Catégories
Logiciels Mind Mapping Outils XMind

Différentes structures dans une carte XMind : exemple d’un participant à ma formation

Peut-on utiliser plusieurs strutures dans la même mindmap avec XMind ?

Et si oui, comment ça marche ?  Cela ne risque-t-il pas de rendre l’information illisible ?

Le logiciel de mindmapping XMind permet d’utiliser plusieurs types de structures : mindmap ou carte heuristique, bien entendu.  Mais aussi matrice comme dans le cas des analyses SWOT ou du calendrier dans le cadre de la gestion de projet.  Ou bien encore l’organigramme comme dans le cas de la structuration d’un site web.   Ou bien encore l’ishikawa ou arrête de poisson, comme dans la ligne du temps utilisée lors des ateliers Apprendre A Apprendre.

La commande est très simple : pour changer la structure de votre mindmap, allez au menu « Propriétés » et sélectionnez la structure désirée.  XMind vous transforme immédiatement votre carte heuristique en matrice, en arbre logique, en organigramme ou en matrice, selon vos besoins.  Ici, nous avons sélectionné l’organigramme vers le bas.

Menu Propriétés, structure Organigramme Bas

Rien de plus simple !

Une mindmap aux structures multiples

Mais, parfois, il est intéressant de varier les structures au sein de la même carte heuristique.   Pour montrer la composition d’une équipe, pour classer des informations sous forme de tableau, etc.

Nicolas, un participant d’une de nos formations Mindmapping pour Formateurs a réalisé une carte utilisant plusieurs structures.

Infirmier de formation, il est à présent formateur et donne des cours à de futur(e) aides-soignant(e)s.  Il a réalisé une carte sur la « perte d’autonomie chez la personne âgée« . (Cliquez sur la carte pour l’agrandir).

Perte d’autonomie chez la personne âgée

Une utilisation judicieuse des différentes structures

Le danger d’utiliser différents types de structures au sein d’une même carte est évidemment celui de noyer l’information sous un flot d’enrichissements graphiques inutiles.  On peut très vite obtenir un « effet sapin de Noël » très joli à regarder mais qui brouille définitivement le message de l’auteur…

C’est un piège que Nicolas a su éviter en utilisant judicieusement les différentes structures au sein de sa carte mentale.

Un tableau ou matrice pour résumer une opposition entre deux concepts

Dans la première branche, il a utilisé un tableau ou matrice pour illustrer une distinction entre les deux grandes formes de perte d’autonomie: ce qui fait sens  :

Structure en tableau de XMind

Une mindmap pour lister des syndromes

Dans la branche suivante, il a utilisé la structure de la mindmap, sans modifications, pour lister les syndromes cliniques : une organisation en arborescence classique dans une carte heuristique.

Les cartes mentales ou mindmaps sont effectivement des outils idéaux quand il s’agit d’établir des listes.

Sujets organisés en forme de branches

 

L’organigramme pour illustrer une hiérarchisation de catégories

La branche suivante est une typologie  du « dumping syndrome » qui utilise l’organigramme bas.  Ce dernier exprime une évolution de la perte d’autonomie.

L’organigramme est une structure particulièrement pertinente pour illustrer une hiérarchisation de concepts en différentes catégories, pour montrer une origine ou une une progression.

Organigramme bas

Des bulles de BD pour illustrer les citations

La structure suivante est de nouveau une structure classique du mindmapping.  Mais cette fois, Nicolas a utilisé la bulle, façon BD, pour montrer que ces expressions sont celles de l’entourage de ces patients.

Cela rend la carte et les expressions plus vivantes, plus « naturelles ».

Des bulles de BD

Un arbre gauche pour illustrer une progression

Et enfin, la dernière branche, fait appel à un arbre gauche pour évoquer le syndrôme du glissement et donc, ici encore, l’idée d’une progression.

Arbre gauche

L’utilisation de couleurs pas trop agressives contribue à la lisibilité et ne transforme pas la carte en un objet confus.

L’intégration des différentes structures au sein d’une même carte mentale peut donc contribuer à un surcroît d’information à condition d’effectuer des choix judicieux.  Il faut que cela fasse sens, que cela apporte une information graphique supplementaire.  Ou mieux : que l’information graphique soutienne l’information textuelle.

Pour intégrer différentes structures au sein d’une même carte.  Sélectionnez le sujet que vous voulez modifier.  Cliquez sur le menu Propriétés.  Cliquez sur Structure, choisissez celle qui vous convient et XMind transforme votre branche en la structure voulue.  La transformation ne s’appliquera qu’à sujet choisi et à tous les sujets dépendants.

Les images des parties de cartes ont été réalisée avec la fonction « mapshot » de XMind : une fonction qui permet de prendre un cliqué d’une partie de carte sans sortir du logiciel.  Les clichés sont instantanément transformés en images de format PNG et sauvegardées dans un répertoire spécifique de votre choix.  Nous reviendrons sur cette fonction dans un prochain article 😉

Vous pouvez télécharger gratuitement XMind et vous essayez vous aussi au mindmapping !

Vous avez aimé cet article ?  Inscrivez-vous à ma newsletter et ne ratez plus aucun article ou événément !

Catégories
Logiciels Mind Mapping Outils Pensée positive Test Uncategorized

Framindmap : du proto-mindmapping libre et accessible à tous

Framasoft propose du « mindmapping » en ligne et ouvert à tous, selon la philosophie open source du site.

Si le principe est prometteur, l’application elle-même l’est nettement moins.

A ce stade, on peut à peine parler de proto-mindmapping.

Framasoft est connu de nombreux internautes francophones comme LE site où trouver des applications et des logiciels libres, gratuits et de qualité.

Le portail offre aussi souvent de la documentation d’un bon niveau.

Nous nous attendions donc à ce que la nouvelle application en ligne qu’il propose soit de qualité.

Hélas, il nous faut déchanter.

Une application rudimentaire

Dans sa page de description de Framindmap, Framasoft nous dit que « l’interface est franchement fluide et intuitive » : c’est tout à fait vrai.

Mais une note de bas de page ajoute : « Mais plutôt rudimentaire si on le compare à un traditionnel logiciel de mind mapping en dur sur votre ordinateur comme Freeplane. »

C’est – malheureusement – encore plus vrai !  Pas de comparaison possible entre Freeplane, logiciel gratuit mais présentant de nombreuses fonctions de très haut niveau et cette application extrêmement basique proposée par Framasoft.

