Catégories
musique libre de droits Ressources éducatives libres

Musique gratuite pour vos vidéos pédagogiques

Devenez Formatrice ou formateur en e-learning avec notre formation 100 % en ligne

Les concepteurs pédagogiques utilisent de plus en plus la vidéo pour leurs formations.  Mais où trouver la musique gratuite et libre de droit qui vous permettra d’habiller vos vidéos pédagogiques ?  Voici quelques sources libres et facilement accessibles sur le Web.

Article mis à jour le 4 juin 2021.

Vous faites des vidéos pédagogiques ou commerciales ?
Mais où trouver la musique gratuite ou libre de droits pour l’habillage sonore de vos vidéos ? Ou pour les musiques d’intro et outro de votre podcast ?

Voici quelques sources de musique gratuite / libre de droits pour vos vidéos, podcasts ou encore présentations.

Réseaux sociaux et plateformes qui proposent de la musique gratuite

YouTube : une bibliothèque entière de musiques et de sons

Vous ne le savez peut-être pas, mais YouTube vous propose une bibliothèque de musiques libres de droits que vous pouvez intégrer très facilement dans vos vidéos.

Des musiques, mais aussi, des sons d’ambiance, comme du verre qui se brise, des coups d’armes à feu, des crissements de pneu, etc.

Où trouver cette bibliothèque de musique gratuite sur YouTube ?

Sur votre chaîne, rendez-vous sur le « Creator Studio ».   Cliquez sur « Audio » et YouTube affiche automatiquement une bibliothèques de musiques.

La bibliothèque de musiques dans YouTube

Son concurrent Vimeo proposait des musiques libres de droits jusque fin 2016, mais il a cessé pour se consacrer à de nouvelles options dont je parlerai bientôt.

Facebook Sound Collection

Ce n’est un secret pour personne, Facebook ambitionne de devenir le Web à lui tout seul.  Il se transforme en portail incontournable qui draine une partie non-négligeable du trafic du Web.

Facebook investit de plus en plus dans la création de vidéo.  Il vient pour cela de mettre à disposition des Internautes une « collection de sons » pour illustrer vos vidéos.   Cette collection comprend à la fois de la musique et des effets sonores.

Un moteur de recherche interne permet de filtrer et de trouver un morceau ou un effet sonore par catégorie, ambiance, durée et type de chant.

La banque de son après filtrage

Lien vers la banque de son de Facebook.

Canva For Work : de la musique gratuite pour vos vidéos et présentations

Désormais, Canva For Work – dont j’ai déjà parlé dans cet article et dans celui-ci, sur le planificateur de publication – propose de la musique gratuite à insérer tant dans les présentations que dans vos vidéos. Même les visuels pour les réseaux sociaux peuvent être animés et contenir de la musique gratuite.

Ajoutez de la musique gratuite dans votre présentation Canva

Cliquez sur Éléments dans le menu de gauche, ensuite sélectionnez votre musique dans le menu Audio et la musique apparaît en bas à gauche de l’écran. Ceci sera le fond sonore d’une présentation transformée en vidéo autoplay au format « mobile first« , un format idéal pour le microlearning.

Lien vers Canva for Work.

Acta Music : la musique gratuite et libre de droit pour les créateurs

Une chaîne YouTube entièrement consacrée aux musiques libres de droit pour les créateurs de vidéo, mais pas seulement.  Acta Music propose d’écouter sur YouTube des musiques libres téléchargeables ailleurs (sur SoundCloud, notamment).

Acta Music : bandeau YouTube

Merci à mon ami David Moussebois, le Digital Maker, de m’avoir signalé cette ressource 😉

Un moteur de recherche spécialisé en ressources libres de droits

Creative Commons Search sur SoundCloud

Creative Commons Search est un moteur de recherche créé par la fondation du même nom.  C’est cette fondation qui est à l’origine des licences Creative Commons par lesquelles les auteurs de contenus multimédias peuvent renoncer à leurs droits d’auteur, en tout ou en partie.

Creative Commons Search propose une catégorie « Musique » sur SoundCloud, comme illustré ci-dessous.

Recherche de musique gratuite via CC Search

SoundCloud est un site de partage de fichiers audio sur le Web.  Via le moteur de recherche de Creative Commons, je peux rechercher directement des musiques libres de droits dans SoundCloud sur base d’une recherche par mots-clés.

Voici ce que donne une recherche sur les mots « Folk Music » dans SoundCloud via  Creative Commons Search :

Résultats de recherche sur SoundCloud

Sites spécialisés en musique gratuite ou libre de droits

En-dehors des plateformes et des réseaux sociaux, il existe également des sites spécialisés qui proposent de la musique gratuite ou libre de droit. En voici une sélection.

Free Music Archive – la musique gratuite par définition

Comme son nom l’indique, Free Music Archive est un site d’archives musicales.  N’allez pas croire pour autant que vous n’y trouverez que des vieilleries datant de l’époque des 78 tours !

Au contraire, Free Music Archive est un site riche en genres différents comme vous le montre l’illustration ci-dessous :

De nombreux genres musicaux représentés

C’est d’ailleurs sur Free Music Archive que j’ai trouvé la musique de mon Podcast Formation 3.0.

Bensound, une collection de musiques d’ambiance

Pour les musiques d’ambiance de mes vidéos, j’aime bien utiliser Bensound.  Le site propose un grand nombre de musiques gratuites (et quelques licences payantes pour des usages commerciaux).

Page d’accueil de Bensound

Framazic : Libérer la musique

J’ai déjà évoqué à de multiples reprises la plateforme Framasoft dans ce blog.  Cette association explore et propose de multiples applications dans tous les domaines.  Celui de la musique libre ne leur a pas échappé.  Sur Framazic, vous trouverez non seulement des éléments théoriques intéressantes sur la musique libre, mais vous pourrez aussi découvrir diverses plateformes libres, des producteurs, des artistes, etc.

La bannière de Framazic

Une ressource complète que je dois à Henri Willox, un prof belge qui se balade un peu partout sur notre belle planète bleue 😉

Au bout du fil

Cette plateforme sympa ne propose pas des tonnes de titres, mais elle a le mérite d’être très claire sur les licences et les droits d’usage des musiques proposées, ce qui n’est pas toujours le cas de ces sites de musique gratuite.

L’illustration un peu sci-fi d’Au bout du fil

Lien : Au bout du fil.

Whoo : 100% de musique gratuite et libre de droits

Whoo.fr est une plateforme française. Elle propose des musiques 100% gratuites et libres de droits. Toutes ces musiques sont distribuées sous licence Creative Commons. Vous devez donc vérifier les conditions d’usage et de redistribution avant de télécharger votre musique préférée.

Le site Woo, musique gratuite sous licences CC

Lien vers Whoo.fr.

Joystock : le stock de la musique libre de droits

Que vous cherchiez de la musique « corporate » ou folk pour vos vidéos, vous trouverez certainement une piste intéressante sur Joystock.

Attention, cependant, de bien respecter les conditions d’emploi :

Libre de droits, mais sous conditions

Lien vers Joystock.

Music Screen : le site belge de musique gratuite

Pour terminer ce petit tour d’horizon, un site belge, Music Screen, qui propos lui aussi des musiques libres de droit classées par type : piano, électro, World music, etc.

Music Screen – le site belge

Un site qui m’a été suggéré par mon amie photographe Isabelle Belloi qui anime la page Emulsion photographique 😉

Avec ces quelques sites, vous avez déjà de quoi illustrer quelques vidéos pédagogiques.

Vous avez apprécié cet article ? Abonnez-vous à notre lettre d’information pour ne plus manquer aucun article ou événement.

Catégories
formation en ligne Outils

Les outils de la formation numérique : carte mentale interactive

Quels outils utiliser pour la formation en ligne ?  A quoi peuvent-ils servir ?  Voici une mindmap interactive Mindomo qui rassemble une série d’outils indispensables pour produire vos cours en ligne.

Quels outils utiliser pour la formation en ligne ?

J’ai rassemblé dans cette carte mentale interactive Mindomo, une liste d’outils que vous pouvez utiliser pour créer vos cours en ligne.  Cette liste ne prétend pas à l’exhaustivité.  Elle reprend des applications et des logiciels que j’aime bien et que j’utilise notamment dans ma formation Créez votre cours en ligne, destinée aux formateurs qui veulent passer à l’e-learning.

J’ai rassemblé ces outils selon diverses catégories : texte, image, vidéo, cartes mentales, etc.

Une carte mentale interactive

Pour chaque outil sur la carte, j’ai ajouté :

  • le nom de l’outil
  • un bref descriptif
  • un lien vers le site web de ce logiciel ou application
  • un article vers mon blog quand j’ai écrit un article sur un logiciel ou une application utilisable dans la formation en ligne

Vous pouvez consulter cette carte mentale interactive en ligne.

Boîte à outil du formateur numérique

Logiciels et application pour le traitement du texte

Le texte peut être tapé directement soit dans un outil auteur comme OpenCrea, un outil-auteur qui permet de créer des cours pour la suite Tree Learning Suite.

Soit, il peut être tapé directement dans un LMS comme Moodle. Moodle Cloud est une version SAAS (Software As A Service).   Elle est hébergée dans le Cloud : vous ne devez donc rien installer sur un serveur, ce qui peut s’avérer très confortable si vous n’êtes pas un expert en serveurs et en bases de données.   Le nombre de participants est limité à 50 et l’espace de stockage ne peut dépasser 200 mégas.

Mais c’est une bonne solution si vous souhaitez démarrer un cours sur Moodle sans vous préoccuper trop de l’administration.  Ensuite, vous pouvez évoluer vers une solution payante du type MoodleSchool qui reste très abordable et propose des options supplémentaires (plugins, thèmes).   Ou vous pouvez louer un serveur chez un hébergeur et télécharger Moodle gratuitement.  Cela demande un peu plus de connaissances techniques…

Le texte peut également être importé.

Traitement de texte

Word

Vous pouvez importer du texte Word dans un LMS comme Moodle, par exemple.   Les mises en page ne sont pas toujours respectées : il vaut donc mieux taper votre texte au kilomètre et le mettre en forme dans Moodle qui propose un éditeur assez complet.

Studio d’écriture

Scrivener

Scrivener est un studio d’écriture qui vous permet d’écrire des documents longs (thèses, rapports, mémoires, etc.).   Il peut exporter sous un nombre incroyable de formats différents : Word, RTF, PDF, ePub, Mobi, etc.   Ce qui en fait un outil extraordinaire de publication.   Personnellement, c’est ce que j’utilise quand je dois taper un texte assez long.  L’export en html vers un site web est très propre également…

Partage sur le Web et dans le Cloud

Slideshare

Slideshare est un site de partage de présentation PowerPoint.   Depuis son rachat par Linkedin, il permet aussi de publier des documents au format PDF et des infographies.   Vous pouvez aisément intégrer des présentations PowerPoint, des infographies et des documents PDF dans votre LMS en intégrant le code iFrame de SlideShare.   Slideshare peut également donner beaucoup de visibilité à vos contenus.  Et donc, renforce votre présence sur le Web.   Depuis qu’il est lié à Linkedin, vous pouvez ajouter du contenu à votre profil Linkedin d’un seul clic de souris.  Ne négligez surtout pas cette fonctionnalité, elle peut vraiment vous aider à faire décoller votre profil…

Calameo

Calameo est un créateur de magazines en ligne.   Vous pouvez gérer la visibilité de vos contenus et leur donner un aspect très professionnel.  Vos documents PDF sont consultables comme un magazine en ligne, dont on peut tourner les pages, les intégrer dans un site web, etc.

Issuu

Issuu est Outil de partage de documents PDF et de magazine en ligne, très semblable à Calameo.   Plus de contenus en anglais.

Scribd

Scribd est aussi un outil de partage de documents PDF et de magazine en ligne, très semblable à Calameo.   Plus de contenus en anglais.

Partage dans le Cloud

Google Drive

Suite de productivité en ligne.   Permet de créer et de partager des documents en ligne sous différents formats.   Un stockage gratuit vous est proposé.  Si vous mettez à jour vos éléments de sécurité (compte Google) chaque année, Google vous offre du stockage gratuit supplémentaire…   La qualité Google, mais la surveillance constante est le prix à payer pour ces outils partagés…

OwnCloud

OwnCloud est une solution Open Source, non surveillée de Cloud personnel.   Il existe plusieurs fournisseurs de Cloud open en France, rassemblés dans le réseau « Chatons » que vous trouverez sur le site Framasoft.

L’e-learning de plus en plus mobile

Logiciels et application de traitement de l’image

Photo

Ces sites web proposent des images de haute qualité en licence Creative Commons 4.0.   Vous pouvez donc les utiliser sans problème pour vos sites, vos cours, etc.   L’article associé vous présente une douzaine de sites de photos et de graphiques.

J’ai également rédigé un article qui propose une douzaine de sites-ressources en photos libres de droits.

En voici trois que je vous recommande particulièrement

Pexels

Gratisography

Pixabay

Applications de dessin

Cacoo

Cacoo est un site collaboratif de dessin et d’utilisation de graphiques.   Très simple d’utilisation, il propose une série de modèles très bien faits pour illustrer vos cours en ligne.

Visuels – Graphiques

Infogr.am

Infogram est une excellente application de création d’infographies et de graphiques interactifs.  Les graphiques sont très clairs et les couleurs très agréables, ce qui rend le tout extrêmement lisible.  Le caractère interactif ajoute une dimension intéressante pour vos apprenants.   Une fois terminés, ces objets sont intégrables dans votre LMS avec un simple code de type iFrame.

Infographies

Piktochart

Piktochart est l’un des meilleurs outils de création d’infographies.   Malheureusement, la version gratuite est très limitée et vous serez très vite frustré sans abonnement payant…   Vous voilà prévenu !

Canva

Canva est un outil que j’utilise presque quotidiennement : une application gratuite avec options payantes.   Avec Canva, vous pouvez réaliser non seulement des infographies de qualité, mais aussi des visuels pour vos sites Web, pour vos cours, pour vos réseaux sociaux, etc.   Vous pouvez aussi consulter cet article sur Canva.

