Catégories
formation en ligne Outils Uncategorized

Les outils de la formation numérique : carte mentale interactive

Quels outils utiliser pour la formation en ligne ?  A quoi peuvent-ils servir ?  Voici une mindmap interactive Mindomo qui rassemble une série d’outils indispensables pour produire vos cours en ligne.

Quels outils utiliser pour la formation en ligne ?

J’ai rassemblé dans cette carte mentale interactive Mindomo, une liste d’outils que vous pouvez utiliser pour créer vos cours en ligne.  Cette liste ne prétend pas à l’exhaustivité.  Elle reprend des applications et des logiciels que j’aime bien et que j’utilise notamment dans ma formation Créez votre cours en ligne, destinée aux formateurs qui veulent passer à l’e-learning.

J’ai rassemblé ces outils selon diverses catégories : texte, image, vidéo, cartes mentales, etc.

Une carte mentale interactive

Pour chaque outil sur la carte, j’ai ajouté :

  • le nom de l’outil
  • un bref descriptif
  • un lien vers le site web de ce logiciel ou application
  • un article vers mon blog quand j’ai écrit un article sur un logiciel ou une application utilisable dans la formation en ligne

Vous pouvez consulter cette carte mentale interactive en ligne.

Boîte à outil du formateur numérique

Logiciels et application pour le traitement du texte

Le texte peut être tapé directement soit dans un outil auteur comme OpenCrea, un outil-auteur qui permet de créer des cours pour la suite Tree Learning Suite.

Soit, il peut être tapé directement dans un LMS comme Moodle. Moodle Cloud est une version SAAS (Software As A Service).   Elle est hébergée dans le Cloud : vous ne devez donc rien installer sur un serveur, ce qui peut s’avérer très confortable si vous n’êtes pas un expert en serveurs et en bases de données.   Le nombre de participants est limité à 50 et l’espace de stockage ne peut dépasser 200 mégas.

Mais c’est une bonne solution si vous souhaitez démarrer un cours sur Moodle sans vous préoccuper trop de l’administration.  Ensuite, vous pouvez évoluer vers une solution payante du type MoodleSchool qui reste très abordable et propose des options supplémentaires (plugins, thèmes).   Ou vous pouvez louer un serveur chez un hébergeur et télécharger Moodle gratuitement.  Cela demande un peu plus de connaissances techniques…

Le texte peut également être importé.

Traitement de texte

Word

Vous pouvez importer du texte Word dans un LMS comme Moodle, par exemple.   Les mises en page ne sont pas toujours respectées : il vaut donc mieux taper votre texte au kilomètre et le mettre en forme dans Moodle qui propose un éditeur assez complet.

Studio d’écriture

Scrivener

Scrivener est un studio d’écriture qui vous permet d’écrire des documents longs (thèses, rapports, mémoires, etc.).   Il peut exporter sous un nombre incroyable de formats différents : Word, RTF, PDF, ePub, Mobi, etc.   Ce qui en fait un outil extraordinaire de publication.   Personnellement, c’est ce que j’utilise quand je dois taper un texte assez long.  L’export en html vers un site web est très propre également…

Partage sur le Web et dans le Cloud

Slideshare

Slideshare est un site de partage de présentation PowerPoint.   Depuis son rachat par Linkedin, il permet aussi de publier des documents au format PDF et des infographies.   Vous pouvez aisément intégrer des présentations PowerPoint, des infographies et des documents PDF dans votre LMS en intégrant le code iFrame de SlideShare.   Slideshare peut également donner beaucoup de visibilité à vos contenus.  Et donc, renforce votre présence sur le Web.   Depuis qu’il est lié à Linkedin, vous pouvez ajouter du contenu à votre profil Linkedin d’un seul clic de souris.  Ne négligez surtout pas cette fonctionnalité, elle peut vraiment vous aider à faire décoller votre profil…

Calameo

Calameo est un créateur de magazines en ligne.   Vous pouvez gérer la visibilité de vos contenus et leur donner un aspect très professionnel.  Vos documents PDF sont consultables comme un magazine en ligne, dont on peut tourner les pages, les intégrer dans un site web, etc.

Issuu

Issuu est Outil de partage de documents PDF et de magazine en ligne, très semblable à Calameo.   Plus de contenus en anglais.

Scribd

Scribd est aussi un outil de partage de documents PDF et de magazine en ligne, très semblable à Calameo.   Plus de contenus en anglais.

Partage dans le Cloud

Google Drive

Suite de productivité en ligne.   Permet de créer et de partager des documents en ligne sous différents formats.   Un stockage gratuit vous est proposé.  Si vous mettez à jour vos éléments de sécurité (compte Google) chaque année, Google vous offre du stockage gratuit supplémentaire…   La qualité Google, mais la surveillance constante est le prix à payer pour ces outils partagés…

OwnCloud

OwnCloud est une solution Open Source, non surveillée de Cloud personnel.   Il existe plusieurs fournisseurs de Cloud open en France, rassemblés dans le réseau « Chatons » que vous trouverez sur le site Framasoft.

L’e-learning de plus en plus mobile

Logiciels et application de traitement de l’image

Photo

Ces sites web proposent des images de haute qualité en licence Creative Commons 4.0.   Vous pouvez donc les utiliser sans problème pour vos sites, vos cours, etc.   L’article associé vous présente une douzaine de sites de photos et de graphiques.

J’ai également rédigé un article qui propose une douzaine de sites-ressources en photos libres de droits.

En voici trois que je vous recommande particulièrement

Pexels

Gratisography

Pixabay

Applications de dessin

Cacoo

Cacoo est un site collaboratif de dessin et d’utilisation de graphiques.   Très simple d’utilisation, il propose une série de modèles très bien faits pour illustrer vos cours en ligne.

Visuels – Graphiques

Infogr.am

Infogram est une excellente application de création d’infographies et de graphiques interactifs.  Les graphiques sont très clairs et les couleurs très agréables, ce qui rend le tout extrêmement lisible.  Le caractère interactif ajoute une dimension intéressante pour vos apprenants.   Une fois terminés, ces objets sont intégrables dans votre LMS avec un simple code de type iFrame.

Infographies

Piktochart

Piktochart est l’un des meilleurs outils de création d’infographies.   Malheureusement, la version gratuite est très limitée et vous serez très vite frustré sans abonnement payant…   Vous voilà prévenu !

Canva

Canva est un outil que j’utilise presque quotidiennement : une application gratuite avec options payantes.   Avec Canva, vous pouvez réaliser non seulement des infographies de qualité, mais aussi des visuels pour vos sites Web, pour vos cours, pour vos réseaux sociaux, etc.   Vous pouvez aussi consulter cet article sur Canva.

Cartes mentales

XMind

XMind est un freemium, un logiciel gratuit avec des options payantes.   J’aime sa simplicité d’utilisation et le fait qu’il offre non seulement des structures de cartes mentales, mais aussi d’organigrammes, de ligne du temps, etc.   Fonctionne aussi avec Lighten sur iPad.

Cartes conceptuelles

CMapTools

CMapTools est non seulement gratuit (en ligne et sur PC, il coûte environ 3 euros sur iPad) mais il permet de créer des cartes conceptuelles très élaborées, de les publier en ligne, des les exporter sous forme d’images, de PDF, de dessin vectoriel.  Mais il propose son propre module de présentation de type PowerPoint.

Cartes argumentaires

Rationale

Rationale est, pour moi, le meilleur logiciel de cartes argumentaires.   Ces cartes permettent d’enseigner la pensée logique et critique.   Les étudiants apprennent à lier des blocs de texte entre eux avec des opérateurs logiques.   Le texte résultant peut être exporté sous différents formats.  Vous pouvez également lire cet article qui décrit l’utilisation des cartes argumentaires.

Carte argumentaire sur les bio-carburants

Création et édition vidéo

Animation

Ces trois applications en ligne suivantes sont assez semblables.   Elles vous permettent de créer de manière assez simple des présentations de niveau professionnel.   Ne négligez surtout pas ces applications : des études très sérieuses montrent que ces animations sont un des moyens les plus efficaces de former des personnes en ligne.

Powtoon

Goanimate

Moovly

Talking Heads ou vidéos de type « journal télévisé »

Fuse

Fuse est une application gratuite pour iPad.  Elle fonctionne en lien avec Camtasia.   Fuse vous permet de filmer des scènes très simplement avec votre iPad.  Ensuite, vous les transférez sur votre ordinateur, dans Camtasia, avec le Wifi.   Vous pouvez ensuite monter et éditer vos prises de vue avec Camtasia.

Présentation filmée

Camtasia

Outre ses outils d’édition, Camtasia propose un « plugin », un petit programme qui s’ajoute à votre logiciel PowerPoint pour filmer automatiquement vos présentation.   Une bonne façon de créer des vidéos de présentation pour vos cours.   Attention, toutefois, de varier les diapositives et de ne pas rester sur une seule image durant toute la présentation.   Sinon, endormissement de votre public garanti…

Capture d’écran

Screencastomatic 

Pour démarrer dans la capture d’écran.  Screencastomatic est un freemium.  La version gratuite vous permet de filmer des captures d’écran sans prise de son et d’une durée limitée.   La version payante est sonore et illimitée.  Le prix est abordable, mais la qualité n’est pas la meilleure du marché.   Un outil  pour commencer en douceur du point de vue financier.

Edition de vidéo et montage

Camtasia

Le meilleur éditeur vidéo pour Windows, un peu moins bon sur les ordinateurs Mac.   Malheureusement, un prix pas très abordable pour les débutants.   Une interface professionnelle, des fonctionnalités nombreuses et des tutoriels vidéo bien fait (mais tous en anglais).

Wevideo

Wevideo est un site d’édition vidéo.   La version gratuite est limitée mais permet de faire ses premier pas en édition sans rien débourser.   Si vous voulez progresser et publier vos vidéos en haute définition, vous allez devoir prendre un abonnement mais ils sont progressifs et raisonnables.   Wevideo permet l’édition collaborative de vos vidéo ce qui se révélera très intéressant si vous travaillez à plusieurs dans des établissements distants.

