Catégories
Tutoriel

Elokenz, la solution automatique pour gérer vos réseaux sociaux

Elokenz, une solution pour gérer vos réseaux sociaux, a été créée par une startup française.  Une solution qui a développé une idée géniale.  Une solution qui allie efficacité et simplicité.  Petit tour du propriétaire.

Il existe déjà de nombreuses solutions pour vous aider à gérer les médias sociaux.  Des solutions plus ou moins simples d’utilisation.  D’autres, plus ou moins efficaces.  Elokenz allie ces deux qualités :

  • un moteur de diffusion des messages très efficace
  • une interface très claire et très simple d’utilisation

Mais surtout, Elokenz part d’une idée aussi simple que géniale.

L’idée géniale d’Elokenz : capitaliser sur la popularité des messages sur les médias sociaux

La plupart des outils de gestion de médias sociaux vous demande de préprogrammer des créneaux horaires.  Et ensuite de déterminer quels messages seront publiés dans ces créneaux.

Le problème, c’est que certains de ces messages seront très populaires.  Et ne les publier qu’une ou deux fois signifiera passer à côté de la « montre en or » : toucher au maximum votre public avec des thèmes qui le touchent.  Et parfois, vous republierez un message qui n’a suscité aucun intérêt et dont la répétition risque de lasser votre public.

Comment faire ?

C’est l’idée géniale d’Elokenz : enregistrer la popularité de vos messages sur les médias sociaux.  Et republier plus souvent ceux qui engrangent le plus grand nombre de réactions positives.

Pour ce faire, Elokenz a utilisé une autre idée géniale : visualiser cette popularité sous forme d’énergie.   C’est dans le tableau « Manage Reposts » ou « Gestion des republications » que vous trouverez les éléments suivants :

  1. Le tableau Manage Reposts avec ses piles

    Le titre de l’article que vous avez planifié pour une republication et le nombre de messages qui y sont attachés (nous verrons dans la suite de cet article comment attacher un ou plusieurs messages à un post).

  2. Le nombre de clics engendrés sur Twitter par votre message.
  3. Le nombre de republications déjà effectuées.
  4. L’état de « rechargement » de votre pile : c’est celui-ci qui indique si votre message est prêt à être reposter ou non.  Une pile verte, pleine, signifie un message prêt à être rediffusé. Une pile orange à moitié pleine indique un message qui a besoin d’un peu de temps avant d’être republié.  Une pile rouge vide montre qu’un message a eu peu de succès et nécessite un peu plus de temps avant republication.
  5. L’interrupteur indique si le message est actif ou non.
  6. L’icône indique un lien pour éditer votre repost et vos messages.
  7. La croix permet de supprimer un message actif.

Elokenz : une interface claire et simple à utiliser

Beaucoup d’outils de gestion des médias sociaux pêchent par une interface compliquée, véritable usine à gaz qui exige un apprentissage douloureux.

Elokenz contraste pleinement avec son interface si simple qu’un enfant de six ans pourrait l’utiliser.

Le tableau de bord

Lorsque vous vous connectez à Elokenz, le premier écran est celui du Tableau de bord.

Le Tableau de bord d’Elokenz
  1. Le menu général : c’est lui qui vous permet de choisir la partie de l’interface dans laquelle vous voulez travailler : Tableau de bord, Republication ou Bibliothèque
  2. Le dernier « Repost » : le dernier message republié, ici, sur Twitter en l’occurrence
  3. Les articles suggérés : si vous êtes en peine d’inspiration, Elokenz peut vous suggérer des contenus à diffuser sur les médias sociaux
  4. Les statistiques : mensuelles, hebdomadaires ou depuis l’ouverture du compte.  C’est ici que vous constatez l’efficacité d’Elokenz.  Mes 4 tweets ont généré 74 clics cette semaine
  5. La vidéo d’introduction : il s’agit d’un petit tutoriel qui vous explique comment utiliser Elokenz
  6. L’aide en ligne : à tout moment, vous pouvez utiliser ce chat pour échanger avec l’équipe d’Elokenz et obtenir une aide directe

Les Reposts ou republications

Ce menu vous permet de voir où en sont les republications de vos messages et d’ajouter de nouveaux messages à republier.

