Catégories
Présentations

Quel est l’impact du storytelling sur le cerveau de vos auditeurs ?

Pourquoi le storytelling est-il tellement efficace pour emporter l’adhésion de votre public ?  Parce qu’il a un impact positif et puissant sur le cerveau de vos auditeurs.  Un impact comparable à nulle autre technique…

Tout le monde parle du storytelling et les marketeurs le recommandent à peu près pour tout.  D’où vient cette fascination pour cette technique narrative ?  Est-elle uniquement un effet de mode ?

J’ai déjà écrit un article sur l’utilisation de cette technique en présentation, mais d’où vient son étonnante efficacité ?

Il n’y a pas de peuple sans récit

Roland Barthes

Dans son « Introduction à l’analyse structurale des récits », Roland Barthes rappelait :

 « (…) sous ces formes infinies, le récit est présent dans tous les temps, dans tous les lieux, dans toutes les sociétés ; le récit commence avec l’histoire même de l’humanité ; il n’y a pas, il n’y a jamais eu nulle part aucun peuple sans récit. » (Communications, 1966, Vol. 8, pp. 1-27).

Le récit, l’histoire, est donc un phénomène universel.  Cela répond déjà à notre dernière question : ce n’est pas un effet de mode, mais une tendance profonde de l’humanité tout entière…

Mais d’où vient cette fascination pour le récit, cette appétence pour les histoires ?

Il semble bien que la réponse se trouve dans la façon même dont nos cerveaux fonctionnent.  Non seulement les histoires nous plaisent, nous fascinent, nous aident à mieux retenir…  Mais elles modifient même le cerveau de celui qui les écoute.  Pour le meilleur et pour le pire.

Les histoires mobilisent tout le cerveau de vos auditeurs

Les histoires entrent en résonnance avec le cerveau de nos auditeurs et le mobilisent tout entier.

Lorsque, lors d’une présentation avec Prezi ou Powerpoint, vous faites défiler des listes à puces ou des suites de mots et de chiffres, vous activez dans le cerveau de vos auditeurs/spectateurs les zones du cerveau qui correspondent aux zones du langage (aires de Broca et de Wernicke) ou du calcul.  Point.

Vos auditeurs/spectateurs ont sans doute compris ce que vous leur avez dit (dans le meilleur des cas).  L’ont-ils mémorisé ?  J’en doute.

a) Les aires des émotions et de la perception sensorielle s’activent

Lorsque vous racontez une histoire à vos auditeurs-spectateurs, c’est l’ensemble de leur cerveau qui se mobilise.  Non seulement les aires du langage ou des mathématiques, mais aussi les centres de l’émotion et de la mémoire (système limbique) ; mais aussi les zones associées aux perceptions sensorielles, motrices, etc.

PET Scan du cerveau

Autrement dit, lorsque vous racontez une histoire, le cerveau de votre auditoire active les zones correspondantes comme s’il vivait lui-même les événements relatés.  Parlez du parfum des citronniers de Murcie et les zones correspondant aux perceptions olfactives s’activent non seulement chez vous, mais aussi chez vos auditeurs.  Lorsque le héros de votre histoire, court, se bat, embrasse Lady Marianne, le cerveau de votre public se transforme en Robin des Bois…

Une recherche espagnole montre que la lecture d’un roman ou d’un poème engendre le même effet.  Ainsi, quand Marcel Proust nous dit :

« Et bientôt, machinalement, accablé par la morne journée et la perspective d’un triste lendemain, je portai à mes lèvres une cuillerée du thé où j’avais laissé s’amollir un morceau de madeleine ».

Ces mots activent les zones du cerveau qui correspondent au mouvement du bras et de la main pour porter la cuillèrée de thé avec la madeleine aux lèvres.  Lorsque l’auteur décrit le goût de la madeleine, ce sont les zones correspondant au goût qui s’activent dans le cerveau.

b) Les métaphores activent différentes zones du cerveau

Les métaphores agissent également comme de puissants leviers : une expression comme « une peau douce comme de la soie » éveille les aires du cerveau relatives aux sensations tactiles.  Une phrase comme « il serra le pommeau de son épée d’une main de fer » active les zones responsables de nos mouvements de saisie.

