Catégories
concept map creation d'entreprise Entreprise Logiciels Mindomo Outils

Mindomo pour l’entreprise : comment analyser la concurrence

Mindomo offre de nombreuses structures différentes en plus du mindmapping radial (carte mentale).  L’une d’elle, la carte conceptuelle, permet de tracer toutes sortes d’outils visuels.  J’ai utiliser cette propriété pour dessiner une carte de comparaison de la concurrence.

J’ai déjà parlé ailleurs des nombreuses structures et plateformes que propose Mindomo : j’ai donc voulu tirer parti de cette propriété pour dessiner un outil de comparaison de la concurrence.

Une carte double-bulle XMind

J’avais déjà fait un exercice de comparaison de concurrence avec une carte double-bulle dessinée avec XMind (que vous pouvez télécharger gratuitement sur Biggerplate en cliquant ici) :

Analyse de la concurrence avec une double bulle

Cette double-bulle est une structure classique des organisateurs graphiques.

Un outil de benchmarking pour me comparer à la concurrence

Aujourd’hui, je dessine un outil de comparaison de la concurrence avec Mindomo et en particulier, son layout « Carte Conceptuelle« .  J’ai repris pour cela la structure que j’avais dessinée pour la comparaison entre les apprentissages profond et de surface.  Cliquez sur l’image pour ouvrir la carte conceptuelle en ligne.

Comparaison de concurrence avec Mindomo

Utilisez les couleurs et les icones pour coder votre carte conceptuelle

La colonne de gauche représente mon entreprise, celle de droite, l’entreprise de mon concurrent.

Au centre, figurent les différentes catégories selon lesquelles je vais effectuer la comparaison entre mon entreprise et celle de mon concurrent : le type de services offerts, la gamme de prix, le type de clientèle, etc.

Et à gauche, je remplis ce qui concerne mon entreprise.  Dans la colonne de droite, ce qui concerne l’entreprise concurrente.

J’utilise la couleur rouge pour mes caractéristiques, la couleur verte pour celles de mon concurrent.  Les catégories centrales sont de couleurs différentes  pour bien marquer les variations.

J’utilise également les icones « check » :

  • les vertes : pour tout ce qui est semblable chez mon concurrent et moi
  • les rouges : pour indiquer les différences
  • les noires : pour montrer que le sujet représente un inconvénient

J’aurais pu ajouter d’autres couleurs pour communiquer d’autres significations.  Le tout est d’être cohérent et d’indiquer la signification de votre codage si vous devez communiquer votre carte à d’autres personnes.

Et vous ?  Quel type d’outils utilisez-vous pour votre benchmarking ?

Pour vous inscrire gratuitement sur Mindomo.

Ce type d’outils est celui que je propose lors de mes formations Visual Mapping pour Starters et Entrepreneurs.

Vous avez aimé cet article ?  Inscrivez-vous à ma newsletter et ne ratez plus aucun article ou événément !

 

 

Catégories
Ateliers creation d'entreprise Entreprendre autrement Entreprise Jeunes entrepreneurs

Formation : Visual Mapping pour Starters et Entrepreneurs

Beaucoup de candidats-entrepreneurs éprouvent des difficultés à gérer leur projet d’entreprise.  C’est pourquoi j’ai mis au point cette formation Visual Mapping pour Starters et Entrepreneurs : pour qu’ils puissent visualiser chaque étape, chaque notion de leur projet. 

Dans un article précédent, je classais les outils et méthodes de la pensée visuelle selon l’amplitude de leur champ d’action : du plus général au plus particulier.  Je concluais cet article sur la notion de « visual mapping », une synthèse qui réunit une multitudes de techniques issues des différentes méthodes : mindmapping, concept mapping, sketchnote, organisateurs graphiques, etc.

C’est également ce que j’ai fait dans certaines de mes formations, comme les « Formations pour étudiants« .

Aujourd’hui, je vous propose un autre type de formation basée sur la même synthèse de techniques : une formation de Visual Mapping pour les Starters et Entrepreneurs.

Après une présentation du programme de la journée et un brise-glace pour faire plus ample connaissance, nous entrons dans le vif du sujet.

Cette formation met l’accent sur 4 éléments-clés de la vie d’un starter ou d’un entrepreneur :

Connaître ses véritables objectifs et motivations

Les candidats-entrepreneurs ont souvent les idées très claires sur « Comment » ils vont faire les choses.