La liste des republications
  1. Ajouter un repost : ajouter un message ou article à republier
  2. Bulk Scheduling : ajout en lots d’articles ou de messages : ceux-ci sont définis par un fichier de type csv, constitué avec une feuille Google Sheet, par exemple
  3. La liste de vos republications
  4. Le dernier message republié

Publier un nouveau message dans Elokenz

Pour publier ou republier un article dans Elokenz, il faut d’abord choisir l’article : soit dans la bibliothèque d’articles déjà transférés sur Elokenz, soit en ajoutant l’URL (ou adresse Web) d’un nouvel article :

Sélection de l’article à republier

Elokenz importe alors divers éléments de l’article : l’URL, bien sûr, mais aussi les premières phrases de l’article et une illustration.

Vous pouvez ensuite éditer cet article et y associer un ou plusieurs messages qui seront diffusés sur le ou les comptes de réseaux sociaux indiqués :

Edition d’un message dans Elokenz

Ici, j’ai modifié le texte du message et sélectionné une image.  Je peux en ajouter d’autres si je veux.

Je peux associer plusieurs messages différents à chaque article et sélectionner les comptes des médias eaux sociaux sur lesquels je désire publier ces contenus.  De cette manière, je m’assure d’une certaine diversité dans mes publications et je ne risque pas de lasser les membres de ma communauté en diffusant les mêmes messages en boucle…

Afin d’obtenir davantage d’articles, je peux importer de nouvelles sources via leur fil RSS : de cette manière, ma bibliothèque d’articles s’alimente automatiquement.  Je peux ensuite reposter certains de ces articles en leur associant un ou plusieurs messages contenant une ou plusieurs images, etc.

Sur la Repost Queue ou Liste des republications, je peux voir apparaître deux nouveaux reposts correspondant aux deux messages que je viens d’intégrer dans Elokenz.

Deux nouveaux reposts en haut de la liste

Le calendrier : quand poster mes messages  sur les réseaux sociaux ?

Quand publier mes messages sur les différents médias sociaux ?  On sait que c’est une question cruciale, car si vous publiez un message important à une heure où votre public n’est pas sur le réseau social, vous aurez perdu votre temps, votre énergie et sans doute votre argent…

Elokenz propose un calendrier de republication qui ressemble assez à celui de Buffer.

Calendrier de publication d’Elokenz

Vous pouvez personnaliser les différents créneaux (slots) de publication.  Vous pouvez en augmenter ou en réduire le nombre, selon le nombre de republication souhaité par semaine.

Prix et prestations d’Elokenz

Elokenz est pour l’instant en version beta.  Mais il fonctionne de façon déjà très satisfaisante.

La gamme de prix

Il existe une version gratuite d’Elokenz.  Elle vous permet de republier sur un compte : Twitter ou Facebook.

Gamme de prix d’Elokenz

Vous pouvez y publier jusqu’à 100 messages par mois selon 10 créneaux horaires par semaine.

La version « Individual » propose jusqu’à 10 profils sur les réseaux Facebook, Twitter et Linkedin : de quoi publier sur votre page perso, vos pages entreprises, etc.  Ici, la limite de publication est de 500 messages par mois et de 50 créneaux horaires par semaine.

La version « Professional » permet de gérer jusqu’à 25 profils sur les réseaux sociaux.  La limite de publication est poussée à 1.000 reposts par mois et 150 créneaux horaires par semaine.  Vous pouvez également importer vos sources en lots.

Les trois options offrent un suivi statistique de la publication de vos messages.

Conclusion : Elokenz, une application prometteuse et déjà très efficace

La conclusion de ces tests, vous l’aurez compris, est qu’Elokenz constitue une application aussi élégante qu’efficace.

Avec son interface claire et simple d’utilisation, elle pourrait bientôt faire de l’ombre à quelques géants du secteurs qui ressemblent de plus en plus à des usines à gaz…

L’idée de base est géniale, sa mise en application est élégante et facile à prendre en main.

Je ne peux vous recommander qu’une chose : suivre de près ce nouveau venu !

Lien : Elokenz.

Vous avez aimé cet article ?  Inscrivez-vous à ma newsletter et ne ratez plus aucun article ou événément !

Catégories
Chronique BXECO

Grytics : passez les groupes Facebook et Linkedin à la loupe !

Dans ma chronique sur BXECO, je vous parlais ce vendredi de Grytics : un outil particulièrement efficace pour distinguer communautés vivantes et « groupes Zombies ».

