Catégories
Evénement Mind Mapping Outils

Biggerplate Unplugged Paris : un succès prometteur pour le mindmapping en France

Le 21 mars dernier, Biggerplate, la plus grande communauté de mindmappeurs au monde, organisait son premier événement en France : Biggerplate Unplugged Paris.

Une réunion de professionnels et de passionnés de cartes mentales qui a rassemblé 66 personnes enthousiastes.

Si vous êtes un(e) habitué(e) de ce blog, vous connaissez forcément Biggerplate, la plus grande communauté de mindmappeurs au monde.  J’y place souvent mes cartes mentales que vous pouvez télécharger gratuitement sur ma page personnelle Biggerplate ou depuis la groupe Mindmaps francophones que j’y ai créé.

Une communauté mondiale de mindmappeurs

Cette communauté rassemble aujourd’hui plus de 46.500 membres à travers le monde.  Des membres qui, jusqu’ici, correspondaient surtout via Internet et la plateforme Biggerplate.

Avec Biggerplate Unplugged, la startup londonienne veut aller plus loin : rassembler lors d’événements de qualité professionnelle des utilisateurs chevronnés du mindmapping.  Et surtout, créer des liens, ébaucher des collaborations, élaborer une vision commune de la discipline.  Tout cela pour qu’elle soit mieux acceptée et intégrée tant dans l’entreprise qu’en milieu scolaire.  C’est ce que Liam Hughes, fondateur de Biggerplate, rappelait dans sa présentation, accompagné de Frédéric Vève (cliquez sur l’image pour lancer la vidéo).

Liam Hughes et Frédéric Vève

L’édition parisienne rassemblait 66 personnes enthousiastes venu de toutes les régions de l’Hexagone, depuis Lilles jusqu’à Marseille mais aussi de Belgique ou des Pays-Bas.

Objectif atteint

Et l’objectif est atteint puisque lors des pauses et de la réunion informelle qui a suivi l’événement en lui-même, des projets de collaboration se sont mis en place.  Et de réels échanges se créent.  Exemple : la semaine dernière, j’ai effectué un test avec Pascal Bernardon de Human Connect.  Nous avons collaboré sur la même carte mentale MindMaple avec Google Drive tout en échangeant nos impressions sur Skype.  Et pourtant, plus de 1.000 kilomètres nous séparent.

Ce sont ces nouveaux outils collaboratifs, mais surtout la philosophie qui les sous-tend que Biggerplate veut défendre et promouvoir.

Une initiative que vous pouvez vous aussi rejoindre : en devenant membre de Biggerplate – c’est gratuit – en postant vos cartes sur le site, en commentant et en téléchargeant celles des autres.  Vous ferez vivre la discipline foisonnante qu’est le mindmapping.  Et vous rencontrerez vous aussi des gens passionnants !

Visionnez l’ensemble des vidéos de Biggerplate Unplugged Paris et Londres.

Catégories
Logiciels Mind Mapping Outils

Outils visuels : mindmap ou concept map ?

Vous avez sans doute déjà entendu les mots « outils visuels« , « visual thinking« , « mindmapping« , « concept map« …  Mais savez-vous exactement ce que recouvrent ces termes ?

Voici quelques précisions qui peuvent vous aider…

L’expression « Visual Thinking » part du postulat que nous comprenons et retenons mieux ce que nous voyons, en particulier, les associations d’images et de mots.

On utilise pour cela des outils visuels, tels le mindmapping ou les concept maps.  Il existe d’autres outils visuels comme les diagrammes de Gantt – qui servent à visualiser les séquences d’un projet, par exemple – ou les diagrammes d’Euler – vous vous souvenez, les ensembles, en math ? (Cliquez ici pour quelques exemples de ces diagrammes).

Je n’aborderai dans ce billet que deux outils visuels particuliers : la mindmap – ou encore, carte heuristique, mentale, cognitive – et la concept map.

Une vision superficielle pourrait laisser croire qu’elles sont similaires et interchangeables.

Il n’en est rien.

