Catégories
Pédagogie

Présentiel contre e-learning : une opposition factice ?

Je lis souvent sur les Web des articles du genre : Présentiel contre e-Learning ou d’autres formulations similaires. Mais la formation en présentiel s’oppose-t-elle vraiment à la formation à distance. Personnellement j’ai une autre vision des choses que je vous expose dans cet article.

Je lis souvent des articles du genre opposition entre formation en ligne et formation en présentiel.

Comme si les deux modes de formation constituaient deux pôles antinomiques et irréconciliables.

Deux réalités pédagogiques non-seulement disjointes, mais que tout oppose.

Personnellement, je suis convaincu que cette représentation est totalement fausse et passe à côté de l’essentiel : 

Il y a LA formation et différents modes de distribution qui forment un continuum

Présentiel contre e-learning – le continuum de la formation

J’ai créé une infographie qui illustre ce que j’entends par là  (cliquez sur l’image pour accéder à l’infographie interactive en plein écran – cliquez sur les images et les étiquettes bleues pour ouvrir la fenêtre d’explication de chaque item).

Le continuum de la formation

Ce que j’entends par « continuum », c’est que les méthodes ne sont pas opposées, Présentiel contre e-learning, mais disposées le long d’une  matrice qui croise « plus de technologie / moins de technologie » et « présence / distance ».

Différentes façon de distribuer la formation

Le « présentiel pur » est celui qui utilise le moins de ressources technologiques et (presqu’)-uniquement le présentiel : c’est le modèle scolaire traditionnel – qui est pourtant moins pur qu’on le croit puisqu’il comporte des devoirs à faire à la maison et souvent, une communication avec les parents.

Le présentiel enrichi

Le présentiel enrichi utilise des ressources en ligne (sites web de référence, wiki, e-mail, etc.) mais tout cela est utilisé de manière ponctuelle : la formation n’est pas conçue comme une seule unité distribuée sur plusieurs modes, mais bien comme une formation en présentiel « opportuniste » puisqu’elle se sert des ressources distancielles qui l’intéresse. On parle dès lors d’utilisation de la technologie mais pas de technologie intégrée.

Présentiel enrichi

Le blended learning

Le blended learning ou formation mixte ou encore formation hybride est, au contraire, une formation conçue comme une seule entité mais distribuée selon des modes différents :

  • une partie en présentiel enrichi
  • une partie en ligne (accès à une plateforme d’e-learning)
  • une classe virtuelle (vidéo-conférence, synchrone, avec ou sans rediffusion asynchrone)
  • une partie en micro-learning

La classe virtuelle

La classe virtuelle est une vidéo-conférence qui utilise des outils de type pédagogique (tableau blanc, partage de documents, d’écran, de ressources numériques, etc.). Elle peut se dérouler uniquement en plénière (tous les participants assistent à tout en même temps) ou alterner des phases plénières avec des activités en sous-groupes. Une classe virtuelle bien faite donne un véritable sentiment de présence et est vécue par les participants comme du quasi-présentiel. La classe virtuelle peut être proposée seule ou comme partie intégrante d’une formation en e-learning ou en blended learning.

Le microlearning

Le microlearning

Le microlearning ou formation basée sur une granularité très fine et des séquences très courtes proposées en fonction des besoins des apprenants. Ici aussi, ce mode de distribution peut être employé seul ou comme partie d’une formation plus large. Voir notre livre Former avec le Microlearning qui fait le point sur ce mode de distribution plus varié qu’on ne le croit généralement.

Tout cela n’est donc pas opposé, mais complémentaire. Donc, pas de Présentiel contre e-learning !

Du présentiel pur au phygital

Aujourd’hui, nous disposons d’une batterie impressionnantes d’outils qui nous permettent de travailler à la fois dans le virtuel et le réel, le physique et le digital.  Ces deux réalités s’interpénètrent tellement aujourd’hui qu’on parle de « phygital » : d’un monde à la fois physique et digital. 