Mais ils sont rarement aussi conscients du « Pourquoi » ils entreprennent.

Quels sont leurs véritables motivations, les objectifs qu’ils poursuivent en créant leur entreprise ?

Avec une mindmap, c’est beaucoup plus facile de s’interroger sur ses propres motivations.  Exemple ci-dessous :

 

Mes motivations pour ce projet

Chaque participant aura l’occasion de travailler sur son propre projet et de définir ses propres outils.

Organiser son business plan

Comment organiser mon business plan pour qu’il soit convaincant ?  Pour qu’il reflète au mieux mon projet d’entreprise ?

Nous allons effectuer un brainstorming et définir un canevas général que chaque candidat-entrepreneur pourra ensuite personnaliser et adapter à son propre projet.

Business plan en français

Nous verrons ensuite comment, avec XMind, convertir la structure mindmap en fichier Word, Excel ou PowerPoint pour présenter votre projet de façon plus traditionnelle à vos investisseurs, banquiers, etc.

Visualiser son projet

Issu de la pensée visuelle, le visual mapping, n’aurait aucun sens si le Starter ou l’Entrepreneur ne pouvait pas « visualiser » son projet, ses étapes et en faire l’analyse avec des outils visuels.

De la ligne du temps à l’analyse Pestel en passant par la matrice SWOT, cette présentation PowerPoint vous montre quelques-unes des possibilités de visualiser votre projet :

C’est ce type d’outils que nous construirons ensemble lors de cette journée.

Travailler mieux et plus vite

Un des avantages de la pensée visuelle et de ses outils, c’est d’offrir de réels gains de productivité.

La façon d’organiser ses idées de manière visuelle influe déjà sur l’efficacité en matière de structure.

Mais les outils modernes de mindmapping, comme XMind, permettent d’aller beaucoup plus loin.

Vous pouvez réfléchir à tous les éléments d’un devis sous forme de mindmap, pour être certain(e) de ne rien oublier.  Et puis convertir cette carte en fichier Excel prêt à imprimer.

Vous pouvez même construire votre site web de façon intuitive avec une mindmap XMind, la visualiser sous forme de diagramme, de matrice et l’exporter finalement en tant que fichier HTML : la page de votre site web est prête !

Ce sont ces éléments et bien plus encore que vous mettrez en pratique lors de cette formation centrée sur vos projets.

Une formation qui se prolonge avec un accès de six mois à une base de connaissances et de ressources en ligne.  Et une possibilité de coaching individualisé par la suite.

Informations pratiques

Formation Visual Mapping pour Starters et Entrepreneurs,

Date : le mercredi 24 septembre de 9h30 à 16h30.

Lieu : le Wup, coworking, 42 rue Monceau-Fontaine à 6031 Monceau-Sur-Sambre.

Prix : 125 € HTVA ou 12 chèques formation à la création.

Modalités de paiement :

Azimut SCRL : N°compte : BE 48 06823242 1727
communication: Nom participant + Nom du workshop  +24 septembre 2014
Par chèques : A remettre en main propre  le premier jour de la session.
En cas d’annulation, 50 % du montant du workshop sera facturé au cas où le participant ne prévient pas  2 jours ouvrables avant le début de la session.

Inscriptions : sv@lewup.be

Incubateurs / institutions d’accompagnement à la création d’entreprise intéressés par cette formation : Ecrivez-moi via la page Contact pour recevoir le dossier complet de cette formation.

Vous avez aimé cet article ?  Inscrivez-vous à ma newsletter et ne ratez plus aucun article ou événément !

50.9686775.824968
Catégories
Visual Mapping

Pensée visuelle : mindmapping, organisateurs graphiques…

Des méthodes liées à la pensée visuelle, quelle est la plus générale et quelles sont les plus spécialisées ?  J’ai tenté de rassembler certaines d’entre elles et de les classer selon leur ordre de spécialisation : du mindmapping aux organisateurs graphiques en passant par les carte conceptuelles, les diagrammes de Venn, etc.

Mise à jour : le 20 juillet 2021.

Tony Buzan avait l’habitude de dire que le mindmapping est le « couteau suisse de la pensée« .  Autrement dit, on peut accomplir toute tâche intellectuelle avec le mindmapping.

Je suis un peu mal à l’aise avec cette affirmation.