Par contre, les métaphores usées telles que « fraîche comme une rose » sont perçues par notre cortex frontal comme de simples mots dénués de toute émotion : elles n’excitent donc plus que les aires du langage et rien d’autre.

Lorsque vous présentez en public ou quand vous écrivez un texte sensé emporter l’adhésion de votre public, pensez-y : usez de métaphores originales et de mots concrets, que le cerveau de vos lecteurs ou auditeurs puissent les vivre comme autant d’objets ou de sensations réels.

Lorsque vous utilisez un support visuel, utilisez le « storytelling visuel » : des images et des symboles forts, qui déclenchent une réponse émotionnelle forte chez votre public.

c) Des cerveaux qui se synchronisent selon les péripéties de votre histoire

Enfin, des études montrent que les cerveaux de l’orateur et de l’éditeurs se « synchronisent » au rythme et selon les événements de votre histoire.

Si votre histoire est suffisamment forte, si les mots et les images choisis suscitent l’émotion, le cerveau de l’auditeur et de l’orateurs se synchronisent.

Synchronisation des cerveaux

Leur cortex cérébral fonctionne alors en miroir et les deux cerveaux activent les mêmes aires au même moment.  C’est ce qui explique l’adhésion puissante que suscite le storytelling : la synchronisation des cerveaux implique un engagement fort de la part de tous les participants, une sorte de communion cérébrale autour de votre présentation.

Utilisez le storytelling avec Prezi pour des présentations efficaces !

Utilisez ces techniques de narration et de storytelling visuels pour créer des présentations efficaces !

Alliez la force de mots à la puissance émotionnelle des images : oubliez les listes à puces, les litanies de chiffres et les graphiques incompréhensibles.  Utilisez des mots concrets et des images-chocs pour susciter une mobilisation forte chez votre auditoire.

Convaincu(e) ?

Vous avez aimé cet article ?  Inscrivez-vous à ma newsletter et ne ratez plus aucun article ou événément !

50.850344.35171
Catégories
Communication Présentation

Présentations Prezi : quelques principes de communication

Avant de vous lancer dans une présentation Prezi : posez-vous ces quelques questions selon des principes simples de communication.  Vous gagnerez en efficacité et vous emporterez l’adhésion de votre public !

Comment structurer une communication Prezi ?  Comment être sûr(e) de trouver la bonne formule pour persuader votre public d’adhérer à votre cause ?  Comment délivrer le bon message pour être entendu(e) ?

Dans un article précédent, je vous décrivais les principes du storytelling visuel de Dan Roam, très proches de ma propre conception de la façon de raconter des histoires avec un support de présentation.

Aujourd’hui, je vais vous parler de quelques principes de communication que je propose dans mes formations à propos de Prezi et du storytelling.  Vous pouvez y participer à Bruxelles, à Paris, à Genève et à Lille.

Mais ces principes, vous pouvez les utiliser pour n’importe quelle action de communication.  Je les ai proposés, par exemple, pour aider les participants de mes formatons à publier des mindmaps efficaces.

Quelques principes simples pour communiquer en toutes circonstances

Ces principes sont extrêmement simples à décrire ; parfois, extrêmement difficiles à mettre en oeuvre.  Je les ai résumés dans une présentation Prezi que j’ai enregistrée en vidéo et publiée sur Youtube.  Elle fait partie d’une playlist de ma chaîne Youtube intitulée Communiquez avec Prezi.

1. Quel est votre message ?  Qu’est-ce que vous voulez dire ?

Quel est le message que vous voulez faire passer auprès de votre public ?  Vous devez être capable de résumer ce message en une phrase.