Cartes mentales

XMind

XMind est un freemium, un logiciel gratuit avec des options payantes.   J’aime sa simplicité d’utilisation et le fait qu’il offre non seulement des structures de cartes mentales, mais aussi d’organigrammes, de ligne du temps, etc.   Fonctionne aussi avec Lighten sur iPad.

Cartes conceptuelles

CMapTools

CMapTools est non seulement gratuit (en ligne et sur PC, il coûte environ 3 euros sur iPad) mais il permet de créer des cartes conceptuelles très élaborées, de les publier en ligne, des les exporter sous forme d’images, de PDF, de dessin vectoriel.  Mais il propose son propre module de présentation de type PowerPoint.

Cartes argumentaires

Rationale

Rationale est, pour moi, le meilleur logiciel de cartes argumentaires.   Ces cartes permettent d’enseigner la pensée logique et critique.   Les étudiants apprennent à lier des blocs de texte entre eux avec des opérateurs logiques.   Le texte résultant peut être exporté sous différents formats.  Vous pouvez également lire cet article qui décrit l’utilisation des cartes argumentaires.

Carte argumentaire sur les bio-carburants

Création et édition vidéo

Animation

Ces trois applications en ligne suivantes sont assez semblables.   Elles vous permettent de créer de manière assez simple des présentations de niveau professionnel.   Ne négligez surtout pas ces applications : des études très sérieuses montrent que ces animations sont un des moyens les plus efficaces de former des personnes en ligne.

Powtoon

Goanimate

Moovly

Talking Heads ou vidéos de type « journal télévisé »

Fuse

Fuse est une application gratuite pour iPad.  Elle fonctionne en lien avec Camtasia.   Fuse vous permet de filmer des scènes très simplement avec votre iPad.  Ensuite, vous les transférez sur votre ordinateur, dans Camtasia, avec le Wifi.   Vous pouvez ensuite monter et éditer vos prises de vue avec Camtasia.

Présentation filmée

Camtasia

Outre ses outils d’édition, Camtasia propose un « plugin », un petit programme qui s’ajoute à votre logiciel PowerPoint pour filmer automatiquement vos présentation.   Une bonne façon de créer des vidéos de présentation pour vos cours.   Attention, toutefois, de varier les diapositives et de ne pas rester sur une seule image durant toute la présentation.   Sinon, endormissement de votre public garanti…

Capture d’écran

Screencastomatic 

Pour démarrer dans la capture d’écran.  Screencastomatic est un freemium.  La version gratuite vous permet de filmer des captures d’écran sans prise de son et d’une durée limitée.   La version payante est sonore et illimitée.  Le prix est abordable, mais la qualité n’est pas la meilleure du marché.   Un outil  pour commencer en douceur du point de vue financier.

Edition de vidéo et montage

Camtasia

Le meilleur éditeur vidéo pour Windows, un peu moins bon sur les ordinateurs Mac.   Malheureusement, un prix pas très abordable pour les débutants.   Une interface professionnelle, des fonctionnalités nombreuses et des tutoriels vidéo bien fait (mais tous en anglais).

Wevideo

Wevideo est un site d’édition vidéo.   La version gratuite est limitée mais permet de faire ses premier pas en édition sans rien débourser.   Si vous voulez progresser et publier vos vidéos en haute définition, vous allez devoir prendre un abonnement mais ils sont progressifs et raisonnables.   Wevideo permet l’édition collaborative de vos vidéo ce qui se révélera très intéressant si vous travaillez à plusieurs dans des établissements distants.

OpenShot Video Editor [link]

Une nouvelle version entièrement revue de cet éditeur vidéo Open Source.   L’interface d’OpenShot Video Editor est très soignée, très proche de celle d’un outil payant comme Camtasia.   Sans doute une très bonne solution pour démarrer en édition vidéo.

Transcription du texte d’une vidéo

o Transcribe

oTranscribe vous permet de créer des transcriptions de vos vidéos.   Importez une vidéo de Youtube et commencez à  en transcrire le texte grâce à l’éditeur en ligne.

Sous-titrage professionnel de vos vidéos

Amara

Amara est une fondation américaine.   Son premier objectif était de sous-titrer des vidéos pour les personnes sourdes.   Depuis, Amara a produit un des meilleurs outils de sous-titrage utilisé aussi bien pour les conférences de TED.com que pour des musées américains ou de grandes entreprises.   Ces sous-titres peuvent être exportés sous différents formats standards pour les traducteurs.

Hébergement de vidéo

Vimeo

Vimeo est le site d’hébergement des professionnels du film et de la vidéo.   Dany De Vito y a récemment produit un merveilleux court métrage sur l’amour au troisième âge.   Viméo héberge vos vidéos et vous propose des fonctionnalités très intéressantes pour vos cours :   l’incorporation exclusive sur des noms de domaine de votre choix (réduit les risques de piratage) les options d’intégration (largeur, longueur, affichage et couleurs du lecteur, etc.) la vente de vos vidéos à l’unité ou à la série (une autre façon de monétiser votre travail)

Youtube

Youtube n’est pas seulement le plus grand hébergeur de vidéos. C’est aussi un moteur de recherche extrêmement puissant.   Il offre aussi des fonctions comme l’intégration de liens, de vignettes dans vos vidéos.   De quoi augmenter votre audience et affirmer votre présence sur le web.

DailyMotion

DailyMotion est l’hébergeur de vidéo qui compte le plus de vidéos francophones.   Être présent sur ce site vous procure une visibilité à destination des publics francophones.

Traitement de vos fichiers Audio – Son

Enregistrement de fichier audio et de podcasts

Audacity

Un logiciel open source et gratuit, Audacity est un des meilleurs outils d’enregistrement sonore.   Vous pouvez l’utiliser pour enregistrer des cours, des séquences sonores pour vos films d’animation, des podcasts, etc.   Avec un bon micro et Audacity, vous disposez d’un véritable studio d’enregistrement multipistes et d’un outil de montage audio de qualité professionnelle.  Elle est pas belle, la vie ?

Hébergement / Diffusion de vos fichiers audio et podcast

Soundcloud

Soundcloud est un réseau social de partage de fichiers sonores.   Vous pouvez y stocker vos fichiers audio, podcasts, etc.   Une façon économique non seulement de stocker vos fichiers audio, mais surtout de les distribuer et de les faire connaître à une communauté très active.

Podcast

Lybsin

Une solution d’hébergement très professionnelle de vos podcasts.   Lybsin propose de l’hébergement à partir de 6 euros par mois, environ.  Vos podcasts sont distribués sur le site de Lybsin, mais aussi sur votre site web via un plugin WordPress ou sur iTunes si vous respectez les normes de qualité de cette plateforme.

Podbean 

Podbean est un site d’hébergement très abordable pour vos podcasts.   Un abonnement très accessible vous permet aussi de distribuer vos productions sur iTunes.

Outils collaboratifs

Tableaux

Padlet

Padlet est une application de tableau très ouverte.   On peut l’utiliser comme support de travail collaboratif mais aussi pour construire des portfolios d’étudiants, par exemple.   Très facile d’accès et très intuitif, on peut y ajouter des documents téléchargés depuis l’ordinateur ou des liens vers des sites web, de la vidéo, des documents texte, etc.

Tuzzit

Un site qui propose différents formats de tableaux : business canva, carte d’empathie de David Gray, etc.   La version gratuite de Tuzzit permet de créer des tableaux et de les partager facilement.

Wiki

Framapad

Framasoft a encore frappé.   Framapad est un wiki : vous pouvez y écrire à plusieurs.   Chaque auteur est identifié par une couleur d’écriture différente.  Un historique vous permet de visualiser l’évolution du texte et les apports de chacun depuis sa création jusqu’à la dernière étape.

Cartes mentales collaboratives

J’ai rédigé un comparatif des applications de cartes mentales collaboratives sur ce blog.

Framindmap

Une application en ligne de mindmapping collaboratif, mais en temps différé.   Open source et gratuit, Framindmap est un clone français du logiciel Wisemapping développé par une entreprise argentine.

Mindomo

Mindomo est le logiciel de mindmapping via lequel cette carte a été développée et distribuée.   Permet la création de cartes interactives et du vrai travail collaboratif en ligne et en temps réel.   Son interface Mindomo School est particulièrement bien adaptée aux apprentissages en ligne du fait de son intégration dans la plupart des plateformes LMS.

Une interface très complète

Mindmeister

Une application de mindmapping en ligne.  Mêmes caractéristiques que Mindomo, mais Mindmeister a surtout développé la gestion de projet avec son interface complémentaire Meister Task.

Mindmup

MindMup est une application de mindmapping en ligne qui a bien évolué. Permet de la collaboration en temps différé uniquement.

Forums et fils de discussion

Les forums sont importants dans un  parcours de formation en ligne car ils sont les carrefours d’échange entre les participants.

Réseaux sociaux

Les réseaux sociaux constituent une alternative ou un complément intéressants des LMS.   Un réseau social bien animé peut contribuer puissamment au succès d’une formation en ligne.

Zoom

Zoom est une application de classe virtuelle.   C’est celui que j’utilise pour les classes virtuelles de formations Spoc en Stock.   Peu gourmand en ressources, il est très stable et très intuitif.   Il est aussi très complet : partage d’écran partage de contenu sur iPad tableau blanc possibilités d’échanges audio et vidéo de tous les participants   La version gratuite offre la possibilité d’un échange vidéo illimité entre deux personnes.  La version payante, 14 $ par mois, accueille jusqu’à 100 participants en illimité, enregistrement audiovisuel compris.   Un outil flexible et complet que je recommande sans hésitation.

Exerciseurs et autres éditeurs de Quiz

LMS – Learning Management Systems – plateformes d’apprentissage

Moodle

Moodle propose ses propres outils de création de quiz sous forme de plugins (programmes complémentaires que vous trouverez sur Moodle.org et que vous ajoutez pour enrichir votre plateforme).   Moodle accueille aussi des exerciseurs provenant d’autres sites, souvent intégrés sous forme d’un code de type iFrame.

Outils externes

LearningApps

LearningApps est un site allemand qui propose de nombreux exerciseurs sympathiques et facile à construire.   Ils s’intègrent aussi dans votre plateforme LMS avec un code de type iFrame.

H5P

Un nouveau venu qui propose des dizaines de tests, d’exercices et de supports multimédias.   C’est gratuit et open source et maintenu à jour avec une belle constance.   Pour Moodle, WordPress et Drupal, H5P offre un plugin qui permet de créer les contenus directement dans la plateforme.   Pour les autres systèmes, la plupart des supports peuvent être incorporés grâce à un code de type iFrame.

Bac à sable – Espace d’expérimentation

Minecraft

Minecraft est un jeu extrêmement populaire auprès des enfants et adolescents.   Il peut être utilisé en classe ou en formation hybride pour créer des espaces de type bac à sable ou pour construire des objets selon des consignes.   Depuis son rachat par Microsoft, il est payant.

Framinetest

Framinetest Edu est un clone éducatif et open source de Minecraft distribué par Framasoft.

Logiciels et application de présentation

L’intérêt de ces logiciels c’est qu’ils peuvent être incorporés à vos cours en ligne, généralement avec un code de type iFrame.  Ils peuvent également servir de support à une vidéo avec voix off.

Prezi

Prezi est une application en ligne de présentation dynamique.   Avec Prezi, vous pouvez zoomer et vous déplacer dans la présentation pour créer des effets dynamiques pour renforcer la navigation.   Attention aux excès toutefois…   Les versions payantes de Prezi permettent de travailler hors-ligne.   Le nouveau venu, Prezi Next, propose des fonctionnalités graphiques encore plus impressionnantes.  Découvrez le potentiel de Prezi dans cet article.

Haiku Deck

Haiku Deck est une application de présentation en ligne qui ressemble un peu à Powerpoint.   La version payante intègre à présent un moteur d’intelligence artificielle qui vous aide dans la construction et l’illustration de votre présentation.

PowerPoint

Le logiciel de présentation classique et généralement très mal utilisé.   La succession de diapositive donne l’impression qu’on travaille de manière logique et signifiante.  La réalité est souvent qu’on travaille de manière purement séquentielle et peut motivante pour votre public.

Partage de vos présentations

Slideshare

Slideshare est un média social de partage de présentations.   Lié à votre profil Linkedin, il vous permet de donner de la visibilité à vos projets, d’intégrer des infographies, des présentations ou des documents pdf à vos cours et sites web.   Il enrichit votre profil Linkedin d’un simple clic, une fonctionnalité à utiliser sans modération.

Conclusion : une richesse inédite mais dangereuse

Nous n’avons jamais eu autant d’outils, ni d’outils d’une telle qualité.  La formation en ligne se démocratise avec ces outils et applications dont certains sont même gratuits.

Mais il ne faut pas pour autant perdre de vue notre objectif de formateur, d’enseignant ou de pédagogue : nous devons d’abord former des personnes.  Et donc, c’est la pédagogie qui doit primer sur la technologie.

Avant de se focaliser sur un outil, il faut se poser les bonnes questions.  Ce sera l’objet d’un prochain article de ce blog.

Catégories
Ingénierie de la formation

eLearning, MOOC, SPOC & Compagnie : quelques éclaircissements sur la formation numérique

 

Ce mercredi 15 février 2017, j’ai eu le plaisir de présenter un petit exposé pour clarifier différentes notions liées à la formation à distance.  C’était au Café numérique de Bruxelles.  Voici la présentation Prezi que j’y ai utilisée, transformée en vidéo sur Youtube.

e-Learning, SPOC, MOOC, Social Learning ou MicroLearning.  Les acronymes et autres expressions plus ou moins traduites de l’anglais ne manquent pas dans le secteur de la formation digitale.  Il y en a même trop : pour le néophyte, il y a de quoi se perdre.

