Catégories
XMind

Xmind 7 : mise à jour spectaculaire du logiciel de mindmapping

XMind vient tout juste de sortir la version 7 de son célèbre logiciel de mindmapping : une mise à jour tout simplement spectaculaire !  Voici un petit tour d’exploration des ses nouvelles fonctionnalités.

Ca faisait un moment que XMind semblait ronronner : les mises à jour se suivaient sans aucune révolution, sans modification majeure du logiciel, même si celui-ci était toujours apprécié – à juste titre – par des utilisateurs chaque jour plus nombreux.

La version 7 qui sortait hier, mercredi 11 novembre, vient changer la donne.

Des changements en profondeur de XMind 7

Cette version 7 du logiciel de mindmapping est probablement celle qui a subi la transformation la plus spectaculaire et la plus profonde.

On peut regretter que XMind ne soit toujours pas collaboratif en ligne ni présent sur les tablettes.

Par contre, on ne peut qu’apprécier les fonctions et améliorations diverses qui ont été apportées à cette version.  Les voici résumées dans une mindmap réalisée avec XMind 7 et que vous pouvez télécharger au format XMind sur Biggerplate et au format PDF sur Scribd.

Les mises à jours de XMind 7

1) Une nouvelle interface, très ergonomique

Adieu la vieille interface grisâtre et déprimante qui subsistait depuis de nombreuses années.

Elle fait désormais place à une interface au design épuré, entièrement repensée et nettement plus ergonomique.

Nouvelle interface XMind 7

Non seulement l’interface a gagné en clarté avec ce changement de couleurs et de design, mais les menus ont également été réorganisés.

Jusqu’à la version 6, il y avait double-emploi entre les menus « Voir » et « Insérer ».

Tout cela a été réorganisé et un menu « Fenêtre » reprend l’ensemble des menus du type « Thème », « Propriétés », « Notes », etc.  C’est beaucoup plus logique que l’ancienne organisation.

Les icônes, redessinées, sont elles aussi plus lisibles qu’auparavant.  Elles sont rassemblées dans la barre de menu du haut.

Un seul onglet rassemble désormais l’intégration :

  • des images
  • des hyperliens
  • des notes (écrites ou audio)
  • des étiquettes
  • des marqueurs
  • des pièces jointes

Des icônes du côté droit de la barre de menu du haut rassemblent, elles :

  • le brainstorming
  • la présentation
  • le diagramme de Gantt
  • le partage vers XMind.net, via un réseau local ou via Biggerplate)
  • les exports

2) Une nouvelle page d’accueil (point de départ)

Lorsqu’on crée une nouvelle carte, une nouvelle page d’accueil s’affiche.  Cette page peut également s’afficher en cliquant sur l’icône « Point de départ » en haut à gauche de l’interface.

Cette page d’accueil se subdivise en réalité en deux pages distinctes :

a) la page des diagrammes vides

Page des diagrammes vides

Il est donc beaucoup plus facile de choisir la structure de sa carte mentale d’un seul coup d’oeil.

Cette page est également remarquable par sa clarté et son ergonomie.

La barre de menu de gauche permet de revenir à l’interface d’édition de XMind 7 via l’icône en forme de flèche vers la gauche « Retour ».

Vous pouvez aussi visualiser et ouvrir les fichiers récemment créés en cliquant sur l’icône correspondante.  Ou bien ouvrir un fichier local en cliquant sur l’icône en forme de classeur.

b) Une page de modèles réutilisables

Cette page offre des modèles de formes, de couleurs et de polices de caractères prédéfinis.

Nouveaux modèles XMind 7

Les formes sont épurées, les couleurs pastel ou en tout cas, pas trop vives, les lignes fines et fluides : on sent que la tendance est au design minimaliste.

3) Le diagramme de Gantt amélioré

Le diagramme de Gantt est une fonctionnalité essentielle pour la gestion de projet.  Celui de XMind 7 a été amélioré.

Il est désormais possible d’effectuer les changements directement dans le diagramme de Gantt lui-même : vous n’êtes donc plus obligé(e) de revenir au menu d’édition de la carte mentale pour effectuer une modification de date, par exemple.

Un gain de temps appréciable ici aussi.

Nouveau diagramme de Gantt dans XMind 7

Autre nouveauté : vous pouvez désormais imprimer ce diagramme de Gantt et l’exporter directement sous format :

  • MS Project
  • image
  • PDF

Pour cela, il suffit de cliquer sur l’icône en haut  droite du diagramme.  Une fenêtre de dialogue s’affiche alors pour déterminer les spécificités de votre export :

Export du diagramme de Gantt dans XMind 7

Les options sont nombreuses et intéressantes, comme le filtre des dates, la sélection de tâches, etc.

4) La fiche information : afficher ou non les informations de la carte mentale

La fiche information, comme son nom l’indique, permet de gérer l’affichage des informations d’une mindmap XMind 7.

Vous pouvez décidez d’afficher ou non, sous chaque sujet :

  • les informations de tâches
  • les hyperliens
  • les pièces en attachement
  • les étiquettes
Informations du sujet affichées

La carte d’information est une partie du menu « Propriétés » du fond de la carte.

Pour y accéder, vous devez donc cliquer d’abord sur le fond de la carte pour vous assurer qu’aucun sujet n’est activé.  Ensuite, rendez-vous au menu « Propriétés ».

Fiche information dans XMind 7

C’est en cochant ces cases à gauche du menu « Propriétés » que vous définissez quelles informations s’afficheront dans les sujets de votre mindmap.

5) Les commentaires : un élément indispensable du travail collaboratif

On les attendait depuis longtemps : les commentaires !

C’est un élément essentiel du travail en collaboration, surtout en différé.

Insertion d’un commentaire dans XMind 7

Pour insérer un commentaire, c’est très facile : il suffit de cliquer sur l’icône en forme de page pliée accompagnée du signe « plus » en haut de l’interface.  Une fenêtre de dialogue comme celle ci-dessus s’affiche alors.  Il vous reste à la compléter.

Plus besoin de modifier directement la carte d’un collègue, au risque de le froisser : vous pouvez lui suggérer des modifications judicieuses sous forme de commentaires.

C’est aussi une fonction très intéressante pour les enseignants et les formateurs : nous allons pouvoir commenter les travaux de nos élèves et participants directement dans la carte.

6) Les bulles ou phylactères

Bulle XMind 7

D’autres logiciels de mindmapping offraient cette fonctionnalité depuis longtemps : je pense à Novamind, par exemple.

Ces bulles sont intéressantes car elles  peuvent apporter un supplément d’information visuelle à un autre niveau que le sujet.  D’autant plus que dans XMind 7, elles peuvent aussi avoir leurs propres sous-sujets et devenir à leur tour un sujet.

7) Export de l’arborescence générale

C’est une tendance chez les éditeurs de logiciels de mind mapping en ce moment.  Mindomo vient lui aussi de sortir cette fonctionnalité, l’export de l’arborescence générale d’une carte.

Chez XMind, elle était visible depuis longtemps mais elle n’était pas exportable en tant que telle.  C’est chose faite aujourd’hui.  Il est possible non seulement de l’afficher mais aussi de l’imprimer et de l’exporter.

Export de l’arborescence générale

Pour cela, il suffit de cliquer sur l’icône en haut à droite du cadre de l’arborescence et de choisir l’impression ou l’export.

8) Impression multi-pages de votre mindmap

XMind 7 permet aussi l’impression multipages des cartes mentales.

Impression multi-pages dans XMind 7

Vous pouvez sélectionner plusieurs pages à la verticale et à l’horizontale et imprimer de véritables posters.  Une option intéressante pour les éducateurs, mais aussi pour illustrer les salles d’un événement, etc.

Sélectionnez l’option Pages Multiples pour pouvoir choisir le nombre de pages total de votre impression.

9) Nouvelle structure : la ligne du temps

XMind 7 propose une nouvelle structure qui va faire un tabac : la ligne du temps.

Jusqu’ici, nous pouvions créer des lignes du temps dans XMind en détournant quelque peu les structures Arête de poisson (Ishikawa) ou organigramme haut.  C’était déjà efficace, mais pas très simple à mettre en oeuvre.

Avec la nouvelle structure « ligne du temps », tout se simplifie : voici par exemple, une ligne du temps que j’ai créée pour ma présentation sur les MOOC dans le cadre du Sommet mondial Mémoire et Apprentissage.

Cette carte est également disponible sur mon profil Biggerplate d’où vous pouvez la télécharger gratuitement au format XMind.

Evolution de la FOAD

Créer une ligne du temps de ce type est extrêmement simple : vous ajoutez une nouvelle date en tapant « Enter » et des sous-sujets en tapant sur « Tab » ou sur « Inser ».

Vous pouvez évidemment modifier les couleurs, les formes, les polices de caractères de vos sujets et y ajouter des images si vous le souhaitez.

La ligne du temps progresse alternativement vers le haut et vers le bas : c’est une idée simple mais géniale, car elle fait gagner énormément d’espace en longueur.

De quoi s’amuser au cours d’histoire-géo, non ?

10) Partage direct dans Biggerplate

Pour les afficionados de Biggerplate et de XMind, c’est du pain béni.  Même plus besoin de vous rendre sur la page de votre communauté de mindmappeurs préférée.  Vous pouvez partager votre carte sans même en sortir.

Partage sur Biggerplate

Pour partager votre carte, cliquez d’abord sur l’icône de partage, en haut à droite de l’interface et ensuite, cliquez sur « Partager via Biggerplate ».

Voilà, le tour est joué.

A condition d’avoir préalablement lié votre compte Biggerplate avec XMind 7 ce qui se fait via le menu « Préférences » dans « Editer ».

Combien coûte XMind 7 ?

Pour la sortie de cette nouvelle version, l’éditeur de XMind 7 a légèrement augmenté ses prix.  Mais rien de dramatique.  Je pense que, compte tenu du ratio qualité-prix, XMind 7 reste un des logiciels de mindmapping les plus complets et abordables du marché.

La version Plus est désormais à 69 euros.

La version Pro côute à présent 89 euros.

La version gratuite existe toujours, mais elle est évidemment limitée au niveau des exports et des fonctionnalités de type Pro et Plus.

Attention toutefois, qu’il existe des versions « Education » et « Non-profit sector/government » accessibles respectivement aux personnels des écoles et des étudiants et aux travailleurs du secteur à but non lucratif et gouvernemental.

Si vous n’êtes pas certain(e) de faire partie de ces catégories adressez-vous à XMind : ils vous informeront avec beaucoup de courtoisie.

Enfin, la mise à jour pour les heureux propriétaires de XMind 6 coûte 35 euros.  Pas de quoi vous ruiner et le bon qualitatif par rapport aux versions précédentes les vaut largement.

Lien de téléchargement de XMind 7.

Conclusion : une superbe version de XMind

Vous aurez compris à la lecture de cet article que je suis conquis par cette nouvelle version de XMind.

Bien entendu, je continue à regretter l’absence de collaboration en temps réel et de possibilité d’utiliser XMind sur une tablette (j’enfonce le clou, mais ce sont deux dimensions essentielles aujourd’hui).

Mais je suis vraiment séduit par les modifications et les apports vraiment intéressants de cette nouvelle version d’un des logiciels de mindmapping les plus populaires.  J’en suis d’autant plus heureux que je dois donner dans les prochaines semaines des formations en mindmapping avec XMind : de quoi profiter pleinement de cette nouvelle version.

