Catégories
Curation

Collections : le réseau social Google+ propose de la curation

La curation est le nouvel eldorado des marketeurs.  Le réseau social de Google n’est pas en reste et propose sa propre solution de curation  : Collections.

Collection : la solution de curation de Google+

La curation, nouvel eldorado des marketeurs !

Depuis quelques mois, la curation est devenue la Nouvelle Frontière des marketeurs, un eldorado sensé faciliter le « lean content » , le contenu « maigre ».  Entendez : contenu pas trop cher ou trop difficile à produire mais qui intéressera une majorité de visiteurs de votre site ou blog – un investissement minimum pour un maximum d’impact.  Ou un ROI – Return On Investment – maximalisé.

Il faut dire que nous sommes entrés dans l’économie de l’attention.  Comme le disait James Gleick « quand l’information est gratuite, l’attention devient hors de prix ».  Créer du contenu original, de qualité devient de plus en plus difficile et cher en ressources : temps, talents, argent.

La curation, ou l’art de traiter et de distribuer des contenus pertinents pour un public précis, prend ainsi de l’importance.  Je ne reviens pas dans ce billet sur les étapes de la curation ou sa stratégie, sujets que j’ai traités abondamment dans mon article Curation, et si on parlait un peu stratégie ?

Collections Google+ : une curation intégrée au réseau social

 Ce phénomène n’a évidemment pas échappé aux créateurs de réseaux sociaux.  Linkedin a lancé il y a peu son propre outil de curation, Elevate, qui permet aux membres du personnel d’une entreprise de partager et de commenter des contenus pertinents.  Récemment, Twitter a créé Curator, un outil dédié aux professionnels des médias et accessible sur demande.

Et aujourd’hui, Google Plus crée son propre outil de curation : Collections !

Menu Collections

Et vous n’avez pas besoin de créer un nouveau compte ou de vous connecter à l’outil : comme de nombreuses applications Google+, celle-ci est intégrée au menu du réseau social (voir la commande encadrée de rouge).

Elle est également reconnaissable à son logo en forme d’un lozange composé de tuiles bleues.

Pour lancer l’application, cliquez simplement sur la commande « Collections ».

Une nouvelle fenêtre s’ouvre alors dans votre navigateur.

Elle porte l’image d’en-tête que vous pouvez voir en haut de l’article.

Organisez votre curation avec Collections

Au haut de la page, figurent deux menus principaux : Vos collections et Sélection.

Vos collections vous permet de créer vos propres collections.  Sélection est, comme son nom l’indique, une sélection effectuée par Google + de collections susceptibles de vous intéresser.

1. Création de votre première Collection Google plus

Sous l’en-tête de la page Vos Collections, figure un bouton « Créer » : cliquez sur ce bouton pour créer votre première collection.  Une fenêtre de dialogue s’affiche :

Fenêtre de dialogue Créer

Donnez d’abord un nom à votre collection.  Choisissez un nom significatif, pas trop long à retenir, qui synthétise bien le contenu de votre collection.   Vous faciliterez ainsi le travail des Internautes.

Vous pouvez choisir, comme pour toute publication dans Google +, les cercles (les segments de votre public) auxquels vous souhaitez rendre vos contenus visibles.  Vous pouvez donc les rendre visibles pour tout le monde (public), uniquement pour vos cercles ou au contraire, en restreindre l’accès aux membres d’une communauté ou d’un groupe lié à une entreprise, une classe, etc.   Une façon de créer une curation collective pour une classe ou le service d’une grande entreprise, par exemple.

2. Personnalisation de votre nouvelle collection

Lorsque la collection est créée, vous pouvez la personnaliser : ajouter une photo proposée par Google Plus ou l’une des vôtes, ainsi que la couleur dominante de votre thème.

Menu Personnaliser la collection

Votre collection est prête !

3. Publiez votre premier post dans Collections de Google Plus

Votre collection est désormais prête.  Votre navigateur affiche maintenant votre en-tête avec l’éditeur Google plus : vous pouvez déjà publier votre premier post !