Le Café numérique de Bruxelles m’a donc proposé de donner un petit exposé pour aider à clarifier toutes ces notions.

eLearning, MOOC, SPOC & Compagnie : sortir du labyrinthe !

Sortir du labyrinthe de l’incompréhension et de la crainte face à des concepts inconnus : tel était l’objectif de ma présentation.

Pour cela, j’ai fait un peu de storytelling : j’ai utilisé Marcel, un personnage fictif confronté au labyrinthe des propositions d’experts.

La formation et le numérique : quelques éclaircissements

Dans cette présentation, je passe en revue les notions suivantes :

  • Présentiel : la formation telle qu’on la connaît depuis toujours, y compris sur les bancs de l’école
  • Présentiel enrichi : le présentiel qui exploite les ressources locales et les ressources sur le web
  • Blended Learning ou formation mixte ou encore formation hybride
  • Formation à distance dont j’ai illustré l’histoire dans cet autre article
  • e-Learning ou apprentissage en ligne que je distingue également dans cet article
  • MOOC ou Massive Open OnLine Course avec l’exemple du MOOC ITyPA dont j’ai eu le plaisir d’être un partenaire lors de la troisième édition
  • COOC ou Corporate Open Online Course avec l’exemple du MOOC sur le SEPA de BNP Paribas
  • SPOC ou Small Private Online Course avec l’exemple de Créez votre cours en ligne de Spoc en Stock
  • MOOC et SPOC : quelles différences entre ces deux modes d’apprentissage (basé sur l’infographie que je vous proposais dans cet article de Spoc en Stock)
  • Mobile Learning ou la formation sur les tablettes et les smartphones
  • Micro-Learning ou un apprentissage sous forme de séquences très courtes, généralement distribué sur les tablettes et smartphones
  • Social Learning : l’apprentissage social, en groupe, en ligne ou hors-ligne

Une présentation Prezi pour comprendre la formation numérique

Vous pouvez également visionner la présentation Prezi que j’ai utilisée pour cet exposé.

Ou télécharger les diapositives de cette présentation au format PDF sur SlideShare :

Vous avez aimé cet article ?  Inscrivez-vous à ma newsletter et ne ratez plus aucun article ou événément !

Catégories
Applications

Canva for Work est arrivé : l’appli de design tient ses promesses !

J’ai pu tester Canva for Work, la nouvelle version de l’appli de design et le moins qu’on puisse dire est qu’elle tient ses promesses.  Je vous résume tout ça dans une vidéo.

Il y a quelques jours, je vous annonçais l’arrivée d’une nouvelle version de Canva, l’application en ligne de design pour tous.

Ca y est : Canva for Work est arrivé.  Et il tient ses promesses !

Et pour vous en faire profiter aussi, je vous ai concocté un petit tour du propriétaire en vidéo.

Un visuel réalisé avec Canva for Work

L’accent mis sur les équipes et la collaboration

Le moins qu’on puisse dire, c’est que Canva mise sur la collaboration.

Le Brand Kit : votre charte graphique en une seule page

Le Brand kit, c’est une des nouveautés très intéressantes de cette nouvelle version de Canva.

Sur une seule page, vous rassemblez et vous conservez tous les éléments de votre charte graphique : la palette de couleurs avec les codes en hexadécimal pour chaque couleur.

Les polices de caractères illustrées et conservées avec leur nom et leur taille exacte.

Les logos originaux conservés sur la même page.

Plus besoin de vous arracher les cheveux pour savoir où se trouvent les références de couleurs et de polices de caractères lorsque votre graphiste ou votre imprimeur vous les demande.  En un clic, vous accédez à la page, de même que toute votre équipe…

Des modèles (templates) d’équipe

Certains modèles sont suceptibles d’être utilisés quotidiennement par divers membres de votre équipe.

Canva y a pensé.  Les modèles pour posts Facebook, pour Pinterest, de dépliants pour votre équipe marketing…

De plus, ils sont pré-dessinés avec la couleur dominante de votre charte graphique.

D’ailleurs, c’est tout Canva qui se met au diapason de votre marque en adoptant aussi cette couleur pour son interface…

Une hiérarchisation des membres des équipes

Pour les grandes entreprises, des droits différents peuvent être attribués aux membres.

Les administrateurs ont accès à toutes les fonctions et peuvent attribuer des rôles aux autres catégories d’utilisateurs.

Les créateurs de modèles (template designers) peuvent, comme leur nom l’indique, créer des modèles fidèles à la charte graphique de l’entreprise.

Enfin, les membres peuvent créer des visuels en utilisant les modèles créés par les précédents.

Le magic resize : un gain de temps énorme !

Si la collaboration entre les différents membres de l’équipe assure plus de cohérence et de productivité, la fonction Magic Resize va faire gagner un temps fou à tout le monde.

Vous choisissez d’abord le format de départ de votre visuel.  Un post Facebook, par exemple.

Ensuite, dans le menu File, vous sélectionnez les différents formats qui vous intéressent – et ils sont nombreux, j’en ai compté 42 !

Vous cliquez sur le bouton Abracadabra – Resize (il s’appelle vraiment comme ça, ils sont fous chez Canva !).

Et en quelques secondes, de nouveaux onglets s’ouvrent sur votre navigateurs : dans chacun d’eux, figure un visuel décliné de l’original, mais dans les dimensions idéales pour chaque type de document ou de média.

C’est impressionnant de simplicité et d’efficacité à la fois.

Un prix très abordable pour une application incontournable

Canva for Work est payant.  Et on pouvait craindre le pire, que l’application populaire quitte son créneau accessible (l’utilisation était gratuite, seuls quelques objets étaient facturés un dollar lors du téléchargement).

Eh bien non : Canva for Work reste très abordable : 9,95 $ par mois pour une paiement annuel ou 12,95 $ pour un paiement mensuel.

Au regard du temps gagné, c’est vraiment très raisonnable.

Vous pouvez vous inscrire pour obtenir un accès à l’application en cliquant sur Canva for Work.

Vous avez aimé cet article ?  Abonnez-vous à notre lettre d’information et ne ratez plus aucun article ou événement !

50.629253.057256
Catégories
storytelling

Mindmap : 50 outils pour votre storytelling digital !

Le storytelling digital fait la une de nombreux médias.  C’est un moyen puissant de mobiliser les foules.  Mais avec quels outils peut-on créer un storytelling digital digne de ce nom ?  Je vous en livre quelques-uns sous forme de mindmap cliquable.

Je ne suis pas le dernier à vous parler du storytelling.  J’y ai fait plus qu’allusion dans des articles sur Prezi, notamment.  Mais ces techniques narratives, si utiles pour concevoir des présentations efficaces, se révèlent aussi très puissantes dans le monde numérique : médias sociaux, blogs, sites web, marketing, etc.  On parle alors de « storytelling digital ».

Le storytelling digital

Les ressources du Net au secours du storytelling digital

Le storytelling digital fait appel à toutes les ressources du web : design, photos, images, vidéo, audio, techniques d’écriture propres au web, infographies, etc.

J’ai rassemblé ici 50 outils dont je me sers personnellement et qui vous permettront, à vous aussi, de déployer toute la richesse du storytelling.  Vous n’avez peut-être pas besoin de tous ces outils.  Choisissez ceux qui « vous parlent » et qui vous paraîssent correspondre à vos besoins.

Pour la plupart, ils sont intuitifs et proposent au minimum une version gratuite ou une version d’essai.

La carte mentale ci-dessous ne reprend que les grandes catégories.  Cliquez sur l’image pour accéder à une carte Mindomo entièrement cliquable.  Vous pouvez également cliquer sur les petites icônes en forme de documents pour lire la description de chaque outil.  Il vous suffit de cliquer sur l’icone hyperlien pour accéder à l’outil en ligne.

Outils de storytelling digital

Soignez vos photos et images

Les photos – comme tous les visuels – sont un élément essentiel de votre storytelling digital, que ce soit en présentation, en imprimerie ou sur votre site web. Choisissez des photos de qualité. Si vous ne les créez pas vous-même, au moins sélectionnez des photos de créateurs. Mais attention aux droits d’auteurs…

Images libres de droits – haute résolution et qualité artistique

Les sites que je liste ci-dessous proposent des photos de très grande qualité ; généralement, ces ressources sont accessibles sous licence Creative Commons – vérifier s’il y a besoin de citer l’auteur ou non.   Certaines licences peuvent aussi différer dans l’usage : commercial ou non, reproduction ou modification, etc.

DesignersPics

Des photos de très grande qualité, gratuite et pour tous usages, même commerciaux, sans devoir mentionner l’auteur. Les images ne sont pas encore très nombreuses, mais elles sont très prometteuses.

Unsplash

Des photos haute résolution, gratuite et d’une qualité souvent incroyable.

Albumarium

Comme son nom l’indique, les photos de ce site sont classées par album : chiens, chats, bibliothèques, architecture, education, etc. Attention, les licences divergent selon les auteurs. Soyez vigilant-e !

Pexels

Des photos de qualité à couper le souffle. Ici aussi, diverses licences, donc la vigilance est de mise…

Editez vos photos en ligne

Pour retoucher vos photos : contraste, éclairage, effets spéciaux. Un outil de qualité professionnelle.

Autodesk Pixlr

Optimisez vos photos et images

Attention aux temps de chargement de votre site web ! Les images trop lourdes ralentissent le chargement de votre page. Et l’internaute d’aujourd’hui n’a plus le temps d’attendre. Si trop de visiteurs quittent votre site avant même le chargement de la page qu’ils désiraient voir, cela augmente votre taux de rebond. Et à terme, cela vous pénalise sur les moteurs de recherche. Facilitez la vie de vos visiteurs en optimisant les photos avant de les publier sur votre site.

Kraken Image Optimizer

Une application en ligne d’optimisation d’images pour le Net : en confiant vos images à Kraken vous êtes certain-e de ne pas ralentir chargement de la page de votre site tout en conservant un maximum de netteté.

Mockups : contextualisez votre marque et vos produits

Les mockups vous permettent de mettre vos photos personnelles en contexte : insertion dans un paysage, un groupe, un appareil – votre vidéo défile sur l’écran d’un iPad, par exemple. Très efficace pour suggérer l’utilisation d’un de vos produits ou services.

PlaceIt : créez des mockups époustouflants

PlaceIt est une application en ligne qui offre de nombreux « mockups » : smartphones, ordinateurs, tablettes… Insérez vos images ou vos vidéos, y compris captures d’écran ou vidéo Youtube, sur un smartphone ou un iPad. Plus vrai que nature !

Voici un exemple tout simple : le logo de mon entreprise sur un smartphone :

Mockup formation 3.0

Utilisez les couleurs à bon escient

Les couleurs ont une importance cruciale en communication. Si vous ne connaissez pas la psychologie des couleurs, ni comment les marier harmonieusement dans une infographie ou un site web, voici des outils indispensables.

Color Emotion Guide | Visual.ly

Un guide visuel et très simple proposé par Visual.ly dont je parle plus en détail dans la partie « Design ».

Adobe Color CC

Comment choisir judicieusement les mariages de couleurs pour vos visuels ? Voici la roue des couleurs d’Adobe. Elle vous permet en quelques clics de trouver les couleurs complémentaires, opposées, les nuances de tons agréables à l’oeil, etc. Un outil indispensable pour rendre vos visuels incomparables.

Polices de caractères : la typographie est importante

La typographie n’est pas un élément accessoire ou secondaire de votre communication. Elle est la chair de vos mots, leur habillage physique.

Google Fonts

Une collection impressionnante de polices de caractères téléchargeables gratuitement. De quoi enrichir la palette de vos productions écrites.

The 10 Commandments of Typography | Visual.ly

Combien de polices de caractères puis-je utiliser dans un article de blog ou pour une infographie ? Comment combiner un titre et un corps de texte ? Quelles sont les différentes familles de polices ? Et à quoi peuvent-elles servir ? Suivez les dix commandements de la typographie de Visual.ly et ne commettez pas d’impairs.

Design : créez des visuels et des infographies

Ces applications de design vous permettent de créer infographies, éléments visuels pour vos blogs et médias sociaux, etc. Elles proposent toute une version gratuite ou d’essai. Elles offrent aussi des conseils ou des tutoriels de qualité pour améliorer votre pratique.

Canva – la simplicité avant tout

Un des derniers venus dans le monde du visuel. Et l’un des plus gros succès aussi. Canva est gratuit et propose de nombreux modèles, des images, des polices de caractères, etc. C’est une application très intuitive et qui ne demande pas de formation ou de connaissances préalables. La « Design School » vous propose aussi des tutoriels interactifs et des exercices.

Créez vos graphiques avec infogr.am

Infogram, dont j’ai déjà parlé sur ce blog, est un outil très pratique pour créer non seulement des diagrammes de qualité professionnelle, mais aussi des infographies interactives en ligne.  J’ai déjà décrit infogr.am en détail sur ce blog.

Visually – Une communauté de créateurs à votre service

Visual.ly met en contact créateurs et marques ou entreprises. Une communauté vibrante qui vous délivrera le produit design dont vous avez besoin.

easel.ly – l’infographie facile pour tous

Easel.ly est peut-être le moyen le plus facile et gratuit de créer une infographie en ligne. Un programme intuitif s’il en est et que j’ai décrit dans cet article : Créez des infographies de qualité pro avec easel.ly !

Piktochart

Piktochart est une des meilleures applications pour créer des visuels en ligne : infographies, rapports, dias pour présentations PowerPoint ou Haiku Deck. Malheureusement, la version gratuite est très (trop) limitée.

Vidéos : utilisez tous les ressources de l’image et du scénario

La vidéo est un outil puissant pour raconter une histoire : elle combine la puissance de la narration au pouvoir émotionnel de l’image.   Choisissez des thèmes et des personnages auxquels les personnes de votre public peuvent facilement s’identifier. Certains réseaux sociaux sont de meilleurs vecteurs de distribution que d’autres : – les addicts de Facebook ou de Twitter réagissent presque frénétiquement aux vidéos ; – vos abonnés Linkedin sont, pour la plupart, des professionnels pressés. Une bonne image fixe les séduira davantage qu’un clip vidéo.

