Catégories
iMindMap Logiciels

iMindMap 7.1.2 : un nouveau style et une mise à jour gratuite

iMindMap, le logiciel signé Buzan et Griffith, sort sa nouvelle version 7.1.2 : pas de révolution mais des améliorations graphiques bienvenues et une mise à jour gratuite pour les heureux propriétaires d’une licence iMindMap 7.

J’avais dit tout le bien que je pensais de la version 7 d’iMindMap, surnommée « Caméléon » par ses concepteurs : du graphisme encore plus proche du dessin manuel, une rapidité accrue et une synchronisation avec Droptask, le plus visuel des gestionnaires de tâches en ligne.

Buzan et Griffith sortent à présent la version 7.1.2 de leur logiciel iMindmap.

iMindMap 7.1.2 : pas la révolution, mais des améliorations graphiques bienvenues

Ce n’est pas une révolution.  Il ne s’agit pas d’une vraie « nouvelle version » du logiciel, mais plutôt d’une mise à jour de la version 7.

La bonne surprise, c’est que le duo a bien tenu sa promesse : les mises à jour du plus graphique des logiciels de mindmapping sont désormais gratuites.   Si vous êtes l’heureux propriétaire d’une licence iMindMap 7, vous pouvez télécharger les mises à jours gratuitement : rendez-vous dans le menu d’ouverture du logiciel de mindmapping et cliquez sur « Vérifiez les mises à jour » (comme dans l’encadré rouge).

Fenêtre d’accueil d’iMindMap

iMindMap devrait télécharger les dernières mises à jour disponibles.  Celles-ci ne seront vraiment accessibles qu’après le redémarrage du programme.

Un nouveau style de mindmap : le « professionnel »

iMindMap propose un nouveau style de mindmap : le style professionnel.  Celui-ci est très carré, très « filaire » comparé au style habituel de Tony Buzan.  Est-ce une façon de concurrencer des logiciels plus « corporate », plus adaptés au monde de la grande entreprise, tels Mindjet ?

Désormais, lorsque vous créez une nouvelle mindmap, iMindMap 7.1.2 vous propose non seulement différentes images centrales, mais vous offre également le choix entre deux styles :

  • professionnel
  • créatif
Choix du style

Professionnel est un nouveau style très éloigné des conceptions buzaniennes du mindmapping : une adaptation aux vues des grandes entreprises que le style quasi-enfantin des mindmaps traditionnelles rebute un peu ?

Voici un exemple de mindmap réalisée avec la dernière version de iMindmap et le « style professionnel » (vous pouvez télécharger cette carte sur ma page Biggerplate et cela, gratuitement) :

Style professionnel d’iMindMap 7.1.2

 Le style « créatif » plus proche de la tradition buzanienne

L’autre style désormais proposé à la création d’une nouvelle mindmap, le style « créatif » est bien plus proche de la tradition buzanienne :

  • graphisme proche du dessin manuel
  • branches organiques
  • usage intensif des courbes et des éléments graphiques

Vous pouvez également télécharger cette carte gratuitement depuis ma page Biggerplate :

Le style « créatif » d’iMindMap 7.1.2

De nouvelles « images centrales » plus proches du flat design

En plus des nouveaux styles de mindmaps, iMindMap 7.1.2 propose 19 nouvelles « images centrales« , c’est-à-dire ces images utilisées pour créer le centre de la mindmap.

Ces images sont utilisées pour stimuler l’imagination, pour provoquer de multiples associations, plus nombreuses et créatives qu’un mot au centre de la carte mentale.  En effet, à l’inverse d’un mot, une image n’enferme pas dans le cadre étroit d’une définition, mais ouvre grand la porte à des interprétations multiples, à des connotations, à  des associations d’idées créatrices.

iMindMap 7.1.2 propose 19 nouvelles images centrales plus « corporate », plus proche du « flat design » et qui accompagnent idéalement le nouveau style de carte mentale « professionnel » proposé dans le même temps.

Nouvelles « images centrales »

iMindMap 7.1.2 propose également quelques nouvelles formes de branches dans la section « branch art » : des bulles, une sorte d’éclaboussure, etc.  De quoi enrichir encore la palette graphique du plus graphique des logiciels de mindmapping.

Conclusion

La mise à jour 7.1.2 d’iMindMap ne constitue certes pas une révolution technique.

Mais elle accompagne une évolution du logiciel vers un souci accru de plaire aux grandes entreprises par l’addition d’un style « professionnel » plus proche de celui d’un logiciel de mindmapping comme Mindjet, par exemple.

Elle offre aussi un certain nombre d’images centrales qui s’harmonisent parfaitement avec ce nouveau style.

Et, last but not least, le tandem Buzan-Griffith tient ses promesses : les mises à jour du logiciel sont désormais gratuites pour les propriétaires d’une licence précédente, iMindMap 7.

Bref, si vous souhaitez un logiciel très graphique, très proche esthétiquement du dessin manuel, optez pour iMindMap 7.1.2 et ses ressources graphiques inimitables.

