édifice.

Le diagramme de Gantt – visualisez les tâches et responsabilités de vos projets

Le diagramme de Gantt est également l’un des outils les plus anciens de la pensée visuelle moderne : il date des années 1910.

C’est un moyen visuel très pratique pour déterminer qui est responsable de quoi dans vos projets et à quelle étape vous en êtes.

Je le classe immédiatement avant les organisateurs graphiques les plus spécialisés car il sert uniquement à ça (mais il le fait diablement bien !).

Voici un exemple de diagramme de Gantt tiré d’une mindmap de gestion de projet réalisée avec XMind :

Vue « diagramme de Gantt »

Chaque trait rouge correspond à une tâche étalée dans une ligne du temps.  Cela permet de visualiser chaque tâche, mais aussi l’ensemble des tâches et des personnes impliquées dans un projet.  Un must pour tous les gestionnaires de projet !

Les organisateurs graphiques : les outils les plus spécialisés de la pensée visuelle

Les organisateurs graphiques sont souvent très spécialisés dans une seule tâche :

  • comparaison
  • recherche des causes
  • illustration de séquences
  • hiérarchies
  • cycles
  • etc.

1. Organisateurs graphiques de comparaison – les doubles-bulles

Voici un exemple d’organisateur graphique de comparaison : la double-bulle (Double-bulle réalisée avec XMind) :

Comparer avec une carte double-bulle

C’est une comparaison entre araignées et insectes à destination des élèves de l’école primaire.  La double-bulle permet des comparaisons entre deux items en utilisant des catégories centrales et des propriétés des deux éléments à comparer.

Ces comparaisons ne sont pas réservées à la petite école : j’ai utilisé ce type de schémas pour comparer des types d’organisations pour des étudiants en masters…

 2. Organisateur graphique de causalité : l’Ishikawa

Pour retrouver les causes d’un problème, l’Ishikawa (du nom de son inventeur) ou structure en arête de poisson est un outil très performant.
Ici, un exemple d’Ishikawa 5 M pour retrouver les causes multiples d’un accident de travail. (Ishikawa réalisé avec XMind).

Ishikawa – recherche de causes

C’est un exemple classique de recherche de causes multiples : un jeune stagiaire est victime d’un accident de travail.

On explore les 5 dimensions du problème :

  • main d’oeuvre
  • management
  • marchandises
  • machines
  • money (causes financières éventuelles)

Dans cet exemple, le stagiaire n’a pas été formé correctement (Main d’oeuvre).  La maintenance de la machine était en retard et le management est responsable de n’avoir pas pris suffisamment de mesures pour la prévention des accidents.

Il faut donc agir sur trois dimensions (Machines, Main d’Oeuvre et Management) afin que l’accident ne se reproduise plus.

3. Organisateur graphique séquentiel : la ligne du temps

Avant la version 7 de XMind, j’avais pour habitude de détourner l’ishikawa ou arête de poisson : je le retournais afin de créer une ligne du temps dans XMind.

Depuis la version 7 de XMind, je n’ai plus besoin de recourir à ce subterfuge puisque le logicie propose à présent une structure « Ligne du temps » à part entière.  Celle-ci peut-être orientée à la verticale ou à l’horizontale.  C’est cette dernière formule que j’ai retenu pour la ligne du temps que voici :

Evolution de la FOAD

C’est un outil très pratique pour visualiser les étapes dans le temps.  Mais il existe de nombreux autres  outils sur Internet qui permettent de créer des lignes du temps.

En conclusion : l’essor de la pensée visuelle

La conclusion de cet exercice, c’est que le mindmapping a été l’une des premières disciplines – avec le concept mapping – a remettre la pensée visuelle au goût du jour.  Et le mindmapping s’avère une discipline très généraliste qui permet de visualiser beaucoup de choses.

Mais depuis, d’autres outils sont venus s’ajouter et nous sommes de plus en plus nombreux à utiliser ces outils et méthodes de manière intégrée.

Ce qui donne lieu à une nouvelle discipline visuelle plus complète qui fait appel à toutes les ressources de la pensée visuelle.  Non seulement cartes mentales et conceptuelles, mais aussi les cartes argumentaires, le croquinote, les organisateurs graphiques, le design, la visualisation de données, l’infographie, etc.

