Catégories
Ecriture

Comment écrire un bon article ?

Comment écrire un bon article qui sera lu et diffusé sur les médias sociaux ?  Un texte attrayant et cohérent ?  Voici quelques conseils issus de mon expérience de journaliste… et qui devraient vous faciliter la vie.

Article mis à jour le 10 mai 2021.

Pour beaucoup de gens, écrire un bon article est facile pour un journaliste chevronné.  Rien n’est plus éloigné de la vérité.

Ecrire un bon article, même si vous êtes un vieux briscard de la presse, est une activité exigeante et qui demande beaucoup de travail.

J’ai rassemblé dans cette mindmap (ou carte mentale) toutes les étapes du processus. Vous pouvez télécharger gratuitement cette mindmap au format XMind sur notre page Apprendre à Apprendre.

Comment écrire un bon article ?

1. Trouvez un bon sujet!

Trouvez un bon sujet pour vos lecteurs : quelque chose d’intriguant, de passionnant, de fascinant !  Quelque chose qui sort de l’ordinaire, avec, si possible, un point de vue de spécialiste renommé.

2. Ecrivez pour vos lecteurs et non pour vous-même

Mais avant tout, n’oubliez pas  : vous écrivez pour vos lecteurs et non pas pour vous-même !  Le lecteur doit être votre repère absolu, vous devez le conserver à l’esprit à chacune des étapes du processus.  

C’est pourquoi j’ai mis les sujets qui concernent les lecteurs en évidence par un nuage sur cette mindmap, pour vous rappeler (et à moi aussi) l’importance des lecteurs.

3. Ecoutez vos lecteurs

Comment trouver un bon sujet pour vos lecteurs ?  Ecoutez-les !  Cela n’a jamais été aussi facile : aujourd’hui, tout le monde s’exprime sur Internet.  Via les médias sociaux, les commentaires de blog, etc.

Mettez au point une veille, en utilisant par exemple un agrégateur de nouvelles tel Feedly (il en existe beaucoup d’autres) ou avec Twitter.

4. Rassemblez des informations pertinentes

Cela va vous aider à rassembler de l’information pertinente.  Mais aussi des anecdotes amusantes, des points de vue intéressants, des témoignages uniques sur de grands événements.

Des choses qui donneront de la chair à votre histoire.

5. Analysez votre information

Mais rassembler l’information ne suffit pas : vous devez aussi l’analyser:

  •  Qu’est-ce qui est vraiment pertinent ?
  • Vos témoins sont-ils vraiment crédibles ?
  • Vos données sont-elles exactes ?

Recoupez et revérifiez vos informations.

6. Pour écrire un bon article, choisissez le bon angle

Choisissez le bon angle pour raconter votre histoire.  Allez-vous adopter le point de vue de l’acteur de l’histoire ?  Celui d’un témoin ou d’une victime ?

Allez-vous comparer cette nouvelle situation à une précédente, pour mieux en faire ressortir les différences ?

L’angle est extrêmement important : c’est parfois la seule chose qui va différencier votre papier de celui d’un concurrent…

L’angle donne du relief à votre article

7. Structurez votre papier

Quelle structure allez-vous donner à votre article ?  Sera-ce un texte en entonnoir, qui part de l’information la plus générale jusqu’au détail le plus particulier ?  Allez-vous écrire une chronologie, qui relate les événements du premier au dernier pour resituer le contexte d’une longue saga ?  Ou préférez-vous l’interview d’un personnage-clé qui vous permettra d’illustrer les points principaux des faits ?

La structure que vous donnerez à votre article est très importante : selon la forme que vous choisirez, vous pourrez mettre l’accent sur certains points, mais parfois aussi en minimiser voire en cacher d’autres.  Soyez prudent !

8. Rédigez votre histoire

Ecrivez !  Il est presque temps, non ?  Oui, maintenant, vous pouvez vous asseoir à votre bureau et commencer à taper…

Vous allez enfin rassembler tous ces morceaux en une histoire cohérente et fascinante.  Faites-le avec style : évitez les clichés, les expressions obscures.  Fuyez le jargon et les termes de spécialistes, que personne ou presque ne comprend.  Soignez votre production, votre lecteur le vaut bien !