Créez des animations de qualité professionnelle

Ces outils vous permettent de créer des animations de qualité professionnelle. Vous ne devrez pas entrer une ligne de code. Attention cependant de ne pas vous répandre : une vidéo courte est plus efficace qu’un clip interminable. Ces outils proposent une tarification spéciales pour les écoles. Pensez-y si vous êtes enseignant-e.

Moovly

Moovly est une application en ligne qui propose de nombreux modèles et objets. Vous pourrez créer des animations pro en quelques clics.

PowToon

PowToon offre une palette incroyable de modèles, d’objets, de couleurs, etc. Mais les prix sont un peu élevés pour un particulier ou un freelance.

Explee

Explee est le produit d’une startup française. Il propose aussi une bibliothèque d’images, de musiques, etc. Très intuitif.  Très facile à intégrer dans un site web ou une page de LMS (plateforme d’e-learning).  J’ai intégré la vidéo suivante dans une page de Moodle pour accueillir les participants d’une formation hybride.

Editez vos vidéos pour en tirer le meilleur

Vos vidéos sont rarement publiables immédiatement. Il faut les éditer pour en couper les parties ratées ou trop longues, pour y ajouter des effets, etc. Voici quelques outils d’édition en ligne faciles.

Youtube Editor

Youtube propose un outil d’édition de vos vidéos qui vous permet d’ajouter des photos, de la vidéo (eh oui !), de la musique, des transitions, etc. au sein de la vidéo que vous avez téléchargée.

WeVideo – Application d’édition vidéo en ligne

WeVideo est une application en ligne qui vous permet d’éditer vos vidéos comme un professionnel : intégration d’images, de présentations, de son, etc. La version gratuite offre déjà de nombreuses possibilités.  WeVideo convient tant pour le storytelling d’entreprise que comme solution de créations de supports pédagogiques.

Popcorn WebMaker

Un produit proposé par la fondation Mozilla. Popcorn vous permet d’ajouter des éléments dynamiques à vos vidéos : bulles de bd, commentaires, etc..

Sous-titrez vos vidéos avec Amara

Amara est sans doute le meilleur outil de sous-titrage de vidéos. Ce sont eux qui fournissent notamment les sous-titrages des vidéos de TED.com.  Amara est une association sans but lucratifet j’ai le plaisir de travailler avec eux depuis plusieurs années.

Storygami

Toujours en phase beta, Storygami permet aux utilisateurs de Vimeo et Youtube d’enrichir leurs vidéos de contenus interactifs : médias sociaux, commentaires, notes, images, sons, etc. Une application à suivre.

Partagez vos  vidéos sur le Net

Partagez vos vidéos sur des chaînes ou à travers les médias sociaux spécialisés.

Youtube

Youtube est non seulement le numéro un de la vidéo sur le Net, c’est aussi le second moteur de recherche après Google en nombre de requêtes… Avoir votre propre chaîne et y publier des vidéos originales est un moyen très sûr d’établir votre notoriété d’expert…

Vimeo

Vimeo est aussi très apprécié des amateurs de vidéo. Le monde associatif y est bien représenté.

Dailymotion

Vous pouvez aussi publier vos vidéos sur Dailymotion, le plus francophone des médias sociaux du genre.

Utilisez les application vidéos des réseaux sociaux

La vidéo est si importante pour les médias sociaux que des applications naissent pour leur fournir des flux (streams) de vidéo directe ou non.

Meerkat

Meerkat est un des premiers venus dans les applications de streaming vidéo à destination des médias sociaux.

Vine

Si vous aimez les vidéos courtes et punchy, Vine est fait pour vous ! En quelques secondes, exprimez le meilleur de vous-même…

Periscope

Périscope, depuis son acquisition par Twitter, fait une concurrence impitoyable à son confrère Meerkat. Du streaming vidéo en live qui inquiète les chaînes de télévision européennes…

Ne négligez pas les fichiers audio et les podcasts !

Même si la vidéo est reine, l’audio reste un médium important. Il procure l’avantage, sur la vidéo, d’être écoutable partout, y compris lorsque vous êtes au volant de votre voiture.

Facilitez la transcription de vos interviews

Pas évident de retranscrire une interview audio avec un traitement de texte. Avec ces outils, oubliez le stress et commencez à transcrire.

oTranscribe

Une application de transcription de fichiers audio. Téléchargez votre fichier et vous écoutez la bande en même temps que vous tapez.  C’est enfantin et c’est pour ça que ça marche.

Transcribe – transcription et diction en ligne

Même principe que le précédent. Les commandes vous permettent d’arrêter la bande audio, de revenir en arrière au besoin, etc.

Enregistrez et partagez vos Podcasts

Le podcast est toujours très demandé et la transcription d’interviews en audio ou en vidéo n’est pas si facile. Sauf si vous disposez des bons outils.

Enregistrez, montez et enrichissez vos podcasts avec Audacity

Logiciel libre, Audacity n’en est pas moins un programme très complet, de qualité professionnelle. Une foule de fonctionnalités à découvrir si vous aimez le son.

Ecoutez vos podcasts sur Overcast

Une application pour entendre vos podcasts favoris sur iPhone.

Partagez vos podcasts sur Soundcloud

Soundcloud est la plateforme de partage des podcasts. Qu’il s’agisse de musique, d’interviews ou de récits, la communauté Soundcloud est très riche et très intéressée.

Ecriture : utilisez la puissance de la narration

Le storytelling, c’est aussi de la narration. Voici quelques outils pour vous aider dans la conception et le partage des éléments écrits de votre storytelling.

Ecrivez et partagez sur Wattpad

Wattpad est une plateforme de partage d’histoires. Un bon endroit pour tester l’efficacité de vos récits et recueillir les impressions de vos lecteurs potentiels.

Rédigez vos scénarios et vos documents longs avec Scrivener

Que vous soyez écrivain, scénariste de BD ou rédacteur technique, voici un studio d’écriture bourré de ressources. Le tout pour un prix dérisoire et animé par une communauté dynamique. Un must !

Trouvez votre inspiration dans Storybird

Une autre application pour publier ses histoires : mais Storybird, c’est aussi une communauté d’artistes qui fournissent des illustrations pour vos histoires.  Vous pouvez partir de ces images comme source d’inspiration de vos propres histoires.

Utilisez le storytelling pour booster vos présentations

Pour toutes les entreprises, associations et institutions d’aujourd’hui, les occasions de prise de parole sont nombreuses. Pour donner de l’impact à vos interventions, voici une panoplie de supports visuels.

Concevez et créez vos présentations

Pour créer vos présentations, voici quelques applications-phares.

Haiku Deck

Une application élégante de présentation. Une version intégrée à Slideshare existe qui permet d’intégrer vos présentation avec Linkedin en quelques clics.

PowerPoint

Le plus célèbre des programmes de présentation existe à présent en ligne.

eMaze

Encore peu connu, eMaze est une application de présentation très dynamique, avec des effets de 3D assez époustouflants.

Keynote

Les afficionados d’Apple ne jurent que par lui. Keynote est LE programme de présentation pour Mac.

Prezi

Programme de présentation non-séquentiel, Prezi est surtout connu pour ses facultés de zoom et de rotations. C’est une application visuelle très complète qui mérite mieux que ça. J’en ai parlé à plusieurs reprises sur ce blog.

Partagez vos présentations sur le Net

Créer des présentations, soit, mais si personne ne les voit ? Voici un média social de partage de présentations que vous ne pouvez plus ignorer !

SlideShare, le média incontournable pour vos présentations

Slideshare est l’endroit où il faut être si vous créez des présentations. C’est un média social spécialisé dans le partage des présentations et il peut draîner un trafic non-négligeable vers votre site s’il est bien utilisé. Depuis qu’il intègre une version gratuite de Haiku Deck, la suprématie de Powerpoint y semble bien compromise. Vous pouvez également distribuer des documents de type PDF via Slideshare, mais le format ne s’y prête pas toujours très bien.

Faites voyager votre public avec le Story Mapping

La carte de géographie comme support du storytelling

Les cartes de géographie, modernes ou antiques portulans, nous font tous rêver. Utilisez le pouvoir d’évocation du voyage et de la carte pour faire rêver votre public ou pour l’informer.

Heganoo

Un logiciel qui vous permet de partir d’une carte, d’y définir des points et de développer un scénario à partir de ces points. Encore en version beta, mais prometteur.

Storymap JS

Un outil extrêmement complet pour des intégrations d’images et de cartes dans un récit structuré.

TimeMapper

Un outil étonnant pour créer des cartes associés à des lignes du temps. Un très bon support pédagogique, mais aussi un moyen original de raconter l’histoire de votre entreprise.

Tour Builder with Google Earth

Comme son nom l’indique, Tour Builder utilise les fonctions de géolocalisation de Google Earth pour y implémenter des informations : photos, textes, vidéos, etc.

Géonef

Géonef vous permet de construire des itinéraires pédagogiques ou touristiques à partir d’une carte de géographie. Insérez-y ensuite texte, dessin, photos, vidéos, liens externes, etc.

Umap / OpenstreetMap

Umap est un projet open source d’Openstreet Map. Il offre de la géolocalisation : insérez des emplacements précis dans une carte et enrichissez-les de liens externes qui renvoient vers des billets de blog, etc.

Vous avez aimé cet article ?  Inscrivez-vous à ma newsletter et ne ratez plus aucun article ou événément !

Catégories
Uncategorized

Comment et pourquoi utiliser les réseaux sociaux en formation

Quels sont les usages que les enseignants et les formateurs peuvent faire des médias et réseaux sociaux ? A quoi peuvent-ils bien servir en classe ? Voici quelques idées d’utilisation et quelques réflexions qu’elles m’inspirent.

J’ai tenté de formaliser ces usages pédagogiques en réfléchissant sur ma propre expérience de formateur en la matière. J’en ai dégagé une série d’usages des réseaux sociaux qui s’appliquent à la classe ou à la salle de formation.

Les usages cités ici le sont à titre d’exemple et ne prétendent pas à l’exhaustivité : ils veulent simplement rendre compte du potentiel éducatif et formateur des réseaux sociaux si on les exploite avec un peu d’imagination et d’ouverture d’esprit.

(Cliquez sur l’image pour l’agrandir.  Vous pouvez aussi la télécharger gratuitement au format XMind sur ma page Biggerplate).

Usages des réseaux sociaux en classe

1. Outils de conception de cours (course design)

Même si les médias et réseaux sociaux sont loin de constituer de véritables « authoring tools » – ces outils qui permettent de scénariser une formation – ils offrent néanmoins quelques fonctionnalités qui permettent de créer des exercices.

 Facebook par exemple propose des outils de création de documents en ligne ou de questionnaires à choix multiples. Ces documents permettent de rédiger des consignes, des intitulés d’exercices, etc. Les événements annoncent un travail à remettre, un meetup ou un webinaire, par exemple.

1.1. Scénarisation ?

Je n’ai pas trouvé d’outils permettant une véritable scénarisation des cours ou des formations dans les médias sociaux. Il faut donc passer par d’autres outils dédiés ou, comme moi, par des mindmaps, pour scénariser les séquences pédagogiques consacrées aux réseaux sociaux ou utilisant les médias sociaux comme supports de formation.

1.2. Création de documents

Facebook permet la création de documents en ligne dans ses groupes. Ces documents permettent le partage de consignes, d’intitulés d’exercices, de contenus pédagogiques, etc. Voir ci-dessous la partie « LMS » et partage de contenus.

Twitter était au départ un outil de microblogging et par conséquent, on peut créer des « micro-documents » que sont les tweets pour divers usages que je détaille dans la suite de cet article et aussi dans mon article sur la formation Enseignez avec les réseaux sociaux.

1.3. Questionnaires à choix multiple

Les groupes Facebook permettent la création en ligne de questionnaires à choix multiples. Le formateur décide de laisser ou non les participants compléter son questionnaire avec leurs propres réponses.

Ces particularités peuvent aussi être utilisées pour un sondage. Par exemple, dans une classe, j’avais proposé le choix entre diverses activités et les participants pouvaient m’en proposer une autre.

2. Support d’exercice

Les réseaux sociaux sont d’excellents supports d’exercice. Avec un peu d’imagination, on peut facilement les détourner – les « hacker » – de leur fonction première et en faire d’excellents outils dont le côté ludique motive les participants.

2.1. Twitter

La limite des 140 caractères de Twitter est particulièrement intéressante. Elle n’est pas sans rappeler les contraintes de l’Oulipo, un mouvement littéraire qui n’a cessé de (se) jouer des contraintes textuelles.

On peut d’ailleurs s’inspirer de ces contraintes oulipiennes pour corser certains jeux avec Twitter. L’emploi du lipogramme en « e » – pensez à La Disparition de Georges Pérec – est particulièrement difficile mais jouissif : les participants doivent rédiger un texte de 140 caractères sans utiliser cette voyelle.  Exemple : « tu t’y rôtiras dix doigts : sans ça pas d’communication mon loup : ni chanson, ni discours, ni bambin du limon ni John larmoyant sur son pot. » (Avez-vous reconnu les deux oeuvres auxquelles je fais allusion dans ce petit texte ?).

2.1.1. Ecriture collaborative

Sur le principe du « cadavre exquis », le formateur peut demander aux participants de rédiger une partie de texte sous forme de tweets. Le suivant continue l’histoire avec un autre tweet et ainsi de suite jusqu’à la fin du récit.

2.1.2. Haïkus

Les participants doivent rédiger un poème de 140 caractères qui respecte – ou non – l’alternance de vers des Haïkus japonais.  Le formateur peut organiser un concours, un tweet live ou une exposition des meilleures oeuvres.

2.1.3. Opérateurs de recherche

Twitter est un outil de veille puissant. Grâce à ses opérateurs de recherche, on peut filtrer l’information publiée sur Twitter de manière très fine. D’autant plus que les divers opérateurs peuvent être combinés entre eux pour former des requêtes très fines.