OpenShot Video Editor [link]

Une nouvelle version entièrement revue de cet éditeur vidéo Open Source.   L’interface d’OpenShot Video Editor est très soignée, très proche de celle d’un outil payant comme Camtasia.   Sans doute une très bonne solution pour démarrer en édition vidéo.

Transcription du texte d’une vidéo

o Transcribe

oTranscribe vous permet de créer des transcriptions de vos vidéos.   Importez une vidéo de Youtube et commencez à  en transcrire le texte grâce à l’éditeur en ligne.

Sous-titrage professionnel de vos vidéos

Amara

Amara est une fondation américaine.   Son premier objectif était de sous-titrer des vidéos pour les personnes sourdes.   Depuis, Amara a produit un des meilleurs outils de sous-titrage utilisé aussi bien pour les conférences de TED.com que pour des musées américains ou de grandes entreprises.   Ces sous-titres peuvent être exportés sous différents formats standards pour les traducteurs.

Hébergement de vidéo

Vimeo

Vimeo est le site d’hébergement des professionnels du film et de la vidéo.   Dany De Vito y a récemment produit un merveilleux court métrage sur l’amour au troisième âge.   Viméo héberge vos vidéos et vous propose des fonctionnalités très intéressantes pour vos cours :   l’incorporation exclusive sur des noms de domaine de votre choix (réduit les risques de piratage) les options d’intégration (largeur, longueur, affichage et couleurs du lecteur, etc.) la vente de vos vidéos à l’unité ou à la série (une autre façon de monétiser votre travail)

Youtube

Youtube n’est pas seulement le plus grand hébergeur de vidéos. C’est aussi un moteur de recherche extrêmement puissant.   Il offre aussi des fonctions comme l’intégration de liens, de vignettes dans vos vidéos.   De quoi augmenter votre audience et affirmer votre présence sur le web.

DailyMotion

DailyMotion est l’hébergeur de vidéo qui compte le plus de vidéos francophones.   Être présent sur ce site vous procure une visibilité à destination des publics francophones.

 

Traitement de vos fichiers Audio – Son

Enregistrement de fichier audio et de podcasts

Audacity

Un logiciel open source et gratuit, Audacity est un des meilleurs outils d’enregistrement sonore.   Vous pouvez l’utiliser pour enregistrer des cours, des séquences sonores pour vos films d’animation, des podcasts, etc.   Avec un bon micro et Audacity, vous disposez d’un véritable studio d’enregistrement multipistes et d’un outil de montage audio de qualité professionnelle.  Elle est pas belle, la vie ?

Hébergement / Diffusion de vos fichiers audio et podcast

Soundcloud

Soundcloud est un réseau social de partage de fichiers sonores.   Vous pouvez y stocker vos fichiers audio, podcasts, etc.   Une façon économique non seulement de stocker vos fichiers audio, mais surtout de les distribuer et de les faire connaître à une communauté très active.

Podcast

Lybsin

Une solution d’hébergement très professionnelle de vos podcasts.   Lybsin propose de l’hébergement à partir de 6 euros par mois, environ.  Vos podcasts sont distribués sur le site de Lybsin, mais aussi sur votre site web via un plugin WordPress ou sur iTunes si vous respectez les normes de qualité de cette plateforme.

Podbean 

Podbean est un site d’hébergement très abordable pour vos podcasts.   Un abonnement très accessible vous permet aussi de distribuer vos productions sur iTunes.

Outils collaboratifs

Tableaux

Padlet

Padlet est une application de tableau très ouverte.   On peut l’utiliser comme support de travail collaboratif mais aussi pour construire des portfolios d’étudiants, par exemple.   Très facile d’accès et très intuitif, on peut y ajouter des documents téléchargés depuis l’ordinateur ou des liens vers des sites web, de la vidéo, des documents texte, etc.

Tuzzit

Un site qui propose différents formats de tableaux : business canva, carte d’empathie de David Gray, etc.   La version gratuite de Tuzzit permet de créer des tableaux et de les partager facilement.

Wiki

Framapad

Framasoft a encore frappé.   Framapad est un wiki : vous pouvez y écrire à plusieurs.   Chaque auteur est identifié par une couleur d’écriture différente.  Un historique vous permet de visualiser l’évolution du texte et les apports de chacun depuis sa création jusqu’à la dernière étape.

Cartes mentales collaboratives

J’ai rédigé un comparatif des applications de cartes mentales collaboratives sur ce blog.

Framindmap

Une application en ligne de mindmapping collaboratif, mais en temps différé.   Open source et gratuit, Framindmap est un clone français du logiciel Wisemapping développé par une entreprise argentine.

Mindomo

Mindomo est le logiciel de mindmapping via lequel cette carte a été développée et distribuée.   Permet la création de cartes interactives et du vrai travail collaboratif en ligne et en temps réel.   Son interface Mindomo School est particulièrement bien adaptée aux apprentissages en ligne du fait de son intégration dans la plupart des plateformes LMS.

Une interface très complète

Mindmeister

Une application de mindmapping en ligne.  Mêmes caractéristiques que Mindomo, mais Mindmeister a surtout développé la gestion de projet avec son interface complémentaire Meister Task.

Mindmup

MindMup est une application de mindmapping en ligne qui a bien évolué. Permet de la collaboration en temps différé uniquement.

Forums et fils de discussion

Les forums sont importants dans un  parcours de formation en ligne car ils sont les carrefours d’échange entre les participants.

Réseaux sociaux

Les réseaux sociaux constituent une alternative ou un complément intéressants des LMS.   Un réseau social bien animé peut contribuer puissamment au succès d’une formation en ligne.

Zoom

Zoom est une application de classe virtuelle.   C’est celui que j’utilise pour les classes virtuelles de formations Spoc en Stock.   Peu gourmand en ressources, il est très stable et très intuitif.   Il est aussi très complet : partage d’écran partage de contenu sur iPad tableau blanc possibilités d’échanges audio et vidéo de tous les participants   La version gratuite offre la possibilité d’un échange vidéo illimité entre deux personnes.  La version payante, 14 $ par mois, accueille jusqu’à 100 participants en illimité, enregistrement audiovisuel compris.   Un outil flexible et complet que je recommande sans hésitation.

Exerciseurs et autres éditeurs de Quiz

LMS – Learning Management Systems – plateformes d’apprentissage

Moodle

Moodle propose ses propres outils de création de quiz sous forme de plugins (programmes complémentaires que vous trouverez sur Moodle.org et que vous ajoutez pour enrichir votre plateforme).   Moodle accueille aussi des exerciseurs provenant d’autres sites, souvent intégrés sous forme d’un code de type iFrame.

Outils externes

LearningApps

LearningApps est un site allemand qui propose de nombreux exerciseurs sympathiques et facile à construire.   Ils s’intègrent aussi dans votre plateforme LMS avec un code de type iFrame.

H5P

Un nouveau venu qui propose des dizaines de tests, d’exercices et de supports multimédias.   C’est gratuit et open source et maintenu à jour avec une belle constance.   Pour Moodle, WordPress et Drupal, H5P offre un plugin qui permet de créer les contenus directement dans la plateforme.   Pour les autres systèmes, la plupart des supports peuvent être incorporés grâce à un code de type iFrame.

Bac à sable – Espace d’expérimentation

Minecraft

Minecraft est un jeu extrêmement populaire auprès des enfants et adolescents.   Il peut être utilisé en classe ou en formation hybride pour créer des espaces de type bac à sable ou pour construire des objets selon des consignes.   Depuis son rachat par Microsoft, il est payant.

Framinetest

Framinetest Edu est un clone éducatif et open source de Minecraft distribué par Framasoft.

Logiciels et application de présentation

L’intérêt de ces logiciels c’est qu’ils peuvent être incorporés à vos cours en ligne, généralement avec un code de type iFrame.  Ils peuvent également servir de support à une vidéo avec voix off.

Prezi

Prezi est une application en ligne de présentation dynamique.   Avec Prezi, vous pouvez zoomer et vous déplacer dans la présentation pour créer des effets dynamiques pour renforcer la navigation.   Attention aux excès toutefois…   Les versions payantes de Prezi permettent de travailler hors-ligne.   Le nouveau venu, Prezi Next, propose des fonctionnalités graphiques encore plus impressionnantes.  Découvrez le potentiel de Prezi dans cet article.

Haiku Deck

Haiku Deck est une application de présentation en ligne qui ressemble un peu à Powerpoint.   La version payante intègre à présent un moteur d’intelligence artificielle qui vous aide dans la construction et l’illustration de votre présentation.

PowerPoint

Le logiciel de présentation classique et généralement très mal utilisé.   La succession de diapositive donne l’impression qu’on travaille de manière logique et signifiante.  La réalité est souvent qu’on travaille de manière purement séquentielle et peut motivante pour votre public.

Partage de vos présentations

Slideshare

Slideshare est un média social de partage de présentations.   Lié à votre profil Linkedin, il vous permet de donner de la visibilité à vos projets, d’intégrer des infographies, des présentations ou des documents pdf à vos cours et sites web.   Il enrichit votre profil Linkedin d’un simple clic, une fonctionnalité à utiliser sans modération.

Conclusion : une richesse inédite mais dangereuse

Nous n’avons jamais eu autant d’outils, ni d’outils d’une telle qualité.  La formation en ligne se démocratise avec ces outils et applications dont certains sont même gratuits.

Mais il ne faut pas pour autant perdre de vue notre objectif de formateur, d’enseignant ou de pédagogue : nous devons d’abord former des personnes.  Et donc, c’est la pédagogie qui doit primer sur la technologie.

Avant de se focaliser sur un outil, il faut se poser les bonnes questions.  Ce sera l’objet d’un prochain article de ce blog.

Catégories
storytelling

Mindmap : 50 outils pour votre storytelling digital !

Le storytelling digital fait la une de nombreux médias.  C’est un moyen puissant de mobiliser les foules.  Mais avec quels outils peut-on créer un storytelling digital digne de ce nom ?  Je vous en livre quelques-uns sous forme de mindmap cliquable.

