Catégories
Apprendre à apprendre Coaching Coaching scolaire Connaissance Jeunes Pédagogie Pensée positive

Etudier efficacement : se mettre en projet

Pourquoi j’étudie ?  Comment me motiver ?  Comment gérer mon temps ?  Comment venir à bout de cette charge de travail ?  Pourquoi me poser des questions ?  Et surtout : quelles questions ?

Cela fait beaucoup de questions ?  Tant mieux !

Dans vos études comme dans beaucoup de situations, pour avancer, vous devez vous poser les bonnes questions.

Première étape de notre étude efficace : se mettre en projet

Qu’est-ce que ça veut dire ?

(Cliquez sur la carte pour l’agrandir.  Cliquer ici pour la télécharger depuis Biggerplate)

Première étape de la méthode : se mettre en projet

Cela veut dire que vous allez poser quelques balises avant d’aller plus loin.

Avant de partir en voyage, vous choisissez une destination, une date, le moyen d’arriver à bon port, de quoi ramener quelques souvenirs – photos, caméra vidéo, objets typiques, etc.

Subitement, tout vous rappelle votre désir de partir : vous devenez attentif à tout ce qui se rapporte à votre voyage.  Reportages, affiches, musiques, visages.  Vous percevez autour de vous des choses dont vous n’étiez pas conscient auparavant.  Elles étaient là, mais vous ne les perceviez pas.  Maintenant, si.  Parce que vous êtes en projet de voyage !

Faites la même chose pour vos études.  C’est un long voyage.  Mettez-vous en projet d’études !

1. L’envie d’étudier… et de réussir

Jamais vous ne réussirez vos études si vous n’en avez pas envie…  Il faut donc vous motiver…  Qu’est-ce qui me motive ?  Qu’est-ce qui me donne envie d’étudier ?

Le psychologue Victor Vroom a défini la motivation comme ceci : « je suis motivé quand mon objectif est important pour moi, que j’ai confiance dans ma capacité à l’atteindre et que je m’en donne les moyens« .

Chacun des termes est importants : si l’un manque, l’équation n’est plus juste et je perds ma motivation.  Il faut un objectif.  Cet objectif doit être important pour moi : pas pour mon prof, mes parents ou ma copine (ou mon copain) !  Il faut que j’ai confiance en ma capacité à atteindre cet objectif.  Et il faut encore que je m’en donne les moyens.

On n’est pas motivé pour tout.  On est motivé par certaines choses.  A l’intérieur et à l’extérieur des études.  C’est cela qu’il faut trouver.  Ce qui ME motive MOI.

Car la motivation est source d’énergie.  Elle améliore l’attention – je deviens subitement attentif à tout ce qui peut m’aider dans mes études.  Elle favorise une meilleure compréhension, car quand je suis motivé, je suis plus actif.  Et elle augmente mes facultés de mémorisation, car quand je suis actif et attentif, mon cerveau fonctionne mieux.

2. Me connaître – Savoir ce que je veux

Qu’est-ce que la réussite pour moi ?  Si je n’ai pas de définition de la réussite, je risque de ne jamais réussir…

  Est-ce que je veux :

C’est la réponse à ces questions qui m’aidera à définir ma stratégie d’apprentissage et les méthodes les plus adaptées pour moi !

3. Me donner des défis

Si mes études ne constituent pas un challenge, quelque chose qui me résiste, ma motivation retombera très vite.  Mais « réussir mes études« , ce n’est pas un objectif.  C’est un voeu pieux…

Découpez vos études en tranches.  En objectifs.  Prenez comme but à long terme le métier, la profession, le statut que vous visez : je veux être comédien, ingénieur, plombier, pilote d’hélicoptère, comptable, femme d’affaires…

Voyez-vous dans ce rôle.  Caressez votre rêve, chouchoutez-le.

Et puis ensuite, donnez-vous des étapes réalistes.  Donnez-vous des objectifs par cours, par trimestres, etc.  Des objectifs Smaart, comme ici !

Vous avez réussi ?  Vous avez cartonné dans vos interros au-delà de toute espérance ?  Récompensez-vous !  Faites-vous plaisir.  Vous l’avez bien mérité, non ?

Pratiquez aussi la pensée positive : nous sommes ce que nous pensons.  La pensée positive entretient une vision positive et donc votre motivation à aller plus loin…

4. Etre responsable de mes études

a. Assumer mes réussites

J’ai réussi : j’en suis fier !  J’ai mis les choses en place pour réussir.  J’ai entretenu ma motivation, j’ai investi du temps, de l’énergie, j’ai employé des méthodes adéquates.  Et ça a payé !

