Catégories
Recherche d'emploi Stratégie

Trouver un job : les 7 clés du succès !

Comment décrocher un emploi ?  Comment mettre toutes les chances de mon côté ?

Voici 7 clés qui feront de vous un candidat performant !  Et bientôt un travailleur heureux ?

La concurrence sur le marché de l’emploi est de plus en plus rude, l’atmosphère n’est pas à l’optimisme.

Comment se démarquer des autres candidats ?  Voici sept conseils – sept clés – pour booster votre recherche d’emploi.

Trouvez votre emploi avec les sept clés

1. Elaborez une stratégie

Celui qui ne sait pas où il va n’arrivera jamais, disait Sénèque.  Si vous ne vous fixez pas un cap, un but à atteindre, vous ne trouverez jamais le job dont vous avez besoin.  Et dont vous rêvez.

Définissez vos moyens, vos ressources, le type de job dont vous rêvez, le type d’entreprise dans laquelle vous voulez travailler…

Les points suivants vous y aideront.  Et vous éviterez de vous disperser dans des efforts inutiles.

2. Connaissez-vous

Connaissez-vous vous-même.  Faites le bilan : ce que vous aimez ou pas, ce que vous savez faire – vos compétences – comment vous êtes – vos qualités – votre expérience, vos connaissances, etc.

Faites le tour de vous même.  Demandez à votre famille, à vos amis.

Connaissez aussi vos limites, votre disponibilité, votre mobilité.  Etes-vous capable de travailler à 100 kilomètres de chez vous à partir de 6 heures du matin ?  Quelqu’un peut-il garder les enfants pendant que vous travaillez à temps plein ?   Etes vous prêt à travailler à l’étranger ?

Bien se connaître permet de définir le type d’emploi qui vous convient.  Mais aussi de répondre aux questions des recruteurs.   Pour eux, votre personnalité est au moins aussi importante que vos compétences…

3. Définissez des objectifs SMAART

J’ai déjà expliqué ailleurs ce que j’entends par des objectifs SMAART, je ne vais donc pas m’étendre sur le sujet.

Mais, vous fixer des objectifs précis, mesurables, ambitieux, accessibles, réalistes et limités dans le temps est impératif.  De cette façon, vous vous motivez.  Vous pouvez mesurer vos progrès.  Vous pouvez réajuster le tir si vous sentez que vous vous écartez de ce qui était prévu.  Ou si vos résultats ne sont pas à la hauteur de vos espérances.

4. Connaissez l’entreprise

Je ne le répèterai jamais assez : les candidats qui connaissent l’entreprise marquent des points.  Ceux qui peuvent dire ce qu’ils vont apporter d’unique à cette entreprise sont embauchés !

Parce que le recruteur ne vous engagera pas pour vos beaux yeux, mais uniquement s’il est convaincu que vous correspondez à ce qu’il cherche : une personne qui apportera une valeur ajoutée à l’entreprise.

Utilisez tous les moyens à votre disposition  : Internet, la presse, le téléphone, vos contacts.  Allez faire un tour du côté de l’entreprise pour voir à quoi les employés ressemblent.

5. Mobilisez vos réseaux

Vous connaissez des gens qui peuvent vous ouvrir des portes.  Sur Facebook, Linked’In ou Twitter.  Mais aussi autour de vous : votre voisin, votre cousine, votre meilleur ami, votre ancien copain de classe connaît sûrement quelqu’un dans l’entreprise qui vous intéresse.  Cela fonctionne pour le marché caché, mais aussi pour les emplois publiés.  Un tuyau par ici, une recommandation par là et vous décrochez enfin cet entretien d’embauche !

6. Persévérez !

C’est dur.  Vous avez envoyé plusieurs lettres de candidature, vous étiez sûr d’être le meilleur candidat et vous n’avez qu’une réponse négative.  Ou cet entretien qui vous paraissait avoir été si bon n’a finalement rien rapporté.