Mais, conclut, l’auteur de cette page : « Nous savons où aller pour de futures améliorations 🙂 ».  Connaissant la qualité du site, nous n’avons pas trop de doute que l’application évoluera dans un futur relativement proche.

Mais pour l’instant, « peut mieux faire ».

Une interface intuitive

L’interface de Framindmap est très intuitive.  Sur le fond blanc quadrillé de l’application, le sujet central est repérable immédiatement, le tout est très lisible.  Le « contrôleur » à droite de l’écran permet de changer la taille et la couleur de la police, la couleur des branches, etc. (Cliquez sur l’image pour l’agrandir).

L’écran de Framindmap avec ses menus interactifs

Des bulles d’informations – refermables d’un simple clic – vous donnent aussi des indications sur les outils et la façon de les utiliser.

La création des nouvelles branches est extrêmement intuitive : elle rappelle celle du logiciel de Tony Buzan, iMindmap.  Un point rouge apparaît à la fin de chaque branche et il faut le sélectionner en cliquant-maintenant pour ajouter une branche, la redimensionner et/ou la déplacer.

C’est effectivement très intuitif.

Création d’une branche

Avec le contrôleur, c’est très facile de changer les attributs des polices et des branches.   Le navigateur, à droite de l’écran, permet de repérer à tout moment où l’on se trouve dans la carte.

Par contre, nous déplorons l’absence totale d’images ou même de marqueurs, qui font partie de la définition même du mindmapping…

De même que l’absence de toute autre façon de visualiser les liens secondaires entre les concepts, comme les flèches, les accolades ou encore les limites – appelées « nuages » dans certains logiciels.

Tout un arsenal qui permet de compléter et de préciser l’information manque donc à l’appel.

Voici le résultat final de notre essai (Cliquez sur l’image pour l’agrandir).

Mindmap finale

Les branches sont élégantes, les couleurs sont bien visibles et concourrent à distinguer les concepts les uns des autres.

Mais l’absence totale d’éléments graphiques et de visualisation des liens secondaires entre les concepts nous font dire qu’il ne s’agit pas de mindmapping, mais plutôt, pour reprendre l’expression de Tony Buzan, de « proto-mindmapping ».

Dans sa page d’accueil de l’application, Framasoft précise tout ce que l’on peut faire avec le mindmapping (Cliquez sur l’image pour l’agrandir).

Ecran d’accueil de Framindmap

C’est clair que l’utilisation en ligne sans installation, ni incription est un concept séduisant.  Le logiciel est gratuit et accessible à tous, inutile d’insister sur cet aspect.  Nous n’avons aucun doute sur l’éthique de Framasoft et nous les croyons volontiers lorsqu’ils affirment ne conserver aucune donnée.  Ce que nous ne dirions pas de tous les logiciels en ligne…

Par contre, pour un brainstorming, je n’hésiterais pas une seconde et j’utiliserais le module Brainstorming de XMind.  Pour concevoir une leçon, je lui préférerai sans peine iMindmap, ses branches fluides et réellement organiques, ses images colorées et ses innombrables enrichissements graphiques.  Pour présenter un projet, j’utiliserais le Presenter de Novamind, qui reste pour moi le sommet de la présentation mindmapping.  Et si vous voulez travaillez gratuitement, préférez de loin Freeplane, avec ses fonctions nombreuses et de haute qualité !

Pour l’instant, Framindmap reste une curiosité, un projet appelé à se développer pour devenir une véritable application utilisable dans un contexte professionnel.  Et connaissant les animateurs de Framasoft, nous ne doutons pas un instant qu’ils savent quels chemins prendre pour y parvenir.

Vous avez aimé cet article ?  Inscrivez-vous à ma newsletter et ne ratez plus aucun article ou événément !

50.9686775.824968
Catégories
Ateliers concept map formation Logiciels Mind Mapping Modèles Outils XMind

Mindmapping pour formateurs : concevoir un projet de A à Z avec XMind

Comment concevoir un projet ?  Quels outils mettre en place pour le suivi et l’évaluation d’un projet ?

Comment rassembler d’un seul coup d’oeil toute l’information sur l’évolution d’un projet en cours ?

Le mindmapping et XMind vous offrent les moyens de construire vous-même ces outils.

Dans le monde de la formation, comme ailleurs, les acteurs travaillent de plus en plus par projets.  Et souvent, des projets qui incluent une bonne dose de partenariat, avec des moyens limités et des publics-cibles très diversifiés.

Les projets de formation, comme tout projet, sont donc des systèmes complexes.

Les outils visuels – et le mindmapping en particulier – sont très efficaces pour organiser ce type d’information. Les logiciels de mindmapping, avec leurs fonctions d’intégration, leur plasticité et leur faculté d’agir à différents niveaux à la fois, vont encore plus loin dans la maîtrise de l’information complexe.  XMind, avec ses qualités graphiques exceptionnelles, ses classeurs multicartes, ses possibilités de partage en ligne et son excellent rapport qualité-prix nous paraissait le meilleur outil pour ce type de formation.  En outre, c’est un logiciel très intuitif, accessible même aux personnes qui ne se sentent pas très à l’aise avec l’outil informatique.

C’est à partir de ces constats que nous avons mis au point la Formation Mindmapping pour Formateurs en collaboration avec le Loft Coworking Brussels.

De la conception au suivi avec un tableau de bord…

Cette formation est accessible à des personnes n’ayant aucune notion de mindmapping et d’XMind.   Le premier jour, nous allons découvrir ensemble les bases du mindmapping tout en construisant le tableau de bord du projet de formation. (Cliquez sur l’image pour l’agrandir).

Tableau de bord du projet de formation

Vous apprendrez donc à construire votre carte, à l’habiller de couleurs et d’images qui sont d’autres dimensions de l’information.  Vous apprendrez à y intégrer des éléments internes – comme les notes – ou externes, comme des fichiers Word, Excel, PDF, des sites web, des adresses email, de la vidéo, etc.

Vous apprendrez aussi comment partager votre carte via Internet et collaborer à distance avec vos employés, vos collègues, vos partenaires, etc.

Et des outils correspondant à chaque étape !

Le deuxième jour, vous approfondirez votre connaissance des commandes avancées d’XMind et vous mettrez en place les outils correspondant à chaque étape ou dimension du projet

Chaque branche de la mindmap correspond à une étape ou une dimension du projet. Et chacune comprend un hyperlien – visible sous la forme de la lettre C noire sur fond vert – qui renvoie vers un outil visuel secondaire correspondant à cette étape.