Ne vous endormez pas trop vite sur vos lauriers.  Mais assumez fièrement votre réussite !

b. Analyser et assumer mes erreurs

: j’ai raté quelque chose.  Pourquoi ?  Je n’ai pas bien compris la question ?  Je n’ai pas suffisamment étudié ?  J’ai répondu à côté de la plaque ?

Reconnaître ses erreurs, les assumer, les analyser permet de ne pas les reproduire.  Une erreur n’est pas une « faute » !  C’est une étape cruciale et naturelle du processus d’apprentissage.  Donc pas de complexe !  Encore moins de culpabilité !

c. Gérer ma charge de travail

Etre reponsable de mes études, cela signifie aussi gérer intelligemment ma charge de travail : être réaliste par rapport à mes ressources.  Etre réaliste par rapport au temps disponible.

La méthode Getting Things Done peut aider, de même que la méthode Pomodoro et l’application Focus Booster, par exemple.

d. Prendre soin de moi et de ma santé

Cela veut dire aussi prendre soin de soi :  de sa santé.  De son alimentation aussi.

Alcool, drogue, junk food, manque de sommeil : ce sont les pires ennemis de votre cerveau !

Chouchoutez votre cerveau :  c’est un cadeau des dieux, l’organe le plus complexe de l’univers.  Prenez-en soin comme de votre meilleur ami : donnez-lui la meilleure nourriture, l’oxygène le plus pur, l’exercice le plus stimulant.

e. Comprendre et gérer mon stress

Je ne vais pas m’étendre ici sur le stress : je parle du stress et de sa gestion dans un autre billet.  Le stress n’est pas une mauvaise chose en soi.  Nous avons besoin d’une certaine dose d’adrénaline pour avancer.  Ce qui est mauvais, c’est un stress paralysant lors d’une épreuve.  Ou un stress prolongé, qui détériore notre santé physique et mentale.

Je vois trop d’étudiants complètement démolis par le stress.  Leur stress, mais aussi celui des parents qui, avec les meilleures intentions du monde, ajoutent un fardeau inutile sur les épaules de leurs rejetons…

Gérer son stress, ses émotions, cela s’apprend.  Vous pouvez aussi faire appel à un coach si vous sentez que vous perdez pied, que vous êtes trop loin pour vous en sortir seul.  Une oreille attentive et quelques séances peuvent débloquer une situation qui vous empoisonne la vie depuis un certain temps…

5. Me poser des questions

Encore ?  Oui.  Gaston Bachelard avait coutume de dire : toute connaissance est une réponse à une question.

Mais surtout, rester en questionnement vous permet d’entretenir la machine en mouvement : cela entretient votre motivation.  Les nouvelles questions que vous vous posez vous apporteront de nouvelles réponses, mais aussi de nouvelles questions.

Cela vous incitera aussi à ne pas trouver que LA bonne réponse.  Mais aussi à chercher des solutions alternatives.

Cela changera inévitablement votre regard sur vous-même, sur les autres et sur le monde.  C’est LA condition essentielle pour progresser.  Pour que vos études fassent de vous autre chose qu’un chasseur de diplôme : un étudiant heureux !

C’est tout le mal que je vous souhaite 😉

Vous avez aimé cet article ?  Inscrivez-vous à ma newsletter et ne ratez plus aucun article ou événément !

Catégories
Mind Mapping Modèles Projets

Vos objectifs personnels pour 2012

Comment faire de vos bonnes résolutions de 2012 une réalité ?  En les transformant en objectifs personnels : des objectifs SMAART !

Et en vous y tenant, bien sûr…

Le début d’année est toujours celui des « bonnes résolutions ».

Malheureusement, combien de fois celles-ci restent lettres mortes ?  Pratiquement tout le temps.  Et à chaquefin d’année, c’est la même déception : je n’ai pas fait la moitié de ce que je m’étais promis.  Et , en disant la moitié, je suis gentil…

Le meilleur moyen de vous tenir à vos bonnes résolutions, c’est de les transformer en « objectifs personnels« .

Objectifs SMAART : des objectifs enfin à portée de main !

Pour cela, utilisez la technique des objectifs Smaart !

En un mot, vos objectifs doivent être :

1. Des objectifs Spécifiques :

Ils doivent être clairs, précis, personnels : ils doivent décrire très précisément, sans équivoque possible ce que vous comptez réaliser.

Ils doivent être décrits de manière positive : Non pas je voudrais perdre des kilos, mais bien je veux peser 75 kilos.  Ou je veux courir 1000 mètres.

