Catégories
Outils

Faire une frise chronologique : 4 outils gratuits

Faire une frise chronologique, c’est une excellente façon de visualiser les étapes d’un projet, d’enseigner la chronologie historique, de visualiser l’écoulement du temps et donc l’évolution d’un objet, d’une population ou d’un concept. Voici quelques outils qui vous permettront de créer ces lignes du temps sans vous casser ni la tête ni la tirelire.

Dans les outils de visualisation de données, les frises chronologiques – aussi appelées « ligne du temps » ou encore « chronologies » – sont les plus utilisées par les enseignants. Et pour cause : elles traduisent en graphiques interprétables d’un coup d’œil des données parfois difficiles à se représenter de manière purement théorique : celles qui concernent l’écoulement du temps et les différentes étapes d’un processus.

Mais, pour utiles qu’ils soient, certains de ces outils peuvent s’avérer hors de prix ou très complexes à manier.

Je vous en propose donc plusieurs qui sont soit 100 % gratuits, soit distribués sous le mode freemium (une version gratuite de base et des options payantes).

  • H5P
  • Genially
  • Padlet
  • Logiciels de mindmapping : XMind, Mindomo, etc.

Du multimédia gratuit : H5P

J’ai déjà parlé de H5P, solution communautaire et gratuite pour créer des supports pédagogiques multimédia. Qu’il s’agisse de vidéo interactive ou encore de visite virtuelle 3D.

H5P propose également un outil pour créer des frises chronologiques de grande qualité. Vous pouvez facilement y intégrer :

  • de l’image
  • du son
  • de la vidéo
  • des liens internes et externes

Voici un exemple de frise chronologique sur le Béguinage de Bruges que j’ai réalisé dans le cadre d’une visite à Bruges pour un cours de français :

Comme vous le voyez, il est possible de naviguer dans la frise soit en cliquant sur les flèches sur le côté, soit en cliquant sur les éléments de la ligne du temps sous la partie multimédia. La frise peut être insérée dans une page Web ou un cours en ligne avec un simple code iFrame. Vous pouvez également télécharger le fichier au format H5P et le téléverser sur votre propre site Web ou cours en ligne.

H5P propose des extensions pour Moodle, WordPress et Drupal. Ces extensions vous permettent de créer directement votre frise chronologique dans votre LMS. Pour les autres systèmes, il est possible d’utiliser une clé LTI, mais c’est payant.

Notez que La Digitale propose aussi Digiquiz qui vous permet de créer votre support H5P hors ligne et de le distribuer à votre classe. Je n’ai pas encore eu l’occasion de tester cet outil, mais je vous en reparlerai bientôt.

Une chronologie interactive avec Genially

Genially est un outil de création de supports multimédias interactifs que j’utilise abondamment pour mes propres formations. Il allie simplicité d’utilisation et puissance d’interaction.

Il propose plusieurs modèles de frises chronologiques interactives qui figurent parmi les modèles gratuits. Ces modèles concernent l’histoire, mais aussi d’autres domaines comme la chimie, la physique, etc. Comme c’est la période, je vous ai concocté une frise chronologique sur le Tour de France :

Faire une frise chronologique en toute simplicité : Padlet

Padlet est un autre outil très apprécié des enseignants. Il permet, bien entendu, de créer des « murs virtuels » dans lesquels on peut « coller » des éléments multimédias. J’en donnais un exemple dans un article sur les outils de scénarisation de votre formation.

Dans sa panoplie d’outils en ligne, Padlet offre également un outil pour faire une frise chronologique.

Ce Padlet a été intégré à cette page grâce à un code de type iFrame.

Faire une frise chronologique avec un logiciel de Mindmapping

Les logiciels de carte mentale modernes comme XMind ou encore Mindomo, permettent de créer d’autres structures que des mindmaps : et notamment, des frises chronologiques.

En voici une que j’ai créée avec la version 8 de XMind : gratuite, elle vous permet de créer ce type de chronologies sans difficultés. Ici, par contre, vous ne pouvez pas intégrer de ligne du temps interactive dans votre page Web. Un concurrent, Mindomo, vous permet d’intégrer votre chronologie avec un simple code iFrame.

Les Présidents de la 5e République française

Vous pouvez télécharger cette frise chronologique sous format PDF ou au format XMind depuis notre page Techniques de Mindmapping.

Conclusion : des outils simples et puissants pour faire une frise chronologique

Il existe pléthore d’outils en ligne pour faire une chronologie en ligne.

Ceux que je vous ai proposés ici sont à la fois simples d’utilisation et bon marché voir gratuits.

C’est sans aucun doute H5P qui présente la frise chronologique la plus aboutie au niveau multimédia. Genially tient la palme pour ce qui est de l’interactivité.

Padlet est plus limité, mais d’une simplicité enfantine. Tandis que les logiciels de mindmapping offrent une solution rapide pour créer des frises soit en ligne, soit hors ligne.

Vous avez tous les outils en mains !

En connaissez-vous d’autres ? N’hésitez pas à me les signaler en commentaires.

Vous avez apprécié cet article ? Abonnez-vous à notre à lettre d’information pour ne manquer aucun article podcast ou événement.

Catégories
XMind

Xmind 7 : mise à jour spectaculaire du logiciel de mindmapping

XMind vient tout juste de sortir la version 7 de son célèbre logiciel de mindmapping : une mise à jour tout simplement spectaculaire !  Voici un petit tour d’exploration des ses nouvelles fonctionnalités.

Ca faisait un moment que XMind semblait ronronner : les mises à jour se suivaient sans aucune révolution, sans modification majeure du logiciel, même si celui-ci était toujours apprécié – à juste titre – par des utilisateurs chaque jour plus nombreux.

La version 7 qui sortait hier, mercredi 11 novembre, vient changer la donne.

Des changements en profondeur de XMind 7

Cette version 7 du logiciel de mindmapping est probablement celle qui a subi la transformation la plus spectaculaire et la plus profonde.

On peut regretter que XMind ne soit toujours pas collaboratif en ligne ni présent sur les tablettes.

Par contre, on ne peut qu’apprécier les fonctions et améliorations diverses qui ont été apportées à cette version.  Les voici résumées dans une mindmap réalisée avec XMind 7 et que vous pouvez télécharger au format XMind sur Biggerplate et au format PDF sur Scribd.