Vous avez aimé cet article ?  Inscrivez-vous à ma newsletter et ne ratez plus aucun article ou événément !

Catégories
Applications

Canva for Work est arrivé : l’appli de design tient ses promesses !

J’ai pu tester Canva for Work, la nouvelle version de l’appli de design et le moins qu’on puisse dire est qu’elle tient ses promesses.  Je vous résume tout ça dans une vidéo.

Il y a quelques jours, je vous annonçais l’arrivée d’une nouvelle version de Canva, l’application en ligne de design pour tous.

Ca y est : Canva for Work est arrivé.  Et il tient ses promesses !

Et pour vous en faire profiter aussi, je vous ai concocté un petit tour du propriétaire en vidéo.

Un visuel réalisé avec Canva for Work

L’accent mis sur les équipes et la collaboration

Le moins qu’on puisse dire, c’est que Canva mise sur la collaboration.

Le Brand Kit : votre charte graphique en une seule page

Le Brand kit, c’est une des nouveautés très intéressantes de cette nouvelle version de Canva.

Sur une seule page, vous rassemblez et vous conservez tous les éléments de votre charte graphique : la palette de couleurs avec les codes en hexadécimal pour chaque couleur.

Les polices de caractères illustrées et conservées avec leur nom et leur taille exacte.

Les logos originaux conservés sur la même page.

Plus besoin de vous arracher les cheveux pour savoir où se trouvent les références de couleurs et de polices de caractères lorsque votre graphiste ou votre imprimeur vous les demande.  En un clic, vous accédez à la page, de même que toute votre équipe…

Des modèles (templates) d’équipe

Certains modèles sont suceptibles d’être utilisés quotidiennement par divers membres de votre équipe.

Canva y a pensé.  Les modèles pour posts Facebook, pour Pinterest, de dépliants pour votre équipe marketing…

De plus, ils sont pré-dessinés avec la couleur dominante de votre charte graphique.

D’ailleurs, c’est tout Canva qui se met au diapason de votre marque en adoptant aussi cette couleur pour son interface…

Une hiérarchisation des membres des équipes

Pour les grandes entreprises, des droits différents peuvent être attribués aux membres.

Les administrateurs ont accès à toutes les fonctions et peuvent attribuer des rôles aux autres catégories d’utilisateurs.

Les créateurs de modèles (template designers) peuvent, comme leur nom l’indique, créer des modèles fidèles à la charte graphique de l’entreprise.

Enfin, les membres peuvent créer des visuels en utilisant les modèles créés par les précédents.

Le magic resize : un gain de temps énorme !

Si la collaboration entre les différents membres de l’équipe assure plus de cohérence et de productivité, la fonction Magic Resize va faire gagner un temps fou à tout le monde.

Vous choisissez d’abord le format de départ de votre visuel.  Un post Facebook, par exemple.

Ensuite, dans le menu File, vous sélectionnez les différents formats qui vous intéressent – et ils sont nombreux, j’en ai compté 42 !

Vous cliquez sur le bouton Abracadabra – Resize (il s’appelle vraiment comme ça, ils sont fous chez Canva !).

Et en quelques secondes, de nouveaux onglets s’ouvrent sur votre navigateurs : dans chacun d’eux, figure un visuel décliné de l’original, mais dans les dimensions idéales pour chaque type de document ou de média.

C’est impressionnant de simplicité et d’efficacité à la fois.

Un prix très abordable pour une application incontournable

Canva for Work est payant.  Et on pouvait craindre le pire, que l’application populaire quitte son créneau accessible (l’utilisation était gratuite, seuls quelques objets étaient facturés un dollar lors du téléchargement).

Eh bien non : Canva for Work reste très abordable : 9,95 $ par mois pour une paiement annuel ou 12,95 $ pour un paiement mensuel.

Au regard du temps gagné, c’est vraiment très raisonnable.

Vous pouvez vous inscrire pour obtenir un accès à l’application en cliquant sur Canva for Work.

Vous avez aimé cet article ?  Inscrivez-vous à ma newsletter et ne ratez plus aucun article ou événément !

50.629253.057256
Catégories
Gestion de projet

Outils collaboratifs : gérez vos projets avec Meistertask et Mindmeister

J’ai essayé Meistertask, la plateforme de gestion de projet collaborative de Mindmeister.  Je suis séduit à la fois par l’élégance de l’outil et par sa facilité d’utilisation.

Cela faisait un moment que je ne vous avais plus parlé de l’univers de Mindmeister, un excellent logiciel de mindmapping en ligne.  Je viens de tester la plateforme de gestion de projets collaborative Meistertask et je dois dire que je suis vraiment séduit.  Non seulement par l’élégance du design – vraiment très contemporain, très flatdesign, sans aucune surcharge graphique inutile.  Mais surtout par la facilité d’utilisation et par le côté collaboration en temps réel et à distance.

J’ai eu l’occasion de la tester à la fois sur PC et sur iPad.  On passe de l’un à l’autre sans problème.  Mais surtout, on passe de la carte mentale Mindmeister à la plateforme de gestion de projet Meistertask en quelques clics.

Un tableau façon kanban très proche de Trello

Lorsqu’on ouvre Meistertask, on ne peut qu’être frappé par la ressemblance avec l’application de gestion du temps et de projet Trello.  En fait, par défaut, Meistertask vous propose un tableau de cartes en trois colonnes façon kanban.

Un tableau kanban classique

On retrouve donc les classiques « A faire », « En cours » et « Terminé ».  Pour effectuer un premier test en conditions réelles, j’ai créé un kaban pour le sondage sur les formations pour l’été dont j’ai publié le questionnaire la semaine dernière.

Une approche très conviviale et intuitive

Ce qui est très agréable dans cette application, c’est non seulement que tout est beau et clair, mais tout est très simple et intuitif.

Pour inviter une personne à collaborer, il suffit de cliquer sur le signe plus en-dessous de l’icone de votre profil et une fenêtre s’ouvre pour vous permettre d’ajouter l’e-mail des personnes et un message d’accueil.

Tout est à l’avenant.  Pour déplacer une tâche de « A faire » dans « En cours », il suffit de la glisser avec le curseur, exactement comme dans Trello.

Une liaison simple avec les cartes mentales Mindmeister

Meistertask est un produit développé par Mindmeister et à ce titre, il était normal que les deux produits soient liés.  Ils le sont et de façon très simple.

Pour illustrer cette liaison, j’ai créé une carte mentale de gestion de projet fictive que j’ai intitulée « Ecole numérique ».  Il s’agit d’un projet d’intégration des médias sociaux et du BYOD dans une école.

Voici la carte dans laquelle j’ai inséré des tâches et des personnes :

Une mindmap Mindmeister

Comment lier la carte Mindmeister avec le tableau Kanban Meistertask ?

Pour l’instant, j’ai la carte Mindmeister complétée, ci-dessus et un tableau Meistertask vide que voici :

Tableau Meistertask vide

Ouvrir la liaison avec le bouton « Meistertask » de Mindmeister :

Pour établir une liaison entre la carte Mindmeister et le tableau de gestion de projet de Meistertask, il suffit de cliquer sur le bouton avec l’icône « Check » sur le menu en bas de la carte, comme ci-dessous :

Bouton Meistertak au bas de la carte

Lorsqu’on a appuyé sur le bouton avec l’icône Check, un menu apparaît dans le bas de la carte.  On peut y sélectionner le projet à relier dans Meistertask ou en créer un nouveau.  Pour relier les deux, cliquez sur le bouton « Relier » en bas à droite de la mindmap.

Un message apparaît alors pour vous signaler combien d’éléments de la carte ont été ajoutés au tableau Meistertask et à quelle personne ils ont été attribués :

11 éléments ajoutés

Le tableau Meistertask comprend à présent toutes les tâches créées dans la carte mentale Mindmeister :

Tableau complété avec les éléments de la mindmap

Toutes les dates et les assignations aux personnes ont été ajoutées automatiquement.  Il me suffit à présent de ranger les cartes dans la bonne colonne du kanban :

Le tableau kanban modifié

La tâche réservation du local qui était marquée « 100 % » dans la mindmap Mindmeister est à présent marquée « Complète », avec l’icône « Check » dans Meistertask.

 Des fonctionnalités de gestion de projet très complètes

Les tâches accomplies sont marquées

Les tâches terminées sont marquées

Les tâches dont la date-limite est atteintes sont teintées de jaune et leur texte devient orange.  Dans ce cas, l’étoile de la barre de menu du haut se teint elle aussi d’orange.  On peut également utiliser cette propriété pour signaler une tâche particulièrement importante.

Lorsqu’une tâche est accomplie, il suffit de cliquer sur le lien interne « Complete » de la carte correspondante.  Elle devient elle aussi orangée et son texte est barré.

Marquage de la tâche accomplie

L’historique : visualisation des modifications du projet

Lorsqu’on travaille à plusieurs, c’est important de pouvoir visualiser les modifications apportées par d’autres.

L’historique permet de visualiser les modifications apportées au projet :

Visualisation des modification du projet

Toutes les modifications sont enregistrées et affichées, qu’il s’agisse de déplacement de cartes d’une colonne à l’autre, de l’ajout d’une tâche d’un commentaire, etc.

Important quand on travaille à plusieurs à distance de pouvoir retracer les appors de chacun.

Ajout d’une section au tableau kanban : exemple d’un calendrier éditorial

J’ai créé un autre projet pour tester la flexibilité de Meistertask : peut-on sortir facilement du modèle par défaut, le kanban en trois colonnes ?

La réponse est oui : c’est très facile.  Comme le montre l’illustration ci-dessus, il suffit de cliquer sur le nom d’une colonne pour le modifier, pour en changer l’étiquette, la couleur, etc.  On peut également ajouter autant de colonnes qu’on le souhaite (ici, non plus sur le PC mais sur l’iPad).

Ajout d’une colonne ou section

Décrire les tâches en détail : les checklists

Toujours comme dans Trello, on peut décrire les tâches en détails en ajoutant une checklist à chaque carte.  Il suffit donc de cocher chaque élément de la liste pour constater la progression d’une tâche.

Ajout d’une checklist à une carte

Les participants au projet peuvent également commenter les cartes les uns des autres pour faire des suggestions, poser des questions, etc.  Ils peuvent aussi « liker » les tâches comme dans Facebook.  Meistertask mise manifestement sur l’aspect collaboratif et social de sa plateforme de gestion de projet !

Filtrer les tâches : retrouver des éléments avec les tags

Filtres des tâches

Un des éléments intéressants de Meistertask est la possibilité de taguer les tâches, de leur associer des mots-clés qui permettent ensuite de rechercher les tâches ou de les filtrer.

Ici, j’ai filtré à partir du mot-clé « bijoux » dans la colonne « cible » de mon calendrier de gestion de médias sociaux.

Mais on peut également filtrer à partir d’autres éléments comme :

  • la personne en charge de la tâche
  • la date-limite ou deadline
  • le statut de la tâche : en cours, accomplie, etc.

Une série d’outils de filtrage très intéressant quand le projet prend de l’ampleur ou qu’il rassemble de nombreux acteurs.

Conclusion : une application très complète et bien intégrée avec Mindmeister

En conclusion, je dirai qu’avec Meistertask, Mindmeister a réussi un coup de maître.

L’application est élégante, conviviale, simple d’utilisation.  En même temps, elle est très complète.  Elle communique avec les mindmaps Mindmeister avec facilité et en temps réel.  Elle fonctionne aussi bien sur PC que sur iPad, malgré quelques petits bugs sur cette dernière application.