Réalité virtuelle en formation professionnelle

C’est frappant en réalité virtuelle où le participant se déplace physiquement dans un monde entièrement virtuel, fictif, mais que son cerveau perçoit comme réel.

Le phygital, l’avenir de la formation

Avec le phygital, le numérique et le réel s’interpénètrent pour former une nouvelle réalité alternative.

Une réalité alternative dans laquelle les apprenants peuvent expérimenter sans risque, s’essayer à des techniques qui, sans cela, s’avéreraient coûteuses, voire dangereuses. Par exemple, en formation de sécurité, on peut simuler des chutes ou des accidents industriels réalistes mais sans danger ni pour le stagiaire, ni pour son environnement.

On peut placer un apprenti aux commandes d’une machine industrielle sans immobiliser du matériel réel, sans engendrer de coûts liés aux « ratages », sans risque de casse…

Ces technologies sont accessibles tant en présentiel qu’en ligne – des plateformes de téléchargement de cours en réalité virtuelles se mettent désormais en place.

Elles accentueront encore cette interpénétration entre « réel » et « virtuel », entre présentiel et distanciel. Elles rendront impossible cette fausse opposition « Présentiel contre e-learning ». Pour une plus grande efficacité de la formation. Pour, in fine, le plus grand bénéfice des apprenants.

Catégories
Critique livre formation

Construire et animer une session de formation : suivez le guide !

Avec son livre « Construire et animer une session de formation », Bernard Lamailloux signe un ouvrage essentiel, pour les formateurs débutants comme pour les vieux routards de l’éducation.  Un véritable guide pratique nourri par l’expérience et l’humour un brin désabusé d’un formateur hors pair.

Mise à jour : version e-book accessible sur Kobo et Amazon, 21-08-2014.

« Construire et animer une session de formation » est le premier livre de Bernard Lamailloux et en refermant ses pages, on espère juste qu’il y en aura beaucoup d’autres.  Car pour un coup d’essai, c’est un coup de maître.

Un livre nourri de l’expérience et de l’humour de l’auteur

Le livre de Bernard Lamailloux

Bernard Lamailloux est formateur depuis de longues années.  Concepteur de ressources pédagogiques, formateur de formateurs, il se définit avant tout comme «formateur-baroudeur tout-terrain » (voir la vidéo de l’entretien au bas de l’article).

C’est-à-dire quelqu’un qui a une pratique et une connaissance hors pair du terrain pédagogique, des réalités des formateurs.  Quelqu’un qui a aussi longuement réfléchi sur ses pratiques, leurs fondements théoriques, leurs applicabilité dans le travail quotidien, l’avenir des pratiques pédagogiques, etc.

Avec ce lourd bagage sur ses (frêles) épaules, Bernard Lamailloux aurait pu nous pondre un de ces pavés pédagogiques indigestes, un de ces interminables pensums aussi prodigieusement ennuyeux que rigoureusement incompréhensibles dont certaines institutions éducatives raffolent.

Ce serait mal connaître le bonhomme !

 Bernard Lamailloux nous livre au contraire un petit bijou d’humour parfois décalé, parfois un brin désabusé (surtout par rapport aux dites institutions de formations qui ressemblent plus à des usines à gaz qu’à des dispositifs éducatifs).

N’allez pas croire pour autant qu’il ne s’agit que de rire, que toute notion de sérieux est exclue de cet opus !

En réalité, Bernard Lamailloux use de ce cocktail détonnant d’humour, de métaphores si propice à la vulgarisation de qualité qui font tout le suc de son blog Former plus haut.

Des grands courants pédagogiques aux situations spécifiques de formation

Dans son livre, Bernard Lamailloux brosse le panorama de la formation d’aujourd’hui.  En quatre parties, il passe en revue tout ce qui doit intéresser le formateur professionnel, qu’il soit débutant ou confirmé.