Par exemple, la branche Calendrier renvoie vers le calendrier de la formation, visible sous la forme d’une mindmap ou d’une matrice, comme dans l’exemple ci-dessous (cliquez sur l’image pour l’agrandir).

Calendrier sous forme de Matrice

La formation comprend aussi la réalisation d’autres outils visuels tels le diagramme de Gantt pour visualiser la répartition et l’avancement des tâches au sein du projet.  Ou encore une carte conceptuelle qui explique les procédures appliquées pour contrôler le budget du projet et le respect de ses objectifs initiaux.

Nous vous offrons aussi de l’e-coaching :

entre les deux jours de formation et pendant un mois après celle-ci vous aurez accès gratuit à notre plateforme d’e-learning Moodle.  Vous pourrez poser des questions au formateur, réaliser de nouveaux exercices, échanger avec les autres participants, etc.

A la fin de cette formation, vous serez donc capable :

  • de concevoir un projet de A à Z
  • de créer le tableau de bord permettant de piloter l’ensemble des étapes de ce projet
  • de mettre en place les outils de suivi et de contrôle de chaque étape
  • d’utiliser le mindmapping et XMind pour créer vos propres outils pédagogiques

Infos pratiques :

Formation Mindmapping pour Formateurs

Le prix de la formation est de 300 euros HTVA pour les deux jours de formation, lunch compris.  Early bird : inscrivez-vous avant le 10 novembre et bénéficiez de 50 euros de réduction, soit 250 euros au lieu de 300 !

Loft Coworking Brussels, Square Emile des Grées du Loû, à 1190, Forest, les lundi 19 novembre et mardi 4 décembre de 9h30 à 16h30.

Inscriptions :

Sur la page Fikket du Loft Coworking – Formation Mindmapping pour Formateurs

Téléchargez ici la version gratuite d’XMind pour démarrer tout de suite !

Vous avez aimé cet article ?  Inscrivez-vous à

Catégories
Entretien d'embauche Entretien embauche Logiciels Mind Mapping Novamind Outils Recherche d'emploi

Une mindmap pour votre entretien d’embauche

Comment structurer son entretien d’embauche ?  Peut-on emporter un aide-mémoire ?

Quelques éléments de réponse avec une mindmap.

Souvent, on ne sait pas comment préparer son entretien d’embauche.  On ne sait pas très bien par quoi commencer.  On a peur de ne plus savoir quoi dire.

Je vous ai déjà dit dans d’autres articles de bien connaître l’entreprise avant d’envoyer votre CV, sous forme de mindmap ou sous forme plus classique.  Mais par contre, je vous conseille fortement de structurer votre CV en partant d’une mindmap qui vous aidera à rester cohérent et à ne rien oublier !

Je vous conseille de faire de même pour votre entretien d’embauche.  Celui-ci est l’aboutissement d’un processus qui fait que vous vous connaissez bien, que vous connaissez l’entreprise et que votre projet est clair.

Reste à structurer tout ça sous forme synthétique : une mindmap ! (cliquez sur l’image pour l’agrandir).

Une mindmap pour vos entretiens d’embauche

Un entretien non-linéaire

Une mindmap vous offre quelques avantages considérables sur les notes linéaires :

  1. Vous disposez d’une synthèse de l’information sur une seule page aisément consultable
  2. Un entretien d’embauche est généralement non linéaire et la structure mindmap est donc plus adaptée à ce type de prestation qu’une prise de notes classique

Je ne vais pas m’étendre sur le premier point : il suffit de regarder une mindmap pour se rendre compte que toute l’info se trouve résumée sur la page.  Vous pouvez appréhender l’ensemble d’un coup d’oeil et entrer dans le niveau de détail que vous souhaitez.

L’entretien d’embauche n’est pas linéaire : souvent, il commence par une question du genre « parlez-moi de vous« .  Et puis ensuite, il part dans tous les sens : ou du moins, c’est l’impression qu’il donne.   En réalité, le recruteur peut revenir plusieurs fois sur le même point, poser la même question différemment, etc.  Il recoupe l’info comme le ferait un bon journaliste.  Il vérifie que vous êtes cohérent… et que vous ne mentez pas !

Votre mindmap

Il ne s’agit pas de raconter toute votre vie : il faut offrir au recruteur une information aussi courte et pertinente que possible.  Le recruteur n’a pas de temps à perdre : montrez-lui que vous savez aller droit au but et anticiper ce qu’on attend de vous !

J’ai donc préparé une mindmap très synthétique.  Faites pareil : un mot-clé par information.  Cela ne doit vous servir que d’aide-mémoire.  Vous ne devez pas lire.  Faites attention de ne pas perdre le contact visuel : regardez le plus possible votre interlocuteur dans les yeux !

Si le recruteur commence en posant la question : « parlez-moi de vous » !  Jackpot !

Pourquoi ?  Cela vous donne immédiatement l’opportunité de répondre à la question à 50 millions d’euros : qu’est-ce que je peux apporter à votre entreprise.

Lorsqu’on les invite à parler d’eux-mêmes la plupart des candidat répondra : j’ai étudié à truc, j’ai travaillé chez machin…

Fort bien.   Mais ce que le recruteur veut savoir, c’est ce que l’entreprise va gagner en vous embauchant VOUS !   Autant le lui dire tout de suite.

Commencez-donc par ce qui vous motive à travailler pour l’entreprise.  Et ce que vous, Jean Dupont, vous pouvez apporter d’unique à cette entreprise.

Cela vous donnera aussi l’opportunité de mettre l’accent sur vos compétences.  Compétences que vous justifierez par votre expérience et votre formation.  Vous pouvez alors parler de vos qualifications, etc.

N’oubliez pas non plus d’autres informations qui peuvent être pertinentes pour l’entreprise : on demande quelqu’un qui ait le sens du leadership et vous avez été ou vous êtes encore capitaine de l’équipe de volleyball de Triffouillis-les-Oies !  Pour être un bon capitaine, vous devez être un bon leader.

Vous avez voyagé, organisé une expo, créé un club de vol à voile, vous avez gagné un jeu télévisé ou vous avez participé au marathon de New York ?  Tout ce qui peut donner un éclairage positif sur vous peut être abordé.