Je crois que c’est par le désenclavement de nos disciplines et par la recherche de nouveaux outils d’expression visuelle que nous arriverons à nous intégrer tant l’entreprise que dans les milieux académiques.

Et vous, qu’en pensez-vous ?  Êtes-vous d’accord avec cette classification que je tente aujourd’hui ? Encore une fois, une classification en fonction du champ d’application et non pas une hiérarchisation ni un jugement qualitatif.  Pour moi, toutes ces disciplines ont leur place dans la pensée visuelle.

 Vous avez aimé cet article ?  Inscrivez-vous à notre lettre d’information :  vous  ne raterez plus aucun article ou événement !

 

50.9686775.824968
Catégories
Gestion de projet Ingénierie de la formation Logiciels Mind Mapping Outils Projets XMind

Gestion de projet : visualisez votre ligne du temps avec XMind

Comment visualiser les différentes étapes d’un projet ?  Comment établir une ligne du temps claire et pratique ?  Réponse : avec XMind !  En utilisant une structure particulière : l’arète de poisson ou Ishikawa, du nom de son inventeur.

Read this article in English !

Dans son livre « Visualisez votre vie en quelques coups de crayon« , Xavier Delengaigne aborde la gestion de projet en trois étapes :

  1. Un brainstorming pour définir le contenu du projet
  2. L’utilisation du CQQCOQP pour poser des questions pertinentes sur le projet
  3. Et une ligne du temps pour visualiser les étapes du projet dans la durée

J’avais déjà utilisé la ligne du temps pour aider de futurs créateurs d’entreprise à mieux visualiser leur projet.  Et j’en avais aussi illustré le principe par une carte iMindMap que voici (double-cliquez sur l’image pour l’agrandir au maximum).

Le principe de la ligne du temps

J’ai eu l’opportunité, ces derniers jours, d’animer un atelier « Gestion de projet avec les outils visuels » et j’ai proposé au groupe de participants de visualiser un projet de formation de cette manière.

Une ligne du temps avec XMind

XMind propose une ligne du temps par défaut dans son menu d’ouverture.  Mais, outre le fait qu’elle soit en anglais, elle présente un calendrier trimestriel qui ne convient pas à notre projet.

Nous avons donc créé une carte en partant de la structure arète de poisson.  Pour ce faire, ouvrez une carte en blanc, sélectionnez le menu « Propriétés » et cliquez sur « Arète de poisson » dans le sous-menu « Structure« .

Choisissez la structure « Arète de poisson »

Le logiciel de mindmapping nous donne donc une tête de poisson orientée vers la gauche.  La carte progressera donc logiquement vers la droite au fur et à mesure que nous allons avancer.

La première question qui se pose est : devons-nous commencer par des dates ?  Ou devons-nous au contraire commencer par les grandes étapes du projet  et ajouter les dates ensuite ?

Planifier le projet étape par étape

Finalement, nous avons opté pour cette seconde solution.  Pourquoi ?  Parce que si nous devons illustrer un projet passé, alors nous pouvons nous permettre de tout classer par date, puisque celles-ci sont connues d’avance.  Mais pour un  projet en cours ou qui n’a pas encore démarré : tant de choses peuvent encore se passer, tant d’imprévu peut encore modifier ce que nous avons planifié !

Voici ce que donne notre carte Ligne du temps – arète de poisson XMind !  (Cliquez sur l’image pour l’agrandir, téléchargez la carte gratuitement sur notre page Biggerplate).

La ligne du temps de notre projet !

En effet, notre carte est structurée selon les grandes étapes du  projet.  Ensuite, celles-ci sont détaillées et les dates précisées quand c’est possible.

Marquez la durée avec une relation

Notez l’utilisation de la relation pour exprimer la durée d’une action.  En effet, toutes les étapes ne se suivent pas nécessairement de façon strictement chronologique.

Par exemple, l’étape publicité commençait tout au début du projet, mais continue au moins jusqu’à l’étape de sélection des candidats.  Nous avons donc exprimé cela par une relation en pointillé rouge qui part du sujet « Publicité » et qui le relie au sujet « Sélection ».  C’est une façon commode de visualiser cette durée.

Pour ne pas empiéter sur les branches et les autres sujets, nous avons choisi l’option « Zigzag » pour la forme de la relation.  De cette manière, elle suit la progression de la branche centrale vers le sujet « Sélection » sans nuire à la lisibilité de l’ensemble.

