Catégories
Applications digital learning

Les questions dans Wooclap : types et objectifs

Les questions dans Wooclap sont le point fort de l’application : elles permettent de dynamiser une classe ou un événement tant en présentiel qu’à distance. Mais quels sont les types de questions que je peux poser dans Wooclap ? Et quel est l’usage de chacun de ces types ? Cet article passe en revue toutes les catégories de questions dans Wooclap et leur fonctionnement.

Nous avons déjà évoqué Wooclap dans un podcast de Formation 3.0. Et dans cet épisode, nous avons surtout mis l’accent sur l’usage dans les écoles.

Une des caractéristiques les plus intéressantes de Wooclap est la possibilité d’intégrer dans questions dans une présentation de type :

  • Powerpoint
  • Keynote
  • PDF
  • Google Slides

Et ceci, pour dynamiser un cours ou un événement aussi bien en présentiel qu’à distance, en mode synchrone (en temps réel) qu’asynchrone (temps différé).

Présentation Wooclap et questions sur un smartphone

Mais une question lancinante revient à chaque fois que j’anime une formation Wooclap :

Quels types de questions puis-je poser ?

Il existe 14 types de « questions » dans Wooclap.

En réalité, 14 types de questions proprement dites et 2 médias. En voici la liste :

  1. Sondage
  2. Questions à choix multiple
  3. Trouver sur l’image
  4. Echelle
  5. Question ouverte
  6. Nuage de mots
  7. Trouver un nombre
  8. Appariement
  9. Priorisation
  10. Ordonnancement
  11. Texte à trous
  12. Brainstorming
  13. Test de concordance de script
  14. Test de concordance de jugement
  15. Audio et vidéo
  16. Diapositive

Je détaille chacun de ces types de question dans une présentation :

Un Wooclap pour tout comprendre l’usage des questions

Wooclap permet, comme je l’ai déjà dit, d’animer à distance. Sur un mode synchrone (en temps réel) ou asynchrone.

Pour que vous puissiez expérimenter ces questions et leur usage, je vous ai préparé un Wooclap qui combine la présentation ci-dessus et une question de chaque type ».

Cliquez sur ce lien pour vous connecter. Identifiez-vous avec votre email ou un compte de réseau social. Et visionnez la présentation en répondant à chaque question associée.

Wooclap et sa présentation sur les types de questions

Cliquez sur « Les types de question dans Wooclap » pour visionner la présentation et répondre aux questions.

N’oubliez pas de valider à la fin de chaque question !

Vous pouvez également télécharger le guide d’utilisation Wooclap et la présentation au format PDF, disponibles à droite du questionnaire.

Après la session, je peux vérifier dans Wooclap quelles réponses ont été apportées aux questions par les différents participants. Pour cela, je peux télécharger un rapport au format PDF.

Je peux également décider d’envoyer un rapport individuel à chaque étudiant. Mais ceci est un autre réglage que nous verrons dans un autre article dédié à Wooclap.

Si je veux poser de nouveau les questions à un nouveau public, j’ai deux solutions :

  • je réinitialise les questions : c’est-à-dire que je purge les questionnaires de toutes les réponses. Je dois bien veiller à avoir téléchargé les rapports avant de le faire, sinon, je perds tous les résultats !
  • je duplique l’événement : une session dans Wooclap s’appelle un événement. Je peux en créer autant que je veux et je peux les dupliquer, c’est-à-dire les copier intégralement en quelques clics :
Comment dupliquer un événement dans Wooclap

Petit rappel

Wooclap est gratuit pour les enseignants des niveaux primaire et secondaire.

Catégories
formation

Sondage : quelles formations pour cet été ?

Je voudrais savoir quelles formations vous intéressent pour cet été.  J’ai donc créé un petit sondage qui ne vous prendra que quelques minutes.

Avez-vous choisi votre formation ?

Source photo : Jeshu John – Designers Pics.

L’été, ce n’est pas seulement la période des vacances, des séjours à la plage ou des randonnées à la montagne.  C’est aussi une période propice à la découverte, à l’expérimentation, loin de la cohue et de la précipitation des jours de travail.

C’est donc le moment rêvé pour se former à de nouvelles pratiques, à de nouveaux outils, à de nouveaux modes de pensée.

Des formations et des ateliers pour juillet, août et septembre

Je vais organiser des formations pendant les mois de juillet et août ainsi qu’à la rentrée de septembre.  Mais avant de lancer les opérations – réservation de salles, création de cours en ligne, etc. – j’aimerais avoir votre avis.

