Catégories
formation Logiciels Mind Mapping Outils Pédagogie XMind

Scénario pédagogique avec XMind

Scénario pédagogique avec XMind : Préparer une leçon ou une séquence de formation peut-être quelque chose de fastidieux.  En utilisant le mindmapping, vous vous donnez les moyens de visualiser l’ensemble du cours.  Et de voir l’évolution de votre projet en temps réel.

Article mis à jour le 13 mai 2021.

Comment préparer un cours, une leçon ou une séquence de formation en ayant  l’assurance de ne rien oublier ?

En utilisant une mindmap, aussi appelée carte mentale ou heuristique.

Visualisez votre leçon d’un seul coup d’œil grâce au scénario pédagogique avec XMind

Voici un exemple de scénario pédagogique, réalisé avec le logiciel de mindmapping XMind.  J’ai utilisé la version, XMind 2013 et l’ensemble de la carte a été conçu et réalisé avec la version gratuite.  Elle peut être réalisée avec la version XMind 8, qui est également gratuite et vous permet d’insérer des images dans votre carte mentale.

Il s’agit d’un scénario très simple en deux séquences, sur le brainstorming avec XMind dans le cadre d’une formation à la gestion du temps avec GTD.  .  GTD (ou Getting Things Done est une méthode de productivité développée par David Allen).

Vous pouvez télécharger cette carte gratuitement depuis notre page Conception pédagogique.

Un scénario pédagogique réalisé avec XMind

Déroulé de la formation illustré par le scénario pédagogique avec XMind

1. Définition des objectifs du cours

Je commence par définir les objectifs de ma session de cours.  Je complète ma finalité par une note, indiquée par l’icone « post it » dans le sujet.

Cette note détaille des éléments qui par ailleurs alourdiraient inutilement ma carte.  Elle est rédigée sous forme de phrases et non de mots-clés, comme la carte.

 Lors d’une exportation de ma carte vers le format Word, cette note sera intégralement reproduite dans mon texte, au bon endroit : d’où un sérieux gain de temps.

2. Détermination des ressources et documents nécessaires à mon cours

Je définis ensuite le public auquel s’adresse le cours.  Les ressources dont j’ai besoin.  Je peux également intégrer dans ma carte des éléments extérieurs dont j’aurai besoin pendant la session ou la préparation.

Ici, j’ai intégré mon propre blog, Trouve ta voie (qui est l’ancien nom de Formation 3.0, le blog que vous êtes en train de consulter).

Mais j’aurais pu intégrer une feuille Excel, un document Word ou PDF, une vidéo, etc.  Je peux également compléter mon scénario pédagogique de notes audio.  C’est particulièrement intéressant si c’est un document à distribuer à une équipe ou à un collègue.

3. Division de mon cours en « séquences pédagogiques« 

Ensuite, je définis mes séquences pédagogiques : l’intitulé.  Par exemple, ici, ma séquence 1 est « Brainstorming« .  Il s’agit d’un brainstorming effectué avec le module d’XMind et qui porte sur les valeurs d’un projet.  C’est une notion essentielle dans la méthode GTD.

Les objectifs de cette séquence sont bien entendu d’être capable d’utiliser le module « Brainstorming » d’XMind, mais surtout d’avoir une vision collégiale, une représentation commune des valeurs du projet sur lequel on travaille.

4. Sélection de la méthode pédagogique utilisée

Je définis ensuite la méthode pédagogique utilisée : ici, il s’agit d’un travail en grand groupe avec intervention libre.  Chacun intervient comme il l’entend dans le brainstorming.  Le tout est minuté.

Mais cela peut-être aussi un cours ex cathedra, une présentation avec support visuel, une séquence de questions-réponses, etc.

5. Précision du type d’évaluation des prestations

Je précise enfin le type d’évaluation que je pratique dans le cadre de ce cours, et il s’agit d’une évaluation formative.  Mais il peut également s’agir d’une évaluation sommative ou d’un autre type selon les besoins.

Le scénario pédagogique avec XMind : une méthode flexible

Vous pouvez bien entendu adapter cette méthode et cette carte selon vos besoins.  Vous pouvez y ajouter le timing de la session, d’autres rubriques, etc.

Cette méthode vous permet de voir d’un seul coup d’oeil, l’ensemble de votre session de cours et d’ouvrir directement les documents ou les sites web dont vous avez besoin.

Bon travail 😉

Vous avez aimé cet article ?  Inscrivez-vous à

Catégories
concept map Entreprise Logiciels Mind Mapping Outils

Mindjet : notre cerveau a besoin d’aide !