Ne vous découragez pas : analysez les raisons de vos échecs.  Tirez-en les leçons.  Dépassez-les : au fur et à mesure des entretiens, vous deviendrez plus performant !  Il y a des erreurs que vous ne commettrez plus jamais.  Vous améliorerez votre CV, votre attitude lors des entretiens.  Et vous serez engagé(e) !

7. Faites-vous coacher

Vous sentez que vous n’y arrivez pas, que vous êtes au bord du découragement.  Ou, tout simplement, vous avez envie de gagnez du temps, d’avoir des outils performants dès le départ.  Faites-vous coacher.  Cela coûte moins cher que vous le croyez et cela vous fera gagner du temps.

Un coach travaillera toujours au départ de vos projet.  Il vous donnera un feedback qui vous aidera à vous poser les bonnes questions.  Et surtout, à trouver VOS solutions, VOS méthodes d’actions.  VOTRE façon de réussir.  Cela vaut bien un petit investissement, non ?

Bonne chance 😉

Vous avez aimé cet article ?  Inscrivez-vous à ma newsletter et ne ratez plus aucun article ou événément !

Catégories
creativité Mind Mapping Outils Stratégie

Mind Mapping : se fixer des objectifs personnels

Dans un article tout récent, je vous ai parlé de la méthode des objectifs  SMAART.

Mais comment faire concrètement pour se fixer des objectifs selon cette méthode ?

Voici un exemple d’objectifs personnels réalisés avec une mind map très simple :

J’ai pris l’exemple d’un jeune homme.  Il a les dents abîmées et prend donc comme objectif de prendre rendez-vous chez le dentiste pour soigner les dents qu’il est encore possible de soigner et de remplacer les autres.  Il fixe l’échéance à la semaine prochaine.  L’indicateur sera « des dents saines ».

Au niveau professionnel, il éprouve des difficultés avec le nouveau logiciel de comptabilité.  Il décide de suivre une formation et de maîtriser ce programme pour le 15 avril prochain.

Il est célibataire et voudrait rencontrer une jeune femme.  Il décide donc de fréquenter des sites de rencontre, de sortir en boite et aux concerts, et peut-être de passer par des intermédiaires comme les agences matrimoniales ou des clubs de rencontre.  Il se donne un an.  L’indicateur sera la bague au doigt.

Il se laisse une branche libre pour d’autres objectifs qu’il n’a pas encore définis.

Créer une ou plusieurs branches dont on n’a pas besoin est une technique utilisée en mind mapping afin de stimuler le cerveau et de lui donner envie d’aller plus loin, d’ajouter quelque chose qui n’était pas prévu au programme : un des chemins de la créativité.

Vous voyez :  tout cela est vraiment très simple !

Si vous voulez utiliser cette mind map pour vots propres objectifs, voici un modèle.  Il vous suffit de le télécharger, de l’imprimer et d’y ajouter vos propres branches secondaires, vos mot-clés et vos images pour avoir votre propre mind map « objectifs perso ».

Soyez sympas : envoyez-moi le fruit de vos cogitations.  Je serai ravi de vous envoyer des commentaires et peut-être de publier les meilleures sur ce blog…

Catégories
creativité Mind Mapping Outils Pensée positive Projets

Mind mapping et gestion de projet : se fixer des objectifs SMAART

Dans mon article précédent, je vous promettais d’autres mind maps et une série sur la gestion de projet.

Dans un autre, il y a quelques semaines, je vous parlais de l’importance de la stratégie dans la recherche d’emploi.

Aujourd’hui, je vous propose une méthode pour définir des objectifs efficaces, des objectifs qui fonctionnent : des objectifs SMAART ?

Jetez un petit coup d’oeil sur cette mind map et ensuite lisez la description ci-dessous et vous verrez que ce n’est pas très compliqué.