Quelles formations souhaitez-vous pour les prochains mois, voire les prochaines semaines ?

J’ai rédigé une liste de formations et d’ateliers susceptibles d’être programmés en juillet, août et septembre.  Je la reprends dans le questionnaire ci-dessous.

Pouvez-vous répondre au questionnaire ?  Cela ne vous prendra que quelques minutes.  Mais de cette façon, je pourrai vous proposer des formations qui vous intéressent vraiment.

Merci d’avance pour votre collaboration,

Marco.

 Vous avez aimé cet article ?  Inscrivez-vous à ma newsletter et ne ratez plus aucun article ou événément !

Catégories
MOOC DYS MOOCs

Projet MOOC dys : les résultats du sondage. Et puis après ?

Le sondage sur le projet de MOOC Dys a été un succès.  Je vous en donne ici les principaux résultats.  Mais après, que se passera-t-il ?  Ca va surtout dépendre de vous !

Après avoir eu des échanges avec des parents d’ados qui fréquentent mes formations pour étudiants et qui présentent des troubles « dys », j’ai eu l’idée d’un MOOC: un court ouvert, massif et ouvert à tous sans condition d’âge ni de diplôme.

 Un MOOC dys qui aiderait les parents, les enseignants et les intervenants professionnels confrontés aux enfants et adolescents présentant ces troubles.  Un MOOC qui, in fine, aiderait ces enfants eux-même par une meilleure prise en compte de leurs besoins spécifiques en milieu scolaire.

J’ai donc lancé sur Facebook et sur ce blog, un sondage afin de savoir s’il existait un intérêt pour ce type d’initiative.  J’ai reçu 390 questionnaires complétés en moins de 10 jours

Et le plus remarquable, ce n’est pas le nombre, mais la qualité de ces réponses !

 Un MOOC Dys qui vous intéresse beaucoup !

La première question que je posais dans ce questionnaire était :

« Etes-vous intéressé par la création d’un MOOC sur les troubles dys pour aider les parents et les enseignants dans l’accompagnement de leurs enfants ? »

Les réponses s’étagent comme ceci :

Intérêt pour un MOOC Dys

Une écrasante majorité d’entre-vous on répondu qu’ils (elles) étaient très intéressé(e)s par un MOOC sur les troubles dys : 84,28 % !

Voici un aperçu des statistiques de ces réponses :

Statistiques intérêt pour un MOOC dys

Deux questionnaires ne portaient pas de réponse à cette question, les pourcentages sont donc calculés sur 388 réponses.

Plus de 84 % de « très intéressés« , c’est énorme !  Si on y ajoute les « assez intéressés« , cela représente plus de 97 % de personnes qui sont favorables à cette initiative.

Je m’attendais à ce que ce projet intéresse les gens, mais pas à ce point !

Suivi scolaire, outils informatiques : des thématiques qui vous parlent

J’ai aussi ajouté une question sur les thématiques qui vous intéresseraient dans le cadre de ce MOOC.  Que devrions-nous aborder ?  Et avez-vous des propositions d’autres thématiques à nous faire ?

Pour cette question, les répondants pouvaient répondre à une ou plusieurs question, nous faire des suggestions ou non.

Thématiques à traiter dans ce MOOC dys

Sans surprise, « Accompagner les enfants et adolescents dys dans leur parcours scolaire » arrive en tête avec 359 réponses sur 390, ce qui nous donne un résultat de 92,05 % !

L’importance des outils informatiques dans la réussite scolaire n’a pas échappé aux répondants, puisqu’ils sont 330 à solliciter cette thématique, soit 84,62 %.

Par contre, je suis un peu étonné que seuls 62,31 % des répondants souhaitent aborder la question du dépistage précoce de ces troubles chez l’enfant.  J’avoue que je m’attendais à plus d’enthousiasme pour cette problématique.

Enfin, la question « autre » était une question ouverte et plus de 25 % des participants ont répondu à cette question, souvent en proposant des contenus parfois très précis, parfois des thématiques plus globales.  Cela va du besoin d’information générale à un livre de référence ou un outil spécifique pour l’accompagnement à la maison.  Le dépouillement de ces propositions mériterait un article à part.

Financement du MOOC : le crowdfunding encore mal connu ?

La question suivante abordait la question du financement de ce MOOC.  L’idée de base étant que ce MOOC soit conçu, financé et réalisé par et pour les personnes concernées.