Elles sont différentes en origines, en structure et en possibilités d’utilisation.

Commençons par la mindmap : inventée à la fin des années 1960 par le psychologue anglais Tony Buzan, elle se distingue par sa structure rayonnante.  Elle part du centre de la page, placée en format paysage pour assurer une meilleure vision d’ensemble.  Des branches partent du centre – le sujet central – et rejoignent les bords.  Chaque branche est constituée d’un mot-clé souvent associé à une image.  (Cliquez sur la carte pour l’agrandir).

Exemple de mindmap : aide éducative aux Pays-Bas

La concept map est née dans les années 1970, du cerveau de Joseph Novak, qui a été professeur de biologie dans différentes universités américaines.  Sa structure est en fait basée sur les relations entre différents concepts – d’où son nom.  Elle ne part pas du centre, mais plutôt du haut de la page et se développe selon  les relations entre les concepts.  Les mots peuvent également être associés à des images.   Voici une traduction que j’ai réalisée d’une concept map dessinée par Vicwood40 pour WikiPedia.  Elle est en licence WikiPedia Commons, vous pouvez donc utiliser la mienne librement (si vous pouviez en citer la source, cela me ferait plaisir ;-)).  Cliquez sur la carte pour l’agrandir.

Concept map réalisée avec XMind

La carte que j’ai réalisée sur la méthode GTD dans mon billet précédent était aussi une concept map réalisée avec XMind 3.2.1.

Le concept mapping est une méthode basée sur la pensée constructiviste dont j’ai déjà eu l’occasion de vous parler à propos de la plateforme d’e-learning Moodle.

L’utilisation des mindmaps et concept maps

Je l’ai dit d’emblée : les deux systèmes conviennent pour deux types d’utilisation différentes.

Bien que Tony Buzan ait baptisé le mindmapping le « couteau suisse de la pensée« , il ne peut pas tout couvrir.  Il est excellent pour tout ce qui est organisation de vos idées, brainstorming, structuration de documents, préparation de réunion, etc.  Il sert donc à explorer un concept, une idée centrale et à en extraire tous les tenants et aboutissants.

La concept map, par contre, est excellente pour montrer les relations entre les concepts : elle est donc indiquées dans les cas où on veut expliquer un processus dans le temps – c’est le cas de ma carte sur la méthode GTD qui explique les différentes étapes du flux de travail –  ou dans l’espace, ou montrer l’articulation de parties entre elles, etc.

Voyez dans cet article, des modèles gratuits de mindmap et concept maps que j’ai créés pour des cours de langue.

Réaliser une concept map

Je ne vous dis plus comment réaliser une mindmap avec XMind.  Par contre, vous pouvez utiliser XMind pour réaliser une concept map.  Voici une vidéo qui vous montre comment faire, c’est extrêmement simple.  Pour obtenir quelque chose de plus vivant, il suffit d’y ajouter quelques images, et le tour est joué !

Comment ?  Vous n’avez pas encore votre XMind ? Téléchargez-le gratuitement ici !

Catégories
Humour Recherche d'emploi Stratégie

Comment ne jamais décrocher un emploi ! (1)

Envie de rester à la maison ?  De ne plus jamais louper un épisode de Derrick ?  De battre votre crétin de beau-frère à la Playstation ?

Oui, mais la pression se fait de plus en plus forte : vous devez trouver un job !

Pas de panique !  En suivant nos conseils, vous devriez éviter n’importe quel job pour les 20 prochaines années… Nous ne pouvons vous garantir 100 % de réussite : on est jamais à l’abri d’un coup de chance !  Mais en suivant scrupuleusement notre méthode, nous pouvons vous assurer au moins 98 % de chances… de ne jamais trouver de boulot !  de ne jamais vous voir offrir le job de vos rêves…  de ne jamais devoir vous lever le matin pour aller gagner votre croute…

Notre garantie

Au cours des prochaines semaines , nous allons distiller de précieux conseils pour passer entre les mailles du filet, des tuyaux (quasi)infaillibles pour être invisible face aux recruteurs, des recettes-miracle pour ne jamais être invité à un entretien d’embauche !