 Vous avez aimé cet article ?  Inscrivez-vous à ma newsletter et ne ratez plus aucun article ou événément !

Catégories
iMindMap Logiciels Test

iMindMap 7 : l’efficacité alliée au plaisir de la créativité !

Thinkbuzan.com vient de sortir son nouveau logiciel de mindmapping : iMindMap 7.  Et il frappe fort !  L’intégration du gestionnaire de tâches Droptask, des possibilités graphiques étendues, un nouvel éditeur et une nouvelle cible, une nouvelle interface, un temps de chargement réduit, etc.  Petit tour d’horizon…

Ils l’annonçaient depuis quelques semaines, iMindMap 7, surnommé Chameleon, était sur le point de sortir… et de nous surprendre.  Pari réussi pour Tony Buzan et Tony Griffiths :  ce software se positionne comme le champion toute catégorie en matière de graphisme proche du dessin manuel !

Le Branch Art : un graphisme époustoufflant !

Cliquez sur l’image pour l’agrandir.  Vous pouvez aussi télécharger gratuitement cette mindmap du premier essai iMindMap 7 depuis ma page Biggerplate.

Le nouveau iMindmap Chameleon

iMindMap a toujours été très fort en graphisme, mais il faut reconnaître que le « branch art« , le nouveau design des branches en forme d’objet rapproche encore davantage le graphisme du dessin manuel.

Formes, couleurs, longueurs, etc.  Tout est paramétrable et c’est un vrai bonheur que de retrouver la joie du dessin.

Un nouvel éditeur plus ergonomique

Le nouvel éditeur est également plus ergonomique que le précédent.  Il s’ouvre à proximité de l’objet sur lequel on travaille et permet en quelques clics de régler l’image, le texte, la forme des branches ordinaires, branch art ou boîte.  Il permet aussi d’exporter directement des tâches vers Droptask, un éditeur de tâches très visuel dont je reparlerai bientôt.

L’éditeur permet évidemment de copier, coller, mais aussi d’insérer des notes écrites et audio, des hyperliens ou un nuage.

Une nouvelle cible d’insertion très pratique

Côté graphiques du type flowchart, l’insertion se fait dorénavant avec une cible très ergonomique elle aussi.  Un simple double-clic sur la branche fait apparaître la cible.  Il suffit alors de choisir l’objet qu’on veut insérer : une seconde mindmap sur la même page, un flowchart, un croquis à dessiner ou un texte flottant.

La cible, comme le nouvel éditeur, travaille très près de l’objet qu’on est en train de dessiner : ici aussi, l’ergonomie est à l’honneur.

La liaison avec le gestionnaire de tâches Droptask

iMindMap 7 a eu une très bonne idée : lier les tâches de ses cartes mentales avec le gestionnaire en ligne Droptask.  Une application dont j’ai déjà parlé et qui évolue énormément.  Une version Pro est prévue pour le début 2014 et la licence d’iMindMap 7 prévoit un abonnement gratuit de 6 mois à cette application.

C’est un coup de maître d’avoir lié deux applications visuelles comme iMindMap 7 et Droptask : les deux univers se rejoignent sur un plan esthétique et se complètent bien sur le plan des fonctionnalités.

J’explorerai cette liaison plus en détail lors d’un prochain article.

Une foule d’autres nouveautés

L’interface a été revue : le centre de gestion des cartes sur l’ordinateur et dans le cloud a été revu, il est plus clair et plus élégant que jamais.  Les modes de présentation ont également été simplifiés et de nouveaux environnement 3D ajoutés.

Pareil pour la banque d’images qui a été enrichie. iMindmap 7 est désormais disponible avec de nouvelles « skins » qui vous permettent de le personnaliser selon vos goûts.  Personnellement, j’ai un faible pour celle avec un bandeau noir et des icones très colorées 😉

Et – last but not least – le temps de chargement du logiciel a été réduit !  C’était vraiment un ds inconvénients majeurs de iMindmap 6 : le logiciel très lourd mettait un temps fou à s’ouvrir.  L’amélioration est très sensible, ce qui fait plaisir.  Même si l’ensemble est toujours gourmand en ressources : plus de 440 mégas sur votre disque dur et de la mémoire ram à gogo !

Mais le changement en vaut vraiment la peine : un logiciel encore plus efficace et qui offre encore plus de plaisir de créer !

Téléchargez gratuitement iMindMap 7 ici !

Vous avez aimé cet article ?  Inscrivez-vous à ma newsletter et ne ratez plus aucun article ou événément !

50.9686775.824968
Catégories
Uncategorized

Tutoriel : transformez votre carte mentale iMindMap en vidéo !

Avez-vous jamais rêvé de montrer une de vos présentations iMindMap en vidéo ?  Avec iMindMap 6 vous pouvez exporter facilement vos cartes mentales et en faire des animations percutantes !

Read this article in English !

Vous avez réalisé une belle carte mentale iMindMap et vous voulez en faire profiter le monde entier ?  C’est désormais possible, avec la version 6 d’iMindMap, le logiciel de Tony Buzan et de Chris Griffiths.