Attention aux pièges

Disposer d’une mindmap ne doit pas vous dispenser de certaines règles de base :

  • répétez votre entretien, de préférence avec une personne critique et bienveillante
  • restez synthétique
  • ne mentez pas !
  • ne parlez pas comme une mitraillette dans l’espoir de marquer des points : entretien est synonyme de conversation.  Respirez et laisser un espace d’expression à votre interlocuteur
  • n’en faites pas des tonnes : si votre recruteur connaît le mindmapping, cela vous fait un point commun, c’est toujours bon !  Mais s’il ne connaît pas, évitez de pontifier et de poser au spécialiste qui écrase le pauve ignare d’en face.   Rien de tel pour plomber votre prestation !
  • Gardez au maximum le contact visuel : la mindmap avec ses mots-clés vous donne l’avantage de poser le regard très brièvement sur la feuille.  Contrairement aux notes linéaires qui vous obligent à lire plus longtemps.  Ne négligez pas ce point.  Regarder l’interlocuteur dans les yeux témoigne d’une certaine assurance et surtout, vous permet de vérifier comment il réagit à ce que vous dites.  S’il a l’air d’accord, continuez dans cette voie.  Sinon, changez de sujet ou de ton.

A vous de jouer !  Créez votre propre mindmap en suivant ces conseils et bonne chance !

J’ai créé cette carte avec Novamind, un logiciel de mindmapping aussi intuitif que performant.  Vous pouvez vous aussi télécharger et essayer gratuitement Novamind !

Besoin d’un conseil ou d’une aide dans votre recherche d’emploi ?  Consultez notre page Coaching emploi.

Vous avez aimé cet article ?  Inscrivez-vous à ma newsletter et ne ratez plus aucun article ou événément !

Catégories
Logiciels Mind Mapping Outils XMind

Mindmapping : l’importance de la connectivité

Pourquoi utiliser des mots-clés en mindmapping ?  Pourquoi pas des phrases entières ?

Parmi les principes de base du mindmapping, la connectivité occupe une position centrale.

Petit rappel avec trois mindmaps.

Le mindmapping est une méthode d’organisation des idées.  Et l’un des principes fondamentaux de cette méthode, est la connectivité.

C’est-à-dire la possibilité de connecter entre eux un maximum de concepts.  Et d’illustrer ensuite leurs relations les uns aux autres, par leur position sur la branche et dans l’espace de la feuille.

Hier, pendant une formation de formateurs, une participante m’a posé la question : « pourquoi scindez-vous l’expression « bilan de compétences » ?  Pour moi, c’est une expression cohérente.   C’est quelque chose de bien défini« .

C’est vrai qu’il y a des expressions toutes faites qu’il ne nous viendrait pas à l’idée de scinder, parce qu’elle forment un tout cohérent.  Mais dans un cas comme celui-ci, ça se discute pour le moins.

Le mot-clé, base de la connexion

Voici une illustration (cliquez sur la carte pour l’agrandir)

Un mot-clé pour un maximum de connectivité

Sur cet exemple, la différence saute aux yeux : dans le premier cas, la connectivité est fermée, difficile de connecter un nouveau terme à cette expression.

Dans le second, la connectivité est ouverte et donne plus de possibilité de créativité, d’exploration des types de bilan à notre disposition.

Les paragraphes

Une chose qui énerve par-dessus tout les mindmappeurs confirmés, ce sont ces mindmaps si courantes sur Internet ou des paragraphes entiers sont insérés dans un sujet, quand ce n’est pas le contenu d’une page A4 !

En procédant de cette manière, les auteurs de ces cartes s’interdisent toute connectivité.  C’est-à-dire qu’on est dans la négation même des principes les plus élémentaires du mindmapping !

Exemple (cliquez sur l’image pour l’agrandir).

Comment connecter une nouvelle idée ici ?

De plus, une carte composée exclusivement de sujets-paragraphes devient rapidement illisible.  Le surcroît d’information que la connectivité apporte au message est complètement parasité, annulé par cet excès de texte.

Une démarche intellectuelle profonde

Mais il y a pire.  Car, le principe de connectivité du mindmapping est basé sur le mot-clé.  Ce n’est pas anodin.  Outre le fait que le mot-clé ouvre au maximum la connectivité entre les concepts, il oblige à une démarche intellectuelle profonde : la synthétisation.  Vous devez être très synthétique pour ramener une pensée ou un concept à un seul mot-clé.

Et pour pouvoir ramener cette pensée à un seul mot-clé, il y  a un impératif incontournable : vous devez comprendre cette pensée !

Autrement dit, cette démarche de syntétisation représente un effort intellectuel : celui de retrouver l’élément le plus petit, le plus fondamental de la pensée.  Le mot-clé est l’atome de la pensée : c’est-à-dire quelque chose que vous ne pouvez plus réduire, plus couper (a-tome).

C’est la brique Lego de votre pensée : chaque brique reliée aux autres formera un ensemble complexe.  Mais en mindmapping, on vous demande de revenir à la brique pour pouvoir l’insérer dans un système de relations avec les autres.

Offrez-vous donc un luxe rare : celui de penser visuellement !

Et si vraiment vous devez insérer du texte long dans votre carte, comme le passage d’un livre ou d’un discours, utilisez la note, que vous pourrez insérer dans un sujet.  Vous aurez de cette façon l’intégralité du texte sans pour autant diminuer la lisibilité et l’impact visuel de votre carte.  (Cliquez sur l’image pour l’agrandir).

Utilisez une note pour ne pas alourdir votre mindmap !

Bon travail !

Vous pouvez vous former au mindmapping avec nous : consultez notre Page Agenda pour savoir ou se tiendra notre prochaine formation.  N’hésitez pas non plus à utiliser notre page Contacts pour nous demander des informations ou pour organiser une formation pour votre entreprise, votre école ou votre association !

Cliquez ici pour télécharger gratuitement XMind !

Vous avez aimé cet article ?  Inscrivez-vous à notre newsletter et ne ratez plus aucun article ou événément !

Catégories
Critique livre Logiciels Mind Mapping Modèles Outils Pédagogie

Transformez vraiment vos idées en projets avec le livre de Franck Maintenay

Franck Maintenay signe un livre remarquable non seulement sur Freeplane, dont il est l’expert francophone.

Mais aussi sur le mindmapping et sur la gestion de projet à l’aide de la pensée visuelle.

Je viens de terminer la lecture de « Mind Mapping, transformez vos idées en projet avec Freeplane » de Franck Maintenay, l’animateur du blog Freemind par l’exemple.  Disons-le d’emblée : c’est un des meilleurs livres que j’aie jamais lus sur le sujet !