J’ai particulièrement aimé dans cette partie le « Petit lexique impertinent« , petit mélange de lexique et de critique humoristique des réalités du métier qui remettent souvent les pendules à l’heure entre les grandes théories et les (toutes petites) pratiques de certaines grandes entreprises de formation.

Beaucoup aimé aussi ce schémas en « U » qui montre avec la force de l’évidence que si formateur et apprenants se rencontrent dans un même lieu pour une session de formation, il existe en réalité une pléthore d’intermédiaires dont l’influence plus ou moins directe oriente le jeu pour le meilleur ou pour le pire.

1. Les grands courants pédagogiques et les pédagogies décalées

Où nous découvrons que nous sommes pour la plupart des « Monsieur Jourdain » de la pédagogie, car nous instillons dans nos formations, des concepts, des exercices et des objectifs issus de ces différents courants que sont :

a) Les grands courants pédagogiques

  •  le behaviorisme
  • le constructivisme
  • le socio-constructivisme
  • le connectivisme

Un chapitre qui se conclut sur la pertinence de ces théories et des ouvrages qui en traitent dans le quotidien du formateur…

b) Les pédagogies décalées

Mais outre les courants « mainstream » prônés par les institutions académiques, il existe une multitudes de chemins de traverse : les pédagogies décalées.  C’est-à-dire des pratiques et des conceptions pédagogiques qui ne se revendiquent pas nécessairement des courants ci-dessus, mais qui explorent des potentiels que l’école ou la formation classique négligent.

C’est le cas de l’accelerative learning, mieux connu dans les pays francophone sous le terme générique mieux apprendre que l’on doit à Bruno Hourst, précurseur en la matière.  Un ensemble de principes qui permettent d’apprendre mieux en un temps réduit comme je l’écrivais dans mon article sur le livre de Xavier Delengaigne, Apprendre à toute vitesse.

Bernard Lamailloux parle aussi brièvement du mindmapping (avec un renvoi amical vers ce blog) et traite plus en profondeur l’impact des croyances limitantes sur la mémorisation.  Nous avons tous une mémoire extraordinaire, mais il faut en connaître les principes pour en mobiliser toute la puissance.

Il passe ensuite en revue les jeux de Thiagi et les serious games et l’influence du jeu sur le mieux apprendre.

2. Conception et préparation

Dans cette partie du livre, Bernard Lamailloux envisage les outils réutilisables du formateur : des séquences ou des outils de formations qui peuvent faire partie d’un « kit réutilisable ».

Les objectifs de votre formation doivent vous donner les grandes lignes du canevas que vous allez utiliser.  Il met aussi l’accent sur les types d’acquisition désirés (savoir-faire, savoir-être, savoir et savoir-devenir ou capacité à se projeter dans l’avenir).  Et enfin, sur les niveaux de maîtrise que les apprenants atteindront à la fin de votre formation.

Il aborde aussi la question des supports de formation, qui sont importants :

  • quels sont les paramètres à prendre en compte dans le choix d’un support ?
  • quels supports pour les apprenants
  • quels supports pour le formateur ?

Bernard Lamailloux décortique aussi l’art de structurer un scénario pédagogique et propose enfin une checklist pour s’assurer de ne rien avoir oublié.

 3. Animation – Face à face pédagogique

Cette partie aborde l’animation d’une session de formation : comment aborder le face-à-face pédagogique avec un groupe de personnes que vous ne connaissez pas ?  Sur lesquelles vous n’avez eu aucune information préalable ?

Une fois de plus, Bernard Lamailloux nous donne les clés d’une façon unique, mêlant humour et conseils pratiques.

D’abord, arrivez en avance et assurez-vous que tout est prêt et fonctionnel.

Ensuite, appliquer quelques règles simples pour une « gestion saine des ressources dont on dispose ».  Les règles claires, explicites dès le début pour vos apprenants, traceront les grandes lignes de votre intervention… et vous faciliteront la vie tout au long de cette session.