Vous pouvez télécharger gratuitement cette carte mentale iMindMap depuis le site de Biggerplate.  Cliquez deux fois sur l’image pour l’agrandir au maximum.

L’importance des jeux – carte iMindMap

Vous pouvez régler votre présentation et ensuite l’exporter sous forme de vidéo.  Et comme moi, vous pouvez choisir de poster votre vidéo directement par Youtube.

Une vidéo de votre mindmap sur Youtube

Voici comment procéder.

Dabord, réalisez votre mindmap comme d’habitude.

Ensuite, créez une présentation en cliquant sur le menu « Présentation » comme illustré ci-dessous :

Cliquez sur « Présentation »

Réglez votre présentation : autoprésentation, ordre de passage des branches, etc.

Ensuite, lorsque vos réglages sont terminés, cliquez sur le bouton « Export video » comme ci-dessous :

Bouton « Export Video »

Ensuite, si vous exportez une vidéo pour la première fois, le logiciel vous demande votre login et votre mot de passe (celui du compte Gmail qui gère votre chaîne Youtube).

Puis, vient une fenêtre de dialogue qui vous donne l’occasion d’opérer les réglages de votre vidéo : la résolution – j’ai opté pour 720 pp, ce qui prend un peu plus de temps mais donne de meilleurs résultats – le temps de pause de chaque branche, etc.

Réglages de votre vidéo

Et puis, s’affiche une fenêtre de dialogue dans laquelle vous entrez le titre de votre vidéo, une courte description et des mots-clés qui permettront à Google de retrouver votre chef d’oeuvre.   N’oubliez pas que Youtube, qui appartient désormais à Google, est aussi le deuxième moteur de recherche européen, bien avant Bing ou Yahoo, par exemple !

Fenêtre de description

Lorsque c’est fait, cliquez simplement sur le bouton « Upload » et iMindMap commence à exporter votre vidéo et la transfère vers votre chaîne Youtube personnelle.

Progrès du transfert vers Youtube

Enfin, vous recevez le message tant attendu : votre mindmap a été convertie en vidéo et est chargée sur Youtube !

Vidéo postée !

Vous n’avez plus qu’à vous rendre sur votre chaîne Youtube et à vérifier que tout fonctionne.

Mais, en réalité, iMindMap s’est chargé du travail : votre vidéo possède déjà un titre, une description et des mots-clés.  Que vous pouvez toujours modifier si vous n’êtes pas satisfait(e) du résultat !

Bien entendu, comme toute vidéo Youtube, celle-ci peut-être partagée, intégrée dans un site, etc.  C’est ce que j’ai fait avec la vidéo de ma mindmap sur l’importance des jeux. La musique a été ajoutée par la suite, dans la chaîne Youtube.

Amusez-vous bien !

Vous avez aimé cet article ?  Inscrivez-vous à ma newsletter et ne ratez plus aucun article ou événément !

50.9686775.824968
Catégories
iMindMap Logiciels Mémoire Mind Mapping Outils

Wine Mapping : dégustez votre vin avec une mindmap !

Dans un article de son blog, Hervé Bizeul propose une nouvelle méthode de dégustation : le Wine Mapping !

Read this article in English !

Dans un tout récent article de son blog Clos des fées, du nom de son domaine, Hervé Bizeul évoque la possibilité d’une « dégustation non-linéaire » et propose de lancer une nouvelle discipline : le Wine Mapping !

Il déplore aussi que les logiciels de mindmapping ne soient pas à la hauteur au niveau graphique.

Je l’ai donc pris au mot, et j’ai tenté l’expérience avec le logiciel iMindMap, créé par l’équipe de choc Tony Buzan et Chris Griffiths.

Voici le résultat de ma première expérience que je livre à votre jugement 😉  Vous pouvez aussi la télécharger gratuitement sur le site Biggerplate.

Ma première expérience de Wine Mapping

J’ai essayé de rendre le souvenir et les impressions de ce Lalande de Pomerol de 1982 et que j’ai bu dans le milieu des années 1990.  J’ai tracé cette carte sans aucune note.

Une description non-linéaire de la dégustation

Il s’agit ici de mémoire olfactive, qui est une mémoire prodigieusement longue.  Ce qui qui éveille les souvenirs chez Marcel Proust, ce n’est pas le goût de la madeleine, ce sont ses arômes, bien plus nombreux et plus riches.

Je retiens après toute ces années des impressions de chaleur, de nature intense, à la fois sauvage et tendre, et des arômes de pins des landes qui me laissent encore rêveur après tant de temps écoulé.

J’ai décrit aussi le lieu – un restaurant chinois – et le mariage du vin et des plats à la fois épicés et aigres-doux.  Le patron de ce restaurant avait été élu meilleur sommelier de Belgique.

Et enfin, je décris la finale en n’utilisant pas d’image, mais la longueur d’une branche et le caractère gras du texte d’une autre pour signifier la longueur en bouche et la puissance.