Je ne suis pas le dernier à vous parler du storytelling.  J’y ai fait plus qu’allusion dans des articles sur Prezi, notamment.  Mais ces techniques narratives, si utiles pour concevoir des présentations efficaces, se révèlent aussi très puissantes dans le monde numérique : médias sociaux, blogs, sites web, marketing, etc.  On parle alors de « storytelling digital ».

Le storytelling digital

Les ressources du Net au secours du storytelling digital

Le storytelling digital fait appel à toutes les ressources du web : design, photos, images, vidéo, audio, techniques d’écriture propres au web, infographies, etc.

J’ai rassemblé ici 50 outils dont je me sers personnellement et qui vous permettront, à vous aussi, de déployer toute la richesse du storytelling.  Vous n’avez peut-être pas besoin de tous ces outils.  Choisissez ceux qui « vous parlent » et qui vous paraîssent correspondre à vos besoins.

Pour la plupart, ils sont intuitifs et proposent au minimum une version gratuite ou une version d’essai.

La carte mentale ci-dessous ne reprend que les grandes catégories.  Cliquez sur l’image pour accéder à une carte Mindomo entièrement cliquable.  Vous pouvez également cliquer sur les petites icônes en forme de documents pour lire la description de chaque outil.  Il vous suffit de cliquer sur l’icone hyperlien pour accéder à l’outil en ligne.

Outils de storytelling digital

Soignez vos photos et images

Les photos – comme tous les visuels – sont un élément essentiel de votre storytelling digital, que ce soit en présentation, en imprimerie ou sur votre site web. Choisissez des photos de qualité. Si vous ne les créez pas vous-même, au moins sélectionnez des photos de créateurs. Mais attention aux droits d’auteurs…

Images libres de droits – haute résolution et qualité artistique

Les sites que je liste ci-dessous proposent des photos de très grande qualité ; généralement, ces ressources sont accessibles sous licence Creative Commons – vérifier s’il y a besoin de citer l’auteur ou non.   Certaines licences peuvent aussi différer dans l’usage : commercial ou non, reproduction ou modification, etc.

DesignersPics

Des photos de très grande qualité, gratuite et pour tous usages, même commerciaux, sans devoir mentionner l’auteur. Les images ne sont pas encore très nombreuses, mais elles sont très prometteuses.

Unsplash

Des photos haute résolution, gratuite et d’une qualité souvent incroyable.

Albumarium

Comme son nom l’indique, les photos de ce site sont classées par album : chiens, chats, bibliothèques, architecture, education, etc. Attention, les licences divergent selon les auteurs. Soyez vigilant-e !

Pexels

Des photos de qualité à couper le souffle. Ici aussi, diverses licences, donc la vigilance est de mise…

Editez vos photos en ligne

Pour retoucher vos photos : contraste, éclairage, effets spéciaux. Un outil de qualité professionnelle.

Autodesk Pixlr

Optimisez vos photos et images

Attention aux temps de chargement de votre site web ! Les images trop lourdes ralentissent le chargement de votre page. Et l’internaute d’aujourd’hui n’a plus le temps d’attendre. Si trop de visiteurs quittent votre site avant même le chargement de la page qu’ils désiraient voir, cela augmente votre taux de rebond. Et à terme, cela vous pénalise sur les moteurs de recherche. Facilitez la vie de vos visiteurs en optimisant les photos avant de les publier sur votre site.

Kraken Image Optimizer

Une application en ligne d’optimisation d’images pour le Net : en confiant vos images à Kraken vous êtes certain-e de ne pas ralentir chargement de la page de votre site tout en conservant un maximum de netteté.

Mockups : contextualisez votre marque et vos produits

Les mockups vous permettent de mettre vos photos personnelles en contexte : insertion dans un paysage, un groupe, un appareil – votre vidéo défile sur l’écran d’un iPad, par exemple. Très efficace pour suggérer l’utilisation d’un de vos produits ou services.

PlaceIt : créez des mockups époustouflants

PlaceIt est une application en ligne qui offre de nombreux « mockups » : smartphones, ordinateurs, tablettes… Insérez vos images ou vos vidéos, y compris captures d’écran ou vidéo Youtube, sur un smartphone ou un iPad. Plus vrai que nature !

Voici un exemple tout simple : le logo de mon entreprise sur un smartphone :

Mockup formation 3.0

Utilisez les couleurs à bon escient

Les couleurs ont une importance cruciale en communication. Si vous ne connaissez pas la psychologie des couleurs, ni comment les marier harmonieusement dans une infographie ou un site web, voici des outils indispensables.

Color Emotion Guide | Visual.ly

Un guide visuel et très simple proposé par Visual.ly dont je parle plus en détail dans la partie « Design ».

Adobe Color CC

Comment choisir judicieusement les mariages de couleurs pour vos visuels ? Voici la roue des couleurs d’Adobe. Elle vous permet en quelques clics de trouver les couleurs complémentaires, opposées, les nuances de tons agréables à l’oeil, etc. Un outil indispensable pour rendre vos visuels incomparables.

Polices de caractères : la typographie est importante

La typographie n’est pas un élément accessoire ou secondaire de votre communication. Elle est la chair de vos mots, leur habillage physique.

Google Fonts

Une collection impressionnante de polices de caractères téléchargeables gratuitement. De quoi enrichir la palette de vos productions écrites.

The 10 Commandments of Typography | Visual.ly

Combien de polices de caractères puis-je utiliser dans un article de blog ou pour une infographie ? Comment combiner un titre et un corps de texte ? Quelles sont les différentes familles de polices ? Et à quoi peuvent-elles servir ? Suivez les dix commandements de la typographie de Visual.ly et ne commettez pas d’impairs.

Design : créez des visuels et des infographies

Ces applications de design vous permettent de créer infographies, éléments visuels pour vos blogs et médias sociaux, etc. Elles proposent toute une version gratuite ou d’essai. Elles offrent aussi des conseils ou des tutoriels de qualité pour améliorer votre pratique.

Canva – la simplicité avant tout

Un des derniers venus dans le monde du visuel. Et l’un des plus gros succès aussi. Canva est gratuit et propose de nombreux modèles, des images, des polices de caractères, etc. C’est une application très intuitive et qui ne demande pas de formation ou de connaissances préalables. La « Design School » vous propose aussi des tutoriels interactifs et des exercices.

Créez vos graphiques avec infogr.am

Infogram, dont j’ai déjà parlé sur ce blog, est un outil très pratique pour créer non seulement des diagrammes de qualité professionnelle, mais aussi des infographies interactives en ligne.  J’ai déjà décrit infogr.am en détail sur ce blog.

Visually – Une communauté de créateurs à votre service

Visual.ly met en contact créateurs et marques ou entreprises. Une communauté vibrante qui vous délivrera le produit design dont vous avez besoin.

easel.ly – l’infographie facile pour tous

Easel.ly est peut-être le moyen le plus facile et gratuit de créer une infographie en ligne. Un programme intuitif s’il en est et que j’ai décrit dans cet article : Créez des infographies de qualité pro avec easel.ly !

Piktochart

Piktochart est une des meilleures applications pour créer des visuels en ligne : infographies, rapports, dias pour présentations PowerPoint ou Haiku Deck. Malheureusement, la version gratuite est très (trop) limitée.

Vidéos : utilisez tous les ressources de l’image et du scénario

La vidéo est un outil puissant pour raconter une histoire : elle combine la puissance de la narration au pouvoir émotionnel de l’image.   Choisissez des thèmes et des personnages auxquels les personnes de votre public peuvent facilement s’identifier. Certains réseaux sociaux sont de meilleurs vecteurs de distribution que d’autres : – les addicts de Facebook ou de Twitter réagissent presque frénétiquement aux vidéos ; – vos abonnés Linkedin sont, pour la plupart, des professionnels pressés. Une bonne image fixe les séduira davantage qu’un clip vidéo.

Créez des animations de qualité professionnelle

Ces outils vous permettent de créer des animations de qualité professionnelle. Vous ne devrez pas entrer une ligne de code. Attention cependant de ne pas vous répandre : une vidéo courte est plus efficace qu’un clip interminable. Ces outils proposent une tarification spéciales pour les écoles. Pensez-y si vous êtes enseignant-e.

Moovly

Moovly est une application en ligne qui propose de nombreux modèles et objets. Vous pourrez créer des animations pro en quelques clics.

PowToon

PowToon offre une palette incroyable de modèles, d’objets, de couleurs, etc. Mais les prix sont un peu élevés pour un particulier ou un freelance.

Explee

Explee est le produit d’une startup française. Il propose aussi une bibliothèque d’images, de musiques, etc. Très intuitif.  Très facile à intégrer dans un site web ou une page de LMS (plateforme d’e-learning).  J’ai intégré la vidéo suivante dans une page de Moodle pour accueillir les participants d’une formation hybride.

Editez vos vidéos pour en tirer le meilleur

Vos vidéos sont rarement publiables immédiatement. Il faut les éditer pour en couper les parties ratées ou trop longues, pour y ajouter des effets, etc. Voici quelques outils d’édition en ligne faciles.

Youtube Editor

Youtube propose un outil d’édition de vos vidéos qui vous permet d’ajouter des photos, de la vidéo (eh oui !), de la musique, des transitions, etc. au sein de la vidéo que vous avez téléchargée.

WeVideo – Application d’édition vidéo en ligne

WeVideo est une application en ligne qui vous permet d’éditer vos vidéos comme un professionnel : intégration d’images, de présentations, de son, etc. La version gratuite offre déjà de nombreuses possibilités.  WeVideo convient tant pour le storytelling d’entreprise que comme solution de créations de supports pédagogiques.

Popcorn WebMaker

Un produit proposé par la fondation Mozilla. Popcorn vous permet d’ajouter des éléments dynamiques à vos vidéos : bulles de bd, commentaires, etc..

Sous-titrez vos vidéos avec Amara

Amara est sans doute le meilleur outil de sous-titrage de vidéos. Ce sont eux qui fournissent notamment les sous-titrages des vidéos de TED.com.  Amara est une association sans but lucratifet j’ai le plaisir de travailler avec eux depuis plusieurs années.

