Catégories
Humour Le travail en Europe Société

Quelle drogue pour quel métier ?

La question peut paraître saugrenue, mais l’Institut national de prévention et d’éducation pour la santé (Inpes) publie un premier rapport sur l’utilisation des drogues dans les différents métiers.  Vous ne goûterez pas aux mêmes paradis artificiels si vous êtes maçon, agriculteur, chanteur ou garçon de café ...

C’est le premier rapport de ce type et il faut reconnaître qu’il est plutôt surprenant !

L’Institut national de prévention et d’éducation pour la santé (Inpes) publie régulièrement un « Baromêtre santé ».  Mais pour la première fois, il s’intéresse à la « consommation de substances psychoactives en milieu professionnel« .

L’alcool – eh oui ! – est la première drogue consommée chez les agriculteurs et les pêcheurs (16,6 % en boivent quotidiennement pour « seulement » 7 % des autres actifs de 16 à 64 ans).

Je ne suis pas vraiment étonné par ces chiffres.  Mais quel est donc le lien entre le travail dans le secteur de la construction et la consommation élevée de cannabis ?  13 % de maçons, couvreurs et autres plafonneurs ont donc besoin de plâner entre deux coups de truelles ou de grimper au faux-plafonds ?  Tandis qu’ils sont 16 % dans le spectacle à fumer un pétard avant de monter sur les planches…

Les maçons se montrent aussi amateurs de cocaine et de champignons hallucinogènes, tandis qu’informaticiens, restaurateurs et artistes s’éclatent avec les poppers, l’ecstasy et autres champignons…

Les enseignants, les travailleurs sociaux, les aides-ménagères et les fonctionnaires seraient finalement les travailleurs les moins tentés par les transes artificielles.

Ah bon ?

Catégories
Chomage CV

Vous n’avez pas de diplôme ? Mais du savoir-faire ? Faites valider vos compétences !

Vous n’avez pas terminé vos études ?  Ou vous avez appris le carrelage sur le tas ?  Vous avez pratiqué la coiffure en noir ?

Mais vous n’avez pas de diplôme ?

Comment mettre tout ça sur un CV ?  Comment faire reconnaître ces compétences que vous avez apprise ailleurs qu’à l’école ?

Une bonne nouvelle : la validation des compétences !


En Belgique, depuis quelques années, il est possible de faire reconnaître des compétences que vous avez acquises autrement qu’à l’école.  Ou que vous n’avez pas eu l’occasion de faire vérifier par un examen ou un diplôme.  Pour la France, vous trouverez plus d’infos ici.

Pour quels métiers ?

Pratiquement, il existe un nombre croissant de métiers pour lesquels vous pouvez obtenir une reconnaissance officielle :

  • mécanicien automobile
  • employé des services commerciaux
  • aide-comptable
  • carreleur, coffreur, maçon, peintre en bâtiment
  • peintre industriel
  • électricien
  • technicien de scène de théâtre,
  • etc.

Vous trouverez la liste des métiers – mise à jour régulièrement – ici.

Comment ça se passe ?

C’est très simple : vous identifiez sur le site le métier qui correspond au vôtre.

Vous prenez contact avec un centre agréé – dont vous trouverez la liste sur cette page web.

Le responsable du stage vous fait remplir un formulaire, vous inscrit.  Lorsque la date de l’épreuve est fixée, vous vous rendez au centre et vous montrez ce que vous savez faire.  Par exemple, pour un maçon, on vous demande de monter un mur.  Pour un électricien, on vous fera faire un montage électrique.  Pas de théorie ou de blabla, ici : que de la pratique, du vrai, du concret !

Un jury, composé de professionnels et de formateurs du secteur, décide si vous avez réussi ou non.

Si vous avez réussi, on vous délivre un Titre de compétence : un document officiel qui confirme que vous maîtrisez votre métier.

Combien ça coûte ?

Rien !   Nada !   Shnoll !    C’est entièrement gratuit ! C’est pris en charge par le gouvernement.

Qu’est-ce que ça vaut ?

Un Titre de compétence n’est pas un diplôme, mais un document officiel qui certifie que vous êtes capable d’exercer un métier.

C’est ce qui intéresse vraiment une entreprise : savoir si, au moment où elle vous engage, vous êtes capable ou non de pratiquer ce qu’on vous demande.  En un mot, si vous êtes rentable !

Et le Titre de compétence est un titre officiel reconnu par la Région wallonne, la Communauté française et la Région de Bruxelles-Capitale.  Il est aussi reconnu par le Forem,  Bruxelles Formation, l’Enseignement de Promotion Sociale, l’IFAPME et le SFPME.

La validation des compétences vous fait gagner du temps : vous n’avez pas besoin de (re-)suivre une formation pour avoir un diplôme – vous passez directement l’épreuve et vous savez tout de suite si vous avez réussi ou non.

C’est confidentiel : l’inscription et les résultats vous sont communiqués  à vous et à personne d’autre.  Si vous réussissez ou si vous ratez, personne n’en saura rien, sauf si vous avez envie de fêter ça avec vos amis ou votre famille, bien entendu !

C’est tout le mal que je vous souhaite !