Au fait, votre lecteur n’est pas votre maman : ne vous attendez donc pas à des éloges et des compliments si votre papier n’atteint pas les standards de l’industrie…  Vous voilà prévenu(e).

9. Ecrire un bon article : éditez votre texte

Après avoir rédigé, éditez votre article.  Il est temps de chasser les fautes d’orthographe, de soigner la syntaxe.  De corriger les formulations maladroites, d’élaguer le jargon ou les expressions peu claires.

Essayez d’être à la fois simple et élégant.  L’idéal est de se faire éditer par quelqu’un d’autre.

10. Publiez votre article !

Et enfin, publiez votre article !  Choisissez le bon canal.  Si vous êtes blogueur, vous avez toute liberté.  Si vous êtes journaliste professionnel, avant même de rédiger, choisissez le type de média pour lequel vous allez écrire.  Le reste – titre, angle, structure, etc. – vous sera imposé, ou tout au moins discuté – par votre rédacteur en chef.

Mais dans tous les cas, vous aurez le plaisir de lire votre texte en ligne ou sur papier et d’obtenir du feedback de vos lecteurs préférés (oui, de votre maman aussi !).

Et si vous éprouvez l’angoisse de la page blanche ou des difficultés pour vous lancer, voici une méthode pour éviter la procrastination

Vous avez aimé cet article ?  Inscrivez-vous à ma newsletter et ne ratez plus aucun article ou événément !

50.9686775.824968
Catégories
Ecriture Logiciels Test

Scapple : brainstormez avant d’écrire sur Scrivener !

Literature and Latte, le producteur de Scrivener, vient d’adapter pour Windows son nouveau logiciel de prise de notes et de brainstorming : Scapple.  Ce n’est pas du mindmapping, ni encore du concept mapping.  C’est autre chose.  Tentons de découvrir ensemble cet ovni de l’écriture.

Mardi dernier, il était tard lorsque je me suis mis au lit. Je me suis dit, je vais jeter un dernier coup d’oeil à mes emails et aux statistiques de mes blogs. J’en ai profité pour ouvrir Facebook pour voir s’il y avait un message d’une personne avec qui j’avais convenu de faire le voyage vers Utrecht (pour la journée internationale du mindmapping Biggerplate Unplugged).

 Le piège.

 Car sur FB, j’ai vu cette annonce irrésistible : Scapple pour Windows est désormais disponible

 Il fallait que je l’essaie tout de suite !

 Et donc, je l’ai téléchargé et j’ai commencé à jouer avec la version d’essai gratuite.

 Et j’ai été immédiatement séduit.

 Le lendemain, dans le train entre Maastricht et Utrecht, j’ai écrit cet article en utilisant Scapple pour prendre des notes. Et ensuite les exporter dans Scrivener, dans Word, au format PDF, etc.   Et puis exporter le tout vers WordPress pour publier ce qui était devenu l’article que vous lisez en ce moment…

Une prise en main ultra-simple

Ma méthode pour rédiger cet article : j’ai tapé les notes au fur et à mesure de mes impressions, au hasard.

Premier essai avec Scapple

J’ai ensuite réorganisé le tout pour obtenir un texte cohérent.

Vous pouvez taper n’importe où : la limite est delle de la mémoire de l’ordinateur.  Il suffit de double-cliquer ailleurs sur le fond pour en créer une autre…

L’utilisation des formes et des couleurs de notes permet aussi de travailler par catégories.

Et puis ensuite, on peut structurer le tout en déplaçant et en liant les notes… ou non !

Pour connecter deux notes, il suffit d’en déplacer une par un glisser coller sur l’autre note.  Quand vous relâchez votre souris, les deux notes sont liées, elles ne s’insèrent pas l’une dans l’autre…  Pour les déconnecter, il suffit d’un clic droit ou d’aller dans le menu Notes et sélectionner la commande “Déconnecter”.

Quand vous avez tapé quelques notes de cette façon, vous découvrez que votre texte est déjà très loin : pas encore terminé, bien entendu, mais déjà bien avancé.