Les mises à jours de XMind 7

1) Une nouvelle interface, très ergonomique

Adieu la vieille interface grisâtre et déprimante qui subsistait depuis de nombreuses années.

Elle fait désormais place à une interface au design épuré, entièrement repensée et nettement plus ergonomique.

Nouvelle interface XMind 7

Non seulement l’interface a gagné en clarté avec ce changement de couleurs et de design, mais les menus ont également été réorganisés.

Jusqu’à la version 6, il y avait double-emploi entre les menus « Voir » et « Insérer ».

Tout cela a été réorganisé et un menu « Fenêtre » reprend l’ensemble des menus du type « Thème », « Propriétés », « Notes », etc.  C’est beaucoup plus logique que l’ancienne organisation.

Les icônes, redessinées, sont elles aussi plus lisibles qu’auparavant.  Elles sont rassemblées dans la barre de menu du haut.

Un seul onglet rassemble désormais l’intégration :

  • des images
  • des hyperliens
  • des notes (écrites ou audio)
  • des étiquettes
  • des marqueurs
  • des pièces jointes

Des icônes du côté droit de la barre de menu du haut rassemblent, elles :

  • le brainstorming
  • la présentation
  • le diagramme de Gantt
  • le partage vers XMind.net, via un réseau local ou via Biggerplate)
  • les exports

2) Une nouvelle page d’accueil (point de départ)

Lorsqu’on crée une nouvelle carte, une nouvelle page d’accueil s’affiche.  Cette page peut également s’afficher en cliquant sur l’icône « Point de départ » en haut à gauche de l’interface.

Cette page d’accueil se subdivise en réalité en deux pages distinctes :

a) la page des diagrammes vides

Page des diagrammes vides

Il est donc beaucoup plus facile de choisir la structure de sa carte mentale d’un seul coup d’oeil.

Cette page est également remarquable par sa clarté et son ergonomie.

La barre de menu de gauche permet de revenir à l’interface d’édition de XMind 7 via l’icône en forme de flèche vers la gauche « Retour ».

Vous pouvez aussi visualiser et ouvrir les fichiers récemment créés en cliquant sur l’icône correspondante.  Ou bien ouvrir un fichier local en cliquant sur l’icône en forme de classeur.

b) Une page de modèles réutilisables

Cette page offre des modèles de formes, de couleurs et de polices de caractères prédéfinis.

Nouveaux modèles XMind 7

Les formes sont épurées, les couleurs pastel ou en tout cas, pas trop vives, les lignes fines et fluides : on sent que la tendance est au design minimaliste.

3) Le diagramme de Gantt amélioré

Le diagramme de Gantt est une fonctionnalité essentielle pour la gestion de projet.  Celui de XMind 7 a été amélioré.

Il est désormais possible d’effectuer les changements directement dans le diagramme de Gantt lui-même : vous n’êtes donc plus obligé(e) de revenir au menu d’édition de la carte mentale pour effectuer une modification de date, par exemple.

Un gain de temps appréciable ici aussi.

Nouveau diagramme de Gantt dans XMind 7

Autre nouveauté : vous pouvez désormais imprimer ce diagramme de Gantt et l’exporter directement sous format :

  • MS Project
  • image
  • PDF

Pour cela, il suffit de cliquer sur l’icône en haut  droite du diagramme.  Une fenêtre de dialogue s’affiche alors pour déterminer les spécificités de votre export :

Export du diagramme de Gantt dans XMind 7

Les options sont nombreuses et intéressantes, comme le filtre des dates, la sélection de tâches, etc.

4) La fiche information : afficher ou non les informations de la carte mentale

La fiche information, comme son nom l’indique, permet de gérer l’affichage des informations d’une mindmap XMind 7.

Vous pouvez décidez d’afficher ou non, sous chaque sujet :

  • les informations de tâches
  • les hyperliens
  • les pièces en attachement
  • les étiquettes

Informations du sujet affichées

La carte d’information est une partie du menu « Propriétés » du fond de la carte.

Pour y accéder, vous devez donc cliquer d’abord sur le fond de la carte pour vous assurer qu’aucun sujet n’est activé.  Ensuite, rendez-vous au menu « Propriétés ».

Fiche information dans XMind 7

C’est en cochant ces cases à gauche du menu « Propriétés » que vous définissez quelles informations s’afficheront dans les sujets de votre mindmap.

5) Les commentaires : un élément indispensable du travail collaboratif

On les attendait depuis longtemps : les commentaires !

C’est un élément essentiel du travail en collaboration, surtout en différé.

Insertion d’un commentaire dans XMind 7

Pour insérer un commentaire, c’est très facile : il suffit de cliquer sur l’icône en forme de page pliée accompagnée du signe « plus » en haut de l’interface.  Une fenêtre de dialogue comme celle ci-dessus s’affiche alors.  Il vous reste à la compléter.

Plus besoin de modifier directement la carte d’un collègue, au risque de le froisser : vous pouvez lui suggérer des modifications judicieuses sous forme de commentaires.

C’est aussi une fonction très intéressante pour les enseignants et les formateurs : nous allons pouvoir commenter les travaux de nos élèves et participants directement dans la carte.

6) Les bulles ou phylactères

Bulle XMind 7

D’autres logiciels de mindmapping offraient cette fonctionnalité depuis longtemps : je pense à Novamind, par exemple.

Ces bulles sont intéressantes car elles  peuvent apporter un supplément d’information visuelle à un autre niveau que le sujet.  D’autant plus que dans XMind 7, elles peuvent aussi avoir leurs propres sous-sujets et devenir à leur tour un sujet.

7) Export de l’arborescence générale

C’est une tendance chez les éditeurs de logiciels de mind mapping en ce moment.  Mindomo vient lui aussi de sortir cette fonctionnalité, l’export de l’arborescence générale d’une carte.

Chez XMind, elle était visible depuis longtemps mais elle n’était pas exportable en tant que telle.  C’est chose faite aujourd’hui.  Il est possible non seulement de l’afficher mais aussi de l’imprimer et de l’exporter.

Export de l’arborescence générale

Pour cela, il suffit de cliquer sur l’icône en haut à droite du cadre de l’arborescence et de choisir l’impression ou l’export.