La structure de notre cerveau n’a guère changé depuis 150.000 ans.  Par contre, notre environnement nous innonde de données de plus en plus nombreuses et complexes.  Pour la première fois dans l’histoire nos cerveaux seraient dépassés.

Mindjet a commandé à un institut indépendant une étude qui confirme les apports du mindmapping et des outils visuels.  Les réponses confirment de manière scientifique ce que nous savions de manière empirique : les outils visuels aident le cerveau à mieux appréhender la complexité contemporaine !

Mindjet s’est imposé depuis quelques années comme le leader du marché des programmes de mindmapping et d’outils visuels.  Aujourd’hui, la firme a demandé à un institut indépendant d’étudier l’apport des outils visuels à nos cerveaux.  En travail individuel aussi bien qu’en équipe.  Et les résultats sont sans appel : mindmapping et outils visuels augmentent réellement nos performances !  Les travailleurs utilisent 20 % de ressources mentales en moins.  Les individus connaissent une augmentation moyenne de productivité de 17 %.  Les équipes utilisent 10 % de ressources mentales en moins.

Le cerveau noyé dans les données

L’augmentation du nombre de données disponible n’est pas anecdotique : les chercheurs du Global Information Industry Centre parlent de 1,8 zettabytes (10 exposé en 21) produits en 2011, soit de quoi saturer 115 milliards d’iPad de 16GB !

Données qui s’ajoutent au 9,57 zettabytes existant déjà sur les serveurs l’an dernier !  Mais au nombre de bytes, pour avoir une image complète de cette avalanche de données, il faut également ajouter leur complexification.  Le moindre appareil électro-ménager d’aujourd’hui est infiniment plus complexe que l’instrument scientifique du 16e siècle.  Les réseaux sur Internet, les disciplines transversales – comme l’optronique, utilisant à la fois les connaissances de l’optique et de l’électronique – ont  croisé et multiplié les données comme jamais auparavant…

Une connaissance universelle comme celle d’un Léonard de Vinci est tout simplement impossible.  Les sciences et les technologies se subdivisent en spécialités qui ressemblent de plus en plus à des niches de marketing.  Un psychiatre renommé me disait il y a quelques années, qu’il était le spécialiste d’une demi-page du DSM, le manuel de psy américain,  qui en contient 384 dans l’édition française qu’il me montrait…

De plus, les sources d’informations se sont démultipliées : en plus de l’écrit et du téléphone, nous recevons maintenant des fax, des sms, des emails, des infos en provenance des réseaux sociaux, des coups de fil, des visites imprévues dans notre bureau pour nous poser une question ou nous commander une tâche urgente, etc.

L’ennemi : le multitâche !

Alors que notre cerveau fait preuve d’une adaptabilité surprenante, il est très mauvais lorsqu’il s’agit de traiter plusieurs tâches à la fois.  Peut-être les nouvelles générations, habituées à gérer plusieurs situations à la fois sur des jeux vidéo à une vitesse ébouriffante s’en sortiront-elles mieux que nous…

En attendant, nos cerveaux peinent à séparer l’essentiel de l’accessoire, à filtrer l’information pertinente au sein du flot incessant de données brutes.  Cette inadaptation engendre du stress, un surcroît de cortisol, hormone qui ralentit nos neurotransmetteurs.  Et réduit d’autant nos performances intellectuelles…

Les outils de type linéaire et séquentiel sont dépassés.  Ils ne correspondent plus à l’information éclatée, morcelée d’aujourd’hui.  Nous avons besoin d’outils capables de filtre l’information, de la découper en parties gérables, tout en créant entre ces parties des liens qui les réintègrent dans un tout, dans un système d’interactions.

Les outils visuels à la rescousse ?

Ces tâches de filtrage, de séquençage et de liens, les outils visuels sont les mieux à même de les réaliser.  Le mindmapping, les cartes conceptuelles, etc. font nettement mieux que la panoplie classique dans ces domaines.