C’est donc un maître-achat que le duo Mindmeister-Meistertask pour qui veut pratiquer la gestion de projet à partir du mindmapping collaboratif.

Pour l’instant, Meistertask est gratuit.  Il vous suffit d’ouvrir un compte Mindmeister pour y accéder.  Ensuite, allez sur Meistertask pour bénéficier de cette application de gestion de projet en ligne.  Une application dont je vous reparlerai certainement bientôt.

 Vous avez aimé cet article ?  Inscrivez-vous à ma newsletter et ne ratez plus aucun article ou événément !

Catégories
Logiciels XMind

Test logiciel de mindmapping : XMind 6 beta Pro et gratuit

La version beta de XMind 6 est disponible avec quelques nouveautés intéressantes : je l’ai testée.  De nouveau, pas de révolution majeure, mais des améliorations incontestables pour ce dernier avatar du célèbre logiciel de mindmapping.

Il n’y aura pas de XMind 2014 !  Peut-être parce que la nouvelle version ne sera pas prête avant début 2015…

L’éditeur du populaire logiciel de mindmapping a décidé de baptiser son dernier né « XMind 6 ».  En écho du petit dernier d’iPhone ?

XMind 6 est le nom commercial.  L’éditeur annonce lui-même sur son blog qu’au niveau technique, il y a peu de changements.  A tel point que pour les développeurs, cette version s’appelle XMind 3.5.0.

Mais qu’y a-t-il donc d’intéressant sous le capot de ce nouveau logiciel de mindmapping ?

J’ai résumé ces nouveautés dans cette mindmap, téléchargeable sur ma page Biggerplate, comme souvent.

Essai de XMind 6

Des couleurs fruitées, acidulées : on dirait une mindmap de Mindmaple !

1. De nouveaux thèmes très tendance « flat design »

Au démarrage, à part le rectangle blanc « XMind 6 » qui remplace le rectangle rouge « XMind 2013 » au lancement du logiciel, pas de grands changements apparents.

Sauf, quelques nouveaux thèmes, très tendance, très « flat design ».  Des couleurs pastel et un graphisme dépouillé bien dans l’air du temps.

Nouveaux thèmes XMind 6

 2. Une interface plus ergonomique

A première vue, les changements de l’interface n’ont rien de révolutionnaires.  Mais, ces modifications d’apparence mineure renforcent vraiment l’ergonomie de ce nouvel XMind.  La barre du haut accueille désormais des icônes pour :

  • l’insertion des marqueurs (plus besoin de chercher dans « Voir » ou dans « Insérer »
  • l’insertion des notes audio (Pro)
  • la vue en diagramme de Gantt (Pro)
  • l’insertion d’infos de tâches (Pro)
  • l’historique (Pro)
  • la recherche (Pro)
  • le partage dans le cloud (XMind.net)
  • les exports
  • les préférences

Ce dernier menu est particulièrement bienvenu : avant, il était uniquement accessible via le menu « Editer » alors qu’il comprend des éléments d’importance cruciale…

3. Un nouveau mode de brainstorming (Pro)

Le mode brainstorming a été entièrement revu : désormais, les idées sont d’abord triées dans une boîte avant d’être glissées dans la mindmap elle-même.

La module brainstorming est désormais divisé en deux parties :

a) L’usine à idées ou « Idea Factory »

Idée brillante : le mode « nuit » qui permet d’occulter la carte et de se concentrer sur la récolte d’idées :

Idea Factory du mode brainstorming

 b) Déplacer les idées vers la mindmap

Dans une seconde phase, on peut déplacer les idées de la boîte à idées vers la mindmap, d’un simple glisser-déposer.

Mindmap résultant du brainstorming

Petit inconvénient : pas possible de modifier l’affichage de la carte pendant l’opération et donc on dispose de peut de place pour vraiment glisser les idées sur la carte.

Mais ça fonctionne !

 4. Sauvegarde de la mindmap dans Evernote

 Voilà une innovation intéressante : l’exportation de votre mindmap vers l’application Evernote, qui connaît, elle aussi, des modifications importantes ces derniers jours.

Pour cela, il ne faut pas utiliser le menu « Exports » car il ne s’agit pas d’une réelle exportation, mais bien d’une sauvegarde dans la célèbre application de prise de notes.

Allez dans « Fichiers », « sauvegarder dans Evernote » et une fenêtre de dialogue s’ouvre pour vous permettre de connecter XMind 6 et Evernote.

Fenêtre de connexion XMind 6 – Evernote

La langue de la fenêtre dépend du pays où vous vous trouvez, grâce aux cookies : comme je rédige cet article aux Pays-Bas, la fenêtre s’affiche en néerlandais.  Quelle chance !

Après m’être « loggé » à mon compte Evernote, une autre fenêtre de dialogue s’affiche :

Fenêtre d’autorisation de connexion

En cliquant sur « Authorize », vous autorisez XMind 6 à utiliser certaines fonctionnalités d’Evernote.

Et ensuite ?  Ensuite, rien.  Jusqu’à ce que je visite ma boîte e-mail dans laquelle je trouve un message d’Evernote :

e-mail de confirmation

L’autorisation est concédée pour un an.

On ne plaisante pas avec la sécurité, chez Evernote, et c’est tant mieux !

Vous pouvez à présent sauvegarder votre mindmap XMind 6 dans Evernote en retournant à la commande « Sauvegarder dans Evernote » dans le menu « Fichiers ».

Une autre fenêtre de dialogue s’affiche :

Fenêtre de dialogue

Après quelques minutes d’angoisse feutrée, je reçois, au bas de l’écran de XMind 6, une notification d’Evernote qui me dit :

Confirmation de sauvegarde

 

Eh bien, ce n’est pas trop tôt !

Brûlant d’impatience, j’ouvre mon compte Evernote : toujours rien !

Je rafraîchis la page, de nouveau quelques minutes s’égrènent, pénibles.

Et enfin, la nouvelle note XMind 6 s’ouvre dans Evernote, alléluyah !

Carte sauvegardée dans Evernote

  • En position 1, je trouve le résumé du contenu de la note, comme dans toute note Evernote.
  • En position 2, le fichier au format XMind 6 sauvegardé en attachement dans la note.
  • En position 3, l’image de la carte mentale XMind au format PNG.

Si je déroule la note un peu plus bas, je trouve le texte structuré de la même manière que dans Writer d’OpenOffice :

Texte sauvegardé dans
Evernote

Tout y est !

Belle réussite pour cette intégration dans Evernote.

 5. La vue indexée de votre mindmap

Jusqu’ici, il n’était possible de voir la structure de votre mindmap XMind que dans l’ordre des branches : sujet central, premier sujet principal, premier sous-sujet, deuxième sous-sujet, etc.

C’était parfois un peu galère de retrouver un sous-ujet particulier, pour y placer un hyperlien, par exemple.

Dorénavant, il sera possible de réorganiser le contenu de cette structure de plusieurs façons :

  • dans l’ordre alphabétique (A-Z)
  • dans l’ordre anti-alphabétique (Z-A)
  • selon l’ordre des marqueurs (petites icônes)
  • selon l’ordre des étiquettes (filtres texte)
  • par date de début des tâches
  • par date de fin des tâches
  • par personne responsable des tâches

Les trois derniers ordres seront évidemment appréciés des personnes qui utilisent XMind pour la gestion de projet !

Voici la vue d’index de Z à A pour une mindmap XMind :

Vue indexée dans XMind 6

6. Un éditeur de style amélioré

L’éditeur de style était déjà une belle innovation de la version précédente.

Dans XMind 6 il est encore amélioré et présente des fonctions plus nombreuses de paramétrage du texte, des sujets, de la couleur, des relations, des limites, etc.

Nouvel éditeur de style

7. Exports vers OpenOffice 

Jusque-là, XMind vivait un étonnant paradoxe : logiciel freemium open-source il ne pouvait s’exporter que vers la suite logicielle la plus propriétaire au monde : Microsoft !

Cette contradiction appartient au passé puisque, désormais, Xmind exporte également ses mindmaps vers Open Office.

a) Export vers OpenOffice Spreadsheet

J’ai repris une carte créée avec la version précédente de XMind, le projet Waw, qui m’avait servi à illustrer un article sur l’export des tâches depuis XMind vers Excel.

Exemple de gestion de projet

J’ai donc cliqué sur la nouvelle icône « export » de la barre du haut de XMind 6.

J’ai obtenu l’affichage du menu Exports vers OpenOffice Spreadsheet :

Menu Export OpenOffice Spreadsheet

Après avoir cliqué sur  « Next », j’obtiens une fenêtre de dialogue pour sélectionner les options d’exportation :

Fenêtre de dialogue OpenOffice Spreadsheet

 En numéro 1, je sélectionne « Merged Cell » pour obtenir un alignement des cellules représentant les sous-sujets d’une branche en regard de la cellule principale.

Ensuite, je coche la boîte « Task info » en numéro 2 pour m’assurer que les informations de tâches seront bien exportées depuis XMind 6 vers OpenOffice Spreadsheet.

Je sélectionne ensuite, avec la commande « Browse » le nom du fichier et l’emplacement où je désire le sauvegarder.  Je clique sur Next.

Et voici ce que j’obtiens :

Export dans le tableur OpenOffice

Les résultats sont tout à fait comparables à ceux que j’avais obtenu avec mon export dans Excel.

Les cellules sont parfaitement alignées, les contenus sont intacts, les dates ont été préservées.

Du beau travail !

 b) Export vers Writer, le traitement de texte d’OpenOffice

J’ai testé aussi l’export vers le traitement de texte Writer, de la suite OpenOffice.

J’ai choisi d’inclure la vue générale de la mindmap ainsi que le contenu de l’accolade (summary) et de la relation qui en part.

Au terme de l’opération, XMind 6 m’a établi une table des matières automatiques sous le titre du document.

Table des matières

Qu’en-est-il du reste du document ?

Voici ce que je découvre en faisant défiler le document dans Writer d’Open Office :

1. Vue générale et début du texte

Vue de la carte mentale et du début du document

Tout est parfaitement en ordre : la carte mentale est centrée en haut du document et le texte est structuré selon la position des sujets et sous-sujets dans la carte.  Le résultat est tout-à-fait comparable à l’export vers Word.

Ici aussi, rien à redire.

Qu’en est-il de l’inclusion de l’accolade et de la relation ?

b) Inclusion de l’accolade et de la relation dans le document Writer

Le lien de la relation est bien présent : c’est un hyperlien cliquable qui devrait me renvoyer vers le contenu « Plus ergonomique ».

Lien cassé dans le document ODT

Le lien de la relation (flèche dans la carte, hyperlien dans le document Writer) se trouve bien à sa place dans le document final.  Mais il est cassé et ne renvoie vers rien.

A l’examen du reste du document, je comprends pourquoi : le contenu de l’accolade (plus ergonomique) n’a pas été exporté, contrairement à la relation et donc, celle-ci ne peut renvoyer vers le texte qu’elle désigne.

c) Export vers le module présentation Impress d’OpenOffice

J’ai toujours trouvé dommage d’exporter une mindmap, structure non-linéaire par définition, vers une application de présentation de type séquentiel.

Mais je sais qu’on n’a pas toujours le choix.  Et donc, j’ai également testé cette fonction.

J’ai demandé une vue de la carte complète dans la présentation.  La voici :

Diapositive avec vue de la mindmap

Et le reste des diapositives dans Impress ?