Si vous n’arrivez pas à résumer votre message en une phrase, c’est probablement que vous ne le maîtrisez pas encore.  Vous ne savez pas encore ce que vous voulez dire.  Il y a encore une certaine confusion dans votre esprit.

Essayez de relire vos notes, de refaire le point dans votre tête, de dessiner une mindmap pour rassembler vos idées.

Et ensuite, essayez d’écrire votre message principal en une phrase :

  • les formations en ligne coûtent moins cher que vous ne  le pensez et la qualité des outils est telle  aujourd’hui, que vous y gagnerez même en qualité
  • la croix mauve est l’association qui convient à vos aspirations spirituelles de jeune urbain
  • vous ne pourrez plus vous passer de mon produit/service parce que je suis comme vous et que je connais donc bien vos besoins
  • le cerveau produit de nouveaux neurones tous les jours et ce n’est donc pas grave si vous en perdez quelques-uns au passage
  • etc.

Pouvoir écrire votre message en une seule phrase vous permet de bien orienter toute votre présentation vers son but ultime : un appel à l’action.

En effet, vous prenez la parole en public pour un objectif bien précis.

2. Définissez votre objectif et votre appel à l’action

La question de l’objectif est primordiale : qu’est-ce que je veux tirer de cette présentation ?  Pour beaucoup d’entre nous, la prise de parole en public ne vas pas de soi.  Pour certains, c’est même une épreuve, voire une phobie.

Vous ne prenez sans doute pas la parole en public sans raison.

Définissez votre objectif soigneusement car c’est lui qui va donner le « ton » de votre présentation.  Que voulez-vous faire :

  • informer ?
  • vendre ?
  • former ?
  • convaincre ?
  • mobiliser ?

En lisant ces différents verbes d’action, vous déduisez instinctivement que le ton employé ne sera pas le même dans tous les cas : on ne vend pas un service de la même manière qu’on forme un groupe de personnes à l’utilisation d’un logiciel de communication…

Du point de vue du storytelling, vous choisirez une histoire différente en fonction de cet objectif.

3. Qui est votre public-cible ?

 Et enfin, troisième question fondamentale : qui est mon public-cible ?

Dans son livre Construire et animer une session de formation, Bernard Lamailloux rappelle que, souvent, le formateur ne dispose pas de l’identité des gens qu’il va former.

C’est souvent le cas aussi des conférenciers : vous ne savez pas qui sont les personnes qui composent votre public.  Dans ce cas, vous utiliserez une langue simple, des mots concrets, du langage de tous les jours.  Le storytelling vous y aidera : raconter une histoire vous incite souvent à privilégier les mots concrets et les descriptions plaisantes plutôt que les chiffres et les faits bruts qui souvent lassent votre audience au bout de quelques minutes…

Si vous savez que votre public est composé de spécialistes comme vous, vous pourrez vous faire plaisir.  Mais attention, dans tous les cas, évitez le jargon pédant et prétentieux : ça peut faire impression sur les imbéciles, mais ça agace les personnes à même de comprendre la vacuité d’une telle attitude…

 4. L’important, en communication, ce n’est pas ce que vous dites…

LE principe le plus important de tous :

« En communication, l’important, ce n’est pas ce que vous dites.  L’important, en communication, c’est ce que l’autre comprend. »

Tenez les mains loin du volant

C’est la chose au monde la plus difficile à faire : se mettre dans la peau de l’autre.  Il y a des outils qui peuvent vous y aider.  Personnellement, j’aime bien utiliser la carte d’empathie (j’en reparlerai dans un autre article).

L’image ci-contre est très parlante : si vous avez bu, tenez les mains loin du volant.

Le monsieur, sans doute émêché, fait ce qu’il a compris : il tient les mains loin du volant.

Ce n’est sans doute pas ce que voulait dire le rédacteur du paneau.  Mais c’est ce que le conducteur a compris.