Explicitez les étapes du projet avec les marqueurs

Remarquez aussi l’utilisation des marqueurs – ces petites images livrées avec le logiciel – et de la légende.  Nous avons utilisé les petits personnages bleu et vert afin de symboliser les candidats à la formation.  Nous avons utilisé la bombe pour illustrer un risque : celui de n’avoir pas assez de candidats pour commencer la formation !

Nous avons enfin utilisé le point d’exclamation pour montrer que cette étape était conditionnelle : nous effectuerons un nouveau mailing avec le Forem – l’équivalent belge francophone de Pôle Emploi – si nous n’avons pas assez de candidats.  Si nous en avons en suffisance, cette étape n’aura pas lieu.

Afin de rendre ces symboles suffisamment explicites, nous les avons expliqués dans la légende.  Pour afficher les marqueurs dans cette légende, suivez la  procédure suivante : cliquez d’abord sur l’arrière-plan de la carte pour être certain(e) de ne sélectionner aucun sujet.  Cliquez sur le menu « Propriétés », cochez la petite case « Montrer la légende ».  Une légende s’affiche alors au bout du pointeur de votre souris.  Vous pouvez la déposer où vous le souhaitez sur votre carte.  Cette légende se met à jour automatiquement au fur et à  mesure que vous ajoutez ou enlevez des marqueurs.

Pour modifier le texte en regard du marqueur dans la légende, double-cliquez sur le texte, un champ apparaît : complétez le par votre propre texte.  C’est fait !

Essayez par vous-même de planifier votre projet de cette manière et n’hésitez pas : faites-nous parvenir vos cartes ou vous commentaires.

Vous avez aimé cet article ?  Inscrivez-vous à ma newsletter et ne ratez plus aucun article ou événément !

50.9686775.824968
Catégories
Gestion du temps GTD Logiciels XMind

XMind : calendrier 2012-2013 pour gestion du temps avec GTD ou autre système

Comment réaliser un calendrier avec XMind ?  Peut-on l’utiliser pour la gestion du temps ?

Est-il applicable dans la méthode GTD ?

Quelques réponses avec un calendrier 2012-2013 téléchargeable gratuitement sur Biggerplate !

Il est possible de créer des calendriers avec XMind.

En voici un exemple, que vous pouvez télécharger gratuitement sur Biggerplate, la plus grande communauté de mindmappeurs au monde (cliquez sur l’image pour l’agrandir)

Calendrier XMind

La structure générale de ce calendrier est une arrête de poisson – ou ishikawa, du nom de son inventeur.   Chaque mois est représenté par une matrice ou tableau le long de cette structure en arrête de poisson.

Voici, par exemple, le mois de novembre de cette année.  Remarquez : j’ai attribué deux couleurs différentes : le bleu pour 2012 et le vert pour 2013.  (Cliquez sur l’image pour l’agrandir).

Les drill down indiquent les dates occupées

Les flèches vertes orientées vers le bas sont des « drill down » : une commande qui permet de recentrer une mindmap sur un sujet.

Ici, cette commande particulière est utilisée pour ouvrir une page correspondant au jour choisi dans le calendrier : soit pour y ajouter de nouveaux événements, soit pour le consulter.

Ci-dessous, vous voyez la page de mon calendrier personnel, à la date d’aujourd’hui.  J’y ai masqué les noms et numéros de téléphone pour des raisons de confidentialité. (Cliquez sur l’image pour l’agrandir).

A l’intérieur de l’agenda

Pour atteindre cette page, j’ai simplement cliqué sur la flèche verte du jour, 5 novembre 2012.  Pour revenir au calendrier général, je clique sur la flèche verte vers le haut, « drill up » du sujet central 5.

Pour inscrire les choses à faire ce jour-là – rendez-vous, appels téléphoniques, aide-mémoire, etc. – j’ajoute des sujets flottants.  Cela évite de les attacher au sujet central – le 5 de la date d’aujourd’hui – et d’encombrer mon calendrier général.  Dès que j’aperçois une flèche verte dans mon calendrier, je sais qu’il y a quelque chose d’entré à cette date.

Des hyperliens peuvent aussi être intégrés dans la page du jour : pour renvoyer vers des documents dont j’ai besoin, vers un site que je dois consulter, une adresse e-mail à qui envoyer un message, etc.