Le formateur peut lancer une recherche sur un thème libre ou imposé, lié à la thématique du jour.  Il demande aux participants de comparer les résultats des différents opérateurs et d’en expliquer le fonctionnement.

3. Partage de ressources

Les médias et réseaux sociaux sont également très importants pour le partage de ressources entre étudiants. Voici quelques exemples.

3.1 Stumbleupon

Stumbleupon est un cas particulier. Son nom signifie « trébucher sur » et il est basé en grande partie sur la sérendipité, le fait de découvrir des choses par hasard. Lorsque vous cliquez pour la première fois sur Stumbleupon, le site vous propose une page au hasard. Si vous aimez cette page, si elle vous intéresse, vous cliquez sur l’icône I Like. Et Stumbleupon vous proposera d’autres pages similaires. Sinon, cliquez sur I don’t like et Stumbleupon ne vous proposera plus de pages de ce type. Au fur et à mesure que vous l’utilisez, le média affine sa sélection et vous propose des pages ciblées.

 Ce ne serait pas un vrai média social s’il ne proposait pas de partager vos pages préférées assorties d’un commentaire de votre crû.

4. Learning Management System (plateforme de gestion d’apprentissage)

Certains médias ou réseaux sociaux sont si complets qu’ils permettent d’émuler le fonctionnement d’une plateforme d’apprentissage (LMS – Learning Management System).

4.1. Groupe fermé Facebook

 L’utilisation d’un espace en ligne comme un groupe fermé secret sur Facebook peut servir à la sensibilisation tant des formateurs que des apprenants à la formation en ligne.

 Ce groupe Facebook peut être utilisé comme prolongement ou complément à une formation en présentiel. Il constitue alors la partie en ligne d’une formation hybride.

 Le groupe Facebook permet vraiment d’échanger de nombreux articles différents, de programmer des événéments, etc. tel qu’un LMS – Learning Management System ou plateforme de distribution de formations en ligne. Je connais un professeur d’Université à la faculté de médecine de Kuala Lumpur qui n’utilise rien d’autre comme support de cours en ligne.

 La grande différence entre un LMS et un groupe fermé Facebook est l’absence de statistiques et aussi de certains éléments.

 L’utilisation d’un outil tel qu’un groupe secret Facebook peut constituer le premier pas vers l’adoption d’un LMS comme Moodle ou SpeachMe, par exemple.

 C’est aussi une base intéressante pour travailler la notion de social learning.

J’ai détaillé la pratique du groupe secret Facebook dans mon article sur la Formation Enseignez avec les réseaux sociaux.

4.2. Le Blog

Le blog est un média social particulièrement puissant. Il peut combiner texte, images, vidéo, son, questionnaires, etc.

 Je l’ai utilisé pour former des groupes de jeunes à la recherche d’emploi. Il peut servir de journal de bord des activités du groupe, d’outil de communication vers l’extérieur ou exclusivement au sein du groupe (protection par un mot de passe).

L’utilisation d’éléments dynamiques comme la vidéo, l’animation avec outils comme Explee ou Moovly, l’exploitation d’outils de création de BD, etc. font du blog un outil aussi ludique que structurant. Il demande cependant beaucoup de travail de la part du formateur.

Les participants doivent aussi être sensibilisés aux principes de la publication – c’est le cas aussi pour les réseaux sociaux, mais c’est surtout vrai pour un blog dont la permanence dans le temps l’expose à davantage de risques en matière de droits d’auteurs. Les participants doivent donc savoir qu’on ne publie pas n’importe quoi n’importe comment, qu’il faut respecter l’intégrité des personnes et la propriété intellectuelle d’autrui, etc.

Toutes ces notions ne vont pas de soi, loin s’en faut.

5. Classe virtuelle avec Google+

Google Plus propose un outil de vidéo-conférence gratuit : le Hangout.

Non seulement, il permet de s’adresser à un public distant, mais il offre des caractéristiques supplémentaires très intéressantes dans le cadre de la formation :

  •  il permet jusqu’à dix interlocuteurs connectés en vidéo
  • il accepte un nombre illimités de participants
  • les participants peuvent poser des questions via les commentaires
  • les orateurs peuvent partager plusieurs écrans d’ordinateurs
  • ils peuvent afficher des documents en provenance de Google Drive
  • ils peuvent utiliser les applications liées au compte Google Drive (cartes mentales, diagrammes, tableurs, etc.)
  • la séance peut ensuite être publiée sur Youtube où elle sera visible par tous en permanence (visibilité)

De quoi s’initier aux délices de la classe virtuelle sans bourse délier.

 6. Formation par les pairs

Personnellement, je crois énormément à la formation par les pairs.

Un élément qui nous est donné par un égal – un apprenant comme nous – possède un autre poids, une autre consistance que le même élément donné par le formateur ou le professeur.

Les médias sociaux fournissent de nombreuses occasions de formation par les pairs :

  • réponses aux questions posées les uns aux autres, aide réciproque, étude à plusieurs
  • échanges d’informations et de bonnes pratiques
  • soutien psychologique – lorsqu’un apprenant est démotivé, les autres peuvent le soutenir, lui remonter le moral, le remotiver
  • motivation, émulation : voir les autres réussir peut donner envie de s’y essayer aussi (pourquoi pas moi ?)

La socialisation est un élément important de la formation en ligne et particulièrement du social learning.

7. Socialisation

 Le social learning ne consiste pas seulement en échanges formels – informations, ressources, travaux, etc. Les échanges informels, de type social, y sont extrêmement importants.

 Cette dimension sociale de l’apprentissage est loin d’être nouvelle : elle est sans doute aussi vieille que l’école. Qui n’a pas eu de relations privilégiées avec un ou plusieurs camarades de classe ? Des personnes à qui on pouvait demander une explication ou un conseil ? Avec qui on pouvait échanger des solutions ? Qui nous apportaient nos devoirs la maison lorsque nous étions malades ? Et avec qui nous concoctions canulars et plaisanteries ? Avec qui nous passions du bon temps en-dehors du temps scolaire ?

 Nous redécouvrons soudain l’importance de cette dimension sociale de l’apprentissage. Peut-être parce que les nouveaux supports que sont les réseaux sociaux nous y ramènent par une autre support que ceux auxquels nous étions habitués ? Peut-être aussi parce que la dimension sociale est de plus en plus mince dans notre vie quotidienne ?

La socialisation en formation avec les réseaux sociaux ce peut être :

  • des échanges informels d’impressions :
    • sur le formateur
    • sur la formation
    • sur le propre parcours des participants
  • du bavardage
  • le développement de relations amicales avec une ou plusieurs personnes du groupe

Cela vous paraît trivial ?  C’est pourtant ce qui forme la trame de nos journées et c’est extrêmement important pour la réussite de n’importe quelle formation : a fortiori, en ligne !

8. Un cas particulier : la curation

La curation est un cas particulier de l’usage des réseaux et médias sociaux.

 Elle consiste en quatre étapes qui sont détaillées ci-dessous :

  • la veille (recherche de documents et de sources pertinents par rapport à une thématique particulière
  • la sélection des documents pertinents par rapport à la thématique et au public visé
  • le traitement des documents : mise en forme et ajout du point de vue du curateur
  • diffusion : distribution via des canaux différents des documents pertinents aux bons destinataires

 La curation est un élément important de l’environnement personnel d’apprentissage. C’est également une pratique très formatrice. Surtout de nos jours. En effet, de nombreux adolescents – et combien d’adultes ? – se contentent de trouver de l’information via Google, de la copier-coller et de la restituer telle quelle.

 La curation est une discipline exigeante qui demande des compétences variées, essentielles tant pour l’éducation et la formation que pour la survie en entreprise.

Je n’entre pas dans le détail de la pratique de la curation car j’en ai déjà parlé dans mon article Curation : et si on parlait un peu stratégie ?

Conclusion : les réseaux sociaux ont toute leur place en  formation

 Oui les réseaux et médias sociaux ont toute leur place dans la formation.  Ils permettent non seulement d’échanger des ressources et des informations, mais ils engagent les apprenants dans la formation comme peu d’autres méthodes.

Avec les réseaux sociaux, les apprenants se réapproprient une bonne partie des initiatives d’apprentissage.  Ils peuvent combiner production du savoir et échanges sociaux, formels et informels.  Ils tracent eux-mêmes les contours de leur apprentissage.

Les formateurs, eux, peuvent distribuer à tous en quelques clics, consignes, documents, ressources…  Ils peuvent s’adresser à tous ou à chacun en temps réel. Avec les jeunes, le côté ludique des réseaux sociaux fait tomber bien des barrières qu’un système lourd ou d’aspect trop académique érige entre le formateur et les apprenants.

Les réseaux peuvent aussi devenir le meilleur vecteur de la formation aux réseaux sociaux : ceci pour éviter les risques de harcèlement ou d’emplois frauduleux ou agressifs de ces outils par des adolescents non-conscientisés.

Bref, ils ne sont pas la panacée, mais ils valent certainement la peine d’être expérimentés, diffusés et enseignés.

Vous avez aimé cet article ?  Inscrivez-vous à ma newsletter et ne ratez plus aucun article ou événément !

Catégories
Logiciels Mindomo Tutoriel

Comment créer une présentation à partir d’une mindmap Mindomo

Un dessin vaut mieux qu’un long discours.  Une mindmap, avec le texte et l’image vaut mieux qu’un dessin.  Mais comment transformer une mindmap Mindomo en présentation ?  Suivez le guide !

Les mindmaps sont des outils très efficaces pour communiquer, contrairement à ce que croient certaines personnes qui en parlent généralement sans y connaître grand chose.  J’ai présenté des dizaines de situations en public avec une mindmap et je ne l’ai jamais regretté.

Une façon unique d’illustrer les idées et la structure qui les lie

La grande force des mindmaps est non seulement de visualiser nos idées, mais surtout de montrer les liens qui existent entre elles, la structure selon laquelle elles s’organisent.

J’ai pris l’exemple d’une carte mentale que j’ai réalisée il y a quelques semaines pour présenter la nouvelle interface de classe virtuelle School de Mindomo.

Une interface très complète

On comprend parfaitement – si on connaît les codes du mindmapping – que le thème de la carte est cette interface School, qu’elle permet le partage automatique de mindmaps, que l’accès se fait par le logiciel Mindomo, etc.

Les illustrations concourent à une meilleure compréhension, à l’identification quasi-immédiate des différents éléments tandis que les branches organisent la disposition spatiale de l’ensemble et visualisent la hiérarchie des concepts et la façon dont ils sont liés.

Le module présentation : un support visuel complet

Lors d’une présentation, on peut utiliser cette carte de façon statique : je désigne les éléments de la carte un à un au fil de mon discours.  Ou je peux tirer avantage des éléments dynamiques de la carte et « déplier » les branches les unes après les autres.  C’est déjà plus attrayant pour mon audience.

Mais le module de présentation de Mindomo permet d’aller beaucoup plus loin : en quelques clics, il transforme ma carte en une présentation dynamique, avec zooms et translations fluides, à l’instar de Prezi.

Transformer une mindmap en présentation prend au plus quelques minutes.  L’insertion des diapositives se fait de manière très intuitive.  Et peut être modifiée à tout moment.

En outre, une carte Mindomo rendue publique devient automatiquement une présentation interactive en ligne : les internautes peuvent actionner votre présentation à l’aide des flèches gauches et droites.  Vous pouvez également intégrer votre carte dans une page de votre site web ou de votre blog.

Bref, un outil de présentation moins complet que Prezi, mais qui vous permettra de créer des présentations en quelques clics à partir de vos mindmaps existantes.  Et que vous pouvez utiliser partout.

 Vous avez aimé cet article ?  Inscrivez-vous à ma newsletter et ne ratez plus aucun article ou événément !

Catégories
Logiciels Mindomo Tutoriel Uncategorized

Comment créer une mindmap Mindomo à partir d’un fichier-texte

La plupart des (bons) logiciels de mindmapping exportent la structure et/ou le contenu d’une carte mentale vers Word ou d’autres éditeurs de texte.  Mais qu’en est-il de l’import de texte pour créer une Mindmap ?

Avec Mindomo, c’est très facile.

Importation d’un fichier au format txt

Il suffit de vous rendre dans l’interface « Cartes » de Mindomo.

Ensuite, au lieu de cliquer sur « Créer » comme pour créer une carte mentale depuis zéro, cliquer sur « Importer ».

Une fenêtre de dialogue apparaît ensuite.

Choisissez l’appareil ou le périphérique depuis lequel vous allez importer votre texte :

  • votre ordinateur
  • Dropbox
  • Google Drive

Ensuite, dans les formats proposés, sélectionnez : « Text Fichier » (*.txt)

Patientez quelques secondes…

Les lignes de texte forment les éléments de votre mindmap Mindomo

Votre fichier est devenu une mindmap Mindomo !

Importation du texte dans Mindomo

La première ligne de votre fichier est devenue le sujet central de votre carte mentale.

La deuxième ligne est devenue le premier sujet principal (branche principale) de votre mindmap.

Et ainsi de suite.

Une vidéo pour montrer l’ensemble du processus d’importation du texte

Pour que ce soit encore plus simple pour vous, regardez comment faire sur la vidéo Youtube ci-dessous :

Vous voyez, cela ne prend réellement que quelques secondes.

N’abusez pas de cette facilité !

Importez des textes courts, des listes, des notes prises au vol et qui consistent en quelques mots-clés.

N’importez pas de phrases interminables qui deviennent rapidement des mindmaps illisibles !

Bon travail 😉

Vous avez aimé cet article ?  Inscrivez-vous à ma newsletter et ne ratez plus aucun article ou événément !

Catégories
Communication

Curation : et si on parlait un peu stratégie ?

Trop de curateurs amateurs se jettent sur Scoop it ou Paper.li.  Et ils oublient le ba-ba de la curation : d’abord déterminer votre stratégie !

La curation est très en vogue en ce moment.  Tout le monde en fait ou presque.