Souvent, nous tenons pour acquis que les mots n’ont qu’une seule signification et que celle-ci est claire pour tout le monde.  Mais c’est rarement le cas.  Lors de formations, j’ai pu me rendre compte à quel point, au sein d’équipes dont les membres travaillaient ensemble depuis de longues années, les mêmes mots renvoyaient à des réalité différentes.

Assurez-vous que tout le monde peut comprendre ce que vous dites : faites le test sur une personne qui ne connaît rien au domaine dont vous parlez.  Si elle ne comprend pas quelque chose, interrogez-vous :

  • y a-t-il un autre mot plus simple, plus concret pour parler de cela ?
  • y a-t-il une formulation plus adéquate ?
  • une anecdote ou un exemple aiderait-il à comprendre ce que je veux dire ?

5. Restez simple !

Encore un conseil plus facile à donner qu’à mettre en oeuvre !

Nous sommes parfois tentés par les usines à gaz.  Nous aimons la langue française et ses subtilités et nous croyons qu’il en va de même pour tous.  Ou nous nous perdons dans des détails qui n’intéressent que nous.

Songez aux manuels d’instructions des appareils ménagers ou des ordinateurs.  Ceux-ci sont souvent rédigés par des techniciens amoureux de leur métier et férus d’ohms, d’ampères, de données techniques certainement précieuses pour les réparateurs.   Mais le client, lui, aimerait juste savoir comment régler l’image sur le téléviseur à écran plat qu’il vient d’acquérir : il ne prépare pas une thèse de doctorat sur l’affichage des écrans plasma…

Et donc, quelques explications simples, assorties d’illustrations claires, lui auraient sans doute rendu un meilleur service que ce déballage de données techniques auxquelles il ne comprend absolument rien…

6. Choisissez soigneusement votre support

Tous les supports ne conviennent pas pour toutes les présentations.   J’utilise abondamment Prezi, mais aussi Mindomo lors de l’introduction d’un atelier de mindmapping, par exemple.  Mais il m’arrive aussi de dessiner une mindmap au tableau avec le public.  J’utilise aussi la technique du brainstorming au cours de laquelle je demande aux participants de venir coller leur idée sur un post it.

Un duo de dirigeants d’entreprise que je coachais a un jour abandonné l’idée d’une présentation Prezi pour un grand rassemblement de membres de leur réseau professionnel.  Il ont finalement opté pour un sketch avec une valise : ils sortaient un objet de cette mystérieuse valise à chaque fois qu’ils évoquaient une nouvelle étape de leur parcours d’entrepreneurs…  Je vous laisse imaginer le sentiment d’attente curieuse que ce dispositif a créé chez leurs spectateurs…  Et combien ils se sont distingués de leurs collègues qui ont noyés ces mêmes spectateurs sous des flots de chiffres sur d’interminables dispositives Powerpoint…

6. Ayez une conversation conviviale avec votre public

Le bonus : votre présentation ne doit pas constituer un soliloque, un numéro de « one woman » ou « one man show » devant votre public.

Faites-le participer.  Ayez une conversation avec vos spectateurs.  Faites-les réagir.  Posez-leur des questions.  Répondez à leurs questions.  Faites-les rire : l’humour est une arme de convivialité massive,tous les bons formateurs vous le diront !

Au besoin, modifiez le plan de votre présentation, mettez-vous en danger :  improvisez !

Faites-le uniquement si vous vous sentez à l’aise : mais vous surprendrez votre public (et vous vous surprendrez vous-même en étant mille fois plus naturel et créatif qu’en récitant vos notes…).

Conclusion : seule une préparation solide vous donnera l’air naturel

 Ce n’est pas une contradiction avec ce que je disais dans les paragraphes précédents : vous ne pourrez improviser dans votre présentation que si vous maîtrisez parfaitement votre sujet.

Soyez prêt(e).  Connaissez votre  matière.  Maîtrisez tous les aspects possibles de votre présentation.