Mindjet a mené une enquête auprès de 2000 employés du Royaume Uni.  Celle-ci démontre que :

  • en moyenne, chaque jour, un employé participe à au moins une réunion, passe 5 coups de fil ou assiste à autant de conférences téléphoniques, reçoit 36 emails dont un tiers ne sera jamais lu
  • le flux interne de données submerge les employés car ils ne sont pas équipés pour y faire face
  • deux-tiers des emplois sont affectés d’une manière ou d’une autre par la surcharge d’information, ce qui contribue à 14 % de collaborateurs insatisfaits
  • le temps passé à rechercher la bonne info coûte aux entreprises britanniques la bagatelle de 1.248,51 livres par an…

C’est suite à cette enquête que Mindjet a confié une étude à Mindlab International, un laboratoire du Sussex.  Ce dernier a soumis 12 volontaires à des tests lors de tâches accomplies avec des logiciels classiques et des programmes de type visuel.  Le travail reproduisait celui d’une journée ordinaire dans une entreprise classique.

Les volontaires étaient reliés à des équipements de type EEG (électro-encéphalogramme) et EDA (conductibilité de la peau) afin de mesurer leur activité cérébrale et leur niveau de stress.  Les mesures ont été prises aussi bien en travail individuel qu’en travail d’équipe.

Des performances sensiblement meilleures avec les logiciels visuels

Les résultats globaux – tâches individuelles et travail d’équipe – montrent une utilisation moins importante des ressources mentales de 15 %.  Cela signifie que les employés ont dû consacrer moins d’efforts pour comprendre et traiter l’information.

Leurs performances ont été augmentées de 13 % : non seulement ils ont perdu moins de temps pour réaliser ce qui leur était demandé, mais surtout leurs réponses étaient plus pertinentes.

Les participants mémorisaient 5,5 % de l’information en plus en utilisant les outils visuels que les autres méthodes.

Résultats de l’enquête

 Lors des tâches individuelles, l’utilisation de ressources mentales baisse davantage : de 20 %.  Tandis que les performances générales augmentent de 17 % et la mémorisation s’améliore de 4,5 %.

Le travail d’équipe a démontré une diminution de l’utilisation des ressources mentales de 10 %, une augmentation de productivité de 8 % et un gain de mémorisation de 6,5 %.

Ces résultats montrent clairement que l’investissement dans les logiciels de type visuel est rentable.  Encore faut-il que les personnes soient correctement formées à l’utilisation de ces techniques.  Je vois malheureusement trop d’utilisateurs qui emploient ces logiciels de façon basique, quand ce n’est pas carrément erronée : structures peu claires, utilisation massive de texte, absence ou utilisation cahotique des couleurs et des images, liens incohérents, etc.

Vous avez aimé cet article ?  Inscrivez-vous à ma newsletter et ne ratez plus aucun article ou événément !

Catégories
Mind Mapping Outils Pédagogie Société

Une carte pour comprendre le mouvement des « Indignés »

Comment est né le mouvement des Indignés ?  Qui est-il ?  Quels sont ses objectifs ?  Où trouver de l’information à ce sujet ?

Voilà autant de questions auxquelles on peut répondre de deux façons différentes (au moins).

La première, est la façon la plus classique : poster une série de questions et y lister une série de réponses.

La seconde, que je considère à la fois plus élégante et plus efficace, est de dessiner une carte heuristique ou mindmap.

Je l’ai fait avec XMind 3.2.1. en français.  Et j’y ai inclus des liens hypertextes qui renvoient vers des articles en français et en espagnol expliquant les différentes facettes de ce mouvement : son origine, son évolution, ses objectifs, etc.

Tout cela est synthétisé sur différentes branches qui répondent chacune à une question spécifique.

Pour que vous puissiez vraiment tirer tous les bénéfices de cette carte, je vous propose :

1. une reproduction en PDF (cliquez sur l’image ci-dessous pour y accéder)

2. un lien vers le site de XMind.net où j’ai stocké la carte

Si vous désirez télécharger cette carte, la placer sur votre blog ou site , l’imprimer, la partager avec d’autres, cliquez ici.

Vous pouvez télécharger gratuitement les deux cartes et les utiliser comme bon vous semble.  Vous pouvez les partager avec vos amis, le imprimer, etc.

Une fois que vous avez téléchargé la carte XMInd (si vous disposez du logiciel) vous pouvez aller plus loin : la mettre à jour, la modifier, etc.

Si vous ne disposez pas de XMind 3.2.1 en français, téléchargez-le ici.

Amusez-vous bien !

Catégories
Ateliers E-learning formation Internet Logiciels Outils Projets

E-learning : pourquoi nous avons choisi Moodle et Moostic !

Apprendre à distance, est-ce forcément être seul devant son écran ?  Sans assistance ?  Sans conseil ?  Sans possibilité d’échanger avec d’autres participants ?  Sans rien connaître du formateur ou professeur ?

Non, ceci est un modèle dépassé.  Mais ce n’est pas une fatalité.