Et vous ?  Qu’en pensez-vous ?  Allez-vous aussi tenter la « dégustation non-linéaire » ?

Vous avez aimé cet article ?  Inscrivez-vous à ma newsletter et ne ratez plus aucun article ou événément !

50.9686775.824968
Catégories
concept map Logiciels Mind Mapping Novamind Outils XMind

Conférence : organisez vos idées et vos projets avec le mindmapping

Un outil pour vous faciliter la vie ?  Aussi bien professionnelle que privée ?

Pour prendre des notes efficaces ?  Pour ne rien oublier quand vous lancez un nouveau projet ?  ou quand vous partez en vacances ?

Une méthode pour aider le petit dernier à étudier ?

Essayez le mindmapping ! 

C’est le thème de la conférence gratuite et interactive que j’animerai le 6 mars prochain à La Forge à Liège.

S’il pouvait y avoir une méthode qui vous aide tant dans votre vie professionnelle que dans votre vie privée.  Un outil qui ne soit pas ennuyeux à utiliser.  Mais qui ne vous laisse rien oublier.  Qui vous permette de rassembler vos idées.  Des les ordonner de façon structurée.  Et donc d’écrire des documents qui tiennent la route.  De gérer des projets complexes sans rien laisser au hasard.

Bonne nouvelle !  Cet outil, cette méthode existe : c’est le mindmapping !

Mindmap réalisée avec iMindMap

Une méthode d’organisation des idées ludique, efficace et non-linéaire.   Une méthode accessible à tous les âges et pour tous les niveaux de complexité : du devoir d’école primaire à la thèse de doctorat ou au projet ICT.

Lorsque Tony Buzan a développé sa méthode, au début des années 1970, il visait surtout le développement personnel.  La prise de notes sur papier, la mémorisation, l’introspection.

Aujourd’hui, les logiciels de mindmapping – ou cartes mentales, en français – ajoutent d’autres dimensions à cette discipline.  Il est possible d’intégrer des documents Word, Excel, PDF, voire de la vidéo dans la plupart de ces logiciels.  On peut y inclure des liens vers les sites Internet intéressants.  On peut échanger ses cartes sur la toile, voire y travailler à plusieurs.

Structure de la conférence sur le mindmapping

Ce sont tous ces aspects que j’aborderai lors de cette conférence : le mindmapping dans ma vie quotidienne, dans ma vie professionnelle.  Que faire des logiciels ?  Combien ça coûte ?  Qu’est-ce que ça peut m’apporter à moi ?  Ou à mes enfants ?  Ou à mon entreprise ?

Une conférence interactive où vous aurez la possibilité de prendre la parole, de poser des questions.  Mais aussi de construire ensemble des mindmaps, des les poster sur Internet, de les télécharger à la maison après la conférence, etc.

Un premier rendez-vous avec le mindmapping et ses innombrables possibilités !

Informations pratiques

Le mercredi 6 mars 2013 à partir de 19h30

Espace de Coworking La Forge

Rue Cathédrale 58

4000 Liège – Belgique..

L’entrée est gratuite, mais nous vous demandons de vous inscrire via le formulaire sur le site de La Forge.

Catégories
Mind Mapping Outils Pédagogie

Mind maps: rubbish in theory, but handy in practice

See on Scoop.itRevolution in Education

It is a shame that perfectly good teaching tools are constantly being justified with hokum references to neuroscience, says Philip Beadle.

Marco Bertolini‘s insight:

« Les mindmaps sont sous-utilisées à l’école à cause de leurs association avec de la mauvaise science et avec Buzan, l’empereur de l’autopromotion ».

Un article pas tendre avec les justifications « scientifiques » de la carte heuristique, mais qui reconnaît que c’est un outil efficace.

Repenser les fondements scientifiques des outils visuels à la lumière des neurosciences, de la pédagogie et des sciences cognitives me paraît nécessaire si nous voulons continuer à diffuser ces instruments à l’école.

See on www.guardian.co.uk

Catégories
Logiciels Mind Mapping Outils

Usages du mindmapping papier ou électronique

Il y a les partisans du mindmapping manuel, sur papier.  Et il y a les tenants du mindmapping électronique.

Les uns et les autres aiguisent leurs arguments  et campent sur leurs positions.

Lequel est le meilleur ?  Lequel est le plus utile ?

Les deux ont des avantages et des inconvénients.  Et des contextes d’utilisation différents.

Passons-les un peu en revue…

C’est une carte publiée sur Biggerplate par Toni Krasnic, l’auteur de Concise Learning, qui m’a inspiré cet article.  Intitulée « Electronic Mapping vs Paper Mapping« , cette carte résume surtout les avantages du mindmapping électronique sur le mindmapping papier.

C’est vrai que les logiciels de mindmapping offrent des avantages indéniables : j’en suis un utilisateur fervent et quotidien.  Et je suis le premier à revendiquer les gains de productivité que j’en tire et dont j’ai déjà rendu compte dans mon article sur l’expérience commanditée par Mindjet.