Tenez-vous prêt à l’impréparable : même avec beaucoup d’imagination, vous ne pouvez pas anticiper toutes les questions et remarques de votre public.   Dans chacune de mes formations ou de mes conférences, j’ai été confrontés à des questions ou des remarques originales.  Parfois, je ne pouvais pas répondre immédiatement.   Dans ce cas, le mieux est de l’admettre :

« Je ne peux répondre à votre question immédiatement, mais elle m’intéresse.  Laissez-moi vos coordonnées à la fin de la séance et je vous rappellerai avec plaisir lorsque j’aurai la réponse. ».
 

Ensuite, tenez votre promesse.  Il n’y a rien qui puisse blesser autant votre public qu’une promesse non-tenue…   Mais il vous sera reconnaissant de reconnaître que vous n’êtes pas omniscient.

Par contre, ne vous produisez jamais sans avoir bien préparé votre intervention.  Ne travaillez pas comme un « amateur » dans le mauvais sens du terme.  Soyez professionnel jusqu’au bout des ongles.  Ne prenez pas votre inexpérience comme excuse.  Même si votre conférence est gratuite, votre public s’est déplacé pour entendre un expert.  Pas pour écouter les excuses maladroites d’un débutant qui en sait moins que lui…

Si vous êtes aimable, sincère, que vous connaissez « votre truc », il y a de fortes chances que votre présentation se passe bien.  En général, le public vous attend avec une bienveillante impatience.  Il n’est pas un ennemi prêt à se ruer sur vous, mais un ami qui attend que vous lui appreniez quelque chose de neuf.  Vous pouvez même vous permettre de le bousculer quelque peu dans ses convictions.

Mais à condition de le faire avec respect et professionnalisme.

Vous avez aimé cet article ?  Inscrivez-vous à ma newsletter et ne ratez plus aucun article ou événément !

Catégories
Logiciels Prezi Tutoriel

Storytelling avec Prezi : racontez vos histoires en images

Show and Tell, le dernier livre de Dan Roam, pas encore disponible en français, est très proche de ma propre conception du storytelling avec Prezi.  Je vous en explique les principes que je mets en images avec Prezi.

Le storytelling au service de vos présentations Prezi

Show and Tell

Dan Roam est surtout connu pour son ouvrage Convaincre en deux coups de crayon où il explique comment quelques traits dessinés sur le revers d’une serviette peuvent être plus expicites qu’un long discours.  Il a également édité un autre ouvrage qui, personnellement me touche encore plus : Show and Tell, How Everybody Can Make Extraordinary Presentations (Montrez et racontez, comment tout le monde peut créer d’extraordinaires présentations).

Dan Roam ne parle pas spécifiquement de Prezi, mais la manière dont il conçoit ses présentations me rappellent de façon très directe ce que j’essaie de transmettre lors de mes formations « Racontez vos histoires avec Prezi ».

Trois principes simples du storytelling

Dan Roam ne s’embarrasse pas de théories inutiles.  Il rappelle trois principes simples qui devraient guider toute présentation avec support visuel :

  1. Dites la vérité
  2. Racontez une histoire
  3. Racontez votre histoire en images

1. Dites la vérité

C’est un principe dont les « communicants » oublient parfois jusqu’à l’existence…

Récemment, une personne sur le point de quitter le conseil d’administration d’une entreprise me disait : « nous allons faire un storytelling pour communiquer aux gens pourquoi nous avons décidé de nous séparer« .

Autrement, dit, cette personne se préparait à inventer une belle histoire pour enrober la vérité et endormir ses interlocuteurs.

Ou je n’ai rien compris, ou le storytelling, c’est autre chose…  Et quand on invente des histoires pour cacher une vérité dérangeante, il n’est pas rare qu’on se fasse prendre la main dans le sac.  Plusieurs marques l’ont appris à leurs dépens : on ne ment pas impunément à ses clients ou à son public.

2. Racontez une histoire

Le storytelling, si on en croit Tell to win de Peter Guber, c’est l’art de transformer vos discours en histoires.  C’est exactement le même principe que dans le livre de Dan Roam : c’est de donner de la chair à vos données, de faire appel aux émotions que suscitent invariablement en nous les histoires pour emporter l’adhésion de votre public.