A la question « Seriez-vous d’accord de participer au financement de ce projet via un crowdfunding (dons de personnes intéressées via Internet) ? », les réponses se répartissent de la façon suivante :

Etes-vous prêt à financer le MOOC Dys ?

 Ils sont 98 répondants à se déclarer d’accord de participer au financement du MOOC via une campagne de crowdfunding, soit 25,13 %.  Ils sont 78, soit un peu plus de 20 % à dire non à la participation au financement.  Mais surtout, ils sont 214, soit près de 55 % à répondre « Je ne sais pas.« 

Mon intuition me dit que, dans ce dernier groupe, nombreux sont celles et ceux qui ne savent pas en quoi consiste une telle campagne.  Je suis persuadé qu’une bonne partie de ce groupe de répondants répondrait favorablement si on lui expliquait clairement les tenants et les aboutissants du crowdfunding.

Les informations sur la suite du projet

La dernière question posée concernait l’information sur la suite du projet : souhaitez-vous être informé(e) de l’évolution du projet ?  Nous avons récolté 274 adresse e-mail utilisables (certaines ont été mal encodées et n’ont pu être importée dans notre liste MailChimp).

Ces personnes recevront donc régulièrement de l’information sur les suites de cette idée et bientôt de ce projet.

Car je crois qu’il ne fait plus de doute qu’il y a un intérêt pour un MOOC sur les troubles dys…

Les prochaines étapes :

1. Rassembler un comité de pilotage 

Je l’ai dit d’emblée : je souhaite que ce MOOC ne soit  pas une opération « Top Down » mais un projet « Bottom UP« .  Autrement dit, je voudrais que tout parte des bénéficiaires : que ce soit les parents, les enseignants, les intervenants et les ados dys eux-mêmes qui soient à la base des orientations de ce projet.

Je voudrais aussi qu’ils puissent intervenir dans ce MOOC : souvent, dans ce type d’initiative, on n’entend que les experts qui parlent de et sur les personnes dys.  Ils sont évidemment les bienvenus dans ce projet, mais je voudrais aussi qu’ils ne monopolisent pas la parole.  Je suis convaincu qu’un message de pair à pair est nettement plus efficace qu’un message d’expert à novice.  Que l’exemple de personnes, adultes et adolescents, qui vivent ce trouble au quotidien et s’en sortent dans leurs études ou leur vie professionnelle, est bien plus fort qu’une parole d’expert.

C’est pourquoi, je souhaite rassembler un « comité de pilotage » du projet, dans lequels parents, ados, enseignants, accompagnants, etc. auront tous leur mot à dire et leur angle de vue représenté dans le MOOC.

2. Prendre un accord avec un éditeur de MOOCs

 Une autre étape sera de se mettre d’accord avec un éditeur de MOOC.

Il faut s’assurer que cette plateforme puisse offrir une équipe et des moyens techniques suffisants pour réaliser ce projet et le porter jusqu’au bout.

Ce type d’opérateur existe en France et j’ai déjà eu plusieurs contacts avec plusieurs d’entre eux, soit par mon activité au sein d’ITyPA, soit par mes publications, dont ce blog.

3. Organiser la campagne de Crowdfunding et rechercher des sponsors

 Enfin, il faut aussi penser « finances » et envisager de lancer une campagne de recherche de fonds.  Je pense que ce MOOC peut être largement financé par une campagne de crowdfunding qui prend tout son sens au regard de la philosophie de ce projet : un MOOC par et pour les dys.

Mais cela n’exclut pas la recherche de sponsoring ou de mécénat.  Une entreprise française a déjà pris contact avec moi et s’est déclarée intéressée par le projet.  D’autres pistes de financement doivent aussi être explorées, comme celles des aides publiques ou d’agences spécialisées.

Je pense qu’on peut raisonnablement penser à lancer le comité de pilotage et la campagne de crowdfunding avant la fin de cette année.  Et le début de la réalisation du MOOC en fin du premier trimestre 2015.

D’ici-là, toutes les suggestions et les bonnes volontés sont les bienvenues !  Si vous aussi vous souhaitez être informé(e) de l’évolution de ce projet abonnez-vous à cette lettre d’information spéciale MOOC Dys.

Vous avez aimé cet article ?  Inscrivez-vous à ma newsletter et ne ratez plus aucun article ou événément !

Catégories
MOOC DYS MOOCs

Un MOOC sur les troubles dys ? A vous de décider !

Suite à de nombreux échanges avec des parents et des enseignants sur les difficultés rencontrées par les enfants et ados « dys », j’ai lancé un sondage pour voir quel est l’intérêt pour un MOOC sur ce sujet.