Storygami

Toujours en phase beta, Storygami permet aux utilisateurs de Vimeo et Youtube d’enrichir leurs vidéos de contenus interactifs : médias sociaux, commentaires, notes, images, sons, etc. Une application à suivre.

Partagez vos  vidéos sur le Net

Partagez vos vidéos sur des chaînes ou à travers les médias sociaux spécialisés.

Youtube

Youtube est non seulement le numéro un de la vidéo sur le Net, c’est aussi le second moteur de recherche après Google en nombre de requêtes… Avoir votre propre chaîne et y publier des vidéos originales est un moyen très sûr d’établir votre notoriété d’expert…

Vimeo

Vimeo est aussi très apprécié des amateurs de vidéo. Le monde associatif y est bien représenté.

Dailymotion

Vous pouvez aussi publier vos vidéos sur Dailymotion, le plus francophone des médias sociaux du genre.

Utilisez les application vidéos des réseaux sociaux

La vidéo est si importante pour les médias sociaux que des applications naissent pour leur fournir des flux (streams) de vidéo directe ou non.

Meerkat

Meerkat est un des premiers venus dans les applications de streaming vidéo à destination des médias sociaux.

Vine

Si vous aimez les vidéos courtes et punchy, Vine est fait pour vous ! En quelques secondes, exprimez le meilleur de vous-même…

Periscope

Périscope, depuis son acquisition par Twitter, fait une concurrence impitoyable à son confrère Meerkat. Du streaming vidéo en live qui inquiète les chaînes de télévision européennes…

Ne négligez pas les fichiers audio et les podcasts !

Même si la vidéo est reine, l’audio reste un médium important. Il procure l’avantage, sur la vidéo, d’être écoutable partout, y compris lorsque vous êtes au volant de votre voiture.

Facilitez la transcription de vos interviews

Pas évident de retranscrire une interview audio avec un traitement de texte. Avec ces outils, oubliez le stress et commencez à transcrire.

oTranscribe

Une application de transcription de fichiers audio. Téléchargez votre fichier et vous écoutez la bande en même temps que vous tapez.  C’est enfantin et c’est pour ça que ça marche.

Transcribe – transcription et diction en ligne

Même principe que le précédent. Les commandes vous permettent d’arrêter la bande audio, de revenir en arrière au besoin, etc.

Enregistrez et partagez vos Podcasts

Le podcast est toujours très demandé et la transcription d’interviews en audio ou en vidéo n’est pas si facile. Sauf si vous disposez des bons outils.

Enregistrez, montez et enrichissez vos podcasts avec Audacity

Logiciel libre, Audacity n’en est pas moins un programme très complet, de qualité professionnelle. Une foule de fonctionnalités à découvrir si vous aimez le son.

Ecoutez vos podcasts sur Overcast

Une application pour entendre vos podcasts favoris sur iPhone.

Partagez vos podcasts sur Soundcloud

Soundcloud est la plateforme de partage des podcasts. Qu’il s’agisse de musique, d’interviews ou de récits, la communauté Soundcloud est très riche et très intéressée.

Ecriture : utilisez la puissance de la narration

Le storytelling, c’est aussi de la narration. Voici quelques outils pour vous aider dans la conception et le partage des éléments écrits de votre storytelling.

Ecrivez et partagez sur Wattpad

Wattpad est une plateforme de partage d’histoires. Un bon endroit pour tester l’efficacité de vos récits et recueillir les impressions de vos lecteurs potentiels.

Rédigez vos scénarios et vos documents longs avec Scrivener

Que vous soyez écrivain, scénariste de BD ou rédacteur technique, voici un studio d’écriture bourré de ressources. Le tout pour un prix dérisoire et animé par une communauté dynamique. Un must !

Trouvez votre inspiration dans Storybird

Une autre application pour publier ses histoires : mais Storybird, c’est aussi une communauté d’artistes qui fournissent des illustrations pour vos histoires.  Vous pouvez partir de ces images comme source d’inspiration de vos propres histoires.

Utilisez le storytelling pour booster vos présentations

Pour toutes les entreprises, associations et institutions d’aujourd’hui, les occasions de prise de parole sont nombreuses. Pour donner de l’impact à vos interventions, voici une panoplie de supports visuels.

Concevez et créez vos présentations

Pour créer vos présentations, voici quelques applications-phares.

Haiku Deck

Une application élégante de présentation. Une version intégrée à Slideshare existe qui permet d’intégrer vos présentation avec Linkedin en quelques clics.

PowerPoint

Le plus célèbre des programmes de présentation existe à présent en ligne.

eMaze

Encore peu connu, eMaze est une application de présentation très dynamique, avec des effets de 3D assez époustouflants.

Keynote

Les afficionados d’Apple ne jurent que par lui. Keynote est LE programme de présentation pour Mac.

Prezi

Programme de présentation non-séquentiel, Prezi est surtout connu pour ses facultés de zoom et de rotations. C’est une application visuelle très complète qui mérite mieux que ça. J’en ai parlé à plusieurs reprises sur ce blog.

Partagez vos présentations sur le Net

Créer des présentations, soit, mais si personne ne les voit ? Voici un média social de partage de présentations que vous ne pouvez plus ignorer !

SlideShare, le média incontournable pour vos présentations

Slideshare est l’endroit où il faut être si vous créez des présentations. C’est un média social spécialisé dans le partage des présentations et il peut draîner un trafic non-négligeable vers votre site s’il est bien utilisé. Depuis qu’il intègre une version gratuite de Haiku Deck, la suprématie de Powerpoint y semble bien compromise. Vous pouvez également distribuer des documents de type PDF via Slideshare, mais le format ne s’y prête pas toujours très bien.

Faites voyager votre public avec le Story Mapping

La carte de géographie comme support du storytelling

Les cartes de géographie, modernes ou antiques portulans, nous font tous rêver. Utilisez le pouvoir d’évocation du voyage et de la carte pour faire rêver votre public ou pour l’informer.

Heganoo

Un logiciel qui vous permet de partir d’une carte, d’y définir des points et de développer un scénario à partir de ces points. Encore en version beta, mais prometteur.

Storymap JS

Un outil extrêmement complet pour des intégrations d’images et de cartes dans un récit structuré.

TimeMapper

Un outil étonnant pour créer des cartes associés à des lignes du temps. Un très bon support pédagogique, mais aussi un moyen original de raconter l’histoire de votre entreprise.

Tour Builder with Google Earth

Comme son nom l’indique, Tour Builder utilise les fonctions de géolocalisation de Google Earth pour y implémenter des informations : photos, textes, vidéos, etc.

Géonef

Géonef vous permet de construire des itinéraires pédagogiques ou touristiques à partir d’une carte de géographie. Insérez-y ensuite texte, dessin, photos, vidéos, liens externes, etc.

Umap / OpenstreetMap

Umap est un projet open source d’Openstreet Map. Il offre de la géolocalisation : insérez des emplacements précis dans une carte et enrichissez-les de liens externes qui renvoient vers des billets de blog, etc.

Vous avez aimé cet article ?  Inscrivez-vous à ma newsletter et ne ratez plus aucun article ou événément !

Catégories
Applications

Appli : Forcedraft, adieu procrastination, bonjour productivité !

FORCEdraft est une application gratuite qui bloque tout votre ordinateur pendant que vous tapez votre texte. Un bon moyen d’éviter toutes les tentations en ligne ou ailleurs… et de booster votre productivité !

Un certain nombre d’applications vous proposent de lutter contre la procrastination. Merci à mon ami Bruno Martin de m’avoir signalé « ForceDraft » de Félix Belzile. Ce dernier n’est pas vraiment un inconnu parmi les procrastinateurs, puisqu’il est déjà l’auteur de « Cold Turkey », une application qui aidait également à la concentration en bloquant temporairement les jeux et les réseaux sociaux pendant qu’on travaille.

Personnellement, j’ai l’habitude d’utiliser Focus Booster et la méthode Pomodoro. Pas vraiment pour éviter la procrastination, mais davantage pour favoriser la concentration.

Les deux produits – Focus Booster et ForceDraft – se rejoignent dans l’objectif d’éviter la dispersion, la distraction.

Une appli qui bloque votre ordinateur pour éviter toute distraction !

Mais ForceDraft va plus loin : il ne se ferme pas tant que vous n’avez pas atteint votre objectif. Il bloque tous les programmes et applications de votre ordinateur.

Cet objectif, ça peut être un nombre de minutes, ou mieux, un nombre de mots.  La dernière option est l’arrêt quand vous le demandez, mais elle ne présente guère d’intérêt car pas très stimulante…

Sélectionnez votre objectif

Lorsque vous avez lancé ForceDraft, seul l’écran blanc, le logo de l’application et le titre de votre documents s’affichent ainsi que la zone de texte.

Vous évitez donc la tentation de cliquer sur un onglet ou une icône de votre PC. Et en même temps, cet écran uniformément blanc vous force à vous concentrer sur votre tâche et sur rien d’autre. Exactement comme le mode « Full Screen » de Scrivener, le studio d’écriture de Literature & Latte.

ForceDraft ne propose aucun enrichissement de texte : pas d’italique, de gras ou de soulignement. C’est de la frappe kilométrique : vous vous concentrez sur le contenu, pas sur la forme. Cela vous permet réellement d’écrire le nombre de mots que vous vous étiez fixé.

Vous  n’avez pas besoin de sauvegarder votre texte non plus : Forcedraft le fait pour vous.  Une autre source de distraction évacuée.

Lorsque vous avez terminé, vous déterminez l’endroit où vous souhaitez sauvegarder la version finale de votre texte.  Celle-ci se présente sous la forme d’un fichier de type .txt soit un texte du bloc-note.  Vous pouvez ensuite coller ou ouvrir ce texte à partir d’un traitement de texte comme Word ou OpenOffice Writer pour le mettre en forme.