Il ne s’agit donc pas de mentir, mais bien d’humaniser.  Non pas de travestir, mais de matérialiser dans une histoire et des personnages, les émotions que vous voulez susciter chez votre auditoire.  Le principe est simple, c’est celui de tous les récits depuis l’aube de l’humanité : nous nous identifions aux personnages des histoires et nous sommes capables d’en ressentir les émotions.

Par le storytelling, vous ne vous adressez pas à l’intellect de votre auditoire pour le convaincre : vous parlez à ses émotions pour le persuader.  A travers les étapes de votre histoire, votre public ressentira différentes émotions qui entraîneront son adhésion à votre thèse.

3. Racontez votre histoire avec des images

Pourquoi raconter mon histoire avec des images plutôt que de me contenter de mots ?

Parce que les images, davantage que les mots, sollicitent nos émotions…  Et donc, en combinant histoire et images, vous renforcez l’impact émotionnel de votre discours.

Au lieu de décrire la genèse de votre startup en citant une volée de chiffres qui feront bailler votre audience au bout de 3 minutes, racontez l’histoire de votre envie d’entreprendre :

  • Comment est née cette idée ?
  • Comment a-t-elle germé en vous au point de devenir une obsession ?
  • Comment l’avez-vous concrétisée ?
  • Quels sont les obstacles que vous avez rencontré sur votre chemin ?
  • Comment les avez-vous renversés ou contournés ?
  • Quelle est votre situation actuelle ?
  • Et comment voyez-vous l’avenir ?
  • Comment votre public peut-il vous y aider ?

N’oubliez pas de terminer votre message par un « call to action », un appel à l’action.   Ce peut être une vente, un don, une adhésion ou une inscription, un appel à l’éveil par rapport à une problématique.

Mais tout votre discours, tout votre message doit tendre vers cet appel ultime.

Illustration de ces principes ?  Cliquez sur l’image ci-dessous pour voir un Prezi conçu selon ces trois principes du storytelling visuel :

Un prezi sur le MOOC Dys

Vous avez aimé cet article ?  Inscrivez-vous à ma newsletter et ne ratez plus aucun article ou événément !

50.629253.057256
Catégories
Applications Communication iPhone Logiciels Prezi

Pourquoi utiliser Prezi pour créer vos présentations ?

Beaucoup de gens me posent la question : pourquoi utiliser Prezi plutôt que PowerPoint pour mes présentations ? Les réponses sont multiples et j’ai tenté de les synthétiser ici.

Bien que Prezi totalise aujourd’hui 40 millions d’utilisateurs et qu’il vienne de publier une nouvelle interface en français, peu de personnes le connaissent vraiment.  Nombreux sont ceux qui ne perçoivent pas bien les différences avec PowerPoint.  Nombreux aussi ceux qui, n’ayant vu que des présentations de piètre qualité, en ont une représentation complètement faussée.

Nombreux sont ceux qui me demandent pourquoi j’ai arrêté les formations PowerPoint au profit de formations Prezi

Je vais donc essayer de vous montrer ici quels sont les avantages de Prezi.

Une petite carte mentale XMind pour commencer (elle est aussi sur ma page Biggerplate d’où vous pouvez la télécharger gratuitement) :

Pourquoi utiliser Prezi ?

Une application non-séquentielle

Prezi est non-séquentiel.  Non seulement lors de la présentation, mais déjà lors de la conception.

a. Une conception non-séquentielle

Prezi se présente d’emblée non comme une suite de slides (ou de diapositives, en français), mais comme une vaste feuille blanche.  Un espace vide dans lequel vous disposez vos textes, vos images, vos vidéos comme autant d’objets sur une table.

Cela peut-être un peu perturbant au début quand on est habitué à la séquence de diapositive des concurrents.  Mais très vite, on découvre l’incroyable liberté d’expression que vous laisse cette disposition.