Voici pourquoi

L’écriture :

elle est fluide, intelligente, jamais jargonneuse.  L’auteur fait confiance à son lecteur : sans jamais être pédant ou ennuyeux, il est à la hauteur de ses attentes.  Le vocabulaire spécifique au mindmapping et au logiciel n’est pas absent, mais bien expliqué.

La progression pédagogique :

un livre qui commence par des notions trop complexes peut rebuter, voire décourager le lecteur.  A l’inverse, un livre qui ne présenterait que des choses faciles ne serait d’aucun intérêt.  J’ai abandonné certains livres de langue parce qu’ils présentaient l’un ou l’autre de ces défauts.  Le livre de Franck Maintenay part de notions très simples et aboutit, dans les derniers chapitres, à des commandes avancées pour la réalisation d’un projet complexe.  L’idée d’un projet qui se développe en même temps que les commandes sert de fil rouge à l ‘ensemble du livre.  Ce projet fait sens et constitue un véritable objectif, non un simple prétexte pour une progression pédagogique factice.

La cohérence :

certains auteurs vous donnent de beaux principes et puis les abandonnent dès la page suivantes.  Je me souviens d’un formateur qui expliquait sur une carte filaire sans couleurs ni images l’importance des images, des couleurs et des branches organiques dans une mindmap.  Le tout sans la moindre trace d’ironie.

J’ai cru que Franck Maintenay  nous faisait le même coup avec son brainstorming au début du livre : de longues phrases dont les mots s’enfilaient comme autant de perles sur un collier.  En fait, il s’agissait d’une façon de démontrer l’importance des mots-clés et la façon de synthétiser de longues phrases à l’aide de commandes simples.

La cohérence bis :

l’auteur fait ce qu’il dit et dit ce qu’il fait.   J’ai beaucoup aimé le résumé des principes du mindmapping au début du livre et les rappels constant tout au long de l’ouvrage.   Non seulement, ils sont rappelés, mais ils sont mis en oeuvre et expliqués de manière très concrète.

Un exemple : les nuages. Page 59 et 60, l’auteur montre deux cartes en demandant au lecteur où se trouve l’information importante.  A moins d’être un demeuré mental profond, la réponse saute aux yeux dans la première, mais bien malin qui trouvera la seconde.  Une façon très simple, très pratique – en un mot pédagogique – d’illustrer le problème de l’utilisation abusive des nuages qui gâche tant de mindmaps sur Internet et ailleurs…

Un seul regret :

mais qui incombe à l’éditeur.  L’absence de couleurs.  Comme souvent dans l’édition française, l’ouvrage est en noir et blanc ce qui nous prive d’un élément essentiel du mindmapping.  Les éditeurs sortiront leurs arguments habituels : cela coûte trop cher.  J’attends toujours qu’on m’explique pourquoi les éditeurs anglosaxons y parviennent et publient de magnifiques mindmaps en couleurs à toutes les pages – voir le livre de Tony Buzan Mind Maps for business.  On nous rétorquera sans doute que les anglosaxons ont de plus gros tirages.  Pourquoi ont-ils de gros tirages ?  Produisent-ils des livres de qualité parce qu’ils ont de gros tirage ? Ou ont-il de gros tirages parce qu’ils produisent des livres de qualité ?

J’ai bien aimé aussi le format carré du livre qui permet des illustrations lisibles et de bonne qualité, nonobstant le noir et blanc.  Le chapitrage est clair et cohérent : chacun correspond à un groupe de commandes de même niveau et à une phase du projet.  La mise en page est aérée et permet une lecture confortable tant du texte que des images.  Important lorsqu’on traite d’une méthode visuelle.

J’ai apprécié aussi les dernières pages sur la comparaison entre logiciels de mindmapping et leur portabilité.  Qui est compatible avec Freeplane et dans quelle mesure ?  Voilà qui devrait inciter les producteurs de logiciels à plus de possibilités d’échanges entre leurs produits.  L’index en fin d’ouvrage est aussi très clair et lisible.

Enfin, j’ai bien aimé la possibilité de télécharger certains modèles de cartes abordés dans le livre.

En résumé :

un ouvrage indispensable non seulement pour les adeptes de Freeplane mais aussi pour tous les amateurs de mindmapping.  Le rappel des principes de cette discipline, la progression pédagogique et le projet utilisé comme fil rouge sont transposables dans d’autres logiciels.  Un livre qui m’a fait réellement découvrir un logiciel gratuit que je connaissais mal et dont je sous-estimais le potentiel.

Franck Maintenay, Mind Mapping : transformez vos idées en projet avec Freeplane, Paris, Editions Eni, 2012, 236 p.

Vous avez aimé cet article ?  Inscrivez-vous à ma newsletter et ne ratez plus aucun article ou événément !

Catégories
Uncategorized

Ik heb zin in : un modèle gratuit de mindmap en néerlandais

J’ai envie de : en français la préposition ne change pas.  Par contre, en néerlandais, elle change selon que vous ayez envie d’une chose ou d’entreprendre une action.

Petit rappel de la règle en image.

J’ai envie d’un sandwich au fromage.  J’ai envie de partir en vacances.

En français il n’y a guère de différence entre les deux phrases.  Il n’en va pas de même en néerlandais.

Ik heb zin in een broodje kaas : j’ai envie d’un sandwich au fromage.

Ik heb zin om naar vakantie te gaan : j’ai envie d’aller en vacances.

Dans le premier cas, on utilise la préposition « in ».  Dans le second, « om te ».

Illustration avec cette mindmap – ou carte mentale – réalisée avec le logiciel XMind. (Cliquez sur l’image pour télécharger gratuitement cette mindmap depuis le site de Biggerplate).

J’ai envie de…

Télécharger gratuitement XMind depuis le site et dessinez vous aussi vos propres mindmaps !

Vous avez aimé cet article ?  Inscrivez-vous à

Catégories
Coaching Entreprise Logiciels Mind Mapping Outils XMind

Mindmapping et entreprise : le coaching de collaborateurs

Comment assurer le coaching des collaborateurs ?  Comment revoir avec eux leur travail ?

Le coaching des performances offre une réponse élégante à ce type d’échange.

Avec le mindmapping, cela devient encore plus vivant, car il permet de visualiser la pensée de chacun.

Ainsi que les priorités sur lesquelles on s’engage.  Exemple en images.