Des troubles invisibles mais bien réels

Lors de mes ateliers « Apprendre à apprendre« , je rencontre souvent des adolescents présentant des troubles « dys » : dyslexie, dyscalculie, dysorthographie, dyspraxie…

Ils sont souvent très enthousiastes, ont envie d’apprendre.  Malheureusement, leur handicap n’est pas encore bien compris, ni bien accepté.  Par manque d’information, les enseignants et les parents sont souvent désemparés devant des jeunes qui ne présentent aucun symptôme visible mais qui éprouvent pourtant des difficultés réelles d’apprentissage.

La plateforme américaine Coursera a diffusé un MOOC, un cours massif, ouvert et gratuit en ligne, sur la dyslexie.  Mais tout le cours étant en anglais, peu de francophones ont pu y participer.  En outre, les troubles « dys » ne se limitent pas à la dyslexie, loin s’en faut.

Les discussions que j’ai eues avec des parents et des enseignants m’ont convaincu qu’il fallait faire quelque chose.  J’ai pensé que la création d’un MOOC en français pourrait être d’un grand secours tant pour les parents que pour les enseignants.

Un MOOC « DYS » pour les parents, les enseignants et les accompagnants professionnels

Ce cours en ligne, gratuit, ouvert à tous sans condition d’âge ou de diplôme, serait accessible en permanence.  Il se présenterait sous forme de modules, dans lesquels des intervenants viendraient partager leurs savoirs et leurs expériences par le biais de vidéos, de textes, de références, etc.  Il pourrait constituer un appoint à la formation des enseignants et une base de connaissances pour les parents confrontés aux difficultés de leurs enfants.

Ce MOOC n’aurait aucune visée commerciale : son but étant la diffusion de savoir et d’expertise pour aider les familles, les écoles et, in fine, les enfants et les adolescents dys.   Il serait financé par une opération de crowdfunding : un appel de fonds sur Internet.  Et aussi, peut-être, par du sponsoring, des aides publiques, etc.  Si la somme suffisante est réunie, nous rassemblerions une équipe professionnelle pour réaliser ce cours dans le courant de l’année 2015.

Le MOOC DYS récolterait aussi les témoignages d’intervenants professionnels, d’enseignants, de spécialistes, mais aussi de parents qui ont souvent mis en place des stratégies intelligentes pour affronter les défis quotidiens posés par la condition de leurs enfants.

Etes-vous intéressé(e) par la création d’un MOOC sur les troubles dys ?

Le questionnaire suivant a pour but de savoir s’il existe un intérêt pour ce type d’action.  Mais aussi pour savoir quels types d’interventions vous seraient utiles, à vous les parents et les enseignants qui vivez cette problématique au quotidien.

Quelles sont les informations qui doivent absolument y figurer ?  Comment vous former et vous informer au mieux sur ces thèmes.

Je vous demande donc quelques minutes de votre temps pour répondre à ce questionnaire.  Et pour aider les enfants, les adolescents, les familles et les enseignants de bonne volonté.

Si je reçois suffisamment de réponses positives, je lancerai avec mes partenaires, un projet de MOOC.

Je réponds au sondage.

Vous avez aimé cet article ?  Inscrivez-vous à ma newsletter et ne ratez plus aucun article ou événément !

Catégories
formation Journalisme Logiciels

Formation : Journalistes, protégez vos sources et vos données !

Si c’est un devoir pour le journaliste de protéger ses sources, le Web et les nouvelles technologies ne lui facilitent pas la tâche.  J’envisage de créer un atelier pour initier les collègues désireux de sécuriser leurs sources, mais aussi leurs données.  Etes-vous intéressé(e) ?  Cela vous paraît-il une bonne idée ?

Des données sensibles

L’affaire du PRISM met en lumière une thématique qui me préoccupe depuis des années en tant que geek, mais encore plus en tant que journaliste : la sécurité de mes sources d’information et de mes données.   Comme je passe beaucoup de temps sur Internet, j’ai été victime de plusieurs tentatives de phishing ou hameçonnage, en français.  J’ai pu les identifier assez rapidement et réagir.  Comme dans l’affaire de ce magicien viennois que j’ai relayée il y a quelques mois.  Plus récemment, un pirate a tenté de hacker la boîte mail de ma belle-fille et avec Whois et quelques recoupements, nous avons pu identifier le coupable.