Et si, malgré tout, un employeur inconscient vous conviait à une interview pour un job, ne vous inquiêtez pas : nous avons aussi des stratégies d’évitement qui vous assureront de sortir de son bureau… sans avoir signé de contrat.   Nous nous y engageons !

Leçon numéro 1 : je prends n’importe quel job !

Cette petite phrase n’a l’air de rien, elle parait tout à fait anodine, suprêmement inoffensive…  Il n’en est rien ! 

En réalité, c’est quasiment une arme de destruction massive !

Tous les spécialistes du recrutement, tous les experts en développement personnel vous le confirmeront à longueur de pages ou de débats télévisés : pour réussir, il faut se concentrer sur un objectif, savoir exactement ce que l’on veut, focaliser toute son énergie sur un seul point…

En visant un job précis, qui vous correspond exactement, vous maximalisez vos chances de l’obtenir…  Ca ne va pas, non ?  Donc, vous savez ce qu’il vous reste à faire : claironnez partout, à qui est prêt à vous entendre :

– « Moi, je prends n’importe quel boulot !  N’importe quoi, c’est bon ! »

 De cette façon, vous donnerez vraiment l’impression que vous n’êtes bon à rien; que rien ne vous intéresse;  qu’on peut vous traiter comme une carpette puisque vous n’avez aucune considération pour vous-même.  Si vous ne vous intéressez pas sufisamment à vous-même pour choisir un job qui vous convient, pourquoi un patron ou un recruteur devrait-il s’intéresser à vous ?

Croyez-nous : c’est une arme redoutable !!!

Et si tout de même, on vous prenait au mot ?  Si, malgré tout, un patron vous proposait n’importe quoi ?

Entre nous, le risque est vraiment minime, mais soyons honnête : il existe.  Le risque, c’est qu’on vous confie un boulot merdouilleux, dont personne ne veut, qui ne présente vraiment aucun intérêt et mal payé par-dessus le marché…  C’est vrai.  Mais notre expérience nous dit que :

  1. Il y a vraiment peu de chances pour que cela vous arrive
  2. Si cela vous arrive, cela ne durera pas longtemps : personne ne reste longtemps dans un boulot pareil, vous pas plus qu’un autre

Donc, premier instrument dans notre stratégie d’évitement de l’emploi :

« N’importe quoi, pour moi, un boulot, c’est bon ! »

Répétez cette phrase devant un miroir, dans le bus, sous la douche…  En peu de temps, elle va vous coller au corps, faire partie de vous, devenir une seconde nature.   Vous en serez tellement convaincu que vous oublierez qu’il  s’agissait d’une simple stratégie, au départ…  Et vous éviterez à peu près tout ce qui existe en matière d’emploi…

Elle est pas belle, la vie ?

Prochaine leçon : surtout ne pas se poser de questions !

Catégories
creativité formation Internet Mind Mapping Outils Pédagogie Projets

XMind 3.2.0 : c’est parti ! et en français, s’il vous plaît…

Une nouvelle version de XMind vient de sortir : XMind 2013 version beta : encore plus performant !

Vous vous en souvenez peut-être, il y a quelques mois, je publiais une traduction de l’enquête de Chuck Frey intitulée « Quand et pourquoi les entreprises utilisent-elles les logiciels de mind mapping ? »  Je vous y annonçais que Mind Manager perdait des parts de marché et que le principal bénéficiaire de cette nouvelle répartition était XMind.

Un logiciel freemium et open source

Ce n’est pas vraiment un hasard.  XMind est un logiciel libre et opensource qui bénéficie d’un très large réseau de développeurs bénévoles.  Cela explique pourquoi XMind est l’un des logiciels de mind mapping les plus dynamiques dans une galaxie qui en compte plus d’une centaine…

Depuis hier, une nouvelle version, XMind 3.2.0, est disponible avec de nouvelles fonctionnalités, des bugs corrigés et – last but not least ! – une nouvelle interface en français !