Ce n’est pas évident de superviser ses collaborateurs.  Pourtant, si on veut augmenter le niveau de performance de chacun et maintenir une communication saine et efficace au sein de l’entreprise, un échange régulier est nécessaire.

J’aborderai cette question lors de ma conférence de Bruxelles mardi prochain : Mindmapping pour l’entreprise, au Loft Coworking Brussels, le 25 septembre à 19 heures.

Pour le canevas de cet outil, je me suis inspiré d’un exemple du livre de Tony Buzan, Mind Maps for Business.

Une carte mentale pour le collaborateur

Avant l’entretien, chacun établit une mindmap avec trois branches : feu vert, feu rouge et feu orange.

Tout le monde aura compris que les éléments repris sous le feu vert, sont très positifs, ceux sous le feu orange demandent de l’attention et ceux sous feu rouge sont les points faibles du collaborateur, qui demandent un changement radical…

Voici un exemple d’employé récemment engagé dans l’entreprise : Pierre.  (Cliquez sur l’image pour l’agrandir).

Carte de Pierre

Pierre se rend compte qu’il doit poser davantage de questions pour s’intégrer dans l’entreprise et mieux connaître son travail, son équipe, les clients, etc.

Une carte pour le superviseur

Richard, son supérieur hiérarchique, s’est livré au même exercice.  Ses constats sont quelque peu différents : c’est normal, notre perception est différente. (Cliquez sur l’image pour l’agrandir).

Carte de Richard

Certaines rubriques sont différentes, certaines sont identiques.  Mais les points d’attention diffèrent.  Pour s’assurer d’une certaine homogénéité, on peut créer un canevas pour l’entreprise tout en laissant quelques branches vides pour que les personnes puissent exprimer un point de vue original, faire des suggestions, etc.

La fusion des deux cartes

Ici, nous allons utiliser une fonctionnalité très intéressante de XMind Pro : la fusion de cartes.  Nous allons fusionner les cartes de Pierre et de Richard. (Cliquez sur l’image pour l’agrandir).

Cartes de Pierre et Richard fusionnées en une nouvelle mindmap

Les rubriques communes aux deux cartes ont été fusionnées, les autres ont été simplement juxtaposées.  Nous pouvons à présent visualiser l’ensemble des apports des deux personnes.

Le choix des objectifs

Mais cet exercice ne serait pas complet s’il ne prévoyait pas aussi de fixer des objectifs afin d’améliorer les performances du collaborateur.  Nous incluons donc des marqueurs de priorité 1 et 2 dans certaines des rubriques.  Ce sont les points sur lesquels Pierre et Richard ont décidé de se concentrer avant la prochaine séance de coaching.  Ceux à améliorer en priorité.

Ici aussi, nous pouvons utiliser une fonction intéressante de XMind : le filtrage.  Nous demandons au logiciel de filtrer les marqueurs de priorité 1 et 2.  Et il met en lumière les éléments que nous avons retenus comme prioritaires.  Cela permet non seulement de mettre l’accent sur ces points lors de la décision de ces priorités, mais aussi lors de la prochaine séance, lorsqu’il s’agira d’évaluer la progression du collaborateur. (cliquez sur l’image pour l’agrandir).

Carte fusionnée avec objectifs « mis en lumière »

Avec cet outil, non seulement je peux visualiser les apports de chacun, mais aussi les priorités que nous nous donnons pour la prochaine séance.

Cette fonctionnalité n’est disponible que dans la version PRO de XMind.

Découvrez davantage d’outils lors de ma conférence Mindmapping pour l’entreprise ou lors d’un de nos ateliers Mindmapping.  Consultez notre Page Agenda ou inscrivez-vous pour recevoir notre lettre d’infos !

Vous avez aimé cet article ?  Inscrivez-vous à ma newsletter et ne ratez plus aucun article ou événément !

Catégories
creation d'entreprise Entreprise Logiciels Mind Mapping Outils XMind

Mindmapping pour l’entreprise : l’analyse SWOT ou AFOM

Que peut apporter le mindmapping à l’entreprise ?  Quels outils peut-on élaborer et utiliser avec un logiciel comme XMind ?

Voici un exemple simple et utilisable directement : l’analyse SWOT ou AFOM, réalisée sous XMind.

Les différents éléments y ont été mis en place sous forme de mindmap et transformés en matrice en trois clics.

Peut-on utiliser le mindmapping en entreprise ?  Est-ce utile ?  Est-ce un gadget de plus ?

Ce sont quelques-une des questions auxquelles je réponds dans ma formation « Visual Mapping pour Starters et Entrepreneurs« .

Mais en attendant, je voulais vous donner un avant-goût de ce que nous allons explorer ensemble lors de cette conférence.  Et partager avec vous quelques outils simples, mais efficaces pour l’entreprise.

L’analyse SWOT ou AFOM

L’analyse SWOT (Strengths-Weaknesses-Opportunities-Threats) ou AFOM (Atouts-Faiblesses-Opportunités-Menaces) est un classique de la gestion de projet, y compris lors de la création d’une entreprise. Elle est aussi très utilisée dans le secteur de la gestion des territoires.

Elle permet en effet d’obtenir un cliché fidèle des points forts et faibles d’un projet ou d’une situation à un moment donné.   Elle tient compte de facteurs internes – organisationnels – et externes – environnementaux.   Sa force est d’explorer les côtés positifs et négatifs de chacun de ces axes et d’en offrir une vision claire, accessible d’un seul coup d’oeil.

Principes qui la rapprochent singulièrement de ceux du mindmapping, vous ne trouvez pas ?

J’ai trouvé cette magnifique représentation graphique de la méthode SWOT-AFOM sur la page SWOT de Wikipedia (Cliquez sur l’illustration pour l’agrandir)

Matrice SWOT ou AFOM

 Une mindmap SWOT

J’ai repris une mindmap que j’avais présentée lors d’une autre conférence sur la création d’entreprise il y a deux ans.   J’avais réalisé cette carte heuristique avec XMind.  J’y ai ajouté deux étiquettes « Positif » et « Négatif » qui ne se trouvaient pas dans l’original.  Je vous expliquerai dans quelques instants pourquoi je les ai ajoutées ici.  Si cette carte vous intéresse, vous pouvez la télécharger gratuitement depuis Biggerplate.

Voici le résultat (cliquez sur l’illustration pour l’agrandir).