Mais faut-il jeter le mindmapping papier pour autant ?  S’agit-il d’une technique aussi obsolète que les tablettes sumériennes ?

Non.  Certainement pas.  Et le papier a des avantages que la meilleure application électronique n’aura jamais.  Notamment quand il s’agit de prise de notes ou de contact face-à-face.

Comparons les avantages et les inconvénients des deux méthodes

(Cliquez sur la carte pour l’agrandir ou ici pour la télécharger depuis Biggerplate, la plus grande communauté de mindmappeurs au monde).

Votre mindmapping : papier ou logiciel ?

 Comme je le disais récemment dans l’échange organisé par Signos, les logiciels de mindmapping ont déjà transformé les usages du mindmapping.

Lorsque Tony Buzan a développé cette méthode, il avait surtout en vue le développement personnel, l’instrospection, l’amélioration de la compréhension et de la mémoire.

Aujourd’hui, les logiciels s’adressent de plus en plus à des équipes et les cartes s’échangent sur Internet.

Conservez le contact visuel lors d’entretiens

Le papier conserve pourtant sa raison d’être.  Si vous devez travailler en face-à-face, pour prendre des notes lors d’un entretien d’embauche, pour noter ce qu’un client potentiel vous dit de ses besoins, pour enregistrer ce qu’un malade vous dit de ses symptomes, utilisez le papier.

Si vous avez un peu de pratique, vous jetterez très rapidement quelques mots ou abréviations sur la feuille : vous n’avez pas besoin de beaucoup de temps et cela vous permettra un contact visuel plus important qu’en notes linéaires.  Tandis que l’écran des portables  vient se dresser entre vous et votre interlocuteur dans ce genre de situations.

Prendre des notes lors d’une conférence, ou noter une idée au vol dans le métro peuvent se faire rapidement sur une page de carnet.  Ou sur un smartphone ou une tablette si vous êtes un utilisateur averti.

Pour l’introspection, pour déterminer ses objectifs personnels, pour s’interroger sur soi, certains préfèrent le papier : les sensations tactiles les rapprochent de leur subconscient.  Personnellement, j’utilise aussi un logiciel pour ce genre de tâches, parce que j’écris plus vite au clavier, tout simplement…

Un extraordinaire outil de dynamique de groupe

Rien de tel qu’une énorme feuille de papier pour animer un groupe : pour connaître les attentes d’un groupe lors d’une formation ou d’une thérapie, pour définir un projet ensemble,  pour organiser un brainstorming, etc.

Jamais un logiciel n’aura cette dimension conviviale d’une feuille de papier de grand format étendue sur le sol et où chacun vient s’agenouiller pour compléter les détails d’une branche avec son marqueur !

Pour un brainstorming, venir ajouter « son » post-it à la galaxie qui figure déjà sur la carte accrochée au mur a une autre portée symbolique que de crier un mot qu’un secrétaire reporte sur le logiciel.  Même si ce dernier conservera plus facilement une version qu’on pourra ensuite envoyer à chacun des participants.  Mais en termes de dynamique de groupe, la feuille de papier de grand format, étalée sur le sol ou sur une grande table ou accrochée au mur recèle un pouvoir quasi-magique…

Des logiciels de plus en plus polyvalents

Les logiciels de mindmapping sont de plus en plus polyvalents et de plus en plus ouverts à leur environnement.  Tous, ils vous permettent d’échanger vos cartes avec d’autres, via des supports électroniques ou via le web, avec des plateformes dédiées ou par email.  Certains autorisent même le travail collaboratif en temps réel.  Ils vous permettent de modifier à l’infini vos cartes, d’en conserver les différentes versions, d’y intégrer des documents ou des hyperliens, de la vidéo, des notes audio ou écrites, de connecter les cartes entre elles, etc.

Vous pouvez choisir le ou les logiciels qui vous convien(nen)t parmi plus de 150 offres sur le marché.  Avec le cloud, vous pouvez concevoir une carte sur votre PC, la terminer sur votre portable et la transmettre à vos collègues.

Ce serait vraiment dommage de vous priver de cette richesse au nom de je ne sais quel respect du support papier ou de quelque bizarre nostalgie…

Avant d’effectuer votre choix, posez-vous les questions suivantes :

  • Quel est mon objectif ?
  • S’agit-il de quelque chose que je dois communiquer ?
  • Que je dois échanger ?
  • S’agit-il d’une carte strictement personnelle ?
  • Est-ce une version définitive ?  Ou quelque chose que je peux retravailler sur un autre support ?

Et vous choisirez votre méthode en connaissance de cause.

Et vous  ?   Quelles sont vos pratiques ?  Quel moyen choisissez-vous ?  Quel est votre mindmapping : papier ou logiciel ?  N’hésitez pas à partager votre expériences dans les commentaires !

Vous avez aimé cet article ?  Inscrivez-vous à ma newsletter et ne ratez plus aucun article ou événément !

50.9686775.824968
Catégories
Logiciels Mind Mapping Outils Pensée positive Test Uncategorized

Framindmap : du proto-mindmapping libre et accessible à tous

Framasoft propose du « mindmapping » en ligne et ouvert à tous, selon la philosophie open source du site.