Publication de votre premier post

Comme toujours dans Google+, vous pouvez, en quelques clics, ajouter du texte, des photos, des liens, une vidéo, une page événement ou un sondage.

Une façon facile de publier du contenu sur un réseau social très proche du moteur de recherche Google…

Voilà, j’ai publié mon premier post dans ma collection « Réseaux sociaux » :

Premier post publié

Remarquez en haut à gauche du post, un lien en bleu qui porte le nom de ma collection : ce lien apparaît sous cette forme uniquement pour mes collections. Pour les autres, Google+ utilise un autre affichage.  Par exemple : le nom de l’auteur et la mention « Jean Dupond a publié cet élément et 12 autres dans » et le nom de sa collection.  Il suffit de cliquer sur ce lien pour s’abonner à la collection en question.  A droite de votre post, figure le logo de l’application de curation de Google plus, Collections.

4. Faites connaître votre Collection sur Google+

Avec le bouton « Partagez », la petite flèche courbe en bas à droite de la page d’accueil de votre collection, vous pouvez en faire la publicité sur Google Plus.

Je l’ai fait pour une collection que j’ai créée spécifiquement pour le Colloque Apprendre tout au long de la vie avec le Mind Mapping que je co-organise avec Fabienne De Broeck d’Optimind :

Publicité de votre collection

N’oubliez pas d’utiliser les hashtags pour que les internautes intéressés par vos thématiques puissent vous trouver.  Sélectionnez ici aussi le degré de visibilité que vous souhaitez pour votre promotion : public, mes cercles, mes cercles étendus, etc.

5. Avec Sélection, abonnez-vous aux contenus qui vous intéressent

Une bonne curation commence par organiser un bon système de veille.  En plus des outils habituels – mention, Google Alerte, Twitter et autres – vous pouvez aussi vous abonner aux Collections des autres internautes.

Collections des membres de vos cercles

De cette façon, non seulement vous nourrissez votre propre veille, mais vous attirez l’attention des autres membres de Collections de Google plus : une façon de construire votre propre réseau de curation !

Conclusion

 Google Plus a parfaitement compris l’intérêt de la curation pour les marques et les entreprises.  Publier du contenu original est de plus en plus coûteux, non seulement en argent, mais en temps, en talents, en ressources matérielles.

Proposer du contenu de qualité, produit par d’autres, mais qui rend service à votre communauté – clients, prospects, collègues, fournisseurs, autres personnes intéressées mais pas clientes – renforce votre présence et votre crédibilité sur le réseau social de Google et donc sur le Net.

Le fait de ne pas devoir s’abonner à un outil tiers, de cliquer simplement sur une commande dans le menu intégrer de Google + est très séduisant pour les utilisateurs de ce réseau.

Une concurrence de plus pour les outils de curation comme Scoop it, par exemple.   Et un signe de plus de la volonté des réseaux sociaux d’occuper le plus de terrain possible sur Internet, au détriment d’autres acteurs.  Google+, tout comme Facebook, affiche clairement l’ambition de devenir un portail incontournable pour les Internautes.  Sa proximité avec le moteur de recherche le plus populaire en Europe a de quoi séduire les webmasters et les agences de marketing.

Bref, une application avec laquelle il faudra compter, n’en déplaise à ceux qui s’obstinent à annoncer la mort de Google Plus depuis le jour de sa création…

 Vous avez aimé cet article ?  Inscrivez-vous à ma newsletter et ne ratez plus aucun article ou événément !

Catégories
Chronique BXECO

Grytics : passez les groupes Facebook et Linkedin à la loupe !

Dans ma chronique sur BXECO, je vous parlais ce vendredi de Grytics : un outil particulièrement efficace pour distinguer communautés vivantes et « groupes Zombies ».

Dans ma première chronique pour BXECO, le nouveau magazine économique de BXFM, je vous parlais des groupes Linkedin.  Certains sont de vrais communautés vivantes, qui échangent, qui commentent, qui réinventent leurs pratiques et leurs points de vue.  D’autres groupes, parfois bien plus peuplés, sont de vrais territoires de zombies, des agrégats de morts-vivants qui ne se parlent pas, où l’échange constitue l’exception et où le commentaire brille surtout par son absence…

Pour distinguer ces groupes et vous rendre visibles sur Linkedin ou sur Facebook, je vous ai présenté un outil : Grytics.