Les questions posées par les participants peuvent être à double tranchant : répondez-y avec sincérité, ou le retour de flammes ne se fera pas attendre !  Par contre, si vous y répondez avec humilité et professionnalisme, vous contribuerez à une atmosphère vraiment propice à l’apprentissage.

La clôture de la session de formation est au moins aussi importante que le début : soyez vigilant.  Une évaluation à chaud peut se rater ou se réussir.  Mettez tous les atouts de votre côté en suivant les conseils de l’auteur !

4. Quelques cas particuliers

L’ouvrage se termine sur l’analyse de quelques cas particuliers auxquels le formateur se trouvera un jour confronté.

Notamment, la formation de formateurs, à la fois plus exigeante mais plus gratifiante, puisque ce sont vos pairs que vous formez : des gens qui maîtrisent au moins une partie des concepts et des outils que vous utilisez, avec qui vous pouvez connaître des échanges très riches sur vos propres pratiques pédagogiques…

Bernard Lamailloux évoque ensuite la façon de « reformater une formation » pour l’adapter à un nouveau public ou à des circonstances nouvelles.

Il aborde ensuite l’apprentissage à distance et ses différentes modalités, ainsi que l’usage possible des mondes virtuels dans la formation, avec leur richesse et leurs limitations – notamment les connaissances techniques minimales requises pour « entrer » dans ces mondes virtuels.

J’ai beaucoup aimé la partie qui compare les formations en bureautique et les formations techniques : en tant que formateur en mindmapping et autres méthodes issues de la pensée visuelle, je suis confronté à ce type de décalage entre ce que j’offre réellement et les attentes de certaines institutions de formation.  C’est particulièrement vrai en formation de formateurs où la capacité de transmettre connaissances et compétences via le mindmapping me paraissent bien plus intéressantes pour ce public que la maîtrise de chaque commande d’un logiciel donné…

Ce chapitre se clôture sur le cas particulier des étudiants surdoués.

Conclusion

En conclusion : un ouvrage indispensable à toute personne qui se destine au métier de formateur, mais aussi aux formateurs déjà en fonction.

En effet, tant le débutant que le formateur chevronné trouveront ici des tuyaux pratiques mais aussi des réflexions sur leur profession, sur ses conditions d’exercices, pas toujours idéales.

Un ouvrage comme on aimerait en lire plus souvent, alliant humour et conseils applicables immédiatement, outils concrets et recul par rapport à certaines pratiques du secteur.

Je vous fais une confidence pour terminer : c’est un livre que j’aurais aimé écrire moi-même 😉

Construire et animer une session de formation : Tranfert de compétences, les clés du succès, Bernard Lamailloux, Paris, Dunod, 2014, 179 p.

Egalement accessible en version e-book sur Kobo et Amazon.

Vous avez aimé cet article ?  Inscrivez-vous à ma newsletter et ne ratez plus aucun article ou événément !

Catégories
formation Logiciels Prezi

Formation Prezi à Liège: créez de fantastiques présentations!

J’organise une formation Prezi à Liège, ce jeudi 22 mai, de 9 à 17 heures.  Un journée pour maîtriser non seulement l’un des plus fantastiques outils de présentation du moment, mais surtout la prise de parole en public via le storytelling visuel.

Vous sentez que vous avez besoin de meilleurs outils et méthodes pour communiquer ?   Comme beaucoup de gens, vous estimez qu’une application comme Powerpoint n’est pas à même de traduire votre message avec force ?

Formation terminée : Mais rendez-vous à Bruxelles, le 28 août pour une nouvelle formation Prezi !

Vous aimeriez pouvoir :

  • vous déplacer librement entre les mots et les images
  • zoomer sur ce qui est vraiment important
  • rassembler les idées dans des regroupement qui ont du sens
  • créer un sentiment d’attente chez votre public
  • concevoir vos présentations en ligne
  • présenter vos conférences en live à vos clients, collaborateurs ou fournisseurs à distance
  • etc.

Prenez un virage à 180 degrés et formez-vous à la prise de parole avec Prezi !