Sauvegarde de la version finale

FORCEdraft, un outil puissant, mais un outil seulement

Attention : ForceDraft n’est qu’un outil. Un outil puissant, par sa simplicité même, mais un outil malgré tout.   Je veux dire par là qu’il vous aide, très efficacement, à atteindre vos objectifs. Mais il ne vous aide pas à les définir.

Et donc, pour utiliser ce type d’outils, fixez-vous un objectif atteignable : ne vous mettez pas un éléphant sur le dos. Surtout, si vous êtes accro à l’Internet et que vous passez vos journées à cliquer sur tout ce qui bouge à l’écran.

Commencez par un objectif modeste. Et calibrez aussi votre but en fonction de vos besoins. Si vous devez écrire un résumé de 500 mots, fixez votre objectif à ce maximum.

Si vous écrivez dans le cadre d’un mémoire ou d’une thèse, travaillez par sections, comme vous le feriez avec Scrivener.   Donnez-vous les moyens de réussir !

ForceDraft ne vous dit pas non plus quand vous avez atteint votre objectif. C’est une autre façon de ne pas vous distraire de votre travail. Vous êtes dans le « flux », vous tapez votre texte sans aucune distraction.   Vous savez que tout est bloqué. Vous continuez à travailler sans vous arrêter.

Et vous vous surprenez à dépasser votre objectif de départ.

Une application au service de vos objectifs… en toute honnêteté !

Bref, avant de l’avoir essayé, j’étais un peu sceptique. Maintenant, je suis convaincu : cela peut vraiment vous aider.

Pour que ça marche vraiment : éteignez aussi votre smartphone ou coupez le son.   Tout bloquer sur le PC tandis que votre smartphone siffle, gazouille, sonne ou ronfle à côté risque de vous faire perdre tout le bénéfice de l’outil.

Soyez honnête avec vous-même. Ne tapez pas non plus des mots inutiles, voire de faux-mots pour atteindre le compte de manière artificielle. Votre objectif est d’écrire ce satané texte, oui ou non ?

 PS :

J’ai trouvé une faille dans ForceDraft : une combinaison de touches, bien connue des vieux routards du DOS, qui neutralise l’application. L’avez-vous trouvée ? Si oui, faites comme moi : oubliez-la immédiatement et remettez-vous au travail 😉

Vous avez aimé cet article ?  Inscrivez-vous à ma newsletter et ne ratez plus aucun article ou événément !

50.850344.35171
Catégories
Outils

Chercher l’info sur le Net : ne croyez pas les images sur parole !

Les graphiques et images trouvés sur le Net ne vous disent pas toujours la vérité.  Petit exemple avec un graphique repéré sur Scoop it…

Le Net, ce sont des milliards d’images, de graphiques, de texte, de vidéo, etc.  Mais c’est aussi un nombre invraisemblable de plagiat, de duplication, de copie plus ou moins sauvage.    Parfois, c’est de la copie intégrale, parfois, c’est de la duplication partielle.

Méfiez-vous d’une image isolée, sortie de son contexte !

Et une information partielle peut parfois se révéler trompeuse.  Voici un exemple que j’ai trouvé sur Scoop it : un magnifique graphique qui parle d’un sujet qui me préoccupe pour l’instant.  Je planche sur une formation « pilotez votre marketing d’entreprise avec Hootsuite« .  Un des modules de cette formation traite des blogs d’entreprise.  Or, j’ai trouvé sur Scoop it un graphique qui dit exactement ce que je veux entendre :

Les blogs influencent plus les consommateurs que les réseaux sociaux

Magnifique !  C’est exactement le sujet de ce module et il énonce mot pour mot le message que je veux faire passer : que rêver de mieux ?

Graphique isolé sur Scoop it

Le curateur insiste :

« Qui l’eut cru ?  Les blogs influencent plus les consommateurs dans leurs achats que les réseaux sociaux !
 

Un vrai cadeau de fiançailles, je vous dis !

Oui mais voilà, en cliquant sur le lien, rien ne se passe : le graphique est une image isolée, sans aucun article associé…

Tineye, un incroyable outil de traçage des images

Travaillant dans les médias depuis quelques années, familier d’Internet et documentaliste de formation de base (eh oui, personne n’est parfait !) je me méfie comme de la peste des images sorties de leur contexte.  Des petites phrases aussi, d’ailleurs.

Mon sixième sens m’avertit de prendre mes précautions.  Et donc, je sors une de mes armes de curation massive : Tineye.

Tineye, avec son gentil robot, est une application extrêmement efficace qui vous permet de retracer l’historique des images trouvées sur le Net.  Je soumets donc mon image à Tineye en y entrant l’URL (adresse Internet de l’image) :

Tineye l’arme absolue

J’attends quelques secondes – il n’en faut pas plus à Tineye pour scanner ses gigantesques banques de données – et le résultat apparaît.  Ou plutôt les résultats, car il a scanné près de 8 millions 450 mille pages… pour obtenir 8 résultats :

Résultats dans Tineye

Un article qui nuance fortement le graphique de départ !

Le résultat le plus pertinent est un article du Social Media Examiner, une référence en matière de médias sociaux.

Je clique donc sur le lien et je lis l’article.

Et là, surprise !  L’article – ou ce paragraphe 5, en tout cas, nuance fortement le contenu du graphique de départ.

Le graphique et une portion de l’article

En fait, l’article traite de la différence de point de vue entre les marques et les créateurs de contenu (essentiellement, des blogueurs).  Pour les marques, ce sont les médias sociaux qui influencent le plus le choix des consommateurs.  Leur mesure du succès consiste à voir les réactions sur Twitter et le nombre de pages vues sur leur site.

Tandis que pour les créateurs de contenus, les blogueurs, ce sont les blogs qui sont les plus influents !  Car pour eux, les blogs apportent un « facteur de confiance » supplémentaire : un acheteur potentiel croira plus facilement le conseil d’un blogueur que la page web d’une marque…

Ce n’est pas vraiment ce que le graphique isolé laissait entendre sur la page de notre curateur…

Conclusion : recoupez vos sources et méfiez-vous des éléments hors contexte

En conclusion, lorsque vous menez une veille sur un thème, restez vigilant.

Utilisez les techniques des (bons) journalistes :

  • recoupez vos sources : ne vous contentez jamais d’une source unique, surtout si vous en ignorez la provenance.  Une bonne partie du web est constituée de bribes de contenus piqués ailleurs.  Ce n’est pas la meilleure façon de construire votre savoir…
  • méfiez-vous toujours (c’est une règle absolue) des éléments isolés, sortis de leur contexte : ne croyez jamais une petite phrase ou une image qui n’est pas contextualisée.  La personne ou le média qui la cite lui fait peut-être dire l’exact contraire de ce que son auteur a voulu dire.

Avec ces deux règles et des outils comme Tineye ou Hoaxbuster, vous pouvez déjà balayer pas mal d’infopollutions !

Vous avez aimé cet article ?  Inscrivez-vous à ma newsletter et ne ratez plus aucun article ou événément !

Catégories
ITyPA3 MOOCs

Itypa 3 – webinar de Marco Bertolini

Un fabuleux travail de sketchnote par Fredéric Duriez sur mon webinaire à propos des Environnements d’apprentissage personnel sur le MOOC ITyPA, saison 3.
Mieux que mon original !

Catégories
Logiciels Mindomo

Mindomo : organigramme, carte conceptuelle et autres structures

Une des caractéristiques les plus intéressantes de Mindomo, est qu’il permet de créer non seulement des mindmaps (ou cartes mentales) mais aussi d’autres types de structures : cartes conceptuelles, organigrammes, arbres logiques, cartes droites, etc.  Je me suis même essayé à dessiner un Ishikawa !

J’ai testé Mindomo dans de précédents articles (une vue d’ensemble et une exploration des différentes plateformes sur lesquelles Mindomo fonctionne) et j’ai été séduit par la qualité de ce logiciel de mindmapping qui permet de travailler partout : en ligne, sur votre PC, mais aussi via votre smartphone ou votre tablette, qu’elle soit du type iOS ou Android !

J’ai voulu aller plus loin et vérifier s’il était possible d’utiliser des structures différentes de celles du mindmapping traditionnel : des organigrammes bas et hauts, des cartes conceptuelles, des arbres logiques – gauches et droits – des listes en forme de colonne.  Je me suis donné libre cours et j’ai dessiné un Ishikawa à l’aide de l’outil de cartes conceptuelles et j’ai utilisé l’organigramme haut pour dessiner une ligne du temps.

Je vous livre le résultat de mes expérimentations dans cet article !

Organigramme bas et haut : des classiques utiles

La concurrence sur le marché des logiciels de mindmapping collaboratif se déchaîne et Mindmeister annonçait au début de juin 2014, que cette nouvelle fonction serait bientôt disponible.

Organigramme dans Mindmeister

Chez Mindomo, cette structure est disponible depuis un moment.  Je l’ai utilisée pour réorganiser mon propre site web : il s’agit d’une structure à très peu de niveaux et c’est voulu.  Je voulais simplifier la navigation au maximum.  J’ai donc réaménagé mon site en très peu de grandes rubriques :

  • Offre particuliers
  • Offres entreprises
  • Agenda
  • Contact
  • Blog

(Double-cliquez sur la carte pour l’agrandir).

Structure de mon site web

Cette structure est plus familière aux informaticiens que la carte mentale (ou carte heuristique ou mindmap).  Elle a l’avantage d’être très claire.

Une ligne du temps avec l’organigramme haut

Avec XMind, j’avais pris l’habitude de dessiner des lignes du temps à l’aide de la structure de type « arête de poisson » ou Ishikawa du nom de son inventeur.  Mais, cette forme présentait un handicap énorme : beaucoup de gens interprétaient le sens de la tête comme la flèche à suivre pour lire la ligne du temps…  Et donc, ils lisaient la carte de droite à gauche !  A l’envers !

Ligne du temps d’un projet de starter

Pour pallier cette difficulté, j’ai donc cherché une autre solution.  C’est mon ami Bernard Lamailloux qui, lors d’un échange sur Facebook, m’en a donné l’idée.  J’ai utilisé la structure « organigramme haut » pour dessiner une ligne du temps.  J’ai essayé avec Mindomo et voici ce que ça donne :

Ligne du temps Mindomo

Cette ligne du temps est une carte XMind que j’ai importée.  Elle figure dans la présentation PowerPoint de ma formation Visual Mapping pour Starters et Entrepreneurs.