Des listes à puces :

Listes à puces d’Impress

Bon, ce n’est pas encore ça qui me fera oublier Prezi ou le module de présentation de Mindomo !

8. Exports vers Microsoft Project

Dans les exports annoncés, figure l’exportation vers Microsoft Project.

J’ai donc tenté l’expérience avec la même carte Projet Waw que j’ai utilisée pour l’export vers le tableur d’OpenOffice.  A l’issue de mon export, j’ai voulu ouvrir le fichier avec le logiciel gratuit GanttProject, comme je l’avais fait lors du test d’export de Mindomo vers GanttProject.

Hélas, l’export n’a pas fonctionné.  Il subsiste probablement un bug au niveau du java (c’est ce que je crois comprendre à la lecture de ce qui suit : développeurs, à vos claviers !) :

Problème lors de l’export vers Microsoft Project

9. Import et exports de ressources en paquets (bundles)

 L’import et export de ressources en paquets (bundles) existe déjà chez d’autres logiciels de mindmapping comme iMindMap, par exemple.

Cela vous permet d’échanger des éléments de votre compte XMind vers un autre.

J’ai testé les fonctions Thèmes, Templates (modèles) et Markers.

Cette fonction est elle aussi réservée aux professionnels et se trouve dans le menu Tools (outils).

Export en paquets

Ensuite, une nouvelle fenêtre de dialogue s’ouvre qui vous propose d’exporter :

  • des thèmes (environnement graphique)
  • des templates (modèles de cartes mentales réutilisables)
  • des cliparts (images)
  • des marqueurs (icônes)

Je commence par exporter un thème, Paul, que j’ai créé sur un de mes ordinateurs :

Exportation d’un thème

Ensuite, je choisis d’exporter aussi un modèle de cartes mentales que j’utilise souvent, celui de la carte cockpit :

Exportation d’un modèle

Je choisis de ne pas exporter de cliparts, par contre, il y a une série de marqueurs qui risquent de m’être utiles et donc, je vais les exporter aussi :

Exportation de marqueurs

Ensuite, le logiciel me demande où je désire sauvegarder ces ressources et je lui indique un emplacement sur mon disque dur ou sur mon réseau.

A quoi ça sert ?

A partager certaines caractéristiques uniques de votre compte XMind avec vos collaborateurs ou avec vous-même.

Par exemple, je donne des formations XMind dans un organisme de formation de formateurs.  Mais je dois utiliser  de préférence leur matériel plutôt que le mien.  Je ne peux donc pas utiliser les thèmes et les templates qui sont sur mon ordinateur personnel.  En exportant ces données sur leur réseau local, avant de donner ma formation, je peux importer ces données, exportées depuis mon ordinateur personnel, sur le leur.  Et donc, j’ai à ma disposition toutes les caractéristiques personnalisées de mon propre compte XMind.

10. Conclusion

Ma conclusion est que cette nouvelle version de XMind ne constitue toujours pas la révolution attendue par certains, dont moi : toujours pas de collaboration en ligne en temps réel ni de fonctionnement sur les tablettes ou smartphones.

Par contre, il est indéniable que la plupart des fonctionnalités présentées ici sont très intéressantes : les exportations vers OpenOffice, vers Microsoft Project (quand elle sera pleinement fonctionnelle), la sauvegard sur Evernote, le nouveau mode de brainstorming, tout cela va dans le bon sens : celui de l’ouverture et de l’interopérabilité entre les logiciels de mindmapping et les autres.

On doit constater aussi que la plupart de ces améliorations visent surtout la version Pro du logiciel de mindmapping.  Après avoir généreusement offert des milliers de licence aux étudiants et enseignants, pour gagner des parts de marché, XMind réserve l’essentiel de ses innovations à la version payante.  Une stratégie pour augmenter les ventes dans un futur plus ou moins proche ?  Une stratégie intelligente, dans ce cas…

La version 6 de XMind est une version beta, qui présente encore quelques bugs.  Lors de mes tests, le logiciel s’est bloqué une seule fois et j’ai pu récupérer la carte sans dommage.  Pas mal pour une version beta.  Par contre, l’export vers MS Project n’a pas fonctionné.

Vous pouvez vous aussi tester gratuitement cette version XMind 6 mais en étant conscient(e) des risques que vous prenez : il s’agit d’une version de test qui ne peut vous garantir pleine satisfaction ni vous offrir une sécurité maximale.  Moi-même, je suis blogueur et non pas représentant XMind (comme certains lecteurs le croient parfois) et donc je décline toute responsabilité si cette version endommage votre ordinateur ou vos logiciels…

Ces réserves prises, bon amusement si vous essayez vous aussi 😉

Vous avez aimé cet article ?  Inscrivez-vous à ma newsletter et ne ratez plus aucun article ou événément !

Catégories
Logiciels Mindomo

Mindomo logiciel de mindmapping : importations et exportations

Mindomo, le logiciel de mindmapping collaboratif, assure qu’il peut importer et exporter un  nombre impressionnant de formats différents.  J’ai voulu vérifier cette affirmation et tester quelques importations et exportations pour vous.  En voici les résultats.

Dans mon article précédent sur Mindomo, je vous faisais part du nombre impressionnant de possibilités d’importation et d’exportation vers et depuis ce logiciel de mindmapping.  J’ai voulu vérifier ce qu’il en était réellement, et j’ai exécuté quelques tests.

Huit formats d’importation

Mindomo offre huit formats d’importation.  Les voici résumé sur la fenêtre de dialogue d’importation du logiciel de mindmapping :

Formats d’import de Mindomo

Ces huits formats de fichiers peuvent être importés depuis votre ordinateur, mais aussi depuis votre Google Drive ou votre Dropbox : Mindomo étant un logiciel de mindmapping collaboratif n’oublie jamais d’utiliser les possibilités du cloud.

Cela peut paraître bizarre que Mindomo importe des fichiers Mindomo : en fait, l’application en ligne peut importer des fichiers de type *.mom, c’est-à-dire des fichiers Mindomo créés à partir de la version de bureau (desktop).

J’ai également essayé d’autres formats d’importations dont vous pouvez lire les résultats dans la suite de l’article.

Importation de XMind vers Mindomo : une fidélité exceptionnelle !

J’ai commencé par un essai d’importation d’un fichier XMind vers Mindomo.  J’ai utilisé une carte d’illustration de la méthode GTD (Getting Things Done) de David Allen.  Vous pouvez télécharger gratuitement cette carte « objectifs GTD » sur ma page Biggerplate !

6 niveaux de vision dans GTD

C’était intéressant d’utiliser cette carte pour deux raisons au moins :

  1. je voulais voir si les sujets flottants étaient conservés et si oui, où dans la carte
  2. je voulais savoir ce que Mindomo ferait des éléments derrière l’accolade, sachant que ce logiciel de mindmapping ne propose pas cette fonctionnalité.

La vidéo du test : la mindmap importée en quelques secondes

L’importation se déroule à une vitesse impressionnante.  Et le résultat ne l’est pas moins !

Mindomo non seulement a conservé les sujets flottants, mais ils sont toujours à leur place : le titre au dessus et mon logo en-dessous de la carte, même s’ils sont un peu plus écartés que dans l’original…

Pour les sujets placés derrière l’accolade, Mindomo, les a agrégés aux sujets précédents en tant que sous-sujet comme vous pouvez le voir sur l’image suivante :

6 niveaux d’objectifs GTD dans Mindomo

Par contre, j’ai essayé d’importer une carte XMind dans laquelle se trouvaient des informations de tâches : la carte est bien importée, mais les informations de tâches ont disparu.  Seuls subsistent les icones de priorité et d’achèvement, mais les  personnes à qui les tâches avaient été assignées, les descriptions, le début et la fin, rien de tout cela n’a été conservé.  C’est un problème récurrent entre les différents logiciels de mindmpping : le codage des informations de tâches est différent d’un software à l’autre et ils ne sont pas compatibles…

Importation de MindManager vers Mindomo : tout y est !

J’ai renouvelé l’expérience avec une carte MindManager que j’ai téléchargée de Biggerplate.  Et je l’ai importée dans Mindomo.  Ici aussi, quelques secondes de patience suffisent pour voir apparaître la carte au nouveau format :

Mindmap Mindmanager importée

Tout y est : je n’ai pas déployé tous les niveaux de cette carte mentale particulièrement complexe, car cela donne une image gigantesque.  Mais tout a été conservé dans la mindmap Mindomo.

De Mindmeister vers Mindomo : cherchez l’erreur !

J’ai converti une carte Mindmeister en une carte Mindomo.

Voici la première, version Mindmeister, que j’ai utilisée pour illustrer cet article sur le livre de Pierre Mongin Mieux s’organiser, La stratégie du Post-it et du kanban personnel :

Carte Mindmeister

Et voici le résultat de l’exportation au format Mindomo :

Version Mindomo

Seule l’image de la troisième branche a été modifiée.  Tout le reste de la carte est d’une fidélité à toute épreuve.

Des formats d’exportations nombreux et utiles

Voici la fenêtre de dialogue qui reprend l’ensemble des exportations possible de Mindomo.

Exportations depuis Mindomo

Mindomo est un « freemium », c’est-à-dire un logiciel qui propose au moins une version gratuite et plusieurs versions payantes.  La version gratuite propose un nombre minimum d’exports, comme c’est souvent le cas.  Mais la version complète offre un nombre impressionnant de formats d’exportation comme vous pouvez le constater ci-dessus.

Exportation vers Freemind : la structure est intacte

J’ai tenté l’exportation vers Freemind.  J’ai repris la mindmap des 6 niveaux d’objectifs de GTD.  La structure est toujours présente, mais les images ont disparu et le sujet flottant du titre a été agrégé comme sujet de la carte.  Quant au logo, il a disparu avec les autres images !  Seules les icones ont survécu.

Importation de la mindmap dans Freemind

Le problème vient peut-être du fait que l’exportation s’opère avec un ancien format de Freemind et que ce dernier doit également convertir la carte déjà convertie depuis Mindomo.  Deux conversions, cela fait sans doute une de trop…

Exportation vers Word et les fichiers texte

Mindomo permet d’exporter les cartes mentales ou mindmaps sous différents formats de texte :

  • TXT : c’est le format du blocnote de Windows, du texte sans aucun enrichissement
  • RTF : le format de texte enrichi, celui utilisé par les traitements de texte comme Word
  • PDF : le format portabe d’Adobe

J’ai testé l’export vers un fichier Word dont voici un aperçu :

Export de Mindomo vers Word

Dans ce cas précis, j’ai demandé un format « table des matières » qui structure le texte selon la disposition des sujets dans la carte mentale Mindomo.  Ensuite, on peut créer une mise en page avec les styles automatiques de Word et une table des matières automatiques : un gain de temps précieux pour qui doit rédiger des textes avec une structure longue.

Le texte tapé dans les « notes » dans la carte mentale apparaît sous forme de texte suivi dans Word, juste en-dessous du sujet qui lui s’affiche comme un titre.

Format OPML : pratique pour structurer un texte dans Scrivener

Si vous utilisez le studio d’écriture Scrivener, vous pouvez utiliser une mindmap Mindomo pour structurer votre document.   Je prends comme exemple la carte « La philosophie de Scrivener » :

Mindmap Mindomo

Je l’exporte ensuite au format OPML.