Réorganisez votre texte en quelques clics

On peut alors revoir l’ensemble et décider dans quelles catégories entrent les différentes notes et réorganiser son texte.  C’est ce que j’ai fait pour cet article : je l’ai d’abord tapé note par note, comme “ça me venait”.  Ensuite, j’ai réorganisé le tout en trois grandes parties : contexte, techniques et impressions / sujectivité.

Article réorganisé en catégories

Les notes peuvent aussi se chevaucher : c’est intéressant pour ne pas se laisser distraire au moment où on tape, mais ça peut être source de confusion si l’on a de nombreuses notes : certaines peuvent en recouvrir totalement ou partiellement d’autres.

Dommage, par contre, qu’on ne puisse faire bouger le fond du document avec la souris : il faut absolument utiliser les ascenseurs verticaux et horizontaux…

Pour ceux qui, comme moi, aiment les menus contextuels, un clic droit ouvre un menu qui gère un ensemble de propriétés…

Tout a été pensé pour faciliter la vie de l’utilisateur.

Donc, pas de fioritures inutiles ni de fonctions extravagantes, mais des outils concrets, utiles, directement exploitables.

Quelques réflexions et impressions

Première impression : ultra-simple d’utilisation : tout est terriblement intuitif.  Il suffit de double-cliquer sur le fond pour créer une note.

C’est un outil qui, bien utilisé, va bien dans la philosophie des trois R : Réfléchir, Rédiger, Réviser. Voir à ce sujet, Rédaction claire le blog d’Anne Vervier.  Et qui facilite donc la rédaction de documents tels que rapport, article, mémoire, thèse de doctorat ou encore proposition commerciale.

Mais il faut organiser ses notes avec soin.  Et avant de les exporter, les hiérarchiser de façon à avoir un texte cohérent.  Sinon, vous obtenez un plat de spaghetti à l’arrivée…  C’est-à-dire exactement l’inverse de ce Scapple est sensé faire : vous aider à structurer votre texte avant de rédiger.

Umberto Eco disait quelque part que les traitements de texte avaient modifié notre façon d’écrire : désormais, nous n’écrivons plus les documents d’une traite, nous écrivons surtout par paragraphes que nous pouvons copier, couper, coller, glisser-déplacer.  Je crois que cet outil va encore renforcer cette tendance.

Mais, je me demande tout de  même, si, quand on a un énorme paquet de notes, il est encore possible de structurer le tout de manière cohérente.  Cela doit exiger beaucoup de discipline personnelle.

C’est là que l’utilisation des flèches, des lignes, des couleurs intervient pour clarifier le tout et les parties.

L’export vers PDF, un fichier d’image ou de texte à tout moment, permet aussi de garder des traces de l’évolution de la pensée et de l’organisation.  On prend des clichés sucessifs des étapes de l’élaboration du texte.  L’exportation vers Scrivener, le studio d’écriture également produit par Literature & Latte, est extrêmement simple : il suffit d’ouvrir Scapple et Scrivener et de glisser les notes vers la page Scrivener où on veut insérer le texte.

Les exports vers Word – via le Rich Text RTF – ou vers le PDF sont l’affaire de deux clics et tout est  exporté sans bavure ni erreur.

On reconnaît bien la qualité des concepteurs de Scrivener.  Mais l’outil sans idée centrale, ni image risque de déconcerter fortement les adeptes du mind mapping !

Vous pouvez télécharger Scapple et l’essayer gratuitement.

Formez-vous à Scrivener, le studio d’écriture, à Paris en novembre !

Vous avez aimé cet article ?  Inscrivez-vous à ma newsletter et ne ratez plus aucun article ou événément !

50.9686775.824968
Catégories
CV formation Logiciels Mind Mapping Modèles Outils Recherche d'emploi

Notre premier modèle : CV-Mindmap pour employé expérimenté

Vous avez envie d’envoyer un CV plus visuel ?  Quelque chose qui puisse se lire d’un coup d’oeil sur une seule page ?  Envie d’accompagner votre CV traditionnel d’une touche d’originalité qui témoigne davantage de votre personnalité ?

Vous pouvez dès lors envoyer un CV-Mindmap (ou carte heuristique) !