Mais vous pouvez la créer depuis Mindomo en utilisant le layout « Organigramme haut » :

Organigramme haut dans Mindomo

Cartes droites : idéales pour structurer un document

Mindomo permet aussi d’adopter la structure du type « carte mentale droite » ou « mindmap droite.

Je trouve que celle-ci est particulièrement adaptée à la création de tables de matières ou pour structurer un document.  En voici un exemple :

Table des matières

En effet, même si elle n’est pas purement linéaire, cette structure correspond davantage à la succession des entités de l’ouvrage (introduction, avant-propos, chapitrage, conclusion, annexes) que la mindmap radiale ou rayonnante.

Elle perturbe moins les littéraires peu habitués au concept de la pensée rayonnante chère au mindmappeurs…

Elle peut également être exportée au format Freemind ou OPML dans Scrivener pour devenir la structure d’un document.

Arbre logique droit : explorer tous les degrés ou les subdivisions logiques

L’arbre logique droit peut être utilisé pour les mêmes tâches – table des matières détaillée – mais aussi pour tout ce qui concerne les subdivisions logiques d’un discours, d’un enchaînement, etc.

Arbre logique droit

Fractionnement vers le bas : vivent les comparaisons !

Mindomo propose également une structure de « fractionnement vers le bas », extrêmement pratique pour effectuer des comparaisons.

Voici une illustration de cette structure : une comparaison (sommaire) entre la Belgique et la France :

Fractionnement vers le bas

Cartes conceptuelles : un outil qui s’adapte à de nombreuses situations

Une des raisons pour lesquelles j’apprécie le logiciel de mindmapping Mindomo est la possibilité de tracer des cartes conceptuelles autant que des cartes mentales (mindmaps).

Dans un article précédent, j’ai utilisé cette structure pour comparer « apprentissage de surface » et « apprentissage profond ».

Carte conceptuelle sur les approches profondes et de surface

Pour dessiner cette structure un peu particulière, j’ai d’abord utilisé la mise en page de type « carte conceptuelle ».  J’ai tracé les deux colonnes « Approche de surface » et « approche pronfonde » selon cette structure.

Ensuite, j’ai double-cliqué sur le fond de la carte tout en maintenant le bouton gauche de ma souris enfoncé pour créer un « sujet flottant » entre les sujets (vert et rouge) des deux colonnes (vous suivez toujours ?)

Et enfin, j’ai relié le sujet flottant (Intention, intégration, etc.) aux deux sujets par une flèche (relation) dont j’ai modifié la forme (ligne droite) et la couleur (jaune).

J’ai ensuite utilisé le module de présentation (dont je reparlerai bientôt) pour mettre en ligne une carte interactive.

Toute les structures existent sur toutes les plateformes

La bonne nouvelle, c’est que ce layout particulier, comme tous les autresest disponible sur toutes les plateformes : PC Windows, Mac et Linux, bien sûr, mais aussi iPad, tablettes et smartphones Android et en ligne…

Pour les smartphones, le layout se trouve dans le menu de droite « Thèmes ».  Il suffit de cliquer du doigt sur Layout et de choisir celui en forme de pentagone (ça ne s’invente pas !) pour activer la structure Carte Conceptuelle.

Carte conceptuelle sur un smartphone Android

Un Ishikawa dans Mindomo : avec l’outil Cartes Conceptuelles

Est-il possible de dessiner un Ishikawa avec Mindomo ?  Cette structure n’est pas prévue dans les différents layouts proposés par le logiciel de mindmapping.  Mais j’ai utilisé l’outil « Cartes conceptuelles » pour dessiner presque à mains libres cet Ishikawa à six branches.  Il est orienté vers la droite.

Ishikawa dans Mindomo

Conclusion : un logiciel de mindmapping particulièrement souple et adaptable

Ma conclusion est évidente : Mindomo est non seulement un logiciel de mindmapping collaboratif et multi-plateforme, mais il est aussi extrêmement souple et adaptable.  Il propose un nombre intéressant de structures visuelles que vous pouvez exploiter dans de multiples situations, que ce soit en entreprises ou dans le monde académique.

Et toutes ces structures sont disponibles sur toutes les plateformes où Mindomo fonctionne : en ligne, sur votre PC Windows, Linux ou Mac ; sur les iPad, les smartphones et les tablettes Android.

C’est pourquoi je l’ai adopté pour mes ateliers et formations : parce qu’aujourd’hui, je rencontre de plus en plus de personnes équipées de standards différents.  Et avec Mindomo, je peux leur assurer la même formation quel que soit le support qu’ils utilisent.

Et en plus, je peux leur proposer de la collaboration en ligne avant, pendant ou après une session de formation.

 Vous avez aimé cet article ?  Inscrivez-vous à ma newsletter et ne ratez plus aucun article ou événément !

Catégories
Ecriture Etudier efficacement formation Logiciels Scrivener

Rédigez votre thèse ou votre mémoire (TFE) avec Scrivener

De nombreux étudiants éprouvent des difficultés pour terminer leur mémoire (TFE) ou leur thèse de doctorat.  Leurs écrits prennent rapidement des proportions énormes.  Et avec un traitement de texte, cela devient vite ingérable.  Je vous propose une formation avec Scrivener, pour retrouver la maîtrise de vos travaux académiques. 

De nombreux étudiants éprouvent des difficultés énormes pour terminer leur thèse de doctorat ou leur travail de fin d’études (TFE) que ce soit pour un baccalauréat ou un master.

Les recherches s’accumulent ; les tonnes de papiers et de références web s’empilent ; les pages rédigées s’ajoutent les unes aux autres ;  le tout prend des proportions impressionnantes.  Mais rapidement, c’est le sentiment d’angoisse qui domine, propulsé à des hauteurs stratosphériques par des questions du type :

  • où est-ce que j’en suis ?
  • comment terminer ?
  • par quel bout reprendre le monstre ?
  • comment remettre de l’ordre dans cet amoncellement de données ?
  • où est ma structure d’origine qui me paraissait si judicieuse au début ?
  • vais-je pouvoir terminer à temps ?

Scrivener : un logiciel adapté aux documents longs

Si vous ou quelqu’un de votre entourage, vous posez ces questions, il est peut-être temps d’envisager une solution aussi peu chère qu’élégante : Scrivener !

Scrivener est un studio d’écriture complet, proposant de nombreuses options pratiques pour reprendre le contrôle de vos documents longs.  Et, cerise sur le gâteau, Scrivener est très bon marché. Et encore plus intéressant pour les étudiants puisqu’il propose également une licence « éducation » (pour étudiants et enseignants) qui coûte  28,18 euros (prix avec le taux de change du 9 juin 2014).

En quoi Scrivener est-il différent d’un logiciel de traitement de texte comme Word ou celui d’OpenOffice ?

Scrivener est un studio d’écriture, il propose donc un environnement complet pour les écrivains, les rédacteurs, les journalistes, les avocats et les juristes, les enseignants, les étudiants, etc.  Toute personne confrontée un jour ou l’autre à la rédaction d’un document long…

Scrivener : un studio d’écriture complet et bon marché

Les différentes parties de l’écran de Scrivener

Scrivener vous offre une batterie d’outils pour gérer vos documents longs de A à Z.  Sur cet écran, par exemple, Scrivener déploie :

  • la barre d’outils: tout en haut.  Une véritable panoplie d’outils personnalisables, que vous décidez d’afficher ou non et qui vous facilitent la vie ;
  • le classeur : à gauche, permet de savoir à tout moment où vous vous trouvez par rapport à la structure globale.  En déplaçant un titre dans le classeur, vous déplacez aussi le texte et tous les éléments qui l’acompagnent (notes, index, etc.);
  • l’éditeur : au centre, c’est là où vous tapez votre texte.  Vous pouvez choisir d’afficher tous les éléments autour ou bien de ne voir que votre texte en plein écran pour vous concentrer uniquement sur la rédaction ;
  • la barre de format : en bas, vous indique le nombre de mots, de signes, si vous atteignez vos objectifs d’écriture ou non, etc.
  • enfin, l’inspecteur : à droite, vous donne des indications précieuses comme les synopsis, ces petits résumés de chaque partie du texte, pour garder à l’esprit non seulement le contenu, mais l’état d’avancement de chaque morceau de votre document : premier jet, brouillon, texte revu, prêt à imprimer, etc.

La vision des parties de votre document comme autant de cartes indexées sur un tableau de liège facilite aussi le voyage au sein de votre structure.  Il suffit de déplacer une carte pour que tout le contenu correspondant soit disposé au même point de votre structure

Vos chapitres vus comme des cartes indexées

Une formation d’un jour pour maîtriser tous les aspects de votre thèse ou mémoire

Il ne suffit pas d’avoir un outil de travail : encore faut-il une méthode pour l’exploîter pleinement !  C’est ce que je vous propose de faire lors de la formation que j’organise le 23 octobre prochain à Bruxelles, de 9 à 17 heures.

Au cours de cette journée de formation Scrivener, vous apprendrez :

  • à redéfinir votre question de recherche et vos objectifs avec précision
  • à dessiner la structure de votre thèse ou mémoire avec une mindmap
  • à importer cette structure dans Scrivener
  • à ajouter du texte dans Scrivener
  • à importer du texte depuis Word ou tout autre traitement ou éditeur de texte
  • à séquencer votre travail pour correspondre aux normes académiques
  • à organiser et déplacer du texte dans Scrivener
  • à utiliser les différents outils : modèles (templates), classeur, inspecteur, vision sous forme de tableau de liège, etc.
  • à réviser votre texte avec les commentaires, les correcteurs, etc.
  • à partager votre texte
  • à compiler votre texte pour l’impression, l’exportation, etc.