Et enfin, j’exporte le fichier dans Scrivener au format OPML, comme ceci :

Importer OPML ou mindmap

La carte est désormais intégrée dans mon Scrivener en tant que « projet » comprenant 35 documents : ces 35 documents sont en fait les éléments de ma carte Mindomo d’origine comme le montre cette vue en « tableau de liège » de Scrivener :

Document importé dans Scrivener

Idéal pour structurer des documents longs comme une thèse de doctorat.

Je ne m’attarderai pas sur l’export au format PNG ou image car cet article en affiche quelques-unes qui sont elles aussi le résultat d’exportations de cartes mentales Mindomo vers PNG.

Exportation vers Excel : plusieurs formats disponibles

Mindomo exporte également vos cartes mentales ou mindmaps vers le format de tableur Excel de Microsoft.  Il peut le faire selon 4 formats différents :

  • le plan horizontal
  • l’arborescence horizontale
  • les données pour diagramme de Gantt
  • le plan vertical

Je ne vais pas me consacrer aux données pour diagrammes de Gantt qui appartiennent plutôt à la gestion de projet avec Mindomo sur laquelle je reviendrai dans un autre article.

Passons en revue les trois autres modalités.

1. Export de Mindomo vers Excel : plan horizontal

C’est le cas de figure le plus courant : les branches deviennent les lignes du tableau Excel.

Export Excel en plan horizontal

C’est clair, lisible.  Il suffit d’ajouter les formules de calcul à droite pour connaître le prix des fournitures et en bas pour les totaux.

2. Export de Mindomo vers Excel : arborescence horizontale

C’est un format où tous les éléments sont décalés d’une cellule vers le bas à mesure qu’on avance vers la droite dans le tableau.  Un format  utilisé par les comptables.

Export vers Mindomo en arborescence horizontale

3. Export de Mindomo vers Excel : plan vertical

Dans ce format, les branches deviennent non pas les lignes mais les en-têtes des colonnes.  Un affichage pertinent si les branches principales sont peu nombreuses et contiennent beaucoup de sous-sujets :

Exportation vers Excel : plan vertical

Conclusions

En conclusion, on peut affirmer sans trop de craintes de se tromper, que Mindomo est l’un des logiciels les plus complets en matière d’importations et d’exportations.

Mon expérience personnelle et mes échanges avec les collègues mindmappeurs me font dire que seuls les logiciels qui offrent des possibilités de collaboration en ligne en temps réels et une véritable interopérabilité avec les autres ont des chances de se maintenir sur un marché de plus en plus concurrentiel.

Avec ses qualités tant comme logiciel de mindmapping collaboratif que pour ses capacités d’échanges avec les autres formats, Mindomo me paraît bien parti pour durer.

Vous avez aimé cet article ?  Inscrivez-vous à ma newsletter et ne ratez plus aucun article ou événément !

Catégories
Uncategorized

Mindmapping avec la suite gratuite en ligne Examtime : le test

J’ai voulu tester l’application mindmapping de la suite gratuite en ligne Examtime : et je dois avouer que je suis impressionné par la qualité de ce logiciel de mindmapping entièrement gratuit.  Et aussi par sa parfaite intégration dans cette suite d’applications en ligne.

Comme beaucoup d’autres, je me suis intéressé à la suite gratuite en ligne Examtime : une suite d’applications sur Internet, destinée aux étudiants.  Elle comprend cinq outils : un logiciel de mindmapping, une application de flashcards, un générateur de notes, un dispositif de création de questionnaires et un planificateur pour gérer votre plan d’apprentissage.

Ceux qui me connaissent et les habitués de ce blog auront reconnu des outils que j’utilise dans mes ateliers « Apprendre à Apprendre« , que ce soit pour les élèves de 9 à 15 ans ou  les étudiants du supérieur.

J’étais d’autant plus curieux de tester l’ensemble et de vous en rendre compte.

Une suite d’apprentissage en ligne très complète

Examtime est vraiment une suite d’apprentissage en ligne très complète.

Non seulement elle offre cinq outils indispensables pour les étudiants (voir plus haut) mais elle met aussi à leur disposition d’autres catégories intéressantes :

  • un gestionnaire de « Subjects« , autrement dit de « cours » qui eux-mêmes peuvent être divisés en « Topics » ou sous-sujets, parties de cours.  Par exemple, un cours de géographie pourra être divisé en Europe, Asie ou géographie physique, politique, etc.
  • un calendrier qui permet de gérer son plan d’apprentissage (lié aux cours et parties de cours)
  • des amis : Examtime, c’est aussi un réseau social d’étudiants
  • des groupes : des étudiants qui ont envie d’apprendre ensemble, des élèves d’une classe qui se retrouvent pour faire leur devoir, etc.

Autrement dit, nos étudiants vont pouvoir se former au travail collaboratif tout en apprenant leurs cours…  Je vous reparlerai des autres applications dans des articles à venir.

Une application de mindmapping très intuitive et conviviale

Aujourd’hui, je vais vous parler de l’application Mindmapping de cette suite Examtime.

J’ai donc réalisé une première mindmap que voici :

Première mindmap avec Exatime

Une prise en main très facile 

C’est fluide et très facile à prendre en main.  Quelques clics suffisent pour réaliser une carte très complète et très claire.  Petit bémol : il faut cliquer sur un sujet,  puis sur le signe + qui s’affiche en dessous pour ajouter un sous-sujet et cela prend un peu de temps.  Ce n’est pas assez rapide pour prendre note dans une réunion, par exemple.

Mais c’est d’une grande simplicité et le résultat est plutôt agréable.

Format des sujets et du texte

Le texte peut être modifié: on peut changer :

  • la taille du texte,
  • sa couleur (du noir au blanc en passant par toutes les gammes du gris)
  • le mettre en gras ou en italique

Les sujets (les bulles) peuvent également être modifiés :

  • la taille
  • la couleur

Intégration de notes, de mindmaps secondaires, et d’autres éléments d’Examtime

La mindmap permet aussi l’intégration d’autres éléments:

  • des notes : comme la plupart des logiciels de mindmapping, celui-ci permet l’ajout de notes. Particularité : on peut ajouter autant de notes qu’on le souhaite à un sujet
  • des images : l’intégration des images est possible, mais les images sont intégrées au fond de la carte, pas dans les sujets eux-mêmes.  Cela peut être ennuyeux lorsqu’on déplace un sujet : il faut déplacer manuellement l’image.  Mais les images sont repositionnables et on peut en modifier facilement la taille
  • d’autres cartes mentales : il est très facile d’ajouter une mindmap secondaire, il suffit de cliquer sur l’icône en forme d’attache-trombone, de cliquez ensuite sur le signe + et de choisir dans le menu qui apparaît la rubrique Mindmap
  • des notes Examtime : les notes créées dans le générateur de notes Examtime peuvent être intégrées dans une mindmap
  • des flashcards Examtime : les jeux produits dans la suite
  • des quiz Examtime : des questionnaires réalisés en ligne

C’est extrêmement intéressant de pouvoir intégrer dans une mindmap tous les éléments créés au sein d’Examtime : on peut ainsi profiter de l’effet structurant de la carte mentale, qui vous donne une vue d’ensemble d’un cours ou d’un sujet, avec les liens hiérarchiques entre eux.   Et aussi avoir les avantages de mémorisation des flashcards, un peu comme avec XMind2Anki.  Ou avoir sous la main une note qui traite d’un sous-sujet de la mindmap.  Ou encore un quiz (ou questionnaire) qui reprend les questions sur le sujet ou sous-sujet de la carte mentale.

C’est en fait le même principe que dans ma méthode Etudiez efficacement en 5 étapes, où chaque outil vient renforcer l’impact des autres, où la variété des exercices, des outils et des méthodes mobilise des compétences ou des groupes de neurones différents.

Par contre, il n’est pas possible d’attacher des documents extérieurs à la suite Examtime.  Dommage, car les documents fournis par le professeur ou réalisés ailleurs trouveraient toute leur place dans un tel dispositif.  Mais je suppose que la capacité des serveurs de la suite serait vite dépassée…

Le Mode Vue : entre visualisation et présentation Prezi

L’application de mindmapping d’Examtime présente également un mode « Vue« , comme toutes les applications de la suite, d’ailleurs.

Ce mode est un hybride entre une présentation Prezi ou une vidéo.  Il permet de revoir le contenu d’une mindmap comme une présentation.

Voici une vidéo qui illustre le fonctionnement de ce mode :

Il faut faire attention, cependant : la présentation ne s’affiche pas dans l’ordre de construction, mais dans un ordre quasi-aléatoire, où les dernières branches ont tendance à s’afficher avant les premières…

L’export : limité à la suite Examtime et aux images

S’il est possible d’imprimer sa mindmap, il n’est pas possible de l’exporter vers un format mindmapping standard, comme Freemind ou XMind.

Par contre, on peut copier la mindmap dans un autre sujet : par exemple, une carte qui concerne un cours sur la Géographie de l’Europe peut être copiée dans un cours sur la géographie française.

Il est très facile d’exporter la carte sous forme d’image PNG : la carte mentale qui illustre cet article a été produite de cette façon.  Il suffit de cliquer sur le bouton « Download PNG« .

Le bouton « Share » permet de partager via les médias sociaux, mais aussi d’envoyer un lien à un ami ou d’intégrer la carte dans un site web par des « iframes ».

L’exportation de la carte mentale vers les notes Examtime est également intéressante.  Je me suis livré à cet exercice en me demandant si les notes de la  mindmap seraient reproduites dans la note Examtime.  Voici le résultat de l’export de la carte mentale vers la note :

Le contenu de la mindmap dans la note Examtime

Conversion de la mindmap en note

J’ai d’abord cru que toutes les notes avaient disparu.  En effet, la note m’affiche les sujets principaux de la carte mentale sous forme de colonnes et me montre également les deux images insérées dans la carte.

Ensuite, sous chaque titre de colonnes, figurent les sous-sujets, mais tous alignés au même niveau.  Par exemple, « Texte » et « Sujets » étaient des sous-sujets de « Formats » : ils sont au même niveau et tous les sous-sujets des niveaux suivants sont listés sans qu’on puisse dire à quel sous-sujet de niveau supérieur ils appartiennent…  C’est dommage.  Une exportation avec indentation comme dans XMind ou Mindmeister aurait été plus éclairante.

Les notes de la carte mentale  dans les Annotations de la note Examtime

En fait, les notes que j’avais intégrées dans la mindmap n’ont pas disparu, contrairement à ce que je pensais, horrifié, en découvrant la note Examtime.

En fait, en cliquant sur le bouton vert « Annotations« , on découvre toutes les notes réparties en colonnes selon les sujets de la carte mentale auxquels elles sont liées.

Les notes de la carte mentale

En conclusion

Voici une application de mindmapping en ligne vraiment intéressante pour les étudiants qui veulent étudier ensemble.

Bien sûr, tout n’est pas parfait : l’intégration des images dans les branches de la carte mentale ou des imports-exports plus variés auraient été les bienvenus.  Le manque d’interopérabilité – posibilité d’échange avec les autres logiciels de mindmapping – risque bien d’être un handicap à moyen terme.

Mais dans l’ensemble, voici un outil particulièrement bien pensé, facile à prendre en main et parfaitement bien intégré dans la suite logicielle Examtime.

Un outil dont je suivrai l’évolution au cours des prochains mois.

Lien : Examtime Suite en ligne gratuite.  Pour vous former aux méthodes d’apprentissage ou au mindmapping, visitez la page Formation de mon site.