Mais la curation, qu’est-ce que c’est ?

La curation, un métier vieux comme les musées !

A force de parler « curation » en association avec Internet, on en oublie qu’il s’agit en fait d’un vieux mot latin qui signifie « celui qui prend soin de« .

La curation, c’est le métier d’un « curateur » : en Belgique, on l’utilise souvent pour désigner une personne qui prend soin des actifs et passifs d’une société en faillite.  Mais aussi pour qualifier une personne qui, dans les musées ou les institutions culturelles, organise les expositions.

Dans ce cas, le curateur, c’est la personne qui :

  1. détermine le thème d’une exposition,
  2. cible les oeuvres qui méritent d’être vues
  3. les contextualise en les reliant entre elle mais aussi à leur auteur, à leur époque, etc.
  4. les partage avec le public en les mettant en scène

La curation sur Internet : c’est la même chose !

Trop d’articles sur la curation ne parlent que des outils, des plateformes : de l’aspect purement technique.

Or, l’essentiel dans la curation comme dans toute veille, se trouve ailleurs.  L’essentiel, c’est votre stratégie.  Trop de curateurs l’oublient.  Et donc, ils attirent peu d’abonnés.  Car ils ne remplissent pas leur fonction qui est de :

  1. déterminer le thème de leur veille
  2. cibler les informations qui valent la peine d’être lues ou vues
  3. les contextualiser en ajoutant leur point de vue et/ou en ajoutant des liens vers d’autres ressources
  4. les partager avec leur public, leur communauté, en les mettant en forme

Et donc, la curation, ce n’est pas glâner des trucs sur le Net au petit bonheur la chance et les rassembler dans l’espoir que des foules vont se déplacer pour visiter votre cabinet de curiosités.

La curation : l’arme mortelle de l’infobésité

La curation répond à un besoin crucial : la lutte contre l’infobésité.

Nous sommes tous submergés par un flux ininterrompu d’informations qui croît de jour en jour.  Vous croyez que j’exagère ?  Examinons un peu les chiffres.

Regardez  les premières minutes de cette vidéo de Brad Frost sur Youtube.  Elle est en anglais, mais les graphiques sont suffisamment éloquents.

Texte :

En 2012, 15 millions de livres ont été publiés aux Etats-Unis, soit 10 % des livres jamais publiés.

Photos :

  • 10 % de toutes les photos qui ont été prises depuis la création de la photographie, il y a 200 ans ont été prises en 2012.
  • 300 millions de photos postées sur Facebook chaque jour.

 Vidéos :

  • Sur Youtube, 72 heures de vidéo sont téléchargées chaque minute.
  • Les internautes y regardent l’équivalent de 4 milliards d’heures de vidéo chaque mois.
  • Netflix utilise 32,7 % de la bande passante totale d’Internet…

Blogs, sites et médias sociaux :

  • 571 sites web sont créés chaque minute
  • 347 blogs WordPress sont créés chaque minute
  • 27.778 posts sont créés sur Tumblr chaque minute
  • 500 millions de tweets sont envoyés chaque jour
  • 2,5 milliards de contenus (images, texte, liens) sont partagés chaque jour sur Facebook

Tout ceci contribue à la production de 667.000.000.000.000.000.000 hexabytes de contenus !

Mais ce déluge ne menace qu’une portion de l’humanité : seuls 2,5 milliards d’humains ont accès à Internet sur 7 milliards.  Cela veut dire que la grosse majorité, 4,5 milliards, n’ont pas accès à cette information du tout…

Partage inégal de l’accès à Internet

Etablir une stratégie pour échapper à l’infobésité

Le rôle de la curation, c’est justement de vous aider à échapper à tout ce bruit et à trouver l’info que vous cherchez et pas dix milliards d’autres.

Et donc, avant de vous ruer sur les outils, prenez le temps de la réflexion.  Et peut-être un crayon ou une feuille.

Dans le cas d’une veille, la première étape, c’est le ciblage de l’information.  Mais nous parlons de curation.  C’est-à-dire de partage de votre veille.

Si nous partions plutôt de votre public ?

Parce qu’après tout, l’objectif premier de la curation, c’est d’aider les membres de votre communauté à s’y retrouver dans le déluge de l’infobésité et de trouver LA bonne info qui les intéresse…

Qui est votre public ?  A quoi s’intéresse-t-il ?  Quels sont les thèmes, les secteurs de l’information qui l’intéressent ?  Quel sont les éléments susceptible de l’aider dans son travail, dans ses études, dans sa vie quotidienne ?  Ou tout simplement, quelle passion partage-t-il avec vous ?

Utilisez une carte d’empathie pour identifier les besoins de votre public

Au besoin aidez-vous d’une carte d’empathie.  En voici un modèle que j’ai réalisé avec Mindomo et que vous pouvez également voir en ligne en cliquant sur ce lien.

Carte d’empathie

De cette manière, vous pouvez mieux ressentir ce que fait votre public, ce qu’il pense,  la manière dont il s’exprime, etc.

Vous avez plus de chance d’identifier les bons thèmes.

Ensuite, cibler votre veille.  Quelles sont les bonnes sources d’informations ?  Les sites fiables, les blogs qui ne racontent pas n’importe quoi, les forums ou les groupes Linkedins où les professionnels s’expriment ?

Enfin, choisissez un outil de curation.

Mais attention !

Gardez à l’esprit votre objectif initial : éviter le bruit pour vos abonnés !

Je vois trop de Scoop it du type « trucs glânés sur le Web« , « ma collection de trucs« , etc.

Si vous procédez de cette façon-là, vous reproduisez à votre échelle ce que le web fait déjà à l’échelle planétaire : vous entretenez le bruit, vous noyez les informations intéressantes dans un brouhaha qui assourdit vos visiteurs.

Premier conseil : ciblez un ou deux mots-clés par topic

Déterminez un thème, un ou deux mots-clés, pas plus par « topic » comme on les appelle sur Scoop it.  Et consacrez-y les 99 % de votre curation.  Laissez un petit pourcent pour la sérendipité.  Il n’est pas mauvais de surprendre quelquefois ses visiteurs par un écart, par un coup de coeur qui n’est pas directement lié à votre topic.  Mais n’abusez pas de cette surprise, et surtout, n’ajoutez pas un article sur la nouvelle voiture de sport dans un Scoop it qui parle d’écologie et de développement durable.  Si vous pensez que j’exagère, faites un tour sur Scoop it et vous verrez que les surprises de ce genre ne manquent pas.

Deuxième conseil : évitez absolument le clic automatique sur tout ce qui bouge !

Je vois aussi trop de curateurs sur Scoop it qui cliquent systématiquement sur tout ce qui concerne leur discipline.  Encore une fois, le rôle de la curation, c’est bien d’orienter l’information pertinente vers vos abonnés.  Pas tout et n’importe quoi !

J’ai refusé des tonnes de suggestions de la part d’autres scoopiteurs parce que, désolé les gars, leurs articles n’étaient pas à la hauteur : syntaxe aproximative, orthographe inexistante, sujet mal compris, article inachevé ou d’une superficialité qui ferait passer Nabilla pour la fille d’Einstein…  et j’en passe, c’est un jour de bonté aujourd’hui, vous avez remarqué ?

Ce qu’attendent de vous vos abonnés, c’est une information de qualité.  Et donc,

Troisième conseil : lisez avant de partager !

 Je vois aussi des scoopiteurs qui cliquent sur tout ce qui concerne leur discipline sans avoir lu le contenu de ce qu’ils ont diffusé.  C’est manifeste.

Je me suis dit que j’allais un jour faire l’expérience : je publierai un titre hyper-sérieux avec un texte débile, constitué d’insultes et de phrases collées au hasard.  Et bien, je suis certain qu’un nombre non-négligeable de « curateurs » relaieront joyeusement « l’information« .

Il n’est pas toujours nécessaire de lire tout l’article avant de le relayer, mais une lecture en diagonale des titres, intertitres et mots principaux des paragraphes s’impose.  Au pire, lisez au moins le chapô.  Mais lisez, bon dieu !

Quatrième conseil : contextualisez, commentez, ajoutez de la valeur

Vous avez trouvé l’info du siècle qui va passionner vos abonnés ?  C’est très bien.

Mais allez-vous leur transmettre cette information brute ?  Ce serait dommage.

Ajoutez donc votre grain de sel : donnez votre point de vue sur cet article, sur le contenu de cette vidéo, sur la pertinence de cette infographie.  Commentez-la.  Replacez-la dans son contexte.  Ajoutez-y des liens pertinents.

C’est cela votre valeur ajoutée en tant que curateur : la bonne information avec le regard d’un professionnel.  Sinon, un agrégateur de flux RSS fera tout aussi bien l’affaire…

Non seulement vos abonnés apprécieront votre point de vue, mais vous gagnerez en notoriété : vous serez considéré comme un expert, capable de repérer la bonne information pour le bon public ; capable de la commenter, de la relativiser, de la contextualiser.

Et croyez-moi, des curateurs de cette qualité-là, ça ne court pas les avenues de l’information !

Conclusion : la curation c’est difficile et ça prend du temps

Eh non, on n’a rien sans rien.  Si vous voulez des followers ou des abonnés sur Scoop it ou Paper.li, il faut faire des efforts.  Il faut cibler son public, cibler son info, lire, parcourir des sites web, des médias sociaux, bouffer des kilomètres de texte et des dédales d’images pour publier, in fine, une portion infime de tout cela.  La partie qui en vaut la peine, la perle de l’information dans le fumier d’Internet.

Il faut y consacrer du temps, de l’énergie, de la passion.  Mais vos abonnés vous en seront reconnaissants 😉

Vous avez aimé cet article ?  Inscrivez-vous à notre newsletter et ne ratez plus aucun article ou événément !

Catégories
Logiciels Mindomo

Mindomo logiciel de mindmapping : importations et exportations

Mindomo, le logiciel de mindmapping collaboratif, assure qu’il peut importer et exporter un  nombre impressionnant de formats différents.  J’ai voulu vérifier cette affirmation et tester quelques importations et exportations pour vous.  En voici les résultats.

Dans mon article précédent sur Mindomo, je vous faisais part du nombre impressionnant de possibilités d’importation et d’exportation vers et depuis ce logiciel de mindmapping.  J’ai voulu vérifier ce qu’il en était réellement, et j’ai exécuté quelques tests.

Huit formats d’importation

Mindomo offre huit formats d’importation.  Les voici résumé sur la fenêtre de dialogue d’importation du logiciel de mindmapping :

Formats d’import de Mindomo

Ces huits formats de fichiers peuvent être importés depuis votre ordinateur, mais aussi depuis votre Google Drive ou votre Dropbox : Mindomo étant un logiciel de mindmapping collaboratif n’oublie jamais d’utiliser les possibilités du cloud.

Cela peut paraître bizarre que Mindomo importe des fichiers Mindomo : en fait, l’application en ligne peut importer des fichiers de type *.mom, c’est-à-dire des fichiers Mindomo créés à partir de la version de bureau (desktop).

J’ai également essayé d’autres formats d’importations dont vous pouvez lire les résultats dans la suite de l’article.

Importation de XMind vers Mindomo : une fidélité exceptionnelle !

J’ai commencé par un essai d’importation d’un fichier XMind vers Mindomo.  J’ai utilisé une carte d’illustration de la méthode GTD (Getting Things Done) de David Allen.  Vous pouvez télécharger gratuitement cette carte « objectifs GTD » sur ma page Biggerplate !

6 niveaux de vision dans GTD

C’était intéressant d’utiliser cette carte pour deux raisons au moins :

  1. je voulais voir si les sujets flottants étaient conservés et si oui, où dans la carte
  2. je voulais savoir ce que Mindomo ferait des éléments derrière l’accolade, sachant que ce logiciel de mindmapping ne propose pas cette fonctionnalité.

La vidéo du test : la mindmap importée en quelques secondes

L’importation se déroule à une vitesse impressionnante.  Et le résultat ne l’est pas moins !

Mindomo non seulement a conservé les sujets flottants, mais ils sont toujours à leur place : le titre au dessus et mon logo en-dessous de la carte, même s’ils sont un peu plus écartés que dans l’original…

Pour les sujets placés derrière l’accolade, Mindomo, les a agrégés aux sujets précédents en tant que sous-sujet comme vous pouvez le voir sur l’image suivante :

6 niveaux d’objectifs GTD dans Mindomo

Par contre, j’ai essayé d’importer une carte XMind dans laquelle se trouvaient des informations de tâches : la carte est bien importée, mais les informations de tâches ont disparu.  Seuls subsistent les icones de priorité et d’achèvement, mais les  personnes à qui les tâches avaient été assignées, les descriptions, le début et la fin, rien de tout cela n’a été conservé.  C’est un problème récurrent entre les différents logiciels de mindmpping : le codage des informations de tâches est différent d’un software à l’autre et ils ne sont pas compatibles…

Importation de MindManager vers Mindomo : tout y est !

J’ai renouvelé l’expérience avec une carte MindManager que j’ai téléchargée de Biggerplate.  Et je l’ai importée dans Mindomo.  Ici aussi, quelques secondes de patience suffisent pour voir apparaître la carte au nouveau format :

Mindmap Mindmanager importée

Tout y est : je n’ai pas déployé tous les niveaux de cette carte mentale particulièrement complexe, car cela donne une image gigantesque.  Mais tout a été conservé dans la mindmap Mindomo.

De Mindmeister vers Mindomo : cherchez l’erreur !

J’ai converti une carte Mindmeister en une carte Mindomo.

Voici la première, version Mindmeister, que j’ai utilisée pour illustrer cet article sur le livre de Pierre Mongin Mieux s’organiser, La stratégie du Post-it et du kanban personnel :

Carte Mindmeister

Et voici le résultat de l’exportation au format Mindomo :

Version Mindomo

Seule l’image de la troisième branche a été modifiée.  Tout le reste de la carte est d’une fidélité à toute épreuve.