 Vous avez déjà commencé à rédiger votre mémoire ou votre thèse avec un autre logiciel ?  Pas de panique : Scrivener importe les textes issus de la plupart des standards du marché.

Une formation destinée à tous les étudiants de l’université et de l’enseignement supérieur confrontés aux écrits académiques : mémoires, papers, travaux de fin d’études, thèses de doctorat, etc.

A Bruxelles, le 11 juillet 2014, de 9 à 17 heures.

Vous avez aimé cet article ?  Inscrivez-vous à ma newsletter et ne ratez plus aucun article ou événément !

Catégories
Internet Logiciels Outils Sécurité informatique

Vie privée : 10 mythes à propos de la sécurité informatique

Pour beaucoup d’entre nous, avoir un antivirus est suffisant pour protéger nos ordinateurs, nos données, notre vie privée.  C’est l’un des dix mythes sur la sécurité informatique dont il est question aujourd’hui.

Mis à jour le 20-06-2013 à 12h53 : remplacement de « destruction pure et simple de vos données » par « l’impossibilité de décriffer les données… et donc leur perte tant pour vous que pour les pirates potentiels. »  Cette formulation est plus correcte.

Les autorités néerlandaises ont été l’objet de cyber-attaques nombreuses ces dernières années.  Alors que l’informatisation des administrations est quasi-totale, la sécurité n’est vraiment pas à la hauteur, comme je l’ai déjà écrit dans plusieurs articles dont un sur la cyber-guerre aux Pays-Bas et en Belgique.

L’excellent site Gemeente.nu – un site d’information destiné aux administrations locales – publiait aujourd’hui un article sur le thème « 10 mythes à propos de la sécurité informatique ».  Je l’ai trouvé bien fait, intéressant et je l’ai donc synthétisé sous forme d’une carte mentale que voici.  Vous pouvez la télécharger gratuitement depuis le site de Biggerplate.  Cliquez sur l’image pour l’agrandir.

Dix mythes sécuritaires

1. Ca n’arrive qu’aux autres !

J’aimerais bien.  Mais j’ai moi-même été la cible de plusieurs attaques.  J’en ai raconté une ici : celle d’un magicien viennois qui a tenté de m’extorquer mes données via un faux mail Linked In.

La cause de ce mythe est une trop grande confiance : trop grande confiance dans les mots-clés, dans les appareils ou dans les outils de protection, comme les antivirus.   Nous verrons plus loin ce qu’il en est.

La solution tient en trois mots :

  1. Informez
  2. Formez
  3. Responsabilisez

Qui ?  Tous les membres de votre personnel !  La sécurité, c’est l’affaire de tous, y compris en informatique !  Ne laissez pas vos collaborateurs s’endormir et revenir aux mauvaises habitudes…

Définissez un cadre clair et répétez régulièrement les consignes.

2. Nous consacrons 10 % de notre budget informatique à la sécurité

Les études montrent qu’en réalité rares sont les entreprises ou les services qui y consacrent plus de 5 % !

Et encore, sans une réelle politique de sécurité…

La cause de cette illusion ?  Les voeux pieux, les bonnes intentions : on aimerait bien qu’il en soit ainsi et on finit par le croire…

La solution : adaptez vos budgets à la réalité ?  De quoi avez-vous réellement besoin ?  Combien cela coûte-t-il ?  Allouez les ressources nécessaires.

3. Nous pouvons quantifier le risque

Quel risque ?  Certains risques peuvent être quantifiés, d’autres non.  Cette impression relève de ce que les Anglo-Saxons qualifient d’Excel Management.  Parce que vous disposez de chiffres, vous croyez tout maîtriser.

Faites la part des choses.  Quelles sont les données que vous ne maîtrisez pas ?  Le danger, c’est l’imprévu.  C’est un pirate qui entre par une « porte de derrière » : une faiblesse de votre système.  C’est une personne mal intentionnée qui subtilise un mot de passe dans les tiroirs de vos collaborateurs.

4. Nous avons une protection physique

Ah oui ?  Grand bien vous fasse !

« Nous avons un pare-feu ».  « Nous avons un antivirus ».  « Nous avons un Mac, c’est moins sensible aux virus ».

La cause de ce mythe, c’est clairement une mauvaise compréhension du risque.   Le risque pour une entreprise ou un journaliste, c’est moins une attaque par un virus – les antivirus s’en occupent très bien – que par une personne ou un groupe malintentionné.

Et ces personnes et ces groupes disposent d’outils et de méthodes très sophistiqués.   Je vous donne un exemple tout simple.

Vous avez un PC avec une carte Phoenix ?  Votre BIOS – l’épine dorsale de votre système – est protégé par un mot de passe.  Vous vous sentez donc en sécurité.

Voici ce que j’ai trouvé en 0,013 secondes avec Google :

PHOENIX BIOS backdoor passwords:

phoenix, PHOENIX, CMOS, BIOS

S’il m’a fallu une fraction de seconde pour les trouver, combien de temps croyez-vous qu’il faudra à un vrai pirate pour faire la même chose ?  Et vous avez vu la complexité des mots de passe de cette marque ?  Vous vous sentez toujours protégé ?

Encore une fois, diversifiez vos mesures de protection : sondez votre système à fond pour évaluer ses forces et surtout ses faiblesses pour y remédier d’urgence !

5. Nos mots de passe sont complexes et modifiés régulièrement

C’est déjà une première démarche intéressante.  Mais elle ne suffit pas.

Le problème des mots de passe, c’est moins le « crackage » que l’ingénierie sociale.  Derrière ces mots barbares se cachent des réalités toutes simples.  Le crackage, c’est le fait de trouver votre mot de passe à l’aide d’un logiciel spécialisé qui va forcer, casser votre mot de passe.  Il en existe des centaines, téléchargeables gratuitement sur Internet.  Tapez « password crackers » dans Google et vous me direz combien vous en avez trouvés !  Bien entendu, ils servent à retrouver votre propre mot de passe en cas d’oubli.  Mais d’autres peuvent s’en servir à des fins moins positives…

Pourtant, il existe une technique bien plus perverse et souvent bien plus efficace pour obtenir un mot de passe : l’ingénierie sociale.  Dans son livre The Art of Deception, le célèbre hacker Kevin Mitnick rappelle l’histoire de Stanley Mark Rifkin.  Rifkin a volé 100 millions de dollars.  Ce hacker n’a même pas touché un clavier pour réaliser son exploit.  Il a simplement mémorisé un code qu’un collaborateur imprudent avait laissé sur un post it collé sur son bureau.  Il a passé deux coups de fil.  Et s’est envolé pour la Suisse pour retirer l’argent…

Combien de collaborateurs scribouillent les mots de passe trop compliqués sur un post it dans votre entreprise ?  Posez la question, vous serez étonné…  Combien ont pour mot de passe le prénom du petit dernier ?  Et combien publient 50 photos dudit bébé avec son prénom sur leur page Facebook ?   Les pirates vous disent « merci ! »

6. Nous confions la responsabilité de la sécurité à quelqu’un de l’extérieur

La cause de ce mythe est la croyance que « quand on réorganise, souvent, les problèmes se règlent d’eux-mêmes ».

En réalité, on essaie de ne pas voir la réalité ou on la passe à quelqu’un d’autre.  Le risque, c’est que la sécurité vous échappe vraiment et que vous ne maîtrisiez plus rien.

La solution : analysez votre système en profondeur, ses forces, ses points faibles et agissez en conséquence !

7. C’est le rôle du CIO

Ce  mythe est apparenté au précédent : on refile la patate chaude.  Mais en même temps, si le CIO impose sa méthode, on rechigne en se plaignant qu’on n’a plus de marge de manoeuvre, qu’on ne peut plus travailler à sa façon.

En réalité, la sécurité est l’affaire de tous !

La solution ?  Faites de la sécurité informatique une partie de la culture d’entreprise.  Favorisez les comportements sûrs et bannissez les comportements à risques : pas de transmission de mots de passe par mail ou par téléphone.  Pas non plus de post it collé sur le bureau ou dans un tiroir.  Pas de mot de passe transformé en faux numéro de téléphone : avec Internet il suffira de quelques secondes à un hacker pour vérifier l’existence de ce numéro…

Définissez une politique de sécurité et partagez-la avec vos collaborateurs.  Associez-les à vos démarches.  Formez les nouveaux dès leur premier jour…

8. Confier la sécurité à un outil déterminé

Nous avons le meilleur antivirus.  Nous disposons du système de défense professionnelle Machin qui est le meilleur du marché.

La cause de ce mythe est la recherche d’outils « magiques » pour régler des problèmes complexes.  Le danger, c’est de s’endormir sur ses lauriers une fois le produit acquis et de ne plus prendre de mesures efficaces.

Encore une fois, il n’existe pas de produit-miracle en matière de sécurité informatique.   Et le maillon le plus faible d’une chaîne de sécurité, c‘est toujours l’humain !

La solution : analysez de fond en comble votre système, établissez les priorités, prévoyez un plan pluriannuel de sécurité.

9. Nous avons implémenté une politique de sécurité.  Nous sommes prêts !

Bravo !  Vous êtes en train de vous endormir…

La cause de ce mythe, c’est le manque de réalisme.   Une politique de sécurité, ce n’est pas une chose acquise : c’est une culture, une série d’attitudes.   C’est une vigilance de tous les instants.  A ne pas confondre avec la paranoïa.   Mais une culture qui vous fait comprendre que le risque est permanent et que vous pouvez le réduire de façon drastique grâce à quelques bonnes pratiques…

10. La cryptographie est la meilleure protection

Le scandale PRISM est en train de renforcer ce mythe.  Encore une fois, la méconnaissance du risque et la perception du hacker en tant que surdoué de l’informatique vous fait perdre contact avec la réalité.

La cryptographie est nécessaire dans certains cas.  Je  pense notamment aux journalistes qui doivent protéger certaines données vitales.  Ou aux ingénieurs à qui sont confiés des secrets industriels.