Vous avez aimé cet article ?  Inscrivez-vous à ma newsletter vous  ne raterez plus aucun article ou événément, et vous bénéficierez d’importantes réductions exclusives sur nos formations !

50.9686775.824968
Catégories
Logiciels Test

Mind42 : du mindmapping collaboratif gratuit et en temps réel

J’ai essayé l’application en ligne gratuite Mind42 et je suis agréablement surpris : ce logiciel de mindmapping est un outil collaboratif en temps réel.  Même si l’esthétique laisse un peu à désirer, les prestations en matière d’exportation, d’intégration de liens ou de notes, l’ergonomie de l’ensemble ont constitué une bonne surprise.

J’avais un a priori plutôt négatif à l’égard de Mind42, qui me paraissait vieillot avec son graphisme très « carré », très rectiligne.  C’est un article sur Classe Mapping, l’excellent blog de Lucas Gruez, qui m’a donné envie d’aller voir d’un peu plus près.  Il avait utilisé Mind42 pour un travail collaboratif en classe.

J’ai donc testé cette application de mindmapping collaboratif exclusivement en ligne et voici ce que cela donne.

Une application gratuite et qui le restera

Mind42 est une application développée par Irian Solution, une entreprise d’informatique basée à Vienne, en Autriche.  Le nom de ce logiciel de mindmapping vient du livre de Douglas Adams, The Hitchhiker’s Guide to the Galaxy (en français, le Guide du voyageur galactique, une traduction qui perd malheureusement de la puissance humoristique de l’original, guide de la galaxie pour l’autostoppeur…)

Dans ce livre (ou plutôt cette trilogie en 5 volumes, comme l’appelait son auteur) la réponse à la Grande Question sur la vie, l’univers et le reste était, au terme de plusieurs millions d’années de calcul d’un super-ordinateur : 42 !

Ce nombre devenu culte chez les geeks (je ne vise personne, suivez mon regard !) a été repris à de nombreuses fois, notamment pour la célèbre école d’informatique de Xavier Niels & Co.

Mais les concepteurs de Mind42 affirment que la célèbre réponse n’est pas la seule raison de l’adoption de ce nom étrange : il faut prononcer 42 « four-two » ou « for two », afin de mettre l’accent sur l’aspect collaboratif du logiciel.

Celui-ci étant un « produit dérivé » de l’activité de l’entreprise, ses concepteurs ont voulu lui conserver le caractère gratuit.  Les seuls revenus générés par l’application sont des publicités, parfois un peu envahissantes, il est vrai.  On peut aussi s’en débarrasser en payant une obole de 9,99 euros par an ou de 29,99 € pour la formule « à vie ».

Une esthétique un peu sommaire, très rectiligne

J’ai donc créé une première mindmap que voici et qui reprend l’ensemble des dimensions que j’ai explorées.  Vous pouvez aussi découvrir cette mindmap en ligne sur Mind42, puisque cette application permet de diffuser des cartes publiques.

Carte Mind42 réduite

Ceci n’est pas le résultat d’une exportation vers PNG, mais une capture d’écran : il n’est pas possible d’exporter l’image d’une carte réduite : il faut exporter la carte entièrement déployée, ce qui donne ceci :

Carte Mind42 entièrement déployée

L’exportation au format image PNG fonctionne parfaitement.

Par contre, je le disais d’entrée, le côté esthétique est le parent pauvre de cette application de mindmapping et c’est un peu dommage.

Les branches sont très droites, les cartes d’apparence très carrée, très rectiligne.  Le visuel est un peu pauvre, avec des couleurs à peine visibles, des sujets qui ne peuvent prendre qu’une seule forme – la ligne droite – des images qui s’intègrent par URL uniquement, ce qui est loin d’être toujours pratique.

Les icones sont peu nombreuses et un peu basiques, il faut bien le dire, mais leur intégration est aisée : un clic sur le menu de gauche, sur l’étoile et on peut sélectionner l’icone voulue.

Collaboration en temps réel ou synchrone

La collaboration en temps réel – ou synchrone – avec d’autres personnes se fait sur invitation.  La personne qui invite envoie un e-mail aux personnes avec qui elle souhaite collaborer en ouvrant un menu – voir ci-dessous.

Invitation à collaborer sur la mindmap

Lors du travail en collaboration, une icone avec le nom de chacune des personnes indique qui est actif en ligne.   Simple mais efficace.

 Intégration de notes, hyperliens et des tâches

 

a) Intégration des Notes

Un clic sur l’icone Note provoque l’ouverture  d’un éditeur sous forme d’une fenêtre avec possibilité de créer un titre, des listes à puces ou numériques et de mettre les mots en gras.  Mais, malheureusement, pas de possiblité de modifier la taille des caractères, ni de mettre les mots en italique.

 La création de notes est donc très simple, mais l’éditeur se révèle un peu rudimentaire.

 b) Intégration d’enrichissements graphiques

 Ici, pas d’enrichissements graphiques : pas de relations – flèches liant les sujets – pas de limites ou nuages.

 Il n’y a donc pas moyen de souligner l’importance d’un groupe de sujets, par exemple, ni de montrer des relations entre des concepts posés sur des branches différentes.

 c) Intégration d’hyperliens

Ici, par contre, une bonne surprise : l’intégrateur d’hyperliens se montre à la fois simple et complet puisqu’il permet d’intégrer des URL  de sites web, des articles au choix de Wiki Link – la recherche s’effectue par mots-clés – ou une adresse email.

On peut aussi intégrer un hyperlien vers une autre mindmap issue de sa liste personnelle et la transformer en mindmap secondaire.  C’est très pratique pour créer une « chaîne » de mindmaps liées les unes aux autres.

 d) Intégration d’informations de tâches

Ici aussi, c’est très simple : l’intégration de todos se fait d’un clic et permet d’intégrer différentes données assez complètes :

  •  Taux d’achèvement
  • Niveau de priorité (Haut, normal ou bas)
  • Date d’échéance
  • Description de la tâche

Ce qui donne un affichage du type suivant :

 Montrer le dispositif de gestion des tâches – Normal priority – 50% – 01/22/2014

Ergonomie de l’application

L’ergonomie de l’ensemble est plutôt bonne.  L’ajout d’une branche de même niveau s’opère par le signe + au bas du sujet, ce qui s’avère trop lent pour travailler en live mapping, par exemple.

Mais il existe toute une série de rraccourcis clavier qui accroissent la vitesse d’exécution.

Le déplacement branches s’effectue d’un simple glisser-déposer, ce qui est très pratique pour un brainstorming ou une recherche de groupe en classe, par exemple.

Une Vue à vol d’oiseau – ou Birdview dans le jargon Mind42 – est aussi un élément intéressant : elle permet à tout moment de voir où on en est, de se déplacer dans une carte de grandes dimensions.

La fonction Zoom in/out est également très pratique.  On déploie ou réduit toutes les branches d’un clic sur l’icone du menu du haut, très pratique aussi.  On peut également déployer les sujets un par un avec le signe plus, ce qui donne la possibilité de présenter le contenu par branche ou par groupe de branches.

Par contre, il n’y a pas de module « Présentation », ce qui est dommage pour un logiciel qui se veut essentiellement collaboratif…

Révisions des différents stades de construction de la mindmap

 L‘application Mind42 effectue des sauvegardes automatiques de toutes les modifications de la carte mentale.

 Le choix du stade des révisions que l’on veut visionner s’opère par le menu du bas.  Le logiciel laisse le choix entre plusieurs versions selon le temps, comme le montre le menu ci-dessous :

Menu révisions

 Cela permet de voir où on en est, mais surtout comment on en est arrivé là.  Ce qui en cas de travail collaboratif est précieux, car chacun peut voir les évolutions d’une carte réalisée par d’autres pendant son absence.

Formats d’Importation et d’Exportation de Mind42

Mind42 importe uniquement le format Freemind, mais c’est un format qui s’est imposé comme standard.  On peut donc « récupérer » aisément des cartes créées avec XMind ou MindMeister, par exemple.

Les formats d’exportation, par contre, sont plutôt riches, surtout pour un logiciel gratuit :

  •  PDF : c’est le format que Mind42 utilise comme base de l’impression des cartes mentales
  • RTF ou texte enrichi : ouvrable et éditable avec Word ou tout autre traitement de texte
  • Formats d’image : JPG et PNG
  • Logiciels de mindmapping : Freemind et Mindjet MindManager
  • OPML : le format d’échange standards pour les logiciels de mindmapping
  • Mind42 : les cartes sont créées en ligne, mais peuvent être téléchargées et intégrées dans un email, par exemple

Le tout se fait de manière très simple ici aussi : en sélectionnant le format d’exportation dans le menu qui s’affiche.

Exportation au format d’image PNG

Système d’exploitation et navigateurs

Mind42 est une application en ligne, elle ne dépend donc pas du système d’opération de votre ordinateur.  Elle a été créée en HTML5 et CSS3.

Elle exige donc, pour fonctionner correctement, des navigateurs récents, tels que :

  • Mozilla Firefox
  • Chrome
  • Safari
  • Internet Explorer 9

Mais, c’est un logiciel propriétaire, vous ne pouvez donc pas utiliser le code source.  Par contre, ces concepteurs semblent assez ouverts aux développeurs et aux collaborations.

Communauté de Mind42

 Mind42, ce n’est pas qu’une application de mindmapping en ligne, c’est aussi un Blog qui informe régulièrement des nouveautés.

 C’est également un Forum actif et dynamique, où les utilisateurs s’aident mutuellement.

 Au niveau de l’aide, celle-ci ne peut se faire sur l’application qu’à travers un bouton « Help » qui renvoie vers le guide assez complet. Malheureusement, c’est une manoeuvre qui vous oblige à sortir de la carte et vous fait donc perdre du temps.

 Mind42 permet aussi la Publication de cartes avec les autres utilisateurs de la même façon que MindMeister ou XMind.

 On peut également choisir de partager ses mindmaps par des liens avec des personnes sélectionnées ou rendre ses cartes publiques, comme je l’ai fait pour celle qui illustre ce billet.

Conclusion : un logiciel de mindmapping réellement gratuit et collaboratif

Donc, à ma grande surprise, Mind42 se révèle plutôt bon !

Le côté le plus faible est sont esthétique un peu trop rectiligne à mon goût, mais pour le reste, l’application en ligne présente des caractéristiques très intéressantes.  Notamment en matière d’intégration de liens, de notes, d’exportations, d’importation au format Freemind, etc.

Son prix en fait une excellente solution pour les étudiants, qui apprécieront sans doute le côté collaboratif pour les travaux de groupe.  Mais ausi pour tous ceux qui veulent profiter d’une application de mindmapping collaboratif simple sans rien débourser.

Vous avez aimé cet article ?  Inscrivez-vous à ma newsletter et ne ratez plus aucun article ou événément !

50.9686775.824968
Catégories
Gestion du temps GTD Logiciels Mind Mapping MindMeister Outils Projets Test

Test logiciel mindmapping : Getting Things Done avec MindMeister

Je suis en train de tester les fonctionnalités du logiciel de  mindmapping MindMeister.

Et j’ai voulu voir à quel point on peut adapter les cartes cognitives de ce logiciel à la méthode Getting Things Done de David Allen.

Voici les résultats de mes divers essais.  Je peux déjà dire que je suis ébloui par les performances de ce logiciel !

Je l’avais promis lors de mon dernier article sur le logiciel de mindmapping MindMeister, je l’ai donc fait : un test sur les performances de MindMeister en application avec la méthode de productivité de David Allen, Getting Things Done.