8) Impression multi-pages de votre mindmap

XMind 7 permet aussi l’impression multipages des cartes mentales.

Impression multi-pages dans XMind 7

Vous pouvez sélectionner plusieurs pages à la verticale et à l’horizontale et imprimer de véritables posters.  Une option intéressante pour les éducateurs, mais aussi pour illustrer les salles d’un événement, etc.

Sélectionnez l’option Pages Multiples pour pouvoir choisir le nombre de pages total de votre impression.

9) Nouvelle structure : la ligne du temps

XMind 7 propose une nouvelle structure qui va faire un tabac : la ligne du temps.

Jusqu’ici, nous pouvions créer des lignes du temps dans XMind en détournant quelque peu les structures Arête de poisson (Ishikawa) ou organigramme haut.  C’était déjà efficace, mais pas très simple à mettre en oeuvre.

Avec la nouvelle structure « ligne du temps », tout se simplifie : voici par exemple, une ligne du temps que j’ai créée pour ma présentation sur les MOOC dans le cadre du Sommet mondial Mémoire et Apprentissage.

Cette carte est également disponible sur mon profil Biggerplate d’où vous pouvez la télécharger gratuitement au format XMind.

Evolution de la FOAD

Créer une ligne du temps de ce type est extrêmement simple : vous ajoutez une nouvelle date en tapant « Enter » et des sous-sujets en tapant sur « Tab » ou sur « Inser ».

Vous pouvez évidemment modifier les couleurs, les formes, les polices de caractères de vos sujets et y ajouter des images si vous le souhaitez.

La ligne du temps progresse alternativement vers le haut et vers le bas : c’est une idée simple mais géniale, car elle fait gagner énormément d’espace en longueur.

De quoi s’amuser au cours d’histoire-géo, non ?

10) Partage direct dans Biggerplate

Pour les afficionados de Biggerplate et de XMind, c’est du pain béni.  Même plus besoin de vous rendre sur la page de votre communauté de mindmappeurs préférée.  Vous pouvez partager votre carte sans même en sortir.

Partage sur Biggerplate

Pour partager votre carte, cliquez d’abord sur l’icône de partage, en haut à droite de l’interface et ensuite, cliquez sur « Partager via Biggerplate ».

Voilà, le tour est joué.

A condition d’avoir préalablement lié votre compte Biggerplate avec XMind 7 ce qui se fait via le menu « Préférences » dans « Editer ».

Combien coûte XMind 7 ?

Pour la sortie de cette nouvelle version, l’éditeur de XMind 7 a légèrement augmenté ses prix.  Mais rien de dramatique.  Je pense que, compte tenu du ratio qualité-prix, XMind 7 reste un des logiciels de mindmapping les plus complets et abordables du marché.

La version Plus est désormais à 69 euros.

La version Pro côute à présent 89 euros.

La version gratuite existe toujours, mais elle est évidemment limitée au niveau des exports et des fonctionnalités de type Pro et Plus.

Attention toutefois, qu’il existe des versions « Education » et « Non-profit sector/government » accessibles respectivement aux personnels des écoles et des étudiants et aux travailleurs du secteur à but non lucratif et gouvernemental.

Si vous n’êtes pas certain(e) de faire partie de ces catégories adressez-vous à XMind : ils vous informeront avec beaucoup de courtoisie.

Enfin, la mise à jour pour les heureux propriétaires de XMind 6 coûte 35 euros.  Pas de quoi vous ruiner et le bon qualitatif par rapport aux versions précédentes les vaut largement.

Lien de téléchargement de XMind 7.

Conclusion : une superbe version de XMind

Vous aurez compris à la lecture de cet article que je suis conquis par cette nouvelle version de XMind.

Bien entendu, je continue à regretter l’absence de collaboration en temps réel et de possibilité d’utiliser XMind sur une tablette (j’enfonce le clou, mais ce sont deux dimensions essentielles aujourd’hui).

Mais je suis vraiment séduit par les modifications et les apports vraiment intéressants de cette nouvelle version d’un des logiciels de mindmapping les plus populaires.  J’en suis d’autant plus heureux que je dois donner dans les prochaines semaines des formations en mindmapping avec XMind : de quoi profiter pleinement de cette nouvelle version.

Vous avez aimé cet article ?  Inscrivez-vous à ma newsletter et ne ratez plus aucun article ou événément !

Catégories
creation d'entreprise Logiciels Mind Mapping Mindomo Outils

Conférence : pilotez votre projet d’entreprise avec le mindmapping !

Vous êtes starter ?  Candidat-entrepreneur ?   Ou vous avez déjà votre entreprise ?  Dans tous les cas, le mindmapping vous aide à visualiser toutes les dimensions de votre entreprise.  Et à y voir plus clair.  C’est ce que je vous explique en détail dans cette conférence interactive à Azimut – Monceau-sur-Sambre le 3 juillet prochain.

Piloter son entreprise, c’est faire face à une multitude d’informations qui proviennent de dix mille sources différentes. C’est prendre seul une foule de décisions dont dépendra votre survie. C’est faire mille choses différentes chaque jour en essayant de ne pas disperser sa concentration.

Piloter son entreprise, cela peut dévorer votre temps et votre énergie ! Ce serait plus facile si vous pouviez y voir plus clair.

Business plan en français

Y «voir plus clair » dans vos projets, c’est justement le but de la pensée visuelle. Le mindmapping et les outils visuels vous aident à visualiser toutes les dimensions de votre projet d’entreprise. Vous matérialisez votre business plan sous vos yeux. Vous voyez ce que fait la concurrence. Vous visualisez les forces et les faiblesses de votre business. Vous dessinez la structure de votre site web. Vous tracez l’organigramme de votre équipe. Et bien d’autres choses encore.

Non seulement vous gagnez du temps, mais en plus : vous voyez clairement où vous allez !

C’est ce que je vous expliquerai lors de cette conférence interactive que j’anime chez Azimut ce jeudi 3 juillet.   Vous aurez l’occasion de vous essayer à un brainstorming avec Mindomo, un logiciel de mindmapping collaboratif en ligne.

Du business plan à la gestion quotidienne de l’entreprise

Le mindmapping, ce n’est pas seulement utile pour dessiner la structure d’un business plan comme dans l’illustration ci-dessus : c’est un ensemble de techniques visuelles qui vous permettent de voir à tout moment où en est votre entreprise.