Présentation Prezi

Une formation au storytelling visuel

J’ai capitalisé sur ma triple expérience de formateur, de journaliste et de penseur visuel pour concevoir cette formation unique.  Une formation unique, car elle ne se centre pas uniquement sur les aspects techniques de Prezi.  Elle constitue une véritable formation à la prise de parole en public avec un support visuel.  Le coeur de cette formation, c’est donc : Comment utiliser Prezi pour mieux communiquer ?

Cette volonté de communiquer se traduit par les résultats suivants :

  • restez concentré(e) sur votre public
  • restez concentré(e) sur votre message
  • restez concentré(e) sur vos objectifs
  • obtenez et conservez l’attention de votre public
  • soyez certain(e) que votre public comprendra et retiendra votre message

Utilisez la puissance de la pensée visuelle, alliée à une narration convaincante pour créer le storytelling le plus persuasif !

Prezi et la pensée visuelle

Prezi est une application hautement visuelle : elle permet de créer des présentations basées sur l’efficacité visuelle.  Or, notre cerveau traite un signal visuel jusqu’à 60.000 fois plus vite qu’un mot.  Sans doute, parce que 40 % des cellules de notres cerveau sont liées à la rétine.

Comme dans le mindmapping, avec Prezi les mots font appel à notre cerveau rationnel tandis que les images sollicitent notre cerveau émotionnel.

Et vous créez de puissantes associations pour convaincre votre public !

Une journée en présentiel et un webinar (séminaire en ligne)

Pour vous donner le meilleur de Prezi, j’ai conçu une formation en deux parties :

  • une journée en présentiel
  • un webinar (séminaire en ligne)

a) La formation en présentiel

Cette formation est un atelier : si vous avez un projet de présentation, nous partirons de ce projet pour développer votre présentation.

Nous verrons ensemble comment :

  • définir votre message
  • déterminer vos objectifs
  • cerner votre public
  • séquencer votre message
  • organiser vos idées en une narration efficace

A la fin de la journée, vous aurez une présentation prête à fonctionner en public !

b) Le webinar (séminaire en ligne)

Le webinar sera fixé à une date qui convient aux participants.

Vous y apprendrez :

  • à concevoir ou compléter une présentation à plusieurs,  en ligne en temps réel
  • à présenter en ligne jusqu’à 30 personnes en temps réel

Vous pourrez également me poser vos questions en live et me demander de commenter votre présentation.

Informations pratiques

Date : le 22 mai 2014 de 9 à 17 heures.

Lieu : Auberge de Jeunesse de Liège,

Rue Georges Simenon, 2,

6020 Liège – Belgique

Cliquez ici pour voir le programme complet et vous inscrire.

 Vous avez aimé cet article ?  Inscrivez-vous à ma newsletter et ne ratez plus aucun article ou événément !

 

 

50.9686775.824968
Catégories
Ateliers E-learning formation Internet Logiciels Outils Projets

E-learning : pourquoi nous avons choisi Moodle et Moostic !

Apprendre à distance, est-ce forcément être seul devant son écran ?  Sans assistance ?  Sans conseil ?  Sans possibilité d’échanger avec d’autres participants ?  Sans rien connaître du formateur ou professeur ?

Non, ceci est un modèle dépassé.  Mais ce n’est pas une fatalité.

La preuve ? Moodle et Moostic !

Nous avons choisi la plateforme Moodle pour ce type de raisons.  Parce que nous ne voulions pas reproduire un modèle scolaire du type : « le professeur sait tout et il va vous dispenser son savoir.  Et vous allez l’avaler sans broncher ».

Phénomène agravé si l’on est seul derrière son clavier à se débattre face à de telles méthodes qui ne devraient même plus avoir droit de cité dans les écoles.

Dans la plupart de nos ateliers de formation, nous pratiquons l’enseignement mixte, le blended learning : c’est-à-dire que nous dispensons une partie en présentiel et le reste en ligne.