Analyse SWOT – AFOM sous forme de carte cognitive

Vous pouvez utiliser cette carte pour un brainstorming avec vos collaborateurs ou pour réfléchir seul à votre projet.  Vous pouvez coupler le travail sur cette carte à une séance de brainstorm avec le module brainstorming d’XMind en minutant le temps de la session en structurant le résultat de vos trouvailles autour des axes que représentent les branches.

Mais, si vous travaillez avec des personnes qui ne sont pas habituées aux cartes heuristiques, vous utiliserez sans doute une « matrice » plus classique.

La transformation en tableau

Heureusement, XMind vous permet de transformer votre mindmap en une matrice en quelques clics.    Pour cela, il vous suffit de sélectionner votre sujet central « SWOT » et de cliquer sur le  menu « Propriétés« .  Lorsque la fenêtre du menu contextuel s’ouvre, vous choisissez l’option « Matrix » ou « Matrice » tout en bas du menu « Structure« .  (Cliquez sur l’illustration pour l’agrandir).

De la carte au tableau

Lorsque j’ai cliqué sur l’option « matrice » du menu « Structure« , ma mindmap se change instantanément en matrice SWOT – AFOM.   Et vous pouvez travailler sous ce format ou présenter les résultats de votre analyse sous une forme plus familières à vos collaborateurs, vos clients, vos fournisseurs, votre banquier, les business angels qui pourraient intervenir dans le financement de votre projet, etc.  (Cliquez sur l’illustration pour l’agrandir)

Mon analyse SWOT – AFOM sous forme de matrice

Mes deux étiquettes « Positif » et « Négatif » sont devenu les titres des deux colonnes de droite de ma matrice.  Si je n’avais pas filtré ma carte de cette façon, elle m’aurait tracé deux colonnes : celle de gauche pour les facteurs internes et externes, et puis une autre qui aurait contenu toutes mes branches alignées verticalement.   En liant mes branches par des étiquettes « Positif » et « Négatif« , j’ai forcé XMind à les considérer comme des colonnes lors de la transformation de ma carte en matrice.

Vous pouvez télécharger la version gratuite du logiciel XMind ici.

Vous avez aimé cet article ?  Inscrivez-vous à ma newsletter et ne ratez plus aucun article ou événément !

50.9984055.869119
Catégories
Uncategorized

Conférence : Mindmapping pour l’entreprise

Qu’est-ce que le mindmapping ?  Quel est le bénéfice pour moi, dirigeant d’entreprise ?  A quoi ça sert, réellement ? Comment le mettre en place dans mon entreprise ?

Je répondrai à ces questions et à d’autres lors d’une nouvelle conférence organisée par Be Next Alumni au Loft Coworking Brussels : Mindmapping pour l’entreprise.  Le mardi 25 septembre 2012 à 19 heures.

Depuis quelques années, on parle beaucoup de mindmapping et d’outils visuels.  Il sont de plus en plus utilisés dans l’enseignement et la formation.

Mais quelle peut être la place de ces outils dans l’entreprise ?  Quel est le bénéfice pour moi, dirigeant d’entreprise ?  A quelles étapes de la vie de l’entreprise peut-on les utiliser ?  A quoi ça sert, réellement ?  Est-ce juste une nouvelle mode ?  Ou bien, ces outils peuvent-ils vraiment me faire gagner du temps et de l’argent ?  Que coûtent ces logiciels ?  Ne sont-ils pas trop compliqué pour mon personnel ?  Ou trop lourds à mettre en place ?  Est-ce que je dois changer tous mes programmes pour m’adapter à cette méthode ?

En six étapes, nous ferons le point sur la question.  D’abord une courte introduction.  Ensuite, dans « Vous avez dit Mindmapping ?« , j’explorerai les origines de cette méthode, ses principes de base, et quelques logiciels et applications.

Et puis, nous entrerons dans le vif du sujet avec Création d’entreprise : de l’idée au projet, des premières notes au business plan, à quoi peut me servir le mindmapping dans la création de mon entreprise ?  Je ferai participer le public à quelques exercices en groupe : un brainstorming sur la notion de projet et la création de la structure d’un business plan.  Nous verrons comment ces techniques permettent à la fois de structurer ce document important,mais aussi comment elles centralisent l’information en un seul point et comment elles font gagner du temps dans cette étape cruciale de la vie d’une entreprise.

Dans la partie Outils de gestion, j’aborderai les outils de gestion du temps, mais aussi certaines techniques utiles pour l’analyse de projet ou le suivi des collaborateurs.  Qu’il s’agisse de travail administratif ou bien des forces de vente, de la formation du personnel ou de la conception d’un nouveau produit.

Dans Communication et outils visuels, nous verrons ensemble comment ces derniers peuvent nous aider dans aussi bien dans la commuication interpersonnelle qu’en groupe.  De l’évaluation d’un collaborateur à la présentation d’un nouveau produit à un groupe d’investisseurs potentiels, les outils visuels permettent de synthétiser et de rendre visibles les réalités les plus complexes.

Et enfin, lors de la conclusion, j’annoncerai une nouvelle formation en mindmapping destinée aux dirigeants ou aux (futurs) créateurs d’entreprise en partenariat avec Be Next Alumni – Les Jeunes Entreprises Belgique.  Et puis, je vous laisserai la parole pour un échange de questions, de réponses, de conseils, etc.

Infos pratiques :

Entrée gratuite !

La conférence est terminée, mais nous n’en restons pas là !  Un cycle de formation se déroulera bientôt à Bruxelles sur le thème Mindmapping pour l’entreprise.  Restez vigilant !  Inscrivez-vous à notre lettre d’info pour ne pas rater cette opportunité !

La carte ci-dessus a été réalisée avec le logiciel de mindmapping Novamind.  Vous pouvez télécharger gratuitement la version d’essai de Novamind en cliquant ici.

Catégories
formation Logiciels Mind Mapping Outils Pédagogie XMind

Scénario pédagogique avec XMind

Scénario pédagogique avec XMind : Préparer une leçon ou une séquence de formation peut-être quelque chose de fastidieux.  En utilisant le mindmapping, vous vous donnez les moyens de visualiser l’ensemble du cours.  Et de voir l’évolution de votre projet en temps réel.

Article mis à jour le 13 mai 2021.

Comment préparer un cours, une leçon ou une séquence de formation en ayant  l’assurance de ne rien oublier ?

En utilisant une mindmap, aussi appelée carte mentale ou heuristique.