Des formats d’exportations nombreux et utiles

Voici la fenêtre de dialogue qui reprend l’ensemble des exportations possible de Mindomo.

Exportations depuis Mindomo

Mindomo est un « freemium », c’est-à-dire un logiciel qui propose au moins une version gratuite et plusieurs versions payantes.  La version gratuite propose un nombre minimum d’exports, comme c’est souvent le cas.  Mais la version complète offre un nombre impressionnant de formats d’exportation comme vous pouvez le constater ci-dessus.

Exportation vers Freemind : la structure est intacte

J’ai tenté l’exportation vers Freemind.  J’ai repris la mindmap des 6 niveaux d’objectifs de GTD.  La structure est toujours présente, mais les images ont disparu et le sujet flottant du titre a été agrégé comme sujet de la carte.  Quant au logo, il a disparu avec les autres images !  Seules les icones ont survécu.

Importation de la mindmap dans Freemind

Le problème vient peut-être du fait que l’exportation s’opère avec un ancien format de Freemind et que ce dernier doit également convertir la carte déjà convertie depuis Mindomo.  Deux conversions, cela fait sans doute une de trop…

Exportation vers Word et les fichiers texte

Mindomo permet d’exporter les cartes mentales ou mindmaps sous différents formats de texte :

  • TXT : c’est le format du blocnote de Windows, du texte sans aucun enrichissement
  • RTF : le format de texte enrichi, celui utilisé par les traitements de texte comme Word
  • PDF : le format portabe d’Adobe

J’ai testé l’export vers un fichier Word dont voici un aperçu :

Export de Mindomo vers Word

Dans ce cas précis, j’ai demandé un format « table des matières » qui structure le texte selon la disposition des sujets dans la carte mentale Mindomo.  Ensuite, on peut créer une mise en page avec les styles automatiques de Word et une table des matières automatiques : un gain de temps précieux pour qui doit rédiger des textes avec une structure longue.

Le texte tapé dans les « notes » dans la carte mentale apparaît sous forme de texte suivi dans Word, juste en-dessous du sujet qui lui s’affiche comme un titre.

Format OPML : pratique pour structurer un texte dans Scrivener

Si vous utilisez le studio d’écriture Scrivener, vous pouvez utiliser une mindmap Mindomo pour structurer votre document.   Je prends comme exemple la carte « La philosophie de Scrivener » :

Mindmap Mindomo

Je l’exporte ensuite au format OPML.

Et enfin, j’exporte le fichier dans Scrivener au format OPML, comme ceci :

Importer OPML ou mindmap

La carte est désormais intégrée dans mon Scrivener en tant que « projet » comprenant 35 documents : ces 35 documents sont en fait les éléments de ma carte Mindomo d’origine comme le montre cette vue en « tableau de liège » de Scrivener :

Document importé dans Scrivener

Idéal pour structurer des documents longs comme une thèse de doctorat.

Je ne m’attarderai pas sur l’export au format PNG ou image car cet article en affiche quelques-unes qui sont elles aussi le résultat d’exportations de cartes mentales Mindomo vers PNG.

Exportation vers Excel : plusieurs formats disponibles

Mindomo exporte également vos cartes mentales ou mindmaps vers le format de tableur Excel de Microsoft.  Il peut le faire selon 4 formats différents :

  • le plan horizontal
  • l’arborescence horizontale
  • les données pour diagramme de Gantt
  • le plan vertical

Je ne vais pas me consacrer aux données pour diagrammes de Gantt qui appartiennent plutôt à la gestion de projet avec Mindomo sur laquelle je reviendrai dans un autre article.

Passons en revue les trois autres modalités.

1. Export de Mindomo vers Excel : plan horizontal

C’est le cas de figure le plus courant : les branches deviennent les lignes du tableau Excel.

Export Excel en plan horizontal

C’est clair, lisible.  Il suffit d’ajouter les formules de calcul à droite pour connaître le prix des fournitures et en bas pour les totaux.

2. Export de Mindomo vers Excel : arborescence horizontale

C’est un format où tous les éléments sont décalés d’une cellule vers le bas à mesure qu’on avance vers la droite dans le tableau.  Un format  utilisé par les comptables.

Export vers Mindomo en arborescence horizontale

3. Export de Mindomo vers Excel : plan vertical

Dans ce format, les branches deviennent non pas les lignes mais les en-têtes des colonnes.  Un affichage pertinent si les branches principales sont peu nombreuses et contiennent beaucoup de sous-sujets :

Exportation vers Excel : plan vertical

Conclusions

En conclusion, on peut affirmer sans trop de craintes de se tromper, que Mindomo est l’un des logiciels les plus complets en matière d’importations et d’exportations.

Mon expérience personnelle et mes échanges avec les collègues mindmappeurs me font dire que seuls les logiciels qui offrent des possibilités de collaboration en ligne en temps réels et une véritable interopérabilité avec les autres ont des chances de se maintenir sur un marché de plus en plus concurrentiel.

Avec ses qualités tant comme logiciel de mindmapping collaboratif que pour ses capacités d’échanges avec les autres formats, Mindomo me paraît bien parti pour durer.

Vous avez aimé cet article ?  Inscrivez-vous à ma newsletter et ne ratez plus aucun article ou événément !

Catégories
Logiciels Mindomo Test

Mindomo : du mindmapping collaboratif en ligne exceptionnel

J’ai testé l’application de mindmapping collaboratif en ligne (et de bureau) Mindomo.   Et j’ai été agréablement surpris par l’évolution de ce logiciel : une fluidité exceptionnelle et le plein de fonctions plus utiles les unes que les autres !

Avertissement : une version incomplète de cet article a été publiée par erreur le vendredi 31 mai dernier.  Je présente mes excuses à tous les lecteurs qui ont reçu une version tronquée de ce test.  Voici à présent l’article terminé.

Je continue mon exploration des applications et logiciels de mindmapping qui offrent une collaboration en ligne en temps réel.  Et donc, après Mindmaple, Mindmeister, WiseMapping et Mind42, je teste aujourd’hui Mindomo.

Mindomo est l’une des premières applications de mindmapping que j’avais essayée, il y a un peu plus de 5 ans.  Et les choses ont bien changé !  A l’époque, l’application était assez rudimentaire, même si elle proposait déjà un graphisme attrayant.

Mindomo n’est plus seulement un logiciel en ligne : vous pouvez télécharger une version de bureau pour PC, mais aussi travailler sur votre smartphone ou tablette Android ainsi que sur iPhone et iPad

Une interface élégante et une ergonomie sans faille

L’interface de Mindomo a été dessinée en Flat design, le style minimaliste très en vogue aujourd’hui et très bien décrit dans cet article de mon ami Philippe Boukobza.

Il en résulte un ensemble  clair, simple et lisible.

L’ergonomie de Mindomo a été singulièrement soignée et se révèle particulièrement efficace.  Le logiciel propose plusieurs  barres d’outils en haut, à gauche et en bas de l’écran.  Tout est sous la main.

Menu de format à partir d’un onglet

Mieux, avec la nouvelle version, les  menus qui modifient les sujets et leur contenus sont désormais  disponibles via un onglet sur les sujets eux-mêmes : ce menu permet d’ajouter des sous-sujets, un sujet flottant, une liaison avec un autre sujet, d’effacer le sujet, de voir l’historique de ses modifications, de le couper, de le copier ou de le coller.

C’est également à partir de cet onglet qu’on peut modifier la police de caractère, la couleur de cette police, ses attributs, etc.

La couleur et la forme des sujets peuvent également être modifiées à partir d’ici, ainsi que le type de connexion des sous-sujets (en mindmap rayonnante ou droite, en organigramme bas ou haut, en arbre logique, etc.).  L’utilisateur peut aussi régler le format des barrières (aussi appelées limites ou nuages dans d’autres applications).

Bref, un véritable centre de commandes à portée de main !

 

Intégration : une richesse exceptionnelle !

En matière d’intégration d’objets à une carte mentale, j’ai rarement vu un logiciel aussi complet que Mindomo.  Y compris dans les logiciels de bureau…

Il est excellent en intégration de notes, d’hyperliens, d’images, de fichiers, etc.  Et permet d’intégrer de la vidéo Youtube qui peut être jouée sans quitter la carte, y compris en ligne !

1. Intégration de notes écrites

Mindomo offre un éditeur de notes assez complet :

Editeur de notes Mindomo

  • Type de police
  • Taille de la police
  • Enrichissements : gras, italique, souligné
  • Couleur de la police
  • Alignement : gauche, droit, centré, justifier
  • Corbeille

Par contre, on peut regretter les absences suivantes :

  • Pas de numérotation
  • Pas de liste à puces
  • Pas d’intégration d’images

 2. Intégration d’hyperliens

Au niveau de l’intégration des hyperliens aussi, Mindomo se montre d’une richesse très au-dessus de la moyenne des logiciels de mindmapping !  Jugez plutôt :

a.Hyperliens vers des sites web

Comme beaucoup de logiciels de mindmapping, Mindomo intègre des hyperliens vers des sites web.  Mais il permet aussi de les intégrer en tenant compte de deux protocoles :

  • http//
  • https//

Vous pouvez donc intégrer des hyperliens sécurisés vers des pages web confidentielles : une bonne chose lorsque vous travaillez en ligne avec vos collaborateurs.

b. Hyperliens vers un sujet de la même carte mentale

Vous pouvez lier plusieurs sujets d’une même carte mentale avec des hyperliens.  C’est très intéressant lors d’une conférence ou lorsque vous manipulez des cartes complexes : vous pouvez passer d’une branche à l’autre très rapidement de cette façon.

 c. Hyperliens vers une autre carte ou une carte secondaire

Votre hyperlien peut renvoyer vers une autre carte Mindomo ou vers une carte secondaire : une carte créée à partir d’un sujet de la carte principale et qui vous permet de délester une partie de l’information vers une autre carte.

d. Hyperliens vers FTP

Pour les webmasters, il est possible d’insérer un lien de type FTP.

e. Hyperliens vers un fichier

Cet hyperlien peut renvoyer vers un fichier sur le disque dur ou déjà téléchargé sur Mindomo.

f. Hyperliens vers une adresse e-mail ou vers un numéro de téléphone

Last but not least, vous pouvez insérér un lien vers une adresse e-mail (mailto:) ou vers un numéro de téléphone (callto:).

3. Intégration d’informations de tâches

Menu Intégration des tâches

Mindomo propose un menu de gestion de tâches assez complet.  Il ne se contente pas de cela, puisqu’il propose une interface de gestion de projet dont je reparlerai dans un autre article à propos de la gestion de projet avec Mindomo.

Pour intégrer des informations de tâches, il faut activer le sujet dans la carte – en cliquant dessus une seule fois – et ensuite de cliquer sur l’icone en forme de tâches vérifiées à gauche (celui qui est dans le périmètre jaune).

Vous avez donc le choix entre 9 niveaux de priorité.  Ensuite, complétez le niveau de réalisation.  Donnez la date de démarrage de l’action et la date d’échéance.

Vous pouvez aussi estimer la durée de la tâche en minutes, heures, jours, semaines ou mois.

Assignez une personne responsable.  Et enfin, vous pouvez demander au programme de calculer automatiquement les priorités de vos tâches pour vous aider à les prioriser.

Le menu « Paramétrage » permet de définir les paramètres de votre semaine de travail : nombre de jours par semaine, d’heures par jour, etc.  « Tout enlever » permet d’effacer toutes les informations de tâches intégrées dans un sujet.

Comment cela modifie-t-il l’apparence du sujet sélectionné ?  Voici le sujet après l’intégration des tâches :

Le sujet après intégration des tâches

Le texte « Intégration des tâches » est le nom du sujet : j’ai testé l’intégration des informations de tâches dans un sujet qui en parle : ça me paraissait logique…

Le chiffre 1 dans un cercle, sur la deuxième ligne à gauche est le niveau de priorité que j’ai choisi.  Le deuxième cercle montre un taux d’achèvement de 25 %.  Le calendrier est suivi de la date d’achèvement, le 11 juin 2014.  Et enfin, l’icone en forme de buste signale que la tâche m’a été assignée.

Un seul regret : que les ressources ne puissent pas être intégrées dans le sujet comme dans Mindmaple, par exemple.  Par contre, les ressources – fichiers Words, Excel, ou autres – peuvent être intégrés dans un projet avec l’interface dont je reparlerai dans un autre article.

Intégration médias : Sons, Images et Vidéos à l’honneur

1. Intégration d’images dans votre carte mentale

Mindomo intègre des images depuis votre ordinateur, mais aussi via une URL d’image intégrée dans un site web.  Il les intègre aussi depuis d’autres sources, comme la bibliothèque Mindomo,  Flickr ou « Ma galerie personnelle », c’est-à-dire des images que vous avez téléchargées pour d’autres mindmaps, par exemple.

Il propose également, comme Mindmeister, d’intégrer des images Google.  Vous pouvez aussi inclure vos images par simple glisser-déposer.

 2. Intégration de vidéos dans votre carte mentale

Mindomo permet d’intégrer dans la carte mentale des vidéos : elles sont intégrées à un sujet et peuvent être « jouées » dans la carte, lors d’une présentation ou de l’intégration de la carte dans un site web, par exemple.

Ces vidéos peuvent provenir de trois sources :

  1.  Youtube
  2.  Viméo
  3. de votre ordinateur

Pour les deux premières, il suffit d’inclure leur URL et Mindomo se charge de les inclure dans la carte.  Pour celles qui figurent sur votre ordinateur, vous pouvez les glisser-déposer ou naviguer sur votre disque et sélectionner le fichier à télécharger.

3. Intégration de sons dans la carte mentale

Mindomo vous permet également d’intégrer des élements sonores dans une carte mentale.  Ces fichiers audio peuvent provenir de diverses sources :

  • en ligne avec l’URL
  • bibliothèque
  • note audio

Pour les fichiers en ligne, il suffit d’entrer leur URL.  Par exemple, l’adresse d’un fichier de type Soundcloud.  Dans ce cas, l’icone Soundcloud s’affiche tandis que le fichier est ouvert à l’extérieur de la carte.