Avec une ligne du temps, visualisez les différentes étapes de votre projet d’entreprise.

Ligne du temps

C’est aussi s’assurer de ne rien oublier dans un devis pour un client important.  C’est préparer l’entretien d’évalution d’un collaborateur.

C’est présenter les objectifs de ventes à vos équipes de représentants.  C’est…  Mais la limite est votre imagination !

Venez découvrir le potentiel du mindmapping et de la pensée visuelle pour votre entreprise !

Au terme de la matinée, ce sera l’occasion comme à l’habitude de partager ensemble un lunch de midi favorisant le réseau entre entrepreneurs.

Informations pratiques

Le jeudi 3 juillet 2014 de 9h30 à 13h30.

Azimut, Rue de Monceau-Fontaine, à Monceau-Sur-Sambre (près de Charleroi).

Inscriptions : Cliquez sur ce lien et enregistrez-vous !

Vous avez aimé cet article ?  Inscrivez-vous à ma newsletter et ne ratez plus aucun article ou événément !

Catégories
Gestion de projet Ingénierie de la formation Logiciels Mind Mapping Outils Projets XMind

Gestion de projet : visualisez votre ligne du temps avec XMind

Comment visualiser les différentes étapes d’un projet ?  Comment établir une ligne du temps claire et pratique ?  Réponse : avec XMind !  En utilisant une structure particulière : l’arète de poisson ou Ishikawa, du nom de son inventeur.

Read this article in English !

Dans son livre « Visualisez votre vie en quelques coups de crayon« , Xavier Delengaigne aborde la gestion de projet en trois étapes :

  1. Un brainstorming pour définir le contenu du projet
  2. L’utilisation du CQQCOQP pour poser des questions pertinentes sur le projet
  3. Et une ligne du temps pour visualiser les étapes du projet dans la durée

J’avais déjà utilisé la ligne du temps pour aider de futurs créateurs d’entreprise à mieux visualiser leur projet.  Et j’en avais aussi illustré le principe par une carte iMindMap que voici (double-cliquez sur l’image pour l’agrandir au maximum).

Le principe de la ligne du temps

J’ai eu l’opportunité, ces derniers jours, d’animer un atelier « Gestion de projet avec les outils visuels » et j’ai proposé au groupe de participants de visualiser un projet de formation de cette manière.

Une ligne du temps avec XMind

XMind propose une ligne du temps par défaut dans son menu d’ouverture.  Mais, outre le fait qu’elle soit en anglais, elle présente un calendrier trimestriel qui ne convient pas à notre projet.

Nous avons donc créé une carte en partant de la structure arète de poisson.  Pour ce faire, ouvrez une carte en blanc, sélectionnez le menu « Propriétés » et cliquez sur « Arète de poisson » dans le sous-menu « Structure« .

Choisissez la structure « Arète de poisson »

Le logiciel de mindmapping nous donne donc une tête de poisson orientée vers la gauche.  La carte progressera donc logiquement vers la droite au fur et à mesure que nous allons avancer.

La première question qui se pose est : devons-nous commencer par des dates ?  Ou devons-nous au contraire commencer par les grandes étapes du projet  et ajouter les dates ensuite ?

Planifier le projet étape par étape

Finalement, nous avons opté pour cette seconde solution.  Pourquoi ?  Parce que si nous devons illustrer un projet passé, alors nous pouvons nous permettre de tout classer par date, puisque celles-ci sont connues d’avance.  Mais pour un  projet en cours ou qui n’a pas encore démarré : tant de choses peuvent encore se passer, tant d’imprévu peut encore modifier ce que nous avons planifié !

Voici ce que donne notre carte Ligne du temps – arète de poisson XMind !  (Cliquez sur l’image pour l’agrandir, téléchargez la carte gratuitement sur notre page Biggerplate).

La ligne du temps de notre projet !

En effet, notre carte est structurée selon les grandes étapes du  projet.  Ensuite, celles-ci sont détaillées et les dates précisées quand c’est possible.

Marquez la durée avec une relation

Notez l’utilisation de la relation pour exprimer la durée d’une action.  En effet, toutes les étapes ne se suivent pas nécessairement de façon strictement chronologique.

Par exemple, l’étape publicité commençait tout au début du projet, mais continue au moins jusqu’à l’étape de sélection des candidats.  Nous avons donc exprimé cela par une relation en pointillé rouge qui part du sujet « Publicité » et qui le relie au sujet « Sélection ».  C’est une façon commode de visualiser cette durée.

Pour ne pas empiéter sur les branches et les autres sujets, nous avons choisi l’option « Zigzag » pour la forme de la relation.  De cette manière, elle suit la progression de la branche centrale vers le sujet « Sélection » sans nuire à la lisibilité de l’ensemble.

Explicitez les étapes du projet avec les marqueurs

Remarquez aussi l’utilisation des marqueurs – ces petites images livrées avec le logiciel – et de la légende.  Nous avons utilisé les petits personnages bleu et vert afin de symboliser les candidats à la formation.  Nous avons utilisé la bombe pour illustrer un risque : celui de n’avoir pas assez de candidats pour commencer la formation !

Nous avons enfin utilisé le point d’exclamation pour montrer que cette étape était conditionnelle : nous effectuerons un nouveau mailing avec le Forem – l’équivalent belge francophone de Pôle Emploi – si nous n’avons pas assez de candidats.  Si nous en avons en suffisance, cette étape n’aura pas lieu.

Afin de rendre ces symboles suffisamment explicites, nous les avons expliqués dans la légende.  Pour afficher les marqueurs dans cette légende, suivez la  procédure suivante : cliquez d’abord sur l’arrière-plan de la carte pour être certain(e) de ne sélectionner aucun sujet.  Cliquez sur le menu « Propriétés », cochez la petite case « Montrer la légende ».  Une légende s’affiche alors au bout du pointeur de votre souris.  Vous pouvez la déposer où vous le souhaitez sur votre carte.  Cette légende se met à jour automatiquement au fur et à  mesure que vous ajoutez ou enlevez des marqueurs.

Pour modifier le texte en regard du marqueur dans la légende, double-cliquez sur le texte, un champ apparaît : complétez le par votre propre texte.  C’est fait !