C’est une mind map, donc partons du centre : une cible, avec un éléphant.  C’est amusant (et j’aime rire, pas vous ?), mais surtout cela me rappelle l’expression « ne vous mettez pas un éléphant sur le dos! »  Autrement dit, ne mettez pas la barre trop haut, ou vous vous mettrez vous-même en situation d’échec.  Et l’échec répété est un tueur : il tuera votre confiance en vous en très peu de temps ! Donnez-vous donc des objectifs raisonnables.  C’est l’un des points que nous verrons plus en détail ci-dessous…

Objectifs SMAART ? Oui : certains d’entre vous ont déjà entendu parler des objectifs SMART.  Mais dans ce cas, on parle soit d’objectifs ambitieux, soit d’objectifs accessibles. Or, pour moi, les deux sont essentiels.  Pourquoi se priver de l’essentiel quand on peut se le garder ?

Donc,  objectifs SMAART comme :

Séficiques : vos objectifs doivent être clairs, précis, sans aucune ambigüité, être suffisamment descriptifs pour que quelqu’un d’autre (ou vous dans quelques années) puisse comprendre immédiatement de quoi il s’agit.  Ils doivent être personnels, personnalisés, c’est-à-dire qu’ils doivent vous concerner directement.  En lisant votre objectif, vous devez savoir quel type de résultat vous voulez atteindre.

Formulez TOUJOURS vos objectifs de manière POSITIVE : Je veux pouvoir courir 3 kilomètres tous les matins.

Mesurables : donnez-vous les moyens de contrôler OBJECTIVEMENT vos objectifs.  Je veux pouvoir courir 3 kilomètres tous les matins. Je veux perdre 5 kilos.  Je veux atteindre 80 % à mon prochain examen.  Je veux une augmentation de salaire de 250 euros par mois.

– Accessibles : dans le même esprit que l’éléphant dans le coeur de cible, ne mettez pas la barre trop haut. Fixez-vous des choses dans le domaine du possible.  Vous ne battrez pas le record du monde de marathon la semaine prochaine, personne ne peut faire ça !  Fixez-vous des étapes, accordez-vous des pauses, aérez-vous le cerveau…  Vous n’êtes pas là pour vous faire souffrir, mais pour prendre soin de vous et vous aimer…

Ambitieux : si vous ne vous mettez pas un peu de pression, si vous ne vous lancez aucun défi, où est l’intérêt ?  De plus, sans challenge, vous n’aurez pas ce petit surcroit d’adrénaline qui fait qu’on avance plus vite, qu’on ressent l’excitation dans ses muscles et ses neurones.  Bref, vous vous endormirez sur votre décision et dans 5 ans on en reparlera encore… ou bien on n’en reparlera plus jamais.  Dommage, non ?

Réalistes : vos objectifs doivent être pertinents, tenir compte des circonstances, des ressources disp0nibles, de votre environnement, des lois. Examinez ce qui est à votre disposition.  Vous voulez partir en vacances au Kénya ?  Pourquoi pas ?  Mais vérifiez votre passeport, votre vaccination, les dates disponibles (votre patron acceptera-t-il que vous partiez un 15 avril en plein rush ?), etc.  Si vous vous fixez un objectif irréaliste, vous vous mettez un nouvel éléphant sur le dos…

Définis dans le Temps : Je veux parler anglais…  Ceci est un voeu pieux.  Je veux pouvoir tenir une conversation courante en anglais dans un an.  Ceci est un objectif.  Si vous ne vous donnez pas d’échéance, vous courez deux risques :

  1. vous précipiter, gaspiller votre énergie en forçant pour arriver très vite à un résultat nul et décourageant (bonjour l’éléphant, que fais-tu sur mon dos ?)
  2. au contraire, prendre votre temps, vous dire qu’il sera encore temps demain, voire la semaine prochaine et donc ne rien faire, jamais…

Mais, ici aussi, soyez réalistes.  Une recherche d’emploi peut prendre 3 à 6 mois facilement, la création d’une entreprise prend un an et souvent plus, apprendre une langue en profondeur exige des années de pratique n’en déplaise à Monsieur Assimil…  Ne soyez pas trop court : vous allez vous décourager.  Ne soyez pas trop long : vous allez vous endormir.  Comme en toute chose l’équilibre est de rigueur.

Dans un prochain article, je vous donnerai un modèle pour vous fixer des objectifs personnels et dans un autre, des objectifs liés à la recherche d’emploi.

A bientôt.