Le fichier peut également provenir de notre propre bibliothèque – c’est-à-dire des fichiers préalablement téléchargés dans votre compte Mindomo.  Ou vous pouvez les télécharger au moment où vous réalisez la carte.

Et enfin, vous pouvez enregistrer directement des notes audio dans la carte.  L’image ci-dessous illustre trois façons d’intégrer un fichier son dans Mindomo : la première est une icone Soundcloud dont on a simplement entré l’URL.  La deuxième est un fichier de type MP3 téléchargé (numéro 2) et la troisième (numéro 2) est une note audio enregristrée dans la carte.  Les icones des deux derniers fichiers sont identiques : il faut cliquer sur le bouton Start pour lancer la lecture.  On peut régler le volume sonore à partir de la carte elle-même…

Fichiers audio dans une carte Mindomo

 4. Intégration de documents

Il est possible d’intégrer de nombreux formats de documents dans une carte Mindomo.  J’ai par exemple intégré un document de type epub (livre numérique) par simple glisser-déposer (drag & drop) depuis ma collection de livres numériques dans un sujet de ma carte.

Vous pouvez aussi rechercher des fichiers avec l’explorateur Windows ou lier un fichier déjà téléchargé dans votre bibliothèque Mindomo…

Collaboration : une fluidité exceptionnelle !

 De toutes les fonctionnalités de Mindomo, celle qui m’a le plus impressionné jusqu’à présent, c’est la collaboration en ligne.

Le chat permet d’échanger en ligne en temps réel pendant que différentes personnes collaborent sur la même carte.

 Les modifications effectuées sur la carte sont visibles en temps réel, synchrone.  La modification  des sujets et des divers objets sur la carte s’opère de manière très fluide et très rapide.

Chat sur Mindomo

Le chat s’active en cliquant sur l’icone en forme de bulle de BD (phylactère) en bas à droite de l’écran.

 Révisions, historique et bookmarks

Pour un logiciel qui autorise la collaboration en temps réel (synchrone), les révisions et l’historique d’une cartes sont essentielles.  En effet, comment savoir sinon quelles modifications vos collègues ont apportées à  la carte commune ?

Mindomo prévoit des commentaires et un historique de chaque carte.

1. Les commentaires

Les commentaires sont insérés via un petit éditeur de texte.  Il suffit de taper le commentaire dans la zone prévue et de taper « Enter ».  Il est intégré dans le sujet et une icone marque l’emplacement du commentaire.

Des icones de type « Like » et « Dislike » permettent d’afficher visuellement son avis sur un sujet ou le contenu d’une carte…

Commentaires dans Mindomo

 

2. Les révisions

Mindomo offre des révisions complètes de l’historique d’une carte mentale.  Cliquez sur Outils et ensuite, sur View changes for maps (non, cette partie n’est pas traduite !) et Mindomo vous affiche les changements pour plusieurs périodes possibles :

Changements d’une mindmap

3. Bookmarks  ou liens favoris

Mindomo propose aussi d’utiliser les bookmarks (ou vos liens favoris) pour les intégrer dans une carte mentale : j’en ai fait l’essai que j’ai enregistré dans cette vidéo :

Importations et exportations : tout simplement étonnant !

Mindomo affiche un potentiel d’importations et d’exportations peu commun.  Jugez par vous-même :

1. Importations

Importations dans Mindomo

Les importations peuvent se faire via votre ordinateur, Google Drive ou Dropbox.

Vous pouvez importer des mindmaps de pas moins de 6 formats de logiciels de mindmapping plus des fichiers textes et le standard d’échange OPML.

 

2. Exportations

Mais c’est sans doute au niveau des exportations que le logiciel de mindmapping se distingue.  J’ai utilisé la version gratuite pour vous montrer quelles étaient les fonctionnalités réservées aux abonnés payants :

Exportations depuis Mindomo

La plupart des exportations sont réservées aux abonnés payants.  Mais il n’en reste pas moins que la liste est impressionnante.  Je n’ai pas encore eu l’occasion de les tester tous !

Pour les entreprises, le fait de pouvoir exporter les tâches sous forme de diagramme de Gantt est évidemment appréciable, tout comme le lien possible avec Microsoft Project.

En conclusion : un logiciel de mindmapping d’une richesse exceptionnelle !

Après un mois et demi de tests et d’essais divers, je n’ai pas eu l’occasion de faire le tour de toutes les fonctionnalités de Mindomo.  Je voudrais encore tester la gestion de projet à plusieurs avec collaboration en temps réel sur des tâches précises avec échanges de ressources, etc.

Je vous parlerai de Mindomo pour Android et IOS dans un prochain billet ainsi que d’autres fonctionnalités.

Mais déjà, je peux conclure sans arrière-pensée qu’il s’agit d’une des meilleures applications de mindmapping que j’ai pu tester jusqu’ici, que ce soit en ligne ou en version de bureau.

Le lien : Mindomo.

Vous avez aimé cet article ?  Inscrivez-vous à ma newsletter et ne ratez plus aucun article ou événément !

50.9686775.824968
Catégories
Uncategorized

Mindmapping avec la suite gratuite en ligne Examtime : le test

J’ai voulu tester l’application mindmapping de la suite gratuite en ligne Examtime : et je dois avouer que je suis impressionné par la qualité de ce logiciel de mindmapping entièrement gratuit.  Et aussi par sa parfaite intégration dans cette suite d’applications en ligne.

Comme beaucoup d’autres, je me suis intéressé à la suite gratuite en ligne Examtime : une suite d’applications sur Internet, destinée aux étudiants.  Elle comprend cinq outils : un logiciel de mindmapping, une application de flashcards, un générateur de notes, un dispositif de création de questionnaires et un planificateur pour gérer votre plan d’apprentissage.

Ceux qui me connaissent et les habitués de ce blog auront reconnu des outils que j’utilise dans mes ateliers « Apprendre à Apprendre« , que ce soit pour les élèves de 9 à 15 ans ou  les étudiants du supérieur.

J’étais d’autant plus curieux de tester l’ensemble et de vous en rendre compte.

Une suite d’apprentissage en ligne très complète

Examtime est vraiment une suite d’apprentissage en ligne très complète.

Non seulement elle offre cinq outils indispensables pour les étudiants (voir plus haut) mais elle met aussi à leur disposition d’autres catégories intéressantes :

  • un gestionnaire de « Subjects« , autrement dit de « cours » qui eux-mêmes peuvent être divisés en « Topics » ou sous-sujets, parties de cours.  Par exemple, un cours de géographie pourra être divisé en Europe, Asie ou géographie physique, politique, etc.
  • un calendrier qui permet de gérer son plan d’apprentissage (lié aux cours et parties de cours)
  • des amis : Examtime, c’est aussi un réseau social d’étudiants
  • des groupes : des étudiants qui ont envie d’apprendre ensemble, des élèves d’une classe qui se retrouvent pour faire leur devoir, etc.

Autrement dit, nos étudiants vont pouvoir se former au travail collaboratif tout en apprenant leurs cours…  Je vous reparlerai des autres applications dans des articles à venir.

Une application de mindmapping très intuitive et conviviale

Aujourd’hui, je vais vous parler de l’application Mindmapping de cette suite Examtime.

J’ai donc réalisé une première mindmap que voici :

Première mindmap avec Exatime

Une prise en main très facile 

C’est fluide et très facile à prendre en main.  Quelques clics suffisent pour réaliser une carte très complète et très claire.  Petit bémol : il faut cliquer sur un sujet,  puis sur le signe + qui s’affiche en dessous pour ajouter un sous-sujet et cela prend un peu de temps.  Ce n’est pas assez rapide pour prendre note dans une réunion, par exemple.

Mais c’est d’une grande simplicité et le résultat est plutôt agréable.

Format des sujets et du texte

Le texte peut être modifié: on peut changer :

  • la taille du texte,
  • sa couleur (du noir au blanc en passant par toutes les gammes du gris)
  • le mettre en gras ou en italique

Les sujets (les bulles) peuvent également être modifiés :

  • la taille
  • la couleur

Intégration de notes, de mindmaps secondaires, et d’autres éléments d’Examtime

La mindmap permet aussi l’intégration d’autres éléments:

  • des notes : comme la plupart des logiciels de mindmapping, celui-ci permet l’ajout de notes. Particularité : on peut ajouter autant de notes qu’on le souhaite à un sujet
  • des images : l’intégration des images est possible, mais les images sont intégrées au fond de la carte, pas dans les sujets eux-mêmes.  Cela peut être ennuyeux lorsqu’on déplace un sujet : il faut déplacer manuellement l’image.  Mais les images sont repositionnables et on peut en modifier facilement la taille
  • d’autres cartes mentales : il est très facile d’ajouter une mindmap secondaire, il suffit de cliquer sur l’icône en forme d’attache-trombone, de cliquez ensuite sur le signe + et de choisir dans le menu qui apparaît la rubrique Mindmap
  • des notes Examtime : les notes créées dans le générateur de notes Examtime peuvent être intégrées dans une mindmap
  • des flashcards Examtime : les jeux produits dans la suite
  • des quiz Examtime : des questionnaires réalisés en ligne

C’est extrêmement intéressant de pouvoir intégrer dans une mindmap tous les éléments créés au sein d’Examtime : on peut ainsi profiter de l’effet structurant de la carte mentale, qui vous donne une vue d’ensemble d’un cours ou d’un sujet, avec les liens hiérarchiques entre eux.   Et aussi avoir les avantages de mémorisation des flashcards, un peu comme avec XMind2Anki.  Ou avoir sous la main une note qui traite d’un sous-sujet de la mindmap.  Ou encore un quiz (ou questionnaire) qui reprend les questions sur le sujet ou sous-sujet de la carte mentale.

C’est en fait le même principe que dans ma méthode Etudiez efficacement en 5 étapes, où chaque outil vient renforcer l’impact des autres, où la variété des exercices, des outils et des méthodes mobilise des compétences ou des groupes de neurones différents.

Par contre, il n’est pas possible d’attacher des documents extérieurs à la suite Examtime.  Dommage, car les documents fournis par le professeur ou réalisés ailleurs trouveraient toute leur place dans un tel dispositif.  Mais je suppose que la capacité des serveurs de la suite serait vite dépassée…

Le Mode Vue : entre visualisation et présentation Prezi

L’application de mindmapping d’Examtime présente également un mode « Vue« , comme toutes les applications de la suite, d’ailleurs.

Ce mode est un hybride entre une présentation Prezi ou une vidéo.  Il permet de revoir le contenu d’une mindmap comme une présentation.

Voici une vidéo qui illustre le fonctionnement de ce mode :

Il faut faire attention, cependant : la présentation ne s’affiche pas dans l’ordre de construction, mais dans un ordre quasi-aléatoire, où les dernières branches ont tendance à s’afficher avant les premières…

L’export : limité à la suite Examtime et aux images

S’il est possible d’imprimer sa mindmap, il n’est pas possible de l’exporter vers un format mindmapping standard, comme Freemind ou XMind.

Par contre, on peut copier la mindmap dans un autre sujet : par exemple, une carte qui concerne un cours sur la Géographie de l’Europe peut être copiée dans un cours sur la géographie française.

Il est très facile d’exporter la carte sous forme d’image PNG : la carte mentale qui illustre cet article a été produite de cette façon.  Il suffit de cliquer sur le bouton « Download PNG« .

Le bouton « Share » permet de partager via les médias sociaux, mais aussi d’envoyer un lien à un ami ou d’intégrer la carte dans un site web par des « iframes ».

L’exportation de la carte mentale vers les notes Examtime est également intéressante.  Je me suis livré à cet exercice en me demandant si les notes de la  mindmap seraient reproduites dans la note Examtime.  Voici le résultat de l’export de la carte mentale vers la note :

Le contenu de la mindmap dans la note Examtime

Conversion de la mindmap en note

J’ai d’abord cru que toutes les notes avaient disparu.  En effet, la note m’affiche les sujets principaux de la carte mentale sous forme de colonnes et me montre également les deux images insérées dans la carte.

Ensuite, sous chaque titre de colonnes, figurent les sous-sujets, mais tous alignés au même niveau.  Par exemple, « Texte » et « Sujets » étaient des sous-sujets de « Formats » : ils sont au même niveau et tous les sous-sujets des niveaux suivants sont listés sans qu’on puisse dire à quel sous-sujet de niveau supérieur ils appartiennent…  C’est dommage.  Une exportation avec indentation comme dans XMind ou Mindmeister aurait été plus éclairante.

Les notes de la carte mentale  dans les Annotations de la note Examtime

En fait, les notes que j’avais intégrées dans la mindmap n’ont pas disparu, contrairement à ce que je pensais, horrifié, en découvrant la note Examtime.

En fait, en cliquant sur le bouton vert « Annotations« , on découvre toutes les notes réparties en colonnes selon les sujets de la carte mentale auxquels elles sont liées.

Les notes de la carte mentale

En conclusion

Voici une application de mindmapping en ligne vraiment intéressante pour les étudiants qui veulent étudier ensemble.

Bien sûr, tout n’est pas parfait : l’intégration des images dans les branches de la carte mentale ou des imports-exports plus variés auraient été les bienvenus.  Le manque d’interopérabilité – posibilité d’échange avec les autres logiciels de mindmapping – risque bien d’être un handicap à moyen terme.

Mais dans l’ensemble, voici un outil particulièrement bien pensé, facile à prendre en main et parfaitement bien intégré dans la suite logicielle Examtime.

Un outil dont je suivrai l’évolution au cours des prochains mois.

Lien : Examtime Suite en ligne gratuite.  Pour vous former aux méthodes d’apprentissage ou au mindmapping, visitez la page Formation de mon site.

Vous avez aimé cet article ?  Inscrivez-vous à ma newsletter vous  ne raterez plus aucun article ou événément, et vous bénéficierez d’importantes réductions exclusives sur nos formations !

50.9686775.824968