Dans ma première chronique pour BXECO, le nouveau magazine économique de BXFM, je vous parlais des groupes Linkedin.  Certains sont de vrais communautés vivantes, qui échangent, qui commentent, qui réinventent leurs pratiques et leurs points de vue.  D’autres groupes, parfois bien plus peuplés, sont de vrais territoires de zombies, des agrégats de morts-vivants qui ne se parlent pas, où l’échange constitue l’exception et où le commentaire brille surtout par son absence…

Pour distinguer ces groupes et vous rendre visibles sur Linkedin ou sur Facebook, je vous ai présenté un outil : Grytics.

Grytics : des statistiques qui déshabillent vos groupes Facebook et Linkedin !

Grytics ne fait qu’une seule chose, mais il la fait vraiment très bien : il analyse les groupes Linkedin et Facebook.  Il ne se contente pas de vous donner le nombre de membres d’un groupe, mais pousse au contraire l’analyse très loin dans les détails et ne vous laisse plus aucun doute sur la nature du groupe analysé : vraie communauté ou territoire de zombies !

Une des spécificités de Grytics : il vous fournit toutes les données sur une présentation Powerpoint à télécharger. Vous pouvez ensuite analyser les données tout à votre aise…

1. Analyse du groupe Facebook ou Linkedin

Grytics procède d’abord à une analyse générale du groupe : date de création, nombre de membres, de commentaires, de posts, etc.

Statistiques générales d’un groupe Linkedin

2. Analyse des posts ou billets publiés dans le groupe

Grytics procède ensuite à l’analyse des « posts » ou « articles » publiés dans le groupe.  Il en fournit le titre, l’URL, mais aussi le nombre d’engagements.  Une bonne façon de voir ce qui fonctionne dans ce groupe, les thèmes qui y sont populaires.  J’ai flouté les contenus pour des raisons évidentes de confidentialité…

Analyse des articles

3. Analyse des 5 derniers posts avec likes et commentaires

Grytics vous donne aussi une analyse des 5 derniers articles publiés dans le groupe ainsi que le nombre de likes et de commentaires qu’ils ont généré.

Articles avec likes et commentaires

4. Graphique de l’activité du groupe

Grytics résume l’activité du groupe Linkedin ou Facebook sous forme de graphique en camembert :

Graphique de l’activité du groupe

Il y résume le nombre de posts, de commentaires et de likes : une façon aisée de se rendre compte du dynamisme réel d’un groupe Facebook ou Linkedin.  Ou de son absence de vie…

5. Le taux d’engagement généré par les posts

Une des mesures les plus intéressantes de Grytics est sans doute la mesure du taux d’engagement généré par les articles publiés dans le groupe.

Taux d’engagement des articles

La vitalité de ce petit groupe Linkedin est vraiment étonnante : plus de 47 % des articles ont reçu un like et plus de 38 % ont été commentés.

6.  Distribution des posts et commentaires par mois, par jour et par heure

Grytics va très loin dans l’analyse de la distribution des articles et des commentaires dans les groupes Facebook et Linkedin puisqu’il vous propose des statistiques par mois, par jour et par heure.  Dans ce tableau, voici la distribution des billets par jour :

 

Distribution des articles par jour

 Manifestement, il vaut mieux publier les mardis et jeudis : c’est non seulement à cette période que le nombre d’articles est le plus élevé, mais aussi, et c’est important pour le taux d’engagement de vos propres articles : c’est là qu’il se récolte le plus grand nombre de commentaires par article.

7. Analyse du taux d’engagement des membres

Grytics analyse aussi le taux d’engagement des membres dans les groupes Linkedin ou Facebook.  Qui sont ceux qui ne participent pas ?  Combien sont ceux qui postent, qui commentent ou qui likent ?

Taux d’engagement des membres du groupe

Dans les médias sociaux, comme dans la vie de tous les jours, les leaders constituent une minorité.  Plus de 65 % des membres n’ont jamais rien publié, liké ou commenté.

En fin de présentation, Grytics liste même les membres les plus actifs sur trois diapositives :

  1. membres les plus engagés (top engaged members)
  2. membres qui postent le plus
  3. membres qui likent le plus

Je n’ai pas reproduit ces diapositives car elles affichent le nom et la photo des membres du groupe : je me voyais mal flouter tout ça et vous présenter des nuages de points insignifiants.

Conclusion : Grytics, un outil statistique fabuleux pour « déshabiller » les groupes Facebook et Linkedin

Après examen de ces diapositives Powerpoint générées par Grytics, il ne fait aucun doute : cette application est un outil unique et très performant pour analyser les groupes, que ce soit sur Facebook ou sur Linkedin.