Pensée visuelle : une classification du plus généraliste au plus spécialisé

Loin de moi l’idée de dénigrer le mindmapping : c’est une discipline qui a changé ma façon de travailler, d’étudier, de former, etc.  Je l’emploie tous les jours pour une foule de choses.

Je pense que le  mindmapping est la discipline la plus généraliste de toutes celles qui sont issues de / ou liées à la pensée visuelle.  Elle peut fonctionner dans la plupart des opérations intellectuelles, c’est vrai.

Mais, mon expérience me dit qu’une foule d’autres outils visuels sont plus appropriés, fonctionnent mieux pour des tâches plus spécialisées.   Une impression qui s’est confirmée au fil de conversations que j’ai eues récemment sur ce sujet.

J’ai donc essayé d’établir une classification, d’abord pour moi-même : pour tenter d’y voir plus clair dans les usages de ces méthodes, techniques et outils visuels.

Voici un graphique qui illustre cette classification.  Encore une fois, j’insiste sur le fait qu’il ne s’agit pas pour moi d’établir une hiérarchisation des méthodes, mais bien une classification selon l’ampleur du champ d’application de chacune d’elles.  (Infographie réalisée avec Infogr.am dont j’ai parlé ici).

Une classification de la pensée visuelle

La carte mentale ou mindmap : la méthode la plus généraliste

Comme le rappelait d’ailleurs Liam Hughes lors de son intervention au Biggerplate Unplugged de San Francisco, il y a quelques années : on découvre tous les jours des applications inattendues du mindmapping.  Les gens l’utilisent pour enseigner les sciences politiques ou la géographie, mais aussi pour établir une liste de fournitures ou de choses à ne pas oublier pendant les vacances.

Je crois que pour trouver de nouvelles idées (brainstorming), créer des listes, concevoir un projet, préparer une intervention orale, réfléchir à la structure d’un site web : la carte mentale est imbattable !

Dans l’exemple ci-dessous, j’illustre quelques notions que je devais étudier pour préparer un test dans le cadre d’un MOOC sur les jeux vidéos. (Mindmap réalisée avec iMindMap 7, article sur iMindMap 7 Chameleon ici).

L’importance des jeux – carte iMindMap

Pour comprendre des nouvelles notions et les mémoriser, le mindmapping est une méthode de premier plan.  C’est la première que j’utilisais dans mes ateliers Apprendre à apprendre.  Mais ce n’est pas la seule, car d’autres techniques s’avèrent plus pointues pour d’autres tâches intellectuelles.

Le croquinote – une méthode généraliste, mais sans la structure de la mindmap

Une autre méthode de plus en plus utilisée, est le croquinote ou sketchnote en anglais.

Ici, plus de branches, de flèches ou de noeuds, mais des associations libres de croquis, reliés parfois par des signes graphiques conventionnels (flèches, point d’exclamation ou d’interrogation, etc.).

Voici un croquinote de Xavier Delengaigne que vous pouvez retrouver avec de nombreux autres sur son blog Collectivité Numérique (avec son autorisation amicale) :

Un croquinote de Xavier Delengaigne

Une méthode très agréable, très visuelle, mais qui n’offre pas la même structuration centralisée que la mindmap.

Son origine la plus claire serait les croquis de dessins et de notes de Léonard de Vinci, ses fameux carnets.

Aujourd’hui, le croquinote est utilisé non-seulement pour la facilitation graphique, mais dans un nombre croissant d’applications, même si, à ma connaissance, il n’existe pas encore de logiciel dédié à cette discipline très intuitive.

La carte conceptuelle – idéale pour illustrer les flux et les relations entre les concepts

Par exemple, si je dois illustrer des flux, des étapes d’un processus, ou des relations entre différents concepts, la carte conceptuelle est beaucoup plus adaptée.

Créée par Joseph Novacks, elle est surtout utilisée dans les milieux universitaires, mais commence à se répandre en entreprise.

1. Carte conceptuelle pour illustrer des flux et des étapes

Voici un exemple d’illustration de flux de travail dans le cadre de la méthode Getting Things Done  de David Allen (carte conceptuelle réalisée avec XMind 2013 que j’ai présenté ici) :

Gestion du temps avec GTD – flux

La carte conceptuelle est parfaite pour illustrer les différentes étapes du processus, les noeuds du type Oui/non, etc.