Si le principe est prometteur, l’application elle-même l’est nettement moins.

A ce stade, on peut à peine parler de proto-mindmapping.

Framasoft est connu de nombreux internautes francophones comme LE site où trouver des applications et des logiciels libres, gratuits et de qualité.

Le portail offre aussi souvent de la documentation d’un bon niveau.

Nous nous attendions donc à ce que la nouvelle application en ligne qu’il propose soit de qualité.

Hélas, il nous faut déchanter.

Une application rudimentaire

Dans sa page de description de Framindmap, Framasoft nous dit que « l’interface est franchement fluide et intuitive » : c’est tout à fait vrai.

Mais une note de bas de page ajoute : « Mais plutôt rudimentaire si on le compare à un traditionnel logiciel de mind mapping en dur sur votre ordinateur comme Freeplane. »

C’est – malheureusement – encore plus vrai !  Pas de comparaison possible entre Freeplane, logiciel gratuit mais présentant de nombreuses fonctions de très haut niveau et cette application extrêmement basique proposée par Framasoft.

Mais, conclut, l’auteur de cette page : « Nous savons où aller pour de futures améliorations 🙂 ».  Connaissant la qualité du site, nous n’avons pas trop de doute que l’application évoluera dans un futur relativement proche.

Mais pour l’instant, « peut mieux faire ».

Une interface intuitive

L’interface de Framindmap est très intuitive.  Sur le fond blanc quadrillé de l’application, le sujet central est repérable immédiatement, le tout est très lisible.  Le « contrôleur » à droite de l’écran permet de changer la taille et la couleur de la police, la couleur des branches, etc. (Cliquez sur l’image pour l’agrandir).

L’écran de Framindmap avec ses menus interactifs

Des bulles d’informations – refermables d’un simple clic – vous donnent aussi des indications sur les outils et la façon de les utiliser.

La création des nouvelles branches est extrêmement intuitive : elle rappelle celle du logiciel de Tony Buzan, iMindmap.  Un point rouge apparaît à la fin de chaque branche et il faut le sélectionner en cliquant-maintenant pour ajouter une branche, la redimensionner et/ou la déplacer.

C’est effectivement très intuitif.

Création d’une branche

Avec le contrôleur, c’est très facile de changer les attributs des polices et des branches.   Le navigateur, à droite de l’écran, permet de repérer à tout moment où l’on se trouve dans la carte.

Par contre, nous déplorons l’absence totale d’images ou même de marqueurs, qui font partie de la définition même du mindmapping…

De même que l’absence de toute autre façon de visualiser les liens secondaires entre les concepts, comme les flèches, les accolades ou encore les limites – appelées « nuages » dans certains logiciels.

Tout un arsenal qui permet de compléter et de préciser l’information manque donc à l’appel.

Voici le résultat final de notre essai (Cliquez sur l’image pour l’agrandir).

Mindmap finale

Les branches sont élégantes, les couleurs sont bien visibles et concourrent à distinguer les concepts les uns des autres.

Mais l’absence totale d’éléments graphiques et de visualisation des liens secondaires entre les concepts nous font dire qu’il ne s’agit pas de mindmapping, mais plutôt, pour reprendre l’expression de Tony Buzan, de « proto-mindmapping ».

Dans sa page d’accueil de l’application, Framasoft précise tout ce que l’on peut faire avec le mindmapping (Cliquez sur l’image pour l’agrandir).

Ecran d’accueil de Framindmap

C’est clair que l’utilisation en ligne sans installation, ni incription est un concept séduisant.  Le logiciel est gratuit et accessible à tous, inutile d’insister sur cet aspect.  Nous n’avons aucun doute sur l’éthique de Framasoft et nous les croyons volontiers lorsqu’ils affirment ne conserver aucune donnée.  Ce que nous ne dirions pas de tous les logiciels en ligne…

Par contre, pour un brainstorming, je n’hésiterais pas une seconde et j’utiliserais le module Brainstorming de XMind.  Pour concevoir une leçon, je lui préférerai sans peine iMindmap, ses branches fluides et réellement organiques, ses images colorées et ses innombrables enrichissements graphiques.  Pour présenter un projet, j’utiliserais le Presenter de Novamind, qui reste pour moi le sommet de la présentation mindmapping.  Et si vous voulez travaillez gratuitement, préférez de loin Freeplane, avec ses fonctions nombreuses et de haute qualité !

Pour l’instant, Framindmap reste une curiosité, un projet appelé à se développer pour devenir une véritable application utilisable dans un contexte professionnel.  Et connaissant les animateurs de Framasoft, nous ne doutons pas un instant qu’ils savent quels chemins prendre pour y parvenir.

Vous avez aimé cet article ?  Inscrivez-vous à ma newsletter et ne ratez plus aucun article ou événément !