Or, on sait à quel point pour un réseau social professionnel comme Linkedin, les groupes sont importants.  Ce sont eux qui créent la vraie dynamique du réseau.  C’est en participant à ces groupes que vous vous affirmerez en tant qu’expert dans votre domaine.

Grytics vous donne donc l’opportunité de choisir avec soin les groupes les plus performants.  Dans ma chronique radio sur BXFM, je comparais ce petit groupe Linkedin hyper-dynamique à une sorte de dinosaure de plus de 2470 membres morts-vivants.

Voici à titre d’exemple, les statistiques globales de ce groupe :

Statistiques d’un groupe-zombie

On y trouve 2470 membres (wouaouh !) mais seulement :

  • 79 posts (soit un de plus que dans le petit groupe de 76 membres)
  • 20 likes (pour 70 likes dans le petit groupe)
  • 13 commentaires (pour 99 commentaires dans le petit groupe)

Avec ces données, vous ne devriez plus hésiter et choisir le petit groupe hyper-actif de 76 membres et oublier définitivement le « grand » groupe de zombies qui compte 2470 morts-vivants…

Mais sans Grytics, quel groupe auriez-vous choisi ?  Franchement ?

Vous avez aimé cet article ?  Inscrivez-vous à ma newsletter et ne ratez plus aucun article ou événément !

Catégories
Uncategorized

Spam Linked’in : une viennoiserie indigeste !

Piratage de comptes bancaires et de cartes de crédit, appel à la générosité pour une personne qui n’existe pas.

Ou héritage tombant soudain non pas du ciel, mais d’un parfait inconnu, docteur et businessman nigérian…

Les pirates ont de l’imagination.  Et aucun domaine ne leur échappe.   Les réseaux sociaux non plus.

Je viens d’être la cible d’un piratage Linked’In.

Nous connaissons tous des exemples de détournement de comptes bancaires.  Ou de cartes de crédit.

Les « brouteurs » nigérians ou ivoiriens sont passés maîtres dans l’art de séduire les âmes solitaires en Europe à l’aide de faux profils Facebook ou Meetic.

Ces jours-ci, j’ai expérimenté l’attaque d’un pirate viennois à propos de mon compte Linked’In.  En faisant le tour de mes spams pour voir si Gmail n’y avait pas glissé un message important par erreur.  Une démarche que j’effectue en moyenne une fois par semaine et il n’est pas rare que j’y trouve un message « honnête » malencontreusement classé comme dangereux…

Une attaque sommaire

Etant très présent sur le web et en particulier dans les blogs et les médias sociaux, il est normal que je me retrouve souvent la cible de cyber-attaques.   Il y a quelques mois, c’était un faux message Paypal très bien fait qui apparaissait dans ma boîte mail.   Un mesage de niveau professionnel, difficile à déceler du vrai.

Si ce n’est que Paypal vous appelle systématiquement par votre prénom, et connaît vos données bancaires mieux que vous : il n’a donc pas besoin de vous les demander.

Ici, c’est un nouveau contact Linked’In qui m’invite à faire partie de son réseau.

Manque de chance pour mon pirate, je suis un afficionado de Linked’In avec plusieurs centaines de contacts et des messages quasi-quotidiens.  Et la forme de celui-ci m’a paru tout de suite suspecte.

Il s’agirait d’un rappel car je n’ai pas répondu au contact de Brant Allen il y a 4 jour.

Or, l’adresse expéditeur n’est pas celle de mon compte Linked’In, ni celle de la compagnie elle-même, mais bien 1138209B@ksayerdoula.com, ce qui a peut de choses à voir avec la compagnie américaine…

Je me suis donc intéressé de plus près à ces personnages.

Le lien « Accept » renvoie vers la page d’un ballet d’Arezzo, en Toscane : page non trouvée.   Celui d' »Ignore privately » renvoie vers un tout aussi mystérieux centre d’art dont la page est, elle aussi, introuvable…

Le lien pour se désinscrire de ce type de message est bien plus dangereux et a déjà été signalé comme frauduleux.  A preuve, cette page qui apparaît lorsqu’on clique dessus :

Message d’avertissement : page piratée !

Mon contact potentiel, Brant Allen, est lui aussi intéressant.  En passant mon curseur sur le nom, je m’aperçois que le lien renvoie vers un site « chrisXXXXXXXX.com ».