Mais la cryptographie est assez compliquée à manipuler.  Et elle peut être très dangereuse : dans  des mains inexpertes, elle peut aboutir à l’impossibilité de décriffer les données… et donc leur perte tant pour vous que pour les pirates potentiels. (Merci à Jean-Marc Manach pour la suggestion de correction 😉 )

Si vous devez recourir à ce type de méthode, soyez certain d’avoir dans vos collaborateurs au moins une personne experte dans ce domaine.  Faites former vos collaborateurs motivés.

En conclusion

Le risque informatique existe.  Il est multiple.  Il concerne chacun d’entre nous.  Mais chacun d’entre nous peut s’en prémunir en prenant les précautions qui s’imposent.  En gardant à l’esprit les bonnes pratiques en la matière.

J’y reviendrai dans d’autres articles, sur des problèmes ciblés et des solutions spécifiques.

Vous avez aimé cet article ?  Inscrivez-vous à ma newsletter et ne ratez plus aucun article ou événément !

Catégories
concept map Critique livre Gestion du temps GTD Mind Mapping Modèles Outils

Organisez votre temps avec le Mind Mapping

Xavier Delengaigne et Luis Garcia signent un petit livre-ressource qui devrait figurer en bonne place dans la bibliothèque de chacun d’entre nous.

Couverture

Les livres qui tiennent plus que la promesse de leur titre sont rarissimes.  « Organisez votre temps avec le Mind Mapping« , de Xavier Delengaigne et Luis Garcia, constitue une heureuse exception à cette règle.

Car ce petit livre – petit par le nombre de pages uniquement – contient bien plus qu’une méthode de gestion du temps.  Je m’attendais à y trouver une méthode du type GTD ou Getting Things Done – elle y figure bien – mais j’y ai découvert bien plus.

D’abord, en expert de la carte mentale, Xavier Delengaigne nous rappelle l’historique de la pensée visuelle et du mindmapping.  Ils nous en détaille ensuite les principes et les utilisations possibles.

Et puis, il nous emmène, avec son complice Luis Garcia, dont les cartes sont un vrai régal visuel, dans une véritable galerie de méthodes, astuces, conseils pour gagner en productivité dans pratiquement tous les domaines.

Mais toujours sans blabla ou théorie inutile : toujours avec un objectif pratique.

Une collection d’outils hyper-pratiques

Personnellement, j’ai adoré la carte cockpit, poste de pilotage de vos actions qui vous offre une vue d’ensemble – macroscopique – de vos activités.

J’ai beaucoup aimé, aussi l’explication limpide de la méthode GTD : l’explication la plus simple et la plus claire que j’ai lue à ce jour !

Avec le kanban personnel – méthode d’organisation inspirée de l’industrie japonaise – et les cartes conceptuelles, on sort du mindmapping pur et dur pour aborder d’autres techniques : ce décloisonnement me plaît bien aussi.  Trop d’auteurs s’enferment dans une spécialité et la défendent comme une chapelle.  Alors que nous avons tous à apprendre des disciplines voisines !

Ce livre est donc une boîte à outils, une panoplie dans laquelle chacun peut puiser ce qui lui convient.  Et je doute que vous ne trouviez pas au moins une technique ou un instrument qui ne vous aide dans votre vie personnelle ou professionnelle.

J’ai beaucoup aimé aussi le recours à des témoins, qui en deux ou trois pages, vous expliquent leur parcours, leur conception de la pensée visuelle ou de la gestion de projet : c’est stimulant de s’inspirer de la vision des autres.

Parfois, les cartes illustrées dans l’ouvrage sont un peu petites, format oblige, par contre le cahier couleur à l’intérieur est un vrai bonheur pour les amateurs de cartes mentales !

Enfin, comme dans toute cette collection, chaque fin de chapitre permet de prendre ses propres notes, sous format linéaire ou sous forme de mindmap.

Bref, vous l’aurez compris, un ouvrage qui m’a vraiment séduit et qui fait partie désormais de mes incontournables.

Organisez vos idées avec le mindmapping, par Xavier Delengaigne et illustré par Luis Garcia, aux éditions Dunod.

Vous avez aimé cet article ?  Inscrivez-vous à

Catégories
Logiciels XMind

Test – Dokeos Mind : un clone de XMind orienté e-learning !

J’ai testé Dokeos Mind, le logiciel de mindmapping de la plateforme d’e-learning Dokeos.  Il s’agit d’un clone de XMind, personnalisé pour s’intégrer au mieux dans l’environnement d’enseignement à distance.   Un logiciel léger et performant à la fois.

 J’ai vu passer plusieurs  fois le nom de Dokeos Mind : c’est celui d’un logiciel de mindmapping associé à la plateforme d’e-learning Dokeos.  Un logiciel de mindmapping en apparence parfaitement intégré à son environnement et qui permet de dessiner des cartes mentales dans le cadre de cours à distance.

 J’étais aussi curieux de découvrir Dokeos.  J’ai donc téléchargé les deux produits, mais pour l’instant, je n’ai testé que Dokeos Mind, qui peut fonctionner de manière autonome.  Et pour cause !

 Un clone de XMind !

 Car, à ma grande surprise, Dokeos est un clone de XMind…  XMind est non seulement  un « freemium » – un logiciel qui propose une version gratuite et plusieurs versions payantes.  C’est aussi – et on l’oublie souvent – un logiciel open source.

Il vous est donc loisible de développer votre propre logiciel de mindmapping à partir de ce code.  C’est ce qu’on fait les concepteurs de Dokeos Mind.  Voici une carte que j’ai réalisée à partir de ce logiciel et qui reprend l’essentiel de mes observations.   Vous pouvez la télécharger gratuitement depuis le site de Biggerplate, la plus grande communauté de mindmappeurs au monde).

Le logiciel Dokeos

Pour les utilisateurs de XMind, l’accessibilité est donc immédiate : ils se retrouvent dans l’environnement familier de leur logiciel de mindmapping préféré !  Dokeos l’a simplement personnalisé dans une certaine mesure, comme nous allons le voir plus en détail.

 Si pour les utilisateurs de Xmind, l’adaptation est instantanée, pour les autres, elle est aussi rapide et intuitive qu’avec le programme d’origine.

 Les Plus de Dokeos Mind

 Un des avantages de ce logiciel de mindmapping « customisé » est sans conteste son interopérabilité dans la plateforme d’e-learning Dokeos.  Cette intégration dans l’environnement d’enseignement à distance permet aussi un travail collaboratif en temps différé ou asynchrone : deux personnes peuvent travailler sur la même carte, mais pas en même temps.

 La galerie d’images de XMind, qui fait partie des options des versions payantes dans le software d’origine,  a été remplacée par une galerie d’images gratuite et personnalisée.  On y trouve des visuels adaptés à l’e-learning, bien entendu, mais aussi des avatars, des images spécialisées en médecine ou en logique ainsi que des cliparts plus généralistes.  Une aide bienvenue pour tous les  utilisateurs des cartes mentales qui s’arrachent souvent les cheveux pour trouver LA bonne illustration.

Les Moins de Dokeos Mind

 Si Dokeos Mind a repris le code de XMind, il n’en a pas conservé les options payantes.  Et donc, les exportations, par exemple, sont limitées aux gratuites : vers Freemind, HTML, image – les 3 formats PNG, JPEG et BMP – les banques de marqueurs, du texte TXT et enfin l’ancienne version de XMind 2008.

 Les importations par contre sont les mêmes : Freemind, banques de marqueurs, MindJet MindManager et l’ancienne version 2008 de XMind.

 Se limiter à la version gratuite de XMind, cela signifie que de nombreuses fonctions avancées – payantes – ne figurent pas dans Dokeos Mind et notamment : la gestion des tâches, le diagramme de Gantt, les notes audio, le module Brainstorming, l’historique,  la fusion et les clichés de carte.

Dommage pour Dokeos Mind que les cartes intégrées dans une plateforme d’e-learning ne soient pas cliquables à l’instar des mindmaps Mindomo, par exemple.  Et donc, les liens sauvegardés dans ces mindmaps Dokeos Mind ne fonctionnent pas.  Il n’est pas possible de télécharger de documents à partir d’une carte insérée dans la plateforme non plus.  Ni de visionner une vidéo.  Toutes choses parfaitement réalisables avec le logiciel Mindomo…

Des éléments modifiés

 Comme je l’ai déjà mentionné, Dokeos Mind affiche une  galerie d’images personnalisée.  Mais ne se limite pas à cela : les thèmes des cartes ont également été personnalisés.  On trouve ainsi le thème par défaut de XMind, mais aussi un thème « Métaplan », « Médical », « Dokeos » et « Scketching ».  Ce dernier est tout en gris, comme un brouillon et utilise les « avatars », ces personnages grisés disponibles dans la galerie d’image Dokeos Mind.

 Les fonds de carte sont également modifiés et aux fonds parfois très baroques de XMind ont été substitués des fonds de couleurs unies, passe-partout et très pratique – exemple, le fond bleu pastel de ma carte ci-dessus.

Les marqueurs sont toujours présents, mais il faut les chercher un peu : ils ne figurent pas dans le menu « Voir », mais exclusivement dans le menu « Insérer », contrairement à ce qui se passe dans XMind.

 En conclusion

 Dokeos Mind est un clone « léger » correspondant à la version gratuite du « freemium » XMind.  Une version personnalisée, utilisant des outils dédiés à l’enseignement à distance.  Un produit adapté à ses fonctions et à son environnement.   L’utilisateur qui souhaite une version gratuite peut utiliser celle-ci plutôt que la version XMind s’il souhaite bénéficier des illustrations gratuites.   Pour une plateforme d’e-learning, le choix d’un clone de XMind est intelligent : on y retrouve la simplicité d’utilisation, alliée à l’esthétique du produit original et à ses structures nombreuses et flexibles.   Des atouts non-négligeables pour l’enseignement en ligne.

Le seul regret : que cette intégration basée sur un « clone » de XMind ne permette pas de cliquer sur des liens pour accéder à des ressources externes ni de visionner de la vidéo, ni de télécharger des documents embarqués dans la carte mentale.

Vous avez aimé cet article ?  Inscrivez-vous à ma newsletter et ne ratez plus aucun article ou événément !