Essayez par vous-même de planifier votre projet de cette manière et n’hésitez pas : faites-nous parvenir vos cartes ou vous commentaires.

Vous avez aimé cet article ?  Inscrivez-vous à ma newsletter et ne ratez plus aucun article ou événément !

50.9686775.824968
Catégories
Logiciels Mind Mapping Outils XMind

Différentes structures dans une carte XMind : exemple d’un participant à ma formation

Peut-on utiliser plusieurs strutures dans la même mindmap avec XMind ?

Et si oui, comment ça marche ?  Cela ne risque-t-il pas de rendre l’information illisible ?

Le logiciel de mindmapping XMind permet d’utiliser plusieurs types de structures : mindmap ou carte heuristique, bien entendu.  Mais aussi matrice comme dans le cas des analyses SWOT ou du calendrier dans le cadre de la gestion de projet.  Ou bien encore l’organigramme comme dans le cas de la structuration d’un site web.   Ou bien encore l’ishikawa ou arrête de poisson, comme dans la ligne du temps utilisée lors des ateliers Apprendre A Apprendre.

La commande est très simple : pour changer la structure de votre mindmap, allez au menu « Propriétés » et sélectionnez la structure désirée.  XMind vous transforme immédiatement votre carte heuristique en matrice, en arbre logique, en organigramme ou en matrice, selon vos besoins.  Ici, nous avons sélectionné l’organigramme vers le bas.

Menu Propriétés, structure Organigramme Bas

Rien de plus simple !

Une mindmap aux structures multiples

Mais, parfois, il est intéressant de varier les structures au sein de la même carte heuristique.   Pour montrer la composition d’une équipe, pour classer des informations sous forme de tableau, etc.

Nicolas, un participant d’une de nos formations Mindmapping pour Formateurs a réalisé une carte utilisant plusieurs structures.

Infirmier de formation, il est à présent formateur et donne des cours à de futur(e) aides-soignant(e)s.  Il a réalisé une carte sur la « perte d’autonomie chez la personne âgée« . (Cliquez sur la carte pour l’agrandir).

Perte d’autonomie chez la personne âgée

Une utilisation judicieuse des différentes structures

Le danger d’utiliser différents types de structures au sein d’une même carte est évidemment celui de noyer l’information sous un flot d’enrichissements graphiques inutiles.  On peut très vite obtenir un « effet sapin de Noël » très joli à regarder mais qui brouille définitivement le message de l’auteur…

C’est un piège que Nicolas a su éviter en utilisant judicieusement les différentes structures au sein de sa carte mentale.

Un tableau ou matrice pour résumer une opposition entre deux concepts

Dans la première branche, il a utilisé un tableau ou matrice pour illustrer une distinction entre les deux grandes formes de perte d’autonomie: ce qui fait sens  :

Structure en tableau de XMind

Une mindmap pour lister des syndromes

Dans la branche suivante, il a utilisé la structure de la mindmap, sans modifications, pour lister les syndromes cliniques : une organisation en arborescence classique dans une carte heuristique.

Les cartes mentales ou mindmaps sont effectivement des outils idéaux quand il s’agit d’établir des listes.

Sujets organisés en forme de branches

 

L’organigramme pour illustrer une hiérarchisation de catégories

La branche suivante est une typologie  du « dumping syndrome » qui utilise l’organigramme bas.  Ce dernier exprime une évolution de la perte d’autonomie.

L’organigramme est une structure particulièrement pertinente pour illustrer une hiérarchisation de concepts en différentes catégories, pour montrer une origine ou une une progression.

Organigramme bas

Des bulles de BD pour illustrer les citations

La structure suivante est de nouveau une structure classique du mindmapping.  Mais cette fois, Nicolas a utilisé la bulle, façon BD, pour montrer que ces expressions sont celles de l’entourage de ces patients.

Cela rend la carte et les expressions plus vivantes, plus « naturelles ».

Des bulles de BD

Un arbre gauche pour illustrer une progression

Et enfin, la dernière branche, fait appel à un arbre gauche pour évoquer le syndrôme du glissement et donc, ici encore, l’idée d’une progression.

Arbre gauche

L’utilisation de couleurs pas trop agressives contribue à la lisibilité et ne transforme pas la carte en un objet confus.

L’intégration des différentes structures au sein d’une même carte mentale peut donc contribuer à un surcroît d’information à condition d’effectuer des choix judicieux.  Il faut que cela fasse sens, que cela apporte une information graphique supplementaire.  Ou mieux : que l’information graphique soutienne l’information textuelle.

Pour intégrer différentes structures au sein d’une même carte.  Sélectionnez le sujet que vous voulez modifier.  Cliquez sur le menu Propriétés.  Cliquez sur Structure, choisissez celle qui vous convient et XMind transforme votre branche en la structure voulue.  La transformation ne s’appliquera qu’à sujet choisi et à tous les sujets dépendants.

Les images des parties de cartes ont été réalisée avec la fonction « mapshot » de XMind : une fonction qui permet de prendre un cliqué d’une partie de carte sans sortir du logiciel.  Les clichés sont instantanément transformés en images de format PNG et sauvegardées dans un répertoire spécifique de votre choix.  Nous reviendrons sur cette fonction dans un prochain article 😉

Vous pouvez télécharger gratuitement XMind et vous essayez vous aussi au mindmapping !

Vous avez aimé cet article ?  Inscrivez-vous à ma newsletter et ne ratez plus aucun article ou événément !

Catégories
Apprendre à apprendre Apprentissage des langues Etudier efficacement Internet Jeunes Langues Logiciels Outils Pédagogie

Learningapps : créez vos propres applications pédagogiques !

Comment aider les élèves ou les étudiants à réviser une matière tout en s’amusant ?  Comment créer des applications ludiques de qualité ?  Surtout en ne connaissant rien à la programmation ?  Comment les intégrer dans un site ou un blog accessible aux étudiants ?

Toutes ces questions, le site Learningapps y a répondu pour vous et de manière très convaincante !

Le site vous offre en effet la possibilité de créer vos propres applications (para)-scolaires sans connaître une ligne de code.  Des applications que vous pouvez intégrer dans votre propre site en quelques clics !

Vous pouvez créer des applications en utilisant un canevas ou vous inspirer d’applications existantes et les adapter à vos besoins.  C’est ce que j’ai fait pour l’application de conjugaison anglaise ci-dessous : je suis parti d’une application de conjugaison française. (Cliquez sur la photo pour essayer l’application sur notre site web).