50.9686775.824968
Catégories
Coaching Entreprise Logiciels Mind Mapping Outils XMind

Mindmapping et entreprise : le coaching de collaborateurs

Comment assurer le coaching des collaborateurs ?  Comment revoir avec eux leur travail ?

Le coaching des performances offre une réponse élégante à ce type d’échange.

Avec le mindmapping, cela devient encore plus vivant, car il permet de visualiser la pensée de chacun.

Ainsi que les priorités sur lesquelles on s’engage.  Exemple en images.

Ce n’est pas évident de superviser ses collaborateurs.  Pourtant, si on veut augmenter le niveau de performance de chacun et maintenir une communication saine et efficace au sein de l’entreprise, un échange régulier est nécessaire.

J’aborderai cette question lors de ma conférence de Bruxelles mardi prochain : Mindmapping pour l’entreprise, au Loft Coworking Brussels, le 25 septembre à 19 heures.

Pour le canevas de cet outil, je me suis inspiré d’un exemple du livre de Tony Buzan, Mind Maps for Business.

Une carte mentale pour le collaborateur

Avant l’entretien, chacun établit une mindmap avec trois branches : feu vert, feu rouge et feu orange.

Tout le monde aura compris que les éléments repris sous le feu vert, sont très positifs, ceux sous le feu orange demandent de l’attention et ceux sous feu rouge sont les points faibles du collaborateur, qui demandent un changement radical…

Voici un exemple d’employé récemment engagé dans l’entreprise : Pierre.  (Cliquez sur l’image pour l’agrandir).

Carte de Pierre

Pierre se rend compte qu’il doit poser davantage de questions pour s’intégrer dans l’entreprise et mieux connaître son travail, son équipe, les clients, etc.

Une carte pour le superviseur

Richard, son supérieur hiérarchique, s’est livré au même exercice.  Ses constats sont quelque peu différents : c’est normal, notre perception est différente. (Cliquez sur l’image pour l’agrandir).

Carte de Richard

Certaines rubriques sont différentes, certaines sont identiques.  Mais les points d’attention diffèrent.  Pour s’assurer d’une certaine homogénéité, on peut créer un canevas pour l’entreprise tout en laissant quelques branches vides pour que les personnes puissent exprimer un point de vue original, faire des suggestions, etc.

La fusion des deux cartes

Ici, nous allons utiliser une fonctionnalité très intéressante de XMind Pro : la fusion de cartes.  Nous allons fusionner les cartes de Pierre et de Richard. (Cliquez sur l’image pour l’agrandir).

Cartes de Pierre et Richard fusionnées en une nouvelle mindmap

Les rubriques communes aux deux cartes ont été fusionnées, les autres ont été simplement juxtaposées.  Nous pouvons à présent visualiser l’ensemble des apports des deux personnes.

Le choix des objectifs

Mais cet exercice ne serait pas complet s’il ne prévoyait pas aussi de fixer des objectifs afin d’améliorer les performances du collaborateur.  Nous incluons donc des marqueurs de priorité 1 et 2 dans certaines des rubriques.  Ce sont les points sur lesquels Pierre et Richard ont décidé de se concentrer avant la prochaine séance de coaching.  Ceux à améliorer en priorité.

Ici aussi, nous pouvons utiliser une fonction intéressante de XMind : le filtrage.  Nous demandons au logiciel de filtrer les marqueurs de priorité 1 et 2.  Et il met en lumière les éléments que nous avons retenus comme prioritaires.  Cela permet non seulement de mettre l’accent sur ces points lors de la décision de ces priorités, mais aussi lors de la prochaine séance, lorsqu’il s’agira d’évaluer la progression du collaborateur. (cliquez sur l’image pour l’agrandir).

Carte fusionnée avec objectifs « mis en lumière »

Avec cet outil, non seulement je peux visualiser les apports de chacun, mais aussi les priorités que nous nous donnons pour la prochaine séance.

Cette fonctionnalité n’est disponible que dans la version PRO de XMind.

Découvrez davantage d’outils lors de ma conférence Mindmapping pour l’entreprise ou lors d’un de nos ateliers Mindmapping.  Consultez notre Page Agenda ou inscrivez-vous pour recevoir notre lettre d’infos !

Vous avez aimé cet article ?  Inscrivez-vous à ma newsletter et ne ratez plus aucun article ou événément !

Catégories
Apprendre à apprendre Connaissance Mind Mapping Outils Pédagogie

Couleurs et images en mindmapping : la puissance de la synesthésie

Pourquoi utiliser des couleurs et des images en mindmapping ?  Juste pour faire joli ?  Pour attirer le regard ?  En réalité, cet usage des couleurs et des images fait appel à une des facultés les plus puissantes du cerveau humain : l’association.  Et surtout, la synesthésie, c’est-à-dire l’association de plusieurs perceptions sensorielles différentes.  Explications.

Passionné d’outils visuels en général et de mindmapping en particulier, je surfe sans fin à la recherche de nouvelles cartes, de nouveaux exemples, de sources d’inspiration renouvelée.