Les nouveautés de la version 3.2.0

Outre l’interface en français sur laquelle je reviendrai, XMind 3.2.0 propose des corrections et des innovations intéressantes :

Innovations :

  • fonction vue d’ensemble qui permet une navigation simplifiée dans des cartes complexes;
  • possibilité de ne partager vos cartes qu’avec des personnes sélectionnées (amis, collaborateurs, etc.);
  • exportation vers PowerPoint et Word (pour la version Windows);
  • fonction de recherche dans les notes;
  • importation des images par simple copier-coller, y compris depuis Internet, etc.

Vous pouvez en retrouver le résumé sous forme d’une carte heuristique sur Heuristiquement, l’excellent blog de mon ami Philippe Boukobza.

La traduction française

Dès que Philippe Boukobza m’a parlé de ce projet, j’ai tenu à rejoindre la petite équipe qu’il a réunie autour de lui.

L’une des missions que s’est données la Fondation Lingua Franca est la « promotion de pédagogies innovantes et adaptées aux publics d’aujourd’hui ainsi qu’aux nécessités des entreprises, des individus et des communautés éducatives. »  Il était donc normal, pour nous qu’un membre de l’équipe puisse consacrer une partie de son temps à cette initiative.

XMind est en effet un logiciel de qualité.  Même sa version gratuite est largement suffisantes pour la plupart des étudiants, qu’ils fréquentent l’école primaire ou l’université.  Des enseignants, des formateurs et des responsables d’associations peuvent désormais utiliser ce logiciel avec des publics non-anglophones et leur faire découvrir le potentiel éducatif du mind mapping.  Pour nous,  ce développement et cette accessibilité nouvelle sont essentiels.

Notre équipe était très dispersée puisque je suis partagé entre Bruxelles et Maastricht, Philippe Boukobza est à Madrid, quant aux autres traducteurs, ils se répartissent dans des villes aussi éloignées que Nantes, Saint-Etienne, Lyon et… Shenzen (Chine continentale).  Nous avons donc utilisé des outils collaboratifs, essentiellement ceux proposés par Google (Google Docs).

Téléchargements

Vous pouvez télécharger depuis ces liens la dernière version de XMind 3.2.0 qui vous convient :

La version 3.2.2. de XMind est disponible : téléchargez-la ici.

Vous avez aimé cet article ?  Inscrivez-vous à ma newsletter et ne ratez plus aucun article ou événément !


Catégories
Ateliers creation d'entreprise creativité Entreprendre au féminin Entreprendre autrement formation Jeunes entrepreneurs Langues Mind Mapping Outils Pédagogie Projets

Ateliers Mind Mapping : 50% de réduction pour étudiants et demandeurs d’emploi

Vous êtes étudiant ?  Ou vous êtes demandeur d’emploi ?

Vous voulez vous initier au mind mapping ?  Ou vous voulez créer votre entreprise ?

Bonne nouvelle : vous pouvez le faire à moitié prix !

 

Pourquoi le mind mapping ?

 

En effet, à la demande de plusieurs d’entre vous, nous avons établi un nouveau tarif pour nos ateliers Mind Mapping Basics et Boostez votre entreprise avec le Mind Mapping.

Première application...

Si vous êtes étudiant ou demandeur d’emploi vous pouvez désormais participer à l’un de ces deux ateliers d’un jour pour 75 euros au lieu de 150 !

Dépêchez-vous de vous inscrire !  Utilisez la page Contacts !

Pour plus d’infos sur Mind Mapping Basics : cliquez ici !

Pour plus d’infos sur Boostez la création de votre entreprise avec le Mind Mapping, cliquez ici !

 

Ambiance : concentrés-décontractés

 

Ne traînez pas : il n’y a que 20 places pour chaque atelier !

Ces deux sessions seront animées en français. For English speaking people, we are preparing sessions in August : stay in touch ! or send me a message through the Contact Page.

Catégories
creativité Mind Mapping Outils Stratégie

Mind Mapping : se fixer des objectifs personnels

Dans un article tout récent, je vous ai parlé de la méthode des objectifs  SMAART.