Dans cette application, vous devez trier les verbes anglais selon qu’ils sont conjugués au passé, au présent ou au futur.

Une application très simple.

Une grande variété d’applications différentes

Le principe est très simple : vous vous enregistrer sur le site – c’est gratuit – et vous pouvez commencer !

Vous avez le choix entre de nombreuses applications différentes : calendrier, mindmap, carnet de notes, ligne du temps avec des événements à reclasser dans un ordre chronologique, estimations sous forme de nombre, quiz avec saisie de réponse, mots croisés, test fermé (à trous par exemple), puzzles, classement sur une carte géographique, placement sur image, jeux de mémoire, classement par paires, questionnaires à choix multiples (avec ou sans contenu multimédia), mots à repérer dans un texte, grilles de lettres, etc.

Ces applications sont des structures que vous pouvez utiliser avec des contenus différents, de niveaux variés, depuis la maternelle jusqu’à l’université.  Le site est également multilingue ce qui se révèle utile si vous enseignez les langues ou si vous travaillez dans un environnement international.

Des tutoriels sous forme de vidéos vous montrent également le fonctionnement du site étape par étape.

Les applications peuvent ensuite être publiées sur le site ou bien intégrées dans votre blog ou votre site.

Vous pouvez aussi ouvrir des « classes virtuelles » dans lesquelles vos étudiants peuvent se rendre pour réviser leur matière.

Et pour les étudiants eux-mêmes, créer des applications constitue un excellent moyen de réutiliser la matière, comme nous l’avons vu dans l’article d’hier.

Vous avez aimé cet article ?  Inscrivez-vous à ma newsletter et ne ratez plus aucun article ou événément !

Catégories
Apprendre à apprendre enseignement secondaire Etudier efficacement Jeunes Pédagogie

Etudiez efficacement : réutilisez la matière

Quatrième étape de notre méthode « Etudier efficacement en 5 étapes » : réutilisez la matière apprise en variant les méthodes et les outils, en vous exerçant avec plaisir et créativité.

Une étape essentielle pour mémoriser à long terme.

Comment retenir à long terme ?  Comment être sûr de pouvoir répondre aux questions posées lors d’un examen ?  Comment être certain de retrouver la bonne information au bon moment ?

Quatrième étape de notre méthode « Etudier efficacement en 5 étapes » : réutilisez la nouvelle matière apprise.

C’est essentiel.  La plupart d’entre vous utilise une bonne méthode d’approche de l’étude : vous relisez attentivement vos cours, surlignant et en prenant des notes.   C’est très bien.  C’est une première étape vers la compréhension et la mémorisation.

Relire ne suffit pas !

Mais la relecture,  cela ne suffit pas !

Cette relecture correspond à la deuxième étape de notre méthode : prendre contact avec le cours.  Autrement dit, vous stockez quelque part dans votre mémoire, des éléments de ce cours.

Mais serez-vous capable de les retrouver et de les réutiliser selon ce que le prof demande lors de l’examen ?

Rien n’est moins sûr.  « Pour beaucoup d’étudiants, ce n’est pas comme s’ils ne se souvenaient pas de la matière, mais c’est comme s’ils ne l’avaient jamais vue auparavant » affirme Henry L. Roediger III, professeur de psychologie à l’université de Washington, dans un article du New York Time.

L’oubli : un passage obligé de la mémorisation à long terme

Cela peut paraître bizarre.  Contradictoire ou paradoxal, sans doute.  Mais notre cerveau retient bien ce qu’il revisite.  Ce qu’il a d’abord oublié.  Et qu’il redécouvre ensuite.  Et de préférence, sous des formes différentes.

Personne ne sait exactement pourquoi, affirme encore l’article du NYT.  Mais il semble que le processus d’oubli et de redécouverte soit un moyen efficace du cerveau pour renforcer l’apprentissage.

Un exemple : combien de fois avez-vous demandé à vos enfants d’éteindre la lumière de la salle de bain avant qu’ils l’aient fait ?  Mais une fois cet apprentissage ancré dans leur mémoire profonde, il devient une sorte de conditionnement.

C’est pareil pour l’apprentissage scolaire.

Et donc, il vaut mieux consacrer plusieurs séances de courte durée à l’apprentissage de la même matière.  Des séances espacées dans le temps.  Pour que le cerveau puisse « oublier » ce que vous avez étudié.  Pour mieux le redécouvrir ensuite.

Oubliez donc – et pour toujours, de préférence – ces interminables sessions la veille de l’interrogation.  Elles conduisent surtout à l’épuisement physique et à la perte de concentration due à la lassitude !

Un outil peut vous aider à programmer ces séances d’apprentissage de manière efficace : Focus Booster, que vous pouvez télécharger gratuitement sur votre Mac ou PC ou bien utiliser en tant qu’application en ligne.  C’est un système de  minuterie inspirée de la méthode Pomodoro et qui vous aide à rester concentré(e) sur votre tâche.

Variez les méthodes et les outils d’apprentissage

L’autre secret de la mémorisation à long terme est tout aussi simple : variez les méthodes d’apprentissage et utilisez des outils différents, qui font appel à des compétences diverses et à des zones complémentaires de votre cerveau.

Cela vous évitera l’ennui de la relecture inlassable des mêmes textes ou des mêmes formules pendant de longues heures.  Cela vous donnera davantage de plaisir.  Cela mobilisera des parties différentes de votre cerveau.  Ce qui est la meilleure garantie de mémorisation à long terme.