2. Des objectifs Mesurables :

Donnez-vous des indicateurs clairs pour mesurer vos progrès : je veux courir le 100 mètres en 14 secondes.  Je veux atteindre 75 kilos.  Je veux apprendre 75 nouveaux mots de vocabulaire anglais par jour.  Je veux pouvoir taper 20 lettres par jour avec Word.

3. Des objectifs Ambitieux :

Si ce n’est pas un vrai challenge, ce n’est pas la peine de l’entreprendre.  Vous vous endormirez rapidement sur vos résultats et vous n’obtiendrez rien.  Ne vous contentez pas du minimum.  Visez quelque chose d’assez haut.  Perdre un kilo par mois, ce n’est pas un défi.  En perdre 5, c’est déjà autre chose.  Taper 5 lettres par jour, c’est tout de même assez minable.  20 lettres par jour, c’est un vrai défi.

4. Des objectifs Accessibles :

fixez-vous des choses que vous pouvez réellement atteindre, ou sinon, bonjour le découragement !  Comme je le dis à mes stagiaires : « ne vous collez pas un éléphant sur le dos ! »

Vouloir perdre 5 kilos par mois, c’est un challenge.  Vouloir en perdre 10, c’est non seulement irréaliste, mais c’est dangereux pour votre santé.  Vouloir taper 20 lettres par jour, c’est un objectif.  Vouloir en taper 50, c’est un voeu pieux…

5. Des objectifs Réalistes :

tenez compte de vos ressources réelles.  Budget, temps disponible, soutien ou résistance de la part de votre entourage, etc.  Avez-vous vraiment le temps de vous entraîner à taper 20 lettres par jour ?  Votre métier vous permet-il de vous passer du nombre de calories suffisantes pour perdre 5 kilos par mois ?

Et enfin :

6. Des Objectifs limités dans le Temps.

C’est le plus délicat : si vous prenez un temps trop court, vous vous « mettez un éléphant sur le dos » et vous n’y arriverez pas.  Si vous choisissez un temps trop long, vous vous lasserez avant longtemps et vous laisserez tomber…  N’oubliez pas le terme précédant : soyez réalistes !

Une mindmap pour résumer vos objectifs SMAART

Voici une mindmap qui résume tout cela d’un coup d’oeil !  Je vous l’offre : cliquez dessus et vous pourrez la télécharger depuis le site Bigger Plate.

Objectifs Smaart

Une mindmap pour vos objectifs personnels SMAART

Voici un exemple qui va vous montrer comment utiliser cet outil fabuleux qu’est le mindmapping pour vous fixer des objectifs efficaces :

Objectifs personnels 2012

Vous pouvez dessiner votre propre carte à la main ou utiliser, comme moi, le logiciel de mindmapping XMind 3.2.1 disponible en français à cette adresse : XMind.net

Envoyez-nous la vôtre, et nous la publierons sur ce blog.  A bientôt !

 Vous avez aimé cet article ?  Inscrivez-vous à ma newsletter et ne ratez plus aucun article ou événément !

50.9686775.824968
Catégories
creativité Mind Mapping Outils Pensée positive Projets

Mind mapping et gestion de projet : se fixer des objectifs SMAART

Dans mon article précédent, je vous promettais d’autres mind maps et une série sur la gestion de projet.

Dans un autre, il y a quelques semaines, je vous parlais de l’importance de la stratégie dans la recherche d’emploi.

Aujourd’hui, je vous propose une méthode pour définir des objectifs efficaces, des objectifs qui fonctionnent : des objectifs SMAART ?

Jetez un petit coup d’oeil sur cette mind map et ensuite lisez la description ci-dessous et vous verrez que ce n’est pas très compliqué.

C’est une mind map, donc partons du centre : une cible, avec un éléphant.  C’est amusant (et j’aime rire, pas vous ?), mais surtout cela me rappelle l’expression « ne vous mettez pas un éléphant sur le dos! »  Autrement dit, ne mettez pas la barre trop haut, ou vous vous mettrez vous-même en situation d’échec.  Et l’échec répété est un tueur : il tuera votre confiance en vous en très peu de temps ! Donnez-vous donc des objectifs raisonnables.  C’est l’un des points que nous verrons plus en détail ci-dessous…

Objectifs SMAART ? Oui : certains d’entre vous ont déjà entendu parler des objectifs SMART.  Mais dans ce cas, on parle soit d’objectifs ambitieux, soit d’objectifs accessibles. Or, pour moi, les deux sont essentiels.  Pourquoi se priver de l’essentiel quand on peut se le garder ?