Mais comment faire concrètement pour se fixer des objectifs selon cette méthode ?

Voici un exemple d’objectifs personnels réalisés avec une mind map très simple :

J’ai pris l’exemple d’un jeune homme.  Il a les dents abîmées et prend donc comme objectif de prendre rendez-vous chez le dentiste pour soigner les dents qu’il est encore possible de soigner et de remplacer les autres.  Il fixe l’échéance à la semaine prochaine.  L’indicateur sera « des dents saines ».

Au niveau professionnel, il éprouve des difficultés avec le nouveau logiciel de comptabilité.  Il décide de suivre une formation et de maîtriser ce programme pour le 15 avril prochain.

Il est célibataire et voudrait rencontrer une jeune femme.  Il décide donc de fréquenter des sites de rencontre, de sortir en boite et aux concerts, et peut-être de passer par des intermédiaires comme les agences matrimoniales ou des clubs de rencontre.  Il se donne un an.  L’indicateur sera la bague au doigt.

Il se laisse une branche libre pour d’autres objectifs qu’il n’a pas encore définis.

Créer une ou plusieurs branches dont on n’a pas besoin est une technique utilisée en mind mapping afin de stimuler le cerveau et de lui donner envie d’aller plus loin, d’ajouter quelque chose qui n’était pas prévu au programme : un des chemins de la créativité.

Vous voyez :  tout cela est vraiment très simple !

Si vous voulez utiliser cette mind map pour vots propres objectifs, voici un modèle.  Il vous suffit de le télécharger, de l’imprimer et d’y ajouter vos propres branches secondaires, vos mot-clés et vos images pour avoir votre propre mind map « objectifs perso ».

Soyez sympas : envoyez-moi le fruit de vos cogitations.  Je serai ravi de vous envoyer des commentaires et peut-être de publier les meilleures sur ce blog…

Catégories
creativité Mind Mapping Outils Pensée positive Projets

Mind mapping et gestion de projet : se fixer des objectifs SMAART

Dans mon article précédent, je vous promettais d’autres mind maps et une série sur la gestion de projet.

Dans un autre, il y a quelques semaines, je vous parlais de l’importance de la stratégie dans la recherche d’emploi.

Aujourd’hui, je vous propose une méthode pour définir des objectifs efficaces, des objectifs qui fonctionnent : des objectifs SMAART ?

Jetez un petit coup d’oeil sur cette mind map et ensuite lisez la description ci-dessous et vous verrez que ce n’est pas très compliqué.

C’est une mind map, donc partons du centre : une cible, avec un éléphant.  C’est amusant (et j’aime rire, pas vous ?), mais surtout cela me rappelle l’expression « ne vous mettez pas un éléphant sur le dos! »  Autrement dit, ne mettez pas la barre trop haut, ou vous vous mettrez vous-même en situation d’échec.  Et l’échec répété est un tueur : il tuera votre confiance en vous en très peu de temps ! Donnez-vous donc des objectifs raisonnables.  C’est l’un des points que nous verrons plus en détail ci-dessous…

Objectifs SMAART ? Oui : certains d’entre vous ont déjà entendu parler des objectifs SMART.  Mais dans ce cas, on parle soit d’objectifs ambitieux, soit d’objectifs accessibles. Or, pour moi, les deux sont essentiels.  Pourquoi se priver de l’essentiel quand on peut se le garder ?

Donc,  objectifs SMAART comme :

Séficiques : vos objectifs doivent être clairs, précis, sans aucune ambigüité, être suffisamment descriptifs pour que quelqu’un d’autre (ou vous dans quelques années) puisse comprendre immédiatement de quoi il s’agit.  Ils doivent être personnels, personnalisés, c’est-à-dire qu’ils doivent vous concerner directement.  En lisant votre objectif, vous devez savoir quel type de résultat vous voulez atteindre.

Formulez TOUJOURS vos objectifs de manière POSITIVE : Je veux pouvoir courir 3 kilomètres tous les matins.