Et donc :

  • prenez des notes en surlignant, si vous le souhaitez, mais ne surlignez que les mots importants pour disposer de mots-clés pour vos mindmaps
  • Dessinez des cartes heuristiques – ou mindmaps qui vous aideront à prendre des notes efficaces et à bien résumer votre cours
  •   Dessinez des cartes conceptuelles, qui sont le meilleur moyen de comprendre l’articulation entre les concepts principaux d’un cours, leurs relations entre eux, etc.
  • Construisez vos propres questionnaires.  Utilisez la méthode CQQCOQP pour vous faciliter la tâche.
  • Utilisez les flashcards pour mémoriser du vocabulaire anglais ou des formules mathématiques.
  • Inventez des histoires dans lesquels vous insérez les concepts ou les personnages que vous devez retenir. La scénarisation est une excellente méthode à la fois pour comprendre et pour mémoriser quelque chose.
  • Expliquez à votre petit frère la théorie de la relativité : pour ce faire, vous devez avoir compris la matière et la reformuler de façon compréhensible pour quelqu’un qui ne connaît pas le sujet.   En outre, les personnes qui n’y connaissent rien sont susceptibles de vous poser des questions auxquelles vous ne vous attendez pas, et donc de revisiter le cours sous un angle inattendu.
  • Créez une bande-dessinée qui raconte la bataille de Lépante : si vous êtes bon en dessin, utilisez ce don pour visualiser le contenu de votre cours.
  • Dessinez des lignes du temps. Rien de tel pour visualiser des actions dans le temps, les étapes d’un projet, l’évolution d’une situation.
  • Utilisez les serious games pour réviser votre français ou votre des applications pour revoir votre conjugaison anglaise. Le jeu a un pouvoir quasi-magique : il vous permet de rester concentrer sur la même tâche pendant très longtemps sans vous lasser.
  • Visitez les sites Internet qui proposent des exercices.
  • Composez votre propre feuille de questions d’examen comme si vous étiez le prof et répondez-y quelques jours plus tard. De cette façon, vous avez déjà reformulé la matière selon la logique du professeur et vous avez déjà pu vérifier si vos réponses sont bonnes et complètes.
  • Etudiez avec vos copains/copines.  Organisez des tournois entre vous.  Etudier seul, ce n’est pas toujours drôle.  Mais étudier à plusieurs demande de la méthode si on veut arriver à quelque chose.  L’arrivée des médias sociaux et des outils collaboratifs change aussi la donne.

Les maîtres-mots : créativité et plaisir

Tout ça constitue énormément de travail ?  Nous sommes bien d’accord.

Cette méthode ne prétend pas vous faire apprendre de manière accélérée.  Bien que l’utilisation des outils que je préconise favorise l’étude rapide.  On retient mieux et plus vite en créant des mindmaps ou des cartes conceptuelles, par exemple.

C’est pourquoi je vous offre 15 outils gratuits pour mieux étudier sur cette page de mon site web.

Mais les maîtres-mots de vos études devraient être : créativité et plaisir.

  • Créativité : parce qu’il faut être créatif pour choisir la bonne méthode, le bon exercice par rapport au cours qu’on veut étudier.  Mais aussi pour dessiner une carte mentale ou conceptuelle efficace, pour créer un bon scénario pour mettre en scène des événements qu’on veut mémoriser, etc.
  • Plaisir : parce que tout ce travail, selon les méthodes que je vous propose, doit être amusant !  Jamais on n’a dit qu’étudier devait être une souffrance.  Les neurosciences confirment de plus en plus qu’on apprend mieux dans le plaisir et la bonne humeur.  Personnellement, j’utilise énormément l’humour dans mes ateliers et je vois que la majorité des participants apprécient.  Mais même l’effort est un plaisir : quand vous avez étudié un cours et que vous sentez que vous le maîtrisez, c’est un réel plaisir.  C’est une sensation de plénitude, de bien-être et d’accomplissement personnel.   Réussir, y compris dans l’effort, ça fait du bien !

Bonne chance et bon courage à tous les étudiants en bloque 😉

Vous avez aimé cet article ?  Inscrivez-vous à ma newsletter et ne ratez plus aucun article ou événément !

Catégories
Apprendre à apprendre Coaching Coaching scolaire concept map enseignement secondaire Etudier efficacement Jeunes Outils Pédagogie

Etudier avec XMind : carte conceptuelle « Qui ? »

Nous continuons l’exploration du texte « Don Verzé » avec les techniques visuelles et XMind.

Aujourd’hui, nous nous intéressons à la question « Qui ? » avec une carte conceptuelle.

Après avoir résumé l’article Don Verzé, un saint-homme… d’affaires à l’aide d’une mindmap, et avoir reconstitué la chronologie des événements avec une ligne du temps, nous allons aujourd’hui nous intéresser aux personnages du texte.  Et aux relations qui existent entre eux.

Pour cela, nous utilisons la question « Qui ? » de la méthode CQQCOQP :

Mindmap CQQCOQP

Et cette fois encore, nous n’allons pas utiliser une mindmap ou carte heuristique.  Nous allons utiliser une concept map ou carte conceptuelle.

Parce qu’il s’agit ici de visualiser les relations entre les personnages de notre article.  Et qu’elles sont multiples et multidirectionnelles.

Comment créer une carte conceptuelle dans XMind ?

Rien de plus simple !  Voici une image qui vous montre comment créer des « sujets flottants  » et les relier entre eux.

D’un sujet flottant à l’autre

Il suffit de double-cliquer sur le fond de votre feuille pour créer un sujet flottant.  Ensuite, vous créez une relation (Ctrl-L) et vous avez le choix entre :

  • relier votre sujet à un sujet existant
  • créer un nouveau sujet en « déposant » votre relation sur le fond de la feuille

Vous créez et reliez autant de sujets que nécessaires.

Une carte conceptuelle sur les relations entre personnages

Dans le cas qui nous occupe, Don Verzé est le personnage central et le plus complexe.  Je commence donc par lui.  Je crée un « sujet flottant » à son nom.  Je le complète en ajoutant, en dessous, au format « arbre droit » tous les éléments qui le caractérisent.

Ensuite, j’ajoute les autres personnages : Berlusconi, Castro, les juges italiens, etc.

Et enfin, les relations qui existent entre tous ces personnages.

Carte conceptuelle – Qui ?

Pendant que je dessinais cette carte, j’ai dû utiliser une autre logique que celle de l’auteur.  J’ai dû répondre en permanence à la question « qui ? ».  Qui est Don Verzé ?  Qui l’a introduit auprès de la classe politique italienne ?  Qui l’a présenté à Craxi et à Castro ?  Qui s’est intéressé à la mauvaise gestion de son hôpital ?  Qui l’a condamné a divinis et lui a ordonné de laisser les commandes de l’hôpital San Raffaele ? etc.