Lorsqu’une tâche est accomplie, vous pouvez ajouter une marque – comme ici, « check » ou « okay » – pour indiquer qu’elle est terminée.  De cette manière, vous avez un outil pour vérifier où vous en êtes dans vos tâches de la journée.  (Cliquez sur l’image pour l’agrandir).

Les rendez-vous sont des sujets flottants

Dans de prochains articles, je reviendrai sur la méthode Getting Things Done ou GTD et je vous expliquerai comment créer votre propre système complet : un tableau de bord et des cartes secondaires – ou cartes filles – qui vous permettent de stocker et de retrouver vos listes.  C’est ce système que j’utilise dans mes ateliers Gestion du Temps avec XMind et GTD.

Avez-vous déjà essayé un tel système ?  Quelles sont vos impressions ?

Vous avez aimé cet article ?  Inscrivez-vous à ma newsletter et ne ratez plus aucun article ou événément !

Catégories
Logiciels Mind Mapping Outils XMind

Différentes structures dans une carte XMind : exemple d’un participant à ma formation

Peut-on utiliser plusieurs strutures dans la même mindmap avec XMind ?

Et si oui, comment ça marche ?  Cela ne risque-t-il pas de rendre l’information illisible ?

Le logiciel de mindmapping XMind permet d’utiliser plusieurs types de structures : mindmap ou carte heuristique, bien entendu.  Mais aussi matrice comme dans le cas des analyses SWOT ou du calendrier dans le cadre de la gestion de projet.  Ou bien encore l’organigramme comme dans le cas de la structuration d’un site web.   Ou bien encore l’ishikawa ou arrête de poisson, comme dans la ligne du temps utilisée lors des ateliers Apprendre A Apprendre.

La commande est très simple : pour changer la structure de votre mindmap, allez au menu « Propriétés » et sélectionnez la structure désirée.  XMind vous transforme immédiatement votre carte heuristique en matrice, en arbre logique, en organigramme ou en matrice, selon vos besoins.  Ici, nous avons sélectionné l’organigramme vers le bas.

Menu Propriétés, structure Organigramme Bas

Rien de plus simple !

Une mindmap aux structures multiples

Mais, parfois, il est intéressant de varier les structures au sein de la même carte heuristique.   Pour montrer la composition d’une équipe, pour classer des informations sous forme de tableau, etc.

Nicolas, un participant d’une de nos formations Mindmapping pour Formateurs a réalisé une carte utilisant plusieurs structures.

Infirmier de formation, il est à présent formateur et donne des cours à de futur(e) aides-soignant(e)s.  Il a réalisé une carte sur la « perte d’autonomie chez la personne âgée« . (Cliquez sur la carte pour l’agrandir).

Perte d’autonomie chez la personne âgée

Une utilisation judicieuse des différentes structures

Le danger d’utiliser différents types de structures au sein d’une même carte est évidemment celui de noyer l’information sous un flot d’enrichissements graphiques inutiles.  On peut très vite obtenir un « effet sapin de Noël » très joli à regarder mais qui brouille définitivement le message de l’auteur…

C’est un piège que Nicolas a su éviter en utilisant judicieusement les différentes structures au sein de sa carte mentale.

Un tableau ou matrice pour résumer une opposition entre deux concepts

Dans la première branche, il a utilisé un tableau ou matrice pour illustrer une distinction entre les deux grandes formes de perte d’autonomie: ce qui fait sens  :

Structure en tableau de XMind

Une mindmap pour lister des syndromes

Dans la branche suivante, il a utilisé la structure de la mindmap, sans modifications, pour lister les syndromes cliniques : une organisation en arborescence classique dans une carte heuristique.

Les cartes mentales ou mindmaps sont effectivement des outils idéaux quand il s’agit d’établir des listes.

Sujets organisés en forme de branches

 

L’organigramme pour illustrer une hiérarchisation de catégories

La branche suivante est une typologie  du « dumping syndrome » qui utilise l’organigramme bas.  Ce dernier exprime une évolution de la perte d’autonomie.

L’organigramme est une structure particulièrement pertinente pour illustrer une hiérarchisation de concepts en différentes catégories, pour montrer une origine ou une une progression.