Il s’agit d’un site de magicien, au nom de scène typiquement britannique.

Je vais donc aller vérifier sur la page Who is ?  qui est le propriétaire de ce mystérieux site Internet, cet étrange Mister XXXXXX qui se fait appeler Brant Allen sur un faux message Linked’In…

Et là, surprise ! Notre Brant Allen alias Chris XXXXXX, s’appelle en réalité Christian XXXXXX, un nom à consonnance allemande que je ne vous donne pas parce que j’ai toujours un doute sur l’identité réelle de « mes » pirates !

Monsieur Christian XXXXXXXX, qui habite à Vienne et est l’heureux propriétaire d’environ 97 sites si j’en crois la page Who is…   Quelques recherches supplémentaires me donnent 157 sites actuellement liés à ce nom et 158 sites archivés.  Ou ce monsieur est un collectionneur fou de sites web ou il existe un nombre incroyable de personnes portant ce même nom en Autriche.  Ou bien quelqu’un a piraté le compte de ce monsieur et l’utilise pour un nombre important d’actions de hacking plus ou moins avouables.

Un compte hacké ?

J’ai envie d’en savoir davantage sur ce personnage pour le moins multiple et je compose donc le numéro de téléphone qui s’affiche sur la page Who is…

C’est une voix d’homme très agréable qui décroche et m’accueille en allemand avec l’accent autrichien.  Il s’agit de Monsieur Christian XXXXXX, dont le nom de scène est bien Chris XXXXXX et qui est magicien.  Et qui tombe des nues lorsque je lui parle des spams envoyés en son nom.   – ou il est le meilleur comédien de l’année, car sa voix est sincère, son émotion semble spontanée.

Il a ce compte chez le même hébergeur depuis dix ans et suspecte que quelqu’un a hacké son compte.  Il est très étonné lorsque je lui parle des centaines de sites associés à son nom…

Ou bien notre pirate est un champion de la (dis)simulation – quoi d’étonnant pour un magicien ?  Ou bien il a été réellement victime, tout comme moi, d’une bande de pirates…

La leçon à en tirer, c’est qu’Internet, tout comme le monde réel, abonde de gens plus ou moins bien intentionnés.  Et que la vigilance – pas la paranoïa – s’impose en la matière comme ailleurs.

Que tout ceci ne vous empêche pas de profiter des avantages de Linked’In, qui reste tout de même le meilleur réseaux social professionnel 😉

Vous avez aimé cet article ?  Inscrivez-vous à ma newsletter et ne ratez plus aucun article ou événément !

Catégories
Recherche d'emploi Stratégie

Offres d’emploi : explorez le marché caché !

De 70 à 80 % des emplois vacants ne seront jamais publiés !

Où sont ces emplois cachés ?  Comment les dénicher ?  Quelle stratégie adopter pour se faire embaucher ?

Oui, vous avez bien lu : entre 70 et 80 % des emplois ne font pas l’objet d’une publication.  Vous ne verrez ni offre dans le journal, ni description sur Internet, ni n’entendrez d’appel à la radio.

Rien.

Cela signifie que seuls 20 à 30 % des emplois s’affichent dans les publications papier ou sur Internet !

Mais où sont les autres emplois ?  Pourquoi n’en parle-t-on pas ?

C’est simple.

Recruter coûte cher.  Embaucher une personne qu’on ne connaît pas présente toujours un risque.  Il suffit d’une personne inadaptée pour mettre en péril la bonne ambiance et donc la productivité d’une équipe.  Et, en conséquence, les entreprises font d’abord appel à des moyens sûrs et peu coûteux d’embaucher du personnel.

Trois grandes filières d’emplois cachés

Il y a trois grandes filières qui permettent aux entreprises d’embaucher à moindre frais (cliquez sur l’image pour l’agrandir).

Les offres d’emploi cachées

1. La mobilité interne

C’est celle à laquelle l’entreprise pensera le plus vite.  Souvent, l’entreprise dispose déjà des compétences dont elle a besoin pour un nouveau poste.

Un assistant-comptable peut devenir comptable, un bon vendeur avec des qualités de leader un chef des ventes, etc.

Si l’entreprise possède plusieurs implantations, il suffira peut-être qu’une personne compétente déménage de Bordeaux vers Paris pour remplir ces fonctions.