Mais, la sécurité informatique au quotidien, ce n’est pas que cela.  C’est d’abord une série de bons réflexes à avoir quant au choix des mots-clés.  C’est aussi chatter sur des sites sécurisés – et non pas sur Facebook qui est une véritable passoire pour les hackers.  C’est pouvoir surfer de manière anonyme pour vérifier certaines informations en toute discrétion.  C’est pouvoir crypter vos données pour qu’elles ne soient lisibles que par vous ou votre destinataire.  C’est d’éviter que des personnes ou des institutions malintentionnées ne gavent votre PC de programmes malveillants.

Je travaille donc à la mise au point d’un atelier intitulé « Journalistes, protégez vos sources et vos données!« 

Comme son nom l’indique, il est destiné d’abord aux journalistes, mais je pense l’ouvrir à toute personne intéressée.

Un sondage d’opportunité sur la formation

Mais avant de lancer cette formation, je voudrais vérifier qu’il y a un certain intérêt.

C’est pourquoi je vous propose de répondre à un sondage que j’ai réalisé au sujet de cette formation.

Le programme – que je décris ci-dessous – vous paraît-il complet ?  Pensez-vous qu’il y manque quelque chose ?  Etes-vous intéressé par ce type de formation ?

Merci de me répondre rapidement : je pourrai ainsi élaborer une formation qui répond réellement à vos besoins.  Ou y renoncer si la demande est insuffisante…

Répondre à notre sondage

Si vous êtes intéressé(e), vous pouvez aussi me laisser vos coordonnées à cette adresse : Marco Bertolini.  Vous pouvez également m’y faire part de vos remarques, critiques et suggestions.  Merci d’avance !

Programme provisoire de la formation

Protégez vos données

  • Des réflexes simples
    • Mots de passe efficaces
      • Création
      • Mémorisation
      • Pas de mémorisation automatique !
  • Barres d’outils – barres douteuses

Le cryptage

  • Cryptez vos données !
  • Cryptez vos e-mails

Protégez vos sources

  • Le surf anonyme
    • Tor : Le navigateur de l’ombre
    • Filtres et blocages
    • Les cookies, c’est pas du gâteau !
    • Désactiver les scripts
    • Un clavier virtuel que personne ne peut espionner
  • Les chats sécurisés
  • La destruction des données sensibles
  • Ecraser les données
  • Détruire un disque dur

Votre kit « sécurité »

  • Une clé USB pour tout faire :
  • Anonymat
  • Cryptage
  • Clavier virtuel
  • Destruction de données

Chassez les malveillants

  • Phishing
    • Qui ?
    • Comment ?
    • Malwares et Spywares
      • Spybot
      • Ad Block

    Est-ce que 200 € pour la journée vous semble un prix adapté au contenu ?

Vous avez aimé cet article ?  Inscrivez-vous à ma newsletter et ne ratez plus aucun article ou événément !

Catégories
Entreprise Europe Le travail en Europe Société Travailler en Europe

La fin du travail ?

On nous l’annonce régulièrement.  Dominique Méda avait écrit un best-seller sur le sujet, il y a quelques années.  Et c’est une enquête de Radio France qui le confirme : le travail n’occupe plus une place centrale parmi les préoccupations des Français. Et sans doute de nombreux Européens…

Radio France a conduit une enquête auprès de ses auditeurs.  Plus de 6.000 d’entre eux ont répondu.  Et les résultats sont sans appel : le travail passe après la famille et les vacances !

Si 55 % des Français se disent contents d’aller au travail le matin, 70 % d’entre eux se disent également insatisfaits de leur situation au point de vouloir changer d’emploi.  Comment est-ce possible ?

C’est sans doute la course à la rentabilité à tout prix qui a dégradé les conditions et les relations de travail.  Les Français n’y trouvent plus la satisfaction et l’épanouissement qu’ils connaissaient naguère.

Cet épanouissement, ils sont plus nombreux aujourd’hui à le trouver dans la famille (63 %) et les loisirs (18 %) que dans le travail (12 %).

L’argent ne constitue plus le motif majeur du travail : pour 48 % des répondants, c’est le fait de pouvoir  apprendre quelque chose qui est important, tandis que 40 % ont besoin de « réussir quelque chose ».

Le temps passé en entreprise n’est plus vécu comme valorisant ou essentiel : 74 % des auditeurs sont pour la réduction du temps de travail.  Ils ne sont plus que 14 petits % à s’y opposer !

« Quel Travail Voulons Nous ? » Editions les Arênes 18€50, Jan Krauze, Dominique Méda, Patrick Légeron et Yves Schwartz.

Le livre aux éditions de l’Arêne