Organigramme bas

Des bulles de BD pour illustrer les citations

La structure suivante est de nouveau une structure classique du mindmapping.  Mais cette fois, Nicolas a utilisé la bulle, façon BD, pour montrer que ces expressions sont celles de l’entourage de ces patients.

Cela rend la carte et les expressions plus vivantes, plus « naturelles ».

Des bulles de BD

Un arbre gauche pour illustrer une progression

Et enfin, la dernière branche, fait appel à un arbre gauche pour évoquer le syndrôme du glissement et donc, ici encore, l’idée d’une progression.

Arbre gauche

L’utilisation de couleurs pas trop agressives contribue à la lisibilité et ne transforme pas la carte en un objet confus.

L’intégration des différentes structures au sein d’une même carte mentale peut donc contribuer à un surcroît d’information à condition d’effectuer des choix judicieux.  Il faut que cela fasse sens, que cela apporte une information graphique supplementaire.  Ou mieux : que l’information graphique soutienne l’information textuelle.

Pour intégrer différentes structures au sein d’une même carte.  Sélectionnez le sujet que vous voulez modifier.  Cliquez sur le menu Propriétés.  Cliquez sur Structure, choisissez celle qui vous convient et XMind transforme votre branche en la structure voulue.  La transformation ne s’appliquera qu’à sujet choisi et à tous les sujets dépendants.

Les images des parties de cartes ont été réalisée avec la fonction « mapshot » de XMind : une fonction qui permet de prendre un cliqué d’une partie de carte sans sortir du logiciel.  Les clichés sont instantanément transformés en images de format PNG et sauvegardées dans un répertoire spécifique de votre choix.  Nous reviendrons sur cette fonction dans un prochain article 😉

Vous pouvez télécharger gratuitement XMind et vous essayez vous aussi au mindmapping !

Vous avez aimé cet article ?  Inscrivez-vous à ma newsletter et ne ratez plus aucun article ou événément !

Catégories
Logiciels Mind Mapping Outils Projets

XMind : Passez à la version Pro et découvrez d’autres dimensions du Mindmapping !

Cela ne vous a pas échappé : nous aimons XMind !

Pourquoi ?

Parce que… Les raisons ne manquent pas :

  • facile à apprendre
  • ergonomique : toutes les fonctionnalités sont à portée de main sur un tableau de bord accessible d’un coup d’oeil
  • des possibilités graphiques innombrables : couleurs, formes des branches, images, etc.
  • Utilisation de différents formats : cartes heuristiques, arètes de poisson, feuille de calcul…
  • intégration facile de liens, de notes, d’icônes, d’images…
  • focus sur un sujet en particulier
  • le vérificateur orthographique
  • le filtrage et les légendes
  • etc.

Tout cela, gratuitement (vous pouvez d’ailleurs télécharger XMind 3.2.1 ici).

Mais savez-vous que vous pouvez faire beaucoup plus ? Et passer à une dimension vraiment professionnelle du Mindmapping ?

Passez à la dimension professionnelle de XMind !

(Cliquez sur la carte pour la visionner sur XMind.net).

Licences Pro

En achetant la licence PRO de XMind.

Vous profiterez alors des fonctions étendues du logiciel :

  • modules de brainstorming et de présentation
  • fonctions de cryptage pour la protection de vos données
  • cartes « privées » accessibles à vous seul et aux collaborateurs que VOUS déterminez
  • diagrammes de Gantt pour une gestion optimale de vos projets
  • export illimité vers les formats PDF, Word, PowerPoint
  • cliché de carte : sélectionner l’ensemble ou une partie de votre carte pour en créer une autre
  • fusion de carte : fusionner plusieurs cartes (avec vos collaborateurs par exemple)
  • galerie d’images : intégrez facilement des images de qualité professionnelle
  • informations de tâches : visionnez en un coup d’oeil qui est responsable d’une action, quand elle commence
  • création de vos propres thèmes et utilisation de ceux-ci par défaut pour tous vos documents : couleurs, formes, styles de lignes, attributs graphiques divers…

Vous aussi, passez à la dimension PRO du Mindmapping !  Cliquez ici pour obtenir votre licence PRO

Vous former à l’utilisation d’XMind ?  Rien de plus facile : consultez notre page Agenda !

Vous avez aimé cet article ?  Inscrivez-vous à ma newsletter et ne ratez plus aucun article ou événément !


50.9686775.824968