Afin de répondre aux principes de notre Charte pédagogique, nous avions besoin d’un outil qui permette une pédagogie ouverte, participative, basée sur les échanges et la formation entre les pairs.

Nous avons trouvé tout cela chez Moodle.  (Cliquez sur la carte pour la voir en taille réelle dans notre espace XMind).

Moodle et Moostic

Moodle, est la contraction de Modular Object-Oriented Dynamic Learning Environment (environnement d’apprentissage dynamique et modulaire, orienté objet).  C’est une plateforme d’apprentissage en ligne de philosophie constructiviste qui a été conçue par Martin Dougiamas, un formateur et informaticien australien.

Qu’entend-t-on par constructiviste ?

D’après l’article WikiPedia sur Moodle « le constructivisme postule que la connaissance est construite dans l’esprit de l’apprenant et non retransmise de manière statique via des livres ou des formateurs. La fonction du formateur, du point de vue du constructivisme, est de créer un environnement pédagogique permettant aux apprenants de construire leurs connaissances à partir de leurs expériences et compétences. »

Cela se traduit par des outils qui permettent la collaboration en ligne et l’échange des savoirs.  Par exemple, un forum permet à tous les participants de poser une question, de formuler une proposition, partager une expérience… avec tous les autres participants et avec le formateur quand il le désire.  Un candidat entrepreneur peut parler de ses difficultés, faire partager ses expériences ou proposer des solutions à un autre participant à la formation Je crée mon entreprise…

Le formateur peut également organiser un chat de manière régulière.   Tous les participants peuvent donc lui adresser leurs questions, leurs remarques, etc. et intervenir en temps réel avec les autres apprenants.

Espace de travail Moodle

Dans nos formations, nous organisons un chat par semaine, de façon à ne pas perdre le contact avec les participants.

Un système d’email permet d’échanger de manière individuelle avec tous les participants d’une formation ou avec le formateur.

La plateforme est accessible 24 heures sur 24, quand vous le souhaitez.  Vous vous connectez quand vous le désirez et travaillez à votre rythme.

Vous lisez les manuels, effectuez les exercices.  Certains d’entre eux (comme les questionnaires à choix multiples) sont auto-corrigés (le système vous donne immédiatement vos résultats) d’autres sont déposés pour le formateur à une date indiquée.

Les exercices remis sont toujours commentés par le formateur pour vous permettre d’avancer efficacement dans l’acquisition des nouvelles notions.

Nous ajoutons aussi des ressources à chacun de nos cours :

  • bibliographies : des livres accessibles sur le sujet
  • modèles gratuits (mindmaps, questionnaires pour votre projet d’entreprise, etc.)
  • vidéos, fichiers MP3, etc.
  • liens vers des sites Internet de référence
  • Etc.

qui vous permettent d‘aller plus loin dans votre progression personnelle, si vous le désirez.

Moodle peut également vous permettre de créer un espace de travail dans votre entreprise pour le travail à distance.

Nous l’utilisons aussi lors de cours en apprentissage mixte (Blended learning)  pour des entreprises ou institutions qui souhaitent bénéficier des avantages combinés de l’apprentissage en présentiel et en ligne : gain de temps, d’argent, contact avec le formateur, rythme personnel respecté, renforcement des acquis par l’autoformation…

Et Moostic ?

Moostic est une société suisse qui héberge votre plateforme moyennant un abonnement modique.  Nous l’avons choisie pour sa facilité d’utilisation, pour sa dimension multilingue : votre formation en français sera vraiment en français sans avoir la mauvaise surprise de tomber sur des exercices en anglais ou de la documentation en coréen…

Logo Moostic

Nous pouvons donc nous concentrer totalement sur les dimensions pédagogiques de nos formations et confier la tuyauterie (le hardware) à notre hébergeur préféré…

Bon amusement et surtout, bonne progression dans vos formations avec nous !