Grytics : des statistiques qui déshabillent vos groupes Facebook et Linkedin !

Grytics ne fait qu’une seule chose, mais il la fait vraiment très bien : il analyse les groupes Linkedin et Facebook.  Il ne se contente pas de vous donner le nombre de membres d’un groupe, mais pousse au contraire l’analyse très loin dans les détails et ne vous laisse plus aucun doute sur la nature du groupe analysé : vraie communauté ou territoire de zombies !

Une des spécificités de Grytics : il vous fournit toutes les données sur une présentation Powerpoint à télécharger. Vous pouvez ensuite analyser les données tout à votre aise…

1. Analyse du groupe Facebook ou Linkedin

Grytics procède d’abord à une analyse générale du groupe : date de création, nombre de membres, de commentaires, de posts, etc.

Statistiques générales d’un groupe Linkedin

2. Analyse des posts ou billets publiés dans le groupe

Grytics procède ensuite à l’analyse des « posts » ou « articles » publiés dans le groupe.  Il en fournit le titre, l’URL, mais aussi le nombre d’engagements.  Une bonne façon de voir ce qui fonctionne dans ce groupe, les thèmes qui y sont populaires.  J’ai flouté les contenus pour des raisons évidentes de confidentialité…

Analyse des articles

3. Analyse des 5 derniers posts avec likes et commentaires

Grytics vous donne aussi une analyse des 5 derniers articles publiés dans le groupe ainsi que le nombre de likes et de commentaires qu’ils ont généré.

Articles avec likes et commentaires

4. Graphique de l’activité du groupe

Grytics résume l’activité du groupe Linkedin ou Facebook sous forme de graphique en camembert :

Graphique de l’activité du groupe

Il y résume le nombre de posts, de commentaires et de likes : une façon aisée de se rendre compte du dynamisme réel d’un groupe Facebook ou Linkedin.  Ou de son absence de vie…

5. Le taux d’engagement généré par les posts

Une des mesures les plus intéressantes de Grytics est sans doute la mesure du taux d’engagement généré par les articles publiés dans le groupe.

Taux d’engagement des articles

La vitalité de ce petit groupe Linkedin est vraiment étonnante : plus de 47 % des articles ont reçu un like et plus de 38 % ont été commentés.

6.  Distribution des posts et commentaires par mois, par jour et par heure

Grytics va très loin dans l’analyse de la distribution des articles et des commentaires dans les groupes Facebook et Linkedin puisqu’il vous propose des statistiques par mois, par jour et par heure.  Dans ce tableau, voici la distribution des billets par jour :

 

Distribution des articles par jour

 Manifestement, il vaut mieux publier les mardis et jeudis : c’est non seulement à cette période que le nombre d’articles est le plus élevé, mais aussi, et c’est important pour le taux d’engagement de vos propres articles : c’est là qu’il se récolte le plus grand nombre de commentaires par article.

7. Analyse du taux d’engagement des membres

Grytics analyse aussi le taux d’engagement des membres dans les groupes Linkedin ou Facebook.  Qui sont ceux qui ne participent pas ?  Combien sont ceux qui postent, qui commentent ou qui likent ?

Taux d’engagement des membres du groupe

Dans les médias sociaux, comme dans la vie de tous les jours, les leaders constituent une minorité.  Plus de 65 % des membres n’ont jamais rien publié, liké ou commenté.

En fin de présentation, Grytics liste même les membres les plus actifs sur trois diapositives :

  1. membres les plus engagés (top engaged members)
  2. membres qui postent le plus
  3. membres qui likent le plus

Je n’ai pas reproduit ces diapositives car elles affichent le nom et la photo des membres du groupe : je me voyais mal flouter tout ça et vous présenter des nuages de points insignifiants.

Conclusion : Grytics, un outil statistique fabuleux pour « déshabiller » les groupes Facebook et Linkedin

Après examen de ces diapositives Powerpoint générées par Grytics, il ne fait aucun doute : cette application est un outil unique et très performant pour analyser les groupes, que ce soit sur Facebook ou sur Linkedin.