Et les résultats sont au-delà de mes attentes.  Pas grand-chose à redire sur les performances de MindMeister.   Le logiciel est flexible et sa gestion multi-cartes est un atout sérieux.  De même que la liaison avec le calendrier Google ou les notification par e-mail.

Mais procédons par ordre !

Une carte GTD personnelle

Petit rappel : la méthode Getting Things Done – GTD en abrégé – inventée par le consultant américain David Allen est basée sur le rassemblement en un seul lieu de toute l’information qui nous arrive.  Ensuite, ces informations sont distribuées dans divers répertoires ou documents selon la nature des actions que nous en tirons.  Car le but de la méthode, c’est bien d’augmenter la productivité sans stress.

J’ai donc reproduit ces différents répertoires sur une carte MindMeister que voici.  Cette carte GTD exemple est publique.  Vous pouvez la consulter librement.

Mon GTD sur MindMeister

L’agenda est l’endroit où je vais stocker toutes mes tâches pour lesquelles existe une deadline, une date-limite.  Et exclusivement ce type de tâches.

Prochaines actions est un répertoire contenant mes prochaines tâches pour lesquelles je n’ai pas de date-limite.  Je sais que je devrai les accomplir dans un délai plus ou moins court, mais je n’ai pas de date précise.

Le planning est l’endroit où je vais rassembler mes projets : en jargon GTD, un projet est toute action qui comporte plusieurs tâches.  Par exemple, remettre une offre de formation est un projet : car je vais devoir relire les notes prises lors du premier contact avec l’entreprise,  établir le plan de cette offre, en rédiger un premier jet, la corriger et en réécrire ce qui ne me paraît pas suffisamment bon, etc.

En attente, je place toutes les actions que j’ai déléguées ou pour lesquelles j’attends confirmation d’une autre personne.

Et « un jour peut-être » est le répertoire des souhaits, des choses que j’aimerais faire, mais pour lesquelles je n’ai pas de temps maintenant…  Par exemple, j’aimerais suivre une formation en HTML5, j’ai repéré un centre de formation qui propose un cours qui me convient, mais pour l’instant je suis déjà les cours de certification de HootSuite et je n’ai donc pas le temps matériel de suivre un autre cours.  Mais comme la formation proposée m’intéresse, je la sauvegarde dans ce répertoire pour la retrouver quand j’en ai besoin.

Pour être complet, je devrais ajouter un répertoire « Références » pour y conserver tous les documents qui n’entraînent aucune action, mais qui contiennent une information intéressante.  Cette carte-ci a été conçue pour l’action et je n’ai donc pas encombré ce document avec une branche supplémentaire.  Si je rencontre ce type de documents, je le sauvegarderai ailleurs.

Enfin, les actions de moins de deux minutes doivent être exécutées immédiatement, puisque le temps de les encoder dans mon système serait égal sinon supérieur à deux minutes !  C’est une façon de s’assurer que nous n’accumulons pas des petites actions non-accomplies qui nous pourrirons un jour la vie…

L’agenda : programmer les tâches

Menu Tâches MindMeister

MindMeister permet d’encoder facilement les tâches dans les sujets.  Pour cela, j’utilise le sous-menu « Tâches » dans le menu « Propriétés » affiché à droite de mon écran.

Ce menu permet de déterminer le niveau de priorité d’une tâche, de 1 à 7.  L’avancement affiche l’état d’accomplissement de la tâche, de « non-démarré » à « achevé » en passant par 25 %, 50 % et 75 %.

« Echéance » est bien entendu la date-limite ou deadline de la tâche.  Cette tâche peut être assignée à une personne.  Il suffit de cliquer sur le champ vide pour ajouter automatiquement le nom du propriétaire du compte ou les noms encodés précédemment.

Le niveau avancé du menu « Tâches » affiche aussi la durée en nombre d’heures,  de jours, de semaines ou de mois.

Pour supprimer les informations de tâches, il suffit de cliquer sur le panneau « sens interdit » en bas à gauche du menu « Tâches« .

Enfin, la petite roue dentée, tout à fait à gauche, en bas du menu, permet d’introduire des données automatisées : il suffit d’introduire une première fois les informations de tâches que vous utilisez le plus souvent – votre nom, le niveau de priorité, etc. – et lorsque vous cliquerez sur cette roue la prochaine fois, les données s’afficheront automatiquement.  Il vous suffit alors de changer uniquement la date d’échéance ou le niveau de priorité, le cas échéant.

Rappel des tâches par e-mail

L’option « Avancé » du menu « Tâches » comporte aussi un élément extrêmement intéressant pour la gestion de projets en général et pour la méthode Getting Things Done en particulier : un système de notification des tâches par e-mail.  Vous choisissez la date de rappel en cliquant sur l’onglet comme indiqué ci-dessous.

Sélection de la date de notification par email

Ce délai de rappel est également conditionné par les paramètres de votre compte.  Si vous avez demandé un rappel quotidien, vous recevrez chaque jour un e-mail comme celui-ci.  L’e-mail détaille les tâches qui sont en retard ou arrivent bientôt à échéance.

e-mail de rappel des tâches

Par contre, MindMeister ne permet pas d’indiquer d’heure de début ou de fin d’une tâche.  Vous devez donc les indiquer dans votre sujet ou en note.

Contrairement à MindMaple, MindMeister n’inclut pas nom plus de champ « Ressources » dans les tâches.  Mais vous pouvez aussi les répertorier en sous-sujets de vos tâches ou en note.

Vue de l’agenda GTD dans MindMeister

Voici une vue du sujet Agenda dans ma carte GTD.  (Cliquez sur l’image pour l’agrandir).

Détail de mon répertoire « Agenda »

Vous pouvez voir tout le détail des tâches dans chacun des sujets.  Pour le premier sujet, je dois rappeler une personne : en fait lui envoyer un e-mail pour lui demander où en est la proposition de formation que je lui ai envoyée.  La tâche est programmée pour le lundi 15 avril, soit aujourd’hui.  La flèche à côté du texte « Proposition Lxb » est un hyper-lien qui me permet d’ouvrir directement un e-mail adressé à la bonne personne à partir de ma carte MindMeister.

« Travail forcé » est un article que je veux proposer à un éditeur en chef.  Tâche également programmée pour le 15 avril.  Il y a également un hyperlien vers l’e-mail de cette personne.  Prochain bouclage de ce magazine, le 29 avril : si l’article est accepté, l’article devra parvenir à la rédaction au plus tard à cette date, pour midi.

Dans le sujet « Lire articles » vous remarquez un surlignage en jaune : c’est une indication que cette tâche est venue à échéance.  Je devais lire les articles sur le sujet ce dimanche 14 pour être en mesure de proposer le mien le 15 matin.   De même, le sujet « Relire notes » est arrivé à échéance.  Il s’agit d’une action programmée qui fait partie d’un projet de formation.  Je dois relire les notes prises lors du premier contact avec une entreprise afin de structurer  et rédiger une proposition de formation pour cette entreprise.    Le sujet « Supports » au-dessus, est une autre action programmée dans ce projet : concevoir des supports de communication pour que la responsable RH puisse annoncer ce module aux cadres participants.

Toutes les tâches reprises dans mes différentes cartes MindMeister peuvent être consultées en un endroit, comme un planning dans votre calendrier Google : la liste des tâches dans le menu « Mes Cartes », en cliquant sur la commande « Tâches ».  Elles s’affichent alors comme ceci :

Visualisation dans Mes cartes – Tâches

Les tâches en retard sont signalées par une étiquette orange « overdue » et l’échéance reprise à droite.

Certaines de mes tâches apparaissent en double car elles figurent dans deux cartes différentes : ma carte GTD Marco et la copie que j’en ai réalisée : Exemple Blog.

En conclusion

MindMeister est un outil idéal pour travailler avec la méthode GTD.  Ses fonctions de gestion des tâches et de cartes secondaires en font un outil très adapté.  Les notifications par e-mail sont également très intéressantes pour qui gère des projets complexes.  Il existe aussi une fonction dont je n’ai pas encore parlé et qui fera l’objet d’un prochain article : l’intégration des tâches d’une carte MindMeister dans un calendrier Google ou iCal.  Cette fonction assure la mise à jour et la synchronisation de votre calendrier préféré avec votre carte GTD MindMeister.   Et dans un troisième article je vous parlerai plus en détail de la  fonction GeistesBlitzes en lien avec Getting Things Done.  Avec l’ensemble de ces outils, vous pouvez vraiment augmenter votre productivité de manière très significative.   Et tout cela en ligne, à plusieurs, de façon très fluide.

Vous avez aimé cet article ?  Inscrivez-vous à ma newsletter et ne ratez plus aucun article ou événément !

50.9686775.824968
Catégories
Applications Logiciels Mind Mapping MindMeister Outils Test

Test: Mindmeister, mindmapping multiplateforme et collaboratif

Dans la série de tests d’outils de mindmapping que je suis en train de conduire, j’ai essayé MindMeister.

Et j’ai été agréablement surpris : voici un logiciel vraiment multiplateforme, collaboratif en temps réel, qui intègre bon nombre de fonctionnalités intéressantes.

Jusque-là, je ne m’étais jamais beaucoup intéressé au logiciel de mindmapping MindMeister.  Son graphisme aux branches un peu squelettique ne me séduisait pas vraiment.  Et puis, j’ai vu ce que d’autres parvenaient à en tirer.  Et, lors de l’événement Biggerplate Unplugged de Paris, je dois reconnaître que j’ai été impressionné par la performance de Sir Thomas Thornton, le représentant de MindMeister.

Ce qui m’a frappé dans son discours, outre le fait qu’on puisse utiliser MindMeister en mode collaboratif en temps réel, c’est ceci :

 « Nous voulons rester simples.  Nous voulons nous concentrer sur l’essentiel du mindmapping.  Si vous cherchez une usine à gaz, ne venez pas chez nous ! »

 (Je cite de mémoire).  Voilà un discours qui me plaît bien et qui plaît aussi à mes clients, pour l’essentiel des PME ou des associations qui n’ont pas besoin de fonctionnalités chères et superflues.  Mais qui veulent un produit fiable et efficace, à la fois complet et simple à prendre en main.

MindMeister répond-t-il à ces critères ?  C’est ce que j’ai voulu vérifier.

Un contenu largement paramétrable

J’ai donc testé le produit et je vous ai livré mes impressions sur cette carte (double-cliquez sur la carte pour l’agrandir au maximum).

Carte réalisée avec Mindmeister

D’abord, j’ai découvert que, contrairement à ce que je pensais, vous pouvez modifier les branches et les sujets à volonté : taille, couleur, forme, texte, etc.

MindMeister possède aussi sa propre banque d’images et d’icones, mais vous permet aussi d’en chercher d’autres sur Internet et d’utiliser les vôtres.  Mieux, il ajoute vos images à sa bibliothèque, vous permettant de les réutiliser plus rapidement une prochaine fois.

Menu MindMeister

J’ai particulièrement apprécié l’ergonomie : tout est à portée de main : les commandes essentielles sont regroupées dans un menu en haut à droite de votre écran.

Elles vous permettent d’intervenir sur le format du texte, sa couleur, la forme des sujets, leur couleur.   La forme, la couleur et l’épaisseur des limites.

Vous pouvez aussi insérer des icones et des images via ce menu.