L’entreprise épargne les coûts de publicité, de recrutement, etc.  Il s’agit de faire circuler l’information en interne.  Si l’entreprise a une bonne connaissance du portefeuille de compétences de ses employés, elle n’aura même pas besoin de lancer un appel en interne : elle pourra contacter directement la personne la plus compétente…

2. Le recrutement familial

Beaucoup d’entreprises permettent aux enfants de leurs employés d’effectuer un stage ou de prester un job d’été ou d’étudiant au sein de leurs équipes.

C’est un excellent moyen de repérer les jeunes talents et de faire appel à eux lorsque le besoin s’en fait sentir.

Même lorsque l’épouse ou les enfants n’ont jamais mis les pieds dans l’entreprise, le management considèrera toujours de bon augure de faire appel à la famille d’un employé.  Surtout si ce dernier a une bonne réputation…

3. Le débauchage

Il est parfois décrié, considéré comme immoral, etc.  Mais il fonctionne.  Un de vos concurrent a repéré votre meilleur vendeur et lui offre un salaire plus attractif et le dernier modèle de voiture que vous lui refusiez depuis des mois…

Un client a apprécié le service de la jolie blonde qui recevait les hôtes avec un si joli sourire.  Un fournisseur s’est aperçu que votre comptable ne commettait jamais d’erreur dans ses comptes.

Dans certaines grandes entreprises, les services se livrent à une âpre concurrence internet et on n’hésite pas à débaucher le meilleur employé du voisin…

Une double stratégie pour les repérer… et se faire embaucher !

Comment repérer ces emplois ?

Adoptez une double stratégie : mobilisez vos réseaux et mettez en place une veille de l’actualité des entreprises qui vous intéressent.   Ensuite, envoyez des candidatures spontanées.

Vous seriez étonnés du nombre de personnes qui sont recrutées par candidatures spontanées alors que l’entreprise n’a plus publié d’annonce depuis des mois, voire des années…

Mobilisez vos réseaux !

Vous avez une famille, des amis, des voisins, des ex-collègues ou des ex-copains-copines de classe ?

Parlez-leur de vos projets.  Racontez-leur vos envies.  Demandez-leur de vous tenir au courant de ce qui se passe dans leur entreprise.   Votre facteur a peut-être une soeur chef de service dans l’imprimerie où vous voudriez tant être graphiste.  Votre belle-soeur a une cousine qui travaille pour la compagnie aérienne où vous rêvez de bosser depuis tout petit.  Votre meilleur copain de classe est vendeur pour cette boîte d’informatique où vous vous voyez bien programmeur !

Parlez autour de vous !  N’ayez pas peur !  Un réseau comme Linked’In fonctionne sur ce principe : tout le monde connaît quelqu’un qui…

Utilisez les réseaux sociaux, mais n’oubliez pas qu’In Real Life, vous connaissez du monde aussi.  Du monde prêt à vous aider, à vous donner le bon tuyau…

Organisez une veille

Vous êtes intéressé par un secteur en particulier ?  ou par une entreprise ?

Veillez l’actualité dans ce secteur !

  • Lisez la presse, y compris la presse spécialisée.
  • Allez en bibliothèque : consultez les annuaires professionnels
  • Regardez les émissions de télé régionale consacrées aux entreprises.
  • Allez sur Internet.
  • Créez des alertes Google avec des mots-clés liés aux secteurs et aux entreprises qui vous intéressent.
  • Likez les pages Facebook des marques et des entreprises du secteur.
  • Suivez-les entreprises sur Twitter.  Vous connaîtrez ainsi leurs nouveaux projets ou leurs extension.
  • Placez des alertes sur Linked In

Envoyez des candidatures spontanées !

Et puis, lancez-vous !

Mais une fois de plus, connaissez l’entreprise sur le bout des doigts.  Essayez de savoir qui est la personne qui recrute.  Appelez la par son nom et son titre exact.  Dites-lui pourquoi vous postulez chez elle et surtout ce que vous pouvez apporter de si particulier à cette entreprise.

N’ayez pas peur de vendre vos qualités et vos compétences, votre âge, votre expérience et votre enthousiasme !

Ne vous désespérez pas non plus si vous ne recevez pas de réponse dans la semaine.  Parfois, une candidature spontanée porte ses fruits après des mois.  Mais alors, vous avez décroché l’emploi dont vous rêviez, celui qui vous convient à vous et à personne d’autre !

Ca valait le coup, non ?

Vous avez aimé cet article ?  Inscrivez-vous à ma newsletter et ne ratez plus aucun article ou événément !