Or, on sait à quel point pour un réseau social professionnel comme Linkedin, les groupes sont importants.  Ce sont eux qui créent la vraie dynamique du réseau.  C’est en participant à ces groupes que vous vous affirmerez en tant qu’expert dans votre domaine.

Grytics vous donne donc l’opportunité de choisir avec soin les groupes les plus performants.  Dans ma chronique radio sur BXFM, je comparais ce petit groupe Linkedin hyper-dynamique à une sorte de dinosaure de plus de 2470 membres morts-vivants.

Voici à titre d’exemple, les statistiques globales de ce groupe :

Statistiques d’un groupe-zombie

On y trouve 2470 membres (wouaouh !) mais seulement :

  • 79 posts (soit un de plus que dans le petit groupe de 76 membres)
  • 20 likes (pour 70 likes dans le petit groupe)
  • 13 commentaires (pour 99 commentaires dans le petit groupe)

Avec ces données, vous ne devriez plus hésiter et choisir le petit groupe hyper-actif de 76 membres et oublier définitivement le « grand » groupe de zombies qui compte 2470 morts-vivants…

Mais sans Grytics, quel groupe auriez-vous choisi ?  Franchement ?

Vous avez aimé cet article ?  Inscrivez-vous à ma newsletter et ne ratez plus aucun article ou événément !

Catégories
creation d'entreprise enseignement secondaire Jeunes Jeunes entrepreneurs Outils Pédagogie Serious games

Kompany : les ados créent leur entreprise virtuelle !

Comment réconcilier les ados avec l’idée de l’entreprise ?

L’Académie de Poiters, le CEPE et six marques ont répondu à la question.  En créant un serious game qui se joue sur Facebook !

Kompany, c’est un jeu sérieux qui se pratique avec les potes sur Facebook, le réseau social par excellence des ados.

Le but est de créer sa propre entreprise et surtout, qu’elle fonctionne !

Derrière ce jeu dynamique, il y a la volonté de réconcilier les adolescents et l’idée d’entreprendre.

Chaque joueur crée son entreprise.  Celles-ci sont surtout ciblées sur le monde industriel : pas étonnant quand on sait que l’EDF, mais aussi Mazda comptent parmi les partenaires !

On part de la fabrication au service après-vente en surveillant ses finances, son énergie, en concluant des partenariats avec les fournisseurs, en se faisant payer par les clients (ça va nettement plus vite que dans la vie d’une véritable entreprise…).

Ecran de bienvenue

Business is fun !

« Business is fun » proclame le slogan du jeu.  C’est vrai que l’ensemble est dynamique, rythmé, bien conçu.  Le joueur est placé dans des situations réalistes – fabrication, vente, communication, budget – qui le conduisent à prendre des décisions.  Dont la survie de l’entreprise dépend…

Il peut aussi demander de l’aide d’autres joueurs sur Facebook.   Le côté compétition n’en est pas oublié pour autant, car chaque participant peut comparer son score à celui de ses amis.

Le jeu seul ne fera sans doute pas de miracle.  Mais bien utilisé en complément d’autres actions en faveur de l’idée d’entreprendre, il constituera sans doute un atout de choix dans la panoplie des éducateurs.

Seul bémol : l’environnement est vraiment franco-français.  Mais on l’oublie très vite tant on est pris par la dynamique du jeu !

Le jeu affiche aussi, dans le tableau de bord, des messages émanant des marques partenaires, mais aussi des conseils, des chats sur la création d’entreprise, etc.   Autant de possibilités d’aller plus loin dans la démarche de découverte 😉

Recruter un collaborateur

Adresse du jeu : http://www.kompanygame.com/index-fr.htm

Type de jeu : gestion d’entreprise.

Concepteur : Ouat Entertainment.

Partenariat : Académie de Poitiers, CEPE, Mazda, EDF, Crédit Agricole, Manpower, Microsoft, EBP.

Vous avez aimé cet article ?  Inscrivez-vous à ma newsletter et ne ratez plus aucun article ou événément !