La preuve ? Moodle et Moostic !

Nous avons choisi la plateforme Moodle pour ce type de raisons.  Parce que nous ne voulions pas reproduire un modèle scolaire du type : « le professeur sait tout et il va vous dispenser son savoir.  Et vous allez l’avaler sans broncher ».

Phénomène agravé si l’on est seul derrière son clavier à se débattre face à de telles méthodes qui ne devraient même plus avoir droit de cité dans les écoles.

Dans la plupart de nos ateliers de formation, nous pratiquons l’enseignement mixte, le blended learning : c’est-à-dire que nous dispensons une partie en présentiel et le reste en ligne.

Afin de répondre aux principes de notre Charte pédagogique, nous avions besoin d’un outil qui permette une pédagogie ouverte, participative, basée sur les échanges et la formation entre les pairs.

Nous avons trouvé tout cela chez Moodle.  (Cliquez sur la carte pour la voir en taille réelle dans notre espace XMind).

Moodle et Moostic

Moodle, est la contraction de Modular Object-Oriented Dynamic Learning Environment (environnement d’apprentissage dynamique et modulaire, orienté objet).  C’est une plateforme d’apprentissage en ligne de philosophie constructiviste qui a été conçue par Martin Dougiamas, un formateur et informaticien australien.

Qu’entend-t-on par constructiviste ?

D’après l’article WikiPedia sur Moodle « le constructivisme postule que la connaissance est construite dans l’esprit de l’apprenant et non retransmise de manière statique via des livres ou des formateurs. La fonction du formateur, du point de vue du constructivisme, est de créer un environnement pédagogique permettant aux apprenants de construire leurs connaissances à partir de leurs expériences et compétences. »

Cela se traduit par des outils qui permettent la collaboration en ligne et l’échange des savoirs.  Par exemple, un forum permet à tous les participants de poser une question, de formuler une proposition, partager une expérience… avec tous les autres participants et avec le formateur quand il le désire.  Un candidat entrepreneur peut parler de ses difficultés, faire partager ses expériences ou proposer des solutions à un autre participant à la formation Je crée mon entreprise…

Le formateur peut également organiser un chat de manière régulière.   Tous les participants peuvent donc lui adresser leurs questions, leurs remarques, etc. et intervenir en temps réel avec les autres apprenants.

Espace de travail Moodle

Dans nos formations, nous organisons un chat par semaine, de façon à ne pas perdre le contact avec les participants.

Un système d’email permet d’échanger de manière individuelle avec tous les participants d’une formation ou avec le formateur.

La plateforme est accessible 24 heures sur 24, quand vous le souhaitez.  Vous vous connectez quand vous le désirez et travaillez à votre rythme.

Vous lisez les manuels, effectuez les exercices.  Certains d’entre eux (comme les questionnaires à choix multiples) sont auto-corrigés (le système vous donne immédiatement vos résultats) d’autres sont déposés pour le formateur à une date indiquée.

Les exercices remis sont toujours commentés par le formateur pour vous permettre d’avancer efficacement dans l’acquisition des nouvelles notions.

Nous ajoutons aussi des ressources à chacun de nos cours :

  • bibliographies : des livres accessibles sur le sujet
  • modèles gratuits (mindmaps, questionnaires pour votre projet d’entreprise, etc.)
  • vidéos, fichiers MP3, etc.
  • liens vers des sites Internet de référence
  • Etc.

qui vous permettent d‘aller plus loin dans votre progression personnelle, si vous le désirez.

Moodle peut également vous permettre de créer un espace de travail dans votre entreprise pour le travail à distance.

Nous l’utilisons aussi lors de cours en apprentissage mixte (Blended learning)  pour des entreprises ou institutions qui souhaitent bénéficier des avantages combinés de l’apprentissage en présentiel et en ligne : gain de temps, d’argent, contact avec le formateur, rythme personnel respecté, renforcement des acquis par l’autoformation…

Et Moostic ?

Moostic est une société suisse qui héberge votre plateforme moyennant un abonnement modique.  Nous l’avons choisie pour sa facilité d’utilisation, pour sa dimension multilingue : votre formation en français sera vraiment en français sans avoir la mauvaise surprise de tomber sur des exercices en anglais ou de la documentation en coréen…

Logo Moostic

Nous pouvons donc nous concentrer totalement sur les dimensions pédagogiques de nos formations et confier la tuyauterie (le hardware) à notre hébergeur préféré…

Bon amusement et surtout, bonne progression dans vos formations avec nous !