Une carte conceptuelle pour illustrer le flux GTD

Cette carte illustre les relations entre les différents personnages de notre article.  On peut également utiliser une carte conceptuelle pour illustrer des flux ou des processus.  Comme celle ci-dessous qui illustre le contrôle des flux dans la méthode de gestion du temps GTD (Getting Things Done) de David Allen.

Le flux de travail de GTD

On peut également utiliser une carte conceptuelle, en-dehors de la méthode CQQCOQP, pour illustrer les relations complexes entre les parties d’un tout : problème, situation, mécanisme, etc.

Je reviendra sur la méthode CQQCOQP et sur l’utilisation des cartes conceptuelles dans de prochains articles.

Envie d’aller plus loin ?

Dans ce cas, vous pouvez télécharger la version gratuite d’XMind, qui est amplement suffisante pour réaliser toutes ces cartes.  Ou acquérir la licence pro qui vous permet d’intégrer de nombreux éléments à vos cartes (fichiers audio, par exemple) ou de les convertir en de nombreux formats…

Vous pouvez aussi suivre nos formations Apprendre A Apprendre ou demander notre soutien scolaire individualisé.

Bon travail 😉

Vous avez aimé cet article ?  Inscrivez-vous à ma newsletter et ne ratez plus aucun article ou événément !

Catégories
Apprendre à apprendre Ateliers Coaching Coaching scolaire concept map Connaissance enseignement secondaire Etudier efficacement formation Jeunes Logiciels Mind Mapping Outils Pédagogie

Etudier avec le mindmapping et CQQCOQP : la ligne du temps

Résumer un texte est une excellente façon de préparer la compréhension et la mémorisation en vue d’un examen.

Mais cela ne suffit pas.  Je vous propose d’aller plus loin avec la méthode CQQCOQP et quelques fonctionnalités intéressantes d’XMind.

Hier, nous avons vu un exemple de résumé de texte réalisé avec XMind.  Ce résumé correpond aux étapes 2 et 3 de notre méthode Etudier efficacement en 5 étapes : prendre contact avec le cours et réactiver la mémoire.

Aujourd’hui, nous allons travailler avec une méthode et des outils qui s’apparentent davantage à la quatrième étape : réutiliser ses connaissances.

Mobiliser les bons neurones

Pourquoi changer de méthode ?  Pourquoi ne pas continuer à lire et à résumer, puisque cela fonctionne ?

Pour plusieurs raisons.  Lire et résumer sont d’excellents moyens de comprendre et de mémoriser un texte – cours, article, livre, etc.

Mais, si nous voulons être performants lors d’un examen, nous devons aller plus loin.

Car, le professeur va nous poser des questions auxquelles il va falloir répondre précisément.  Non pas restituer toute la matière.  Mais « réutiliser« , « mobiliser » la partie de celle-ci qui correspond exactement à la question posée.  Et sous une forme qui n’est pas la même que celle du cours.

Comprendre, mémoriser, restituer, réutiliser… ne font pas appel aux mêmes groupes de neurones dans notre cerveaux.  Parce que ce sont des opérations mentales différentes, elles mobilisent d’autres région du cerveau.

Pour être performants lors des examens, il va falloir travailler sur ces zones différentes.  Voici comment.

Entrer par d’autres portes : CQQCOQP

Hier, en résumant notre texte par une mindmap, nous sommes entrés dans ce texte en suivant le chemin proposé par l’auteur : le titre, le chapô, les intertitres, etc.  C’est l’ordre et la logique de l’auteur.  Et nous nous les sommes appropriés en résumant le texte selon ces titres, intertitres, etc.

Aujourd’hui, nous allons explorer le même texte en entrant par différentes portes.  En utilisant 7 questions : CQQCOQP.  Comme sur la carte ci-dessous :

Carte mentale : la méthode CQQCOQP

Vous l’avez compris, cette expression bizarre est simplement un acronyme, un mot construit à partir de l’initiale de chaque question : comment ?  Qui ? Quand ? Combien ? Où ? Quoi ? (ou que ?) et Pourquoi ?

Ces simples questions vont nous permettre d’interroger le texte de Don Verzé.

Nous allons faire comme le professeur : poser des questions !

Cela va mobiliser d’autres régions de notre cerveau, d’autres neurones.  Et donc, renforcer notre compréhension et notre mémorisation du texte.  Mais en plus, cela nous prépare à répondre de façon efficace aux questions du professeur le jour de l’examen !

Et – bonus non négligeable – en utilisant diverses techniques, nous empêchons notre cerveau de se lasser.  Si vous variez les techniques lorsque vous étudiez, vous vous fatiguerez beaucoup moins et vous vous lasserez beaucoup moins vite qu’en vous contentant de lire le texte encore et encore !  Et vous serez beaucoup plus efficace… tout en vous ennuyant beaucoup moins !

Première question : Quand ? Et la ligne du temps

Hier, nous avons vu que l’année 1970 marquait un véritable tournant dans la vie de Don Verzé.

Aujourd’hui, je vous invite à explorer davantage le temps dans ce texte.

Pour ce faire, nous allons repérer toutes les dates.  Et puis, nous allons construire un outil visuel.  Mais pas une mindmap.  Nous allons profiter d’une autre fonction de XMind :  l’arrête de poisson qui va nous permettre de créer une ligne du temps pour bien visualiser la progression des événements.

Ligne du temps du texte Don Verzé

Le texte ne nous donne pas la date de naissance du prêtre.  Mais nous savons quand il est mort et à quel âge.  Nous pouvons donc en déduire qu’il est né en 1920.

Ensuite, le texte nous donne la date de 1970, qui est l’année-charnière de son existence.  Et puis 2010 et 2011, deux années pendant lesquelles les événements se précipitent jusqu’au décès du personnage principal de cette histoire…

Nous avons donc, rassemblés sur une page, sous forme graphique, la succession des événements et leurs relations entre eux.

Dans un autre article, je vous montre comment répondre à la question Qui ?  avec une autre méthode : la carte conceptuelle.

Bon travail 😉

Ces cartes ont été réalisées avec XMind.  La version gratuite est suffisante pour réaliser ces outils sur votre ordinateur, PC, Mac ou Linux.

J’enseigne ces méthodes lors d’ateliers Apprendre A Apprendre et aussi lors de coaching étudiant à distance ou de soutien scolaire individuel.

Vous avez aimé cet article ?  Inscrivez-vous à