Catégories
Apprendre à apprendre E-learning formation Langues Mind Mapping Orientation professionnelle Pédagogie

On site learning, e-learning, blended learning : quelques explications sur les modalités d’apprentissage

On vous a parlé – voire proposé – des formation en e-learning ou  en blended learning ?  Et vous vous demandez toujours de quoi il s’agit ?

Pas de panique : voici quelques explications et une mindmap pour éclaircir tout ça !

Derrière ces termes techniques se cachent des réalités très simples à comprendre.  Cette carte heuristique vous donne un aperçu des trois modes d’apprentissage que je vais aborder ensuite. (cliquez sur l’image pour l’agrandir.  Vous pouvez aussi  visionner la carte ici, sur le site du logiciel de mindmapping XMind.  Ceux (il y en a encore) qui n’ont pas le programme XMind, peuvent le télécharger ici).

Les modalités d’apprentissage

Trois grands modes d’apprentissage

Déjà, on peut commencer par traduire ces termes :

On site learning :

c’est la formation en classe ou en local commun.  C’est ce que vous avez connu depuis la maternelle :  tout le monde – formateur et apprenants –  est dans la même pièce et participe physiquement à la formation.  Cela peut-être plus ou moins directif ou participatif, mais tout le monde est physiquement présent.  C’est pourquoi ce terme à été traduit en français par formation en présentiel.

e-learning (ou encore online learning) :

ici, il s’agit d’apprentissage à distance, généralement via une plateforme d’e-learning, accessible par Internet.  Une plateforme est un ensemble de programmes, hébergés sur un serveur, et qui vous permettent de vous former à distance.  Vous pouvez donc apprendre des langues, le mindmapping, la photo, le secrétariat, la comptabilité, la cuisine asiatique, etc. sans bouger de votre fauteuil préféré.  On le traduit en français par les expressions apprentissage à distance, en ligne ou encore distanciel.

e-learning ou apprentissage à distance

Il existe plusieurs standards pour les plateformes d’e-learning, mais cet article ne se voulant pas trop technique, je citerai simplement quelques plateformes existantes : Moodle, Ganesha, Claroline

Il existe encore une différence fondamentale dans la façon d’organiser l’apprentissage à distance :

synchrone :

  • c’est-à-dire que le cours ou la formation est donné(e) à un moment précis (c’est le principe des webinars, séminaires en ligne). Tout le monde se connecte en même temps pour suivre une vidéo-conférence ou un chat, ou simplement des instructions en temps réel.

asynchrone :

  • ici, vous vous connectez quand vous le désirez et vous vous formez à votre rythme.  Vous effectuez vos exercices, vous lisez vos instructions, vous passez les tests quand cela vous convient.    C’est en grande partie de l’autoformation.

Ces deux modes d’apprentissage en ligne peuvent s’assortir d’e-tutorat : c’est-à-dire qu’un professeur ou un formateur peut vous suivre, vous encourager, vous donner un retour sur vos performances, corriger vos exercices et vous les renvoyer avec des commentaires, etc.  Exactement comme le ferait un professeur en présentiel, mais à distance.  Cela peut se faire par e-mail, par chat, par participation à des forums ou en vidéoconférence.

Synchrone ou asynchrone ?

Blended learning :

c’est un mélange des deux précédents.  Le formateur donne quelques cours en présentiel, mais les apprenants peuvent continuer à s’autoformer, à effectuer des exercices en ligne, à chatter entre eux ou à participer à des forums ou compléter des documents wiki…  Ces séquences en ligne peuvent être synchrones – tout le monde se connecte en même temps – ou asynchrones –  chacun apprend à son rythme – entre deux séances en présentiel…

C’est ce qu’on appelle l’apprentissage mixte.

Dans de prochains articles, nous explorerons ensemble les avantages et les inconvénients de chacun de ces sytèmes ainsi que les outils qu’on peut y utiliser.

Vous avez aimé cet article ?  Inscrivez-vous à ma newsletter et ne ratez plus aucun article ou événément !