Pour ceux qui ne savent pas très bien par où commencer, je leur conseille de dessiner d’abord une mindmap (ou carte mentale) de ce qu’ils veulent exprimer dans leur présentation.  C’est un guide.  Un guide qu’on suivra pas à pas… ou pas, selon votre inspiration du moment, mais qui vous donnera les grandes lignes directrices de votre communication…

b. Une présentation non-séquentielle

Jetez un coup d’oeil sur la vidéo ci-dessous : votre présentation peut voyager dans tous les sens.  Vos objets ne se suivent pas comme dans PowerPoint, ou d’autres logiciels de présentation.  Ils sont dispersés sur la feuille et vous les présentez dans l’ordre que vous souhaitez.  Vous n’êtes pas tenu par le caractère chronologique, séquentiel, de votre présentation comme dans PowerPoint…

Mieux : en cours de présentation, vous pouvez naviguer et zoomer à votre guise en cliquant sur les éléments que vous souhaitez montrer.  Lors d’une session de questions/réponses après une présentation, il est très facile de retourner à un point précis de votre présentation pour illustrer une notion mal comprise, qui fait l’objet d’une discussion ou d’un approfondissement.

De quoi nouer une relation plus intense avec vos auditeurs.  C’est l’objectif de toute présentation digne de ce nom : instaurer un véritable dialogue avec votre public.

Le zoom : la fonction la plus (mal) connue !

Tout le monde a déjà vu ces zooms impressionnants dans Prezi : on passe d’une image à l’autre à une vitesse décoiffante et ceux qui sont assis trop près de l’écran sont pris de nausée…

Oui.  Mais l’essentiel n’est pas là.

La fonction Zoom a surtout comme avantage d’attirer l’attention sur quelque chose d’important.  Un concept-clé de votre présentation.  Une image qui va frapper votre public.

Mais attention : tout comme le reste de votre présentation, le zoom doit rester au service de votre message !

Avant d’ajouter un zoom – ou tout autre élément de votre présentation – demandez-vous : cela renforce-t-il mon message ?  Cela apporte-t-il un supplément d’information ?

Si la réponse est non, laissez tomber !  Passez à autre chose.

Dans Prezi, vous pouvez toujours tout modifier, tout effacer, tout reconstruire…

Le regroupement d’idées et d’objets dans les cadres ou des fonds différents

Contrairement aux diapositives séquentielles, Prezi peut vous indiquer un groupe d’idées ou d’objets (images, vidéos, symboles, etc.) qui a du sens.

a. Regroupement d’objets dans un cadre

Vous pouvez regrouper vos idées dans un encadrement rond ou rectangulaire.  C’est ce que j’ai fait ici :

Regroupement d’objets

C’est une fonction très puissante dans une présentation : elle aide votre public à comprendre la structure de votre message.

Vous parlez d’un sujet qui évolue à travers le temps ?  Vous pouvez regrouper les grandes étapes dans un même cadre, rond ou rectangulaire.

Vous expliquez les différents niveaux d’ingénierie de formation ?  Regroupez les tâches et responsabilité des trois niveaux dans trois cadres différents.

C’est un point qui aide votre public à rester concentré sur la présentation : il sait qu’il y a un groupe d’éléments qui vont être expliqués et cela crée un sentiment d’attente.

b. Regroupement d’objets dans plusieurs fonds différents

Une nouvelle fonction permet désormais d’ajouter jusqu’à trois fonds personnalisés à votre présentation.

Une fonction très utile pour montrer à votre public que des éléments appartiennent à une thématique différente au sein de votre conférence.

Mais, une fois encore, n’abusez pas de ces possibilités graphiques : n’en usez que lorsqu’elles apportent du sens à votre message !

Ajoutez du son et de la vidéo à votre présentation

Prezi offre aussi la possibilité d’ajouter du son et de l’image à votre présentation.