On pourrait le faire avec une carte mentale, mais le résultat serait nettement moins clair…

2. Carte conceptuelle pour illustrer des boucles de rétroaction

La carte conceptuelle est également très pertinente pour illustrer des « boucles de rétroaction« , comme dans l’exemple suivant où l’action du gouvernement alimente le mécontentement social (carte conceptuelle réalisée avec CmapTools) :

Concept map : les difficultés de la contre-insurrection

Le gouvernement offre des primes à l’armée pour la motiver à agir contre les rebelles.  L’armée commet des atrocités pour augmenter l’action des rebelles pour acquérir plus de primes.  Ces atrocités augmentent le mécontentement social dans une large boucle de rétroaction.  C’est l’illustration d’un travail de sciences politiques d’une étudiante de l’université de Maastricht.

3. Carte conceptuelle non-linéaire pour illustrer les relations au sein de la famille

Un autre exemple de carte conceptuelle non-linéaire  : les relations au sein de la famille.

C’est une carte que j’ai utilisée pour donner des cours de français aux Pays-Bas : elle permet non seulement d’illustrer les relations entre les différents membres de la famille, mais aussi leurs rapports en tant que père-fils, etc. ;  l’acquisition de vocbulaire nouveau ; des articles et des pronoms possessifs (dont le genre change selon l’objet de la possession et non selon celui du propriétaire comme en anglais), etc. (Carte conceptuelle réalisée avec XMind, téléchargeable gratuitement sur mon profil Biggerplate) :

Carte conceptuelle non-linéaire

La carte argumentaire – développer la pensée critique et l’argumentation

Peu connue dans le monde francophone, la carte argumentaire est un outil très efficace de la pensée visuelle. Elle vise à développer l’argumentation et la pensée critique.

Il s’agit d’illustrer les articulations logiques du discours : affirmations, objections, réfutations, etc.

Dans cet exemple, je montre une application de la carte argumentaire pour développer une réflexion sur les bio-carburants. (Carte argumentaire réalisée avec Rationale online).

Carte argumentaire sur les bio-carburants

C’est un domaine de la pensée visuelle déjà très spécialisé comparé aux techniques précédentes. À part Rationale, il existe très peu d’outils en ligne. Dans cet article, je vous présente Reasons, une application gratuite développée par l’Université de Queensland en Australie. Elle est moins sophistiquée que Rationale, mais outre qu’elle est gratuite, Reasons est plus accessible pour les novices.

Diagramme de Venn – distinguer les ensembles

Les diagrammes de Venn sont un type d’organisateur graphique qui est largement utilisé. Inventé autour des années 1880 par John Venn, c’est un des plus anciens outils de la pensée visuelle.

Il est évidemment très fréquent en mathématiques, mais sert aussi à illustrer des points de divergence, de convergence, d’intersection, etc.

Ici, par exemple, je l’ai utilisé pour illustrer les trois points qu’un projet de starter doit absolument présenter pour être viable (Diagramme de Venn réalisé avec Cacoo) :

Le tiercé gagnant du starter

Chacun des grands ensembles représente une notion : Expertise, Passion et Responsabilité.  Les intersections entre deux ensembles, le résultat de leur conjonction : Passion + Expertise = un merveilleux hobby qui va vous faire passer des heures inoubliables, mais ne vous nourrira pas.  Expertise + Rentabilité = ennui garanti avant longtemps et donc risque d’abandon.  Passion + Rentabilité = risque d’obsolescence.  Les experts se tiennent informés des innovations et des tendances du marché.  Ils continuent à progresser tandis que vous stagnez.  La rencontre des trois Passion + Expertise + Rentabilité = Mon projet d’entreprise viable.  La passion nourrira l’expertise et inversément tandis que la rentabilité soutiendra l’édifice.

Le diagramme de Gantt – visualisez les tâches et responsabilités de vos projets

Le diagramme de Gantt est également l’un des outils les plus anciens de la pensée visuelle moderne : il date des années 1910.

C’est un moyen visuel très pratique pour déterminer qui est responsable de quoi dans vos projets et à quelle étape vous en êtes.

Je le classe immédiatement avant les organisateurs graphiques les plus spécialisés car il sert uniquement à ça (mais il le fait diablement bien !).