Suite à la publication de mon billet sur le CV-Mindmap, il y a quelques jours, vous avez été plusieurs à me demander de publier des templates (ou modèles).

Je réponds donc à cette demande en vous proposant aujourd’hui notre premier modèle : le CV-Mindmap d’un employé expérimenté.  (Cliquez sur l’image pour l’agrandir).

Template pour employé expérimenté

Il prévoit en effet une expérience professionnelle de plusieurs années au sein de plusieurs entreprises.

Si ce n’est pas votre cas, si vous êtes débutant, sans expérience professionnelle, consultez plutôt notre modèle de CV Mindmap pour débutant.

Vous pouvez l’utiliser en tant que CV à joindre à votre CV classique ou seul (attention cependant à la culture de l’entreprise à laquelle vous adressez votre candidature !) ou pour structurer votre CV classique avant de l’envoyer.

Ce template est au format XMind.  Si vous n’avez pas encore votre propre logiciel XMind, vous pouvez le télécharger gratuitement ici.

Il est entièrement personnalisable : vous pouvez ajouter des rubriques ou enlever celles qui ne vous concernent pas.  Vous pouvez modifier les illustrations, la culeur du fond, la couleur des branches, modifier l’ordre des rubriques, etc.

Toutefois, ce CV a été élaboré en suivant les principes du CV tel que je le pratique en temps que coach en gestion de carrière.   Si vous avez des doutes ou si vous désirez plus de conseils, vous pouvez lire d’abord ma série de billets Construisez un CV gagnant avec le mindmapping, ainsi que mon post précédent, Faut-il envoyer son CV sous forme de Mindmap ?

Ce modèle – comme tous les autres – comporte également des notes, que vous identifierez facilement grâce à la petite icone en forme de post-it dans chacun des sujets.  Cliquez sur cette icone et vous ouvrez une note qui vous donne les meilleurs conseils pour rendre votre CV efficace ! (Cliquez sur l’image pour l’agrandir).

Notes explicatives dans le modèle

Comment utiliser ce CV ?

Vous pouvez l’utiliser de deux manière :

– Soit vous l’utilisez uniquement pour structurer votre CV : c’est-à-dire pour organiser vos idées, pour lister les rubriques dans un ordre qui fait sens pour la personne qui le lira.  Pour être certain, aussi de ne rien oublier !

– Soit, vous pouvez envoyer votre CV sous forme de Mindmap : attention !  Comme toujours, connaissez l’entreprise à qui vous allez envoyer votre CV !  Dans un autre article, j’ai précisé cette question : dois-je envoyer mon CV sous forme de mindmap ?  Dans certaines entreprises, particulièrement ouvertes et innovantes, pour un poste de graphiste ou d’animateur, je vous dirais franchement oui !  Pour un emploi de comptable au sein d’un cabinet-conseil, je vous le déconseillerais tout aussi franchement.  Usez de votre bon sens et surtout, informez-vous sur la culture de l’entreprise !

Dans tous les cas : bonne chance ! 😉

Format de votre CV mindmap

Ce template est livré au format Modèle XMind, avec l’extension .xmt

Lorsque vous désirez l’utiliser, allez dans « Fichier« , « Nouveau« , « Nouvelle Map à partir du modèle » ou cliquez sur CTRL+ALT+N si vous aimez les raccourcis clavier.

Cela vous permettra de réaliser autant de CV que vous le souhaitez à partir de ce modèle !

Nous prévoyons de publier ce modèle – et d’autres – dans d’autres format, très bientôt.  Notamment un modèle pour jeune ayant peu d’expérience.

Comment commander ce modèle ?

C’est simple :  il vous suffit de cliquez sur le bouton Paypal et de régler votre commande.  Le modèle – utilisable sans limite de temps ni de nombre de CV – est disponible pour 5,99 euros.

Dès réception de votre paiement, nous vous enverrons votre modèle ainsi qu’une reproduction au format PDF pour que vous puissiez le visualiser sur papier.

Je commande mon Modèle de CV Mindmap pour employé expérimenté

Vous avez aimé cet article ?  Inscrivez-vous à ma newsletter et ne ratez plus aucun article ou événément !

50.9686775.824968