Visualisez votre leçon d’un seul coup d’œil grâce au scénario pédagogique avec XMind

Voici un exemple de scénario pédagogique, réalisé avec le logiciel de mindmapping XMind.  J’ai utilisé la version, XMind 2013 et l’ensemble de la carte a été conçu et réalisé avec la version gratuite.  Elle peut être réalisée avec la version XMind 8, qui est également gratuite et vous permet d’insérer des images dans votre carte mentale.

Il s’agit d’un scénario très simple en deux séquences, sur le brainstorming avec XMind dans le cadre d’une formation à la gestion du temps avec GTD.  .  GTD (ou Getting Things Done est une méthode de productivité développée par David Allen).

Vous pouvez télécharger cette carte gratuitement depuis notre page Conception pédagogique.

Un scénario pédagogique réalisé avec XMind

Déroulé de la formation illustré par le scénario pédagogique avec XMind

1. Définition des objectifs du cours

Je commence par définir les objectifs de ma session de cours.  Je complète ma finalité par une note, indiquée par l’icone « post it » dans le sujet.

Cette note détaille des éléments qui par ailleurs alourdiraient inutilement ma carte.  Elle est rédigée sous forme de phrases et non de mots-clés, comme la carte.

 Lors d’une exportation de ma carte vers le format Word, cette note sera intégralement reproduite dans mon texte, au bon endroit : d’où un sérieux gain de temps.

2. Détermination des ressources et documents nécessaires à mon cours

Je définis ensuite le public auquel s’adresse le cours.  Les ressources dont j’ai besoin.  Je peux également intégrer dans ma carte des éléments extérieurs dont j’aurai besoin pendant la session ou la préparation.

Ici, j’ai intégré mon propre blog, Trouve ta voie (qui est l’ancien nom de Formation 3.0, le blog que vous êtes en train de consulter).

Mais j’aurais pu intégrer une feuille Excel, un document Word ou PDF, une vidéo, etc.  Je peux également compléter mon scénario pédagogique de notes audio.  C’est particulièrement intéressant si c’est un document à distribuer à une équipe ou à un collègue.

3. Division de mon cours en « séquences pédagogiques« 

Ensuite, je définis mes séquences pédagogiques : l’intitulé.  Par exemple, ici, ma séquence 1 est « Brainstorming« .  Il s’agit d’un brainstorming effectué avec le module d’XMind et qui porte sur les valeurs d’un projet.  C’est une notion essentielle dans la méthode GTD.

Les objectifs de cette séquence sont bien entendu d’être capable d’utiliser le module « Brainstorming » d’XMind, mais surtout d’avoir une vision collégiale, une représentation commune des valeurs du projet sur lequel on travaille.

4. Sélection de la méthode pédagogique utilisée

Je définis ensuite la méthode pédagogique utilisée : ici, il s’agit d’un travail en grand groupe avec intervention libre.  Chacun intervient comme il l’entend dans le brainstorming.  Le tout est minuté.

Mais cela peut-être aussi un cours ex cathedra, une présentation avec support visuel, une séquence de questions-réponses, etc.

5. Précision du type d’évaluation des prestations

Je précise enfin le type d’évaluation que je pratique dans le cadre de ce cours, et il s’agit d’une évaluation formative.  Mais il peut également s’agir d’une évaluation sommative ou d’un autre type selon les besoins.

Le scénario pédagogique avec XMind : une méthode flexible

Vous pouvez bien entendu adapter cette méthode et cette carte selon vos besoins.  Vous pouvez y ajouter le timing de la session, d’autres rubriques, etc.

Cette méthode vous permet de voir d’un seul coup d’oeil, l’ensemble de votre session de cours et d’ouvrir directement les documents ou les sites web dont vous avez besoin.

Bon travail 😉

Vous avez aimé cet article ?  Inscrivez-vous à

Catégories
Ateliers concept map formation Logiciels Mind Mapping Outils Pédagogie XMind

Mindmapping pour Formateurs : des outils visuels pour les professionnels de la formation !

Une formation en deux jours pour maîtriser les outils visuels (cartes mentales, cartes conceptuelles et organisateurs graphiques)  et les intégrer dans votre pratique pédagogique.

Une formation en deux jours pour maîtriser les outils visuels et les intégrer dans votre pratique formative. Cette formation est réservée aux formateurs et employés d’entreprises d’insertion et/ou de formation !

A. Une journée pour acquérir les bases du mindmapping et du logiciel XMind :

Une initiation en 4 phases aux principes du Mindmapping et du logiciel XMind :

  1. Construire ma carte : un sujet central, des sous-sujets, des branches, etc.
  2. Habiller ma carte : y ajouter de la couleur, de l’épaisseur, des enrichissements graphiques…
  3. Intégrer des éléments dans ma carte : fichiers Word, Excel, PDF, liens vers sites web ou adresses email, etc.
  4. Partager ma carte sur le Net : travail collaboratif avec mes collègues, mes stagiaires, mes partenaires…

Quatres phases de la première journée de formation

B. Une journée pour intégrer ces nouveaux outils dans votre pratique formative

Une journée pour créer vos propres outils visuels – cartes heuristiques ou conceptuelles, etc. – et pour les intégrer dans vos formations depuis la conception jusqu’à l’évaluation en passant par l’entretien individuel, la présentation avec écran, l’explication de règles, etc.

Découvrez comment enrichir vos formations avec des outils de communication simples et performants.

Tous les exercices sont des cas pratiques : la formation se fait sous forme d’atelier.  Chaque participant peut partir de ses propres projets, de ses propres besoins.  Vous rentrez donc chez vous avec des outils prêts à être utilisés dans votre propre pratique professionnelle !

Cette formation de deux jours est complétée d’un e-coaching d’un mois via notre plateforme Moodle.  Vous pourrez donc continuer à échanger avec votre formateur et les autres participants, recevoir des exercices corrigés avec commentaires, des modèles gratuits, de la documentation en ligne, etc.

Un atelier en partenariat avec CALIF, ASBL pluraliste liégeoise qui regroupe et coordonne une trentaine d’organismes d’insertion sociale et professionnelle.

En savoir plus ? Ecrivez-nous via la page Contact pour obtenir toutes les informations sur cette formation et les possibilités de l’adapter aux besoins de VOTRE équipe éducative !

Vous avez aimé cet article ?  Inscrivez-vous à ma newsletter et ne ratez plus aucun article ou événément !

50.9686775.824968