Et surtout, vous pouvez intégrer des notes – l’éditeur peut être réduit comme sur l’image pour une note simple, ou agrandi en cliquant sur le lien « avancé… » en bas à droite.   Dans ce cas, la case s’agrandit en une fenêtre qui comporte des outils d’édition : tailles et polices de caractères, couleurs, insertion d’images, copier/coller, etc.

L’onglet « Liens » permet d’intégrer des hyperliens dans vos sujets.  Ces liens peuvent renvoyer vers des sites Web – Mindmeister vous suggère même des sites traitant du sujet ! – vers un autre sujet de la même carte ou d’une carte mentale présente dans votre liste personnelle.  Ou encore, vers une adresse e-mail.

La commande « Fichiers » sert à intégrer des fichiers de différents formats dans votre sujet : Word, Excel, etc.  Vous pouvez choisir de les sélectionner depuis votre disque dur, mais aussi depuis Dropbox, Google Drive ou Evernote.  Vous pouvez aussi glisser-déposer un document dans l’encadré : MindMeister se charge du reste !

Gestion de projet : rappels par e-mail et liaison avec votre agenda !

Le dernier onglet de la série « Tâches » concerne la gestion du temps et de projets.  J’ai particulièrement apprécié cette partie du logiciel.  Car non seulement MindMeister vous permet d’intégrer l’heure de début et de fin, la durée de l’action, la personne responsable, etc.  Mais surtout, vous pouvez demander à recevoir un email de rappel d’une tâche ou lier cette carte à votre calendrier Google Agenda ou iCal sur Apple !

De quoi ne plus rien oublier !

Je suis curieux de tester la méthode Getting Things Done sur une carte MindMeister !

Autre caractéristique intéressante de MindMeister : il est multiplateforme.  C’est un logiciel en ligne qui permet de travailler depuis un PC, un ordinateur Mac, un iPhone ou un iPad ou encore une tablette Androïd.   Je n’ai pas encore testé l’application iPhone, mais je compte le faire dans les tout prochains jours et je vous tiendrai au courant !

La communication avec Google Drive est très fluide, tout comme celle de MindMup dont je vous rendais compte hier.  Je n’ai pas encore vraiment testé la collaboration en ligne non plus.  Ce sera également le sujet d’un prochain post.

Présentation et révisions

Par contre, j’ai pu tester le module de présentation et j’ai été bluffé : le système fonctionne à partir de sélection des sujets qui sont « convertis » en slides.  La transition entre ces slides se fait par déplacements, par zooms ou par floutage.  C’est très fluide, on ne perd pas la vision d’ensemble de la carte.  Cela rappelle assez le module de présentation de Novamind.

Le logiciel comprend aussi un outil de révision qui permet à tout moment de revoir toutes les étapes de construction de la carte mentale : celle-ci peut être visionnée comme une présentation avec les différentes phases qui s’affichent à la vitesse voulue.  C’est une fonctionnalité très intéressante quand on travaille à plusieurs sur une même carte à des moments différents (collaboration asynchrone).

Importations et exportations de et vers de nombreux formats

MindMeister permet également de nombreuses importations et exportations.  Il importe du fichier texte, des cartes mentales XMind, MindManager ou FreeMind.

J’ai effectué un test avec la carte XMind suivante : une mindmap sur les objectifs Smaart que j’avais réalisée en début d’année 2012 (double-cliquez sur l’image pour l’agrandir) :

Carte XMind sur les objectifs Smaart

Et voici ce que ça donne après importation dans le logiciel de mindmapping MindMeister.

La couleur des branche a disparu, mais toutes les images sont présentes, ainsi que la relation entre les deux sujets « durée ».  Le sujet flottant avec mon nom et le logo Lingua Franca Academy est toujours à sa place.  La limite entre Adéquation et les sujets qui en dépendent est toujours présente.

Carte importée dans MindMeister

Dans une autre carte que j’ai importée depuis FreeMind, les hyperliens avaient également été conservés.  Je n’ai pas encore tenté d’importer du texte ou une carte contenant des informations de tâches.

MindMeister exporte aussi vers divers formats.  Selon l’option de prix que vous aurez choisie – gratuite, personal, pro ou business – le nombre de formats varie.

Pour la version la plus complète, il est possible d’exporter vers Word, PowerPoint, du texte RTF, PDF, XMind, FreeMind, MindJet, images PNG et JPEG,  documents en mode plan…

En conclusion

Comme je le disais en introduction, j’ai été agréalement surpris par la dernière version de MindMeister.  Même si je déplore le graphisme un peu basique des branches, le reste du logiciel m’a convaincu.  Un logiciel de mindmapping très complet, permettant d’intégrer de nombreux formats, d’échanger avec de nombreux logiciels, de gérer des projets en lien avec un agenda Google ou iCal, etc.  Et un logiciel collaboratif pour un prix raisonnable puisque les prix vont du gratuit pour la formule basique à 14.95 euros par mois pour la version business.   Le paiement annuel permet une réduction de 17 % sur le prix mensuel.

MindMeister est donc un logiciel de mindmapping très complet, convivial et à l’excellent rapport qualité-prix.  Il n’y a que les ânes qui ne changent pas d’avis…  Un logiciel que je continuerai donc à tester.  Et je vous tiens au courant, bien entendu.

Et vous ?  Avez-vous une expérience MindMeister ?

Vous avez aimé cet article ?  Inscrivez-vous à ma newsletter et ne ratez plus aucun article ou événément !

50.9686775.824968
Catégories
Applications Logiciels Mind Mapping Outils Test

Test application de mindmapping en ligne et open source : MindMup

Cela faisait deux semaines que je voyais passer sur Scoop it, sur Twitter ou d’autres réseaux sociaux le nom MindMup.

J’ai voulu en savoir plus sur cette application gratuite et open source de mindmapping en ligne.

Voici les résultats de mon test.

Depuis environ deux semaines, il ne se passe pas un jour sans que je voie apparaître quelque part le nom d’une nouvelle application gratuite de mindmapping : MindMup.  Une application open source et « sans friction » si on en croit le slogan de la marque.

Et une application proposée dans les applications Google Drive.   Cela tombe bien, je suis en train de tester toute une série d’outils en ligne et surtout qui permettent de collaborer à partir de Google Drive.

Et c’est sans doute le point le plus positif de cette application en ligne de mindmapping : elle fonctionne de façon très fluide avec Google Drive.   Les fichiers s’ouvrent et s’enregistrent sans problèmes, en une fraction de seconde.

Une liaison fluide avec Google Drive

J’ai donc réalisé une carte mentale avec MindMup en évaluant ses fonctionnalités.  Et je dois dire que je n’ai pas été très enthousiasmé.  A part la liaison fluide avec Google Drive, je n’ai pas trouvé grand chose de très positif.  Pour moi, une fois de plus, il s’agit d’un exemple de ce que Tony Buzan appelle le « proto-mindmapping ».  Il n’est pas possible, par exemple, d’intégrer des images, des relations ou des limites (appelées nuages dans certains logiciels de mindmapping) dans votre carte. (Cliquez sur l’image pour l’agrandir).

Carte mentale réalisée avec MindMup

MindMup permet de créer des cartes mentales très rudimentaires en ligne, gratuitement et sans aucune inscription.  Il est également open source ce qui permet de s’approprier le code et de le transformer en une nouvelle application.

Du mindmapping orienté texte

La création des cartes mentales est très intuitive : pour créer un sujet de même niveau, il suffit de taper Enter et pour un niveau en-dessous, de taper sur la touche Tab.

Pour insérer un lien dans un sujet, il suffit d’y copier le lien : lorsque le lien est sauvegardé, une icone en forme de deux maillons de chaîne apparaît à la droite du sujet.  Une icone peu discrète, d’ailleurs…

MindMup permet d’intégrer des « attachements » à vos sujets.  En fait, pour l’instant, on ne peut attacher que des notes à l’aide d’un éditeur.

Celui-ci permet pas mal de transformations du texte, comme l’atteste l’image suivante, ainsi que l’insertion d’images et d’hyperliens. (Cliquez sur l’image pour l’agrandir).

Editeur de note de MindMup

Si on ne peut modifier les branches, on peut toutefois changer celle des sujets.  Soit en utilisant le menu, soit par un raccourci-clavier un peu bizarre : Shift-barre d’espace et ensuite écrire le nom de la couleur.  C’est très vite lassant…

Par contre, comme je l’ai déjà dit, la connexion avec Google Drive est très fluide et les cartes sauvegardées sur votre compte s’affichent très rapidement sous forme de ces petits personnages amusants mi-cartes mentales, mi-pieuvres sympathiques…

Icones MindMup dans Google Drive

Fonctions d’exportation de MindMup

J’ai voulu tester aussi les fonctions d’exportation de MindMup.

D’après les concepteurs, on peut exporter les cartes MindMup vers Freemind, vers du texte au format txt, vers de l’HTML et vers une image de type PNG.

J’ai donc testé les différentes possibilités.

Pour l’image, c’est vraiment décevant.   MindMup vous propose une image réduite et toute en gris de votre carte.  Vous devez effectuer un clic droit sur cette image et choisir de sauvegarder l’image sur votre disque dur.  Ce que j’ai fait.  Et voici ce que ça donne :

Image PNG de ma carte MindMup

J’ai ensuite tenté l’exportation vers FreeMind.  J’ai donc exporté ma première carte MindMup vers le format FreeMind.  J’ai ouvert ma carte avec XMind puisque dans ma version du logiciel, je peux ouvrir directement toutes les cartes provenant de ce format.  Et voici le résultat :

Essai d’exportation vers FreeMind

Toutes les branches et les sujets sont présents.  Mais ils sont complètement inversés par rapport à l’original ! L’hyperlien intégré dans le sujet Insertion – Lien ?  est toujours là, mais sous forme de contenu non-actionnable.  Quand à ma longue note écrite avec l’éditeur de texte de MindMup, elle a purement et simplement disparu.

L’exportation vers le format TXT est plus convaincante : le texte est présent – sauf celui de l’éditeur, dommage ! – et suit la structure de la carte.  Le voici dans le bloc-note de Windows :

Ma carte MindMup exportée au format TXT

Il me restait à tester les fonctions d’importation depuis Freemind.  Ce que j’ai fait à partir d’une carte XMind que j’ai convertie en carte Freemind et que j’ai exportée vers MindMup.

Voici la carte originale :

Fichier Freemind à importer dans MindMup

Et voici à présent le résultat de l’importation de ma carte Freemind dans MindMup :

Carte mentale Freemind importée dans MindMup

Tout y est, et cette fois, dans le bon ordre : mais je n’ai pas mis de difficultés comme des hyperliens ou des attachements.

Les branches sont fluides, et la carte plutôt élégante dans sa structure.

En conclusion

pour moi, MindMup n’est encore qu’un logiciel de « protomindmapping » et non pas de mindmapping proprement dit.  Ses limites sont encore trop importantes, notamment au niveau des images, des attachements de documents, de l’intégration de relations, de limites, etc.

Ses importations-exportations sont limitées à la structure et au sujet, mais les éléments intégrés dans la carte sont perdus lors des transferts.  Son export vers le format image PNG en gris est particulièrement décevant.

Ses avantages sont surtout la gratuité, le fait de pouvoir dessiner une carte sans inscription.

En trois semaines, l’application aurait rassemblé quelque 35.000 inscriptions.  Et mobilisé un embryon de communauté, appelé à voter pour inclure de nouvelles fonctionnalités dans MindMup.  Il y a donc à parier que cette application gratuite évoluera très rapidement.  Affaire à suivre donc…

50.9686775.824968