Pour la vidéo, c’est très simple : il suffit d’insérer l’URL (l’adresse web) d’une vidéo Youtube pour que celle-ci soit automatiquement intégrée à votre présentation.  Il suffit ensuite de la déplacer et d’en modifier la taille si vous le souhaitez.  Pour cela, quelques clics et mouvements de souris suffisent.

Vous pouvez aussi ajouter un fond musical à votre présentation.  De nouveau, utilisez le menu « Insérer » et choisissez l’option « Musique de fond ».

Vous pouvez ensuite télécharger un fichier MP3, Wav, etc.

Pour ajouter des commentaires à certains objets, enregistrez vos commentaires dans un fichier audio (en utilisant Audacity, par exemple).

Ensuite, dans l’éditeur de diapositives, cliquez sur « Editer le chemin ».  Sélectionnez l’image à laquelle vous souhaitez ajouter le commentaire. Et cliquez.  Un menu s’ouvre pour sélectionner le fichier sonore.  Prezi le convertit ensuite.  Et le tour est joué.

A chaque fois que la présentation affichera cette image, elle « jouera » également la bande sonore associée.

Collaboration en ligne en temps réel

Mais l’un des aspects les plus importants de Prezi, pour moi, c’est la possibilité de travailler à plusieurs en ligne en temps réel (synchrone).

Non seulement pour l’édition, mais également pour la  présentation.

a. Edition collaborative en temps réel

Vous pouvez collaborer en temps réel et en ligne jusqu’à dix personnes à la fois.

C’est-à-dire que chacun des intervenants peut tout effectuer en ligne.

Les autres participants peuvent voir en temps réel les actions effectuées par chacun.

On peut inviter de nouveaux participants à tout moment.

b. Présentation en ligne en temps réel

Vous devez présenter un nouveau projet aux responsables de vos filiales ?

Ou un nouveau produit à un client distant ?

Ou vous travaillez avec des collaborateurs en déplacement ?

Pas de problème !

Vous pouvez présenter votre Prezi en ligne en temps réel.  Vous pouvez inviter de nouveaux participants en cours de présentation.

Vous pouvez même modifier la présentation pendant que votre public la voit fonctionner.

Prezi mobile : emportez-le sur votre iPad et iPhone

Prezi n’est pas qu’une application en ligne.

Outre la version intégralement gratuite que tout le monde connaît,  il existe une version « Enjoy » qui permet de concevoir vos présentations en ligne et de les sauvegarder sur votre disque dur ou une clé USB.  Et une version Pro, de bureau, que vous pouvez installer sur votre PC ou votre Mac.

Mais Prezi existe également en version iPad et iPhone.

Si l’écran de ce dernier se révèle un peu étroit pour la conception, il est nettement suffisant pour le partage de présentations.  Quand à l’iPad, même le mini est suffisant pour composer de très belles présentations.

Importez vos PowerPoint !

Et mes vieux PowerPoint ?  Sont-ils perdus à jamais ?

Non.  Vous pouvez les importer dans Prezi.

Ils sont alors affichés comme des slides Prezi et vous pouvez les introduire dans votre présentation un par un.

Ou vous pouvez utiliser un modèle et y importer toutes vos diapositives PowerPoint en un seul lot.

Vous pouvez également retravailler tous les éléments de vos diapositives : texte, illustrations, etc.  Et les personnaliser afin qu’ils correspondent au layout de votre Prezi.

En conclusion : un outil de présentation sans égal !

Il existe de plus en plus d’alternatives à PowerPoint.  Mais aucune n’est aussi riche ni complète que Prezi.

Cette application dynamique est non seulement disponible gratuitement en ligne, mais les versions pour Mac, PC, iPad et iPhone en font un must de la présentation partagée.

Ses fonctions de collaboration en temps réels en font un outil particulièrement adapté aux nouveaux modes de travail collaboratif.

Le lien vers Prezi.

Vous avez aimé cet article ?  Inscrivez-vous à ma newsletter et ne ratez plus aucun article ou événément !

50.9686775.824968