Et souvent, je « trébuche » sur des cartes sans relief, sans couleur, sans image.  Parfois même, ces images ternes font l’objet de revendications, d’affirmations du genre : « je ne veux pas des conneries hippies à la Tony Buzan ! »

Avant la mise en forme XMind

Or, si l’aspect « starisation » du personnage Tony Buzan me paraît aussi excessive qu’à la plupart des lecteurs francophones, il faut quand même rendre justice à celui qui a inventé le concept de « mindmapping« .

Une technique héritée de la Grèce antique

Tony Buzan a raison.  L’utilisation de plusieurs canaux sensoriels en même temps afin de renforcer la compréhension et la mémorisation est utilisée depuis plus de 2.000 ans.   Elle fait même partie du fonctionnement de base de notre mémoire.

Dans son livre « Aventures au coeur de la mémoire« , Joshua Foer nous raconte comment les participants au championnat du monde de la mémoire arrivent à mémoriser des quantités d’informations par de simples associations : association d’une image bizarre, grotesque avec un mot ou un nombre.  Placé dans un endroit particulier, bien connu du champion, selon la technique millénaire du « Palais de mémoire« .

Ca  ne vous rappelle rien ?  Regardez la carte ci-dessus : les différents mots-clés sont placés selon une disposition spatiale particulière.  Cela reflète bien la structure des trois types d’attention : sélective, exécutive et soutenue (j’y reviendrai dans un autre billet).  C’est déjà une utilisation de l’espace qui rappelle le principe des palais de mémoire : chaque mot se trouve à un endroit précis de la carte.

Les trois branches dans trois zones différentes et la hiérarchisation des mots-clés selon leur distance relative par rapport à l’idée centrale facilitent déjà la compréhension.  Et donc, à la mémorisation, car on retient mieux ce que l’on comprend.

Les branches forment des « liens » entre les mots : c’est une autre façon de comprendre et de mémoriser les concepts.

L’apport du cerveau droit et de la synesthésie

Regardez maintenant la carte ci-dessous.  C’est la même.  Mais j’y ai appliqué les principes énoncés par  Tony Buzan.  A l’utilisation de branches et de mots-clés, j’ai ajouté celle des couleurs, des images et d’un lien supplémentaire sous forme de flèche. (Cliquez sur la carte pour la visionner et la télécharger depuis le groupe « Mindmaps francophones » sur Biggerplate).

Après la mise en forme XMind

Grâce à la couleur, la distinction entre les concept est plus aisée : en rouge, tout ce qui se rapporte à l’attention sélective.  En bleu, tout ce qui concerne l’attention exécutive et en vert tout ce qui est relatif à l’attention soutenue.

La flèche en bleu foncé à la droite montre clairement le lien supplémentaire entre certains processus mentaux de l’attention exécutive associés à la sélection des informations sensorielles.  Dans certains cas, nos processus mentaux sont directement liés à ce que nous percevons du monde autour de nous.  Dans d’autres non : si nous rêvons de vacances à la plage pendant le cours de mathématiques, ce processus mental ne dépend en rien de la voix du professeurs qui aborde les équations à deux inconnues du premier degré…

Enfin, les images viennent renforcer la compréhension.   Et la mémorisation.  Si vous réactivez votre carte – en la relisant, en la recréant, en suivant les branches avec vos doigts, en réfléchissant à la signification de chaque mot-clé et à son association, vous aurez plus de chances d’en mémoriser le contenu à long terme.

Solliciter différentes zones du cerveau

Aussi bien les champions de la mémoire – les actuels comme ceux de l’Antiquité – que les neurosciences nous montrent qu’il vaut mieux solliciter plusieurs canaux sensoriels afin de comprendre et de mémoriser.

Lorsque nous associons couleurs, images, mots-clé et positions dans l’espace, nous sollicitons des types de neurones différents, établis dans des zones différentes de notre cerveau.  De ce fait, nous créons de nouveaux liens entre ces différents neurones.  Cela renforce notre mémorisation.  Nous nous approprions mieux et pour plus lontemps une expérience qui a sollicité plusieurs sens.

Les images « hippies » de Tony Buzan remplissent la même fonction : plus elles sont grotesques, plus nous avons de chances de les retenir.  Car nous ne nous souvenons bien que de ce qui ressort du flux quotidien de nos expériences.

Un exemple ?  Entre 1905 et 2012, il a gelé suffisamment 15 fois pour organiser la plus célèbre course en patins à glace hollandaise : la Elfstedentocht.   Mais tous les Néerlandais de plus de 65 ans vous diront qu’à leur époque, les hivers étaient très rigoureux, il neigeait et gelait en permanence.  Oui.  15 fois en 107 ans !  Mais ce sont ces 15 fois-là que les vieux ont retenues.  Pas les 92 autres hivers sans gel profond…

Faites en sorte que vos mindmaps soient aussi mémorables que des hivers rigoureux ou des étés torrides : mettez-y de la couleur et des images !

Vous avez aimé cet article ?  Inscrivez-vous à ma newsletter et ne ratez plus aucun article ou événément !

50.9686775.824968