Mesurables : donnez-vous les moyens de contrôler OBJECTIVEMENT vos objectifs.  Je veux pouvoir courir 3 kilomètres tous les matins. Je veux perdre 5 kilos.  Je veux atteindre 80 % à mon prochain examen.  Je veux une augmentation de salaire de 250 euros par mois.

– Accessibles : dans le même esprit que l’éléphant dans le coeur de cible, ne mettez pas la barre trop haut. Fixez-vous des choses dans le domaine du possible.  Vous ne battrez pas le record du monde de marathon la semaine prochaine, personne ne peut faire ça !  Fixez-vous des étapes, accordez-vous des pauses, aérez-vous le cerveau…  Vous n’êtes pas là pour vous faire souffrir, mais pour prendre soin de vous et vous aimer…

Ambitieux : si vous ne vous mettez pas un peu de pression, si vous ne vous lancez aucun défi, où est l’intérêt ?  De plus, sans challenge, vous n’aurez pas ce petit surcroit d’adrénaline qui fait qu’on avance plus vite, qu’on ressent l’excitation dans ses muscles et ses neurones.  Bref, vous vous endormirez sur votre décision et dans 5 ans on en reparlera encore… ou bien on n’en reparlera plus jamais.  Dommage, non ?

Réalistes : vos objectifs doivent être pertinents, tenir compte des circonstances, des ressources disp0nibles, de votre environnement, des lois. Examinez ce qui est à votre disposition.  Vous voulez partir en vacances au Kénya ?  Pourquoi pas ?  Mais vérifiez votre passeport, votre vaccination, les dates disponibles (votre patron acceptera-t-il que vous partiez un 15 avril en plein rush ?), etc.  Si vous vous fixez un objectif irréaliste, vous vous mettez un nouvel éléphant sur le dos…

Définis dans le Temps : Je veux parler anglais…  Ceci est un voeu pieux.  Je veux pouvoir tenir une conversation courante en anglais dans un an.  Ceci est un objectif.  Si vous ne vous donnez pas d’échéance, vous courez deux risques :

  1. vous précipiter, gaspiller votre énergie en forçant pour arriver très vite à un résultat nul et décourageant (bonjour l’éléphant, que fais-tu sur mon dos ?)
  2. au contraire, prendre votre temps, vous dire qu’il sera encore temps demain, voire la semaine prochaine et donc ne rien faire, jamais…

Mais, ici aussi, soyez réalistes.  Une recherche d’emploi peut prendre 3 à 6 mois facilement, la création d’une entreprise prend un an et souvent plus, apprendre une langue en profondeur exige des années de pratique n’en déplaise à Monsieur Assimil…  Ne soyez pas trop court : vous allez vous décourager.  Ne soyez pas trop long : vous allez vous endormir.  Comme en toute chose l’équilibre est de rigueur.

Dans un prochain article, je vous donnerai un modèle pour vous fixer des objectifs personnels et dans un autre, des objectifs liés à la recherche d’emploi.

A bientôt.


Catégories
Recherche d'emploi Stratégie

Trouver le job de vos rêves : d’abord une question de stratégie

– Quoi ?  de la statégie ?

D’abord, qu’est-ce que c’est ?


Ce n’est rien de bien compliqué, ni à comprendre, ni à mettre en oeuvre.  Avoir une stratégie, c’est :

  • Se tracer un itinéraire, avec un but et des étapes
  • Se fixer des objectifs et s’y tenir.
  • Concentrer son énergie sur un point à la fois.
  • Evaluer le chemin parcouru et revenir au cap initial s’il y a besoin

– Quel rapport avec le job de mes rêves ?

C’est la même démarche !

Considérez votre recherche d’emploi comme un voyage avec une destination finale et différentes étapes !

Cela vous évitera de vous perdre, de gaspiller votre temps, votre argent et votre énergie.

Mais, surtout, cela vous rendra beaucoup plus efficace et vous donnera mille fois plus de chances de décrocher ce boulot dont vous rêvez tant !!!