Voici un exemple de diagramme de Gantt tiré d’une mindmap de gestion de projet réalisée avec XMind :

Vue « diagramme de Gantt »

Chaque trait rouge correspond à une tâche étalée dans une ligne du temps.  Cela permet de visualiser chaque tâche, mais aussi l’ensemble des tâches et des personnes impliquées dans un projet.  Un must pour tous les gestionnaires de projet !

Les organisateurs graphiques : les outils les plus spécialisés de la pensée visuelle

Les organisateurs graphiques sont souvent très spécialisés dans une seule tâche :

  • comparaison
  • recherche des causes
  • illustration de séquences
  • hiérarchies
  • cycles
  • etc.

1. Organisateurs graphiques de comparaison – les doubles-bulles

Voici un exemple d’organisateur graphique de comparaison : la double-bulle (Double-bulle réalisée avec XMind) :

Comparer avec une carte double-bulle

C’est une comparaison entre araignées et insectes à destination des élèves de l’école primaire.  La double-bulle permet des comparaisons entre deux items en utilisant des catégories centrales et des propriétés des deux éléments à comparer.

Ces comparaisons ne sont pas réservées à la petite école : j’ai utilisé ce type de schémas pour comparer des types d’organisations pour des étudiants en masters…

 2. Organisateur graphique de causalité : l’Ishikawa

Pour retrouver les causes d’un problème, l’Ishikawa (du nom de son inventeur) ou structure en arête de poisson est un outil très performant.
Ici, un exemple d’Ishikawa 5 M pour retrouver les causes multiples d’un accident de travail. (Ishikawa réalisé avec XMind).

Ishikawa – recherche de causes

C’est un exemple classique de recherche de causes multiples : un jeune stagiaire est victime d’un accident de travail.

On explore les 5 dimensions du problème :

  • main d’oeuvre
  • management
  • marchandises
  • machines
  • money (causes financières éventuelles)

Dans cet exemple, le stagiaire n’a pas été formé correctement (Main d’oeuvre).  La maintenance de la machine était en retard et le management est responsable de n’avoir pas pris suffisamment de mesures pour la prévention des accidents.

Il faut donc agir sur trois dimensions (Machines, Main d’Oeuvre et Management) afin que l’accident ne se reproduise plus.

3. Organisateur graphique séquentiel : la ligne du temps

Avant la version 7 de XMind, j’avais pour habitude de détourner l’ishikawa ou arête de poisson : je le retournais afin de créer une ligne du temps dans XMind.

Depuis la version 7 de XMind, je n’ai plus besoin de recourir à ce subterfuge puisque le logicie propose à présent une structure « Ligne du temps » à part entière.  Celle-ci peut-être orientée à la verticale ou à l’horizontale.  C’est cette dernière formule que j’ai retenu pour la ligne du temps que voici :

Evolution de la FOAD

C’est un outil très pratique pour visualiser les étapes dans le temps.  Mais il existe de nombreux autres  outils sur Internet qui permettent de créer des lignes du temps.

En conclusion : l’essor de la pensée visuelle

La conclusion de cet exercice, c’est que le mindmapping a été l’une des premières disciplines – avec le concept mapping – a remettre la pensée visuelle au goût du jour.  Et le mindmapping s’avère une discipline très généraliste qui permet de visualiser beaucoup de choses.

Mais depuis, d’autres outils sont venus s’ajouter et nous sommes de plus en plus nombreux à utiliser ces outils et méthodes de manière intégrée.

Ce qui donne lieu à une nouvelle discipline visuelle plus complète qui fait appel à toutes les ressources de la pensée visuelle.  Non seulement cartes mentales et conceptuelles, mais aussi les cartes argumentaires, le croquinote, les organisateurs graphiques, le design, la visualisation de données, l’infographie, etc.

Je crois que c’est par le désenclavement de nos disciplines et par la recherche de nouveaux outils d’expression visuelle que nous arriverons à nous intégrer tant l’entreprise que dans les milieux académiques.

Et vous, qu’en pensez-vous ?  Êtes-vous d’accord avec cette classification que je tente aujourd’hui ? Encore une fois, une classification en fonction du champ d’application et non pas une hiérarchisation ni un jugement qualitatif.  Pour moi, toutes ces disciplines ont leur place dans la pensée visuelle.

 Vous avez aimé cet article ?  Inscrivez-vous à notre lettre d’information :  vous  ne raterez plus aucun article ou événement !

 

50.9686775.824968