Donc,  objectifs SMAART comme :

Séficiques : vos objectifs doivent être clairs, précis, sans aucune ambigüité, être suffisamment descriptifs pour que quelqu’un d’autre (ou vous dans quelques années) puisse comprendre immédiatement de quoi il s’agit.  Ils doivent être personnels, personnalisés, c’est-à-dire qu’ils doivent vous concerner directement.  En lisant votre objectif, vous devez savoir quel type de résultat vous voulez atteindre.

Formulez TOUJOURS vos objectifs de manière POSITIVE : Je veux pouvoir courir 3 kilomètres tous les matins.

Mesurables : donnez-vous les moyens de contrôler OBJECTIVEMENT vos objectifs.  Je veux pouvoir courir 3 kilomètres tous les matins. Je veux perdre 5 kilos.  Je veux atteindre 80 % à mon prochain examen.  Je veux une augmentation de salaire de 250 euros par mois.

– Accessibles : dans le même esprit que l’éléphant dans le coeur de cible, ne mettez pas la barre trop haut. Fixez-vous des choses dans le domaine du possible.  Vous ne battrez pas le record du monde de marathon la semaine prochaine, personne ne peut faire ça !  Fixez-vous des étapes, accordez-vous des pauses, aérez-vous le cerveau…  Vous n’êtes pas là pour vous faire souffrir, mais pour prendre soin de vous et vous aimer…

Ambitieux : si vous ne vous mettez pas un peu de pression, si vous ne vous lancez aucun défi, où est l’intérêt ?  De plus, sans challenge, vous n’aurez pas ce petit surcroit d’adrénaline qui fait qu’on avance plus vite, qu’on ressent l’excitation dans ses muscles et ses neurones.  Bref, vous vous endormirez sur votre décision et dans 5 ans on en reparlera encore… ou bien on n’en reparlera plus jamais.  Dommage, non ?

Réalistes : vos objectifs doivent être pertinents, tenir compte des circonstances, des ressources disp0nibles, de votre environnement, des lois. Examinez ce qui est à votre disposition.  Vous voulez partir en vacances au Kénya ?  Pourquoi pas ?  Mais vérifiez votre passeport, votre vaccination, les dates disponibles (votre patron acceptera-t-il que vous partiez un 15 avril en plein rush ?), etc.  Si vous vous fixez un objectif irréaliste, vous vous mettez un nouvel éléphant sur le dos…

Définis dans le Temps : Je veux parler anglais…  Ceci est un voeu pieux.  Je veux pouvoir tenir une conversation courante en anglais dans un an.  Ceci est un objectif.  Si vous ne vous donnez pas d’échéance, vous courez deux risques :

  1. vous précipiter, gaspiller votre énergie en forçant pour arriver très vite à un résultat nul et décourageant (bonjour l’éléphant, que fais-tu sur mon dos ?)
  2. au contraire, prendre votre temps, vous dire qu’il sera encore temps demain, voire la semaine prochaine et donc ne rien faire, jamais…

Mais, ici aussi, soyez réalistes.  Une recherche d’emploi peut prendre 3 à 6 mois facilement, la création d’une entreprise prend un an et souvent plus, apprendre une langue en profondeur exige des années de pratique n’en déplaise à Monsieur Assimil…  Ne soyez pas trop court : vous allez vous décourager.  Ne soyez pas trop long : vous allez vous endormir.  Comme en toute chose l’équilibre est de rigueur.

Dans un prochain article, je vous donnerai un modèle pour vous fixer des objectifs personnels et dans un autre, des objectifs liés à la recherche d’emploi.

A bientôt.


Catégories
Recherche d'emploi Stratégie

Trouver le job de vos rêves : d’abord une question de stratégie

– Quoi ?  de la statégie ?

D’abord, qu’est-ce que c’est ?


Ce n’est rien de bien compliqué, ni à comprendre, ni à mettre en oeuvre.  Avoir une stratégie, c’est :

  • Se tracer un itinéraire, avec un but et des étapes
  • Se fixer des objectifs et s’y tenir.
  • Concentrer son énergie sur un point à la fois.
  • Evaluer le chemin parcouru et revenir au cap initial s’il y a besoin

– Quel rapport avec le job de mes rêves ?

C’est la même démarche !

Considérez votre recherche d’emploi comme un voyage avec une destination finale et différentes étapes !

Cela vous évitera de vous perdre, de gaspiller votre temps, votre argent et votre énergie.

Mais, surtout, cela vous rendra beaucoup plus efficace et vous donnera mille fois plus de chances de décrocher ce boulot dont vous rêvez tant !!!